VOTE | 705 fans

#213 : Le contrat

 

Résumé : Alors qu'ils enquêtent sur la mort d'un parrain irlandais, Beckett et Castle mettent à jour une véritable guerre de territoire, liée à un trafic de stupéfiants... L'affaire prend soudain une tournure plus personnelle lorsqu'ils découvrent que l'assassin qu'ils recherchent, pourrait bien être impliqué dans le meurtre de la mère de Beckett.

Popularité


4.33 - 18 votes

Titre VO
Sucker Punch

Titre VF
Le contrat

Première diffusion
18.01.2010

Première diffusion en France
06.09.2010

Photos promo

Eddie Shin prête ses traits à Johnny Vong.

Eddie Shin prête ses traits à Johnny Vong.

Kate (Stana Katic) cherche du réconfort dans les bras de son père, Jim (Scott Paulin).

Kate (Stana Katic) cherche du réconfort dans les bras de son père, Jim (Scott Paulin).

Kate (Stana Katic) cherche du réconfort dans les bras de son père, Jim (Scott Paulin).

Kate (Stana Katic) cherche du réconfort dans les bras de son père, Jim (Scott Paulin).

Kate (Stana Katic) et son père, Jim (Scott Paulin).

Kate (Stana Katic) et son père, Jim (Scott Paulin).

Kate (Stana Katic) prend un café avec son père Jim (Scott Paulin).

Kate (Stana Katic) prend un café avec son père Jim (Scott Paulin).

Kate (Stana Katic) tente de réanimer Dick Coonan (Jay R. Ferguson).

Kate (Stana Katic) tente de réanimer Dick Coonan (Jay R. Ferguson).

Kate (Stana Katic) est prête à sortir son arme.

Kate (Stana Katic) est prête à sortir son arme.

Nathan Fillion incarne le populaire auteur Rick Castle

Nathan Fillion incarne le populaire auteur Rick Castle

Rick (Nathan Fillion) pris en otage par Dick Coonan (Jay R. Ferguson).

Rick (Nathan Fillion) pris en otage par Dick Coonan (Jay R. Ferguson).

Rick (Nathan Fillion) pris en otage par Dick Coonan (Jay R. Ferguson).

Rick (Nathan Fillion) pris en otage par Dick Coonan (Jay R. Ferguson).

Kate (Stana Katic) prête à déposer son arme, tel qu'exigé par Dick Coonan (Jay R. Ferguson).

Kate (Stana Katic) prête à déposer son arme, tel qu'exigé par Dick Coonan (Jay R. Ferguson).

Kate (Stana Katic) et Castle (Nathan Fillion) raccompagnent Dick Coonan (Jay R. Ferguson).

Kate (Stana Katic) et Castle (Nathan Fillion) raccompagnent Dick Coonan (Jay R. Ferguson).

Kate (Stana Katic) et Castle (Nathan Fillion) raccompagnent Dick Coonan (Jay R. Ferguson).

Kate (Stana Katic) et Castle (Nathan Fillion) raccompagnent Dick Coonan (Jay R. Ferguson).

Rick (Nathan Fillion) et Kate (Stana Katic) réfléchissent à l'enquête.

Rick (Nathan Fillion) et Kate (Stana Katic) réfléchissent à l'enquête.

Dick Coonan (Jay R. Ferguson) a été abattu au 12e.

Dick Coonan (Jay R. Ferguson) a été abattu au 12e.

Kate (Stana Katic) en mode réflexif dans sa voiture.

Kate (Stana Katic) en mode réflexif dans sa voiture.

Esposito (Jon Huertas) et Ryan (Seamus Dever) procèdent à l'arrestation de Johnny Vong (Eddie Shin).

Esposito (Jon Huertas) et Ryan (Seamus Dever) procèdent à l'arrestation de Johnny Vong (Eddie Shin).

Johnny Vong (Eddie Shin) anime un conférence.

Johnny Vong (Eddie Shin) anime un conférence.

Johnny Vong (Eddie Shin) anime un conférence.

Johnny Vong (Eddie Shin) anime un conférence.

Le duo Kate Beckett (Stana Katic) et Rick Castle (Nathan Fillion).

Le duo Kate Beckett (Stana Katic) et Rick Castle (Nathan Fillion).

Johnny Vong (Eddie Shin) tente de prendre la fuite.

Johnny Vong (Eddie Shin) tente de prendre la fuite.

Johnny Vong (Eddie Shin) et une de ses adeptes.

Johnny Vong (Eddie Shin) et une de ses adeptes.

Eddie Shin prête ses traits à Johnny Vong.

Eddie Shin prête ses traits à Johnny Vong.

Beckett (Stana Katic) interpèle Johnny Vong (Eddie Shin).

Beckett (Stana Katic) interpèle Johnny Vong (Eddie Shin).

Les enquêteurs Javier Esposito (Jon Huertas), Kate Beckett (Stana Katic) et Kevin Ryan (Seamus Dever) et l'écrivain Richard Castle (Nathan Fillion).

Les enquêteurs Javier Esposito (Jon Huertas), Kate Beckett (Stana Katic) et Kevin Ryan (Seamus Dever) et l'écrivain Richard Castle (Nathan Fillion).

Beckett se rend à l'évidence, Dick Coonan ( Jay R. Ferguson) est décédé.

Beckett se rend à l'évidence, Dick Coonan ( Jay R. Ferguson) est décédé.

Diffusions

Logo de la chaîne France 4

France (redif)
Jeudi 28.02.2019 à 21:00

Plus de détails

Réalisation : Thomas J. Wright
Scénario :
 Will Beall

Distribution principale : 

Distribution secondaire: 

  • Mark Adair-Rios (Mario "Trucho" Mendoza)
  • Bernard Addison (avocat)
  • Justin Alvarez (Jack Coonan)
  • John Brantley Cole, Jr (officier Clayton Lee)
  • James Cosmo (Finn Rourke)
  • Jay R. Ferguson (Dick Coonan)
  • Glenn Keogh (Tommy)
  • Jenna Leigh Green (Molly Dearing)
  • Tom Morga (grand gars)
  • Danny Nucci (Gilbert Mazzara)
  • Scott Paulin (Jim Beckett)
  • Robert Picardo (Dr Clark Murray)
  • Erin Pickett (femme au foyer)
  • Eddie Shin (Johnny Vong)
  • Patrick St. Esprit (Emmett Forrest)

[INTRO]

Castle [Dans sa tête] : Il y a deux catégories de personnes qui réfléchissent à des façons de tuer : les psychopathes et les écrivains. Je suis dans celle qui paie le mieux. Qui je suis ? [A voix haute] : Je suis Rick Castle. Castle. Castle. [A Beckett] Je ne sais pas ce que vous en pensez mais je me trouve beau gosse. [Dans sa tête] Chaque écrivain a besoin d'inspiration, j'ai trouvé la mienne.

Beckett : Lieutenant Kate Beckett. Beckett. Beckett. Nikki Hard ?

Martha : Son personnage fondé sur vous.

Castle [Dans sa tête] : Et grâce à mon amitié avec le maire, je suis sur ses enquêtes. [A Beckett] Donnez-moi la fessée pour me punir. [Dans sa tête] Ensemble on arrête les tueurs. [A Beckett] On forme une bonne équipe nous deux, comme Starsky & Hutch, Turner & Hooch.

Beckett : Vous me rappelez assez Hooch.

 

[Appartement]

[Des peintres repeignent un appartement. Un des peintres pose son rouleau et se rend compte en peignant qu’il y a du rouge dans la peinture blanche, puis se prend des gouttes de sang sur le visage. Il lève la tête et voit le plafond rouge dégoulinant de sang]

 

[Appartement de la victime, scène de crime : Beckett, Castle, Lanie, Ryan et Esposito]

Esposito [A Beckett qui arrive avec Castle] : Voici le regretté Jack Coonan !

Beckett : Ce nom m’est familier !

Ryan : Sans doute parce que son dossier a atterri sur nos bureaux un grand nombre de fois ces dernières années. Coup et blessure, agression à main armée, incendie !

Esposito : Connu comme le loup blanc, une brute qui dit-on bossait pour les Westies !

Lanie : Oh excusez-moi mais qui sont les Westies déjà ?

Castle : Ce sont les gars de la mafia Irlandaise !

Beckett : Ils donnent dans le vol de fret, la contrefaçon, l’extorsion…

Ryan : Ils pissent dans la rue à la St Patrick aussi !

Esposito [Trouvant un fusil] : Coonan avait un énorme système de sécurité, calibre 12, balle à tête creuse !

Beckett : Cette arme pourrait arrêter un éléphant. Qui s’attendait-il à voir débarquer ?

Lanie : Une personne a fini par rentrer ici pour lui faire à peu près trente trous et le laisser se vider de tout son sang au beau milieu de son salon !

Beckett : Il a un 9milimètres à la ceinture !

Castle : Et il ne s’en est même pas servi !

Beckett : Il était armé et prêt. Celui qui l'a eu était fort et vraiment doué !

Castle : Un ninja tueur !

Ryan : Un ninja tueur ? C’est pas un pléonasme ?

Castle [Sachant pas quoi répondre] : Heu…

Esposito : Les ninjas sont pas tous des tueurs ! [Beckett lève les yeux au ciel]

Castle : Très bien messieurs les lettrés. Notre ninja, un tueur sans aucune pitié, par définition, escalade la façade, entre par cette fenêtre et se cache bien tranquillement pendant… [Trouvant une cassette vidéo] tiens regardez, notre victime était fan de Johnny Vong !

Esposito : Oh, des gens achètent ses dvd finalement ! [Rigolant avec Castle]

Ryan : C’est qui ça Johnny Vong ?

Esposito : Tu plaisantes ?

Castle : Tous les insomniaques de New-York pourront vous le dire. [Lançant la pochette de dvd à Ryan, prenant la télécommande et mettant en route le dvd] Sa pub passe toute la nuit !

Vong [A la TV, avec un fort accent chinois] : Les gens pensent, est ce qu’il faut de l’argent pour gagner de l’argent ? Ouais ! Mais ça c’est faux, regardez moi, quand je suis arrivé dans ce pays, j’avais rien, je suis venu en bateau et maintenant…

Castle, Esposito et Vong : J’ai un gros bateau !

Vong [A la TV] : Vos amis vont peut-être… [Beckett éteint la télévision]

Beckett : Désolé, ça vous dérange si on finit de s’occuper du cadavre sur le tapis ?

Lanie : Beckett, son portable ! [Lui donnant dans un sac plastique] On dirait qu’il a été transpercé par la lame !

Beckett : On va l’envoyer au labo, je veux savoir à qui Coonan a parlé avant sa mort ! [Tendant le portable à Ryan mais il est absorbé par la lecture de la 4eme de couverture du dvd de Vong] Ryan ?

Ryan [Un peu absent] : Heu, oui ? [Prenant le téléphone et continuant sa lecture]

 

[Bureau de Dick Coonan : Beckett, Castle et Dick Coonan]

[Castle regarde les diplômes et récompenses accrochés au mur]

Coonan : Est-ce qu’il… [Se raclant la gorge] mon frère a souffert ?

Beckett : Oui ! [Le regardant dans les yeux]

Coonan : Merci pour votre franchise. Ça aurait été facile de me mentir !

Beckett : Non monsieur, j’ai moi aussi été à votre place et à ce moment-là, j’avais surtout besoin d’entendre la vérité !

Coonan : Je construis de nombreuses écoles en Afghanistan, je donne une chance à ces enfants. J’ai droit à tous les honneurs et mon grand frère Jacky, celui qui m’a appris à se battre pour les faibles… voilà où il en est !

Beckett : Il ne méritait sans doute pas ça !

Coonan : Je ne lui cherche pas d’excuse, mais on a grandi en étant livré à nous même. Jacky était le gamin le plus coriace du quartier, c’est comme ça qu’il s’est fait remarquer par Rourke et sa clique.

Beckett : Finn Rourke ?

Coonan : Hum, hum ! [Acquiesçant]

Beckett [Voyant le regard interrogateur de Castle] : Le chef des Westies ! [A Coonan] Que faisait-il pour lui ?

Coonan : Il l’a jamais dit, mais quoi que ce soit… ça a dû causer sa mort !

 

[Dans la rue, devant un café : Beckett et Castle]

[Beckett et Castle sortent de la voiture. Castle se dirige vers le bar]

Beckett : Castle ? [Il se stoppe et se tourne vers elle] Les Westies peuvent être violent. [Armant son arme] Vous ne voulez pas rester dehors ?

Castle : Hors de question ! [Souriant]

Beckett : Très bien, je veux même pas vous entendre. Essayez d’avoir l’air viril ! [Levant les épaules comme un boxeur et se putchant le nez]

 

[Bar de Finn Rourke : Beckett, Castle, Tom, Finn Rourke et un homme]

Beckett [Au barman] : J’aimerais voir Finn Rourke !

Tom : Ah c’est vrai. Je vais vous donner un tuyau, vous et votre femme, cherchez autre part ! [Prenant un œuf dans un grand bocal et croquant dedans]

Beckett [Irritée] : C’est le moment où je vous annonce que sur un coup de fil de ma part, l’inspection sanitaire débarque ici. [Castle prend lui aussi un œuf dans le bocal] Ils vous feront fermer un mois, je vous le garantie. Vous voulez faire ça à votre patron ? [Castle met l’œuf en entier dans sa bouche] Je vous demande pas une queconque forme de… [Castle recrache brillamment l’œuf en s’étouffant, Beckett est surprise]

Rourke : Ça suffit, j’entends plus le match ! Tomy une pinte pour monsieur le beau gosse. Ça soulage l’estomac ! [Tom pose la bière devant Castle]

Castle [S’étranglant] : Merci ! [Buvant et faisant signe à Beckett que ça va. Beckett est dégoutée]

Beckett [Se tournant vers Rourke] : Monsieur Rourke, je suis le lieutenant Beckett. Je suis là pour Jack Coonan !

Rourke : Ahhh… [Se signant] voyez-vous ça !

Beckett : Quand l’avez-vous vu pour la dernière fois ?

Rourke : Je m’en souviens pas, en fait tous vous diront la même chose et je suis prêt à parier que l’inspection sanitaire ne trouvera vraiment rien de nuisible dans mon établissement. [Se levant] Et là c’est le moment où je vous dis de débarrasser le plancher et de ne pas revenir ! [La regardant dans les yeux] [Des bruits de bagarre se font entendre. Beckett surprise se dirige vers eux avec Castle]

Beckett [Entrant dans une pièce et sortant son arme] : Reculez ! [A l’homme tabassé] Ça va ?

L’homme : Ouais… [Voyant Rourke] Ouais, ouais, très bien ! [N’arrivant pas à se relever]

 

[Salle d’interrogatoire : Beckett, Castle et Mario Mendoza]

Beckett : Mario Mendoza, plus connu sous le nom de Trucho. Vous avez fait quatre ans pour trafic de drogue dans le Queens et vous êtes en conditionnel !

Castle : Félicitations ! [Mendoza est dans un sale état, bras dans le plâtre et visage tuméfié]

Beckett : J’ai un Westies mort sur les bras et vous sembliez sur le point de le rejoindre. Alors que faisiez-vous dans l’arrière salle de Finn Rourke, je peux savoir ?

Mendoza : Je peux être franc avec vous ?

Beckett : Oh, bien sûr voyons !

Mendoza : J’avais un peu trop bu et… je suis tombé !

Beckett : Tombé ?

Mendoza : Ouais !

Beckett : Comment vous êtes-vous fait ce cocard ?

Mendoza : J’ai foncé dans un mur !

Beckett : Oh et pour votre main ?

Mendoza : Après avoir foncé dans le mur, là je suis tombé, j’ai mis ma main sur le grill, juste pour tomber moins vite !

Castle : Merci d’être si sincère !

Beckett : J’ai compris. Il y a le code de la rue et vous y tenez. Mais par expérience Mario, je sais que les gars comme vous se font arrêter à nouveau et quand ce sera le cas, ça ne vous dit pas d’avoir un flic de votre côté ?

Mendoza : Non merci ! Ca va aller ! [Grimaçant de ses douleurs] Ohh !

 

[Salle d’observation : Beckett, Castle et Détective Gil Mazzara]

Mazzara [Regardant Mendoza] : Je l’ai coffré il y a des années. Il dealait pour les Latin Kings !

Castle : Les Latin Kings ?

Beckett : Un gang violent très connu pour son trafic de drogue et de filles !

Mazzara : Trucho est leur homme de main. Très agile avec une lame. On a jamais pu le coincer pour meurtre mais il y a plein de mecs en ville avec des doigts en moins !

Castle : Donc entre eux, il pourrait y avoir un problème ?

Mazzara : Ils peuvent pas se voir, ça fait déjà plusieurs années que ça dure !

Beckett : Les Westies pensent que les Latin Kings ont tué Coonan. Ils décident d’attraper leur homme de main pour un interrogatoire très serré !

Castle : Ce que personne n’admettra !

Mazzara : D’après moi, si Finn s’en est pris à ce type, il y avait bien une raison. Vous avez un Westies, plein de trous, le coupable c’est sûrement lui !

Esposito [Arrivant avec Ryan] : Ouais, c’est vrai ! On a trouvé la voiture de Trucho, dans une vieille ruelle, derrière une bodega, à Rego Park, un repère de camé !

Ryan : Et voilà sur quoi on est tombé derrière le pare soleil du côté chauffeur ! [Montrant un couteau et sortant la lame]

 

[Morgue : Beckett, Castle et Lanie]

Lanie [Passant devant Beckett qui tient le couteau de Trucho] : C’est pas ça !

Beckett : T'a même pas regardé !

Lanie : Bien sûr que si. C’est un Stiletto avec une lame en acier Damas. Il est bien trop petit pour faire ces blessures !

Castle : Il a peut-être utilisé une autre arme ?

Lanie : Alors quelle taille fait ce Trucho ?

Beckett : Heu… [Lisant dans le dossier] 1m68 !

Castle : Oui, j’aurais dit ça aussi !

Lanie : C’est pas l’assassin, d’après l’angle des blessures, le meurtrier de Coonan faisait plus d’1m80 !

Castle : Mais peut-être que parfois, il lui arrive de porter des talons ! [Beckett lève les yeux au ciel, son portable sonne]

Beckett : Excusez-moi ! [S’éloignant et décrochant] [Lanie regarde Castle tristement, il se rapproche] [Au loin au téléphone] Qu’est-ce que ça donne ?

Castle : Hey ?

Lanie : Oui !

Castle : Ça va ?

Lanie : Oui, ça va ! [S’éloignant un peu de lui] [Castle se pose des questions]

Beckett [Au loin au téléphone] : D’accord merci ! [Revenant auprès de Castle] Ils ont récupéré son relevé d’appel, ça peut nous mettre sur une piste ! Merci Lanie ! [Partant suivie de Castle qui regarde suspicieusement Lanie avant de partir]

 

[Bureau de Ryan : Beckett, Castle, Ryan et Esposito]

Ryan [Regardant son ordinateur] : Il a passé son dernier appel vers une ligne fixe à New-York mais vu l’état de la carte Sim, il manque les deux derniers chiffres du numéro !

Castle : Il y a quatre-vingt-dix-neuf possibilités. Il ne faut pas trop trainer. Ryan appelez les tous ! [Ryan rie]

Esposito : Et tous ces numéros ont la même racine !

Ryan : Et c’est là que ça devient intéressant. Ils nous ramènent tous au bureau officiel du FBI à New-York !

Beckett : Qu’est-ce qu’un voyou irlandais a à dire au FBI ?

 

[Générique]

 

[Bureau de Ryan : Beckett, Castle, Ryan, Esposito et Vong]

Vong [Ryan regarde la vidéo de Vong sur son ordinateur] : Mon programme est idéal pour vous, regardez moi, je suis jamais allé à l’université…

Esposito : Beckett, l’agent du FBI est là !

Vong [A la TV] : L’équipe de Connanball en boucle… [Ryan éteint la vidéo en entendant Beckett]

Beckett : Ce dvd n’est pas sensé être avec les preuves à convictions ?

Ryan : Heu, si mais… en fait j’ai pensé qu’il pouvait y avoir…

Beckett : Remet-le là-bas !

Ryan : Bon d’accord ! [Fermant la boite]

 

[Salle de conférence : Beckett, Castle et Agent Forrest]

Beckett : Merci d’être venu Agent Forrest ! [Il s’asseoit] La plupart de vos collègues voudraient que ce soient les flics qui se déplacent !

Forrest : La plupart sont plus préoccupés par leur coiffure et passer à la télé, plutôt que de pourchasser les criminels ! [Beckett et Castle sourient]

Castle : Mais vous n’êtes pas comme ça j’imagine !

Forrest : Non, monsieur croyez-moi ! Pour bonne conduite, le bureau a décidé de m’envoyer ici à New-York !

Beckett : Comment êtes-vous rentré en contact avec Jack Coonan ?

Forrest : Il nous a passé un coup de fil, il y a huit jours !

Castle : Et vous en avez fait un informateur ?

Forrest : Non !

Beckett : Pourquoi ?

Forrest : Ce n’était qu’une première approche. Je n’étais pas prêt à lui faire un pont d’or pour quelques paroles !

Castle : Vous n’aviez pas confiance en lui ?

Forrest : Quand un gars comme ça s’adresse à nous, c’est en général parce qu’il a trahi son patron !

Beckett : Et s’il tient à échapper à la mort, il les balance le plus vite possible pour devenir un témoin protégé !

Castle : Qui vous donnait-il finalement ?

Forrest : Pas la moindre idée !

Castle : Mais ces types là ont dû avoir vent de l’affaire !

Beckett : Et tuer Coonan avant qu’il ait une chance de les livrer au FBI !

Forrest : Les Westies ont depuis longtemps un point commun avec l’Iran et le grand état du Texas. Ils n’hésitent pas à exécuter certaines personnes !

Beckett : Et s’adresser au FBI est de toute évidence la pire des offenses. On doit aller questionner Finn Rourke à ce sujet !

 

[Bar de Finn Rourke : Beckett, Castle et Finn Rourke]

Rourke [A toutes les personnes du bar devant le cercueil de Coonan] : Un ange est allé voir Jacky chez lui, il y a deux nuits. Le même ange qui a pris le premier fils du pharaon. Je sais que certains d’entre vous pensent que l’ange de la mort n’existe pas [Beckett et Castle arrivent dans le bar] mais croyez-moi, il vous connait lui. Bon un toast pour notre cher Jacky. Ah s’il est au paradis, on peut être sûr qu’il a forcé la porte quand tout le monde était aux vêpres ! [Tous rient et boient] [Beckett s’avance vers Rourke] Vous venez honorer le mort j’espère sinon je vous prierais de quitter cet endroit en vitesse!

 Beckett : Vous mentez. Vous savez parfaitement ce qui est arrivé à Jack Coonan. Cette petite raclé que vous avez donné à Trucho, c’était seulement un truc destiné à tromper vos hommes, tout comme cet éloge touchant !

Rourke : Je ferais bien attention si j’étais vous…

Beckett [Sans peur] : Ou alors quoi ? Vous allez me tuer comme vous avez tué Coonan après qu’il ait voulu vous balancer ?

Rourke : Ça suffit, je ne vous laisserai pas le diffamer. C’est hors de question, pas ce soir !

Beckett : Ca je le sais par le FBI. Jack a pris contact avec eux, un peu avant sa mort !

Castle : Il vous a trahi c’est ça ?

Rourke : Alors là vous délirez complétement. Jacky Coonan a été loyal et ce jusqu’au bout. Il est mort dans un état de grâce, même si vous dites vrai lieutenant, soyez bien sûre qu’il n’allait pas voir les fédéraux à propos de l’un d’entre nous !

Beckett : Qu’est-ce qui vous permet d’en être sûr ? [S’approchant encore plus de Rourke et le regardant droit dans les yeux]

Rourke : Vous me connaissez. Vous savez que je suis un gangster et aussi un voleur. Je suis certain que vous savez que j’ai tué des mecs mais avez-vous entendu dire à un moment donné que Finn Rourke vendait de la drogue ? Quelqu’un en apportait ici dans mon quartier, sur mon secteur. J’ai envoyé Jacky trouver les pourritures mêlées à ça. Vite les choper et punir ces types, selon nos règles et nos lois.

Castle : C’est lui en revanche qu’ils ont puni !

Rourke : Oui, c’est exact ! Alors si vous me croyez coupable, je vous suggère de m’arrêter sinon au cas où vous l’auriez oublié, c’est une cérémonie privée en l’honneur de Jacky alors de l’air et ne revenez pas ici ! [Ils s’éloignent] [Buvant cul sec] Un autre ! [Castle remarque en sortant une fille pleurant chaudement]

 

[Devant le bar, dans la voiture : Beckett, Castle et Molly]

Beckett [A Castle qui regarde l’entrée du bar] : Laissez lui une minute. Elle peut pas nous suivre, ce serait un peu trop évident !

Castle [Surprit] : Vous l’avez vue ?

Beckett : Je suis de la police Castle. Si il y a bien une chose que je remarque c’est quelqu’un qui a besoin de se confier ! [La fille sort du bar en courant]

Castle : Ah elle nous cherche ! [Se penchant sur le volant]

Beckett : Non, non, non, pas de klaxon ! Rien de mieux pour l’effrayer ! [Faisant des appels de phare] [La fille court vers la voiture]

Molly : Salut je suis Molly !

Beckett : Bonsoir, je m’appelle Kate ! On peut vous déposer quelque part ?

Molly : Ouais, mais très loin d’ici ! [Beckett et Castle se regardent]

 

[Salle des familles : Beckett, Castle et Molly]

Molly : Oh bien sûr, je connaissais sa réputation. [Riant] Je crois bien que c’est un peu ça qui m’a attiré chez Jack. [Beckett fait un rictus] Quoi ? Vous n’avez peut-être jamais craqué pour les mauvais garçons Kate ? [Castle la regarde en souriant]

Beckett : Sans commentaire ! [Buvant son café]

Castle : Il ne vous a jamais parlé d’aller voir le FBI ?

Molly : Jack disait rien sur son business mais je savais qu’il voulait arrêter. On avait parlé de partir très loin tous les deux. La semaine dernière Jack m’a appelé et m’a dit qu’il y allait avant !

Castle : Il sentait ce qui allait se passer !

Molly : On passait chaque nuit ensemble. Il n’arrivait pas à dormir sans moi c’était terrible, mais la semaine dernière, il voulait même pas que je vienne. Si ça n’avait pas été Jack, j’aurais pensé qu’il y en avait une autre dans sa vie !

Beckett : Ça ne vous est pas venue à l’idée ?

Molly [Enlevant le collier autour de son cou] : Il m’a donné ça ! [Une clé] Juste avant que je parte. La dernière fois que je l’ai vu, Jack a dit que si les choses se passaient mal, je devais remettre cette clé à la police ! [Lui remettant la clé]

 

[Consigne de la gare routière : Beckett, Castle, Ryan et Esposito]

Castle : Comment savez-vous que c’est une consigne ?

Beckett : C’est toujours une consigne ! [Arrivant près des consignes avec les trois gars] Beaucoup ont été supprimées mais dans quelques gares, elles n’ont pas été enlevées et celle-ci est la plus proche de chez Coonan ! [Mettant la clé dans la serrure]

Castle : Non, non arrêtez ne faites pas ça !

Beckett : Quoi ?

Castle : Dès que vous l’ouvrirez, on saura. Il pourrait y avoir, un Alien en décomposition ? L’arche d’alliance ? [Beckett ouvre la consigne] Ou des dvds de Johnny Vong ?

Esposito : C’est une blague ! C’est ce que Coonan voulait donner aux fédéraux ?

Beckett : Attendez ! [Prenant une pochette et l’ouvrant] Non ! [Voyant un paquet dedans] C’est à cause de ça !

Ryan : Ouais !

Beckett [Sortant un couteau, faisant apparaitre la lame, la plongeant dans le paquet et goutant la substance blanche] : De l’héroïne !

Castle : Oh franchement, c’était trop cool votre truc !

Beckett : Vous trouvez ? [Souriante]

Castle : Ouais, ça faisait très Miami Vice !

 

[Commissariat, bureau de Beckett : Beckett, Castle, Ryan et Esposito]

Beckett [Devant le tableau blanc] : Coonan n’allait pas balancer les Westies aux fédéraux. Il voulait balancer le dealeur que Rourke l’avait chargé de trouver !

Esposito : Sauf que le dealeur change le script, il tue Coonan avant qu’il le donne aux fédéraux !

Beckett : En trouvant le dealeur, on trouvera le tueur !

Castle : Il est marqué ici que les dvds sont fabriqués à Hong Kong. [Ryan prend le dvd] Quelqu’un y a mis l’héroïne avant leur envoie !

Beckett : A la réception quelqu’un devait savoir quelle boite contenait la drogue !

Ryan [Caressant la boite sans y réfléchir] : Et quelle boite conduisait à l’indépendance financière au moyen d’un chemin secret ! [Tous le regardent étonnés] Quoi ? [Esposito soupire]

Beckett : Quelqu’un de chez Johnny Vong, sans aucun doute !

 

[Centre de Johnny Vong : Beckett, Castle, Ryan, Esposito et Johnny Vong]

Vong [A une foule de gens qui crient et applaudissent] : Ouaiiis ! Ca fait rien si vous êtes chauffeur de bus. Ou si vous portez un tablier vert pour aller resservir un café à un crétin qui discute sur son portable. J’étais comme vous avant.

Femme [Hurlant] : Je t’aime !

Vong : Et puis j’ai découvert un grand secret qui a changé toute ma vie, qui parmi vous…

Castle [Arrivant avec les gars et Beckett dans la salle] : Cet endroit me rappelle mon 2eme mariage ! [Beckett sourit]

Vong [Criant] : Ouaiiiis ! [Marchant sur des braises avec une femme] Qui est prêt à s’ouvrir pour une nouvelle vie? Venez vite! [Les gens de la salle enlèvent leurs chaussures pour marcher sur les braises]

Esposito [A Ryan qui regarde ses chaussures] : N’essaie même pas  d’enlever tes pompes où je te fous un coup de lacrymo !

Vong : Vous êtes tous des gagnants ! Ouaiiis !

Beckett [S’approchant de lui] : Monsieur Vong ?

Vong : Merci !

Beckett : Monsieur Vong, je suis le lieutenant Beckett, brigade criminel. J’ai quelques questions à vous poser !

Vong : Ouais, d’accord, d’accord !

Beckett : Nous pensons qu’un de vos employés faisait venir de l’héroïne en la cachant dans certaines de vos marchandises !

Vong : Venir quoi ?

Castle : De la poudre !

Beckett : Vous permettez qu’on regarde vos… [Vong commence à courir pour s’échapper mais Ryan et Esposito le poursuive et le rattrape]

Castle : Oh… ! [Ayant mal pour Vong]

 

[Salle d’interrogatoire : Beckett, Castle et Johnny Vong] [Salle d’observation : Ryan et Esposito]

Beckett : Trafic d’héroïne, vous êtes bon pour dix ans de prison. [Vong tape des pieds nus sur le sol] Alors je peux comprendre votre fuite !

Vong : Non, écoutez c’est une erreur monumentale. J’ai jamais pris de drogue. La drogue c’est pour les perdants. Je suis un business man et là j’aide plein de gens à atteindre leur but !

Castle : Oui tant qu’ils ont trois cent dollars minimum à mettre dans votre méthode bidon, c’est certain !

Vong : Non, non, j’offre trente jours, satisfait ou remboursé. Si vous commencez pas à gagner de l’argent, je vous rembourse sans poser de question. [Ryan et Esposito les regardent derrière la vitre sans teint] Je pourrais faire cette offre si c’était une petite arnaque ?

Ryan : Ba, il a pas tort !

Esposito : Ça va, ferme-la !

Ryan : Tu crois pas qu’il…

Esposito : Non !

Ryan : D’accord !

Beckett : Bon écoutez, la drogue moi je m’en occupe pas, je travaille à la brigade criminel. En général, je n’interviens pas dans ce genre d’affaire mais mon problème et le vôtre, c’est le fait que vous avez fait tuer Jack Coonan afin de cacher votre trafic de drogue !

Vong [Parlant sans accent chinois] : Quoi Jack Coonan est mort ?

Castle : Oh, oh attention à vous là Johnny, votre accent vient de se volatiliser ! [S’asseyant au côté de Beckett, en souriant]

Vong : Je ne suis pas venu en bateau, d’accord. J’ai jamais mis les pieds au Laos, je suis de Danville en Californie !

Castle : Et cette histoire de Johnny Vong, c’est quoi ?

Vong : Personne n’achète une méthode pour s’enrichir à un mec surdiplômé mais montrez un idiot qui fait fortune et les gens se précipitent. J’ai donc joué Johnny Vong et c’est le genre d’histoire que les gens aiment et je leur donne !

Castle : Ouais ça et de l’héroïne !

Beckett : Comment vous avez connu Jack Coonan ?

Vong : Ecoutez, quoi que vous pensiez lieutenant, je vous promets que j’ai pas tué Coonan. Vous devez vraiment me croire !

Beckett : A oui, rien de ce qui se rapporte à vous n’est réel !

Vong : Non, j’avais besoin d’argent pour faire connaitre mon programme partout. Il cherchait un moyen d’importer ces trucs dans le pays. C’est idiot mais dès qu’on fait un pacte avec le diable, on lui appartient !

Beckett : A qui appartenez-vous ? [Vong fait non de la tête] Pour qui travaillez-vous ?

Vong : Il va me tuer !

Beckett : Je vous protègerai !

Vong : Vous pouvez pas. Ni personne d’autre. Vous savez pas ce qu’il peut faire si vous me croyez pas, regardez Jack Coonan !

Beckett : Monsieur Vong…

Vong : Non ! Je tenterai ma chance en prison. J’aime mieux perdre dix ans de ma vie que toute ma vie !

 

[Bureau de Beckett : Beckett, Castle, Lanie et Docteur Murray]

Beckett : Celui pour qui il travaille, mérite plus que la prison !

Castle : Il y a sûrement un moyen de le faire parler ? On pourrait le forcer à écouter les chansons de Paris Hilton ?

Beckett [Souriante] : Vous voulez me faire perdre mon boulot ?

Lanie : Kate !

Beckett : Lanie, qu’est-ce que tu fais ici ? [Lanie arrive avec le docteur Murray]

Lanie : Heu c’est à propos de l’affaire Coonan. Voici le docteur Clark Murray !

Murray : Enchanté ! [Serrant la main de Beckett]

Lanie : Il est aussi médecin légiste !

Beckett : Bonjour !

Lanie : Je lui ai demandé son avis !

Beckett : Je suis le lieutenant Kate Beckett et voici Richard Castle l’écrivain !

Castle : On se connait ! [Beckett est étonnée]

 

[Salle de briefing : Beckett, Castle, Lanie et Clark Murray]

Murray [Faisant voir des photos d’autopsie à Beckett] : Vous voyez les contusions rectangulaires autour de ses plaies, là et là !

Beckett : Hum, hum !

Murray : Causées par la garde du couteau qui a compressé la peau au moment des coups !

Beckett : Et par conséquent les blessures sont plus profondes que la longueur de la lame, c’est bien ça ?

Murray : La lame avait tellement été bien affutée qu'elle a perdue quelques très fines particules en touchant les os. [Montrant un autre cliché] C’est pour ça qu’on a retrouvé des éclats de lame dans les deux victimes. On sait maintenant que ces éclats de lame proviennent de la même arme !

Beckett : Quoi deux victimes ? Combien de personnes il a tué ?

Lanie : Cinq, d’après nos infos ?

Beckett : On recherche un tueur en série ?

Murray : Et bien oui et non ! On pense qu’il s’agit d’un professionnel qui a subi un entrainement militaire !

Beckett : Un tueur à gage ? [Lanie a du mal à regarder Castle, qui la fixe]

Murray : J’ai fait une construction tomographique des blessures de Coonan pour créer un modèle en 3D de la lame utilisée. [Donnant le modèle à Beckett] C’est le couteau des commandos que tout soldat aimerait avoir. Une arme prisée par les forces spéciales durant la première guerre du Golfe. [Posant sur la table une vraie version du couteau. Beckett le prend] Il tue d’un seul coup de couteau. [Beckett commence à comprendre] Les autres blessures servent à camoufler la dextérité du premier coup. [Beckett regarde les blessures sur la photo en tenant le couteau. Castle la regarde tristement] La même méthode et la même arme que le tueur a employé, il y a dix ans ! [Castle observe Beckett]

Beckett [Tristement] : Lanie ?

Lanie : Je suis vraiment désolée !

Murray : Lieutenant Beckett, il n’y a aucun doute pour moi. Jack Coonan a été tué par l’homme qui a assassiné votre mère ! [Lanie pose sa main sur le bras de Beckett pour la réconforter]

 

[Bureau de Beckett : Beckett, Lanie et Montgomery]

Beckett [Enervée] : On m’a confié ce dossier. C’est moi qui suis chargée de cette enquête. Tu n’avais pas le droit de me cacher des preuves comme ça ! [Jetant le dossier sur son bureau, Ryan et Esposito la regarde étonnés]

Lanie : Tu t’attendais à quoi ? La dernière fois que Castle t’as parlé du meurtre de ta mère, ça t’as énervé !

Beckett : Je t’en prie Lanie !

Lanie : J’ai remarqué que les blessures étaient similaires. J’en ai parlé au Docteur Murray, je ne voulais rien te dire avant d’avoir des preuves tangibles. Mais je suis venue te voir à la minute même où on a été sûr !

Montgomery [De la porte de son bureau] : Beckett je peux vous parler une seconde ? [Beckett se dirige vers le bureau de Montgomery. Castle rejoint Lanie et ils regardent Beckett]

 

[Bureau de Montgomery : Beckett et Montgomery]

Montgomery [Tendant une flasque d’alcool à Beckett] : L’anti douleur du pauvre ! [Beckett prend la flasque et dévisse le bouchon] C’est à cause du meurtre de votre mère que vous avez voulu faire partie de la police et je sais que vous avez failli perdre pied quand vous avez essayé de résoudre l’affaire. [Elle boit] Je pensais que quand vous seriez prête vous voudriez reprendre l’enquête. Je ne pensais pas que le tueur reviendrait vous attaquer par surprise. Kate écoutez moi, vous êtes le meilleur inspecteur que j’ai formé, le meilleur de tous et je veux que vous restiez sur cette affaire, si vous le pouvez, si vous en avez envie mais comme c’est moi votre responsable, il faut que je sache. Vous avez la force de le faire ?

Beckett [Difficilement] : Je peux pas monsieur ! Désolé ! [Posant la flasque d’alcool sur le bureau et sortant]

Castle [Se levant du bureau en la voyant sortir] : Beckett ? [Elle prend son manteau et part sans se retourner] Kate ? [La regardant s’éloigner et partir]

 

[Beckett pleure dans sa voiture devant un restaurant]

 

[Restaurant : Beckett et Jim Beckett]

Jim [Voyant sa fille arriver] : Katie !

Beckett [Souriante en le voyant] : Salut papa ! [Se jetant dans ses bras pour un câlin] Ça va ? [Ils se regardent]

Jim [Assit devant un café] : Alors, qu’as tu trouvé ?

Beckett : Je sais pas encore !

Jim : Mais assez pour t’effrayer ?

Beckett : Oui !

Jim : J’ai très mal dormi la première année après que tu sois sortie de l’école de police. J’entendais les sirènes la nuit. Je t’imaginais dans l’obscurité quelque part, dans les cauchemars l’obscurité t’avalait toute entière !

Beckett : Tu sais je ne dois pas échouer cette fois !

Jim : Ta mère répétait que quoi qu’il arrive, la vie ne donnait rien qu’on ne pouvait encaisser. En fait elle vivait avec cette idée. Elle disait que c’était la loi immuable de l’univers de Johanna. [Beckett sourit] Et pendant des années, j’ai pensé qu’elle avait tort, parce que je n’acceptais pas sa mort. Maintenant, je peux presque l’entendre murmurer « Je te l’avais bien dit ! »

Beckett [Souriante] : C’était la phrase préférée de maman ! [Riant]

Jim : Elle avait vraiment foi en la vérité. Et si elle était là, elle te dirait que la vérité ne peux pas te faire de mal. Ça c’est peut être bien, le moyen pour elle d’être présente à tes côtés. De te rappeler aussi que la vérité est toujours ton arme absolue, pas la leur !

 

[Appartement des Castle : Beckett, Castle, Alexis et Martha]

[Castle ouvre la porte, c’est Beckett]

Castle [Surprit] : Salut !

Beckett : Salut !

Castle : Je vous en prie, entrez !

Beckett [Entrant] : Merci ! [Martha s’approche et la prend dans ses bras]

Martha : Essayez de tenir le coup !

Beckett : Merci Martha !

Martha : Il y a des restes dans le réfrigérateur. [Prenant Alexis par la main et l’emmenant avec elle vers l’étage] En cas de besoin, on est là-haut ! [Alexis est dégoûtée de devoir partir]

Castle : Je vous en prie ! [Beckett s’apprête à parler mais il reprend] Je suis vraiment prêt à faire ce que vous voulez, y compris rien du tout. Si c’est ce que vous voulez !

Beckett [Déterminée] : Je veux trouver l’assassin de ma mère Castle !

Castle : Hé bien on doit faire parler Johnny Vong !

Beckett : Allons le faire parler !

 

[Commissariat, Cellule du poste : Beckett, Castle et Johnny Vong]

[La cellule de Vong s’ouvre, Beckett y entre avec ses vêtements et les pose à ses côtés]

Beckett : Je vous fais toutes mes excuses Monsieur Vong, dans ma hâte, j’ai oublié de vous lire vos droits. Vous pouvez y aller !

Vong : Non, non, non, attendez vous me les avez lus, ça je m’en souviens bien et j’y ai renoncé. [A Castle] Elle l’a fait, vous vous en souvenez ?

Castle : Désolé monsieur, erreur du débutant !

Vong : Quoi ? Non, non attendez vous pouvez pas! Vous pouvez pas me faire ça. Si je sors, il va croire que je coopère avec les flics et je serai mort avant demain !

Beckett [S’approchant de lui] : Oui c’est vrai, ou alors vous pouvez me dire pour qui vous travaillez et j’assurerai votre protection.

Vong : Dick Coonan ! Je bosse pour Dick ! [Castle est surprit]

Beckett : Le frère de Jack Coonan d’après vous est un narco trafiquant !

 

[Salle d’interrogatoire : Beckett, Castle et Johnny Vong]

Vong : Il joue les bons samaritains mais c’est qu’une arnaque pour filer du blé à ceux qui ont les champs de pavot sur place. Pour donner le change, il a construit quelques écoles avec l’argent des donateurs mais la plus grande partie va dans son cartel !

Beckett : Il avait déjà accès à toute la drogue qu’il voulait, il lui fallait juste un moyen pour la faire rentrer dans le pays !

Vong : On n’envoie pas une aspirine de Kabul à New-York sans que personne ne l’apprenne, pas depuis le 11septembre. Je devais le laisser emballer la drogue dans mon usine de Hong-Kong, après le passage en douane, il récupérait son chargement !

Castle : Et les Latin King le mettaient dans la rue !

Vong : Parfait comme système ! Enfin parfait jusqu’à ce que Trucho ai l’idée débile d’aller chez les Westies écouler la drogue !

Beckett : Et c’est ce qui a amené Jack à faire son enquête ?

Vong : Jack l’a menacé d’appeler les fédéraux, s’il arrêtait pas !

Castle : Alors Dick a tué son frère ?

Vong : Oh non, Jack était avec les Westies depuis longtemps, par conséquent il était méfiant. Dick a engagé un professionnel !

Beckett : Qui c’était ?

Vong : Heu, il l’a appelé Rathborne !

Beckett : Où je peux le trouver ?

Vong : Interrogez Coonan !

 

[Bureau de Dick Coonan : Beckett, Castle et Dick Coonan]

Coonan : Alors… est ce que l’enquête progresse au sujet du salopard qui a tué mon frère ?

Beckett : On avance. On pense que Jack a été tué après que Rourke lui a demandé de se débarrasser d’un dealeur !

Castle : Les Westies mènent un combat remarquable contre la drogue depuis plusieurs années. Ils ne font pas dans la tolérance, si on passe pour en vendre dans leur secteur, c’est la mort directe !

Beckett : La mort oui et il a enfin identifié ce dealeur pourtant bizarrement, Jack n’a pas eu le courage de le tuer !

Coonan : Ça c’est tout Jacky, toujours à se laisser attendrir. Toujours à agir comme si il espérait remporter le prix du mec le plus fair play !

Beckett : Mettez-vous à table Coonan ! On sait tout de votre trafic d’héroïne, Afghanistan, Hong Kong, New-York et on sait que vous avez dit à un tueur nommé Rathborne de tuer votre frère avant qu’il puisse vous livrer aux fédéraux !

Coonan [S’asseyant en soupirant] : Prouvez-le ! [Beckett fait un rictus]

 

[Salle d’observation : Beckett et Castle]

[Dick Coonan est assis dans la salle d’interrogatoire, détendu. Beckett le regarde et soupire]

Castle : Est-ce que ça va ?

Beckett : Dix ans, depuis que qu’on a trouvé cet inspecteur qui nous attendait devant chez nous. Ça fait dix ans qu’on a passé le cordon de sécurité pour remonter l’allée. Chaque fois que je passe un de ces rubans jaunes, je pense à cette nuit-là !

Castle : C’est ce qui fait de vous un bon flic justement !

Beckett : Peut-être que je l’ai laissé tomber ?

Castle [Prenant une grande inspiration] : Vous savez pourquoi j’ai choisi de m’inspirer de vous pour Nikki Hard ?

Beckett : Non ! Pourquoi ?

Castle : Vous êtes forte ! [Ils se sourient] Maintenant allez y, faites votre boulot ! [Elle acquiesce]

 

[Salle d’interrogatoire : Beckett et Dick Coonan]

Beckett : La brigade financière épluche les comptes de votre organisation Monsieur Coonan. Si, il y a des preuves de votre trafic de drogue on les trouvera mais ce n’est pas votre plus gros problème pour l’instant. Engager un assassin comme Rathborne indique la préméditation et pour nous c’est vraiment une circonstance aggravante. Ce qui vous qualifie pour l’injection alors je suis prête à arranger les choses pour que le chapitre des circonstances aggravantes soit invisible, si vous me donnez Rathborne !

Coonan : Tout ça c’est bien beau lieutenant mais la seule circonstance aggravante c’est votre manque total de preuves solides contre moi !

Beckett : J’ai Johnny Vong !

Coonan [Rigolant] : Ce gars avec son faux accent et sa petite combine minable. [Riant de plus belle] Vous n’avez pas trouvé mieux ?

Beckett : Etes vous vraiment prêt à parier votre vie que Vong n’ira pas jusqu’au bout Monsieur Coonan. Donnez moi le tueur et vous répondrez juste de meurtre au second degré à votre procès !

Coonan : La première fois qu’on s’est vu, vous m’avez dit que vous aviez été à ma place, vous vous rappelez ? Alors est ce que ça ne serait pas pour cette raison que vous semblez si désireuse de retrouver ce mystérieux assassin ? Parce que si je devais deviner, je dirais qu’un de vos proches a été tué et vous pensez que Rathborne était mêlé à son meurtre. Mais je n’ai pas besoin de deviner parce que ça se lit sur votre visage !

Beckett : Quoi qu’il en soit, on sait que c’est vous qui avez engagé ce meurtrier !

Coonan : Peut-être pas, mais on peut toujours conclure un marché en échange d’une totale immunité. Je peux vous amener au dénouement que vous attendez. Vous avez Rathborne et je repars. Et ça croyez-moi, c’est vraiment ma dernière offre !

 

[Bureau de Montgomery : Beckett, Castle et Montgomery]

Montgomery [Au téléphone] : Il veut l’immunité Paul et je crois qu’on devrait accepter. Rathborne a tué cinq personnes d’après ce qu’on sait dont la mère de l’un de mes inspecteurs. De l’un des nôtres Paul. Je me souviens qu’à une époque ça voulait dire quelque chose ! [Raccrochant]

Castle : Bon alors ? [Beckett se lève]

Montgomery : C’est bon pour lui ! Le procureur offre l’immunité à Coonan, s’il nous donne Rathborne ! [Beckett est soulagée] J’espère que vous savez ce que vous faites !

 

[Salle d’interrogation : Beckett, Castle, Coonan et l’avocat]

Beckett : Décrivez-le ?

Coonan : Il fait ma taille. Il est tellement ordinaire que personne ne le remarque !

Beckett : Vous l’avez rencontré comment ?

Coonan : On a fait notre service militaire ensemble. On m’avait dit qu’il était mort pendant un exercice en 95 mais il y a un peu près ’un an, je me retrouve dans un bar, je regarde en face et j’aperçois un fantôme. En fait il avait été recruté à l’époque, pas tué, pour faire toutes les petites saloperies que le gouvernement a toujours nié !

Beckett : Comment l’avez-vous engagé ?

Coonan : Il m’avait donné le numéro de sa boite vocale aux Iles Caïman. J’ai appelé, on m’a donné une adresse email et un numéro de compte. J’ai envoyé le nom de la cible, ensuite j’ai fait un virement et c’est tout !

Beckett : D’accord. Voilà l’idée. Vous allez contacter Rathborne et mettre un contrat sur Vong. Vous allez lui dire que la police l’emmène chez le procureur pour faire une déposition et qu’il n’est pas question qu’il y arrive !

Coonan : Ça ne marche pas du tout comme ça. Il veut récupérer l’argent avant. C’est cent mille dollars, non négociable !

Beckett : Cent mille dollars. La ville ne va jamais accepter ça !

Coonan : Si vous voulez celui qui a pu la tuer, c’est le prix !

Beckett : L’ennuie c’est que je n’ai pas une somme pareille à claquer comme ça, sans aucun espoir de la récupérer !

Castle : Vous non, moi oui ! Je ferai le virement !

Beckett : Castle !

Castle [A l’avocat] : Ca marche pour vous ?

L’avocat : Oui ça marche ! L’immunité entre en vigueur au moment où Rathborne accepte le contrat. Une fois le payement effectué !

Beckett : Alors dès que Rathborne vous dit qu’il accepte, vous n’êtes plus dans le coup !

Coonan : Et je pars ?

Beckett : Et vous partez !

 

[Bureau du commissariat : Beckett, Castle, Ryan, Esposito et Lee]

Beckett [A toute l’équipe rassemblée] : Rathborne est tombé dans le piège. Pour notre représentation d’aujourd’hui le rôle de Johnny Vong sera joué par le sergent Clayton Lee !

Lee : Ceux qui vont mourir, vous saluent ! [Saluant] [Certains rigolent]

Beckett : Ryan et Esposito vont escorter Lee jusqu’au bureau du procureur en prenant un trajet près défini. On aura des hommes en civil à chaque coin de rue et également un soutien aérien. Ça vaut ce que ça vaut, les gars !

Esposito : Pas grand-chose !

Castle : On sait pas de quoi Rathborne a l’air !

Lee : Oh il sera pas trop dur à repérer !

Ryan : Ouais c’est le mec qui voudra te tuer ! [Armant son arme] [Les gars rient]

Esposito : Allez on y va ! [Beckett les regarde partir, stressée]

 

[En voiture : Esposito] [Commissariat : Beckett et Castle]

[Ryan et Esposito transportent le sergent Lee tandis que Beckett et Castle observent leur route sur la carte et restent en contact par radio.]

Esposito [A la radio] : Attention on descend Lafayette, en approche de Worth !

Beckett : Compris ! Dites-moi quand vous passez l’intersection !

Esposito [A la radio] : On l'a passé ! On continue vers l’Est sur Worth !

Castle : Votre plan est excellent Beckett !

Esposito [A la radio] : On entre dans le parking !

 

[Parking souterrain : Ryan, Esposito et Lee]

Ryan [Conduisant] : Ouvre l’œil, ce type attaque de très près ! [Se garant. Ils sortent de voiture armés] [A la radio] Maintenant on est à pied ! [Ils avancent dans le parking]

Esposito [Voyant un homme approcher. A la radio] : Rathborne commence à bouger ! [L’homme met une main dans sa poche. Ryan le frappe et le jette à terre] A terre ! [Ils le mettent en joue]

Ryan : Lâche ça ! [Un téléphone tombe] Compris !

Esposito : Bouge pas !

Homme : Qu’est-ce qu’il vous prend ?

Esposito : Un téléphone !

Ryan [A la radio] : On s’est trompé, c’est pas lui ! On a dû lui faire peur. Il s’est pas montré ! [Beckett est dégoûtée, elle passe une main dans ses cheveux]

 

[Salle de repos : Beckett et Castle]

Beckett [Tenant sa tasse de café] : Je l’ai laissé tomber !

Castle : Non pas du tout !

Beckett : Rathborne s’est envolé. Dick Coonan va être libéré … j’ai merdé quelque part!

Castle : Ou peut-être que c’est moi ! Rathborne a pu tracer le numéro et voir que l’argent provenait de mon compte et pas de celui de Dick. J’ai été arrogant !

Beckett : Non, je trouve que c’était gentil et vraiment sympa de votre part. Et je vous rembourserai bien sûr !

Castle : Négatif jeune fille. C’est bien peu de chose pour retrouver celui qui a tué votre mère !

Beckett : C’est étrange !

Castle : Quoi ?

Beckett : Cent mille dollars pour celui qui a pu la tuer ! LA tuer ! C’est ce qu’il a dit !

Castle [Se mettant face à elle] : Et vous lui avez jamais parlé du meurtre de votre mère !

 

[Commissariat : Beckett, Castle, Coonan et Montgomery]

Beckett [Arrivant près des cellules pendant que Coonan signe sa sortie] : Il n’y a jamais eu de Rathborne, ce n’est qu’une couverture, c’est vous !

Coonan [Regardant Castle en souriant] : Elle est maligne ! [Frappant l’officier en uniforme, lui volant son arme et prenant Castle en otage en lui enfonçant l’arme dans le dos. Beckett a peur] Oh, oh, oh voilà ce qui va se passer. On va aller vers l’ascenseur sans faire de vagues tous les trois, sans s’exciter !

Beckett : Vous n’y arriverez jamais !

Coonan : Si vous faites un bruit, si vous tentez de faire un signe, ou même si vous commencez à vous racler la gorge. Je lui loge une balle dans le foie et il mourra lentement et dans d’atroces souffrances ! [Enfonçant plus fortement l’arme dans le dos de Castle] On y va !

[Tous les trois sortant des cellules et arrivant dans le couloir]

Coonan : Alors aucune remarque sanglante à faire ? Regarder la mort en face ce n’est pas si drôle ?

Castle : J’en sais rien Dick, dites le moi ? Je crois bien que c’est un poste de police ici ! [Montgomery les regarde et se rend compte que quelque chose cloche]

Beckett : Vous le saviez avant que je vous arrête ? Vous saviez que ma mère était votre victime ?

Coonan : Il n’y avait rien de personnel lieutenant, c’était un contrat, rien de plus !

Beckett : C’était ma mère ! Qui vous a engagé pour la tuer ?

Coonan : Hum, oubliez vous les coincerez jamais, ils vous buteront !

Beckett : Qui sont… [Montgomery met en joue Coonan] non, non, monsieur, je le veux vivant !

Coonan : Hey, vous avez besoin de moi. Dites lui de baisser son arme ou je descends Castle !

Beckett : Monsieur, baissez là, s’il vous plait !

Montgomery : Tu sais bien que je ne peux pas !

Coonan : Hey, vous voulez savoir qui a mis ce contrat sur votre maman. Faites moi d’abord sortir d’ici ! [Castle fait non de la tête] [Beckett regarde intensément Coonan]

Beckett : Roy, baissez là ! Je vous en prie ! [Il s’exécute]

Coonan : Oui comme ça c’est mieux ! Allez reculer, on y va !

[Castle donne un coup de tête sur le nez de Coonan et se jette contre le mur. Coonan perd l’équilibre en reculant et au moment où il veut tirer sur Castle, Beckett sort son arme et tire en pleine poitrine. Il s’écroule]

[Ryan et Esposito arrivent en courant]

Beckett [Pratiquant un massage cardiaque sur Coonan] : Allez ! Cinq ! Respirez ! Six, sept, huit, neuf, dix ! Restez avec moi ! Deux, trois, respirez ! Restez avec moi ! Je vous en prie ! Restez avec moi ! [Pleurant, tout le commissariat la regarde] Deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit ! [Castle met une main sur son épaule, elle arrête le massage cardiaque en pleurs. Castle la regarde tristement]

 

[Bureau de Beckett : Beckett et Castle]

[Beckett lit un rapport à son bureau. Castle arrive avec un sac et la voie lire et lui jette un œil interrogatif]

Beckett : Ah c’est le rapport Post-incident de Montgomery. Vous apparaissez comme Steven Seagal !

Castle : D’accord c’est flatteur ou insultant ?

Beckett : Un peu des deux ! [Souriante]

Castle [S’asseyant] : Je ne savais pas ce qui vous ferait plaisir alors… [Sortant les plats au fur et à mesure] J’ai pris des sushi, et de l’italien, un peu de Thaï. Tenez, j’ai même pris des Hot Dog !

Beckett : C’était pas votre faute Castle !

Castle [Soucieux] : J’ai dépassé les bornes. Je suis venu vous dire que je suis désolé et que j’abandonne. Je dois arrêter de vous suivre partout, si je ne m’en étais pas mêlé…

Beckett [L’interrompant] : Non arrêtez, sans vous je n’aurais pas découvert qui a tué ma mère il y a dix ans ! Bientôt je trouverai les salopards qui ont engagé Coonan. Ce jour-là j’aimerais que vous soyez présent. Si vous répétez ce que je m’apprête à dire, il y aura sûrement une autre fusillade mais en fin de compte je me suis habituée à vos pitreries. [Ils se sourient] J’ai un boulot difficile et quand vous êtes dans mes pattes, c’est… c’est plus marrant ! [Ils se regardent dans les yeux]

Castle : Je ne dirai rien, croyez-moi !

[Beckett tend des baguettes à Castle. Il la regarde et se sourient. Ils commencent à manger]

At the victim’s apartment.

Esposito: Meet the late Jack Coonan.

Beckett: Why is that name familiar?

Ryan: 'Cause it probably crossed over all our desks a dozen times in the last few years. Aggravated assault, ADW, arson.

Esposito: Coonan had a heavy rep. Word is he's an enforcer for the Westies.

Lanie: Okay, remind me. Who are the Westies, again?

Castle: Irish mafia out of Hell's Kitchen.

Beckett: They deal in cargo theft, counterfeiting, extortion.

Ryan: And public urination on Saint Patrick's Day.

Esposito: Our boy Coonan also had a home security system. 12 gauge, hollow-point.

Beckett: That thing could stop a Kodiak in Kevlar. Who did he think was coming through the door?

Lanie: Well, whoever it was left him leaking from about 30 holes that don't normally appear in a healthy 35-year-old male.

Beckett: 9-millimeter Sig still in his waistband.

Castle: Didn't even have time to pull it out.

Beckett: This guy was armed and ready. Whoever got him was very, very good.

Castle: Ninja assassin.

Ryan: Ninja assassin? Isn't that kind of redundant?

Esposito: Aren't all ninjas by definition assassins?

Castle: Fine, Webster and Roget. Our ninja, assassination implied by definition, scales the building, slips in through this window and then hides himself, I don't know, about... Hey, look at this. Our victim's a Johnny Vong fan.

Esposito: Someone actually bought those tapes? What?

Ryan: Who's Johnny Vong?

Esposito: Come on, you're kidding me.

Castle: Every insomniac in New York knows who Johnny Vong is. His infomercial runs all night.

Castle turns on the TV. A heavy Asian accent blares.

Johnny Vong (TV): Most people think you gotta have money to make money. But that's not true. Look at me. When I come to this country, I come with nothing. I come on boat. And now...

Castle/Esposito/Vong (TV): I own a boat!

Johnny Vong (TV): Your friends might tell...

Beckett turns off the TV.

Beckett: I'm sorry. Do you guys mind if we finish dealing with the dead guy on the carpet?

Lanie: Beckett, cell phone. Looks like it took a direct hit from the knife.

Beckett: Have Tech pull the SIM card. I wanna know who Coonan was talking to before he died. Ryan?

Ryan looks up from the Johnny Vong video cover.

Ryan: Huh?

In Dick Coonan's office

Dick Coonan: Did, uh, did my brother suffer?

Beckett: Yes.

Dick Coonan: Thank you for your honesty. I guess you could have lied to me.

Beckett: No, I couldn't. I've been on your side of the table and when I was, what I needed most was the truth.

Dick Coonan: I, uh, I build schools in Afghanistan. I give kids over there a fighting chance. I get all this recognition. And here's my big brother, Jackie, the guy who taught me to fight for the little guy. What does he get?

Beckett: Worse than he deserved.

Dick Coonan: I make no excuses for the things my brother did, but growing up, we were on our own a lot. Jackie was the toughest kid on the block. That's what first brought him to Rourke's attention.

Beckett: Finn Rourke?

Dick Coonan: Mmm.

Castle looks to Beckett for explanation.

Beckett: He runs the Westies. What did he actually do for Finn?

Dick Coonan: Jackie never said. But whatever it was, pretty sure it got him killed.

Beckett and Castle step out of her unmarked and walk towards Finn's Pub.

Beckett: Castle, these Westies can be pretty rough.

Beckett cocks her gun.

Beckett: So you sure you don't wanna stay in the car?

Castle: No way.

Beckett: Okay. Keep your mouth shut and try to butch up a little.

At Finn's Pub.

Beckett: I'm looking for Finn Rourke.

Tom: Is that right? Well, as far as I'm concerned, you and your wife there can keep looking.

Tom, the bartender, takes a bit out of a pickled egg.

Beckett: This is the part where I tell you that one phone call from me, and the Department of Health will be down here. You'll be shut down for 30 days, I guarantee it. Do you really wanna do that to your boss? It's not like I'm asking you to cough up...

Castle gags on the pickled egg he just popped in his mouth and spits it out.

Finn Rourke: Go on now. Can't hear the game. Tommy, pint for the pretty boy, yeah? Settle his stomach.

Tom gives him a beer.

Castle: Thanks.

Beckett: Mr. Rourke, I'm Detective Kate Beckett. I'm here about Jack Coonan.

Finn does the sign of the cross.

Finn Rourke: And so you are.

Beckett: When did you last see Jack Coonan?

Finn Rourke: I don't remember. In fact, none of us remember. And I think you'll find the Department of Health take a very liberal attitude to my establishment. And this is the part where I tell you to pound sand, Detective.

Beckett hears a fight going on in another room. She enters and draws her gun.

Beckett: Step away. Are you okay?

Mario Mendoza: Me?

Mendoza sees Finn.

Mario Mendoza: Nah. No, I'm good.

Beckett looks over Mario Mendoza's rap sheet, who is sitting across from her and Castle.

Beckett: Mario Mendoza, also known as Trucho. You did four years upstate for distribution in Queens and you just got off of parole.

Castle: Congratulations.
Beckett: I've got a dead Westie on my hands and it looked like you were about to join. So, you want to tell me what you were doing in Finn Rourke's back room?

Mario Mendoza: Can I be real with you?

Beckett: Oh, please do.

Mario Mendoza: I had too much to drink and I accidentally fell.

Beckett: You fell?

Mario Mendoza: I fell.

Beckett: Well, then how'd you get that mouse on your eye?

Mario Mendoza: I ran into the wall.

Castle: How'd you burn your hand?

Mario Mendoza: After I ran into the wall and I fell, I put my hand down on the grill just to break my fall.

Castle: Well, thanks for keeping it real.

Beckett: Look, I get it. The whole street code thing, and all. But in my experience, Mario, guys like you end up catching another case sooner or later. And when you do, wouldn't you like to have a detective on your side?

Mario Mendoza: No, thanks. I'm good.

Det. Gil Mazzara watches Mendoza with Beckett and Castle.

Gil Mazzara: He was my collar from back in the day. Guy ran dope for the Latin Kings.

Castle: Latin Kings?

Beckett: It's a violent street gang. They mostly peddle girls and drugs.

Gil Mazzara: Yeah, Trucho's their blade man, real handy with the knife. We never popped him for murder, but, uh, I met plenty of folks with fingers missing.
Castle: So, was there bad blood between them?
Gil Mazzara: Yeah, they're like the, uh, Hatfields and McCoys of Hell's Kitchen.
Beckett: So, the Westies figured that the Latin Kings killed Coonan. And they snatch their blade guy and bring him in for a little enhanced interrogation.
Castle: Which no one wants to admit to.
Beckett: Uh-huh.
Gil Mazzara: In my experience, if Finn went all Gitmo on him, it was for a reason. You got a Westie with holes in him, Trucho's probably your guy.
Esposito: He's right. We found Trucho's vehicle in an alley behind a little bodega in Rego Park. It's a big dope spot.

Ryan: And he left his little letter opener tucked behind the driver's side sun visor.

Ryan pulls out a switchblade.

Beckett holds the switchblade in autopsy.

Lanie: That's not it.

Beckett: You didn't even look.

Lanie: Sure I did. It's a stiletto, four-inch Damascus blade, and it's way too small to make these wounds.

Castle: Well, maybe he used a different knife.

Lanie: Just how tall is this Trucho?

Beckett: He's, um, 5'6".

Castle: Standing on his toes.

Lanie: Then he's not your guy. Thrust angle on these wounds indicate Coonan's killer was over six-foot.

Castle: Well, maybe instead of using a stiletto, he was wearing stilettos.

Beckett's phone rings.

Beckett: Excuse me.

Beckett steps out to take the call.

Beckett: Beckett. How close are you?

Castle: Hey.

Lanie: Hey.

Castle: You okay?

Lanie: Yeah, I'm fine.

Beckett re-enters.

Beckett: Tech's got some hits off of Coonan's phone. Maybe they can shed some light. Thank you, Lanie.

Lanie: Mm-hmm.

At the police station.

Ryan: The last call that Coonan made was to a New York landline. Because of the damage to the SIM, it's missing the last two digits of the phone number.

Castle: Well, that's 99 possibilities. We better get dialing. Ryan, I'm looking at you.

Esposito: We know the numbers are all from the same phone tree.
Ryan: Here's where it gets interesting. They all trace back to the New York office of the Federal Bureau of Investigation.

Beckett: What's an Irish street thug doing talking to the FBI?

Ryan watches the Johnny Vong video at his desk.

Johnny Vong (TV): My program is idiot-proof. Look at me, I never went to college.

Esposito: Yo, Beckett. The FBI agent's here.

Johnny Vong (TV): I learned English from VHS copy of Cannonball Run.

Beckett: Wasn't that DVD supposed to be booked in as possible evidence?

Ryan: Uh... Yeah, but, you know, I thought there might be something...

Beckett: Put it back.

Ryan: Okay.

In the conference room.

Beckett: I appreciate your coming down, Agent Forrest. Most of your FBI colleagues would expect the locals to come to them.

Agent Forrest: Most of my colleagues worry about hair products and press conferences when they should be out catching bad men.

Castle: I take it you're not from around these parts.

Agent Forrest: No, sir. I'm not. But for my many sins, the Bureau has transferred me here to New York.
Beckett: How did you come into contact with Jack Coonan?

Agent Forrest: He reached out to us about a week ago.

Castle: And you signed him on as an informant.

Agent Forrest: Nope.

Beckett: Why not?

Agent Forrest: 'Cause all there were, were overtures, and I wasn't about to trade the family cow for a bunch of magic beans.

Castle: You didn't trust him.

Agent Forrest: When a case like Coonan reaches out to the Bureau, it's usually 'cause he crossed his bosses.

Beckett: And he's hard-up to trade them in to the Bureau for a quick trip into the waiting arms of WitSec.

Castle: Who was Coonan offering up?

Agent Forrest: Never found out.

Castle: Well, whoever it was must've gotten wind of it.

Beckett: And then killed Coonan before he had a chance to deliver them to the FBI.

Agent Forrest: The Westies are a bit like the rogue state of Iran and the great state of Texas. They're not too shy in handing out the death penalty.

Beckett: And talking to the FBI is definitely a capital offense. We need to talk to Finn Rourke again.

At Finn's pub.

Finn Rourke: An angel visited Jackie's home two nights ago. Same angel as took the Pharaoh's first-born. Now I know some of you think you don't know the Angel of Death. But trust me, lads. He knows you. So, here's to our darling Jackie. If he's up in heaven now, you can be sure he broke in when they was at vespers.

They all laugh and drink. Finn staggers over to Beckett and Castle.

Finn Rourke: Come to honor the dead, I hope. If not, I'll thank you to move away out of this place.

Beckett: You're lying. You know exactly what happened to Jack Coonan. That once-over that you gave Trucho was just a piece of theater to throw them all off, just like your eulogy.

Finn Rourke: Now, you be careful, Detective.

Beckett: Or else what? You'll kill me just like you killed Coonan after he went to the feds about you?

Finn Rourke: Enough! I'll not have you slander him like this. Not tonight.

Finn Rourke: I got it straight from the FBI. Jack reached out to them just before he died.

Castle: He turned on you, didn't he?

Finn Rourke: You don't know what you're talking about, boy-o. Jackie Coonan was loyal to his last breath. He died in a state of grace. Even if what you say is true, you can be sure Jackie wasn't talking to the Gs about any of us.

Beckett: How can you be so sure?

Finn Rourke: You've heard of me. You've heard I'm a gangster and a thief, surely. You've heard I've killed men. But you answer me this, Detective. Have you ever heard Finn Rourke running drugs? Someone was bringing it in here, into my neighborhood, my backyard. I sent Jackie to find the bastards behind it. Find them and punish them, according to our rules.

Castle: Only they punished him instead.

Finn Rourke: Yeah. That they did. Yeah. If you've probably cause, I suggest you arrest me now. If not, I'll remind you this is a private party, and I'll thank you to get the hell out of my place!

Castle and Beckett leave. Finn takes a shot.

Finn Rourke: Another.

Castle sees Molly crying on his way out.

Outside the pub.

Beckett: Give her a minute, Castle. She can't just follow us out, it'd be too obvious.

Castle: You noticed her?

Beckett: I'm a homicide detective. If there's one thing I know how to spot, it's a lady looking to unburden herself.

Molly runs out.

Castle: She's looking for us.

Beckett: No, no, no. Don't honk, Deep Throat. You'll spook her.

Beckett flashes her lights. Molly runs up to the window.

Molly: Hi. I'm Molly.

Beckett: Hi, Molly, I'm Kate. Can we maybe give you a lift somewhere?

Molly: Anywhere but here.

in the interview lounge.

Molly: Of course I knew Jack's reputation. It's part of what attracted me to him. What? You telling me you never had a thing for bad boys, Kate?

Beckett: No comment.

Castle: So, Jack never mentioned going to the FBI?

Molly: Jack never discussed business. But I knew he wanted out. We talked about going somewhere far away. Last week, Jack warned me he might get there first.

Castle: Jack saw this coming?

Molly: We spent every night together. He couldn't get to sleep without me next to him. But last week, he wouldn't even let me come over. Anybody but Jack, and I'd have thought he had something going on the side.

Beckett: That never crossed your mind?

She takes off a necklace with a locker key on it.

Molly: This is the last thing Jack ever gave me on the last night I ever spent with him. Jack said if things broke bad, he wanted me to give this to the police.

At the bus terminal.

Castle: And how do you know it's to a bus locker?

Beckett: It's always to a bus locker. TSA tore most of them out, but a few terminals still have them, and this one is the closest to Coonan's apartment.

Castle: Wait, wait, no, no, no, wait, don't do that.

Beckett: What?

Castle: Once you open it, then we'll know. Could be an alien corpse in there, Ark of the Covenant...

Beckett opens it.

Castle: Or Johnny Vong DVDs.

Esposito: You got to be kidding me. This is what Coonan wanted to give to the feds?

Beckett: Hold on. No.

She pulls one out and takes out a section of the case, revealing packaged drugs.

Beckett: This is.

Beckett cuts the plastic with a knife and tastes it.

Beckett: Heroin.

Castle: That was so cool just now.

Beckett: You like that?

Castle: Yeah, it was very Miami Vice.

At the police station.

Beckett: Coonan wasn't going to the feds to rat out his Westie pals. He was looking to rat out the drug dealer Finn Rourke sent him to find.
Esposito: Only the dealer flips the script, knifes Coonan before he can close the deal with the feds.
Beckett: So then we find the dealer and we find the killer.

Castle: These boxes say the DVDs were packaged in Hong Kong. Someone must be slipping the heroin in before they ship.

Beckett: Which means someone on this end had to know which boxes contain the drugs.

Ryan: And which boxes contain the secret path to financial independence. What?

Beckett: It had to be someone in Johnny Vong's organization.

Johnny Vong doing an inspirational mini-seminar.

Johnny Vong: Yeah! I don't care if you're busboy. I don't care if you wear the green apron and serve fancy coffee to a jerk talking on his Bluetooth. I was like you once.

Woman: Love you!

Johnny Vong: Then I discovered the one secret that changed my whole life. Who out there is ready?

Castle: This place reminds me of my second wedding.

Johnny walks barefoot with a woman over "hot" coals.

Johnny Vong: Yeah! Who is ready to close escrow on a new life? Come on!

More audience members take of their shoes and rush to the stage. Ryan looks down at his feet.

Esposito: Don't even think about taking them off. If you do, I will pepper-spray you.

Johnny gets the audience cheering and steps off the stage.

Beckett: Mr. Vong?

Johnny Vong: Thank you!

Beckett: Mr. Vong, I'm Detective Kate Beckett with the NYPD. I'd like to ask you a few questions.

Johnny Vong: Sure. Sure, sure.

Beckett: We believe that one of your employees was smuggling heroin into the country using your supply chain.

Johnny Vong: Smuggle what?

Castle: Smack.

Beckett: Would you mind if we looked into your...

Johnny takes off running. Ryan and Esposito chase after him and catch him on the other side of the stage.

Castle: Oh, ugh.

Johnny's still barefoot as he sits across from Beckett and Castle.

Beckett: Heroin trafficking. That's good for a 10-year prison bid, so I don't blame you for running.

Johnny Vong: This is all a big mistake. I never do drugs. Drugs are for losers. I'm a businessman. I try to help people achieve their goals.

Castle: So long as their goals are to blow 300 bucks on your bogus real estate system.

Johnny Vong: No, listen, I offer you 30-day money-back guarantee. If you don't start building wealth by then, I refund all your money, no questions asked. Could I make that offer if this were some kind of scam?

Ryan and Esposito watch from Observation.

Ryan: Man has a point.

Esposito: Shut up.

Ryan: You don't think you...

Esposito: No.

Beckett: Look, here's the deal. I'm not a dope cop, I'm a homicide detective, so usually I don't even bother with your sort of an operation. But my problem, and yours, is the fact that you had Jack Coonan killed in order to hide your heroin smuggling.

Johnny's accent drops to an American one.

Johnny Vong: Wait. Jack Coonan's dead?

Castle: Whoa. Careful there, Johnny. Your accent's starting to fade a little.

Johnny Vong: Look, I didn't come over on a boat, okay? I've never even been to Laos. I'm from Danville, California.

Castle: And this whole Johnny Vong thing?

Johnny Vong: No one wants to buy a real estate system from a Harvard MBA. But show them an idiot with a Rolls-Royce, and they'll knock down doors. So I played Johnny Vong. You know, people want all that Horatio Alger crap, so that's what I give them.

Castle: Well, that and heroin.

Beckett: How exactly did you know Jack Coonan?

Johnny Vong: Look, whatever you think you know, I promise you I didn't kill Coonan. You have to believe me.

Beckett: Do I? Nothing about you is real.

Johnny Vong: No... I needed money to take the program national. He needed a way to get product into the country. Stupid, but once you make a deal with the devil, you belong to him.

Beckett: Who do you belong to? Who are you working for?

Johnny Vong: He'll kill me.

Beckett: I can protect you.

Johnny Vong: You can't. Nobody can. You don't know what he's capable of. You don't believe me, ask Jack Coonan.

Beckett: Look, Mr. Vong, I...

Johnny Vong: No. I'll take my chances in prison. I'd rather lose ten years of my life than all of it.

At the police Station.

Beckett: Whoever he's working for scares him a lot more than prison.

Castle: There has to be a way to get it out of him. We could force him to watch Paris Hilton videos.
Beckett: You want me brought up on charges?

Lanie: Beckett.

Beckett: Hey, Lanie. What are you doing here?

Lanie walks in with Dr. Clark Murray.

Lanie: It's about the Coonan case. This is Dr. Clark Murray, he's a forensic pathologist. I asked him to consult.

Beckett: I'm, uh, Detective Kate Beckett. This is Richard Castle, the novelist.

Castle: We've met.

In the conference room.

Dr. Clark Murray: Note the rectangular bruising around these wounds here and here...

Beckett: Mm-hmm.

Dr. Clark Murray:...caused by the hilt of the knife striking with force enough to compress the skin.

Beckett: And as a result, the injuries penetrate deeper than the actual length of the blade.

Dr. Clark Murray: He's also honed the blade so fine it's brittle enough for bits to break when it strikes bone, which is why slivers of blade were found inside both of his victims. We now know those slivers come from the same murder weapon.

Beckett: Wait. Two victims? How many people has he killed?

Lanie: Five that we know of.

Beckett: So we're looking at a serial.

Dr. Clark Murray: Well, yes and no. We believe we're dealing with a professional. Someone with extensive military training.

Beckett: A contract killer?

Dr. Clark Murray: I used tomographic reconstruction of Coonan's wounds to generate a 3-D model of the blade used. It's a Special Operations Group knife, the kind favoured by Special Forces in Gulf War I. He kills with a single blow, using these other wounds to camouflage the skill with which the initial stroke was delivered.

Beckett has caught on to the same thing that has made the other three look so serious.

Dr. Clark Murray: The very same method and the very same weapon that the killer employed ten years ago.

Beckett: Lanie...

Lanie: I'm so sorry.

Dr. Clark Murray: Detective Beckett, there is no doubt in my mind that Jack Coonan was killed by the same man who murdered your mother.

Beckett argues with Lanie at her desk. Ryan and Esposito watch and Montgomery steps out of his office.

Beckett: I am the investigator of record on this case. You had no right to withhold evidence from me.

Lanie: Well, what did you expect? The last time Castle tried to talk to you about your mother's murder, you bit his head off.

Beckett: Please, Lanie.

Lanie: I noticed the wound similarity. I reached out to Dr. Murray. I held off from telling you until I knew the evidence was rock solid. Beckett, we came to you the moment we were sure.

Montgomery: Beckett, can I have a word with you?

At Montgomery's office. Montgomery hands Beckett a flask.

Montgomery: Poor man's painkiller.

Beckett takes the flask.

Montgomery: I know your mother's murder was the reason you became a cop. and I know how you almost lost yourself trying to solve her case the first time you tried. I figured sooner or later, when you were ready, you would wanna take another run at it. I just never expected her killer to come around and sucker punch you like this. Kate, listen to me. You're the finest homicide I've ever trained, bar none. And I want you to stay on this one, if you can. If you're up to it. But I wouldn't be doing my job as your captain if I didn't ask. Can you handle this?

Beckett: I'm sorry, sir. I can't.

She puts the flask on the desk and walks out.

Castle: Beckett.

Beckett grabs her coat and keeps walking.

Castle: Kate.

Beckett walks out without looking back.

Beckett sits in her car crying.

Beckett's dad waits in a booth as she enters.

Jim Beckett: Katie.

Beckett: Hey, Dad. Hi.

They hug. Later, they sit across from each other.

Jim Beckett: So, what have you found?

Beckett: I don't know yet.

Jim Beckett: But enough to scare you.

Beckett: Yeah.

Jim Beckett: I didn't sleep well that whole first year after you got out of the academy. I'd hear sirens in the night and imagine you off in the darkness someplace. I had nightmares where it swallowed you whole.

Beckett: Dad, I don't wanna lose this one.

Jim Beckett: Your mother always said that life never delivers anything that we can't handle. I mean, she lived by that. Called it "Johanna's Immutable Law of the Universe." And for years, I thought she was wrong. Because I couldn't handle losing her. Now, I can almost hear her whisper, "I told you so."

Beckett: Four of Mom's favourite words.

Jim Beckett: Look, she was a devout believer in the truth. And if she were here right now, she's tell you the truth can never hurt you. You know, this may be your mother's way of reaching out to you, Katie. And reminding you that the truth is still your weapon to wield. Not theirs.

Castle opens his loft door to find Beckett.

Castle: Hey.

Beckett: Hey.

Castle: Come in.

Beckett: Thank you.

Martha hugs Beckett. Alexis waits behind them.

Martha: Hang in there, kiddo.

Beckett: Thank you, Martha. Leftovers in the fridge. Upstairs if you need us.

Martha grabs Alexis' hand and drags her away. Castle motions to the living room.

Castle: Please. I will do anything that you need, including nothing, if that's what you want.

Beckett: What I want is to find my mother's killer.

Castle: Well, then we need to break Johnny Vong.

Beckett: So, let's break him.

A uniform opens Johnny's cell and Beckett walks in with his things in evidence bags.

Beckett: I owe you an apology, Mr. Vong. Apparently, in my haste, I forgot to read you your Miranda rights. You're free to go.

Johnny Vong: No! I remember distinctly you read them to me. And I waived them all. You did. She did. You remember, right?

Castle: Sorry, man. It's a rookie mistake.

Johnny Vong: Wh… No, wait! You can't. You can't do this. If I walk out of here now, he'll think I'm cooperating with the cops. I'll be dead by morning.

Beckett: Yes, you will. Or you can tell me who you're working for and I will protect you.

Johnny Vong: Dick Coonan. I work for Dick.

Beckett: You're telling me Jack Coonan's brother is a drug trafficker?
In the interview room.

Johnny Vong: He comes off like Jimmy Carter, but it was all a scam to funnel money to the warlords with the poppy fields. Sure, he'd build a few schools so he had pictures for his donors, but most of the money funded his cartel.

Beckett: So, he had access to all the dope he wanted, he just needed a way of getting it into the country.

Johnny Vong: You couldn't get an aspirin from Kabul to New York without somebody knowing about it, not since 9/11. All I had to do was let him package the drugs at my factory in Hong Kong. He'd pick up the dirty shipments once they cleared customs.

Castle: And he had the Latin Kings put it on the street.

Johnny Vong: Perfect system. Well, perfect until Trucho caught a case of stupid and started selling in the Westies' territory.

Beckett: And then that's what brought Jack sniffing around.

Johnny Vong: Jack threatened to give him to the feds unless he quit.

Castle: So, Dick killed his own brother.

Johnny Vong: No. Jack had been with the Westies a long time. No, he'd grown eyes in the back of his head. Dick hired a professional.

Beckett: What's his name?

Johnny Vong: He called him Rathborne.

Beckett: How do I find him?

Johnny Vong: Ask Dick Coonan.

In Dick Coonan's office.

Dick Coonan: So, any progress on the son of a bitch who killed my brother?

Beckett: We're close. We think that Jack was killed after Rourke asked him to hunt down a drug dealer.

Castle: Turns out, the Westies have done a pretty good job with the war on drugs these past few years. Talk about zero tolerance. The punishment for dealing drugs in their neighborhood is death.

Beckett: But when he tracked down this dealer, for some reason, Jack didn't have the heart to kill him.

Dick Coonan: That is so Jackie. He always led with his chin. Went through life like he was expecting to win the Good Sportsman award on trophy night.

Beckett: Cut the crap, Coonan. We know all about your heroin triangle. Afghanistan, Hong Kong, New York. And we also know that you hired an assassin named Rathborne to kill your brother before he went to the feds about you.

Dick Coonan: Prove it.

Beckett and Castle watch Dick Coonan through the glass of the interview room.

Castle: Are you okay?

Beckett: Ten years since we came home and found that detective waiting for us. Ten years since we crossed that yellow tape and went into that alley. And every time I cross the tape at a crime scene, I think of that night.

Castle: Well, that's what makes you such a good cop.

Beckett: What if I let her down?

Castle: Do you know why I chose you as my inspiration for Nikki Heat?

Beckett: No. Why?

Castle: Because you're tall.

She smiles.

Castle: No go in there and do your job.

In the interview room.

Beckett: I have forensic accountants digging through your organization, Mr. Coonan. If there's evidence of heroin trafficking, they will find it. But that's not your biggest problem right now. Hiring an assassin like Rathborne shows premeditation and that makes this a special circumstance case, which qualifies you for the needle. Now, I am willing to take the special circumstance allegations off the table if you give me Rathborne.

Dick Coonan: The only special circumstance here, Detective, is your complete lack of evidence against me.

Beckett: I have Johnny Vong.

Dick Coonan: The guy with the phony accent and the real estate scam? Is that the best you could do?

Beckett: Are you really willing to bet your life that Vong can't hold his mud, Mr. Coonan? Give me the killer and I will put the DA in the mood for a second-degree plea.

Dick Coonan: When we first met, you told me you'd been on the other side of this. Remember? Now, could that be why you seem so eager to get your hands on this mysterious assassin? Because if I had to guess, I'd say that someone close to you was murdered, and you think Rathborne had something to do with it. But I don't have to guess, do I? Because it's all over your face.

Beckett: That still doesn't change the fact that you're guilty of murder.

Dick Coonan: Maybe not, but for the low, low price of transactional immunity, I can give you the closure you've been seeking. You get Rathborne, and I walk. And that, Detective, is my final offer.

At Montgomery's office.

Montgomery (on phone): Transactional immunity, Paul. And I'm inclined to give it to him. Rathborne has killed five that we know of, including the mother of one of my people. It's one of our own, Paul. I remember that used to mean something in this town.

Montgomery hangs up.

Castle: Well?

Montgomery: He went for it. The District Attorney is gonna offer Coonan immunity if he gives us Rathborne. I hope you know what the hell you're doing.

Rathborne and his attorney sit across from Castle and Beckett in the interview room.

Beckett: Describe him.

Dick Coonan: About my height. Just so average he's almost invisible.

Beckett: How did you meet?

Dick Coonan: We were in the service together. They said he'd been killed back in a training exercise in '95. But then, about a year ago, I'm sitting at a bar and I glance across and I'm looking at a ghost. It turns out he'd actually been recruited back then, not killed, to do, you know, the bad stuff that governments like to deny.

Beckett: How'd you hire him?

Dick Coonan: He'd given me the number to his answering service in the Caymans. Then they provided me with a single-use e-mail address, a numbered account. E-mailed him the name of his target, wired him the money and waited.

Beckett: Okay. Here's the deal. You're going to contact Rathborne with a contract on Vong. You're gonna tell him that the police are taking him to the DA's office for a deposition, that he can't make it there alive.

Dick Coonan: It doesn't work like that. He wants his money up front. It's 100 grand, non-negotiable.

Beckett: A hundred grand? The city is never gonna agree to that.

Dick Coonan: Look, you wanna catch her killer, the price is 100 grand.

Beckett: I can't just shoot that kind of money out into space without any hope of getting it back.

Castle: You can't. I can. This one's on me.

Beckett: Castle.

Castle: Do we have a deal?

Attorney: We do. But my client's immunity kicks in the moment Rathborne accepts the contract. Once the wire transfer is complete.

Beckett: As soon as Rathborne takes the job, your part is done.

Dick Coonan: And I walk?

Beckett: And you walk.

Beckett gives a rundown for the troops while Ryan and Esposito strap an officer into a bulletproof vest.

Beckett: Rathborne has taken the bait. Now for today's performance, the role of Johnny Vong will be played by Officer Clayton Lee.

Officer Clayton Lee: We who are about to die salute you.

Beckett: Ryan and Esposito will escort Lee to the DA's office via a prearranged route. We'll have plainclothes in place on every corner and mid-block, and there'll also be air support, for what it's worth.

Esposito: Not a whole lot.

Castle: No one even knows what Rathborne looks like.

Officer Clayton Lee: He shouldn't be too hard to spot.

Ryan: Yeah, he'll be the one who's trying to kill you.

Esposito: Alright. Let's go, everybody.

Ryan and Esposito transport Officer Lee while Beckett and Castle watch their route on the map and keep in touch via radio.

Esposito (over radio): Be advised. We are southbound Lafayette approaching Worth.

Beckett: Roger on Worth. Let me know when you clear the intersection.

Esposito (over radio): We're through the intersection. Continuing eastbound Worth.

Castle: It's a solid plan.

Esposito (over radio): We're entering the parking garage.

In the parking.

Ryan: Eyes out. This guy's supposed to like close-up work.

They stop and get out of the car.

Ryan (into radio): Be advised, we are now on foot.

An older gentleman walks around a corner.

Esposito (into radio): Rathborne's making his move.

The gentleman reaches into his coat and Ryan punches him to the ground.

Esposito: On the ground!

Ryan: Drop it! Drop it!

Esposito: Don't move!

Man: What the hell's wrong with you?

Esposito (over radio): It's a phone.

Ryan (into radio): Disregard, disregard. It's not him. We must have spooked him. Rathborne didn't show.

In the break room.

Beckett: I let her down.

Castle: No, you didn't.

Beckett: Rathborne's in the wind. Dick Coonan's about to walk. I missed something.

Castle: Could have been me. Rathborne could've checked the routing number, realized the money was coming from my account, not Dick's. I was arrogant.

Beckett: I didn't think you were arrogant, Castle. I thought what you did was sweet. And I will pay you back as...

Castle: Negative, ghostwriter. Small price to pay for a shot at your mother's killer.

Beckett: Her killer.

Castle: What?

Beckett: Coonan said it was 100 grand to catch her killer.

Castle: And you never told him it was your mother that was murdered.

Beckett and Castle enter lockup as Dick Coonan is signing his release forms.

Beckett: There was no Rathborne. That was just a cover. It was you.

Dick Coonan: Clever girl.

Coonan hits the guard in the throat and grabs his gun, taking Castle hostage.

Dick Coonan: Alright. Ah, ah, ah, ah. Now here's what's gonna happen. We're just gonna stroll on over to the elevator together. Nice and easy.

Beckett: That'll never happen.

Dick Coonan: You make a sound, you attempt a signal, you so much as clear your throat and I'll put a round in this man's liver. And he will die slowly and in considerable pain.

Beckett takes her hand off her gun and walks out of lockup ahead of them.

Dick Coonan: What, no pithy remarks from the peanut gallery? Not so funny facing your own death, is it?

Castle: I don't know, Dick. You tell me. Last time I check, this was a police station.

Montgomery notices them walking out deliberately.

Beckett: You knew before I arrested you, didn't you? You knew my mom was your victim.

Dick Coonan: It wasn't personal, okay? She was just another job.

Beckett: She was my mother. Who hired you to kill her?

Dick Coonan: Forget it. You'll never touch them. They'll bury you.

Beckett: Tell me who.

Montgomery jumps around the corner with his gun drawn.

Beckett: No. No! No! Sir! I need him alive.

Dick Coonan: That's right. You do need me. Now, back him off, or Castle dies.

Beckett: Sir, back off. Please.

Montgomery: You know I can't do that.

Dick Coonan: Hey! You wanna learn who ordered the hit on your mommy, you better make sure I make it out of here.

Castle shakes his head.

Beckett: Roy, please.

Montgomery lowers his gun.

Dick Coonan: That's right, Roy. Nice and easy. Nice and easy.

Castle slams his head backwards into Coonan's face. Coonan goes to shoot Castle and Beckett shoots Coonan in the chest. Ryan, Esposito and the rest of the precinct run to the hallway as Beckett tries to do CPR on Coonan.

Beckett: Come on! Four, five, six, seven, eight, nine, ten. One... Stay with me. Three, four... Come on. Stay with me. No. Come on! Stay with me! One, two, three, four, five, six, seven, eight...

Beckett keeps pumping and then she breaks down crying. Castle puts a hand on her shoulder.

Beckett smiles a little as she reads something at her desk. Castle enters and she looks up.

Beckett: Montgomery's post-incident evaluation. You come off like Steven Seagal.

Castle: Should I be flattered or insulted?

Beckett: Both.

Castle: I didn't know what you felt like, so I got sushi, got some Italian, got some Thai. I even grabbed some hot dogs.

Beckett: It wasn't your fault, you know.

Castle: I overstepped. I came down here to say that I'm sorry. And that I'm through. I can't shadow you anymore. If it wasn't for me...

Beckett: If it wasn't for you, I would've never found my mom's killer. And someday soon, I'm gonna find the sons of bitches who had Coonan kill her. And I'd like you around when I do. And if you tell anyone what I'm about to say, there's gonna be another shooting, but...I've gotten used to you pulling my pigtails. I have a hard job, Castle, and having you around makes it a little more fun.

Castle: Your secret's safe with me.

Kikavu ?

Au total, 163 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Exarkun30 
28.12.2019 vers 15h

Casey5102 
19.04.2019 vers 21h

rooknroll 
03.01.2019 vers 17h

Emi82 
02.11.2018 vers 17h

ginabella5 
31.03.2018 vers 08h

Daisy2860 
10.02.2018 vers 17h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

CastleBeck  (10.11.2019 à 16:11)

C'est en effet une enquête intéressante à suivre, que celle du meutre de Johanna Becket. Par contre, je ne te dis pas si elle sera résolue ou pas.

Supersympa  (09.11.2019 à 17:35)

J'espère que Kate finira par résoudre le meurtre de sa mère.

Contributeurs

Merci aux 5 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

HypnoCup
Ne manque pas...

Découvre l'HypnoCard Prodigal Son de la catégorie Evil dans notre collection d'HypnoCards !
En vitrine | Prodigal Son (Evil)

HypnoCup 2021: On vote!
Votez! | Teaser YouTube

Activité récente
Actualités
[Marlowe et MIller] Vidéos promotionnelles pourThe Equalizer

[Marlowe et MIller] Vidéos promotionnelles pourThe Equalizer
Après avoir partagé quelques très courtes vidéos promotionnelles, d'à peine une dizaine de secondes,...

Stana Katic devient Wonder Woman!

Stana Katic devient Wonder Woman!
Stana Katic interprètera Wonder Woman! Plus précisément, elle prêtera sa voix au célèbre personnage...

[Olagundoye] Bande-annonce de la saison 4 de Carmen Sandiego

[Olagundoye] Bande-annonce de la saison 4 de Carmen Sandiego
La 3e saison de la série Carmen Sandiego est arrivé sur Netflix en octobre dernier. Les fans...

[Nathan Fillion] La 3e saison de The Rookie arrive ce soir!

[Nathan Fillion] La 3e saison de The Rookie arrive ce soir!
La diffusion de la 3e saison de The Rookie a été retardée par la covid, mais John Nolan, interprété...

Bonne année 2021!

Bonne année 2021!
En septembre 2020, le quartier a célébré son 10e anniversaire. Grâce à plusieurs d'entre vous, le...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

bloom74, 15.01.2021 à 10:09

Nouvelle photo du mois et nouveau sondage sur le quartier The Boys, tout le monde peut jouer.

ShanInXYZ, 15.01.2021 à 16:32

Nouveau thème dans Voyage au centre du Tardis, venez poster votre photo de Rose Tyler et n'oubliez pas de voter pour le concours d'affiches

Locksley, Avant-hier à 09:58

Participez au concours A Discovery of Witches, faites voyager Diana dans le temps ! On attend vos créations originales ! Bon WE

SeySey, Avant-hier à 11:58

Hello ! Nous attendons vos créations sur le quartier Sex Education ! Les infos sur le quartier

pretty31, Aujourd'hui à 11:23

Films à la télé cette semaine dans notre programme, et nouvelle partie de Ciné-Emojis sur le Clap Bon lundi !

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site