VOTE | 703 fans

#218 : La mort de Nikki (2/2)

 

Résumé : Beckett a échappé de justesse à la mort dans l'explosion de son appartement. Jordan Shaw continue de travailler avec Beckett et Castle pour trouver le tueur en série qui vit sous une fausse identité pour pouvoir échapper aux forces de l'ordre. Comme son plan a échoué et que Beckett a survécu à l'explosion, il décide d'accélérer la fréquence de ses meurtres, ce qui rend sa capture encore plus urgente. Quand ils découvrent la véritable identité du tueur, les choses se compliquent : il réussit à enlever Jordan et il a prévu une fin en apothéose pour Beckett et Castle...

Popularité


4.53 - 17 votes

Titre VO
... Boom !

Titre VF
La mort de Nikki (2/2)

Première diffusion
29.03.2010

Première diffusion en France
13.09.2010

Vidéos

Sneak Peek 1

Sneak Peek 1

  

Photos promo

Nathan Fillion incarne le populaire auteur Richard Castle.

Nathan Fillion incarne le populaire auteur Richard Castle.

Molly Quinn prête ses traits à Alexis Castle.

Molly Quinn prête ses traits à Alexis Castle.

Susan Sullivan prête ses traits à Martha, la mère de Rick Castle.

Susan Sullivan prête ses traits à Martha, la mère de Rick Castle.

Martha Rodgers est interprétée par Susan Sullivan.

Martha Rodgers est interprétée par Susan Sullivan.

Beckett (Stana Katic) partage un chocolat chaud avec Alexis (Molly Quinn).

Beckett (Stana Katic) partage un chocolat chaud avec Alexis (Molly Quinn).

Richard Castle est interprété par Nathan Fillion.

Richard Castle est interprété par Nathan Fillion.

Jordan Shaw (Dana Delany) a découvert un indice.

Jordan Shaw (Dana Delany) a découvert un indice.

Stana Katic prête ses traits au lieutenant détective Kate Beckett, muse de l'auteur Rick Castle.

Stana Katic prête ses traits au lieutenant détective Kate Beckett, muse de l'auteur Rick Castle.

Beckett (Stana Katic) examine un indice trouvé par Jordan Shaw (Dana Delany).

Beckett (Stana Katic) examine un indice trouvé par Jordan Shaw (Dana Delany).

Nathan Fillion incarne le populaire auteur Rick Castle

Nathan Fillion incarne le populaire auteur Rick Castle

Castle (Nathan Fillion) arrive sur les lieux de l'explosion.

Castle (Nathan Fillion) arrive sur les lieux de l'explosion.

Beckett (Stana Katic) partage un chocolat chaud avec Rick (Nathan Fillion).

Beckett (Stana Katic) partage un chocolat chaud avec Rick (Nathan Fillion).

Rick (Nathan Fillion) embrasse sa fille Alexis (Molly Quinn).

Rick (Nathan Fillion) embrasse sa fille Alexis (Molly Quinn).

Alexis (Molly Quinn) semble excitée à l'idée de retrouver son père.

Alexis (Molly Quinn) semble excitée à l'idée de retrouver son père.

Sérieuse discussion chez les Castle, entre Alexis (Molly Quinn), Rick (Nathan Fillion) et Martha (Susan Sullivan).

Sérieuse discussion chez les Castle, entre Alexis (Molly Quinn), Rick (Nathan Fillion) et Martha (Susan Sullivan).

Alexis (Molly Quinn) cherche du réconfort dans les bras de son père (Nathan Fillion).

Alexis (Molly Quinn) cherche du réconfort dans les bras de son père (Nathan Fillion).

Sérieuse discussion chez les Castle, entre Alexis (Molly Quinn), Rick (Nathan Fillion) et Martha (Susan Sullivan).

Sérieuse discussion chez les Castle, entre Alexis (Molly Quinn), Rick (Nathan Fillion) et Martha (Susan Sullivan).

Martha Rodgers (Susan Sullivan) tente de réconforter Alexis (Molly Quinn).

Martha Rodgers (Susan Sullivan) tente de réconforter Alexis (Molly Quinn).

Kate (Stana Katic) prépare  le petit déjeuner pour les Castle.

Kate (Stana Katic) prépare le petit déjeuner pour les Castle.

Kate (Stana Katic) reçoit de mauvaises nouvelles.

Kate (Stana Katic) reçoit de mauvaises nouvelles.

Castle (Nathan Fillion) écoute les informations transmises par Beckett.

Castle (Nathan Fillion) écoute les informations transmises par Beckett.

Rick (Nathan Fillion) embrasse sa mère Martha (Susan Sullivan).

Rick (Nathan Fillion) embrasse sa mère Martha (Susan Sullivan).

Alors que l'équipe cherche des indices, Castle (Nathan Fillion) semble inquiet.

Alors que l'équipe cherche des indices, Castle (Nathan Fillion) semble inquiet.

Diffusions

Logo de la chaîne France 4

France (redif)
Jeudi 07.03.2019 à 21:40

Plus de détails

Réalisation : John Terlesky
Scénario : Elizabeth Davis

Distribution principale : 

Distribution secondaire: 

  • Victoria Chalaya (jeune mère)
  • Dameon Clarke (Scott Dunn)
  • Dana Delany (agent spécial Jordan Shaw)
  • Mary-Pat Green (Erin Murphy)
  • Isaiah Mustafa (chef d'équipe)
  • Leonard Roberts (agent spécial Jason Avery)

[Résumé de l’épisode précédent]

Castle : Demandez-moi pourquoi je suis là ?

Beckett : Figurez-vous que je me pose cette question tous les jours !

Castle : C’était Paula mon agent qui avait quelque chose d’énorme à m’annoncer à propos de mon roman « Vague de chaleur » !

Ryan : Non, vous rigolez Nikki Hard au cinéma, je te l’avais dit oui ou non ?

Castle : Vous serez bientôt immortalisée sur grand écran !

Le Fan : J’aimerais signaler qu’un meurtre a été commis, c’est moi le tueur !

Beckett : Il a appelé pour signaler son crime, on aurait dit qu’il jubilait ! [On voit les balles gravées] Nikki Hard, il dédicace son meurtre à votre héroïne !

Shaw [A Beckett] : Nikki Hard, je présume !

Beckett : Lieutenant Beckett !

Shaw : Agent spécial Jordan Shaw !

Beckett [A Castle] : Dites moi tout ce que vous savez sur cet agent ?

Castle : C’est la Beckett des fédéraux !

Shaw [A Castle] : Si votre tueur est obsédé par Nikki Hard, faut qu’on le soit aussi ! [Dans la voiture à Beckett] Et vous couchez ensemble depuis combien de temps ?

Beckett : Excusez-moi ?

Castle [A Beckett]: Je ne vous laisserai pas seule une minute! [Le corps tombe à ses pieds chez Beckett]

Shaw : Pourquoi ne pas escorter le corps à la morgue, enfin une fois que vous serez habillés bien sûr !

Beckett [Voyant la troisième série de lettres gravées sur les balles] : Brulée, Nikki sera brulée !

Le Fan [A la fenêtre] : Il y a toujours quelqu’un qui doit y rester Nikki !

Castle [Chez lui à Alexis et Martha] : Si l’homme qui était à la fenêtre était Ben Conrad, il aurait utilisé sa main gauche pour se tuer. Ben n’est pas notre tueur ! Beckett ! [Le téléphone de Beckett sonne chez elle]

Beckett [Décrochant] : Quoi, Castle ?

Castle [Courant dans la rue] : Ce n’était pas Ben Conrad, c’est pas lui le tueur. Le tueur est toujours en vie ! Le tueur est toujours en vie !

Voix du Fan [Trois bip] : Au revoir Nikki ! [Beckett est terrifiée] Au revoir Nikki ! [L’appartement de Beckett explose] [Castle regarde, sans pouvoir rien faire]

 

[Appartement de Beckett : Beckett et Castle]

[L’appartement est en flamme]

Castle [Derrière la porte] : Kate, répondez-moi ? Kate ? [Défonçant la porte] Kate ? [Avançant dans l’appartement en regardant partout] Kate ? [Entendant tousser à trois reprises] Kate ? [Voyant Kate sortir la main de la baignoire et toussant] Kate ! Vous êtes vivante ! [Poussant la porte cassée de la salle de bain] Oh et vous êtes nue !

Beckett [De dos dans la baignoire] : Castle, tournez-vous ! [Il se retourne et elle s’asseoie dans la baignoire]

Castle : Votre appart vient d’exploser et il est encore en train de cramer alors c’est peut-être pas le moment d’être pudique !

Beckett : Castle donnez moi une serviette ! [Tendant la main]

Castle : Toutes vos serviettes sont en feu !

Beckett : Alors passez moi mon peignoir !

Castle : Votre peignoir… [Il est en feu] Dites vous n’auriez pas des vêtements ignifugés ? [Se tournant vers Beckett]

Beckett [Se cachant] : Castle !

Castle [Se retournant rapidement] : Désolé !

Beckett : Donnez moi votre veste ! [Il enlève son manteau et se retourne mais détourne la tête] Ne regardez pas !

Castle : Je ne regarde pas !

Beckett : Ne regardez pas !

Castle : J’ai pas regardé, je ne regarde pas !

Beckett [Se levant] : D’accord ! [Enfilant la veste de Castle]

Castle : C’est bon ?

Beckett : Oui, c’est bon ! J’ai sauté dans la baignoire quand ça a explosé ! [Il l’aide à sortir de la baignoire en la soulevant]

Castle : Vous pouvez marcher ?

Beckett : Euh, oui je suis juste un peu sonnée !

Castle [La soutenant] : D’accord ! Venez ! Allez y doucement !

Beckett : Oui.

Castle : Doucement, vous n’avez pas trop mal ?

Beckett : Oh à mon avis c’est rien comparé à vous ! Ça doit vous bruler de l’intérieur !

Castle : Quoi donc ?

Beckett : De devoir attendre aussi longtemps avant de me raconter comment vous avez défoncé la porte ? [Des sirènes de pompier se rapprochent]

Castle [Souriant] : Vous voulez la version longue ou la version courte ?

 

[Devant l’appartement de Beckett : Beckett, Shaw et Montgomery]

[Des sirènes de pompier et d’ambulance retentissent.]

Shaw [Arrivant. Montrant sa plaque à un policier] : FBI !

Policier : De ce côté !

Shaw [A Beckett qui est dans l’ambulance] : Beckett, comment ça va ?

Beckett [Se faisant soigner le bras] : Je vais bien !

Shaw : Qu’avez-vous remarqué en rentrant ?

Beckett : La porte était toujours verrouillée et les fenêtres étaient fermées. Rien n’avait l’air d’avoir été déplacé mais j’en suis pas sûre, j’ai pas fait attention parce que je pensais que l’enquête était close !

Shaw : Non mais on continue sans vous !

Beckett [Etonnée] : Pardon !

Shaw : Je suis désolée, j’ai pas le choix !

Beckett : Attendez ! [Sortant de l’ambulance] C’est mon appartement qui vient d’exploser, d’accord ! C’est ma vie et c’est mon enquête !

Shaw : Comme vous voulez ! Mais selon mes règles, vous faites ce que je vous dis, quand je vous le dit et comme je vous le dit ! Et pour commencer vous serez protégée 24h/24h !

Beckett : D’accord !

Shaw : Très bien !

Montgomery : Les pompiers ont terminé, vous pouvez y aller ! [Shaw et Beckett partent mais chacune de leur côté]

 

[Appartement de Beckett : Beckett, Castle, Esposito et Shaw]

[Les CSU recherchent des indices. Beckett trouve son collier avec la bague de sa mère dans les décombres. Shaw trouve quelque chose à terre]

Beckett [Trouvant la bague de sa mère dans les décombres. A tous] : Quelqu’un a trouvé la montre de mon père ?

Castle [Arrivant] : Elle n’est pas dans l’entrée !

Esposito : Il n’y a pas énormément de dégâts dans la chambre, mais faudra laver tous vos vêtements parce qu’ils sentent le cramé !

Beckett : A votre avis mon assurance va couvrir les frais de pressing ?

Shaw [Accroupie] : J’ai trouvé l’origine de l’explosion !

Beckett [Se penchant] : Ça devait être un tout petit objet sinon je l’aurais remarqué !

Shaw : Le labo nous le confirmera demain matin mais je pense que c’est de la cyclonite. Le même produit que dans l'appartement de Ben Conrad.  [Se relevant] Comment avez-vous su ?

Beckett : C’est pas moi, c’est Castle ! [Le regardant avec un petit sourire]

Castle : Oh euh hé bien notre présumé tueur, Ben Conrad, s’est tiré dessus avec la main droite [Flashback] Pourtant l’homme que le lieutenant Beckett et moi-même avons vu par la fenêtre tenait son arme de la main gauche [Flashback] et le coup de feu est partie dès qu’il est parti du champ alors je ne vois pas comment il aurait pu faire pour changer de main aussi rapidement. Le vrai tueur a mis une balle dans la tête de Ben Conrad, et a placé l’arme dans sa main pour faire croire à un suicide !

Shaw : On était derrière la porte et on a entendu le coup de feu [Flashback] Il n’avait aucun moyen de sortir de l’appartement. Alors si Ben Conrad ne s’est pas suicidé…

Beckett : c’est que le tueur était dans l’appartement tout ce temps !

Shaw : Comment on a pu le manquer ?

Castle : C’est ce qu’on va essayer de découvrir !

 

[Appartement de Ben Conrad : Beckett, Castle et Shaw]

[Shaw cherche une cachette. Beckett aussi et la trouve]

Beckett : Par ici ! [Ouvrant un pan de mur] Venez voir ! Je crois que j’ai trouvé quelque chose ! [Enlevant le morceau de mur] C’est peut-être l’endroit où il s’est planqué ? [Entrant dans la cachette avec sa lampe torche] Ouaa, une tenue complète !

Shaw : Vous avez remarqué, Conrad portait exactement les mêmes vêtements quand on l'a trouvé !

Beckett : Il y a aussi une fausse barbe pour avoir la même apparence que lui. Le tueur s’est fait passer pour Conrad depuis le début parce qu’il savait bien qu’on finirait par remonter jusqu’ici. Et il a fait exprès de se montrer à la fenêtre pour qu’on croit que c’était terminé !

Shaw : Ce qui veut dire que le vrai Ben Conrad était retenu prisonnier dans son propre appartement pendant toute l’enquête !

Beckett : Il était sûrement attaché et bâillonné et il pouvait pas imaginer qu’on allait l’accuser d’avoir commis trois meurtres.

Castle : Les trois victimes ont été choisi précisément parce qu’elles avaient un lien avec Ben Conrad, pour en faire le coupable idéal !

Shaw : Le tueur est un caméléon, il change d’identité afin de se rapprocher de ses victimes et au moment où il devient Ben Conrad, il devient invisible jusqu’à ce qu’il en décide autrement !

Castle : Et quand on débarque ici, on trouve exactement ce à quoi on s’attendait, notre suspect vient de se suicider et l’affaire est classée !

Beckett : Sauf que le vrai tueur était juste là. Planqué dans cette petite pièce secrète pendant tout ce temps et on est passé à côté ! [Son téléphone sonne]

Shaw : Je vais faire venir les gars du labo pour voir ce qu’ils peuvent trouver !

Beckett [Décrochant] : Beckett !

Le Fan : Vous étiez sensée mourir !

Beckett : Je suis vraiment navrée de vous décevoir ! [Faisant écouter à Castle et Shaw]

Le Fan : C’était sensé être terminé Nikki, c’était sensé s’arrêter là, mais maintenant je vais être obligé de continuer [Entendant une femme crier, puis trois coups de feu retentissent] [Beckett a peur]

 

[Générique]

 

[Ruelle déserte : Beckett, Castle et Shaw]

Beckett [A genoux près du corps] : Il a utilisé le portable de la victime et il l'a laissé là pour qu’on puisse localiser l’appel. Gloria Rodriguez, d’après ce badge elle travaillait dans un hôtel du centre-ville.

Castle : Elle devait rentrer du boulot !

Shaw [Illuminant le mur] : Ah, j’ai trouvé une balle !

Castle : Avec une lettre ?

Shaw : Non il n’y a rien. Les autres meurtres était planifiés, cette fois c’est uniquement de la colère, il veut reprendre le contrôle !

Beckett : Parce que j’ai survécu !

Shaw : Vous ne devez pas vous sentir coupable ! [Se mettant bien droite. A Beckett] D’où il sait que vous êtes en vie ?

Beckett [Réfléchissant] : Il observait la scène ! [Se mettant debout] Après l’explosion !

Shaw : Tous les éléments de son profil indiquent qu’il devait aussi nous observer sur les trois autres scènes de crime !

Beckett : Oui mais on a déjà comparé toutes les photos qu’on a prise sur place !

Shaw : Je sais bien que la reconnaissance faciale n’a rien donné mais il était là. Je suis sûre qu’il était là !

Castle : Il ne se serait pas mêlé à la foule car il savait qu’on vérifierait !

Shaw : Non il a pas besoin de se cacher, c’est un caméléon. Alors si on ne l'a pas remarqué, c’est parce qu’on l'a prit pour un des notres ! [Montrant l’uniforme de Beckett]

 

[Commissariat. Salle de conférence: Beckett, Castle, Shaw]

Shaw : Le même policier sur une trentaine de photos et pas une seule où on voit bien son visage, c’est tout sauf une coïncidence !

Castle : Il savait où était l’appareil photo !

Shaw : Il connait nos méthodes !

Beckett : Esposito et Ryan vont interroger les flics en uniforme pour essayer d’avoir une description.

Castle : Ça ne nous fera pas avancer. [Beckett le regarde interloquée] Le dernier portrait-robot nous a conduit à Ben Conrad !

Beckett [Enervée] : Très bien, vous avez peut-être une meilleure idée Castle, parce que là je suis à court, et si on ne l’attrape pas très vite il va encore tuer !

Shaw : Ne vous impliquez pas trop !

Beckett : Ça c’est facile à dire, c’est mon appartement qu’il a fait sauter alors désolé mais je suis très impliquée !

Shaw : Vous savez comment on a eu Berkowitz ?

Castle [Levant la main] : Il s’est pris un PV parce qu’il était garé devant une bouche d’incendie !

Shaw : Dès qu’on aura trouvé la petite erreur qu’il a commise on attrapera cette espèce d’ordure. Parce qu’il a un défaut qui le conduira à sa perte, un orgueil démesuré. Ca ne lui suffit pas d’être plus malin que la police il veut nous le faire savoir, il veut qu’on sache qu’il nous a dupé. Les trois premières victimes, l’avocat, la promeneuse de chien, la taxidermiste elles avaient toutes un lien précis avec la mort du chien de Ben Conrad. Comment notre tueur pouvait connaitre autant de personnes de la vie d’un autre ?

Castle : Il devait connaitre Ben Conrad !

Shaw : Alors commençons par là. Nous devons considérer Ben Conrad comme la première victime de cette affaire !

Beckett : Et ensuite on n’a plus qu’à trouver où il a croisé notre tueur !

 

[Appartement des Castle : Castle, Alexis et Martha]

Alexis [Courant vers son père qui vient d’entrer] : Il est là ! Papa ça va ?

Castle : Salut ma princesse ! [Elle se jette dans ses bras] Oh, oh, oui je vais bien chérie. T’inquiète pas, ça va !

Alexis : Où est le lieutenant Beckett ?

Castle : Elle est au poste !

Martha : C’est un vrai miracle qu’elle ait survécu à un truc pareil ! Où était-elle quand la bombe a explosé ?

Castle : Elle était dans l’appartement mais elle a eu le réflexe de sauter dans la baignoire. C’est la porte de la salle de bain et la baignoire en fonte qui l’ont sauvé !

Martha : Oh, oufff !

Alexis : Pourquoi cette personne veut tuer le lieutenant Beckett ?

Castle : Hum, jusqu’à présent on avait qu’une théorie mais maintenant on en sait un peu plus et on a un plan d’attaque.

Alexis : Est-ce que tu crois qu’il peut s’en prendre à toi ?

Castle : Non, t’inquiète pas tu vas m’avoir sur le dos pendant encore très longtemps !

Martha : Je déménagerai plus tard il vaut mieux que je reste ici avec Alexis !

Castle : Non c’est pas la peine, le capitaine Montgomery a placé un homme pour surveiller l’immeuble mais on doit quand même être vigilant ! [Alexis acquiesce] [Castle sent son pull] Hum, il faut que j’aille me changer et que je retourne les aider ! [Il se lève et part dans sa chambre]

Martha [Souriant et prenant Alexis dans ses bras] : Tu vois, tout va bien chérie !

 

[Commissariat. Bureau de Beckett : Beckett, Castle, Ryan et Esposito]

[Castle arrive avec deux cafés, Beckett descend les escaliers]

Beckett : Bonjour !

Castle [Se retournant] : Ah bonjour ! [Regardant autour] Où sont-ils tous passés ?

Beckett [Prenant son café des mains de Castle] : Ryan et Esposito sont en train de parler à la sœur de Conrad et l’agent Shaw fait son rapport à Monsieur le Maire !

Castle : Oh, à mon avis il ne sera pas très content d’apprendre que Conrad n’est en fait qu’une autre victime !

Beckett [Cherchant dans des papiers sur son bureau] : Hum !

Castle : Rien de tel que la menace d’un tueur en série pour assassiner le tourisme !

Beckett : Oui surtout quand toute la ville pensait qu’on l’avait déjà attrapé et qu’il s'était suicidé ! [Se dirigeant vers la salle de conférence]

Castle : Justement en parlant de Ben Conrad. Vous avez trouvé quoi ?

Beckett : Il venait d’avoir 30 ans, jamais marié…

Castle : Non, non, non attendez, laissez moi deviner ! Si on se fonde sur la relation qu’il avait avec son chien, Mr Bumpkins, il ne devait pas avoir de petite amie !

Beckett : C’est même pire que ça, parce que mise à part les gens qu’il croisait au parc pour chiens, il n’avait aucun ami !

Castle : Il l’a fait empailler son toutou !

Ryan [Arrivant avec Esposito] : La sœur de Conrad nous a confirmé que c’était un solitaire, et depuis qu’il avait perdu son boulot il y a deux mois, il passait toutes ses journées dans des cafés où l’accès à internet est gratuit pour envoyer des CV.

Esposito : Et à part, Mr Bumpkins, sa seule joie dans la vie c’était les Knicks.

Ryan : Le pauvre !

Castle : D’après le profil que Jordan a établie, le tueur aurait repéré Conrad, donc si c’était pas un ami il l’a très certainement rencontré dans un endroit où les gens bavardent facilement !

Esposito : Il l'a peut être remarqué toujours tout seul devant son ordinateur portable et il aura engagé la conversation autour d’un café !

Beckett : Sa sœur a dit que c’était un fan des Knicks ?

Esposito : Ouais !

Ryan [Acquiesçant] : Hum !

Beckett [Montrant le tableau] : A votre avis, il manque quoi sur ces photos ?

Castle : Une touche de gout !

Esposito : Un tapis !

Ryan : De la lumière !

Beckett : Une télévision, ce qui veut dire qu’il était obligé d’aller dans un bar du quartier si il voulait les matchs !

Ryan : Quand tu es fan des Knicks, il faut pouvoir partager ta peine !

Esposito : Ouais !

Beckett [Aux gars] : Vous deux prenez tous les cafés de cinq pâtés de maison autour de son appartement pour voir si quelqu’un l'a remarqué discuter avec un client, Castle et moi on s’occupe des bars [A Castle] et si vous me soulez encore avec Jordan, je mettrai le son de la radio à fond les ballons ! [Elle sort de la pièce]

Castle [Aux gars en la suivant] : Elle est jalouse ! [Ryan rit]

 

[Dans un bar : Beckett, Castle et la barman]

Castle [Entrant avec Beckett dans un bar] : Quand on fait la tournée des bars, on est sensé être accueilli avec un sourire et un verre, pas avec un, non on ne l'a jamais vu alors tirez vous d’ici. [Beckett voie quelque chose et fait un petit sourire en coin] Je commence à croire qu’on perd notre temps !

Beckett : Gardez espoir, cette fois j’ai un bon pressentiment ! [S’avançant] [Castle se retourne et voie une grande banderole écrit « Home of New York’s, Very own Serial Killer, Ben Conrad », Beckett s’approche de la barman]

Beckett : L’enquête est toujours en court alors je vais vous demander de bien vouloir retirer cette bannière !

 Barman : Je voulais juste attirer le client. Vous devez sûrement savoir ce que c’est d’être une femme dans un monde de mecs ? [Castle regarde Beckett amusé]

Beckett : Heu, est-ce que Ben Conrad vous a déjà parlé de la mort de son chien, un certain, Mr Bumpkins ?

Barman : Bien sûr, il passait son temps à pleurnicher comme un gamin sur son petit clébard et un soir il a chialé !

Castle : Est-ce que ça lui arrivait de parler avec d’autres clients ?

Barman : La plupart du temps il buvait seul devant les matchs. Il y a quelques semaines, il s’est bien entendu avec un type !

Beckett : Vous pouvez le décrire ?

Barman : Non il était quelquonque. Un peu le même genre que Conrad, ils se sont assis derrière sur les tabourets. Je me suis dit ces deux-là, ils se sont trouvés !

Beckett : Est-ce que par hasard l’autre type aurait payé avec une carte de crédit ?

Barman : Non et la seule fois où j’ai entendu le son de sa voix, c’est quand il m’a demandé de lui commander un taxi pour rentrer !

Beckett : Vous vous rappelez quel jour ?

Barman : Je me rappelle du jour et de l’heure, les Knicks étaient en prolongation et à cause de lui j’ai raté la fin du match !

 

[Commissariat. Salle de conférence : Beckett, Castle et Shaw]

Beckett [Raccrochant] : Merci ! La société de taxi dit qu’ils en ont envoyé un là-bas le soir du match de Knicks à 22h45 !

Castle : On sait où le taxi l'a emmené?

Beckett : Oui dans West Village, à l’angle de Varick et Downing.

Castle : C’est là qu’il habiterait ?

Beckett : Il doit y avoir au moins cinquante mille personnes qui vivent dans le quartier où il s’est fait déposer !

Castle : Interrogeont les commerçants du coin ?

Beckett : On leur demande s’ils connaissent un type quelconque ? On ne sait même pas à quoi il ressemble ca servirait à rien !

Shaw [Arrivant] : Il n’y a pas que l’apparence pour réussir à identifier un suspect, il y a aussi son comportement !

Castle : Vous pensez le trouver grâce à son comportement ?

Shaw : Jusqu’à présent sa façon d’agir nous paraissait incohérente mais c’était seulement parce qu’il se faisait passer pour quelqu’un d’autre. On en sait beaucoup plus maintenant. Notre homme est un frimeur [Castle s’asseoit] quelqu’un qui adore les petits jeux et dont le QI avoisine celui d’un génie mais ça lui suffit pas d’être plus intelligent. Il a un besoin pathologique de prouver à tout le monde qu’il est le meilleur. Ce qui nous laisse penser qu’il fait partie d’une association telle que la Mensa ou encore Prométheus. [Lançant un dossier sur la table] C’est un caméléon donc on peut partir du principe qu’il vit sous une identité volée, [Lançant un autre dossier] et on sait aussi que notre tueur est lettré, il doit lire énormément et nous a montré à quel point il était fasciné par le personnage de Nikki Hard alors mon équipe a établi une liste de tous les périodiques et les magazines auquel il pourrait être abonné ! [Mettant la liste sur la table]

Castle [Lisant la liste] : Je suis abonné à la moitié d’entre eux !

Shaw : Oui et vous aussi vous gagnez votre vie en commettant des meurtres, dans vos bouquins !

Beckett : Ça pourrait correspondre à des milliers d’individus !

Shaw : Tout comme le quartier où le taxi l'a laissé, et le nombre de personnes membres d’une association intellectuelle, mais si on prend la peine de croiser ces données, parfois on peut avoir de la chance !

Beckett [Souriant] : Comme avec le PC de Berkowitz !

Shaw : Ce n’est pas toujours aussi simple alors on doit ajouter les pièces du puzzle jusqu’à ce qu’un début d’image apparaisse !

 

[Salle des opérations : Beckett, Castle, Shaw et Avery]

Avery : On a croisé la liste des abonnés aux magazines qui nous intéressent et la liste des membres d’associations intellectuelles avec toutes les personnes qui vivent dans un rayon d’un kilomètre cinq autour de Varick et Downing. Il y a 16 résultats ! [S’affichant sur l’écran]

Shaw : Entrez les dans notre base de données. La plupart des tueurs en série se sont déjà fait arrêter pour des comportements violents, criminels, ou psychotiques!

Avery : Non aucune correspondance.

Shaw : Ça ne marche pas à tous les coups mais on aura au moins essayé. Il n’y a plus qu’a les interroger un par un !

Avery [Un bip retentit] : Attendez !

Shaw : Qu’est-ce qu’il y a ?

Avery : Regardez celui -là. Chris Doherty il vient d’avoir son permis de conduire mais si on en croit son numéro de sécurité social, Chris Doherty est mort il y a 6 ans !

Beckett [Se rapprochant du tableau] : Donc il vit sous une identité volée !

Shaw : Et notre mort habite où d’après son permis de conduire ?

Avery : A un pâté de maison du croisement entre Varick et Downing !

Beckett : Alors là, j’avoue que je suis vraiment bluffée !

Shaw : C’est un petit peu tôt, vous direz ça quand on l’aura arrêté, allons-y !

 

[Appartement du Fan : Beckett, Castle, Shaw et Avery]

[Les agents du FBI se préparent à entrer arme au poing. Ils ouvrent la serrure]

Agent : On y va ! [Ils entrent] RAS dans la salle de bain !

Agent 2 : RAS dans la chambre !

Agent 3 : Il est pas là ! [Shaw, Beckett et Castle entrent et voient des centaines de feuilles accrochées au plafond] [Beckett voit son portrait sur le mur et des articles sur elle épinglés. Elle est surprise et elle a peur] [Castle la regarde inquiet]

Beckett : C’était pas un coup d’essai !

Castle [Ouvrant un de ses livres sur une table] : Je lui ai dédicacé mon livre, « Pour Scott, écrit ce que tu connais ».

Shaw : Scott, vous vous en rappelez ?

Castle : Non, mais j’en ai signé des centaines ! [Il prend un livre sur le canapé]

Shaw : C’est son manifeste ?

Castle : Non c’est son manuscrit !

Beckett [Lisant par-dessus son épaule] : « La mort de Nikki » !

Castle [Commençant à lire] : « Nikki examina les quatre balles, elle remarqua qu’une lettre était gravée sur chacune d’entre elles. Une fois mises dans le bonne ordre, elles formaient son prénom »

Beckett : Un bouquin ! Toutes ces horreurs pour un foutu bouquin !

Shaw [Lisant un autre manuscrit] : Il racontait ses crimes bien avant la sortie de Nikki Hard. « Terreur Nocturne ». Ça parle des meurtres de plusieurs prostituées à Seattle.

Castle : Je me rappelle très bien cette affaire. Je croyais que vous aviez arrêté le tueur ?

Shaw : On l’a pas vraiment arrêté, puisqu’on l'a retrouvé mort. Il s’était pendu !

Castle : Une victime maquillée en tueur, comme Conrad !

Beckett : Il s’est jamais fait attraper pour tous ses meurtres alors pourquoi les coucher sur papier ? Pourquoi prendre un tel risque ?

Shaw : Sûrement parce que l’écriture est un des symptômes de sa psychose. C’est un peu comme s’il gardait un trophée, en transposant les faits en fiction, il immortalise son œuvre et en même temps il prend ses distances avec les meurtres, jusqu’à ce que débarque Nikki Hard. Un personnage sur mesure pour sa psychose, mi- réalité, mi- fiction, exactement comme lui. Enfin un adversaire à sa taille.

Castle : Oui mais en s’en prenant à Beckett, il devait savoir qu’on finirait par découvrir que Ben Conrad n’était pas le vrai tueur !

Beckett : Ça fait partie du frisson, il a besoin d’aller de plus en plus loin pour se sentir en vie.

Shaw : Ou alors c’est un psychotique souffrant de troubles obsessionnels compulsifs qui a déjà écrit la fin de son histoire.

Avery : Agent Shaw, on a cherché des empreintes pour l‘identifier mais il y a un problème, il y en a aucune.

Beckett : C’est impossible, on peut pas vivre quelque part sans laisser d’empreintes !

Shaw : A moins qu’il n’en ai pas. Il aime jouer avec le feu peut être s’est-il brûlé !

Beckett : Sans ses empreintes, on saura jamais qui c’est !

Shaw : Pas besoin de savoir qui c'est. [A Castle] Reposez ça où vous l’avez trouvé. [Allant vers la sortie] DSRT pour tout le monde. Notre homme va bien finir par revenir. [Castle planque le manuscrit sous son manteau]

 

[Dans la rue, dans un camion planque : Beckett, Castle, Shaw et Avery]

Avery [Au talkie-walkie] : Agent Shaw, toutes les équipes de surveillance se mettent en position !

Shaw [Répondant] : Bien reçu. En attente. [Castle lit, Beckett observe les écrans de surveillance]

Avery [A son équipe au talkie] : A tous les hommes en position, le suspect est de type Européen, environ 1m90, 90 kilos, d’après son profil il connait nos méthodes donc il peut les anticiper, alors soyez attentifs. Et s’il se montre personnellement, je répète personne n’intervient avant d’avoir reçu le signal de l’agent Shaw.

Castle : Incroyable, tout y est, les lettres gravées sur les balles, les petits appels téléphoniques, les codes sauf que là c’est Nikki Hard qui mène l’enquête et elle a toujours un coup de retard.

Beckett : Il va être déçu.

Shaw : Castle, vous n’avez pas entendu quand j’ai dit DSRT ?

Castle : Si mais j’ai rien compris !

Shaw : Alors pour que vous vous couchiez moins bête ce soir, ça veut dire « Dégager sans rien toucher » !

Castle : DSRT, c’est génial ! [L’écrivant et parlant tout bas] Dégager sans rien toucher !

Shaw [A Beckett] : Il est toujours comme ça ?

Beckett : Castle a le degré de concentration d’un Labrador !

Shaw : Et la loyauté, sa façon de vous suivre partout. Si je devais dresser votre profil, je dirais que ce partenariat plutôt original, vous convient très bien.

Beckett [Souriante] : Pour l’instant !

Shaw : Ça ne vous dérange pas ?

Beckett : Ça ne vous dérange pas de ne jamais rien pouvoir prévoir en famille, parce que vous traquez les tueurs en série dans tout le pays ?

Shaw : Je vous mentirais si je vous disais que c’était facile.

Beckett : Comment vous gérez ça ?

Shaw : Je manque des anniversaires et je passe mon temps au téléphone. Mon mari borde notre princesse tous les soirs, il lui dit que sa maman chasse des dragons. [Regardant les écrans] Le secret dans ce genre d’opérations c’est d’avoir assez d’hommes pour attraper le suspect en l’encerclant mais en même temps, il ne faut pas qu’il puisse flairer un piège. Et c’est pour ça [Montrant un homme avec des jumelles] qu’il faut que tout le monde reste discret. [Au Talkie] Agent Avery dites au gars sur le toit de se positionner ailleurs, tout le monde peut le voir de la rue.

Avery : Vous pouvez répéter ?

Shaw : Le gars sur le toit, positionné Sud-Est, celui avec les jumelles !

Avery [A la fenêtre] : On n’a personne sur cet immeuble !

Shaw : C’est lui ! [Beckett se lève] A toutes les unités soyez en alerte, on a un contact visuel. Le suspect est sur le toit de l’immeuble du croisement Sud-Est entre Bedford et Downing. [Les agents dans la rue se préparent] [Le suspect part du toit] Il nous a grillés! On est grillé, à toutes les unités, intervenez ! [Les agents sortent leurs armes et vont vers l’immeuble] [Shaw sort du camion et s’adresse à Beckett] Restez là Beckett, c’est vous la cible ! [Elle lui ferme la porte au nez, Beckett est dégoutée]

Castle : Ça vous fait quoi d’être à ma place ? [Elle lève les yeux au ciel]

Avery [A son équipe] Allez y ! [Ils défoncent la porte]

Haut-parleur : Bloquez les issues côté Ouest. [Beckett voie le suspect sur les écrans]

Beckett : Comment il est arrivé là ? Il a dû passer par les toits, il va leur échapper ! [Elle prend son arme et part]

Castle : Beckett attendez ! [Elle ferme la porte violemment sur son nez] Grrr ! [Il a mal]

[Le suspect descend les escaliers de secours et saute dans la rue et essaye de faire comme si de rien n'était]

Beckett [Hurlant en voyant le suspect et sortant son arme] : Police de New York, à terre immédiatement ! [Il commence à courir et elle se lance à sa poursuite] Poussez-vous ! [Il continue à s’enfuir] Arrêtez-vous ! Arrêtez-vous Police ! [Il descend dans le métro en bousculant des gens, elle essaye de le suivre de près] Poussez-vous, poussez-vous ! [Il entre dans la rame de métro et elle arrive trop tard, les portes se referment sur elle. Il fait un flingue avec ses doigts et fait semblant de tirer] [Elle est dégoutée]

 

[Commissariat. Salle des opérations : Beckett, Castle, Shaw et Avery]

[Ils observent les images des caméras de surveillance du métro pour trouver une bonne photo du suspect]

Shaw : Arrêt sur image ! Zoomez ! Allez-y ! [La tête du suspect s’affiche]

Avery : Reconnaissance faciale en cours. [Bip de l’ordinateur]

Beckett : Scott Dunn !

Castle : Pris en flag, espèce de petite raclure !

Avery : Enfant adopté, plusieurs séjours en maison de correction, trois ans dans un hôpital psychiatrique et  une condamnation pour incendie volontaire.

Shaw : C’est à ce moment qu’il a dû se brûler les mains.

Castle : Il cumule tous les clichés !

Avery : Vu pour la dernière fois le 15 février 2004. Y a six ans, il a littéralement disparu.

Shaw : Je veux que toutes les infos que vous pourrez rassembler sur ce type soient sur mon bureau dans une demi-heure. [Elle fait un signe de tête à Beckett. Ils sortent dans le couloir]

Beckett [En sortant] : Mes hommes vont aller voir les membres de sa famille au cas où il essaie de les contacter.

Shaw : Vous dégagez !

Beckett : Je vous demande pardon !

Shaw : Vous m’avez désobéi !

Beckett : Grace à moi, on l’a identifié !

Shaw : Je ne bosse qu’avec des gens en qui j’ai confiance.

Beckett : Attendez un seconde !

Shaw : Désolé lieutenant, vous n’êtes plus sur l’enquête. [Elle part][Castle est surprit et Beckett est dégoutée]

 

[Bureau de Montgomery : Beckett, Castle et Montgomery]

Montgomery : Le FBI a les pleins pouvoirs Beckett, je ne peux rien faire !

Beckett : Capitaine c’est mon enquête. Le tueur en a après moi, que ça vous plaise ou non, je suis déjà en première ligne.

Montgomery : Vous avez fait le plus dur, vous êtes remontée jusqu’à lui, alors ils ont gelé tous ses comptes bancaires, les transports du pays sont en alerte, sa photo est dans tous les journaux, il est acculé.

Beckett : Et vous, vous m’avez appris la chose suivante, quand un animal est acculé, c’est à ce moment qu’il est le plus imprévisible !

Montgomery : Oui et c’est aussi à ce moment-là qu’il fait des erreurs…

Beckett : Je…

Montgomery : Alors croyez-moi, on va l’avoir. Et de toute façon vous êtes épuisée donc vous devez rentrer chez vous pour vous reposer.

Beckett : Vous oubliez que j’ai plus de chez moi !

Castle : Bien sûr que si ! [Elle se retourne vers lui] C’est un immeuble surveillé, il y a une chambre en plus, vous serez avec des gens qui tiennent à vous. Et détail important, il y aura des fédéraux devant la porte !

Beckett : Merci Castle, mais je ne peux pas !

Castle : Vous pouvez et vous allez le faire ! [Elle lui fait les gros yeux]

Montgomery : Lieutenant je vous ai laissé renvoyer les hommes que j’avais placé devant chez vous et c’est comme ça qu’il vous a eu, alors je n’ai pas l’intention de refaire la même erreur. Considérez ça comme un ordre ! [Beckett est résignée]

 

 [Appartement des Castle : Beckett et Castle]

[Ils sont assis à la table à manger avec une tasse à la main]

Beckett : J’aurais jamais imaginé me retrouver sans enquête et sans domicile, tout ça dans la même journée.

Castle : Je sais que je suis plutôt un rebelle dans mon genre mais vous avez eu raison de lui courir après.

Beckett : Peut-être mais l’agent Shaw a eu raison de me retirer l’enquête. J’aurais pris la même décision à sa place. Je suis beaucoup trop impliquée.

Castle : Après tout ce qui vient de se passer, je suis sûr que vous regrettez notre partenariat ?

Beckett : Non pas du tout, je regrette votre caractère de gamin mais c’est tout. [Riant] Et vous est-ce que vous regrettez d’avoir écrit "Vague de chaleur" ?

Castle : A mon avis Nikki Hard ou pas, ce type aurait quand même commis des meurtres jusqu’à ce qu’une personne plus maligne que lui le mette hors d’état de nuire. [Elle sourit] Je parle bien évidemment de l’agent Shaw. [Elle lui envoie une serviette en plein visage et se lève]

Beckett [Souriante] : Bonne nuit Castle.

Castle [Souriant] : Bonne nuit.

 

[Sous-sol du commissariat : Shaw et Dunn]

Shaw [Au téléphone] : Je te promets que je vérifierai tes devoirs demain matin. C’est l’heure d’aller  faire dodo princesse, ah, ah, d’accord ! Moi aussi je t’aime chérie. Bonne nuit ! [Raccrochant et montant dans sa voiture] [Démarrant et se retournant pour reculer, elle se retrouve avec une arme sous le menton, elle a peur]

Dunn [Se relevant] : Bonsoir Jordan !

 

[Appartement des Castle : Beckett, Castle, Martha et Alexis]

[Beckett fait cuire des œufs et du bacon, Martha entre dans l’appartement]

Beckett : Martha !

Martha [Surprise] : Oh, Kate !

Beckett : Euh, je… je suis ici parce que je n’ai pas le choix, c’est un ordre du FBI.

Martha : Vous n’avez aucun compte à me rendre, trésor.

Beckett : Je suis désolée, je voulais pas m’imposer mais mon appartement est en …

Martha : En cendre, oui je sais. Et ça explique la fouille que j’ai dû subir par le bel apollon avec l’oreillette qui est stationné devant l’entrée. J’ai cru que c’était Richard qui avait engagé une armoire à glace pour me dissuader de passer à l’improviste. [Elles rient]

Castle [Arrivant en se frottant les yeux] : Oh, j’espère que j’ai pas rêvé mais en me réveillant j’ai senti une odeur de café et de bacon. [A sa mère] Tu as pensé à me rapporter la clé ? [Il l’embrasse]

Martha : Ah, ah, très, très drôle, chéri, très drôle. [Castle essaie de prendre du bacon avec les doigts, Beckett le tape avec la spatule] Non, non je suis passée chercher mes gants bleus, parce que les roses ça ne colle pas. [Il se lèche les doigts] Tu as vu, elle cuisine !

Castle : Hum, hum !

Beckett : Je tiens ça de ma mère, c’était un vrai cordon bleu et tous les dimanches j’avais droit à un brunch. C’était toujours le même cérémonial, des pancakes, une omelette, une montagne de gaufres.

Castle : Ouaa, moi tous les dimanches matins ma mère me demandait une poche de glace et de l’aspirine. [Le sourire aux lèvres]

Martha [Lui tapant sur le bras] : Ne l’écoutez surtout pas, ça a dû se produire deux fois, grand maximum. [Beckett et Castle rient]

Alexis [Descendant les escaliers] : Grand-mère ! [Se jetant dans ses bras]

Martha : Voilà la plus belle ! [La faisant tourner] Tu m’as manqué !

Alexis : Toi aussi tu m’as manqué ! [Elles montent]

Castle [A Beckett] : On croirait que ça fait des mois… elle est partie hier ! [Un téléphone sonne]

Beckett [Riant] : Excusez-moi ! [Décrochant] Beckett ! [Castle mange un morceau d’omelette et se brûle] D’accord on arrive. [Castle se brûle encore plus] C’était l’agent Avery, Jordan a disparue hier soir !

 

[Dans une ruelle : Beckett, Castle et Avery]

Avery [Arrivant près de la voiture de Jordan avec Beckett et Castle] : Elle a quitté le poste vers 21h, son mari dit qu’elle n’est jamais rentrée.

Beckett : Et sa voiture ?

Avery : Elle a pas bougé d’ici depuis qu’on a activé le transpondeur il y a 20 min. On pense qu’il est entré dans le véhicule par le coffre.

Castle : Ca veut dire qu’il était déjà là quand elle est rentrée à l’intérieur. [Regardant dedans] Il n’a pas emporté son sac.

Beckett [Regardant dedans] : Aucun impact de balle mais il y a des éclaboussures de sang à faible vélocité donc il a dû se pencher en avant vers elle. Elle lui a mis un coup de coude et il a été projeté en arrière. Sinon je vois pas comment ces traces de sang auraient pu arriver là !

Avery : Elle a tenté sa chance !

Castle : Et elle nous a laissé des petits cailloux. Regardez ces taches de sang ! [Montrant le bitume]

Avery : Il y en a une autre ici !

Beckett : Et encore une autre là. Il saigne toujours du nez mais il pointe son arme sur Jordan et il l’emmène jusqu’ici où une autre voiture l’attend. Il y a des traces de pneu. Il faut vérifier tous les vols de véhicule qui ont eu lieu ces dernières vingt-quatre heures. [Son téléphone sonne, elle répond] Beckett !

Dunn [Au téléphone] : Vous savez ce qu’on dit Nikki, l’amitié c’est sacré. Votre copine doit beaucoup vous manquer ?

Beckett : Où est-elle ?

Dunn : En vie… pour l’instant !

Beckett : Si vous lui faites quoi que ce soit, je vous jure…

Dunn [La coupant] : Tout ça ne dépendra que de vous et vous le savez, c’est votre histoire Nikki pas la sienne et elle ce n’est qu’une figurante. L’affrontement final ne peut se faire qu’entre vous et moi. Venez au terminal des ferrys à Battery Park, ce soir à minuit et venez seule ou elle mourra !

Beckett : Comment je peux être sûre qu’elle est toujours en vie ?

Dunn : Je vous envoie un mail !

 

[Commissariat, bureau de Beckett : Beckett, Castle, Avery, Ryan, Esposito et Montgomery]

[Sur l’écran de l’ordinateur, Beckett clique sur la vidéo envoyée par Dunn. Shaw apparait ligotée à une chaise avec Dunn qui la tient en joue]

Dunn [A Shaw] : Faites coucou à votre copine agent Shaw !

Shaw : Allez-vous faire foutre !

Avery [Regardant la vidéo] : Ce taré dit que c’est votre histoire mais je vais pas rester là sans rien faire !

Beckett : C’est pas mon histoire, c’est celle de Scott et si l’agent Shaw était là, elle dirait la même chose !

Castle : Vous savez très bien que c’est un piège !

Beckett : Et je sais que si j’y vais pas, il la tuera !

Montgomery : Mais si vous y allez, vous mourez toutes les deux !

Avery : Il faut qu’on lui tombe dessus avant l’échange.

Esposito : On a pu trouver l’adresse IP du mail et il a été envoyé depuis un cyber-café dans le centre-ville.

Ryan : Mais ça nous aidera pas à la retrouver !

Beckett [Se rapprochant de l’ordinateur] : Il n’y a aucune surface réfléchissante et toutes les fenêtres sont occultées.

Avery [Regardant plus près] : Non pas toutes, regardez ! [Il tapote l’écran] On aperçoit quelque chose derrière celle-là !

Beckett : Agent Avery si vous acceptez que je réintègre cette enquête, je suggère que nous continuions dans la pièce d’à côté !

 

[Centre des opérations : Beckett, Castle, Avery, Ryan, Esposito et Montgomery]

[La vidéo s’affiche sur le grand écran digital]

Avery : Zoomez ! [L’ordinateur zoome sur le bas de la vidéo et analyse l’image]

Esposito : Qu’est-ce que c’est ? Un immeuble ?

Castle : C’est un pont !

Beckett : Essayez de comparer cette image avec tous les ponts autour de Manhattan. [L’ordinateur bip]

Ryan : Ah, le Whitestone !

Montgomery : Ca veut dire qu’on doit chercher au Sud-Est !

Avery : Mais il nous manque une coordonnée pour le placer dans l’axe !

Beckett : Repassez la bande son, mais cette fois sans la voix. [Avery s’exécute] Eliminez aussi les bruits du trafic routier. [Ils écoutent]

Castle : Vous entendez ça ? C’est le métro et pas n’importe quel métro !

Beckett : Oui c’est le métro aérien !

Avery : J’affiche le plan du réseau pour voir où est-ce que ça peut couper notre angle de vue. [L’ordinateur trouve un angle et Bip]

Beckett : C’est la ligne expresse de Pelham ! Quelle est la station la plus proche de l’axe ? [La station s’affiche] Zerega Avenue ! [L’ordi analyse les positions possibles et trouve une adresse] On le tient ! Dites à vos hommes de nous rejoindre au 1756 sur la 48eme avenue !

 

[Devant l’immeuble, dans le camion d’intervention : Beckett, Castle et Avery]

Agent [Au talkie] : Restez en position !

Agent 2 : Bien reçu, en attente !

Avery : Voilà l’immeuble en question. Il est censé être abandonné mais la caméra thermique confirme qu’il la détient au 4eme étage. L’équipe d’intervention entrera de ce côté.

Castle : On a tout faux !

Agent [Au talkie] : Equipe Alpha attend instruction.

Beckett : Comment ça ?

Castle : Comme dans Star Wars, quand le Faucon Millénium s’échappe de l’étoile de la mort, c’est trop facile !

Avery : Je peux savoir ce qui est trop facile ?

Castle : Tout, le petit morceau de fenêtre mal occulté, le message enregistré pile au passage du métro, il voulait qu’on le trouve. Vous vous rappelez comment tout était parfait avec Conrad ?

Avery : Il nous a piégé une fois je sais, mais j’ai pas l’intention de rester planté là à rien faire. C’est ma coéquipière qui est là-haut !

Agent [Au talkie] : Equipe Alpha attend instruction.

Castle : A l’ instant même où vous enfoncerez la porte, il la tuera !

Avery : C’est pour ça qu’on va pas l’enfoncer. L’échange doit avoir lieu à minuit donc il devra partir un peu avant. On se met en position discrètement et on attend !

Beckett : Et dès que Scott passe la porte…

Avery [Vérifiant son arme] : Je l’abat comme un chien, parce que c’est tout ce qu’il mérite ! [Il part]

[L’équipe d’intervention s’introduit dans l’immeuble et se met en place devant la porte. Avery confirme la présence de deux personnes avec un appareil à détecteur de chaleur]

Castle : Je sais pas comment il s’est débrouillé mais il n’est pas dans cet immeuble !

Beckett : Et vous vous fondez sur quoi ?

Castle : Je sais pas comment je le sais, mais en tout cas…

Beckett : En tout cas quoi ? [Castle n’ose pas] Castle je vous connais depuis assez longtemps pour savoir que vos théories les plus dingues peuvent parfois s’avérer vraies, alors si vous avez une bonne raison de penser qu’il n’est pas dans cet immeuble, vous devez me la donner et tout de suite !

Castle : Je le sais parce que, si c’était moi, c’est pas comme ça que je l’écrirais !

Beckett : Ca se passerait comment dans votre version ?

Castle : Le tueur nous fait croire qu’on l'a trouvé pour nous attirer ici. Il laisse le FBI entrer dans l’immeuble sauf qu’il n’est pas à l’intérieur.

Beckett : Et où est-il ?

Castle : Il est pas très loin, il est planqué et il observe tout. Il a un plan, il sait exactement ce qu’il va se passer. Si c’était moi, j’attendrais que toute l’équipe d’intervention soit en position à l’intérieur [On voit une bombe] et je ferais sauter l’immeuble !

Beckett : D’où il les observe à votre avis ?

Castle : Hum, je sais pas trop, mais il veut prouver qu’il est plus malin que nous, alors il doit être tout près et hors de portée de l’explosion ! [On voit Dunn avec des jumelles]

Beckett : Castle si c’était vous, vous vous seriez mis où pour les observer ?

Castle [Montrant les écrans de surveillance] : Quoi qu’il arrive je ne me serais pas mis dans le même bâtiment. Je les aurais observés d’en face ! [Ils se regardent]

Beckett : Venez ! [Elle se lève déterminée, lui la suit avec appréhension]

 

[Immeuble d’en face : Beckett, Castle, Shaw et Dunn]

[Beckett et Castle entrent dans l’immeuble par l’escalier de secours]

Beckett [Tendant son arme de secours à Castle] : Tenez !

Castle : Vous voulez que je vous la tienne pendant que vous refaites votre lacet ?

Beckett : Non, je veux que vous soyez armé au cas où ! [Castle prend l’arme, inquiet. Elle sort la sienne et enlève la sécurité] On y va ! [Ils avancent dans l’immeuble sans bruit. Beckett aperçoit l’agent Shaw qui la voie, elle est bâillonnée et attachée. Shaw fait signe que Dunn est à sa gauche, avec la tête. Beckett confirme par un hochement affirmatif]

Dunn [A Shaw] : Je suis presque triste que tout ça finisse. Vous savez je m’attendais vraiment à mieux de votre part. J’avais tellement entendu parler de l’agent Shaw !

Beckett [A Castle tout bas] : Il est à la fenêtre, je vais essayer de l’attirer vers moi, quand je l’aurai éloigné, libérez l’agent Shaw et appelez à l’aide. [Il la regarde un peu perdu] Castle je peux compter que sur vous, alors allons-y ! [Castle part à droite sans bruit. Beckett sort de sa planque l’arme braquée sur Dunn et s’adresse à lui] Je croyais que c’était après moi que vous en aviez ?

Dunn [Se retournant vers Beckett] : Nikki, vous êtes venue !

Beckett : Mettez vos mains en évidence ou je vous jure que je vous descends ! [Il pose ses jumelles sur une caisse][Shaw regarde l’arme de Dunn posée sur une caisse]

Dunn : Désolé mais c’est pas comme ça que ça va se passer Nikki. C’est vous qui allez baisser votre arme  immédiatement, sinon je vous jure que je fais exploser les dix kilos de Cyclonite que j’ai placé dans le bâtiment d’en face. [On voit l’agent Avery et ses hommes en position] Réduisant en poussière l’agent Avery et toute son équipe. Allez-y Nikki, tirez, mais faudra me tuer sur le coup parce qu’autrement j’aurai le temps d’appuyer  sur le bouton.  [Castle s’avance en silence sur le côté] Vous voulez vraiment tenter votre chance ?

Beckett : Il n’y a plus personne dans le bâtiment. Ils ont fait semblant d’y aller pour que je puisse vous piéger !

Dunn [Sur les nerfs] : Vous mentez ! [Le doigt sur le détonateur]

Beckett : Réfléchissez Scott, pourquoi ils seraient là-bas, si je savais qu’en fait vous étiez ici ? [Dunn regarde son flingue] Admettez-le, j’ai gagnée ! Nikki Hard vous a battue !

Dunn : Non ! [Dégouté]  Non ! [Il jette le détonateur sur Beckett]

Beckett : Non ! [Il essaye de récupérer son arme mais Shaw l’en empêche. Il part en courant, Beckett tire mais le rate. Elle part à sa poursuite] [Castle s’approche de Shaw]

Shaw [Castle venant de lui enlever le scotch de la bouche] : Où est mon équipe ?

Castle [Lui détachant les mains] : Dans l’immeuble d'en face, vous savez celui où il y a les dix kilos de Cyclonite !

Shaw : Elle l’a bluffé !

Castle : Elle l’a profilé !

Shaw [Apeurée] : Vous occupez pas de moi, allez l’aider ! Allez-y c’est bon, c’est bon ! Allez-y ! [Arrivant à enlever les cordes de ses bras]

Beckett [Cherchant Dunn] : Scott ! Laissez tomber ! Personne n’est obligé de mourir ! [Avançant en entendant un bruit] [Dunn lui saute dessus, ils se battent. Castle les entend et s’avance] [Dunn arrache l’arme des mains de Beckett et la jette à terre] Ah, ah !

Dunn [La mettant en joue] : C’est comme ça que toutes mes histoires finissent, par la mort de quelqu’un ! [Il s’apprête à tirer]

Castle [Voyant Dunn, il hurle] : Non ! [Il tire sur la main de Dunn qui lâche le pistolet, qui glisse sur le sol. Dunn se jette sur le côté pour le récupérer mais Shaw pose le pied dessus à temps et pointe son arme sur lui]

Shaw [A Beckett] : C’est votre affaire alors je vous le laisse ! [Beckett se relève et attrape Dunn, Castle la rejoint]

Dunn [Se faisant passer les menottes] : C’est pas terminé Nikki !

Beckett [Serrant les menottes] : C’est pas Nikki, c’est Kate Beckett ! Vous avez le droit de garder le silence alors je vous conseille de la fermer ! [Shaw récupère Dunn] [A Shaw] Merci !

Shaw : Merci à vous !

Beckett [Se tournant vers Castle] : Sacré tir Castle !

Castle : Hé bien pour être honnête, je visais la tête !

 

[Commissariat, couloir : Beckett, Castle, Ryan, Esposito et Shaw]

Ryan [A Beckett qui sort de l’ascenseur] : Beckett, vous pensez que si vous en touchez un mot au capitaine, il pourrait nous avoir un tableau tactile ?

Beckett [S’avançant vers son bureau] : Bien sûr et si je m’y prends bien, il pourrait même nous avoir une Bat mobile !

Esposito : Avec plaisir !

Ryan : Ce serait cool !

Beckett : Notre tableau est largement suffisant !

Esposito : Oui pour l’âge de pierre !

Ryan : Hum ! [Beckett sourie]

Beckett [Arrivant à son bureau] : Agent Shaw !

Shaw : Je voulais vous laisser un mot. Scott Dunn est en route pour la prison et je suis sûr qu’il appréciera de passer le reste de ses jours dans un quartier de haute sécurité avec les pires criminels de l’état.

Beckett : En tout cas, il aura eu son quart d’heure de gloire. C’est ce qu’il cherchait depuis le début !

Shaw : Ouais, mais c’est pas comme ça qu’il l’avait écrit !

Beckett : Grâce à vous, j’ai appris beaucoup de choses dans cette affaire. Je tenais à vous le dire !

Shaw : Vous savez, c’est vous qui avez fait le plus dur. Entre nous ce qui m’a le plus impressionné, c’est que vous soyez venue me chercher avec Castle !

Beckett : Certaines personnes, pourraient trouver ça stupide ! [Castle arrive près de Ryan et Esposito, et sert la main de Montgomery]

Shaw : Vous avez pris une décision rapide en utilisant les seules ressources dont vous disposiez, donc je dirais que c’est héroïque et quelque part, c’est même poétique. Scott Dunn a fini par affronter Nikki Hard et si on réfléchit bien, Nikki Hard c’est un mélange entre Beckett et Castle ! [Beckett se retourne pour regarder Castle] Il tient à vous, peut être que vous ne vous en rendez pas compte ou peut être  que vous n’êtes pas prête mais il tient à vous.

Beckett [Souriante] : Disons que ma relation avec Castle est compliquée ! [Shaw sourie]

Castle [Arrivant près d’elles] : Mesdames !

Shaw [Prenant son sac] : Lieutenant Beckett… [Lui tendant la main] ce fut un plaisir !

Beckett [Lui serrant la main et souriant] : A très bientôt !

Shaw [Se tournant vers Castle et lui serrant la main] : Castle merci pour votre aide. Le lieutenant Beckett a beaucoup de chance d’avoir quelqu’un comme vous dans son équipe !

Castle [Souriant] : Si vous pouviez lui passer un petit coup de fil de temps en temps pour le lui rappeler ! [Shaw rie et part] [Beckett rie aussi. Castle s’asseoit sur sa chaise et dépose un paquet en face d’elle]

Beckett [Surprise] : Un cadeau ? Qu’est-ce que c’est ?

Castle : Ouvrez-le !

Beckett [L’ouvrant] : Oh, la montre de mon père, [Emue] merci !

Castle [Souriant] : Je vous en prie ! Je l’ai trouvé dans les débris et je l’ai fait réparer ! J’ai une bonne nouvelle !

Beckett : Laquelle ?

Castle : L’agent Avery m’a dit comment faire pour se procurer les même 4X4 que le FBI, sans toutes les armes qui vont avec mais j’y ajouterai mes petits gadgets. [Beckett se lève en levant les yeux au ciel] Et je ferai marquer « Ecrivain » sur la vitre arrière. [Il se lève et la suit] Même Esposito et Ryan n’ont pas une voiture aussi pourrie que la vôtre. [Elle sourit. Il se passe les mains sur le visage] Des fois j’ai honte de faire monter des criminels à l’intérieur et je sais pas comment est votre siège mais le mien me fait un de ses mal de dos…

 

[Appartement des Castle : Castle, Martha et Alexis]

[Martha et Alexis mangent des plats chinois dans la cuisine, Castle rentre dans l’appartement]

Martha : Oh Richard ! Tu arrives à temps, j’ai préparé le diner ! [Levant une boite]

Castle : Mère, qu’est-ce que tu fais ici ?

Martha : Hé bien on mange trésor. Tu sais ce que font toutes les familles deux fois par jour !

Alexis : Salut Papa !

Castle : Salut ! Alors un problème avec Chet ? [Il prend une bière dans le réfrigérateur]

Martha : Je n’ai jamais dit que j’allais vivre enchainée à cet homme jour et nuit. De plus Martha Rogers est une femme mystérieuse alors afin de préserver ma réputation, je vais devoir partager mon temps en conséquence !

Alexis : Comme une double nationalité !

Martha : Exactement, chérie ! Et de toute façon ça ne fera qu’améliorer ma relation avec Chet, alors si je suis obligée de prendre quelques repas par semaine ici et de venir y faire toute ma lessive, je vais devoir faire avec. Je n’ai pas vraiment d’autre choix on dirait !

Alexis : C’est un bon compromis !

Martha [Contente d’elle] : Oui !

Castle : J’espère que tu dormiras bien dans les sièges de cinéma que j’ai fait mettre dans ta chambre. [Martha est surprise] Oh t’inquiète pas, il s’incline ! [Il boit]

Martha [Dégoutée] : Oh, Oh !

At Beckett's apartment.

Castle: Kate! Are you in there? Kate!

Castle rams his shoulder into the door and falls into the burning apartment.

Castle: Ouch. Ah. Kate? Kate!

He hears coughing in the bathroom.

Castle: Kate?

Beckett coughs and sits up in the tub.

Castle: Kate! You're alive. Oh, and you're naked.

Beckett: Caste, turn around!

Castle turns around.

Castle: You know, your apartment is on fire, now might not be the best time for modesty.

Beckett: Castle, hand me a towel.

Castle: The towels are on fire.

Beckett: Well, what about the bathrobe?

Castle: The.. Do you have anything to wear that's non-flammable?

Castle starts to turn around.

Beckett: Castle.

Castle: Sorry.

Beckett: Give me your jacket.

He takes off his coat and holds it out for her, craning his face away.

Beckett: Don't look.

Castle: I'm not.

Beckett: Don't look.

Castle: I'm no… Not looking.

Beckett: Okay.

She puts on the jacket.

Castle: Alright?

Beckett: Yeah.

Castle: Okay.

Beckett: I dove into the tub just as it blew.

He helps her out of the tub.

Castle: Can you walk?

Beckett: Yea, it's just a little banged up.

Castle: Okay. Come on, nice and easy.

Beckett: Yeah.

Castle helps her as she limps across the floor to the front door.

Castle: Nice and easy. Are you in any pain?

Beckett: Well, not nearly as much as you. It's killing you, isn't it?

Castle: What?

Beckett: Having to wait this long to tell me how you banged down the door.

Castle: You want me to start from the beginning?

At Beckett's apartment.

Jordan Shaw: FBI.

Uniform: Over there.

Shaw approaches the back of the ambulance where a paramedic is bandaging Beckett's wrist.

Jordan Shaw: Beckett, how you doing?

Beckett: Yeah, I'm fine.

Jordan Shaw: What'd you see when you came home?

Beckett: The, uh, the doors were locked like I left them, the windows were shut. I don't know, nothing seemed out of place. But I don't know, you know, because I thought the case was done.

Jordan Shaw: It's not. But you are.

Beckett: What?

Jordan Shaw: Until we find the right guy.

Beckett: Wait. This is my apartment, okay, my life and my case.

Jordan Shaw: Okay, fine. My rules. You do what I say, when I say, and how I say it. And there will be a security detail on you at all times.

Beckett: Fine.

Jordan Shaw: Good.

Montgomery: Fire's out. You can head up now if you want.

Beckett finds the silver necklace with her mother's ring.

Beckett: Did anybody find my father's watch?

Castle: It's not in the hall.

Esposito: Damage isn't as bad in your bedroom, but your clothes do smell like smoke and explosives.

Beckett: Does anyone know if insurance pays for dry cleaning?

Jordan Shaw: I've got the blast seat here.

Beckett: Well, it had to have been a small device, otherwise I would have seen it.

Jordan Shaw: The lab'll have the breakdown by morning, but that's cyclonite. Same thing we found in Ben Conrad's apartment. So, what tipped you?

Beckett: It wasn't me. It was Castle.

Castle: Uh, well, our supposed killer, Ben Conrad, shot himself with his right hand, yet the man that Detective Beckett and I saw in the window was holding the gun in his left hand. The shot went off just as soon as he stepped out of view. He wouldn't have-- Couldn't have had time to switch hands that fast. Our real killer shot Ben Conrad, placed the gun in his hand, making it look like a suicide.

Jordan Shaw: We were outside the door. We heard the shot. There's no way else out of that apartment. So, if Ben Conrad didn't kill himself...

Beckett: Then our killer was in the apartment the whole time.

Jordan Shaw: How the hell did we miss him?

Castle: Let's go find out.

At Ben Conrad's apartment.

Beckett: Guys, take a look in here. I think I found something.

Castle: What've you got?

Beckett: Maybe his hiding place.

Beckett removes a panel in the closet and steps inside.

Beckett: Whoa. Discarded clothing.

Jordan Shaw: The exact same outfit Conrad was wearing when we found him.

Beckett: Right down to the fake beard to match Conrad's. The killer wanted us to think he was Conrad. That's why the man that I saw in the window, the one from our eyewitness accounts, led us straight to Ben.

Jordan Shaw: Which means the real Ben Conrad was being held hostage in his own apartment the entire case.

Beckett: He must have been bound and duct taped, with no idea that he was being blamed for three murders.

Castle: Each of our victims was carefully selected for their connection to Ben Conrad, making him the perfect patsy.

Jordan Shaw: The killer's a chameleon, changing his identity to get close to the victims. He becomes Ben Conrad, he becomes invisible. Nobody's looking for him.

Castle: And then we come here, and we find exactly what we expect to find. Our suspect dead on the ground. Case closed.

Beckett: Meanwhile, our killer was right here, hidden in this secret room. He was here the whole time and we missed him.

Beckett's cell rings.

Jordan Shaw: I'll get the evidence team down here. See what they can find.

Beckett: Beckett.

Killer (voice): You are supposed to be dead.

Beckett: I'm sorry to disappoint you.

Killer (voice): It was supposed to be over, Nikki. It was supposed to be done. But now, now I have to keep going.

Woman (voice): No!

They hear gunshots through the phone.

In a street.

Beckett: He used her cell phone and then he left it on so we could trace it.

Jordan Shaw: Gloria Rodriguez. It's her ID badge from a hotel in Midtown.

Castle: Probably on her way home from work.

Jordan Shaw: Huh... Found a slug.

Castle: Letter etching?

Jordan Shaw: No, it looks clean. The other murders were planned. This one was done out of anger. Wanting to be in control.

Beckett: All because I lived.

Jordan Shaw: You can't blame yourself for that. How did he know you lived?

Beckett: He was watching. At the aftermath.

Jordan Shaw: Everything about this guy's profile tells me he was watching at the other crime scenes.

Beckett: Yeah, but the first thing we did was compare crime scene photos.

Jordan Shaw: Yeah, I know, we ran the, through facial recognition. But he was there. I know he was there.

Castle: He wouldn't be in the crowd, he'd know that's where we'd look.

Jordan Shaw: No. He hides in plain sight. He's a chameleon. We didn't see him in the crowd because he was dressed as one of us.

In the conference room.

Jordan Shaw: Same cop, 30 photos, not one of them has a clear shot of his face. That is not a coincidence.

Castle: He knew where the camera was.

Jordan Shaw: He knows our playbook.

Beckett: I'm gonna get Ryan and Esposito to canvass the other uniforms, maybe they can get a description.

Castle: Not that it'll do any good. The last sketch we got of this guy, he looked like Ben Conrad.

Beckett: Okay, do you have a better idea? 'Cause I am all out. And if we don't catch him soon, he's gonna kill again.

Jordan Shaw: You can't take this personally.

Beckett: The hell I can't. He just blew up my apartment. I think that's pretty damn personal.

Jordan Shaw: Do you know how they caught Son of Sam?

Castle: A parking ticket. Berkowitz parked too close to a fire hydrant.

Jordan Shaw: All we need to find is our parking ticket and we catch this son of a bitch. As smart as he is, he's got a fatal flaw. Hubris. It's not enough for him to be smart, he wants us to know it. He wants us to know he fooled us. All of his first victims, the personal injury lawyer, the dog walker, the taxidermist, they all link back to the death of Ben Conrad's dog. How could our killer have known all the players in someone else's life?

Castle: He must've known Ben Conrad.

Jordan Shaw: So that's where we start. We treat Ben Conrad as the first victim in this case.

Beckett: And then we find out where he intersected with our killer.

At Castle’s loft.

Alexis: Dad!

Alexis rushes to hug Castle.

Castle: Hey. Hey. Oh, hey. Oh, I'm all right. I'm all right.

Alexis: Where's Detective Beckett?

Castle: At the precinct.

Martha: I can't imagine how she survived that explosion. Where was she when it went off?

Castle: She was there. She, uh, jumped into the bathtub. The bathroom door and the cast-iron tub protected her from the blast.

Martha: Oh!

Alexis: Dad, why is that person going after Detective Beckett?

Castle: Well, at the moment, all we have is a theory, but... But we know more now, and we have a strategy.

Alexis: Do you think he'll come after you?

Castle: No, sweetheart, I'm going to be fine. You are stuck with me for a long, long time.

Martha: You know I'm supposed to move out today. I think I should stay here with Alexis.

Castle: Well, there's no need. Montgomery has someone keeping an eagle eye on our building, but all the same, we should be on the alert.

Castle smells his shirt.

Castle: I need to go change, go back and help.

Martha: See, he's okay.

At the police station.

Beckett: Hey.

Castle: Hey. Where is everybody?

Beckett: Ryan and Esposito are talking to Conrad's sister, and Agent Shaw is briefing the mayor.

Castle: Oh. I'm sure he'll be less than thrilled to learn that Conrad is just another victim. Nothing like the threat of being murdered by a serial killer to stifle tourism.

Beckett: Yea, and it doesn't help that everyone in the city thinks that we caught the guy.

Castle: Speaking of Ben Conrad, what have you found out?

Beckett: Thirty-four years old. Never married…

Castle: I'm going out on a limb here and saying, judging from his relationship with his dog, Mr. Bumpkins, he didn't have a girlfriend.

Beckett: Yeah, well, other than the people that we've already run down from the dog park, he doesn't even have friends.

Castle: The man stuffed his dog.

Ryan: Well, Conrad's sister confirms that he was a loner. He told her when he lost his job a couple of months ago that he spent his days e-mailing resumes at coffee shops that offer free internet.

Esposito: And other than Bumpkins, his only other joy in life was the Knicks.

Ryan: Poor guy.

Castle: Jordan said the profile indicated that the killer hunted Conrad. If he wasn't a friend, then he must have met up with him somewhere where people strike up a casual conversation.

Esposito: We figure if he camped out with his laptop at a coffee shop, our killer could've sat down next to him and they got to talking.

Beckett: His sister said that he was a Knicks fan? What's missing from these pictures?

Castle: Good taste.

Esposito: Area rug.

Ryan: Decent lighting.

Beckett: A TV. Which means he would have to walk to a local bar in order to watch the games.

Ryan: Yeah, if you're a Knicks fan, you gotta share your pain with somebody.

Esposito: True.

Beckett: Okay, you two take all the coffee shops within a five-block radius of Conrad's apartment, see if anyone remembers him talking to a customer. Castle and I will take the bars. And if you keep quoting Jordan, I am going to turn the radio way up.

Castle: Jealous.

In a Bar.

Castle: Pub crawls are supposed to greet you with a smile and a shot of Jager. Not, "No, we've never seen the guy before, keep moving." this is beginning to feel pointless.

Beckett: Buck up, Castle. I got a feeling this place is different.

Castle turns around to see a large banner above the bar that reads "Home of New York's Very Own Serial Killer Ben Conrad!" Beckett approaches the bartender.

Beckett: It's still an ongoing investigation, so we're going to need you to take that banner down.

Erin Murphy: I was just trying to work an angle. You should understand what it's like being a woman in a man's world.

Beckett: Uh, did Ben Conrad ever talk to you about the recent death of his dog?

Erin Murphy: Sure. He loved to flap his gums to me about that little drop-kick. One time he cried.

Castle: Well, what about the other customers? He ever talk to them?

Erin Murphy: He mostly drank alone and watched the games. Though a couple of weeks ago, he did strike it up with some guy.

Beckett: Can you describe him?

Erin Murphy: Average-looking. A bit off, like Conrad. They sat at that high top over there. I figured hey, birds of a feather.

Beckett: This other guy, did he ever pay with a credit card?

Erin Murphy: The only time he ever said two words to me was the other week when he asked me to call him a cab.

Beckett: Do you remember when?

Erin Murphy: I remember exactly when. The Knicks were in overtime and I missed the end while I was on hold.

Beckett: Thanks.

Near the bullpen.

Beckett: Cab company said that they sent a taxi there, 10:45 the night of the Knicks game.

Castle: You got the drop-off point?

Beckett: Yeah. West Village, corner of Varick and Downing.

Castle: Home?

Beckett: You know, I bet about 50,000 people live within walking distance of that corner.

Castle: We could canvass local businesses.

Beckett: For an average-looking white guy? I mean, we can't even be sure what he looks like.

Jordan Shaw: Looks aren't the only method we have to identify him. We also have behaviour.

Castle: You think you can identify him through behaviour?

Jordan Shaw: Well, originally, his behaviour seemed inconsistent, but that was because he was pretending to be someone else. We know a lot more now. He is a showoff, a game player with an exceptionally high IQ. But it's not enough to be smart, he also has a pathological need to validate it, which tells me that he probably belongs to an organization like Mensa or Prometheus. He is a chameleon, so we can assume that he is living under a stolen identity. And he is literate. He has already shown certain dispositions in his fascination with Nikki Heat, so we've drawn up a list of periodicals and magazines that he likely subscribes to.

Shaw hands them several packets of paper. Castle looks over the last packet.

Castle: I get half of these.

Jordan Shaw: Yes. And you also kill people for a living. In your books.

Beckett: This is a pretty wide net.

Jordan Shaw: So is Varick and Downing, and so are memberships in high-IQ societies, but put them all together, and sometimes we get lucky.

Beckett: You mean like Berkowitz's parking ticket?

Jordan Shaw: It's not always that neat. You just keep adding pieces of the puzzle until a picture emerges.

In the war room.

Agent Avery: Collated subscription information from the profiled periodicals, as well as member lists from high-IQ organizations within a one-mile radius of the Varick and Downing area. We got seventeen hits.
Jordan Shaw: Run the names through our database. Most serials have some kind of indication of violent bahavior. Criminal or psychiatric records.

Agent Avery: Negative for any matches.

Jordan Shaw: Alright, well, at least we gave it a shot. I'll have our teams interview these guys...

Agent Avery: Huh.

Jordan Shaw: "Huh," what?

Agent Avery: This one here. Chris Doherty. We've got a recent driver's license, but according to his Social Security number, Chris Doherty died six years ago.

Beckett: He's living under a stolen identity.

Jordan Shaw: So, does it say where our dead guy supposedly lived?

Agent Avery: His address puts him half a block from Downing and Varick.

Beckett: Okay, now I'm officially impressed.

Jordan Shaw: Don't be. Not until he's in our custody. Let's roll.

At the killer's apartment.

Agent 1: Go, go, go!

Agent 2: Den's clear.

Agent 3: Bedroom, clear!

Agent 4: All clear.

Shaw, Beckett, and Castle enter. Sheets of paper are hung from the ceiling. There are magazine cutouts of Beckett all over the wall, a mosaic of her face, and newspaper clippings of his crimes.

Beckett: He's done this before.

Castle sees a copy of Heat Wave and opens the front cover.

Castle: Hey, I signed this. "To Scott. Write what you know."

Jordan Shaw: Scott. Do you remember him?

Castle: No. But I sign hundreds of books.

Castle picks up a clipped stack of papers.

Jordan Shaw: His manifesto?

Castle: His manuscript.

Beckett: Dead Heat ?

Castle: "Heat examines the bullets, each of them perfectly engraved with a letter. She rearranged them like Scrabble tiles until they speller her name."

Beckett: A book. All of this over a damn book.

Shaw picks up another clipped stack and pages through it.

Jordan Shaw: He was writing about his murders long before Nikki Heat. The Night Terrors . Looks like it's about killing prostitutes in Seattle.

Castle: I remember that case. I thought they caught that guy.

Jordan Shaw: Not so much "caught" as "found dead." He hanged himself.

Castle: Another patsy, just like Ben Conrad.

Beckett: He gets away with murder. Why would he write about it? Why risk it?

Jordan Shaw: Writing is probably a symptom of his psychosis, like taking a trophy. He both memorializes the deed and distances himself from it by turning fact into fiction. And then along comes Nikki Heat, tailor-made for his psychosis, one part fact, one part fiction, just like him. Who better for him to challenge?

Castle: He must have known by going after Beckett we'd realize Ben wasn't the killer. Why tip his hand?

Beckett: It's a part of the thrill. He needed to escalate in order to feel alive.

Jordan Shaw: Or he's a psychotic obsessive-compulsive and has already decided how it has to end.

Agent Avery: Agent Shaw. Been dusting for prints trying to get an ID. Problem is, there aren't any.

Beckett: That's not possible. You can't live in a place without leaving prints.

Jordan Shaw: Unless he doesn't have any. He likes to play with fire. Maybe he burned them off.

Beckett: Well, without prints, we can't get an ID.

Jordan Shaw: We don't need an ID. Put this back where you found it. Let's un-ass this place right now. He's got to come back sometime.

Castle puts the Dead Heat manuscript in his coat.

Castle reads through the manuscript while Beckett and Shaw watch the monitors.

Agent Avery: Agent Shaw, my surveillance team is moving into position now.

Jordan Shaw: Copy that, standing by.

Avery and his FBI team wait inside the apartment.

Agent Avery: Be advised. Our subject is a white male, six foot two, approximately 200 pounds. Profile suggests he's studied our tactics and has prepared for contingencies, so communicate, people. If he shows, no one, I repeat, no one is to make a move until Agent Shaw gives the order.

Castle: Man, it's all here. The engraved bullets. The cat-and-mouse phone calls. The cipher. Only it's... It's Nikki Heat investigating and she's always one step behind him.

Beckett: Until now.

Jordan Shaw: Castle, what part of "un-ass" don't you understand?

Castle: All of it.

Jordan Shaw: For future reference, it means get the hell out and don't take anything.

Castle: Un-ass. Nice. Un-ass.

Castle writes it down. Shaw turns to Beckett.

Jordan Shaw: Is he always like this?

Beckett: Castle has the attention span of a cocker spaniel.

Jordan Shaw: Mmm. And the loyalty. The way he follows you around. From what I've observed, this unorthodox partnership works well for you.

Beckett: For now.

Jordan Shaw: Is it enough?

Beckett: Is it enough for you to hop on a Lean jet six times a year, catching serial killers across the country?

Jordan Shaw: I'd be lying if I said it was easy.

Beckett:

How do you manage?

Jordan Shaw: You miss a few birthdays and make a lot of phone calls. My husband tucks her in every night, tells her that Mommy's off slaying dragons. The trick to this kind of operation is having enough personnel in play to take the target down, but not so many that he can smell a trap. Which is why we have to get our people to go downwind. (on radio) Avery, tell our guy on the roof to find another spot, I can see him from the street.

Agent Avery (on radio): Say again.

Jordan Shaw(on radio): The guy on the roof. Southeast corner. The one with the binocs.

Agent Avery (on radio): We don't have anybody up there.

Jordan Shaw: It's him. (on radio) All units, be advised. We have contact, southeast corner Bedford and Downing. Subject is on the roof.

The killer sees the Feds moving and leaves.

Jordan Shaw (on radio): We're blown. We're blown. All units, go hot now.

The Feds run for the target, guns drawn. Shaw steps out of the van and turns to Beckett.

Jordan Shaw: Stay in the van. You're the target.

Castle: Now you know what it's like for me.

Avery tries to open a building door, but it's locked. He steps back.

Agent Avery: Take it.

Another fed kicks in the door and they rush in.

Dispatcher (on radio): Seal off the west side.

On the cameras in the van, Beckett sees the killer exit another building's fire escape.

Beckett: That's him. He must've jumped the rooftops. He's getting away.

Castle: Beckett, wait!

Beckett grabs her gun and gets out of the van. The door slams in Castle's face. The killer gets to the bottom of the fire escapes and bumps into a man on his cell phone.

Killer (voice): Pardon me.

Beckett walks to the corner, turns her head and sees the killer. She raises her gun.

Beckett: NYPD! On the ground, now!

A woman with her baby stands up, blocking her shot. The killer takes off running and Beckett chases him.

Beckett: Stop! Stop! Police!

Beckett chases the killer down into the subway. They vault over the turnstiles and down the stairs, the killer pushing people down the entire way.

Beckett: Watch! Watch! Watch!

The killer makes it into the subway car, but Beckett slams into the door just as it closes. The killer does a finger gun and mouths "bang" as the subway train takes off.

The team looks over the surveillance footage from the subway station.

Jordan Shaw: Freeze image. Zoom in.

The computer maps the killer's face.

Jordan Shaw: Run it.

Agent Avery: Running facial recognition.

Beckett: Scott Dunn.

Castle: Busted, you smug jackhole.

Agent Avery: Foster child, sealed juvie record, three-year stint in a Bay area psychiatric institute, and a single arson conviction.

Jordan Shaw: Where he burns his hands in a fire.

Castle: He hit all the clichés.

Agent Avery: Last seen February 15, 2004. Six years ago, he simply disappears.

Jordan Shaw: I want every bit of research you have on this guy on my desk, half an hour.

Shaw nods for Beckett to follow her into the hall.

Beckett: You know, I'll have my guys contact Dunn's family in case he reaches out.

Jordan Shaw: You're out.

Beckett: I'm sorry. What?

Jordan Shaw: I told you to stay in the van.

Beckett: I just broke this case.

Jordan Shaw: I need people backing me I can trust.

Beckett: Whoa. Hold on...

Jordan Shaw: Sorry, Detective. You're off the case.

At Montgomery's office.

Montgomery: She's got jurisdiction, Beckett. There's nothing I can do.

Beckett: Sir, this is my case. He's coming after me. Like it or not, I'm already on the front line.

Montgomery: You and Castle found him. That's the hard part. They've frozen his financials. they've alerted TSA, his face is all over the news. We got him cornered.

Beckett: And you're the one who taught me that when you have an animal cornered, that that's when they're the most unpredictable.

Montgomery: Yes, and that's also when they make mistakes. He does something stupid, and we will take him down. And you've been running flat out for days. You need to go home and get some sleep.

Beckett: Sir, I don't have a home.

Castle: Yes, you do. It's a secure building with an extra bedroom, with people who care about you. With the Federal detail at the door, it's the safest place in the city.

Beckett: Thank you, Castle, but I couldn't.

Castle: You can and you will.

Montgomery: Detective, I took that security off of your apartment and that gave him an opportunity to get to you. And I'm not gonna make the same mistake twice! Consider it an order.

At Castle’s loft.

Beckett: Well, who would have thought that I would be homeless and case-less in one day.

Castle: I know I'm the king of going rogue, but you were right to chase after Dunn.

Beckett: And Agent Shaw was right to kick me off the case. I would have done the same thing if I was in her spot. I'm too close to it.

Castle: I'm sure after all this, you're a little sorry you let me follow you around.

Beckett: No, not this. All the other annoying things that you do, but not this. What about you? Are you sorry that you ever wrote Heat Wave?

Castle: The way I look at it now, if it wasn't for Nikki Heat, this guy would've just gone on killing because he wouldn't have met anyone smart enough to catch him.

Beckett smiles.

Castle: I'm speaking, of course, about Special Agent Shaw.

Beckett tosses a hand towel in his face.

Beckett: Night, Castle.

Castle: Good night.

Jordan walks out to her car while talking on her cell phone.

Jordan Shaw: First thing in the morning I'll check your homework, okay? It's time for you to get some sleep. Okay. Aw, I love you, too, sweetie. Good night.

Shaw hangs up, gets into her car, starts the engine, and turns her head to back up. Scott Dunn puts a gun under her chin and sits up.

Scott Dunn: Hello, Jordan.

At Castle’s loft, Beckett makes breakfast. Martha walks in the front door.

Beckett: Martha.

Martha: Kate.

Beckett: I'm here on orders from the FBI.

Martha: Darling, I'm hardly one to judge.

Beckett: I'm sorry, I wouldn't impose, but my place is...

Martha: Ashes. No, I know. Well, that explains the pat-down by the hunky guy with the ear bud. I assumed it was Richard making a dramatic statement about the conditions for my dropping by unannounced.

Castle: I just woke up and literally smelled the coffee and the bacon. Dropping by to return your key?

Martha: Very funny, very funny. No, I am looking for my aqua gloves because these clash. Well, she cooks.

Beckett: Actually, my mom was an amazing cook. She used to make Sunday brunch, and I would get the choice between pancakes, omelets, waffles...

Castle: Wow, that's funny, every Sunday my mom would have me make her an ice pack and a Bloody Mary.

Martha: Don't listen to him. That only happened twice. Tops.

Alexis: Gram!

Martha: There's my girl. Oh, ho, ho! I missed you!

Alexis: I missed you, too.

Castle: You'd think it was months. It's been a day.

Martha and Alexis go upstairs and Beckett's cell rings.

Beckett: Excuse me. (on cell) Beckett. Okay. I'll be right there. (hangs up) Castle, that was Agent Avery. Jordan never made it home last night.

In a alleyway.

Agent Avery: She left the precinct just after nine. Husband said she never came home.

Beckett: What about the car?

Agent Avery: Stationary at this location since the transmitter was activated 20 minutes ago. Our vehicle security tech said this was his way in.

Castle: So, he was already in the car waiting for her when she got in. Purse is still in here.

Beckett: There's no bullet hole. Medium velocity spatter. So he leans in from behind, she elbows him in the nose, he recoils and a blood trail flies from that direction.

Agent Avery: She took her shot.

Castle: And left us some break crumbs.

Castle looks down at some blood droplets.

Agent Avery: Here's another one.

Beckett: And another one here. His nose is still bleeding, but he has Jordan at gunpoint. And he brings her to here, where there's a car waiting. There's tire treads. Let's run down reports of all stolen vehicles from the past 24 hours.

Beckett's cell rings.

Beckett (on cell): Beckett.

Scott Dunn (voice): There's nothing like the bond between girlfriends, is there, Nikki? You must really miss her.

Beckett (on cell): Where is she?

Scott Dunn (voice): Safe for now.

Beckett: If you hurt her, I will...

Scott Dunn (voice): Well, that all depends on you, doesn't it? This is your story, Nikki, not hers. She's just an extra. The showdown only works if it's between you and me. Come to the Battery Park Ferry terminal at midnight tonight, Nikki. And come alone or she dies.

Beckett: How can I be sure she's still alive?

Scott Dunn (voice): I'll send you and e-mail.

Castle, Beckett, Ryan, Esposito, Montgomery and Agent Avery watch the video attachment Dunn sent. Shaw is tied to a chair.

Scott Dunn (voice): Say hi to your friends, Agent Shaw.

Jordan Shaw: Go to hell, Dunn.

Agent Avery: I don't care if it's your story, Detective. I'm bringing her back alive.

Beckett: It's not my story, it's his. And if Agent Shaw was here, she'd say the same thing.

Castle: Whatever he's got planned, it's a trap.

Beckett: If I don't show up, she dies.

Montgomery: But if you do, you both die.

Agent Avery: We need to get to him before the exchange.

Esposito: We traced the e-mail's IP address to an internet cafe in Midtown.

Ryan: Not that it helps us find her.

Beckett: There's no reflective surfaces and the windows are all blacked out.

Agent Avery: Not all of them. Look. What's out that window?

Beckett: Agent Avery, if you don't mind me rejoining this investigation, I suggest we take this party next door.

In the war room.

Agent Avery: Zoom in.

Esposito: What are those? Buildings?

Castle: Bridge towers.

Beckett: Call up all the bridges in the city, see if our partial view fits.

Ryan: Ah, the Whitestone.

Montgomery: It means we're looking south and east.

Agent Avery: But we still need another coordinate to find him on the axis.

Beckett: Play the audio again, but this time without the voices. And get rid of all the traffic as well.

Castle: That's a subway. And not just any subway.

Beckett: Those are elevated tracks.

Agent Avery: I'll pull up the subway map, see where it intersects with the approximate line of sight.

Beckett: That's the IRT Pelham Line. What's the stop that intersects? Zerega Avenue station.

The computer does some really fast and ridiculous calculations and the graphics outline fills in the actual street view.

Beckett: Got it. 1756, 48th Avenue, the Bronx. Have a hostage rescue team meet us there.

In a empty warehouse.

Dispatcher (on radio): Standing by.

Agent Avery: This is the place. Building's supposed to be abandoned. Thermal confirms a hot spot on the fourth floor. That's where he's holding her. The team's going to enter on his blind side of the building.

Castle: This is wrong.

Beckett: What's wrong?

Castle: I feel like Princess Leia when the Millennium Falcon escaped the Death Star. It's too easy.

Agent Avery: What do you mean, too easy?

Castle: I mean, the sneak peek out the window, waiting to record the message just as the train was going by. He led us here. You remember how perfect everything was with Conrad.

Agent Avery: Yeah, I got the trap memo, too. But that doesn't mean I'm going to sit on my ass and do nothing. That's my partner up there.

Castle: She'll be dead the moment you breach that door.

Agent Avery: That's why we're not going to breach. The hostage exchange goes down at midnight. That means he has to move her before then. We move in quietly, take position.

Beckett: And then as soon as Dunn comes out...

Agent Avery: I'll put him down like the rabid dog he is.

The Feds move out. Beckett and Castle stay in the van.

Dispatcher (on radio): Making entry on the south side.

Castle: I don't know how he's doing it, but he's not up there.

Beckett: And what are you basing that on?

Castle: I don't know how I know, I just...

Beckett: You just what? Castle, you and I have known each other long enough for me to know that sometimes your silly theories are right, so if you have a reason to believe that he's not up there, then you need to tell me why, now.

Castle: Just because... It's not how I would write it.

Beckett: What happens in your version?

Castle: He lets us think we've found him to lure us here. Lets the FBI converge on the building, only he's not in there.

Beckett: Where is he?

Castle: Nearby watching. Watching it all unfold. He's got something planned. If it were me, I'd wait until they all got inside, got settled into position, and then I'd blow the building.

We see a look inside the room. Castle's right. There are heat lamps, a chair, and a bomb.

Beckett: Where is he watching from?

Castle: I don't know. He wants to show he's smarter than us, so he'll be somewhere close by and out of the way.

Beckett: Castle, if it were you, where would you be watching from?

Castle: I wouldn't be watching from this building where they are, I'd be watching from here.

Castle points to the building across from the heat signals.

Beckett: Come on.

Beckett and Castle leave the van and climb up the fire escape of the building across the street. They climb in a window and Beckett hands Castle her gun.

Beckett: Here.

Castle: Want me to hold it while you tie your shoe?

Beckett: No, I want you to take it. Just in case.

Beckett pulls out her second firearm.

Beckett: Alright, let's go.

They move through the empty building, guns at the ready. Beckett spots Shaw tied to a chair with duct tape over her mouth. Shaw catches Beckett's eye. Beckett nods.

Scott Dunn: I'm almost sad to see it come to an end, Agent Shaw. You know I'd expected more from you. I'd heard such great things...

Beckett spots Dunn looking out the window with binoculars.

Beckett (whisper): Castle, he's there. I'm gonna draw him away. You free Agent Shaw and get some help. Castle, you're my only backup. Okay, go.

Beckett rounds the corner on Dunn.

Beckett: I thought it was me you were after.

Scott Dunn: Nikki, you came.

 

Beckett: Put your hands up, Dunn, or I will take you down.

Dunn puts down the binoculars.

Scott Dunn: I've got a better idea, Nikki. Why don't you put your gun down, or I'll detonate the 19 pounds of cyclonite that I have in the building across the street, turning Agent Avery and his entry team into mist. If you shoot me, Nikki, it might cause my body to tense up and push the button. Do you really want to take that chance?

Beckett: They're not in the building anymore. I only sent them in there to throw you off.

Scott Dunn: You're lying.

Beckett: Why would they be in there, if I knew that you were in here? Face it, Dunn, I beat you. Nikki Heat won.

Scott Dunn: No. No!

Dunn throws the detonator.

Beckett: No!

Dunn dashes for the gun on the box in front of Shaw, but she kicks it over. Sending the gun to the flooe. Dunn hides behind Shaw and Beckett shoots off a round, making Dunn flee. Beckett chases Dunn and Castle moves in to free Shaw.

Jordan Shaw: Where's my people?

Castle: Across the street, sitting on 19 pounds of cyclonite.

Jordan Shaw: She was bluffing?

Castle: She was profiling.

Jordan Shaw: Go help her. He could flank her. Go, go! I've got this.

Castle moves off and pulls out his gun. Beckett hunts Dunn.

Beckett: Dunn, give it up. Nobody has to die.

Beckett hears some thudding and moves closer. Dunn drops on her from above. She shoves them both backwards into the wall, but Dunn gets her gun and shoves her to the floor.

Scott Dunn: That's how all my stories end. With someone else dead.

Castle: No!

Castle shoots the gun out of Dunn's hand. Dunn dives for it, but Shaw puts her foot on it and aims a gun at him.

Jordan Shaw: I believe this is your collar.

Beckett stands Dunn up to cuff him.

Scott Dunn: This isn't over, Heat.

Beckett: It's not Heat. It's Beckett. You have the right to remain silent, so shut the hell up.

Beckett passes Dunn off to Shaw.

Beckett: Thank you.

Jordan Shaw: Ditto.

Castle stares at the spot where he shot Dunn.

Beckett: Hell of a shot, Castle.

Castle: I was aiming for his head.

Beckett exits the elevator as Feds move the equipment out of the war room.

Ryan: Hey, we're thinking maybe you could talk to Montgomery about finding some room in the budget for those smart boards.

Beckett: Sure. While they're at it, maybe they can buy us Batmobiles.

Esposito: That'd be cool.

Ryan: Yeah.

Beckett: Our murder boards are just fine.

Esposito: For a caveman.

Beckett enters the bullpen.

Beckett: Agent Shaw.

Jordan Shaw: I was just writing you a note. Dunn is being transported to The Tombs, where he'll enjoy his stay in the Intensive Management Unit with the state's most dangerous criminals.

Beckett: Well, he's getting his 15 minutes. It's what he wanted this whole time.

Jordan Shaw: Yeah, but it'll be on our terms.

Beckett: I want you to know that I learned a lot from you on this one.

Jordan Shaw: You did most of the heavy lifting. Honestly, the thing that impressed me most is that you came in with Castle.

Beckett: You know, some people would call that foolish.

Jordan Shaw: You made a tough decision on your feet, used the resources at hand. I'd say that's heroic and somewhat poetic. In the end, Dunn did actually face Nikki Heat. She is, after all, part you, part Castle. He cares about you, Kate. You may not see it, you may not be ready to, but he does.

Beckett: Yeah, well, the situation with Castle is complicated.

Jordan Shaw: Ah.

Castle: Ladies.

Jordan Shaw: Detective Beckett, it's been a pleasure.

Beckett: We'll see you around.

Jordan Shaw: Castle, thank you for your help. You are a valuable asset to Detective Beckett's team.

Castle: Well, it would be great if you would call her and remind her of that from time to time.

Castle sits down next to Beckett at her desk and places a small bag on it.

Beckett: Wow. What's this?

Castle: Open it.

Beckett: My father's watch. Thank you.

Castle: You're welcome. I found it in the wreckage, had it fixed. I've got good news.

Beckett: Yeah?

Castle: I talked to Avery about buying one of those incredible Fed-mobiles. Without the weapons, of course, but I could stock it with my own gadgets. I could get "Writer" airbrushed across the back window. Ryan and Esposito have a better car than you do. I'm just... I'm embarrassed to have criminals in the back of that thing. And I don't know about your seat, but mine's got a spring that hits me in the...

At Castle’s loft, Martha and Alexis sit at the kitchen counter eating takeout when Castle enters.

Martha: Oh, Richard, darling, you're just in time. I made dinner.

Castle: Mother, what are you doing here?

Martha: We're eating. You know, something families do, couple of times a day.

Alexis: Hi, Dad.

Castle: Hi. So, uh, what about Chet?

Martha: Well, darling, I never said I was going to be chained to the man's side. Besides, Martha Rodgers is a woman of mystery. And in order to maintain that, I'm going to have to divide my time accordingly.

Alexis: Like having dual citizenship.

Martha: Exactly. Besides, it's better for my relationship with Chet. So, if I have to eat a few meals a week and do all of my laundry here, I'll just have to, um, make that work.

Alexis: I think that sounds like a fine plan.

Martha: Yeah.

Castle: Well, I hope you'll be comfortable sleeping in the home theater chairs I'm having delivered to your room. They do recline.

Martha: Ah.

Kikavu ?

Au total, 161 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Exarkun30 
28.12.2019 vers 15h

Casey5102 
25.05.2019 vers 21h

rooknroll 
03.01.2019 vers 17h

Emi82 
02.11.2018 vers 17h

ginabella5 
07.04.2018 vers 06h

Daisy2860 
10.02.2018 vers 17h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 5 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Une grande soirée Face à Face!
Le Face à Face | Inscrivez-vous

Retrouvez désormais tous les EVs de la citadelle dans la rubrique HypnoFanfics!
HypnoFanfics | Parcourez la bibliothèque!

Activité récente
Actualités
Seamus Dever participera à deux pièces de L.A.T.W.

Seamus Dever participera à deux pièces de L.A.T.W.
Seamus Dever et Sarah Drew (Grey's Anatomy) partageront la vedette dans deux pièces de la saison...

Ruben Santiago Hudson reprendra sa pièce  Lackawanna Blues

Ruben Santiago Hudson reprendra sa pièce Lackawanna Blues
Alors que les activités théâtrales sont ralenties par la pandémie, le Manhattan Theatre Club a...

Animation | Plus que 10 jours pour participer au concours!

Animation | Plus que 10 jours pour participer au concours!
Le quartier Castle célèbre ses 10 ans! Pour le 10e anniversaire du quartier Castle, diverses...

[Nathan Fillion] The Rookie est de retour en janvier

[Nathan Fillion] The Rookie est de retour en janvier
Le retour de The Rookie a été retardé par la covid, mais Nathan Fillion sera bientôt de retour dans...

Les épisodes virtuels déménagent!

Les épisodes virtuels déménagent!
Un nouveau développement est arrivé sur Hypnoweb! En effet, tous les EV ont été regroupés à...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

ShanInXYZ, Hier à 17:29

Et nouveau thème dans l'animation photo Voyage au centre du Tardis, votre saison préférée et bien sûr le quizz photo, n'hésitez pas à passer

choup37, Hier à 21:56

Jack est de retour.. avec de nouvelles questions! Quizz saison 2 lancé sur Torchwood, une question par jour, on vous attend nombreux!

choup37, Hier à 21:56

et aussi calendrier, sondage, pdm..

Luna25, Hier à 23:22

Nouveau mois au quartier Legends of tomorrow ! Pdm, sondage et un duel entre 2 consultants pour la police

grims, Aujourd'hui à 05:47

Nouvelle série de photos de la quinzaine sur le quartier Outlander ! Bonne journée

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site