VOTE | 697 fans

#406 : Démons

 

Résumé : L'équipe enquête sur la mort de Jack Sinclair, l'animateur de l'émission télévisée "Chasseur de fantômes", dont le corps est retrouvé dans la vieille demeure McLaren, réputée pour multiplier les cadavres au fil des décennies. Castle et Beckett découvrent que la victime s'était rendue sur les lieux afin de réaliser des recherches pour son travail. Si Beckett entend mener son enquête de façon classique, une vidéo plutôt surprenante persuade Castle que la bâtisse abrite des démons. Les deux acolytes se confrontent alors, et se rendent en pleine nuit sur la scène de crime pour être fixés sur ses secrets...
De leur côté, Ryan et Esposito organisent un dîner en compagnie de Jenny et Lanie, dont l'issue n'est pas forcément celle espérée.

Popularité


4.62 - 13 votes

Titre VO
Demons

Titre VF
Démons

Première diffusion
24.10.2011

Première diffusion en France
08.10.2012

Vidéos

Promo CTV

Promo CTV

  

Sneak Peek #1

Sneak Peek #1

  

Sneak Peek #3

Sneak Peek #3

  

Sneak Peek #2

Sneak Peek #2

  

Promo France 2

Promo France 2

  

Photos promo

Kate Beckett est interprétée par Stana Katic.

Kate Beckett est interprétée par Stana Katic.

Kate (Stana Katic) et Castle (Nathan Fillion) écoutent un témoin.

Kate (Stana Katic) et Castle (Nathan Fillion) écoutent un témoin.

Nathan Fillion incarne le populaire auteur Richard Castle.

Nathan Fillion incarne le populaire auteur Richard Castle.

Kate Beckett est interprétée par Stana Katic.

Kate Beckett est interprétée par Stana Katic.

Castle (Nathan Fillion) et Beckett (Stana Katic) se dirigeant vers la scène de crime.

Castle (Nathan Fillion) et Beckett (Stana Katic) se dirigeant vers la scène de crime.

Kate (Stana Katic) et Castle (Nathan Fillion) semblent intriqués par le déroulement des évènements.

Kate (Stana Katic) et Castle (Nathan Fillion) semblent intriqués par le déroulement des évènements.

Kate (Stana Katic) et Castle (Nathan Fillion) questionnent un témoin.

Kate (Stana Katic) et Castle (Nathan Fillion) questionnent un témoin.

Castle (Nathan Fillion) et Beckett (Stana Katic) écoute les indications du témoins.

Castle (Nathan Fillion) et Beckett (Stana Katic) écoute les indications du témoins.

Plus de détails

Fiche technique

Réalisation : Bill Roe
Scénario : Rob Hanning

Distribution Principale : 

  • Nathan Fillion : Richard « Rick » Castle
  • Stana Katic : lieutenant Katherine « Kate » Beckett
  • Jon Huertas : inspecteur Javier Esposito
  • Seamus Dever  : inspecteur Kevin Ryan
  • Tamala Jones : Dr Lanie Parish
  • Penny Johnson Jerald : le capitaine Victoria Gates
  • Molly Quinn : Alexis Castle, la fille de Castle
  • Susan Sullivan : Martha Rodgers, la mère de Castle

Distribution Secondaire: 

  • Juliana Dever (Jenny Duffy-O'Malley)
  • Frederic Lehne (Addison Smith)
  • Mark Harelik (Pete Benton)
  • Amanda Walsh (Lulu, la productrice)
  • Vernee Watson (Prudence LaGrande / Patricia King)
  • Philipp Karner (Jack Sinclair)
  • Josh Hopkins (officier de Police) (8:12)

406 Démons

[Des chiens hurlent un soir de pleine lune. Un homme filme dans une vielle maison abandonné. Une machine qu’il tient commence à bipé]

Jack Sinclair : Je suis dans le salon, il est 21h03. Le champ électromagnétique crève le plafond. [Des bruits le fond sursauté, les lumières s’éteignes toutes seul, il est terrifié.] Et oh ! Il y a quelqu’un ? Prudence, ça y est je le vois. Prudence… non ! Noooonnnn…

 

[Loft des Castle : Alexis et Castle]

[Alexis et Castle regarde un film d’horreur et il hurle lors d’une scène]

Alexis : Est-ce que tu es en train de te servir de moi comme bouclier contre des zombies cannibales ?

Castle : Non je voulais seulement que tu es un meilleur angle de vu ! [Alexis de lève] Une petite minute, où tu vas, je pense qu’on est plus en sécurité si on reste groupé.

Alexis : Désolé, mais tu vas devoir te débrouiller tout seul. Je vais aller Chatter avec Ashley.

Castle : Quoi, au milieu d’une séance de zombie, père fille. Tu peux pas faire ça plus tard ?

Alexis : Il sera occupé plus tard, il a une réunion sur le campus. Suivit d’un séminaire.

Castle : Je sais qu’il est très occupé et toi je te trouve vraiment très compréhensive d’être aussi accommodante, mais une relation saine est basée sur ce qu’on appelle « le respect mutuel ». Tu imagines quel genre de signal tu lui envois si c’est toujours toi qui aménage ton emploie du temps en fonction de ses moindres fait et geste ? Tu ne peux pas te permettre de tout lâcher à la minute même ou…  [Son téléphone sonne et le prenant dans sa poche] Désolé ! Un seconde. [Répondant] Oui lieutenant Beckett ? J’arrive tout de suite !

[Il part et Alexis n’en revient pas]

 

[Scène de crime, devant une vielle maison : Castle et Beckett]

Castle : Je m’inquiète pour Alexis, je pense que le fait d’avoir été refusé à Stanford, a rompu l’équilibre des forces dans sa relation avec Ashley.

Beckett : Oh si j’étais vous, je m’en ferai pas pour ça. N’oubliez pas qu’Alexis est une fille et qu’Ashley est un adolescent. Je vous garantis que c’est toujours elle qui mène la danse.

Castle : [S’arrêtant pour regarder une camionnette garer] Les traqueurs de fantômes sont ici. Oh… c’est justement pour ça que j’adore ces types. Le corps n’est pas encore froid et ils sont déjà en train de pister son fantôme.

Beckett : Pourquoi ça m’étonne pas d’apprendre que vous regardez cette émission ridicule.

Castle : Vous voulez dire, génial ! Jack Sinclair est sans conteste le plus émérite des chasseurs de fantômes des états unis.

Beckett : Heu… Castle… Jack Sinclair, c’est le nom de notre victime !

Castle : Et le chasseur devient gibier !

 

[Devant la maison : Landlord, Castle et Beckett]

Landlord : Il était venu ici pour tourner une séquence spéciale qu’il devait diffuser dans son émission.

Castle : Pourquoi cette maison ?

Landlord : Parce qu’elle a un passé charger.

Beckett : Un passé paranormal.

Landlord : Ecouter lieutenant, je ne suis pas en train de dire que je croie à toutes ces histoires, mais je suis propriétaire de la demeure McClaren depuis 20 ans et quand je reçois un appel concernant cette maison, c’est jamais pour un problème de toilette boucher.

Beckett : Elle est habitée en ce moment ?

Landlord : Non, plus depuis des années. C’est difficile de garder des locataires, alors quand ce cinglé m’a téléphoné, je me dit et puis merde. Peut-être qui pourra me nettoyer cette baraque pour quand suite je puisse la loué, mais après ce qui vient de se passer…

Castle : Qu’est-ce qui vient de se passé exactement ?

 

[Dans la maison : Lanie, Castle et Beckett]

Lanie : Il a eu la gorge tranché pratiquement d’une oreille à l’autre. Tout y est passé, la jugulaire, les artères carotides interne et externe et l’artère thyroïdienne supérieure.

Castle : Ca explique la quantité de sang.

Lanie : Mais il y a une chose que je n’arrive pas à expliquer. La profondeur et la nature de la blessure indique que le tueur était forcément très proche.

Beckett : Alors ou sont les empreintes de pas.

Lanie : S’il y avait que ça. Regarde les éclaboussures. Quand on coupe toutes ces artères, le sang jailli instantanément et avec une violence rare.

Castle : C’est pour ça qu’il y en a partout.

Beckett : C’est pas normal, le tueur aurait dû en recevoir sur lui ? [Lanie acquiesce]

Castle : Et pourtant toutes les gouttes ont atterris sur le sol. Elles n’ont pas rencontrés le moindre obstacle.

Lanie : Exactement, tout ça n’a pas de sens !

Castle : A moins que le sang soit passé à travers l’assassin !

Lanie : Vous seriez pas en train de dire que c’est un fantôme qui aurait fait ça ?

Beckett : S’il te plait, ne l’encourage pas !

Castle : Tout ce que je dis, c’est que Mr Sinclair est peut-être tombé sur un spectre plus fort que lui !

Beckett : Qui a prévenu la police ?

 

[Devant la maison : Lulu, Beckett et Castle]

Lulu : Je suis la productrice de Jack. Je travaille avec lui depuis 4ans.

Beckett : Ecoutez Lulu, nous avons besoin de savoir tout ce qui c’est passer avant que vous n’appeliez la police.

Lulu : D’accord. Jack est entré dans la maison vers 19h et il s’est enfermé à l’intérieur quelque minute plus tard.

Beckett : Quoi ?

Castle : Il s’enferme dans la maison pour la nuit. C’est le protocole standard des chasseurs de fantôme.

Beckett : Est-ce qu’il était tout seul ?

Lulu : Oui, avant chaque intervention, on vérifie la maison de fond en comble, quoi qu’il arrive. Et une fois que Jack s’est enfermé, je suis allé dans le van pour visionner les images en direct.

Beckett : Est-ce que les caméras tournaient au moment du meurtre ?

 

[Regardant la vidéo dans le Van]

Castle : Les caméras infrarouge son utilisé pour détecter les anomalies thermique inexpliqué.

Jack : [Sur la vidéo] Je suis dans le salon, il est 21h03, le champ électromagnétique crève le plafond…

Castle : C’est un dosimètre de champ électromagnétique. L’outil indispensable pour la chasse aux fantômes. Ça mesure les pics d’énergie para…normale ! [Bégayant en voyant le regard noir de Beckett] Concentrons-nous sur la vidéo !

Beckett : [Acquiesçant] Hum, hum !

Jack : [Sur la vidéo] Hé oh, il y a quelqu’un ? Prudence, ça y est je le voie. Prudence !

Beckett : On dirait qu’il savait que sa vie était en danger ! [La vidéo s’éteint brusquement] Qu’est-ce qui s’est passé ?

Lulu : C’est tout. C’est à cet instant que toutes les caméras se sont coupées en même temps.

Beckett : Qu’est-ce qui  pourrait avoir causé une coupure aussi soudaine ?

Lulu : Je n’en sais rien. C’est jamais arrivé !

Castle : Sauf dans le dernier épisode des Soprano !

Beckett : Non impossible, il y avait forcement quelqu’un d’autre à l’intérieur. Il avait des ennemis ou des personnes avec qui il avait eu des problèmes ressèment ?

Lulu : Non pas à ma connaissance, mais quand il est arrivé ici, il était furieux.

Beckett : Vous saviez d’où il pouvait venir ?

Lulu : Non il est sorti d’un taxi,  il a chopé son matos et il a pénétré à l’intérieur.

Beckett : Qui d’autre avait les clés de la maison ?

Lulu : Il y avait que Jack et Barry B.

Castle : Barry Bavetta. C’est son caméraman. D’ailleurs où est Barry, d’habitude il s’enferme avec Jack ?

Lulu : Jack et lui se sont disputés cet après-midi. Ça a vraiment chauffé et ensuite Barry a démissionné.

Beckett : Et est-ce qu’il aurait pu programmer les caméras pour quelles se coupe comme ça.

Lulu : Ba en fait, c’est dans ces cordes !

 

[Au poste, bureau des gars : Ryan et Esposito]

Esposito : Barry Bavetta a quitté son hôtel à toute allure à 19h30.

Ryan : Ça lui laissait le temps de retourner à la maison pour 21h quand Jack a été tué. Son portable est toujours sur messagerie.

Esposito : Le directeur de l’hôtel m’a donné les numéros de sa carte de crédit, donc si on a de la chance, il va l’utilisé.

Ryan : Je vais visionner les vidéos à l’intérieur de la maison, il y a peut-être un truc qui pourrait l’incriminer.

Esposito : Ouais… Hey, on dine toujours tous ensemble demain soir ?

Ryan : Ouais, Jenny est toute exciter. On a jamais fait une vraie sorti à quatre, alors c’est cool !

Esposito : Au fait, pour info, Lanie aura enchainé un double service alors elle sera peut-être un peu tendu.

Ryan : Ah… peut-être qu’on devrait remettre ça, parce que le but c’est que Jenny et Lanie s’entende bien.

Esposito : Non, ça va aller, éviter juste d’aborder des sujets trop polémiques.

Ryan : Attend, quel genre de sujet sera trop polémique ?

Esposito : Bingo !

Ryan : Son chien est mort et il s’appelait bingo ?

Esposito : Non, Barry Bavetta s’est éclaté on dirait. Et pas qu’un peu. Il a passé la soirée à dépenser gros dans un club de strip-tease près de l’aéroport. Le 1er payement a été fait une heure après la mort.

 

[Salle d’interrogatoire : Beckett, Castle et Barry Bavetta]

Beckett : Désolé d’avoir gâcher la fête Barry.

Castle : Il parait que votre portefeuille en a pris un coup ? Ou devrais-je dire un sacré coup !

Barry : Quoi les clubs de strip-tease sont devenu illégaux maintenant ? J’essayais de faire redescendre la pression. Ma journée n’a pas été facile.

Beckett : On est au courant, votre productrice nous a dit que vous étiez accroché avec Jack aujourd’hui.

Barry : Alors c’est à propose de Jack ? Ouais, on s’est accroché comme vous dite, c’était pas notre 1ère dispute mais j’ai fait en sorte que ce soit la dernière.

Castle : Pourquoi pas nous dire ce qui s’est passé ?

Barry : Jack m’a baisé, voilà ce qui s’est passé. Il m’a balancé à la dernière minute que j’allais pas venir avec lui ce soir.

Beckett : Pour quelle raison ?

Barry : La seule qu’il m’ait donné, c’est qu’il était le patron, mais c’est parce qu’il est jaloux. Il avait seulement peur que je m’attribue tout le mérite.

Castle : Pourquoi ça ?

Barry : Parce que l’épisode qu’on tourne ce soir dans la demeure McClaren, c’était mon idée. C’est moi qui aie fait toutes les recherches, Jack ne voulait même pas faire l’émission.

Castle : Pourquoi aurait-il refusé une émission sur une maison hanté à New-York ? C’était une mine d’or assuré.

Barry : Jack flippait dès qu’il s’agissait de New-York. Il a grandi ici, mais je sais pas pourquoi, il voulait pas y mettre les pieds. Il a essayé de torpiller le projet, il disait plutôt mourir que d’entré dans cette maison.

Castle : Alors vous avez veuillez à ce que les deux se produise !

Barry : Quoi ?

Beckett : Jack Sinclair a été assassiné dans la demeure McClaren ce soir !

Barry : Assassiné ?

Beckett : Pourquoi vous n’avez pas rendu vos clés au propriétaire ?

Barry : Heu, heu… Et bien, j’étais énervé, alors ça m’est sorti de la tête. Il est vraiment mort sérieux ?

Castle : C’est bien vous qui avez installé les caméras dans la maison ?

Barry : Ouais, et alors ?

Beckett : Et alors, vous saviez exactement où elle était placé et comment les éviter quand vous y êtes retourné en douce. Vous saviez même comment les programmés pour qu’elles se coupent à une heure bien précise.

Barry : Wow, wow, wow, je n’ai pas tué Jack. J’étais même pas sur place, j’ai loupé mon avion pour L.A. parce que j’ai été bloqué à la douane. Je suis allé au club direct en sortant de l’aéroport. Vous pouvez vérifier !

 

[Bureau de Beckett : Ryan, Beckett, Esposito et Castle]

Beckett : [Raccrochant] La police des frontières confirme que Barry à passer la douane de JFK à 20h15. Il pouvait pas être à la demeure McClaren à l’heure du meurtre, c’est impossible.

Esposito [A un policier] Merci ! [A Beckett] En plus le labo a vérifié les caméras, elles n’ont pas été programmées pour se couper, donc Barry n’a tué qu’une chose, c’est du temps au club de strip-tease.

Castle : Donc si Barry n’est pas notre homme, je pense qu’il est temps de reconsidérer la possibilité que notre tueur soit…

Beckett : [L’interrompant] Si vous dite, un fantôme, je vous renvoie chez vous dans la minute.

Castle : [Regardant Esposito en réfléchissant] Un spectro-américan ! [Beckett lève les yeux au ciel amusé] Vous avez trouvé une autre explication aux éclaboussures de sang ?

Beckett : Non pas encore, mais ça viendra. Apparemment Jack Sinclair était très énervé quand il est arrivé en taxi à la demeure. Donc trouvons où le chauffeur la fait monté et ce qu’il faisait là-bas.

Esposito : Je m’en occupe ! [Partant]

Beckett : Vous voyez Castle, ça va finir comme n’importe quelle autre enquête. [Ryan arrive] Une fois qu’on en saura un peu plus sur la victime et sur les détails concernant sa mort, on va pouvoir tout expliquer.

Ryan : Heu… peut-être pas tout !

 

[Salle vidéo : Ryan, Castle et Beckett]

Ryan : Je visionnais les images tourné à l’intérieur pour trouver le signe d’une présence, une ombre, ou un reflet dans un miroir et au lieu de ça j’ai trouvé… et bien… vaut mieux que je vous laisse regarder. Je vous mets la vidéo au ralenti. Maintenant regarder le trépied, à l’arrière-plan. [Il bouge tout seul] Là vous voyez ?

Castle : Ohh… [Surprit tout comme Beckett]

Beckett : Oui… et bien… je suis persuadé qu’il y a une explication parfaitement rationnelle, à ce qu’on vient de voir.

Castle : En effet oui, « Ils sont là » !

 

[Générique avec des cris de loup en plus]

 

[Bureau de Beckett : Castle et Beckett]

[Castle est en train d’aimanter des photos sur le tableau]

Beckett : Castle, vous avez dormi un peu ?

Castle : Je n’ai pas fermé l’œil, mais ça en valait la peine. Après avoir fait des recherches sur le passé de la demeure McClaren, je pense savoir ce qui est arrivé à notre chasseur de fantôme Jack Sinclair. Au fait il y a un café pour vous.

Beckett : [Surprise] Oh ! [Prenant le café dans la main, mais il est vide]

Castle : Non, pas celui-là, l’autre ! [Faisant de même avec l’autre et le trouvant vide aussi] Ah… c’est pas grave, je vais vous en refaire un. Euh… depuis que la demeure McClaren a été construite en 1898, les cadavres s’y accumulent plus vite que dans un Tarantino. A savoir, 18 meurtres au total, tout commence avec le 1er propriétaire, Robert Pettigrew étranglé en 1903 et le dernier en date, Melanie Benton découpé en morceau en 1991. Le propriétaire actuel, Steve Fuller a essayé de faire démolir la maison, mais elle a été déclaré monument historique par la ville…

Beckett : [L’interrompant en souriant] Je suis vraiment désolé Castle, j’apprécie votre travail, merci beaucoup, mais qu’elle est le rapport avec notre affaire ?

Castle : J’allais justement y venir. Apparemment en ce qui concerne la quasi-totalité des affaires en question, l’assassin a toujours prétendu qu’un … vous êtes prêts ? [A Esposito qui acquiesce] Qu’un « Démon » était responsable du meurtre.

Beckett : Un démon, vraiment ?

Castle : Je n’invente absolument rien, c’est dans le bouquin !

Beckett : Très bien, c’est un démon qui a tué Jack Sinclair. Alors c’est quoi la prochaine étape, on fait une planque dans la maison en attendant qu’il se montre et on le supprime avec notre positroneur désintégrant. [Riant suivi par Esposito]

Castle : [Sérieusement à Esposito] Ça n’existe pas, c’est pas ça qu’il utilise. Les vrais chasseurs de fantômes.

Esposito : Les vrais chasseurs de fantômes ? Vous ne trouvez pas que les termes sont antinomiques ?

Beckett : [Retournant le tableau pour avoir les vraies infos sur le meurtre] Est-ce que quelqu’un a quelque chose de pertinent concernant l’enquête ?

Esposito : Oui moi !

Beckett : Je t’écoute.

Esposito : J’ai retrouvé le chauffeur de taxi que la victime a pris hier soir. Le GPS du véhicule montre que Jack est monté à bord, au coin de la 38ème et la 9ème.

Beckett : Envoi des patrouilles dans le quartier avec sa photo, ça nous mènera peut-être sur une piste.

Esposito : Je vais vérifier les relevés téléphoniques, ça pourra peut-être nous apprendre quelque chose.

Ryan : [Arrivant] Je crois savoir pourquoi Jack ne voulait pas faire son émission là-bas. J’ai parlé à un de ses vieux amis de l’époque du lycée avec qui il a pris un petit déj, il y a deux jours. Et il s’avère que quand il était jeune, Jack habitait juste à côté de la demeure McClaren et son ami m’a dit que pour aller à l’école, Jack faisait un détour pour éviter de passer devant la demeure, selon lui « cette baraque lui filait la chair de poule ».

Castle : Vous voyez, je vous avais bien dit qu’il se passait un truc bizarre avec cette maison. Les dernières personnes… [Voulant retourner le tableau, mais Beckett l’en empêche avec un sourire en coin] à y… à y avoir…  les dernières personnes à y avoir vécu, on déménager précipitamment il y a 4 ans.

Ryan : [Emballer] Pourquoi ?

Castle : Aucune idée, mais je pense qu’il est temps de le découvrir.

Beckett : Amusez-vous bien Castle !

Castle : Vous ne venez pas ?

Beckett : Non, j’ai un  meurtre à résoudre.

Ryan : J’y vais !

Castle : [Content, mais change vite de tête en observant Beckett] Ouuu… quel regard ! J’ai l’habitude. On met les voiles !

Ryan : Oui !

 

[Salle de repos : Esposito et Beckett]

[Beckett essaie de se faire un café, mais se brule avec la vapeur]

Esposito : [Arrivant] Beckett, je viens de voir Ryan dans les escaliers. Vous l’avez laissé aller chasser les fantômes avec Castle ?

Beckett : Oui. Peut-être que Sammy veillera sur Scoubidou et puis on sait jamais, ils trouveront peut-être un truc utile.

Esposito : Oh en parlant de truc utile, je viens de raccrocher avec la scientifique. Ils ont trouvés des empreintes dans la maison, appartenant à une personne réelle alors…

 

[Bureau des gars : Esposito et Beckett]

Esposito : Il s’appelle Ron Berger, il vie dans le Queens, une patrouille nous le ramène.

Beckett : Est-ce qu’il a un casier ?

Esposito : Oui, il a fait 8ans pour vol à main armé et l’arme c’était un couteau. Il est aussi tombé pour cambriolage, donc pour lui c’est pas un problème de pénétrer par effraction dans une maison.

Beckett : Il a été libéré quand ?

Esposito : Il y a 5 semaines.

Beckett : OH… enfin une vraie piste qui a du sens.

Esposito : Et c’est de mieux en mieux. Ron connait Jack Sinclair. Il a passé à une émission des « chasseurs de fantômes » quand il était en prison. Il prétendait partager sa cellule avec un esprit.

Beckett : Surpopulation carcérale ?

Esposito : Apparemment, Casper était un peu trop amical. Ron disait qu’il le tripotait.

Beckett : Agresser par un fantôme. Ouaaa, certain sont prêt à tout pour passer à la télé.

Esposito : Mais malheureusement, ça c’est retourné contre lui. Ron est devenu la risée de la prison. Ça l’a mis en rogne et il a été une lettre à l’émission

Beckett : [Lisant la lettre] « Je vais saigniez Jack Sinclair, pour lui faire payer ce qu’il m’a fait » !

 

[Salle d’interrogatoire : Ron, Esposito et Beckett]

Ron : Ouais, j’ai écrit cette lettre, mais j’ai pas été plus loin. Je l’ai pas tué !

Beckett : Ou étiez-vous hier soir à 21h ?

Ron : j’étais chez moi, je regardais des dessins animés.

Esposito : Hum, hum !

Ron : Vous pouvez demander à ma mère.

Esposito : Sauf qu’on a un problème, parce ce qu’on a trouvé vos empreintes à l’intérieur de la demeure McClaren.

Ron : Oui, mais il y a une explication.

Esposito : On vous écoute !

Ron : Je suis en conditionnel, je peux pas vous le dire. Désolé mais je ne veux pas retourner en prison, pas dans cette cellule avec cette… chose !

Beckett : C’est votre fantôme qui vous inquiète ? Ron vous êtes soupçonné de meurtre. Vous avez un alibi légué comme une plume et vos empreintes étaient partout sur le lieu du crime. Vous aviez les moyens, le mobile et l’opportunité.

Ron : C’est bon d’accord, j’y suis allé. Seulement c’était pas hier soir, c’était il y a un mois. J’y suis allé à cause de Jack. Il m’a appelé quand je suis sorti de taule.

Beckett : Jack Sinclair vous a appelé alors que vous l’aviez menacé ?

Ron : Pour s’excusez à propos de l’émission faite en prison et pour me demander un service.

Beckett : Quel genre de service ?

Ron : Un truc bizarre, il voulait que je prenne des photos à l’intérieur de la demeure McClaren.

Esposito : Pourquoi vous ?

Ron : La porte était verrouillée, alors j’ai dû… forcer la serrure.

Beckett : Il vous a dit pourquoi il voulait que vous preniez ces photos ? [Ron fait non de la tête] Très bien, il va falloir qu’on les voit !

 

[Salle de réunion : Esposito et Beckett]

[Beckett observe les photos]

Esposito : Le labo a analysé la carte mémoire. En ce qui concerne la date, elle n’a pas été trafiquée.

Beckett : Donc Ron nous a dit la vérité.

Esposito : Ouais, à propos des photos, mais j’achète toujours pas la théorie du fantôme tripoteur.

Beckett : Je me demande pourquoi Jack voulait toutes ces photos. T’as remarqué qu’elle avait toutes été prise dans la même pièce. Le salon, c’est-à-dire l’endroit où le meurtre a été commit ?

Esposito : Donc Jack a engagé Ron pour prendre des photos de la pièce dans laquelle il allait mourir. C’est flippant !

Beckett : [Se moquant] Non c’est pas flippant Castle, je suis sûr que tout peut s’expliquer et je te parie que ce salon n’abrite pas le moindre fantôme ou démon !

 

[Maison des Boyer : Margaret Boyer, Harry Boyer, Ryan et Castle]

Margaret : Le problème venait du salon, c’était l’épicentre de l’activité.

Ryan : Mme Boyer qu’entendez-vous par activité ?

Margaret : On y croyait pas nous non plus, on avait entendu parler de toutes ces histoires sur la demeure McClaren, ça nous faisait marrer.

Harry : Au début, tout se passait bien.

Margaret : Et ensuite, ça a commencé, les lumières s’éteignaient toutes seules. Il y avait des bruits étranges. Des portes se mettait à claquer.

Castle : Est-ce que quelque chose de violent c’est produit ?

Harry : Un nuit, on a entendu des bruits qui venait du salon, on est descendu, toute la pièce était retourné.

Margaret : Les tables étaient à l’envers, les livres étaient en mille morceaux, les tableaux éparpillés.

Castle : OH mon Dieu, c’est terrible. Donc vous avez décidé de déménager ?

Harry : Pas tout de suite, on voulait se battre. On a trouvé cette femme, une… une chasseuse de fantôme.

Margaret : Elle disait qu’elle était la meilleure, que tous les autres chasseurs de fantômes venaient lui demander son aide. Et dès qu’elle est entrée, elle nous a dit de fuir à toute vitesse.

Harry : Elle avait un nom bizarre…euh… Prudence ! C’est ça, Prudence Lagrande !

Castle : [A Ryan citant Jack] « Prudence, ça y est je le voie, Prudence » !

Ryan : Peut-être que Jack Sinclair ne s’inquiétait pas en voyant son assassin…

Castle : Non il disait juste son prénom !

 

[Au poste : Beckett, Ryan, Esposito et Castle]

Beckett : Prudence Lagrande, de son vrai nom Patricia King, elle tient un cabinet de voyance sans licence dans lequel elle donne des consultations paranormal. Voyez-vous ça.

Esposito : C’est logique qu’elle ait pas obtenu de licence, j’ai sorti son casier. Usurpation d’identité, fraude, chèque falsifié et pratique religieuse prohibé.

Beckett : Et son cabinet est situé au coin de la 38ème et de la 9ème.

Esposito : La où Jack a pris son taxi ce soir-là.

Castle : Donc il est allé voir Prudence et ensuite, il est arrivé énerver à la demeure McClaren.

Ryan : Et deux heures plus tard, il a prononcé son prénom juste avant de mourir.

Beckett : Il faut qu’on découvre qu’elle rôle elle a joué dans tout ça.

Castle : Oh et bien avec Ryan, on serait ravi d’aller enquêter là-dessus. Si vous êtes trop occupé à résoudre ce meurtre.

 

[Cabinet de Voyance : Prudence Lagrande, Castle et Beckett]

Prudence : J’ai fait ce que j’ai pu pour l’aider mais apparemment ce n’était pas assez.

Castle : Pourquoi Jack Sinclair est venu vous voir ?

Prudence : Je connaissais la demeure McClaren. Il allait affronter ce qu’il y avait à l’intérieur et il voulait mes conseils.

Beckett : Qu’il a reçu, contre salaire.

Prudence : Je ne suis pas un charlatan lieutenant, autrement quelqu’un avec l’expérience de Jack ne serait jamais venu me demander conseil. [Lui faisant signe de s’assoir] Je vous en prie.

Beckett : S’il était si doué pourquoi il a eu besoin de votre aide ?

Prudence : C’était pas une maison comme les autres pour lui. Et les rêves ont débutés quand il a accepté de faire l’émission. Ça a commencé par des flashs, puis des morceaux d’une pièce, mais ensuite les rêves se sont transformés en cauchemar. Des visages, des corps.

Castle : Les corps de qui ?

Prudence : Il l’ignorait mais plus nous parlions et plus ça devenait clair pour moi. Ce n’était pas des rêves !

Beckett : Alors c’était quoi ?

Prudence : Des souvenirs. Ils avaient vu le mal en personne. Refouler durant toutes ses années, mais les souvenirs étaient trop fort et ils étaient revenus pour le hanté.

Beckett : De quoi se rappelait-il exactement ?

Prudence : Une femme. Beaucoup de sang. Un homme, avec un couteau.

Castle : [Suspendu à ses lèvres] Qui était l’homme ?

Prudence : Il a dit que son visage était flou, mais qu’il commençait à se préciser. Alors je lui ai dit que si il retournait dans la pièce ou cela c’était produit, peut-être que tout lui reviendrait en mémoire.

Castle : « Prudence, ça y est je le voie », il parlait du visage du tueur !

Beckett : Jack a retrouvé la mémoire juste avant de se faire tuer !

Castle : Le dernier meurtre commis dans cette maison a eu lieu, il y a 20 ans, je me suis renseigner dessus et il n’y a pas eu de témoin.

Prudence : Si, il y en avait un, Jack Sinclair se trouvait là-bas. La nuit ou cette femme est morte, il était sur place !

 

[Au poste : Esposito, Ryan, Castle et Beckett]

Esposito : [Aimantant des photos sur le tableau blanc] Les photos sont pas belles à voir. Melanie Benton a été découpé en morceau dans la demeure McClaren la nuit du 20 avril 1991. Devinez ou elle a été trouvée ?

Castle : Dans le salon.

Esposito : Bonne réponse.

Castle : En 1991, Jack avait quoi, 9ans ? Il vivait toujours dans le quartier et je parie que c’est le meurtre dont il a été témoin.

Beckett : Oui mais comment il a pu être témoin d’un meurtre sans que le tueur le sache ?

Ryan : J’ai fait des recherches. Jack livrait des journaux et la demeure McClaren faisait partie de sa tournée.

Castle : [Flashback de 1991 pendant sa tirade] D’accod. Donc peut-être que Jack arrive sur place pour se faire payer. Il entend des cris et il regarde par la fenêtre. Il commence à faire des rêves sur ce qu’il a vu des années auparavant et il veut leur donner un sens.

Esposito : C’est pour ça qu’il a engagé Ron Berger afin de prendre des photos du salon.

Beckett : Quelqu’un a été arrêté pour ce meurtre ?

Ryan : Non, ça veut dire que le tueur est toujours en cavale.

Castle : Donc Jack Sinclair était sur le point de retrouver la mémoire et de pouvoir peut-être identifier le tueur et il a été réduit au silence.

Beckett : A l’époque qui a été chargé de l’enquête ?

 

[Salle de repos : Addison Smith, Beckett et Castle]

Smith : Je suis à la retraite depuis 10ans et je pense encore à cette affaire. J’étais le 1er sur les lieux et je vous assure que les photos sont très loin de décrire l’horreur de ce qu’a fait Matt Benton à sa pauvre femme.

Beckett : Matt Benton ? Vous pensez que Melanie a été tuée par son mari ?

Smith : Et bien les voisins de plaignait de scène de ménage incessante. On a émis un avis de recherche sur Benton la nuit du meurtre, mais il a disparu et depuis on ne l’a jamais revu. Pas besoin d’être un génie pour comprendre.

Beckett : Vous avez une idée de l’endroit où il a pu aller après sa disparition ?

Smith : On a pu le localisé une seule fois. Il était en Europe mais ça doit bien faire plus de 15ans maintenant.

Castle : Quelqu’un l’a vu là-bas ?

Smith : Non, il envoyait des cartes postales à son frère. Elle provenait de Vienne.

Castle : Elle disait quoi ? Vous vous en souvenez ?

Smith : C’était toujours le même refrain, Benton prétendait qu’il n’était pas responsable de la mort de sa femme. Il parlait d’une histoire de démon.

Castle : [Se tournant vers Beckett] Vous entendez ? Il a prétendu qu’un démon était impliqué !

Smith : Ouais, comme si quelqu’un allait croire son baratin. Franchement qu’elle genre d’abruti pourrait avaler un truc pareil.

Beckett : [Regardant Castle avec un sourire moqueur aux lèvres] Vous avez essayé de remonter la piste de ces cartes postales lieutenant Smith ?

Smith : On a mis Interpol sur le coup, mais comme on avait aucune preuve concrète contre lui. Pas d’arme du crime, pas de témoin. A mon avis, ils n’ont pas vraiment pris ça au sérieux.

Beckett : Et si un témoin faisait son apparition, ça changerait quelque chose ?

Smith : Oui ça changerait tout.

 

[Bureau du poste : Castle, Beckett et Esposito]

Castle : On dirait bien que Matt Benton a su pour Jack et a décidé de le faire taire une bonne fois pour toute.

Beckett : Mais comment Matt a appris que Jack Sinclair avait retrouvé la mémoire ?

Esposito : J’ai ma petite idée. Grâce aux relevés téléphone de la victime, j’ai découvert une chose. Une semaine avant de mourir Jack a passé un coup de fils au cabinet d’avocat, Lockhart, Whelan et Benton.

Castle : Benton ? Comme dans …

Esposito : Pete Benton. Le frère de Matt.

Beckett : C’est le frère à qui Matt a envoyé ces cartes postales alors…

Castle : Pete a très bien pu prévenir Matt qu’une personne posait des questions. Des questions un peu trop embarrassante.

Beckett : [Acquiesçant] Hum, hum !

 

[Bureau des avocats : Pete, Beckett et Castle]

Pete : Mon frère m’a envoyé ces cartes postales il y a maintenant plus de 15ans. Je les ai remises à la police à l’époque et je n’ai plus jamais eu de ses nouvelles.

Beckett : Donc depuis ça vous n’avez eu aucun contact avec lui ?

Pete : Non !

Beckett : Même pas après avoir parlé à Jack Sinclair ?

Pete : Jack Sinclair ?

Castle : Le chasseur de fantôme, il a été tué dans la demeure McClaren hier soir.

Pete : Je n’ai jamais parlé à ce Jack Sinclair.

Beckett : Pourtant son relever téléphonique prouve le contraire.

Pete : Tous les ans, je reçois des appels de la part de producteur télé qui cherche à exploiter la tragédie qui a frappé ma famille. Et la légende de la demeure McClaren. Je suis navré que cet homme se soit fait tué, mais s’il a appelé ici, je ne lui ai pas parlé. Et je n’ai certainement pas non plus parlé à mon frère.

Castle : Donc si on vérifie vos relevés téléphoniques, on ne trouvera aucun appel à destination de Vienne ?

Pete : Nous sommes une firme internationale, nous avons des clients dans toute l’Europe, y compris à Vienne.

Beckett : Il va nous falloir ces relevés téléphoniques.

Pete : Pour ça il faudra un mandat et vous n’avez pas assez d’élément pour en obtenir un.

Secrétaire : [A l’interphone] Monsieur Benton votre voiture est en bas !

 

[Au poste, bureau de Beckett : Ryan, Beckett et Esposito]

Ryan : Le cabinet d’avocat loue ces voitures à la société Execu-drive. J’ai la facture de déplacement effectué par Pete Benton aux cours du mois dernier.

Beckett : T’as trouvé des trace inhabituelle ?

Ryan : Les trajets sont toujours les même, aller et retour au travail, sauf il y a 4 jours. Pete a envoyé un véhicule pour récupérer quelqu’un à JFK. Terminal internationale.

Beckett : Donc Pete a du prévenir son frère pour qu’il rentre au pays. Ils sont allés où ?

Ryan : A l’hôtel Fairwick.

Beckett : [La prenant sur le tableau] Très bien, apportons cette photo au Fairwick pour voir si quelqu’un reconnait Matt Benton.

Esposito : [Arrivant] En fait j’ai demandé au labo de nous le vieillir par ordinateur et voilà Matt avec 20 ans de plus.

Beckett : Attendez, vous n’aviez pas un diner de prévu ce soir ?

Ryan : Oui mais on peut remettre ça, à un soir ou Lanie ne sortira pas d’un double service.

Esposito : Pour être honnête Lanie est impatiente d’y être.

Beckett : Ou… vous en fait pas c’est sur mon chemin.

Esposito : Vous êtes sur ?

Beckett : De pas vouloir être celle qui va gâcher la soirée de Lanie ? Oh oui ! J’en suis persuadé !

 

 

[Loft des Castle : Alexis, Martha et Castle]

Martha : Franchement Richard comment veux-tu résoudre un meurtre commis hier en lisant un livre sur une maison centenaire.

Castle : J’ai l’impression d’entendre Beckett. Il y a forcément une explication pour laquelle toutes ces choses ce sont produite dans le salon. Tous ces meurtres, même lorsqu’il s’agit de meuble cassé, c’est toujours dans la même pièce.

Martha : Peut-être que ce démon n’aimait pas les meubles qui se trouvaient dans cette maison. Si un décorateur d’intérieur changeait totalement de style tout ça prendrait fin immédiatement.

Castle : La j’entends moins Beckett ! [Alexis décent les escaliers en robe] Oh, ohhh ! En tout cas toi chérie tu n’as pas besoin de changer de style. Regardez-moi ça, tu prends vraiment ces RDV en Webcam très au sérieux !

Alexis : Je vais à une soirée. Ashley était censé m’appeler il y a plusieurs heures de ça, mais j’en ai marre d’attendre.

Castle : Oh très bonne idée mon cœur. Amuse-toi bien !

Alexis : Merci papa. Je serais à la maison pour minuit !

Castle : Merci !

Alexis : Salut ! [Sortant de l’appartement]

Castle : Et bien tu as vu sa tenue. Est-ce que tu crois que je devrais m’inquiété ?

Martha : Celui qui devrait plutôt s’inquiété, c’est plutôt Ashley et croit-moi si il pouvait voir comment elle est sortie ce soir il réfléchirait à deux fois avant de la faire poireauté comme ça. [Le téléphone du loft sonne]

Castle : [Acquiesçant] Hum, hum !

Martha : [Regardant le correspondant] Tu trouves pas ça marrant, c’est Ashley ? Rejeter ! [Appuyant sur l’appareil] On pourrait croire qu’il est en train d’écouter tout ce qu’on disait !

Castle : [Ayant une révélation] En train d’écouter. L’architecte de la demeure McClaren, il était écossais !

Martha : C’est important ?

Castle : C’est la clé !

 

[Appartement de Beckett : Castle et Beckett]

[On frappe à la porte, Beckett ouvre sa porte à un Castle impatient]

Castle : Deux mots, Laird Lug ! [Entrant dans l’appartement]

Beckett : Laird Lug ?

Castle : C’est un terme écossais, ça veut dire les oreilles du maitre. Ça désigne les alcôves secrètes au-dessus des salles à manger dans la plupart des châteaux écossais. Le maitre des lieux s’en servait pour espionner ces invités.

Beckett : Je crois que j’ai bu un peu trop de vin ou pas assez.

Castle : Seamus McClaren, l’architecte de la demeure McClaren a grandi à deux pas du château d’Edinburg, connut pour son Laird Lug. Et le concept lui a tellement plus qu’il en a conçu des versions moderne dans plusieurs de ses maisons.

Beckett : Donc la demeure McClaren abriterait une alcôve secrète ?

Castle : Ca expliquerait absolument tout. Comment tous les meurtres on-t-il pu avoir lieux dans la même pièce ? Comment le tueur a-t-il pu apparaitre et disparaitre à volonté ? Des questions qui sont pour l’instant sans réponse. Et en parlant de réponse, vous avez appris quelque chose au Fairwick ?

Beckett : Absolument rien, il n’y a aucun élément qui pourrait attester de la présence de Matt Benton.

Castle : Peut-être que les preuves de son retour seront dans cette alcôve. Ça vaut le coup d’essayer !

Beckett : On ira voir ça demain matin à la 1ère heure ! [Il est déçu] Vous voulez y aller maintenant ?

Castle : Et bien, sauf si vous avez peur ?

Beckett : Oui bien sûr !

Castle : Je comprendrais, il s’agit d’une maison hanté.

Beckett : Je n’ai pas peur Castle !

Castle : Non, non. Vous avez raison. Vous avez raison, une fois que le démon a gouté au sang frais, sa soif ne s’étanche pas avec une seule victime.

Beckett : D’accord, on y va !

Castle : Ecouter si vous n’avez pas peur, dite le ?

Beckett : Non !

Castle : Je sais que vous en avez envie !

Beckett : Je ne le dirais pas Castle !

Castle : Pour moi, s’il vous plait ?

Beckett : “I ain't afraid of no ghosts” [La musique du film GhostBusters retenti]

Castle : Merci ! [Souriant  et heureux, la suivant hors de l’appartement]

 

[Demeure McClaren : Castle et Beckett]

Beckett : Honnêtement Castle il y a eu plusieurs enquête pour meurtre dans cette maison depuis toutes ces années alors je pense qu’il aurait trouvé une pièce secrète, s’il y en avait vraiment une.

Castle : Pas si elle est vraiment très bien caché !

Beckett : Vous savez si on trouve cette pièce, vous allez le regretté.

Castle : Ah oui, pour quelle raison ?

Beckett : Parce que vous serez obligé d’admettre qu’il n’y a pas de démon derrière toutes ces histoires et qu’il s’agit juste d’un banal tueur psychopathe qui se planque dans une pièce.

Castle : Sauf si ce tueur psychopathe s’avère être posséder par un démon.

Beckett : Pourquoi vous tenez tant à ce qui ait une raison surnaturelle ?

Castle : Pourquoi vous tenez tant à ce qu’il n’en ait pas ?

Beckett : C’est faux, je ne fais que suivre les preuves. Peut-importe où elles me mèneront. Et en tant que flic, je suis prête à considérer n’importe quelle explication rationnelle.

Castle : Ah, ah ! Et s’il y en a aucune ?

Beckett : Et bien je suis ouverte à toute alternative.

Castle : [Riant avec un air moqueur] Vous Septicus Maximus !

Beckett : Castle ce n’est pas parce que je ne passe pas tout mon temps à en parler, que ça veut dire que je ne crois pas au surnaturel. Parce que figurez-vous que j’ai déjà vécu des phénomènes inexpliqués.

Castle : Ah oui, je vous écoute !

Beckett : Quand j’étais petite fille, mes parents ont loué un bungalow près d’un lac. Un soir je me suis levé en pleine nuit pour aller aux toilettes et … [S’arrêtant] laisser tomber, vous allez me prendre pour une folle !

Castle : Non, allez-y, raconter moi !

Beckett : [Castle l’écoute avec attention] Et sur le chemin pour y aller, j’ai entendu une… voix qui murmurait…  « Kate, Kate ». Ça venait d’une pièce que les propriétaires avaient fermée à clé. Ils avaient dit à mes parents de ne jamais y entrée, sauf que cette nuit-là, il y avait une lueur étrange sous la porte et j’ai encore entendu la voix qui disait « Kate ». Alors je me suis mise devant la porte  et cette fois elle était pas fermer à clé. J’ai tourné la poigner, j’ai entrouvert la porte et c’est là que je l’ai vu…

Castle : [Complètement hypnotiser par l’histoire] C’était quoi ? Vous avez vu quoi ? [Beckett se mets à sourire] Ah, ah, ah, très marrant ! [Beckett rie fortement] Vous m’avez bien eu !

Beckett : [En riant]  Vous me connaissez depuis combien de temps ? Evidemment que je crois pas au fantôme ! [Une porte claque toute seule]

Castle : C’était quoi ça ? [Toutes les lumières s’éteignent en même temps]

Beckett : Tiens c’est bizarre !

Castle : Allons, c’est bien plus que bizarre. C’est la même suite d’évènement qui a précédé le meurtre de Jack Sinclair.

Beckett : Sauf que Jack, n’avait qu’un dosimètre et une caméra. Alors que moi j’ai une arme et une lampe torche. [La mettant en route et elle s’éteint]

Castle : Dont les piles sont mortes.

Beckett : J’aurais juré en avoir mis des nouvelles. Bon je sais que j’ai vu des allumettes par ici, près de ces bougies. [Castle fait une tête de monstre et essaie de faire peur à Kate] Grandissez un peu Castle !

Castle : Désolé !

Beckett : Oui les voilà. [Allumant une bougie qui s’éteint de suite] Castle ?

Castle : C’est pas moi !

Beckett : D’accord. Alors peut-être qu’il y a un courant d’air. Chercher avec moi ! [Levant les bras au plafond] Attendez, je crois que je le sens par-là ! Faite moi la courte échelle !

Castle : D’accord. Prête ?

Beckett : Oui ! [Il a du mal à la maintenir droite] C’est pas vrai Castle !

Castle : [Avec difficulté pour la soulevé] Les doigts dans le nez !

Beckett : Castle arrêtez un peu de bouger deux secondes, soyez sérieux ! [Une trappe s’ouvre au plafond]

Castle : C’est bruit qu’on entend sur la vidéo, juste avant que Jack Sinclair ne se fasse tuer !

Beckett : [Finissant de monter sur ses épaules] Tenez moi je vais grimper. Vous êtes prêt ? Attraper mes jambes ! Ahh… Castle j’ai dit les jambes d’accord ?

Castle : Ah, oui les jambes, désolé !

 

[Restaurant : Lanie, Jenny, Ryan et Esposito]

Lanie : Il était aussi désolé que moi je l’étais. Je passe mes journées avec des morts alors que je rentre à la maison, je veux un mec vivant.

Esposito : J’étais crevé ! [Ryan et Jenny rient]

Jenny : Je comprends pas qu’on est attendu si longtemps pour faire ça.

Ryan : Ouais, c’est vrai qu’on passe une super soirée. [Esposito lui fait un clin d’œil] Je voudrais porter un toast. Je sais que ça peut paraitre un peu ringard, mais c’est moi, alors je me lance. A l’amitié sincère, quel dure toujours ! [Ils trinquent]

Jenny : A votre santé !

Esposito : Et au futur jeune marié !

Jenny : Ohhh…

Ryan : C’est très gentil !

Lanie : A votre santé !

Jenny : Kevin m’avait dit que vous formiez un super couple, mais je savais pas que ça allait jusque-là. Alors vous comptez vous marié quand ?

[Lanie et Esposito allait s’embrasser, mais il s’arrête surprit en entendant la question de Jenny. Et un énorme malaise s’installe entre eux quatre]

 

[Demeure McClaren : Castle et Beckett]

Castle : Alors ça c’est vraiment tordu !

Beckett : Disons que les passages secrets ne sont pas réputés pour être les endroits les plus faciles d’accès.

Castle : Le tueur a du se suspendre à cette barre quand il a tranché la gorge de Jack Sinclair. Ça vous donnerait une explication non démoniaque en ce qui concerne les éclaboussures de sang.

Beckett : Castle, j’apprécie votre aide, je vous assure, mais c’est pas la peine de me faire un massage !

Castle : Je ne suis pas sûr de comprendre ?

Beckett : Vous ne me massez pas le cou ?

Castle : Non ! [Enlevant un rat du cou de Beckett en faisant des petits bruits de peur]

Beckett : Respirez un bon coup, c’est juste un rat. Il y a quelque chose de ce côté, venez !

[Allumant une pièce]

Beckett : Passage secret, pièce secrète. Je sais pas ce que vous en penser, mais le mystère de la demeure McClaren parait de moins en moins surnaturel.

Castle : Qu’est-ce que c’est ? [Activant une petite machine] Un générateur de champs magnétique. Voilà ce qui a coupé l’enregistrement des caméras. Quelqu’un a soigneusement planifié le meurtre de Jack Sinclair le soir où il est venu filmer ici. [La réactivant]

Beckett : Ca pompe tout le courant donc ça pourrait expliquer la coupure des lumières juste avant la mort de Jack.

Castle : Le champ magnétique pourrait aussi expliquer le déplacement du trépied qu’on a vu sur la vidéo.

Beckett : Castle regarder ces marques. Il y avait un lit ici, Matt Benton a pu attendre la venue de Jack Sinclair pendant plusieurs jours.

Castle : Cette maison a été inoccupée la plupart du temps, depuis la mort de Melanie Benton. Peut-être que si on a jamais retrouvé Matt Benton c’est parce qu’il ne l’a jamais quitté. Il a peut-être vécu là pendant tout ce temps ? [Des petits bruits retentissent][Chuchotant] Et peut-être qu’il est ici en ce moment même ?

Beckett : [Chuchotant] Ouvrez la porte ! [Castle le fait terrifier et un rat en sort]

Castle : [Riant] Ah, ah, ah. [Beckett rie avec lui] Je ne sens plus mon cœur ! J’ai eu une de ces trouilles !

[Beckett arrête de rire et est terrifié en voyant un cadavre dans le placard. Le corps tombe sur Castle qui hurle de peur]

Castle : [Horrifier] Ohhh. Non, sérieux. Sérieux ! Je vais brûler ce manteau !

Beckett : [S’accroupissant devant le cadavre momifié] Regarder il y a des initiales sur sa manche !

Castle : [Lisant] MB !

Beckett : Vous aviez raison Castle. Matt Benton n’a jamais quitté la demeure McClaren !

 

[La morgue : Lanie, Castle et Beckett]

Lanie : Le dossier dentaire le confirme, c’est bien Matt Benton.

Castle : Le labo a besoin d’un meilleur logiciel. [En regardant la photo vieillie]

Beckett : La cause du décès ?

Lanie : Je ne sais pas encore, mais ce n’est surement pas parce qu’il a trop longtemps joué à cache-cache.

Beckett : Il était là depuis combien de temps ?

Lanie : J’attends encore des résultats d’analyse, mais d’après le rapport préliminaire des tissus humains. Il serait mort il y a une 20ème d’années.

Beckett : D’accord donc il y a de forte chance qu’il est été tué en même temps que sa femme Melanie.

Castle : Alors l’assassin cache le corps pour que tout le monde pense que Matt est un fugitif et qu’il a tué sa femme. Ce qui fait que les enquêteurs non jamais été sur la trace du vrai tueur.

Lanie : Et ça a marché pendant 20 ans !

Beckett : Oui jusqu’à ce que Jack Sinclair débarque. Tiens-moi au courant dès que t’as les résultats !

Lanie : D’accord !

[Beckett sort de la pièce et avant qu’il ne fasse pareil, Castle se retourne vers Lanie]

Castle : Ah, comment c’est passé la soirée ? [Lanie lui fait de gros yeux méchant] Je voulais juste … [N’osant plus rien dire]

Beckett : [Revenant] Et dite moi, une question ? Si Matt a été tué il y a 20ans en même temps que sa femme, comment il a pu envoyer les cartes postales à Pete il y a 15ans ?

Castle : [Réfléchissant] Il est temps d’en savoir plus un peu plus sur Pete Benton ! Allez. [Tout bas juste pour Beckett] Ne lui parlez pas de la soirée !

[Beckett regarde Lanie qui se retourne en soupirant]

 

[Demeure McClaren, pièce secrète : Ryan et Esposito]

Ryan : Je te répète que je suis désolé d’accord. Je voulais pas gâcher le diner.

Esposito : [Imitant Ryan] « C’est vrai qu’on passe une super soirée » !

Ryan : Jenny c’est un peu emballer sur le moment.

Esposito  [Imitant Jenny] « Vous comptez vous marié quand ? » [Reprenant sa voix] Mais faut jamais poser ce genre de question. Ah, toute façon, ce n’est pas uniquement votre faute.

Ryan : Ca a bardé une fois à la maison ?

Esposito : Si ça a bardé ! Non, ça a bombardé tu veux dire. Et le résultat des courses ? On a décidé de prendre un peu de recul.

Ryan : Comment ça ? Vous avez rompu ?

Esposito : Ouais, le temps de savoir ce qu’on veut vraiment.

Ryan : Je suis désolé mon pote.

Esposito : Non ça va.

Ryan : Ecoute, si tu as besoin de moi pour quoi que ce soit, tu sais que je serai toujours là, d’accord ? [Esposito regarde la lumière] Quoi ?

Esposito : C’est peut-être rien mais, tu as vu cette ampoule ? Elle est toute neuve !

 

[Bureau de Pete Benton : Pete, Castle et Beckett]

Pete : Vous êtes sérieux là. Lieutenant, je vais porter plainte pour harcèlement. Je vous ai dit tout ce que je savais au sujet de mon frère.

Beckett : Non pas tout. Vous avez bien été fiancé à une époque Mr Benton.

Castle : A une certain Melanie Wendell. Jusqu’à ce que Melanie vous quitte pour épouser votre frère.

Pete : Oh, ça n’a pas marché comme prévu entre nous. Je ne m’attendais pas à ce qu’elle reste célibataire toute sa vie !

Castle : Mais vous ne vous êtes jamais marié, parce que vous n’avez jamais pu tourner la page.

Beckett : Qui a envoyé ces cartes postales Pete ? Ce serait pas vous par hasard ?

Pete : Vous racontez vraiment n’importe quoi, c’est mon frère qui me les a envoyé.

Beckett : Nous savons bien tous les deux que c’est impossible, parce que votre frère est mort depuis 20 ans.

Pete : [Sous le choc] Quoi ?

Beckett : Nous avons trouvé son corps dans la demeure McClaren. C’est terminé !

Pete : Vous pensez que j’ai tué mon frère ? Et que j’ai aussi Melanie ?

Beckett : Ou étiez-vous cette nuit-là Pete ?

Pete : Je vais vous dire exactement ou j’étais. Je suis allé diner avec mon amie Marie, au café Jouer sur la 37ème rue. On est sorti à 21h30 et on est passé prendre un verre au Doran’s. J’ai pris un whisky sec, notre serveur s’appelait Patrick. Quand vous apprenez une chose pareille, tout reste gravé dans votre mémoire. Je me souviens du moindre détail de la soirée, même si j’essayai, je ne pourrais jamais oublier.

Beckett : On va devoir vérifier votre version des faits Pete.

Pete : Alors… mon… mon frère n’a pas tué Melanie ?

Castle : On ne le pense pas non.

Pete : J’ai toujours cru que c’était lui. Matt était très colérique et il était convaincu que Melanie le trompait.

Beckett : C’était le cas ?

Pete : Ça ne me surprendrait pas si c’était vrai. Matt pensait que c’était un de ses collègues.

 

[Au poste : Ryan, Esposito, Castle et Beckett]

Ryan : C’était pas quelqu’un avec qui Melanie travaillait. Je viens de raccrocher avec George Banner, le responsable de l’agence de voyage ou elle bossait il y a 20ans. Il m’a dit que Melanie n’avait que 2 collègue, deux hommes…

Castle : Ah, ah !

Ryan : Marié !

Castle : Et alors ?

Ryan : Ensemble !

Castle : Oh !

Beckett : Les bureaux de l’agence en question était dans une tour du centre-ville, alors peut-être qu’elle avait un amant dans cette même tour. Il nous faut la liste de toutes les sociétés qui avait leur bureau là-bas.

Esposito : [Arrivant] Ce ne sera peut-être pas nécessaire. Vous vous rappeler l’ampoule de la pièce secrète ?

Beckett : Oui.

Esposito : Le numéro de série à parler. L’ampoule provient d’un lot qui a été vendu par le fabricant vendu à une boite qui s’appelle, Fuller Estate Management.

Beckett : Fuller ? Comme Steve Fuller ?

Esposito : Le propriétaire de la demeure McClaren.

Ryan : Ca veut dire qu’il était au courant pour la pièce et qu’il nous la caché.

Castle : Je ne vois qu’une seule raison pour laquelle il nous l’aurait caché. Parce que c’est l’assassin. Peut-être que Matt Benton avait raison et que sa femme avait bien un amant, seulement il n’avait pas cherché du bon côté.

Beckett : Oui, mais…

Esposito : [L’interrompant] Et quand les choses tournent mal, il l’a tu, il tu Matt et cache son corps dans sa propre maison en sachant que personne ne le trouvera.

Beckett : Oui…

Castle : [Ne la laissant toujours pas parler] Et il a voulu faire disparaitre les preuves en essayant de faire détruire la maison juste après les meurtres, mais elle a été classé monument historique.

[Beckett n’arrive pas à en placer une]

Ryan : Donc il s’est servi du passage secret pour effrayer les locataires et amplifier la légende de la demeure afin que personne ne veuille y vivre.

Castle : Et quand Sinclair est venu fouiner, il a été obligé de le tuer.

Beckett : [Montant le ton] On se détend. [Ils l’a laissent enfin s’exprimer] Super histoire, mais le procureur ne marchera jamais. Ce ne sont que des conjectures.

Esposito : Elle a raison. N’importe qui aurait pu mettre cette ampoule ici. On n’a aucune preuve.

Beckett : Hum !

Castle : Mais on va en avoir ! Et je crois savoir comment on va poussez Mr Fuller à nous livrer le fantôme

 

[Devant la demeure McClaren : Castle et Beckett]

[En planque dans la voiture]

Castle : Vous croyez qu’il va venir ?

Beckett : J’en sais rien !

Castle : Vous lui avez bien dit pour demain ?

Beckett : Oui Castle, il pense qu’il va venir démolir ce mur demain matin. Donc si Fuller est notre homme, il devrait passer pour récupérer le corps de Matt Benton ce soir. Si c’est notre homme, parce que ça peut ne pas être lui.

Castle : [Voyant quelqu’un arriver dans la nuit] Et pourtant le voilà ! Mais bien sûr, il se peut très bien qu’il soit venu réparer les toilettes bouchées !

 

[Demeure McClaren : Castle, Beckett et Smith]

[La trappe du salon s’ouvre et un sac avec un corps est balancé par terre. Un homme descend ensuite avec une corde]

Castle : Vous voulez un coup de main Fuller ?

[Les lumières s’allument]

Beckett : Lieutenant Smith ?

Smith : Lieutenant Beckett !

Beckett : C’est pas vrai. Alors pendant tout ce temps, c’était vous. Pourquoi ?

Smith : Vous n’êtes pas au courant ? Mais il l’a maltraitait. Il lui faisait subir des choses horribles. Il y avait pas un mois sans qu’on soit obligé d’intervenir et un après-midi, je suis passé pour voir comment elle allait.

Beckett : Vous étiez son amant ?

Smith : Ce n’est pas ce que vous croyez. C’était de l’amour.

Castle : Alors pourquoi l’avez-vous tuer ?

Smith : Je n’ai pas voulu ça, mais elle avait décidé de rompre et je ne pouvais pas la laisser me quitter.

Castle : Et Matt Benton ?

Smith : Vu la façon dont il la traitait, il méritait ce qu’il a eu.

Beckett : Et comme vous étiez chargé de l’enquête, vous saviez comment orienter les pistes vers quelqu’un qu’on ne retrouverait jamais.

Castle : Et vous avez envoyé sa carte postale pour garder votre suspect en vie.

Smith : Je les ai laissé penser qu’il l’avait tué. Toute façon c’était sa faute.

Beckett : Comment vous avez su que Jack Sinclair avait retrouvé la mémoire ?

Smith : J’avais promis à Fuller que quoi qu’il arrive j’allais résoudre cette affaire un jour ou l’autre. Je lui ai demandé de me tenir informer du moindre élément nouveau.

Beckett : Et quand Jack l’a contacté à propos des lieux du crime, Fuller vous a appelé.

Castle : Et quand nous avons dit à Fuller que nous allions casser ce mur demain matin, il vous a encore appelé.

Smith : Vous êtes très malin tous les deux. Mais vous oubliez un petit détail. Cette maison est hantée ! [Activant le système «électromagnétique et les lumières s’éteignent. Se battant avec Beckett et rallume les lumières] Merci pour votre arme lieutenant, c’est très gentil. Vous savez je me suis vraiment senti coupable pour Sinclair, mais il savait des choses qui n’était pas dans le dossier. Il en savait trop sur cette nuit-là !

Castle : Donc vous deviez l’éliminer !

Smith : A genoux ! [Castle veut s’exécuter mais ce stop]

Beckett : Ne vous en fait pas, il ne va pas nous tirer dessus. Ça ne collerait pas avec la légende ! [Smith sort un couteau]

Castle : N’hésitez pas si vous avez d’autre astuce a donné à notre tueur.

Smith : Mettez-vous à genoux !

Beckett : [Sur d’elle] Je ne crois pas lieutenant !

Castle : Le truc c’est que les démons ne tuent que quand ils sont sûr, que personne ne les regardent. Et ce soir nous avons des spectateurs ! [Smith voit la caméra vidéo caché]

Beckett : Ils ont enregistrés vos aveux complets !

[La cavalerie entre dans la pièce]

Policier1 : Les mains en l’air !

Policier2 : Allez plus vite !

Policier3 : Vous êtes en état d’arrestation !

[Castle fait un signe à la caméra ou les gars regardaient la scène]

Esposito : Piéger !

Ryan : Et sans positroneur désintégrant. Grâce à Lulu !

Lulu : C’était la moindre des choses que je pouvais faire, pour Jack !

 

[Bureau de Beckett : Castle et Beckett]

Castle : Donc Fuller n’était pas au courant pour la pièce secrète !

Beckett : Comme on l’a déjà dit, n’importe qui aurait pu prendre cette ampoule d’une autre pièce de la maison et l’a placé dans celle-là. Et je pense que c’était Smith. Il est avec le procureur en train de rédiger ses aveux.

Castle : Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi il a tué Melanie s’il l’aimait à ce point-là ?

Beckett : Il a dit qu’un démon l’avait poussé à faire ça !

Castle : Ahhhh !

Beckett : Il prépare le terrain pour plaider la folie, croyez-moi sur parole !

Castle : Possible !

Beckett : Oh je vous en prie Castle, même vous, vous êtes bien obligé d’admettre que tout ce qui s’est passé, que toutes ces histoires de fantôme, tous ces morts, tout ce qui touche de près ou de loin à des activités paranormales concernant la demeure McClaren, s’explique par le passage secret.

Castle : J’en sais rien et ce qui s’est passé hier soir quand on était dans le salon. La porte, la lumière, la bougie !

Beckett : Installation vétuste et courant d’air !

Castle : Ou peut-être qu’il y avait autre chose. Réfléchissez si vous n’aviez pas cherché le courant d’air qui avait éteint la bougie, vous n’auriez jamais trouvé le passage secret, ni le corps de Matt Benton.

Beckett : Cracher le morceau pour tous ceux qui ignore, les code du paranormal.

Castle : Peut-être bien que quelqu’un voulait qu’on trouve ce passage secret. Peut-être bien que le fantôme de Jack Sinclair nous a aider à résoudre son propre meurtre !

Beckett : [Souriante] Ok, voilà ce qu’on va faire. Je suis prête à admettre cette hypothèse, si vous admettez qu’il n’y a pas de démon !

Castle : Ok !

[Castle va appuyiez sur le bouton de l’ascenseur, mais il s’allume tout seul et les portes de l’ascenseur s’ouvrent toute seule. Beckett rentre à l’intérieur avec le sourire]

Castle : Quelqu’un a vu ça ? C’était bizarre.

 

[Loft des Castle : Alexis et Castle]

Alexis : Bonsoir papa !

Castle : Tu n’es toujours pas coucher. Tu essai encore de joindre Ashley en Webcam ?

Alexis : Non, on a enfin réussi à se parler.

Castle : Ah, tu as vécu les émotions que tu attendais à vivre avec une vidéo conférence ?

Alexis : Honnêtement c’était… ennuyeux. Il était préoccupé et moi j’étais fatigué, [Castle acquiesce] et le décalage horaire rend les choses encore plus compliqué.

Castle : Personne n’a dit que les relations longue distance était facile.

Alexis : Oui mais c‘est vraiment censé être aussi dur ?

Castle : Et bien je peux te dire une seule chose. [Venant s’assoir par terre à côté d’elle] Toute relation qui dure plus longtemps qu’un bonbon à la menthe, rencontrera des difficultés, mais quand une relation ne marche pas, c’est rarement à cause des difficultés rencontrer. C’est souvent parce que les sentiments n’étaient déjà pas assez solides au début de la relation. Ça t’aide un peu ?

Alexis : Pas vraiment !

Castle : Ouais !

Alexis : [Posant sa tête sur le torse de son père] Mais ça oui !

Castle : [Câlinant] Laisse-moi te dire un petit truc. Si deux personne croient en quelque chose, y croie vraiment, alors tout, même l’impossible devient possible !

Alexis : [Lui tendant la télécommande] Même, une horde de zombie cannibale ?

Castle : Tu veux dire, surtout une horde de zombie cannibale ! Ou on en était ?

Alexis : Oui, juste là !

[Castle clic sur la télécommande]

 

 

Wolf howling at the full moon. An antique, boarded up room. A man enters with a video camera and EMF reader. "Ghost Wrangler" is written on the back of his jacket.

Jack Sinclair: Living room, 9:03 p.m. EMF levels spiking off the chart.

Doors slam shut. More doors slam shut. The lights flicker out.

Jack Sinclair: Hello? Is anyone there?

A door opening noise.

Jack Sinclair: Mercy, I can see it. Mercy. No! Noooo!

Alexis and Castle scream, Alexis sitting on her Dad's lap.

Alexis: Dad, are you using me as a shield against flesh-eating zombies?

Castle: No. No, I just wanted you to have a better view.

Alexis gets up.

Castle: Oh, whoa, whoa, whoa, whoa, whoa, where are you going?

Castle pauses the horror film.

Castle: I think… I really think we're safe from….

Alexis: Sorry, Dad. You're going to have to fend for yourself. I'm skype-ing with Ashley.

Castle: What? Right in the middle of father/daughter zombie time? Can't you do it later?

Alexis: He's not available later. He's got a dorm meeting, then a seminar after that.

Castle: I know he's busy, and you are very thoughtful to be so accommodating, sweetheart, but a healthy relationship is based on mutual respect. I mean, think about what kind of signal you're sending if you're the one always re-arranging your schedule at the other one's every beck and call. I mean, if you just drop everything the very moment that…

Castle's cell phone rings.

Castle: Sorry. Hang on.

Castle answers.

Castle: Detective Beckett… I'll be right there.

Alexis notices his hypocrisy.

In the McClaren’s house.

Castle: I'm a little worried about Alexis. I think her not getting into Stanford has upset the balance of power in her relationship with Ashley.

Beckett: Oh, Castle, I wouldn't worry about that. I mean, Alexis is a girl and Ashley's a teenage boy. I'd say she still holds most of the power.

Castle sees the van they're passing.

Castle: The Ghost Wranglers are here? Okay, that's why I love these guys. Body's not even cold, they're already tracking down the ghost.

Beckett: Why doesn't it surprise me that you actually watch that ridiculous show?

Castle: Ridiculously awesome. Jack Sinclair is, hands down, America's most accomplished ghost hunter.

Beckett: Um... Castle... Jack Sinclair is the name of our victim.

Castle: And the hunter becomes the hunted.

Landlord: He was here doing a special about the house. You know, for his TV show.

Castle: Why this place?

Landlord: It has a bit of a history.

Beckett: You mean, paranormal history?

Landlord: Look, Detective, I'm not saying I believe in that stuff, okay? But I've owned the McClaren house for over twenty years, and when the phone rings about this place, odds are it's not a busted toilet.

Beckett: Anybody living there now?

Landlord: Not for years. It's hard getting tenants to stick around. So when this Sinclair guy called, I figured, what the hell? Maybe he could clear the place up, make it rentable. But after what just happened...

Castle: What exactly did just happen?

 

Lanie: His throat was slit almost from ear to ear, jugular, superior thyroid, common carotid left and right. You name it, it's been severed.

Castle: Well, that explains all the blood.

Lanie: Here's what I can't explain, depth and nature of the wounds tell me that the killer got up close and personal.

Beckett: So then where are the footprints?

Lanie: Not just that. Look at the blood spatter. You cut all those arteries and the spray is gonna come fast and it's gonna come strong.

Castle: I'll say. It went everywhere.

Beckett: But it shouldn't have. Some of it should've landed on the killer.

Lanie nods.

Castle: Yet every drop of it landed on the floor. The spray is completely unobstructed.

Lanie: Exactly. It doesn't make sense.

Castle: Unless... The blood passed right through the killer.

Beckett rolls her eyes.

Lanie: Are you saying a ghost did this?

Beckett: Please don't encourage him.

Castle: I'm saying, maybe Mr. Sinclair finally met a wraith he couldn't wrangle.

Beckett: Lanie, who called this in?

Outside the house.

Lulu: I'm Jack's producer. I worked with him for the last four years.

Beckett: Okay, Lulu, we just need to know everything that happened before you called 9-1-1.

Lulu: Okay. Jack went in the house at around seven and then he went on lockdown a few minutes after that.

Beckett is confused.

Castle: Uh, he locks himself into the house for the night. It's standard protocol for ghost hunters.

Beckett: Uh-huh. And was he in there alone?

Lulu: Yeah. We always do a clean sweep of the place right before we start. So, he… He locked the doors, and then I went into the tech van to watch the feed.

Beckett: And were the cameras rolling the whole time?

In the tech van, they watch the video feed.

Castle: The infrared cameras are to detect unexplained thermal anomalies.

Jack Sinclair: Living room, 9:03 p.m. EMF levels spiking off the charts.

Castle: That's an Electro Magnetic Field meter. That's a tool of the ghost-busting trade. It's used to measure spikes in paranormal energy.

He sees Beckett's look.

Castle: Let's just watch.

Becket nods. Doors slam shut. More doors slam shut. The lights flicker out.

Jack Sinclair: Hello? Anyone there?

A door opening noise.

Jack Sinclair: Mercy, I can see it. Mercy.

Beckett: Sounds like he was begging his killer for mercy.

The feed goes dead.

Beckett: What happened?

Lulu: Tha… That's it. That's when all the camera signals cut out at once.

Beckett: And what could explain the picture suddenly going out like that?

Lulu: I don't know. It's never happened before.

Castle: Well, there was that last episode on The Soprano's.

Beckett: No. There's no way. Jack had to have been in there with someone else. Did he have any enemies? Anybody that he was having problems with recently?

Lulu: No, not that I know of. He did show up to lockdown upset.

Beckett: Do you know where he was coming from?

Lulu: No. He pulled up in a cab and grabbed his gear and just went inside.

Beckett: Did anyone else have keys to this place?

Lulu: Just Jack and Barry B.

Castle: Barry Bavetta. That's Jack's camera man. Where is Barry. Doesn't he usually do lockdown with Jack?

Lulu: He and Jack had an argument this afternoon. Things got pretty heated and then Barry just quit.

Beckett: Could he have programmed the cameras to turn off like that?

Lulu: Actually, yeah, he could.

Near the bullpen, Esposito hangs up the phone.

Esposito: Barry Bavetta checked out of his hotel in a hurry at 7:30.

Ryan: That's enough time to make it back to the house by nine when Jack was killed. Barry's phone is still going straight to voicemail.

Esposito: Well, the manager gave me his credit card info. So, if we're lucky, he's out there using it.

Ryan: Alright. I'm gonna start scrubbing this footage from inside the house. Maybe there's something in there that can implicate this guy.

Esposito: Right. Hey, we're still on for dinner tomorrow night, right?

Ryan: Oh, yeah, Jenny's totally psyched. She's never really hung out with Lanie before, so cool.

Esposito: Well, just to let you know, Lanie's gonna be getting off a double shift. So, she could be a little cranky.

Ryan: Oh. Maybe we should reschedule. I mean, isn't the whole point for Jenny and Lanie to get along?

Esposito: Nah, she'll be cool. Just, you know, don't say anything controversial.

Ryan: Like what? What's controversial?

The computer makes a sound.

Esposito: Bingo.

Ryan: Bingo. Don't talk about Bingo?

Esposito: No. Barry Bavetta's been busy, and so has his lap. Dude has racked up a hell of a tab at a strip club by the airport. First charge, an hour after the murder.

In the interrogation room.

Beckett: Sorry to interrupt your fun, Barry.

Castle: We heard you were racking up quite a bill. Or is that billing quite a rack?

Barry Bavetta: So, what? Getting a lap dance is illegal now? Look, I was just blowing off some steam. Haven't had the best day.

Beckett: Yeah, so we heard. Your producer said that you and Jack Sinclair had a falling out today.

Barry Bavetta: So this is about Jack? Yeah, we got into it. Wasn't the first fight we ever had, but I made sure it'll be the last.

Castle: Why don't you tell us what happened, Barry?

Barry Bavetta: Jack screwed me over's what happened. Told me last minute I wasn't going with him on lockdown tonight.

Beckett: Any reason?

Barry Bavetta: The only one he gave was he's "the boss." but, ha, it's 'cause he's jealous. Worried I'm gonna walk off with all the credit.

Castle: Why is that?

Barry Bavetta: Because the episode we're doing tonight, the McClaren House, was my idea. I did all the research, Jack didn't even want to do the damn show.

Castle: Why wouldn't Jack want to do a show about a haunted mansion in New York? That sounds like ratings gold.

Barry Bavetta: Jack's weird about New York. He was brought up here, but he's got some strange aversion to coming back. He tried to torpedo the whole thing. Said he wouldn't be caught dead in that house.

Castle: And you decided to prove him wrong.

Barry Bavetta: What?

Beckett: Jack Sinclair was killed in the McClaren house tonight.

Barry Bavetta: Killed?

Beckett: Barry, why didn't you give your keys back to the owner?

Barry Bavetta: Uh, um, I was-- I was upset. I forgot. Is… Is… Is he really dead?

Castle: You were the one who set up the cameras, right?

Barry Bavetta: Yeah. So?

Beckett: So you knew exactly where they were placed and how to avoid them when you snuck back in the house. You even knew how to program them to turn off at a certain point.

Barry Bavetta: Whoa, whoa. I did not kill Jack. I wasn't even there. I got stuck in a security line and missed my flight to L.A. I went to the strip club right after that. You can check that.

Near the bullpen.

Beckett: So, TSA has Barry going through security at 9:15 at JFK. There is no way that he was in the house at the time of the murder.

A uniform hands Esposito a file.

Esposito: Plus, Tech checked out those cameras. They weren't programmed to turn off. The only thing Barry's guilty of killing is time at a strip club.

Castle: So, if Barry's not our guy, I think it's time we revisit the possibility that our killer's…

Beckett: If you say "ghost" I'm sending you home.

Castle and Esposito look at each other.

Castle: Apparition American.

Becket rolls her eyes.

Castle: Have you figured out another way to explain the blood spatter?

Beckett: No, I haven't, but I will. Apparently, Jack Sinclair was very upset when he arrived in the taxicab tonight. So, let's find out where that cab picked him up and what he was doing there.

Esposito: Roger that.

Esposito leaves.

Beckett: You'll see, Castle. This'll turn out just like every other murder investigation. Once we find out more about our victim's life, the details surrounding his death, everything will be explained.

Ryan: Um... Maybe not everything.

Castle and Beckett follow Ryan to the tech room.

Ryan: I was reviewing the footage shot inside the house tonight, looking for signs if someone else was there, a shadow, reflection, something. Instead, I found, uh... Well, you better see for yourself. So, I slowed down the video, but watch the tripod in the background.

Ryan zooms in on the tripod. It moves on its own.

Ryan: There. You see it?

Castle and Beckett's jaws drop.

Beckett: Well, um... I'm sure there's a perfectly simple explanation for all of that.

Castle: There is. There here.

Beckett enters as Castle writes on the murder board.

Beckett: Well, did you get any sleep?

Castle: Not a wink, but it was worth it. After researching the history of the McClaren Mansion, I think I know what happened to our victim, Ghost Hunter Jack Sinclair. That coffee's for you, by the way.

Beckett: Oh.

She picks it up, but it's empty.

Castle: Uh, the--the other one, that's...

Beckett picks up the other coffee, but it's empty, too.

Castle: That's...

Castle makes an "Eek, whoops" expression.

Castle: I'll make you an… I'll make you one. Um... Since the McClaren Mansion was built in 1898, bodies have been piling up faster than a Tarentino movie. Eight killings in all, starting with the original owner, Robert Pettigrew, strangled 1903. All the way to Melanie Benton, hacked to pieces in 1991. The current owner, Steve Fuller, tried to have the house torn down, but it was declared a landmark by the Society for Historical…

Beckett: I'm sorry, Castle. I appreciate your work, I do, but what does this have to do with our case?

Castle: Thank you. Just getting to that. It seems that in almost all of these killings the killer claimed that there was a - ready for this?

Esposito nods.

Castle: That a demon was responsible.

Beckett: A demon? Really?

Castle: I'm not making this up. It's in the books.

Beckett: Fine. A demon killed Jack Sinclair. So, what's our next step? Are we gonna stake out the house, wait for the demon to show up, zap him with our proton pack?

Esposito laughs.

Castle: That's not a real thing, you know. That real ghost hunters use.

Esposito: "Real" ghost hunters? Isn't that a contradiction in terms, bro?

Beckett flips the murder board around.

Beckett: Okay, does anybody have anything pertinent to our case?

Esposito: I do.

Beckett: Okay.

Esposito: I tracked down that cab our vic took last night. The driver's trip log says that he picked up Jack on the corner of 38th and 9th.

Beckett: Have uniforms canvass the area with Jack's photo. Let's see what he was up to.

Esposito: Oh, and phone records, too. Maybe that'll shed some light on things.

Ryan: I think I can shed some light on why Jack didn't want to do the show here. Talked to an old high school pal that Jack had breakfast with a couple days ago, turns out that our vic actually used to live right near the McClaren House. He said that he used to walk a couple blocks out of his way just to avoid walking past it, said it gave him a "creeped out feeling."

Castle: You see? I am telling you, there is something going on with this house. The last people… To…

Castle tries to flip the board back around, but Beckett stops him.

Castle: The last people that lived there moved out four years ago in a hurry.

Ryan: Why?

Castle: I don't know, but I think it's time we found out.

Beckett: Knock yourself out, Castle.

Castle: You're not coming?

Beckett: No. I've got a murder to solve.

Ryan: I'll go.

Beckett gives Ryan a look. Castle smiles at Ryan, then turns and sees Beckett's expression and his face falls. Beckett narrows her eyes.

Castle: Ooh. That's a look.

Ryan: Yeah.

Castle: I get these a lot. Just start walking. Faster.

Beckett watches them leave, then looks over at the empty coffee cups.

In the break room, Beckett struggles with the steaming espresso machine.

Esposito: Yo. I, uh, just saw Ryan downstairs. I can't believe you let him go chasing ghosts with Castle.

Beckett: Yeah. Maybe Shaggy'll keep Scooby out of trouble. Besides, you never know, maybe they'll come up with something useful.

Esposito: Oh, you want useful. 'Cause I just spoke to CSU. They found fingerprints at the scene from a real live person, so...

Esposito points for her to follow him to the bullpen.

Esposito: His name is Ron Berger. He lives in Queens. They're picking him up now.

Beckett: Does he have a record?

Esposito: Yeah. Chuckles did eight years for armed robbery with a knife. He's also dabbled in B&, which makes breaking into a locked house no problem for this guy.

Beckett: When did he get out of prison?

Esposito: Five weeks ago.

Beckett: Oh, finally a lead that makes sense.

Esposito: Oh, it gets better. Ron has a history with our vic. Ghost Wranglers did a piece on Five Points Correctional and Ron was featured, claims he was sharing his cell with a spirit.

Beckett: Well, that's prison overcrowding for you.

Esposito: Apparently Casper was being a little too friendly, touching Ron in all the wrong places.

Beckett: Molested by a ghost? Wow, some people will do anything to get on TV.

Esposito: Yeah, except it backfired on him. Ron became the laughingstock of the prison yard. He got all pissed off and he wrote the show a letter.

Beckett: "I'm going to make Jack Sinclare bleed for what he did to me."

In the interrogation room.

Ron Berger: I wrote that letter, yeah. But that was as far as it went. I… I didn't kill him.

Beckett: Where were you last night at 9 p.m.?

Ron Berger: I was at home watching cartoons.

Esposito: Mm.

Ron Berger: You can ask my mom.

Esposito: Well, we have a problem, Ron, because we found your fingerprints inside the McClaren House.

Ron Berger: I… I can explain that.

Esposito: I'm waiting.

Ron Berger: I… I can't violate my parole. I can't go back to Five Points. Not… Not in that cell. Not… Not with that... Thing.

Beckett: You're worried about your ghost? Ron, you're looking at murder. You've got a flimsy alibi, your fingerprints are all over the crime scene, you had means, motive, and opportunity.

Ron Berger: Alright, alright. I was there. Just, uh, not last night. About a month ago. I was there because of Jack. He… He called me after I got out.

Beckett: Jack Sinclair called you after you threatened him?

Ron Berger: To apologize for the prison show thing, and he… He had a request.

Beckett: What kind of a request?

Ron Berger: Uh, it was a strange one. He wanted me to take pictures inside the McClaren House.

Esposito: Why you?

Ron Berger: It was locked up. So, uh, I had to break in.

Beckett: Did he give you any reason for asking for those pictures?

Ron shakes his head.

Beckett: Okay, we're gonna need to see the photos.

In the conference room.

Esposito: So, Tech analyzed the SD card. Time date stamp was not messed with.

Beckett: So then Ron was telling the truth?

Esposito: Well, about the photos. I'm still not buying the whole touched-by-a-phantom routine.

Beckett: I wonder what Jack wanted with all of these photos. You know, all of the pictures are of just one room, the living room. That's the same room as the crime scene.

Esposito: So, Jack hired Ron Berger to take pictures of the very room he was gonna die in. That's creepy.

Beckett: That's not creepy, Castle. I'm sure it can all be explained, and I bet you that living room has absolutely nothing to do with ghosts or demons.

In the Boyer's house.

Margaret Boyer: The living room, definitely. That was the epicenter of the activity.

Ryan: Ms. Boyer, when you say "activity"...

Margaret Boyer: We didn't buy it, either. We had heard all about the McClaren House, it's history. We laughed about it.

Harry Boyer: At first, everything was fine.

Margaret Boyer: Then it started. Lights going off, strange noises, doors slamming.

Castle: Did anything violent ever happen?

Harry Boyer: One night, uh, we heard a noise from the living room. We went downstairs, found the whole room trashed.

Margaret Boyer: Tables flipped over, books ripped apart, pictures smashed.

Castle: Oh, my God, that's terrible. Is that when you decided to move out?

Harry Boyer: Not without a fight. We found this woman, this, um, ghost hunter.

Margaret Boyer: Said she was the best. Said all other ghost hunters came to her for help. She took one look and told us to run like hell.

Harry Boyer: Yeah, what was her name? Um, Mercy. That's right. Mercy LaGrande.

Castle: "Mercy, I can see it. Mercy"?

Ryan: Maybe Jack Sinclair wasn't begging for Mercy when he died.

Castle: He was saying her name.

Near the bullpen.

Beckett: Mercy LaGrande, real name Mercedes King, runs an unlicensed business doing paranormal consultations.

Esposito: There's a reason why she's unlicensed. Check out this rap sheet. We've got ID theft, fraud, check fraud, and impersonating a religious official.

Beckett: Look at where her business is located. 38th and 9th.

Esposito: It's on the same block our vic called that cab.

Castle: So, Jack pays Mercy a visit and then goes to the McClaren House upset.

Ryan: Hours later, he says Mercy's name right before he dies.

Beckett: So the question is, how is she involved in all of this?

Castle and Ryan hop up.

Castle: Uh, well, you know, uh, Ryan and I would be glad to go check this out if you guys are too busy solving that murder.

Beckett and Esposito exchange a look.

At Mercy Lagrande's apartment.

Mercy Lagrande: I did what I could to help him, but I'd say it wasn't enough.

Castle: Why did Jack Sinclair come to see you?

Mercy Lagrande: I've been in the McClaren House. He was going to face whatever's in there and he wanted my advice.

Beckett: Which you gave him. For a fee.

Mercy Lagrande: I'm not a charlatan, Detective. Someone with Jack Sinclair's experience wouldn't be seeking my counsel if I was. Please.

She gestures for Beckett to take a seat.

Beckett: If he was that good, why would he seek your help?

Mercy Lagrande: This was not like any other house to him. When he took the assignment, the dreams started. Just glimpses at first, bits and pieces of a room. But then the dreams became nightmares, figures, bodies.

Castle: Whose bodies?

Mercy Lagrande: He didn't know. But the more we talked, the more it became clear to me these weren't dreams.

Beckett: Well, what were they?

Mercy Lagrande: Memories. He witnessed great evil, repressed it all these years, but the memories were too strong. They were coming back.

Beckett: And what was he remembering, exactly?

Mercy Lagrande: A woman, a lot of blood, a man with a knife.

Castle: Who was the man?

Mercy Lagrande: He said the face was blurred, but getting clearer. I told him, if he returned to the room where it happened, it might all come back to him.

Castle: "Mercy, I can see it." That's the murderer's face.

Beckett: Jack recovered the memory just before he was killed.

Castle: The last murder in that house was twenty years ago. I read about the case, there were no witnesses.

Mercy Lagrande: There was one. Jack Sinclair was there the night that woman died. He was there.

Esposito puts photos of the 20-year-old homicide on the murder board.

Esposito: The pictures aren't pretty. Melanie Benton sliced up in the McClaren House on the night of April 20th, 1991. One guess where she was found.

Castle: The living room.

Esposito: Give that man a prize.

Castle: So, 1991 Jack Sinclair is, what? Eleven? Still living in the neighbourhood. I'm betting this is the murder he witnessed.

Beckett: Yeah, but how did he witness the murder without the killer knowing?

Ryan: I did some digging. Jack had a paper route and the McClaren House was on it.

Castle: Okay, so Jack shows up, maybe to collect money? Hears screams and he peers in through those windows. He started having dreams about what he'd seen all those years ago and he wanted to make sense of them.

Esposito: That's why our vic hired Ron Berger to break in and take pictures of the living room.

Beckett: Was there ever an arrest made?

Ryan: No, which means the killer's still out there.

Castle: So, Jack Sinclair is just about to recover his memory, and possibly ID our killer, and he's silenced.

Beckett: Who was the investigating officer on the case?

In the break room.

Addison Smith: I've been retired ten years and I still think about this one. I was the first one on the scene, and I got to tell you, the pictures don't even do it justice. What Matt Benton did to his poor wife...

Beckett: Matt Benton? You think that Melanie was killed by her own husband?

Addison Smith: Well, the neighbours complained about constant fighting, we put out an APB on Benton the night that Melanie was murdered, but he got away and he's been on the lam ever since. So...doesn't take a genius to put it together.

Beckett: Did you ever hear anything about his whereabouts after he disappeared?

Addison Smith: We got one tip once about him being in Europe. But that's... That's got to be a good fifteen years ago now.

Castle: So, somebody spotted him?

Addison Smith: No, he sent postcards to his brother. They were postmarked Vienna.

Castle: But what did they say? Do you remember?

Addison Smith: They all said the same thing. Benton claimed he wasn't responsible for his wife's death, something about a demon.

Beckett rolls her eyes. Castle gets excited.

Castle: Really? He claimed there was a demon involved?

Addison Smith: I know. Like anyone's going to fall for that, right? I mean, what kind of jackass did he think he was dealing with?

Beckett smirks at Castle, whose gleeful expression turns sour.

Beckett: Did you ever follow up on any of those postcards, Detective Smith?

Addison Smith: We got Interpol involved, but without any hard evidence against the guy, no murder weapon, no witness, you know, I don't think they ever took it too seriously.

Beckett: And what if a witness came forward now. Would that change anything?

Addison Smith: It would change everything.

Near the bullpen.

Castle: It sounds more and more like Matt Benton found out about Jack and decided to keep him quiet.

Beckett: But how did Matt find out that Jack was recovering his memories?

Esposito: I have an idea about that. I was rechecking our vic's phone records and it turns out, a week before he died, Jack Sinclair called the law firm of Lockhart, Whelan, and Benton.

Castle: Benton? As in...?

Esposito: Pete Benton, Matt's brother.

Beckett: That's the brother that Matt was sending those postcards to and…

Castle: He could've easily alerted Matt that someone was asking questions. The wrong kind of questions.

At Pete Benton's office.

Pete Benton: My brother sent me those postcards over fifteen years ago. I gave them to the cops. I haven't heard from him since.

Beckett: And no contact since then, Mr. Benton?

Pete Benton: Nope.

Beckett: Not even after talking to Jack Sinclair?

Pete Benton: Jack Sinclair?

Castle: The ghost hunter. He was killed in the McClaren House last night.

Pete Benton: I never spoke to Jack Sinclair.

Beckett: Well, his phone records show otherwise.

Pete Benton: I get calls every year from some TV producer looking to exploit my family's tragedy and the legend of the McClaren Mansion. Look, it's a shame whatever happened to this guy, but if he called here, I did not talk to him. And I certainly haven't spoken to my brother.

Castle: So, if we check your phone records, we won't find any calls to Vienna?

Pete Benton: We're an international law firm. We have clients all over Europe, including Vienna.

Beckett: We're gonna need access to those phone logs.

Pete Benton: Then you need a warrant, and you don't have enough to get one.

Secretary: Mr. Benton, your car is downstairs.

Near the bullpen.

Ryan: Law firm's car service of choice is Execudrive. Here are Pete Benton's billing slips going back a month or so.

Beckett: Was there any unusual activity?

Ryan: Their daily activity is the same to and from work, except for four days ago when Pete authorized a pickup at JFK, international terminal.

Beckett: Okay, so maybe Pete did have his brother on speed dial. Where'd they go?

Ryan: Fairwick Hotel.

Beckett: Alright, let's take this down to the Fairwick...

Beckett takes Matt Benton's photo off of the murder board.]

Beckett: And see if anybody recognizes Matt Benton.

Esposito: Actually, I had Tech mock up an aged up version of the photo. You know, Matt twenty years later.

Beckett: Wait a minute, don't you guys have dinner plans tonight?

Ryan: Uh, we can move it to... Some night when Lanie's not coming off a double shift.

Esposito: Uh, actually, Lanie's really looking forward to it.

Beckett: You know what? No worries. It's on my way home.

Beckett takes the photos.

Ryan/Esposito: You sure?

Beckett: That I don't want to be the one to blame for ruining Lanie's night out? Oh, yeah. I am sure.

At Castle’s loft.

Martha: Honestly, Richard, how do you plan to solve a one-day-old murder by reading a book about a hundred-year-old house?

Castle: You sound just like Beckett. There has to be a reason why all of these things happen in the living room. All these murders, uh, the tenants who had their furniture smashed, all in the same room.

Martha: Maybe that demon of yours did not like the furniture. You bring in a decorator, snazz up the place...

Martha snaps her fingers.

Martha: All this nonsense might stop.

Castle: Less like Beckett.

Castle sees Alexis coming downstairs dressed for a night out.

Castle: Oh. No need of snazzing up here, look at you. Wow, you're really taking these Skype dates with Ashley seriously.

Alexis: I'm going to a party. Ash was supposed to call me hours ago, but I'm tired of waiting.

Castle: Oh, good for you, sweetheart. Have a good time.

Alexis: Thanks, Dad. I'll be back by midnight.

Castle: Thank you.

Alexis: Bye.

Alexis exits.

Castle: Wow. Did you see that outfit? Should I be worried?

Martha: Ashley's the one who should be worried. Trust me, if he could see how she looked going out now, he wouldn't be so quick to leave her hanging.

The phone rings.

Martha: Oh, isn't this funny, it's Ashley. Decline.

Castle: Hmm.

Martha: It's almost as if he was listening into our conversation.

Castle: Listening in. The architect for the McClaren House, he's from Scotland.

Martha: Is that important?

Castle: It's the key.

Castle knocks on the door and Beckett opens it.

Castle: Two words. Laird's lug.

Castle enters.

Beckett: Laird's lug?
Castle: Literally, "Lord's ear." It refers to the hidden alcove above a dining hall at many Scottish castles. The host could use it to eavesdrop on his guests.

Beckett: I think I've either had too much wine or not enough.

Castle: Seamus McClaren, builder of the McClaren House, grew up right next to Edinburgh Castle, notable for its laird's lug. The concept so tickled him, he put modern versions of it into several of his houses.

Beckett: So, you're saying that the McClaren House has a hidden alcove?

Castle: It explains everything. How come the killings only happen in that one room? How does the killer seemingly appear and disappear at will? Answers that have thus far remained elusive. Speaking of which, how did your canvassing go?

Beckett: Came up empty. There's absolutely no evidence that Matt Benton was ever at the Fairwick.

Castle: Maybe the evidence of his return will be in that alcove. It's worth a shot.

Beckett: We'll go first thing in the morning, see what we come up with.

Castle stands there, waiting disappointedly.

Beckett: You want to go now?

Castle: Well, unless of course, you're afraid.

Beckett: Yeah, right.

Castle: No, I get it. I mean, it is a haunted house.

Beckett: I'm not scared, Castle.

Castle: No, no, you're right, you're right. I mean, the demon has tasted fresh blood, its thirst may not be slaked, with just one victim.

Beckett: Okay, come on.

Beckett gets up.

Castle: Listen, if you're not scared, just say it.

Beckett: No.

Castle: Come on, you know you want to.

Beckett: I don't want to say it, Castle.

Castle: For me. Please.

Beckett: I ain't afraid of no ghosts.

The Ghostbusters theme plays. Castle smiles and follows her out the door.

Castle: Thank you.

Beckett and Castle search the living room for the hidden alcove.

Beckett: I don't know, Castle. There have been a lot of murder investigations in here over the years and I think they would've found a secret room if there actually was one.

Castle: Not if it was hidden well enough.

Beckett: You know, you're gonna regret it if we actually find this room.

Castle: Why is that?

Beckett: Because then you're gonna have to admit that there is no "demon" behind all of this. That it's nothing more than a boring old psycho killer hiding in a room.

Castle: Well, unless it's a psycho killer possessed by a demon.

Beckett: Why are you so determined to find the supernatural in all of this?

Castle: Why are you so determined not to?

Beckett: You know what? I am just following the evidence wherever it may lead and, as a cop, I'm going to consider every possible worldly explanation.

Castle: Uh-huh. And what if there is none?

Beckett: Well, then I'm open to the alternatives.

Castle laughs.

Castle: You? Skepticus Maximus?

Beckett: You know what? Just because I don't talk about it non-stop doesn't mean I don't believe in another plane. I've actually had my own experiences.

Castle: Get out. Like what?
Beckett: When I was a little girl, my parents rented a cabin by a lake, and one night I had to go to the bathroom...You know what? You're just gonna think I'm crazy.
Castle: No, no, no! Go ahead. Tell me.
Beckett: And on the way there, I heard this... Voice whispering… "Kate, Kate." It was coming from this room that the owners had locked up and told my parents never to go in it. Except, that night there was this weird glow underneath the door, and then I heard the voice again, "Kate." And so I walked up to the door, and this time it wasn't locked. And I turned the door knob, and I opened it up, and then I saw it.

Castle: What was it? What did you see?

Kate smiles.

Castle: Ah-ha. Very funny.

Beckett: Ha!

Castle: Yes, you got me.

Beckett: How long have you known me, Castle? Of course I don't believe in ghosts.

The door closes on its own.

Castle: What was that?

The lights flicker out.

Beckett: Well, that's odd.

Castle: No, that's more than just odd. This is the same sequence of events that preceded Jack Sinclair's murder.

Beckett: Except Jack only had an EMF meter. I've got a gun and a flashlight.

The flashlight goes out.

Castle: With dead batteries?

Beckett: I could swear I just put in new ones. I know I saw some matches by one of these candles here.

Castle holds up his cell phone to light his face and makes faces.

Beckett: Wow, Castle, mature.

Castle: Sorry.

Beckett uses her cell phone light to locate the matches.

Beckett: Yeah, here we go.

She strikes a match and lights a candle. It blows out.

Beckett: Castle.

Castle: That was not me.

Beckett: Okay. So, maybe there's a draft here. Right...?

Beckett puts her hands up to feel for the draft.

Beckett: Wait, I think I feel it right here. Give me a boost.

Castle: Okay. Ready?

Beckett: Yep.

Beckett steps in to his cupped hands and kneels on his shoulders.

Beckett: Oh… God…Castle.

She struggles to get her balance.

Castle: Yeah, this is easy.

Beckett feels the ceiling panel. Castle struggles to keep her balanced.

Castle: Hey.

Beckett: Castle. Come on, just hold still. Jeez.

Beckett presses the ceiling panel and it opens.

Castle: That's the noise on the tape. Right before Jack Sinclair was killed.

Beckett stands on his shoulders.

Beckett: Okay, I'm gonna go up. Ready? Grab my legs.

Castle grabs and Kate gasps.

Beckett: Castle, I said legs, okay?

Castle: Oh. Legs. Sorry.

Beckett climbs up into the ceiling.

In the restaurant.

Lanie: Not as sorry as I was. I'm around dead people all day. When I get home, I want a live one.

Esposito: I was tired.

Ryan and Jenny laugh.

Jenny: I can't believe we waited so long to do this, babe.

Ryan: Yeah. Yeah, it really did turn out to be a perfect night. I would like to propose a toast. I know that it's kind of corny, but it's me, so well, there we go. Uh, to best friends, now and forever.

They toast.

Jenny: Cheers.

Esposito: And to the future newlyweds.

Jenny: Aww.

They toast again.

Ryan: You are so thoughtful.

Lanie: Cheers.

Jenny: You know, Kevin said you guys made a great couple, but I had no idea.

Lanie and Esposito cuddle and lean in to kiss.

Jenny: So, when are you two getting married?

That kills the mood and Esposito and Lanie recoil. Esposito stares daggers at Ryan, who drinks his wine during the awkward silence.

At the McClaren.

Castle: Isn't this awkward?

Castle climbs up into the ceiling.

Beckett: Yeah, well, secret passageways aren't supposed to be the most convenient of places.

Castle: The killer could have hung upside down from this bar when he slit Jack Sinclair's throat. That would provide you with your demon-free explanation of the undisturbed blood spatter.

Beckett: Well, Castle, I appreciate the assist, but I could do without the massage.

Castle: What are you talking about?

Beckett: Aren't you rubbing my neck?

A rat sits on her shoulder.

Castle: No. yy-aah-eee.

Castle pulls the rat off her shoulder by the tail.

Beckett: Deep breaths, Castle, it's just a rat.

Beckett looks where the rat is headed.

Beckett: There's something over there, come here.

The lights flicker on.

Beckett: Hidden passageways, secret rooms? I don't know, Castle, the mystery of the McClaren Mansion's looking less supernatural by the minute.

Castle: What is this?

Castle pulls a lever on the machine. The lights flicker and a metal pen and Castle's watch get pulled to the machine. Castle pushes the lever back and it all stops.

Castle: It's a magnetic field generator to knock out the video feed to the cameras. Boy, someone planned very carefully how to kill Jack Sinclair the night he was filming here.

Castle pulls the lever and the lights flicker again.

Beckett: It's taxing the power supply. That could explain the lights flickering just before Jack's death.

Castle: You know, the magnetic field would also explain that tripod moving that we saw in the video.

Beckett: Castle, look at these marks.

There are scratches on the wood floor.

Beckett: There was a bed here. Matt Benton could have been here for days before Jack even showed up.

Castle: You know, this house has been largely unoccupied since the Melanie Benton killing. Maybe the reason they couldn't find Matt Benton is because he never left. He could've been living here the whole time.

They hear something behind a door.

Castle: And maybe he's here right now.

Beckett: Open the door.

Beckett pulls out her gun. Castle makes a face, but goes to open it anyway. Castle opens the door and a rat squeaks out. Castle laughs in relief and Beckett smiles.

Castle: Oh, my God, my heart. That was so scary.

The other door slides open revealing a rotting corpse and Beckett's jaw drops.

Castle: What?

The corpse falls on Castle and he screams. Castle tries to brush off his coat.

Castle: Really? Really? Augh! I am throwing away this coat.

Beckett crouches down by the body.

Beckett: Look. His cuffs are monogrammed.

Castle: "MB"

Beckett: Looks like you were right, Castle. Matt Benton never did leave the McClaren Mansion.

At the autopsy room.

Lanie: Dental records confirm it. That's Matt Benton.

Beckett holds the aged photo of Matt by the rotting corpse.

Castle: Tech really needs better software.

Beckett: Cause of death?

Lanie: Don't know yet, but I'm guessing it wasn't the world's longest game of hide and seek.

Castle smiles.

Beckett: How long was he in there for?

Lanie: Still waiting on the test results, but the preliminary reports on the tissue samples suggest he died about twenty years ago.

Beckett: Okay, so then, odds are he was at the same time his wife Melanie was.

Castle: So, the killer hides Matt's body, making it appear as though he fled, framing Matt for his wife's murder and throwing everyone off the trail of the real killer.

Lanie: And it worked, too, for twenty years.

Beckett: Yeah, until Jack Sinclair showed up. Let me know about the test results.

Lanie: Okay.

Beckett exits and Castle stops on his way out.

Castle: Hey, how'd that double date go?

Lanie crosses her arms and glares.

Castle: I… I just...

Lanie narrows her eyes and Beckett re-enters.

Beckett: You guys, one thing. If Matt was killed twenty years ago, then how did he send those postcards to Pete fifteen years ago?

Castle: I think it's time we took a harder look at Pete Benton.

Castle exits past Beckett.

Castle: Don't ask her about the date.

Beckett looks confused and Lanie turns her back.

In the hidden alcove.

Ryan: Look, I said I'm sorry, okay? I didn't mean to jinx the dinner.

Esposito: "This really is the perfect night."

Ryan: Jenny got a little caught up in the moment.

Esposito: "When are you two getting married?" That's a question you do not ask!

Ryan sighs.

Esposito: I… You know, it's… It's not entirely your guys' fault.

Ryan: You guys have a big fight after?

Esposito: Big fight? No. Mega fight, yes. The point is, we, um... We decided that we're gonna cool things off.

Ryan: Wait, you mean split up?

Esposito: Yeah. Just until we both figure out what we want.

Ryan: Man, I'm so sorry.

Esposito: Anyway.

Ryan: Look, brother, if you need anything, you know I'm always here...

Esposito looks at the light bulb in the cobweb covered lamp.

Ryan: What?

Esposito: Well, maybe nothing, but this light bulb is brand new.

At Pete Benton's office.

Pete Benton: Are you kidding me? Detective, this is bordering on harassment. I told you everything I know about my brother.

Beckett: Not everything. You were engaged once, weren't you, Mr. Benton?

Castle: To a Melanie Wendell? Until Melanie broke it off and married your brother instead.

Pete Benton: Things didn't work out for us. I didn't expect Melanie to stay single forever.
Castle: But you never married, because you never got over her, did you?

Beckett: Who really sent those postcards, Pete? Did you send them yourself?

Pete Benton: The hell are you talking about? My brother sent me those postcards.

Beckett: You and I both know that's not possible. Your brother has been dead for twenty years.

Pete Benton: What?

Beckett: We found his remains in the McClaren House. It's over.

Pete Benton: You think I killed my brother? You think I killed Melanie?

Beckett: Where were you that night, Pete?

Pete sits on his desk.

Pete Benton: I'll tell you exactly where I was. I went to dinner with my friend Marie. 7:30, Café Joueur. We were out by nine. We stopped at Doran's for a drink. I had a seven and seven. My server was Patrick. When something like that happens, it's burned into your brain. Every detail of what happened the night you heard. I couldn't forget it if I tried.

Beckett: We're gonna have to verify your story, Pete.

Pete Benton: So, my… My brother didn't kill Melanie?

Castle: We don't think so.

Pete Benton: I always assumed that he did. Matt had a terrible temper. He was convinced that Melanie was cheating on him.

Beckett: Was she?

Pete Benton: Wouldn't surprise me if she was. Matt thought it was somebody at work.

Near the bullpen.

Ryan: It wasn't someone Melanie worked with. I just tracked down George Banner, Melanie's manager at Flywide Travel twenty years ago. He said Melanie had two co-workers, both guys.
Castle: A-ha.

Ryan: Married.

Castle: Still...

Ryan: To each other.

Castle: Oh.

Beckett: Well, Flywide was in a high rise in Midtown. So, maybe it was someone else in the building. Let's get a list of all the tenants that were there when Melanie worked there.

Esposito: I'm not sure that's necessary. Remember the light bulb I took from that secret room?

Beckett: Yeah.

Esposito: Well, I traced the serial number. It belongs to a lot that was sold by the manufacturer directly to Fuller Estate Management.

Beckett: As in Steve Fuller?

Esposito: Owner of the McClaren Mansion.

Ryan: That means that Fuller knew about that room and didn't tell us.

Castle: There's only one reason why he wouldn't tell us.

Castle moves Fuller's photo to the suspect side of the murder board.

Castle: Because he's the killer. Maybe Matt Benton was right about Melanie having an affair, only wrong about who she was having the affair with.

Beckett: A…

Esposito: And when things went bad, he killed her, killed Matt and stashed his body in his own house, where he knew no one would find it.

Beckett tries to interject again.

Castle: And he planned on destroying the evidence. He wanted to have the house torn down right after those murders, but it was declared a landmark.

Beckett: You…

Ryan: So he used that passageway to scare off tenants like the Boyers, growing the mansion's legends so that no one would want to live there.
Castle: And then when Jack Sinclair came sniffing around, he had to kill him, too.

Beckett: You guys. Great story, D.A. will never buy it. It's all circumstantial.

Esposito: She's right. Anyone could have put that bulb in there. We have no proof.

Castle: But we will. And I think I know just how to get Mr. Fuller to give up the ghost.

Castle smirks mischievously.

Beckett and Castle sit in her unmarked on a stakeout.

Castle: Think he'll show?

Beckett: I don't know.

Castle: You told him about tomorrow, right?

Beckett: Yes, Castle. He thinks we're going through that wall in the morning. So, if Fuller's our guy, he should be coming for Matt Benton's body tonight. If he's our guy. I mean, he might not be our guy.

They see a dark figure approach the house.

Castle: And yet, there he is. Of course, he might just be here to fix a busted toilet.

Beckett smiles at Castle.

The alcove ceiling panel opens and a bag drops out with Matt's body. A rope lowers and a man climbs down. Beckett cocks her gun.

Castle: Need a hand with that, Fuller?

Castle turns on the light. It's not Fuller.

Beckett: Detective Smith?

Addison Smith: Detective Beckett.

Beckett: It was... You all this time. Why?

Addison Smith: You know, he was abusing her. Terrible things. I don't think a month went by when we didn't get called up to this house. Then one day I stopped by in the afternoon to check on her.

Beckett: You were the affair.

Addison Smith: It wasn't an affair. It was love.

Castle: Then why'd you kill her?
Addison Smith: I didn't mean to, it just... She wanted to call it off with me, and I couldn't let that happen.

Castle: And Matt Benton?

Addison Smith: The way he treated her, he deserved what he got.

Beckett: And as the lead officer, you knew you could steer the investigation off yourself and onto someone they'd never find.

Castle: And then you sent those postcards to keep your suspect alive.

Addison Smith: I had them think that he did it. It was his fault anyway.

Beckett: What about Jack Sinclair? How'd you find out about him?

Addison Smith: I promised Fuller that I would solve this case one day. I asked him to keep me informed of any developments.

Beckett: So then when Jack contacted Fuller about the crime scene, he called you.

Castle: And when we told Fuller we were gonna check out that room tomorrow, he called you then, too.

Addison Smith: You're both very smart, but you're forgetting one thing. This house is haunted.

Smith holds up a remote device. He clicks it and the lights go out. There are some struggle sounds and Smith turns the lights back on.

Addison Smith: Thanks for the gun, Detective. I really appreciate it. You know, I feel bad about Sinclair, I really did. But he knew too much about that night, stuff that wasn't in the papers.

Castle: So he had to go.

Addison Smith: Get on your knees.

Castle starts to kneel.

Beckett: Don't worry, Castle. He's not gonna shoot us. That won't fit the legend.

Smith pulls out a large knife.

Castle: Any more helpful hints you'd care to pass along to our killer?

Addison Smith: On your knees.

Beckett: I don't think so, Addison.

Castle: Eh… You see, the demon only really kills when no one's looking. And tonight we have an audience.

Castle points to the camera hidden in some crumpled newspaper.

Beckett: They recorded your full confession.

The cavalry comes in.

Uniform 1: Get down!

Uniform 2: On the floor!

Uniform 3: Hands!

Uniform 4: You have the right to remain silent.

They watch the feed from the house, Castle kneeling down to give a thumbs up to the camera.

Esposito: So, busted?

Ryan: Ghost busted. Thanks to Lulu.

Lulu: It's the least I could do for him, you know? For Jack.

Near the bullpen.

Castle: So Fuller had no idea about that room?

Beckett: Well, like we said before, anyone could've grabbed the light bulb from another part of the house and placed it there. I guess Smith did it. He's in with the D.A. right now writing his confession.

Castle: Yeah, well, what I don't get is, if he was so in love with Melanie, why would he kill her?

Beckett: He said that a demon made him do it.

Castle's jaw drops in excitement.

Beckett: Just laying the groundwork for his insanity plea, I'm sure.

Castle: Perhaps.

They head for the elevator.

Beckett: Oh, come on, Castle. Even you have to admit everything, every haunting, every death, everything even remotely connected to paranormal activity in the McClaren house can be explained by that passageway.

Castle: I don't know. What about last night when we were in the living room? How about the door, the light, the candle?

Beckett: Old wiring, drafty house.

Castle: Or maybe it was something more. Think about it, if you hadn't gone looking for the draft that blew out the candle, you would never have found the passageway or Matt Benton's body.

Beckett: Spell it out for those of us that are paranormally impaired.

Castle: Maybe someone wanted us to find that passageway. Maybe Jack Sinclair's ghost was helping solve his own murder.

Beckett: Okay. I'll tell you what, I will admit to that possibility if you admit there is no demon.

Castle: Done.

They turn to the elevator and the light for the down button lights up just before Castle touches it and the elevator opens.

Castle: Anyone see? That was weird.

At Castle’s loft.

Alexis: Hi, Dad.

Castle: Hey, you're up late. Playing Skype tag with Ashley?

Alexis: No, we finally connected.

Castle: Ah. Was it everything you hoped for in a peer to peer video conference and more?

Alexis: Honestly, it was... Blah. I mean, he was preoccupied, and I was tired. This whole time difference thing's a real drag.

Castle: Nobody said that long distance was easy.

Alexis: Yeah, but is it supposed to be this hard?

Castle: Well, I can tell you this, any relationship that lasts longer than a breath mint is gonna have challenges, but if a relationship doesn't work out, it's usually not because of the challenges. It's usually because the relationship wasn't strong enough to begin with. Does this help?

Alexis: Not really.

Castle: Yeah.

Alexis lays her head on her dad's shoulder.

Alexis: But this always does.

Castle: Hmm. I can promise you this.

Alexis: Hmm?

Castle: If two people believe in something, really believe it, anything, even the impossible, is possible.

Alexis reaches for the remote.

Alexis: Even flesh eating zombies?

Castle: Oh, especially flesh eating zombies. Now, where were we?

Alexis: Yeah, right there.

Castle clicks the remote.

Kikavu ?

Au total, 153 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Exarkun30 
28.12.2019 vers 15h

rooknroll 
03.01.2019 vers 17h

Sirena 
22.12.2018 vers 14h

Emi82 
02.11.2018 vers 17h

Esplanie 
27.06.2018 vers 09h

Daisy2860 
10.02.2018 vers 17h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

CastleBeck  (25.11.2019 à 00:21)

Oui! Buffy!

Je ne confirme ou n'infirme pas pour les sorcières. Je te laisse découvrir toi-même ce qui arrivera dans les prochaines épisodes.

Supersympa  (24.11.2019 à 22:15)

Ah oui, j'avais oublié. Castle parle de Buffy en plus... ^^ Euh... les sorcières alors ? ^^

CastleBeck  (24.11.2019 à 13:51)

@Supersympa : Il y a eu des vampires et des loup-garou à la seconde saison. Un vampire aurait été tué par un pieu et retrouvé dans un cimetière (épisode 2x06). D'autres personnages tout  aussi réalistes arriveront assurément dans la suite :)

Supersympa  (22.11.2019 à 22:05)

Et après les mediums et les extraterrestres, les fantômes. ^^ Manque plus que les loups-garou et les vampires et on sera bons. ^^

Contributeurs

Merci aux 5 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

L'HypnoCard Goodies de la série Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire a été élue HypnoCard du mois de mars 2020 !
HypnoCard du Mois | Nouvelle session !

Activité récente
Actualités
Sondage | Quoi faire en confinement ?

Sondage | Quoi faire en confinement ?
Un nouveau sondage vient d'arriver sur le quartier Castle. Avant de vous le présenter, regardons de...

Calendrier | Avril 2020

Calendrier | Avril 2020
Au grand plaisir de certains, mars se termine dans quelques heures pour céder sa place à avril. Il...

Joyeux anniversaire Nathan!

Joyeux anniversaire Nathan!
Aujourd'hui, Nathan Fillion célèbre son 49e anniversaire! En effet, l'acteur est né le 27 mars 1971...

Carmen Sandiego: To Steal or Not to Steal sur Netflix

Carmen Sandiego: To Steal or Not to Steal sur Netflix
Mais où se cache Carmen Sandiego? Sur Netflix!  En effet, depuis le 10 mars, la plateforme propose à...

[Toks Olagundoye] Le 3e saison de DuckTales arrive en avril!

[Toks Olagundoye] Le 3e saison de DuckTales arrive en avril!
Annoncée en septembre 2018, c'est finalement le 4 avril prochain que débutera la 3e saison de...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
Partenaires premium

Nathan Fillion French Website

HypnoRooms

ptitebones, Hier à 18:16

Les calendriers d'avril sont également en place sur STD, Manifest et SG-1, + sondage sur UnReal

cinto, Hier à 19:32

Nouveaux calendriers chez Ma Sorcière Bien aimée et the Tudors! surprises! Merci de passer et commenter...

ophjus, Hier à 21:14

The Bold Type et Reign ont renouvelé leurs différents forums, sondages, calendrier et news !

CastleBeck, Hier à 21:45

Nouveau sondage sur Anne With An E, qui vous entraine en 1896!

CastleBeck, Hier à 21:54

et des sondages 100% 2020 sur This Is Us, Castle et Lethal Weapon. Nul besoin de connaitre les séries. Merci.

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site

Retrouvez la chaine Hypnoweb.net
sur Blasting News