VOTE | 694 fans

#201 : La mort à crédit

 

Résumé : Beckett ne digère toujours pas l'initiative de Castle de s'être mêlé de sa vie privée, mais est contrainte d'accepter sa présence à ses côtés, en obligeant celui-ci à s'engager de quitter le commissariat une fois l'affaire close. L'équipe enquête sur la mort d'un assureur retrouvé mort dans un arbre en plein New-York. Pendant que Lanie reproche à Castle son comportement, des hommes cagoulés débarquent et volent le cadavre. Lorsque celui-ci refait surface, il est mystérieusement dépouillé de ses organes internes. Castle soupçonne la victime d'être une mule, et finit par enquêter sous couverture, sous la surveillance de Beckett...
Parallèlement, Alexis prévoit une sortie avec Owen, mais tout ne se passe pas comme elle l'aurait espéré...

Popularité


4.52 - 21 votes

Titre VO
Deep in death

Titre VF
La mort à crédit

Première diffusion
21.09.2009

Première diffusion en France
26.07.2010

Vidéos

Beckett et le russe

Beckett et le russe

  

Diffusions

Logo de la chaîne France 4

France (redif)
Jeudi 31.01.2019 à 21:00

Logo de la chaîne RTS Deux

Suisse (redif)
Vendredi 31.08.2018 à 19:10

Plus de détails

Fiche technique

Réalisateur : Rob Bowman
Scénariste : Andrew. W. Marlowe

Distribution Principale : 

  • Nathan Fillion : Richard « Rick » Castle
  • Stana Katic : lieutenant Katherine « Kate » Beckett
  • Jon Huertas : inspecteur Javier Esposito
  • Seamus Dever  : inspecteur Kevin Ryan
  • Tamala Jones : Dr Lanie Parish
  • Ruben Santiago-Hudson  : capitaine Roy Montgomery
  • Molly Quinn : Alexis Castle, la fille de Castle
  • Susan Sullivan : Martha Rodgers, la mère de Castle

Distribution Secondaire: 

  • Dmitri Boudrine (Ilya)
  • David Bowe (Max Haverstock)
  • Stephen J. Cannell (lui-même)
  • Michael Connelly (lui-même)
  • Jonathan T. Floyd (Luther)
  • Robert Gant (Ron Bigby)
  • Elizabeth Ho (Amy Saunders)
  • Laurel Holloman (Sandy Allen)
  • Stefan Ionesco (Serge)
  • David Meunier (Sasha)
  • Luis Moncada (Jesus)
  • Michael Petrone (Ivan)
  • Peter Randolph (photographe)
  • Adam Smith (Tom Moroni)
  • Bill Tangradi (Hank)

Résumé Long :

Une séance photos est organisée par Castle au commissariat, avec la présence de la presse. Beckett apprend par une journaliste que Castle affirme qu'il a été indispensable à la résolution de certaines enquêtes. Remontée, elle part se plaindre à Montgomery, qui lui rétorque qu'il a raison et qu'ils sont de toute façon obligés de coopérer car c'est un souhait du maire.

Tandis que Ryan et Esposito semblent ravis de la présence des mannequins, Castle vient s'excuser auprès de Beckett et l'informer que ce n'est pas sa demande. Beckett prétend qu'elle s'en moque et lui reproche encore d'avoir sorti le dossier de sa mère. Ils sont appelés pour résoudre une affaire, et Montgomery impose à Beckett de s'y rendre avec Castle et la journaliste.

Sur la scène de crime, la tension règne entre Beckett et Castle, et Lanie fait clairement comprendre à Castle qu'elle lui en veut. Elle examine le corps de John Allen, un assureur retrouvé mort dans un arbre, la trachée écrasée. Beckett se débrouille pour que Castle débarrasse le plancher en l'envoyant avec Lanie et la journaliste à la morgue.

A l'arrière du camion transportant le cadavre, Lanie blâme Castle pour ne pas avoir préservé Beckett, mais tombe des nues lorsqu'il lui parle de ses découvertes, n'étant au courant de rien. Castle explique que Beckett ne veut plus le voir. Soudain, le camion est heurté violemment et des individus armés et cagoulés volent le cadavre.

Au commissariat, Castle fait des théories sur les raisons de cet enlèvement. Beckett exprime son souhait de le voir partir, mais finit par accepter qu'il reste à condition que ce soit sa dernière enquête. Castle est résolu à la faire changer d'avis.

Beckett et Castle discutent avec la femme de la victime, qui leur explique que John travaillait tard et qu'il a récemment dû licencier des employés. Castle cherche à savoir s'il recevait des appels à des heures indécentes, insinuant une liaison. Mme Allen s'indigne mais évoque Max Haverstock, un ancien employé qui les harcelait. Elle demande à voir son mari.

Beckett et Castle sortent de l'appartement, gênés. Beckett ne comprend pas pourquoi le corps a été volé. Elle appelle Esposito pour lui demander de rechercher Max Haverstock.

Alexis est soulagée de voir son père rentrer, et lui précise que Beckett les a prévenus pour l'incident, ce qui semble ravir Castle. Celui-ci précise à sa mère qu'il compte bien se réconcilier avec Beckett. Alexis en profite pour lui soutirer son accord pour aller voir un film avec Owen. Castle accepte s'il peut aller en voir un autre avec sa fille.

Beckett interroge Max, qui n'a pas vraiment la carrure d'un tueur. Il s'emporte lorsqu'elle lui parle de son licenciement, indigné d'avoir été remercié après 15 ans. Mais lorsque Beckett insiste sur la mort de John, il met fin à une grosse confusion en affirmant qu'il a été viré le même jour, et qu'il ne travaillait plus depuis.

Ryan et Esposito rapportent à Beckett que John a été licencié il y a 8 mois et qu'il n'était pas au séminaire dont il a parlé à son épouse. Beckett est prévenue que le corps a été retrouvé.

L'équipe rejoint Lanie sur la scène de crime. Elle leur explique que le cadavre a été ouvert et les organes retirés.

Lanie fait son rapport à Beckett et Castle. Elle a trouvé de nombreuses traces de drogue, ce qui indique à Beckett qu'il était surement une mule, mais Castle n'y croit pas, ne voyant pas comment il aurait pu rentrer dans ce milieu. Lanie précise qu'il a été étranglé à mains nues, mais Castle remarque que la marque est moins prononcée à un endroit, comme si un doigt était cassé ou relevé.

Esposito informe Beckett que John est récemment allé au Mexique, et Ryan revient avec ses relevés bancaires prouvant qu'il avait besoin d'argent. Mais Castle ne comprend toujours pas comment il aurait pu devenir une mule. Ryan reçoit un appel de la scientifique qui n'a rien trouvé. Beckett suggère de regarder à l'intérieur du gant trouvé sur la scène de crime.

Castle vient gentiment déranger Lanie, qui examine le gant. Celle-ci finit par trouver une empreinte.

Esposito trouve une correspondance dans la base de données avec Luther Whitehead, plusieurs fois arrêté pour possession de drogues ou encore détention d'armes. Ils partent l'arrêter dans son laboratoire.

L'avocat des suspects veut passer un accord avec Beckett, prétextant qu'elle n'a aucune preuve pour le meurtre. En échange, il lui assure que ses clients révèleront ce qu'ils savent sur l'affaire.

En salle d'interrogatoire, Beckett, Ryan et Esposito se partagent les 3 principaux suspects. Ceux-ci confirment que la victime était leur mule et qu'ils souhaitaient récupérer la drogue cachée par John dans son estomac. Les membres de l'équipe cherchent à savoir qui a recommandé Allen aux dealers.

Ryan informe le reste de l'équipe que le contact des suspects est Ron Bigby, un trader inconnu de la femme de la victime. Beckett leur demande de le ramener.

Castle et Beckett questionnent Bigby, qui affirme qu'il fréquentait régulièrement John lors de parties de poker. Il explique que celui-ci s'est ensuite rendu à Chinatown où les mises étaient plus fortes, mais qu'il a accumulé une grosse dette à un homme russe tatoué. Il précise qu'il a simplement conseillé John sur la façon de se faire de l'argent rapidement.

Alors que l'équipe fait le point, Castle, étant le seul d'entre eux à ne pas porter de badge, suggère de se rendre à la partie de poker se déroulant à Chinatown pour identifier le russe dont a parlé Bigby. Beckett ne semble pas ravie mais Esposito pense qu'il s'agit d'un bon plan.

Castle expose les principaux éléments de l'enquête à Cannell et Connelly autour d'une partie de poker. Il leur demande où peuvent se dérouler les parties à Chinatown pour pouvoir s'y infiltrer. Ses 2 collègues rappellent que la mafia dirige cet endroit, et Cannell insinue que Castle veut se mettre en danger dans le simple objectif d'impressionner Beckett.

Dans le camion de surveillance, Esposito et Ryan règlent les détails techniques et installent une micro-caméra sur la chemise de Castle. Beckett lui demande de répéter le plan, puis Castle sort du van. Tous les trois ont un mauvais pressentiment.

Castle accède au club de poker, et remarque notamment une table où siègent de nombreux russes tatoués. Il décide de rompre le plan et de s'y installer pour en savoir plus. Lorsqu'il évoque de façon détournée l'enquête, Beckett s'inquiète. Ryan et Esposito identifient le suspect parmi les russes. Beckett décide d'aller sauver Castle, met une tenue sexy et parvient à rentrer. Alors que le suspect pointe une arme sur Castle, Beckett intervient et l'arrête.

Castle et Beckett discutent au commissariat. Il lui confie qu'il pense qu'elle a peur de découvrir la vérité, mais tente de la convaincre de ne pas renoncer à l'affaire de sa mère, car il possède déjà de bonnes pistes. Beckett le rembarre, affirmant qu'elle n'est pas prête à voir le coupable devant elle, effrayée qu'il puisse s'en sortir. Elle lui demande de respecter leur accord. Castle s'en va.

Castle se remet à écrire et apprend à Alexis qu'il n'a pas réussi à convaincre Beckett. Alexis semble triste car Owen a oublié leur rendez-vous pour le film, et n'a pas daigné s'excuser, préférant se justifier sans raison. Cela fait réfléchir Castle.

Castle retourne voir Beckett au commissariat, et s'excuse pour son comportement et l'irrespect dont il a fait preuve en ne respectant pas ses souhaits. Beckett est touchée, et lui donne rendez-vous le lendemain matin.     

[INTRO]

Castle [Dans sa tête] : Il y a deux catégories de personnes qui réfléchissent à des façons de tuer : les psychopathes et les écrivains. Je suis dans celle qui paie le mieux. Qui je suis ? [A voix haute] : Je suis Rick Castle. Castle. Castle. [A Beckett] Je ne sais pas ce que vous en pensez mais je me trouve beau gosse. [Dans sa tête] Chaque écrivain a besoin d'inspiration, j'ai trouvé la mienne.

Beckett : Lieutenant Kate Beckett. Beckett. Beckett. Nikki Hard ?

Martha : C'est un personnage fondé sur vous.

Castle [Dans sa tête] : Et grâce à mon amitié avec le maire, je suis sur ses enquêtes. [A Beckett] Donnez-moi la fessée pour me punir. [Dans sa tête] Ensemble on arrête les tueurs. [A Beckett] On forme une bonne équipe nous deux, comme Starsky & Hutch, Turner & Hooch.

Beckett : Vous me rappelez assez Hooch.

 

[Commissariat : Une séance photo avec Castle, des mannequins et des journalistes se déroulent sous les yeux de Beckett]

Journaliste : Quelle est la particularité du romancier mondialement connu, Richard Castle ? Il est riche, il est séduisant, et son prochain best-seller est entièrement fondé sur vous. Dites moi lieutenant Beckett, ça fait quoi d'avoir inspiré au très grand romancier Richard Castle son personnage de Nikki Hard ?

Beckett : J'aimerais vous dire que toute la police de cette ville a eu plaisir à offrir à Monsieur Castle un autre regard sur la profession.

Journaliste : Vu tous ses best-sellers, il est évident que Monsieur Castle a une immense connaissance de l'esprit criminel. On m'a dit qu'à plusieurs occasions, sa participation a été essentielle pour résoudre vos enquêtes difficiles.

Beckett : C'est vrai ? On vous a dit ça ? Mais qui donc ?

Journaliste : Monsieur Castle !

Beckett : Je reviens, excusez moi une petite minute. [Rejoint Montgomery] Monsieur, je peux vous parler en privé une petite minute ?

Montgomery : Beckett, j'ai déjà...

Beckett : ... Maintenant !

 

[Bureau de Montgomery : Beckett et Montgomery]

Montgomery : On avait un accord.

Beckett : Cet accord est rompu !

Montgomery : Quel est le problème ?

Beckett : Non seulement on voit bien qu'il aime jouer les bars de strip tease avec deux soeurs jumelles flics pendant que je fais la causette avec la presse, mais vous savez ce qu'il a dit ?

Montgomery : Non.

Beckett : Il a affirmé que sans sa présence, on aurait pas résolu de nombreux crimes !

Montgomery : C'est exact.

Beckett : La question n'est pas là.

Montgomery : Vous savez comme c'est difficile pour la police d'avoir bonne presse, du moins dans les magazines que pas mal de gens lisent ?! Cet article est très important pour le maire, par conséquent on va coopérer. Est-ce que c'est clair ?

Beckett : D'accord, bien.

 

[Cuisine du commissariat : Beckett, Ryan et Esposito]

Ryan [drague une mannequin] : Ravi de vous connaître ! [A Beckett] Faudrait faire des photos ici plus souvent.

Esposito : Euh, pourquoi vous mettez jamais un uniforme pareil ?

Beckett : Parce que je veux pas être payée en liquide ! [Esposito rigole]

Castle : Salut.

Ryan : Oh, euh on a pas un truc à faire ?

Esposito : Non.

Ryan : Si tu sais, le truc avec le gars.

Esposito : Oh c'est vrai, le truc avec le gars !

Ryan : Oui, excusez nous hein ! [Ils sortent]

Castle : Je voulais que vous sachiez que je n'ai rien à voir avec tout ça. C'était une idée du magazine, et puis le maire trouvait ça bien pour l'image de la police.

Beckett : Vous n'avez rien à expliquer.

Castle : C'est vrai ?

Beckett : C'est vrai, oui. Là je m'en moque totalement. Maintenant excusez-moi, j'ai une interview à terminer Castle.

Castle : Attendez une seconde, qu'est-ce que j'ai fait de si mal ?

Beckett : La seule chose que je vous avait dit de ne pas faire.

Castle : D'accord, de ne pas ressortir le dossier de votre mère, mais j'ai fait une découverte.

Beckett : Aucune importance, votre découverte, j'ai tourné la page depuis très longtemps maintenant. [A la journaliste] On peut reprendre l'interview, c'est bon.

Esposito : Vous allez devoir remettre ça, on a un mort.

Beckett : Désolée de vous abandonner Amy.

Journaliste : Oh vous voulez rire, c'est magnifique ! Voir enfin Castle en action, nos lecteurs vont être ravis !

Montgomery : On ne voudrait pas décevoir vos lecteurs, n'est-ce pas lieutenant ? [Beckett blêmit, Castle est bouche bée]

 

[Scène de crime : Beckett, Castle, Ryan, Esposito et Lanie]

Castle : Hey attendez, on peut en parler ?

Beckett : Y a rien à dire de plus.

Castle : Bon alors dites moi au moins comment me faire pardonner ?

Beckett : En me laissant un peu tranquille !

Castle : Oui et bien j'ai essayé, et ça n'a rien fait. Et si je vous payais un poney ?

Beckett : Fermez là Castle, je vais bosser OK ? [Ils rejoignent Lanie qui se trouve sur une nacelle, le cadavre se trouvant dans un arbre]

Castle : Tiens, il pleut des mecs.

Lanie : Castle, qu'est-ce que vous faites ici ?

Beckett : T'en fais pas, on est pas réconciliés !

Ryan [A Esposito] : Un gars dans un arbre, papa et maman qui se prennent la tête, y a pas de changements !

Beckett : Là haut, comment ça se passe ?

Lanie : J'ai des branches plantées dans ma poitrine et deux spots géants qui éclairent mes fesses.

Esposito : Ca pourrait être pire, vous pourriez être en jupe !

Lanie : Je vais descendre vous mettre une bonne paire de claques.

Esposito : Je suis impatient de voir ça !

Lanie [elle lance un portefeuille] : Tenez, c'est un homme blanc d'une bonne trentaine d'années. A en juger par les branches cassées, je pense qu'il a joué à Superman du toit de l'immeuble derrière.

Esposito : Il s'appelait John Allen, il habitait l'Upper West Side, et bossait dans les assurances.

Journaliste : Est-ce que c'est un suicide ?

Beckett & Castle : Ce n'est pas un suicide ! [Ils se regardent]

Journaliste : Comment vous le savez ?

Beckett : Euh... il n'y a pas une hauteur suffisante, il aurait voulu sauter pour se tuer, pas pour s'estropier.

Castle : Si vous voulez mourir, vous visez le trottoir, pas un arbre. Vu l'angle de la chute, je dirais qu'il a été poussé de cet immeuble.

Beckett : Puisque ce n'est pas un suicide, comment est-il mort ?

Lanie : Il y a des marques de strangulation, on dirait que sa trachée a été écrasée.

Beckett : Pas de ligatures apparentes ?

Castle : Ligatures veut dire tout ce qui attache ou maintient, telle une corde ou une ceinture. L'absence de marques suggère qu'on l'a étranglé à mains nues. [Beckett se contient]

Journaliste : Waouh, vous en savez des choses, pas étonnant qu'ils aiment que vous soyez là.

Beckett [sur un ton moqueur] : Vous savez, il est fantastique et d'une aide si précieuse que c'est lamentable de gâcher son talent sur le terrain. Pourquoi ne pas aller à la morgue avec le docteur Parish afin de voir ce que vous pouvez faire ?

Castle : Ne serais-je pas plus utile en restant par ici ?

Beckett : Oh non, on va juste sonner chez les gens et voir ce que ça peut nous donner. Un truc pas très passionnant à faire.

Castle : Très bien, mais ça tient toujours pour le poney. [A la journaliste] Allez venez, allons dans la morgue mobile. [Ils s'en vont]

Beckett [A Ryan] : Et le portefeuille ?

Ryan : Rien. Carte d'identité, ticket de pressing, 2 cartes de crédit, et y a même pas d'argent !

Beckett : Ca fait haut pour dévaliser quelqu'un.

 

[Camion de la morgue : Lanie, Castle et la journaliste]

Journaliste : Vous voulez dire qu'on doit voyager avec le mort ?

Lanie : Je vous laisse ma place à l'avant.

Journaliste : C'est sérieux ?

Lanie [tout sourire] : Hm hm, je traîne sans arrêt avec des cadavres. [Aussitôt la journaliste partie, Lanie regarde Castle méchamment]

Castle : Salut.

Lanie : Vous vous taisez, vous me saluez pas, je vous emmène juste pour rendre service.

Castle : Oh, alors vous aussi.

Lanie : Qu'est-ce que vous espériez ? Beckett a passé les 3 premières années de sa carrière à essayer de résoudre le meurtre de sa mère. Ca a été très difficile de tourner la page pour elle, et vous ne pouviez pas respecter ça ?

Castle : Qu'aurais-je du faire au juste ? Ne rien dire de mes découvertes ?

Lanie : Vos découvertes ?

Castle : Ah, elle ne vous a encore rien dit. 3 personnes ont été tuées exactement comme sa mère, et pratiquement à la même époque. L'une des victimes était un de ses étudiants en droit, la suivante greffier du tribunal, la troisième était un avocat bénévole.

Lanie : Mais à l'époque, le légiste n'a pas fait le lien entre eux ?

Castle : S'il l'a fait, il l'a caché.

Lanie : Et vous êtes allé lui parler ?

Castle : Il est mort il y a 4 ans. Vous voyez pourquoi je devais lui dire ?

Lanie : Qu'est-ce qu'elle a dit ?

Castle : Qu'elle ne voulait plus me voir. Et ensuite elle est... [le camion est heurté violemment, propulsant Castle et Lanie au sol. Des individus cagoulés et armés ouvrent la porte arrière, où il se trouvent]

Homme : Bougez pas, bougez pas ! [Ils volent le cadavre] Bougez pas ! Allez, on y va ! Démarre !

Castle : Dites, c'est moi où c'était vraiment très très bizarre ?

 

GÉNÉRIQUE

 

[Commissariat : Lanie, Ryan, Esposito, Castle et Montgomery]

Montgomery : Alors ?

Lanie [ausculte Castle] : Il va survivre.

Ryan : Son cerveau n'est pas amoché ?

Lanie : En tout cas ça ne date pas de ce soir, et c'est probablement lui qui s'est fait ça.

Castle : Oh oui, certainement !

Montgomery : Et Lois Lane ?

Ryan : La journaliste ? Elle a fait sa déposition avant de s'en aller. On a lancé une recherche sur la voiture, la scientifique examine le toit et puis on a des gars en surveillance sur le lieu de l'accident.

Esposito : J'arrive pas à comprendre, qui volerait un macabée ?

Castle : Oh mais plein de monde ! Ca peut être des trafiquants d'organes, des étudiants en médecine, des satanistes, ou bien des savants fous qui veulent créer leur monstre.

Beckett [arrive] : Ceux qui l'ont tué ont laissé des indices compromettants peut-être ?

Castle : C'est pas vendeur ! Pourquoi pas un espion ayant avalé un truc top secret, un microchip, et que l'ennemi a bien été obligé de supprimer avant que la CIA réussisse à l'attraper.

Beckett : Bien que l'on apprécie tous ici vos théories incroyablement perspicaces, la petite journaliste n'est plus là, alors vous pouvez rentrer chez vous maintenant !

Castle [les autres les regardent amusés] : Rentrer ? Mais non non non non non, cette affaire devient très intéressante, et je suis même un témoin.

Beckett : Très bien, je vous laisse bosser sur cette nouvelle enquête avec moi, si vous me promettez de me laisser tranquille quand ce sera fini et de ne plus jamais revenir ici.

Castle : D'accord. Mais je vous préviens lieutenant, je vais vous faire changer d'avis.

Beckett : Même pas en rêve !

Castle : Vous verrez. Prochaine étape, la famille de la victime ?

Ryan [donne un billet à Esposito, tout fier] : T'as gagné, elle l'a repris !

 

[Appartement des Allen : Beckett, Castle et Mme Allen]

Beckett : Mme Allen ?

Mme Allen : Oui ?

Beckett : C'est à propos de votre mari.

Mme Allen [quelques instants plus tard] : Il était ici ! Il était ici il y a moins de 2 heures et maintenant il est mort.

Beckett : Vous savez ce que votre mari faisait à l'autre bout de la ville ?

Mme Allen : Non, il travaille dans le centre, bien loin de la neuvième avenue.

Beckett : Il est parti à quelle heure, vous vous rappelez ?

Mme Allen : Euh vers 6 heures. John venait à peine de rentrer de déplacement, il a dit qu'il avait de la paperasse à faire et qu'il n'allait pas en avoir pour très longtemps.

Castle : Un déplacement ?

Mme Allen : A Albuquerque, il était en séminaire, deux jours de stage.

Beckett : Vous n'avez rien remarqué d'inhabituel ces temps-ci, rien de légèrement différent ?

Mme Allen : Depuis quelques temps il travaillait tard, encore plus souvent que d'habitude. Mais en période de crise, qui ne le ferait pas ? Il a été contraint de renvoyer la moitié du personnel l'an dernier.

Castle : Vous êtes sûre qu'il travaillait tard ?

Mme Allen : Quoi, attendez qu'est-ce que vous insinuez, qu'il me trompait ? Tous les jours quand il franchissait cette porte, les enfants étaient fous de joie ! Ils lui sautaient dans les bras, vous comprenez ?! Et maintenant, il est mort. Alors là, s'il vous plaît, ne me demandez pas s'il travaillait tard, dites moi pourquoi il a été tué.

Beckett : Il n'était pas en train d'insinuer qu...

Castle : ... pas de coups de fil, jamais d'appels très tard ?

Beckett : Castle !

Mme Allen : Si, oui, un des gars que John a viré, Max Haverstock, c'est vrai il n'arrêtait pas d'appeler tard et il passait son temps à s'énerver pour un rien. Je sais pas pourquoi, je suppose qu'il souffrait, qu'il avait besoin d'argent. J'ai dit à John de raccrocher, que c'était pas normal et il a dit non, il a dit que c'était rien.

Beckett : Il lui a donné un peu d'argent ?

Mme Allen : Mon mari ne croyait pas en la charité, pour lui un homme devait mener sa barque... Où est-il ? Je voudrais lui dire au revoir.

Beckett [regarde Castle, gênée] : Comment dire, euh...

 

[Couloir de l'immeuble : Beckett et Castle]

Castle [Mme Allen ferme la porte] : Un peu gênant.

Beckett : Ca n'a vraiment aucun sens. Il avait une vie stable et bien rangée, un bon travail, une vie de famille.

Castle : Peut-être que ce Max était jaloux.

Beckett : Oui, peut-être assez pour le tuer, mais de là à voler sa dépouille ! [Au téléphone] Oui Esposito, fait une recherche sur un ami de la victime, Max Haverstock. Oui, d'accord bon trouve-le et amène le moi.

 

[Appartement de Castle : Alexis, Martha et Castle]

Alexis [se précipite vers son père] : Papa ! Ah tu rentres enfin, tu vas bien ?

Castle : Oui chérie, ça va pourquoi ?

Alexis : Ca va ? Des mecs armés qui prennent des cadavres, je t'ai laissé des centaines de messages moi !

Castle : Oh je suis désolé, mon téléphone devait sûrement être éteint. Mais comment tu as su ?

Alexis : Beckett a appelé.

Castle [tout sourire] : Oh, c'est vrai ?

Martha : C'était pour qu'on sache que tu allais bien.

Castle : Hm hm.

Martha : Alors, elle t'a pardonné ?

Castle : Pas exactement, mais j'y travaille. Elle a toutefois accepté mon aide pour l'enquête.

Martha : Et ben ça c'est déjà un bon début.

Castle : C'est plus qu'un début, c'est une opportunité. Elle a construit un mur entre nous, mais moi je vais faire une porte dans ce mur. Ou poser une échelle, ou creuser un trou.

Martha : Tu as une stratégie ?

Castle : Me montrer aussi charmant qu'avant.

Martha : Hm hm. Tu n'as pas de plan B ?

Alexis : C'était horrible, t'as eu peur ?

Castle : Moi ? Tu rigoles, j'ai pas peur, jamais ! J'ai seulement un peu tâché mon caleçon.

Alexis : Ah arrêtes !

Castle : J'ai eu peur mais c'était le cadavre que ces types voulaient.

Alexis : Pourquoi ?

Castle : Bonne question. [Il lit ses messages] Papa où es-tu, papa tu vas bien, donne nous de tes nouvelles très vite, je peux aller au ciné voir "Fame" avec Owen vendredi ?! [Alexis fait un sourire forcé] Ton inquiétude est touchante.

Alexis : Celui-là, c'était après que j'ai su que tu allais bien.

Castle : Oui mais on devait aller le voir ensemble !

Alexis : C'est vrai et on peut toujours, mais Owen m'a demandé d'y aller avec lui vendredi.

Castle : Tu préfères y aller avec ton petit ami ? Qu'est-ce qui va pas chez toi ?

Alexis : Si tu y tiens vraiment, j'irai le voir avec toi.

Castle : Non, non, dis à Owen qu'il a remporté cette manche, mais nous on ira voir "Le drôle de Noël de Scrooge"

Alexis : Ouais, d'accord ! Et je suis bien contente que t'aies pas été tué.

Castle : Et moi donc. [Elle l'embrasse]

Martha : Ils font des remake de "Fame" et du "Drôle de Noël de Scrooge" ? Hollywood est totalement en manque d'idées !

Castle : Le jeu vidéo "Astéroïde", il va devenir un film, alors je pense que c'est le cas. Mais Ryan Reynolds va jouer le triangle, alors il est doué !

 

[Salle d'observation : Beckett, Castle et Esposito]

Beckett [regarde dans la salle d'interrogatoire un homme au comportemen étrange] : T'es sûr que c'est ce gars là ?

Esposito : Maxwell Haverstock. Il a confirmé connaître la victime.

Castle : Il n'arriverait pas à soulever un corps sans se blesser !

 

[Salle d'interrogatoire : Beckett, Castle et Max Haverstock]

Beckett : Monsieur Haverstock.

Max : Oui ?

Beckett : Vous savez pourquoi vous êtes là ?

Max : Non, euh, ils ont dit que je devais venir.

Beckett : C'est à propos de John Allen, il s'est fait tué hier soir.

Max : Oh, c'est terrible.

Beckett : C'était un de vos amis ?

Max : On était des collègues, sans plus.

Beckett : Vous l'avez vu quand la dernière fois ?

Max : Peut-être le jour J, c'était notre code, on disait J pour "Jeter dehors".

Beckett : On vous a viré ?

Max : Oui.

Beckett : Ca a dû vous mettre en colère.

Max : Oui, 15 ans à bosser à un endroit, vous croyez que ça signifie vraiment quelque chose, que cette loyauté finira bien par être récompensée ! Et qu'est-ce que ça vaut ? Une claque dans la tête !

Beckett : Vous avez appelé John en lui disant ça ?

Max : Oh oui ! Constamment, je lui disais que personne n'avait mérité d'être traité comme ça, et que d'ici peu de temps, la roue allait tourner car le karma est traître ! C'est une saloperie !

Beckett : C'est pour ça que vous l'avez tué ?

Max [ne semblant pas comprendre] : Qui donc ?

Beckett : John.

Max : Mais pourquoi je l'aurais tué ?

Beckett : Il vous a viré.

Max : Non c'est faux c'est pas lui, on a perdu notre boulot le même jour. Heureusement pour moi, j'ai vite retrouvé un emploi.

Beckett : Il ne travaillait pas ?

Max : Je crois qu'il n'a plus à chercher du travail à présent.

 

[Commissariat : Beckett, Castle Ryan et Esposito]

Esposito : Beckett, ça concorde ! John Allen a été renvoyé il y a 8 mois de ça quand la crise a démarré.

Beckett : Et pour Albuquerque ?

Ryan : Aucune trace d'un John Allen à bord du moindre avion dans toute la région.

Castle : On peut se demander ce qu'il a caché d'autre à sa femme.

Beckett : Et comment il payait toutes ses factures. [Son téléphone sonne, elle décroche] Beckett ? Très bien, merci. [Elle raccroche] Il vient de réapparaître... son corps.

 

[Scène de crime : Beckett, Lanie, Ryan, Esposito et Castle]

Beckett : Qu'est-ce qui s'est passé ?

Lanie [ramasse un morceau du corps] : Quelqu'un a opéré notre homme.

Beckett : Opéré ?!

Lanie : Ils l'ont ouvert et lui ont enlevé les organes. [Elle débâche le corps]

Castle : Oh ! Ils voulaient voir ce qu'il avait dans le ventre. [Beckett le regarde abasourdie]

 

[Salle d'autopsie : Lanie, Beckett et Castle]

Lanie : Ceux qui ont fait ça n'étaient pas chirurgiens, les incisions sont grossières, faites au cutter et au couteau de cuisine.

Beckett : T'as une idée de ce qu'ils cherchaient ?

Lanie : L'analyse toxicologique est négative pour le bilan sanguin, mais dans la cavité, il y avait des traces un petit peu partout de cocaïne.

Beckett : Cet homme était leur mule.

Lanie : C'était trop long d'attendre qu'il fasse passer leurs petits sachets de façon naturelle.

Castle : Je n'y crois pas. Comment un bureaucrate des assurances, d'âge moyen, qui n'a pas de passé de consommateur de drogue, pas de casier... devient une mule ? C'était pas un sale type, ce n'est pas en passant une annonce qu'on est engagé, il faut connaître un peu de monde, et pas des braves gens.

Lanie : Aussi bizarre que ça en ait l'air, gardons à l'esprit que ça c'est passé post-mortem. [Elle montre le cou] La vraie cause du décès se trouve là. Ces marques de part et d'autre indiquent que l'agresseur l'a étranglé avec ses 2 mains.

Castle : La marque est moins prononcée ici.

Beckett : D'après toi, d'où ça viendrait ?

Lanie : D'un doigt cassé, ou démis peut-être bien.

Castle : Peut-être qu'il est précieux. Il étrangle, mais en mettant le petit doigt en l'air ! Comme pour... prendre le thé !

 

[Commissariat : Beckett, Castle et Esposito]

Esposito : Je viens d'avoir la sécurité nationale. D'après les registres, on sait que John Allen revenait à peine du Mexique, pas du Nouveau Mexique.

Beckett : Un homme blanc, qui est sans casier, de classe moyenne, en bonne santé, il a passé la douane bien tranquille sans éveiller les soupçons.

Esposito : Il avait des compétences. Pourquoi faire un truc aussi stupide ?

Ryan [arrive] : Parce qu'il y était obligé. J'ai étudié ses comptes avec sa femme.

Beckett : Ca va mal ?

Ryan : Ils vivent à crédit depuis 6 mois. Elle en savait rien, elle croyait que tout allait bien.

Beckett : S'il n'allait pas au travail chaque matin, alors où allait-il ?

Ryan : Chercher du boulot. J'ai trouvé des centaines de CV et de lettres de motivation sur son PC.

Beckett : Je comprends pas, le mieux aurait été de vendre leur appartement.

Ryan : Ca couvrait pas l'hypothèque.

Esposito : C'est pas de chance.

Castle : Une assurance vie ?

Ryan : Hm, il a pas fait de paiements sur les 4 derniers mois. Ce type valait plus rien vivant ou mort. [Son téléphone sonne, il décroche] Allo ?

Castle : Je comprends le besoin d'argent et de désespoir, je comprends aussi le fait d'être une mule, mais toujours pas comment il a eu ce job.

Ryan [raccroche] : C'était la scientifique, vu que ces mecs portaient des gants, il n'y a que les empreintes du propriétaire partout dans le véhicule qui a bien été déclaré volé hier soir. On dirait qu'on a vraiment pas de bol cette fois.

Beckett : Et pour le gant trouvé sur les lieux ?

Esposito : Analysé aussi, y a rien.

Beckett : Ils ont fait l'intérieur ?

Esposito : L'intérieur ?

Beckett : Du gant ! Pour voir ce qu'on trouve.

 

[Salle d'autopsie : Lanie et Castle]

Castle [s'approche doucement alors que Lanie examine le gant dans un grand silence] : Vous voulez que je mette de la musique ? Dans "Les Experts", quand ils font ce genre de choses, y a toujours de la musique et très peu de lumière. C'est un peu comme dans les pornos !

Beckett [s'approche] : Fermez là Castle !

Castle : Ca vous dirait pas de devenir mohel ?

Lanie : Je vais m'exercer sur vous si vous continuez. [Elle trouve une empreinte]

Beckett : Ah, je te tiens salopard !

 

[Commissariat : Beckett, Castle, Ryan et Esposito]

Esposito [l'ordinateur affiche les résultats de la correspondance] : Ca y est, on a un nom. Luther Whitehead, arrêté deux fois pour possession de drogue et une fois pour trafic de drogue et de produits illicites. A plaidé coupable pour les 3, il a fait 5 ans de prison pour détention d'arme, en conditionnelle en ce moment pour trafic de stupéfiants.

Beckett : Je crois bien que ce charmant monsieur va repartir en prison vite fait. T'as son adresse ?

Esposito : Ouais.

 

[Laboratoire de drogue]

Policier : Tout le monde à terre, allez ! Restez où vous êtes, personne ne bouge ! Les mains dans le dos, allez !

 

[Salle d'observation : Beckett, Castle et un avocat]

Beckett : Maître, ils vont tomber pour port d'armes, trafic de drogue, agression, profanation d'un corps, et une douzaine d'autres choses sur lesquelles je n'ai même pas encore eu le temps de m'attarder. Pourquoi ça m'intéresserait de conclure un accord ?

Avocat : Vous n'avez rien pour le meurtre.

Beckett : Laissez moi le temps.

Avocat : Vous perdrez votre temps parce qu'ils n'y sont pour rien. 10 ans lieutenant, toutes peines confondues. Libérables dans 5, et ils vous disent tout ce qu'ils savent.

 

[Salle d'interrogatoire : Beckett et un premier suspect]

Beckett : Il avait rendez-vous avec vous ?

Suspect 1 : Dans un foyer miteux sur la neuvième, il devait se pointer là bas à 7h ! Mais ce gars, il a au moins 750.000 dollars de notre coke dans l'estomac, et on l'attend encore !

 

[Salle d'interrogatoire 2 : Esposito et un deuxième suspect]

Esposito : Alors qu'avez-vous fait ?

Suspect 2 : On voulait le trouver, on a entendu les sirènes, il y en avait plein.

 

[Salle d'interrogatoire : Beckett et le suspect 1]

Suspect 1 : On sort, on remonte la rue, et qu'est-ce qu'on voit à un moment donné ? Une bande de flics occupée à mâter un arbre.

 

[Salle d'interrogatoire 3 : Ryan et un troisième suspect]

Suspect 3 : Un arbre ! Ce con était planté dedans !

Ryan : Donc vous avez poireauté ?

Suspect 3 : On avait pas d'autres moyens, on pouvait pas avoir les paquets via la technique habituelle.

 

[Salle d'interrogatoire 2 : Esposito et le suspect 2]

Esposito : Vous avez... improvisé ?

Suspect 2 : Peu importe, il était déjà mort.

Esposito : Pourquoi il a joué les mules ?

Suspect 2 : Il était comme tout le monde... désespéré.

 

[Salle d'interrogatoire 3 : Ryan et le suspect 3]

Ryan : Seulement lui c'était pas le genre.

Suspect 3 : C'est le genre de n'importe qui pour peu qu'on le pousse à le faire. Il avait des dettes énormes. Il était pris à la gorge et il devait les rembourser.

 

[Salle d'interrogatoire 1 : Beckett et le suspect 1]

Beckett : A qui il devait de l'argent ?

Suspect 1 : Il a pas dit, mais il avait peur. Vous voulez savoir qui l'a tué ? Bah trouvez à qui il devait de l'argent.

Beckett : Non non non non non, j'ai besoin de plus, j'ai besoin de savoir qui l'a branché.

Suspect 1 : Branché ?

 

[Salle d'interrogatoire 2 : Esposito et le suspect 2]

Esposito : John Allen. Notre victime, votre mule.

 

[Salle d'interrogatoire : Beckett et le suspect 1]

Beckett : Quelqu'un vous l'a amené, en qui vous aviez toute confiance.

 

[Salle d'interrogatoire 2 : Esposito et le suspect 2]

Esposito : Ou bien quoi, vous allez bosser maintenant avec tous les petits blancs désespérés sans passé criminel ?!

 

[Salle d'interrogatoire 3 : Ryan et le suspect 3]

Ryan : Dis moi ! Qui vous a amené ce type ?

 

[Commissariat : Ryan, Esposito, Beckett et Castle]

Ryan : On l'a. Ron Bigby, il est trader chez Goldman. La femme de la victime ne le connaît pas.

Castle : Pour quelqu'un dont le travail est d'évaluer les risques, il en prend beaucoup.

Beckett : Oui, regardez où il en est. Amenez le.

Esposito : D'accord ! [Ils partent, Castle ne sait trop où aller]

Beckett : Castle !

 

[Salle de réunion du commissariat : Beckett, Castle et Ron Bigby]

Bigby : Il est mort ?

Beckett : Oui.

Bigby : Vous dites mort ?

Beckett : Posez la question autant de fois que vous voulez, la réponse restera inchangée.

Bigby : Oh, ça c'est lamentable, ça c'est vraiment lamentable ! Vous savez qui est John Allen ? Un commis voyageur, le nouveau Willy Loman, d'accord. Un type normal, victime de l'apathie du monde ! Oh, quelqu'un devrait en faire une pièce. [A Castle] Hey, vous écrivez des pièces ?!

Castle : Oui, mais sans succès.

Beckett : Monsieur Bigby, d'après mes sources, vous avez réussi à obtenir un nouvel emploi pour monsieur Allen, en tant que mule.

Bigby : Vous avez appris ça ?

Castle : Oui. Et pas de chances Ron, il faut vous trouver un nouveau dealer !

Bigby : Qu'est-ce qu'ils ont dit ?

Beckett : Que vous aviez fait les présentations, et que vous vous étiez porté garant.

Bigby : D'accord, d'accord, il est venu me voir désespéré, et il se souvenait d'un truc dont j'avais parlé à la table.

Beckett : La table ?

Bigby : Oui, de poker, on se voit souvent avec d'autres gens pour jouer en ville. Les mises sont faibles, c'est surtout un bon moyen de se détendre. Mais quand il a été viré, il faisait pas du tout ça pour jouer, il misait parce qu'il avait besoin d'argent. Mais les gains étaient ridicules, alors il est allé à Chinatown.

Castle : Où il y a pas mal de tripots.

Bigby : Ceux des triades. Au début il s'en sortait bien seulement, la chance finit par tourner, il devait bien trop d'argent au mauvais gars !

Beckett : Il n'arrivait pas à rembourser ses dettes.

Bigby : C'est là qu'il s'est rappelé ce que j'avais dit un soir à propos de mon expérience personnelle. Comment sur un aller-retour au Mexique, j'ai gagné 50.000 dollars ! Moi je lui ai dit "Si le plan t'intéresses, eh bien fonce !".

Beckett : Celui envers qui il avait cette dette, vous avez sa description ? Son nom peut-être ?

Bigby : Pas de nom. John pensait qu'il faisait partie de la mafia russe à cause de tous ses tatouages.

 

[Commissariat : Ryan, Esposito, Castle et Beckett]

Ryan : Si un gangster russe tatoué en avait après moi, j'envisagerais de devenir une mule !

Esposito : Un russe tatoué à New York ? Ouais, ça limite les recherches !

Beckett : On doit mener notre enquête d'après toutes les informations qu'on a, pas des indices qu'on voudrait.

Castle : Bigby a dit que le russe trainait dans un club à Chinatown, pourquoi ne pas y aller ?

Esposito : Ces clubs de jeu, ils en parlent entre potes, pas avec les flics, jamais !

Castle : Ben moi je suis pas flic !

Beckett : Castle.

Castle : Quoi, c'est parfait ! Je vais là bas, je trouve une place, et j'identifie le russe.

Esposito : Je crois que c'est pas un mauvais plan.

Beckett : On doit trouver l'endroit nous-mêmes.

Castle : Je vais m'en occuper !

 

[Appartement de Castle : Castle, Cannell et Connelly]

Cannell : C'est une très bonne histoire, Ricky. Oui, il y a plein de surprises, une bonne intrigue.

Connelly : Mais je dois dire qu'en ce qui concerne le truc de la mule, je l'avais senti venir.

Castle : Bien joué Connelly, joli coup mais je ne vais pas relancer. Stephen, tu as écrit une histoire sur un tripot dans "King Con".

Cannell : Ouais.

Castle : Et toi, Harry Bosch a enquêté sur le meurtre d'un champion de poker.

Connelly : Oui, dans "Un dollar, jackpot". Pourquoi ?

Castle : Eh bien celui qu'on veut retrouver est un habitué des cercles aux mains des Triades, à Chinatown. J'ai besoin qu'on m'y fasse entrer, vous connaissez pas quelqu'un qui pourrait ?

Cannell : Quoi, t'es dingue ! Ce sont des escrocs, des tueurs qui traînent là !

Connelly : Ricky, faire des recherches c'est une chose, mais avec cette mafia des Triades, tu les énerves rien qu'un petit peu, et aucun best-seller au monde ne pourra te protéger.

Castle : Je sais, je ne veux pas les énerver, je veux seulement être un type riche, blasé, amateur de frissons et tenter ma chance dans le coin.

Cannell : Elle doit beaucoup t'intéresser.

Castle : Qui ?

Cannell : Tu sais bien qui, cette femme flic avec qui tu bosses ! Tu ne vas pas nous la faire, si t'es vraiment assez malade pour te risquer là dedans, c'est pour l'impressionner. Pas la peine de vouloir en faire trop, offre lui des fleurs plutôt !

Castle : Tu sais où ça se passe ou pas ? [Cannell et Connelly se regardent] Bon alors ?!

 

[Camion de surveillance : Beckett, Castle, Ryan et Esposito]

Beckett : Vous êtes sur que c'est bien là ?

Castle : Cannell n'a jamais que des bons plans.

Esposito [place une caméra sur la chemise de Castle] : Ca y est, voilà, la micro-caméra est en place.

Ryan : Et pour l'image c'est ok, et le son aussi.

Esposito : Très bien. N'oubliez pas, on vous entend, mais pas vous. Une fois hors de ce van, vous êtes tout seul.

Beckett : Bon, redites moi le plan.

Castle [grogne] : Je vais entrer, trouver le russe aux tatouages, et faire une photo de ce type, et sortir de là.

Beckett : Vous n'allez pas rester plus longtemps qu'il le faut.

Castle : Ca va aller, c'est vrai c'est Chinatown, combien de russes peuvent jouer ici au poker ?! [Il sort du camion]

Beckett : Y a personne qui pense que c'est une mauvaise idée ? [Ryan et Esposito lèvent la main]

Esposito : Si !

Beckett : Ouais, je m'en doutais.

 

[Club de poker : Castle et de nombreux joueurs]

Castle [discrètement] : C'est bon j'y suis. Un russe tatoué... Ah, encore un autre russe tatoué ! Il y a toute une table pleine de russes tatoués. Apparemment, il y a encore plus de russes à Chinatown que je ne croyais...

 

[Club de poker : Castle et de nombreux joueurs]

Castle : Donc les russes sont des habitués des lieux, mais il y en a très peu qui peuvent jouer à la table sans limites, celle où John Allen serait allé. Le type a dit que c'était des durs qui font monter le pot, forçant les adversaires à suivre pour rester dans la partie.

Ryan : Vous croyez qu'il se rend compte qu'il ressort une conversation qu'on vient d'entendre en intégralité ?

Esposito : Donnez lui un gadget et il joue les James Bond !

Ryan : Ah ben espérons qu'il se rappelle qu'il a une caméra avant d'aller aux toilettes.

Esposito : Pourquoi, tu penses qu'il...

Ryan : Crois moi.

Castle : ... ce que ça va donner. Je vais aller m'asseoir à cette table, voir si je peux apprendre quelque chose.

Beckett : Qu'est-ce qu'il a dit ?

Ryan : Il a dit qu'il allait s'asseoir...

Beckett : ... C'est pas le plan. Ce n'est pas le plan, Castle !

Castle [s'asseoit aux côtés des russes] : Alors, ça roule ?

Russe : C'est sans limites à cette table.

Castle : Eh ben c'est parfait, puisque je suis un type sans limites en général. 20.000 dollars s'il vous plaît.

Beckett : Non non non non non, mais qu'est-ce qu'il fait ?!

Ryan : Il jette la moitié de mon salaire annuel dans une partie de cartes !

Castle [remarque un tatouage sur l'un des hommes: Très joli. [Tous les russes le regardent bizarrement] Euh, ce sont les tatouages qui sont jolis, très jolis. Qu'est-ce qu'ils disent ?

Russe : Ils disent "Mec, t'occupe pas de ça et prends tes cartes".

Castle : Ah désolé, je ne vais plus en parler. C'est parce que, à vrai dire je suis écrivain et je fais quelques petites recherches.

Russe : Un écrivain ? C'est des trucs un peu connus vos livres ?

Castle : "Trouble fête", "Enorme casse-tête"

Russe : Derrick Storm !

Castle : Ouais.

Russe : J'adore ce mec. Pourquoi tu l'as fait mourir ?

Castle : C'est une longue histoire, mais je travaille sur un nouveau roman qui tourne autour du poker, les jeux clandestins. [Ryan est hilare tandis que Beckett est effarée] Je suis venu ici pour m'imprégner de l'ambiance.

Russe : Et vous voulez que ça soit vraiment authentique ?

Castle : C'est exact.

Russe : Aucun problème. [Les russes parlent entre eux et rigolent]

Ryan : Il a l'air de se faire des copains.

Beckett : Ils ont dit qu'ils allaient lui prendre tout son argent.

Esposito : Quoi, vous parlez russe ?

Beckett : Un semestre à Kiev, entre 2 années de fac. Quand je m'ennuie un peu, je vais au Glechik Café, à Little Odessa, en prétendant être moscovite.

Esposito : Oh, c'est très sexy !

Russe 1 : Je relance.

Russe 2 : Je suis.

Russe 3 : Moi aussi.

Beckett : Regardez les mains des joueurs et voyez si un truc expliquerait un peu les marques sur le cou de John Allen.

Castle : Je suis.

Russe : Monsieur Castle, dites m'en un petit peu plus sur ce bouquin.

Castle : Eh bien ça se passe dans le milieu de la mafia russe. Ca parle d'un gangster qui aime jouer aux cartes. Il profite à fond du désespoir des gens en les obligeant à parler plus qu'ils ne peuvent.

Russe : Et pourquoi il ferait ça ?

Castle : Parce que c'est un usurier. Il prête de l'argent à un taux très élevé.

Beckett : Mais qu'est-ce qu'il fait ?!

Esposito : Une partie de poker. Il essaie de pousser l'un de ces gars à lui dévoiler son jeu.

Beckett : Ou d'éveiller les soupçons de notre tueur !

Castle : Un type, père de famille sérieux, se laisse entraîner trop loin. Il n'arrive pas à rembourser, alors le gangster n'a plus le choix, il doit le tuer, pour que ses autres débiteurs voient qu'il ne plaisante pas. Alors une nuit, il attire l'homme dans un petit immeuble désert, l'étrangle et le balance du toit pour en finir avec lui.

Russe : Ca a l'air assez compliqué. Pourquoi ne pas lui mettre une balle dans la tête, c'est beaucoup plus simple. Bang !

Beckett : C'est pas vrai...

Esposito : Hey Ryan, regarde ça, qu'est-ce qu'il a fait avec son doigt ?

Beckett : Zoome dessus. C'est une prothèse, ça explique la légère marque qu'on a trouvé. C'est notre homme.

Esposito : S'il pense que Castle est une menace, il va...

Beckett : ... On ne doit pas le laisser là dedans ! [Elle se lève]

Esposito : Attendez, ces mecs sont armés, s'ils voient des flics ça peut mal finir !

Ryan : Hey, qu'est-ce que vous faites ?

Beckett : Euh, je vais aller le chercher, et si je suis pas sortie dans 10 minutes vous appelez des renforts. Esposito, passe moi mon sac.

Esposito : Il vous faut votre rouge à lèvres pour les boucler ?!

Beckett : Y a un peu de ça. [Elle sort du van et change de tenue pour des vêtements particulièrement sexy, puis se dirige vers le bâtiment]

 

[Entrée du club : Beckett et 2 vigiles]

Vigile : Non.

Beckett : Oh, c'est bon les mecs. Mon petit copain est en train de jouer et il m'attend, si je ne vais pas à côté de lui c'est foutu, il va perdre ! Je suis son porte bonheur, non ? Bon, mais peut-être que je peux en être un pour toi ? Je le fais gagner, et quand je suis là c'est toujours lui qui gagne, et je peux partager la chance de mon petit copain ensuite avec toi !

Vigile : Hm.

 

[Club de poker : Castle, Beckett et les joueurs]

Russe : Tapis. C'est une grosse mise monsieur l'écrivain, grosse somme d'argent. Mais qu'est-ce que ça représente pour un millionaire ? Vous pouvez l'ajouter à vos charges comme frais de recherche.

Castle : Tapis.

Russe : Vous êtes comme votre personnage, vous êtes trop gourmand. Brelan de dames.

Castle : Très impressionnant. C'est assez dur de battre un brelan de dames. Sauf avec une suite peut-être ?! [Il pose ses cartes sur la table, le russe est stupéfait] Bon ben voilà, mademoiselle s'il vous plaît, vous voulez bien allez me changer tout ça ? C'est une grosse somme d'argent, mais c'est vraiment rien pour un mafieux pas vrai ? [Il se lève, mais l'un des russes - le suspect - pointe une arme sur lui]

Russe : Avance !

 

[Cuisine du club : Castle et le russe]

Russe : Qui es-tu ?

Castle : Du calme, je suis un écrivain !

Russe : L'histoire, le mort, le toit, qui d'autre est au courant ?

Castle : Sa femme est au courant, ses enfants aussi.

Russe : S'il a payé ce qu'il devait, ce type serait avec eux maintenant ! Non, mais il s'est foutu de moi, et là toi tu viens de te foutre de moi !

Castle : Non, je suis écrivain c'est tout !

Russe : Raconte pas de salades ! T'es un sale flic !

Beckett [débarque par surprise] : Lui, un flic ? Sûrement pas, regarde, c'est à peine un homme ce mec !

Castle : Beckett ?!

Beckett : Mais t'es un vrai mec toi hein ? Et tu es très bel homme ! Richard, qu'est-ce qui te prend d'ennuyer ce si bel homme ?

Russe : Toi dégage.

Beckett : Ok, c'est bon, les armes tu crois vraiment que ça m'impressionne ?

Russe : C'est pas tes oignons du tout !

Beckett : A vrai dire... [Elle le désarme et le plaque sur une table] Si !

Castle : C'est mon imagination ou vous vous êtes changée ?

Beckett : Castle, et si vous alliez appeler des renforts ?

Castle : Oui.

Beckett [au russe] : Chhht, tais toi, merci.

 

[Commissariat : Castle et Beckett]

Castle : Comment va-t-elle ?

Beckett : C'est dur, quand tout ce que vous pensiez connaître s'avère être un mensonge.

Castle : Tout n'était pas mensonge. Par exemple, le fait que son mari l'aime, je veux dire, ça peut arriver qu'on agisse mal mais pour de bonnes raisons.

Beckett : Cette affaire est classée, alors votre jolie petite histoire a un dénouement heureux.

Castle : Oh, en parlant de dénouement heureux, merci de m'avoir sauvé la vie.

Beckett : Je voulais surtout éviter plein de paperasse.

Castle : Mais, on forme une bonne équipe nous deux. Comme Starsky & Hutch, Tango & Cash, Turner & Hooch.

Beckett : Maintenant que vous en parlez, oui, vous me rappelez assez Hooch.

Castle : C'est parce que vous avez peur, hein ? Vous avez peur qu'en enquêtant sur la mort de votre mère, vous retourniez dans votre terrier et sombriez à nouveau. Mais cette fois-ci, il en sera autrement. On a de bonnes pistes, on a vraiment de très bonnes pistes. Et vous ne serez pas toute seule, on peut le faire ensemble.

Beckett : Peut-être que je ne veux pas savoir, vous n'avez jamais pensé à ça ? Que je ne suis pas prête, peut-être que l'idée de coincer le meurtrier de ma mère, de le voir assis là, et de le voir conclure une sorte de marché qui puisse le remettre dans les rues dans 10 ans me donne la nausée. Vous avez déterré mon passé pour vous Castle, pas pour moi. Et vous êtes trop égoïste pour le voir. On avait dit que vous faisiez cette enquête, et qu'ensuite vous disparaissiez. Alors respectez notre accord. [Il se lève et s'en va]

 

[Bureau de Castle : Alexis et Castle]

Alexis : Tu écris ?

Castle : Il est temps.

Alexis : Et Beckett ? [Castle secoue la tête] Je suis désolée.

Castle : Alors c'était un bon film ?

Alexis : On n'y est pas allés.

Castle : Pourquoi ?

Alexis : Owen.

Castle : Qu'est-ce qu'il s'est passé ?

Alexis : Il jouait aux jeux vidéos, il a perdu la notion du temps et puis quand il est arrivé c'était trop tard.

Castle : Désolé chérie.

Alexis : En arrivant, il a fait comme si c'était sans importance, comme si moi j'exagérais ! Il a même pas appelé. Pourquoi ils font tous ça ? Pourquoi les garçons doivent toujours tout justifier ? Pourquoi ne pas juste s'excuser ?

Castle : Merci.

Alexis [surprise] : De quoi ?

Castle : Seulement d'être toi mon ange. [Il la prend dans ses bras]

 

[Commissariat : Castle et Beckett]

Castle : Je suis désolé. J'ai mal agi envers vous, j'ai abusé de votre confiance. J'ai ouvert de vieilles blessures et je n'ai pas respecté vos souhaits. Et si jamais on doit en rester là, je tiens à ce que vous sachiez que... je suis vraiment, vraiment désolé. [Il commence à partir]

Beckett : Castle ? On se voit demain. [Il sourit]

Castle[in his head]There are two kinds of folks who sit around thinking about how to kill people: psychopaths and mistery writers. I'm the kind that pays better. Who am I ? [full voice] I'm Rick Castle. Castle. Castle. [to Beckett] I really am ruggedly handsome aren't I ? [in his head] Every writers needs inspiration. And I found mine.

Beckett: Detective Kate Beckett. Beckett. Beckett. [to the Castle family] Nikki Heat ?

Martha: The character is basing on you.

Castle[in his head]And thanks to my friendship with the mayor I get to be on her case. [full voice, to Beckett] I'd be happy to let you spank me.[in his head] And together we catch killers. [full voice, to Beckett] We make a pretty good team you know. Like Starsky and Hutch. Turner and Hooch.

Beckett: You do remind me a little of Hooch.

[New york view, “Can I get get get”- Junior Senior is playing, at the police station Castle is making a photoshoot with two models dressed in police officer]

Photograph: Sexy, sexy. Ladies I love it, I love it, I love it. Sexy, sexy is not a crime.

Journalist [to Beckett who looks stunned]: What's so special about world's famous mistery novelist, Richard Castle ? He's rich, he's handsome and he's basing his next bestseller on you. Tell me Detective Beckett what's it like being the inspiration for thrill-master Richard Castle's new character Nikki Heat ?

Beckett [with a forced smile]: On behalf of the NYPD it has been a pleasure to offer Mr.Castle insight into the profession.

Journalist: Given all his bestsellers it's obvious that Mr.Castle has tremendous insight into the criminal mind. I'm told in many occasion his participation was essential to solve your toughest cases.

Beckett: Really ? You were told that ? By who ?

Journalist: By Castle.

[Beckett sees Montgomery coming into the bullpen]

Beckett: Could you excuse me for a moment [she gets up and walks toward the captain] Sir ? Could I talk to you in private for a moment, please ?

Montgomery: Beckett, I have a couple...

Beckett [cutting him]: Now.

[She goes in his office. Montgomery follows her. She closes the door]

Montogmery: We had a deal Beckett.

Beckett: The deal is off.

Montgomery: What's the problem ?

Beckett: Not only does he have the bachelor party cop twins out there using him as a stripper pole while I make nicey-nice with the press. But you know what he said ?

Montgomery: No.

Beckett: He said that he has been instrumental in helping us solve crime.

Montgomery: Well hasn't he ?

Beckett: ..That's not the point.

Montgomery: Do you know how hard it is for NYPD to get good press ? I mean in a magazine that people actually read. This article is very important for the mayor. Therefore we are going to cooperate. Do I make myself clear ?

Beckett: Okay. Fine.

[In the break room.]

Ryan [to one of the model]: It was nice to meet you. [to Beckett who just came in the room] We should have photo shoots here more often.

Esposito: Hey Beckett, how come you don't wear a uniform like that ?

Beckett: Because I don't want to get paid in singles.

[Castle appears at the door]

Castle: Hey ! 

[Everybody turns to him] 

Ryan[to Esposito]: Oh hey uh don't we have that thing ?

Esposito: No

[Beckett smiles with a knowing smile.]

Ryan: Yeah you know that thing with that guy.

Esposito: Oh yeah that thing.

Ryan: Excuse us

[They leave the room]

Castle: I just wanted you to know, I had nothing to do with this. [Beckett looks at him] I mean it was the magazine..uh..well the mayor thought that it would be good press

Beckett: You don't have to explain yourself.

Castle: Really ?
Beckett: Really. See ? I don't care anymore. Now if you'll excuse me, I have an interview to get back to.

[They walk out of the break room]

Castle: What did I do that was so wrong ?

Beckett: The one thing I asked you not to do.

Castle: Okay so you asked me not to look into your mother's murder but look at what I found !

Beckett: It doesn't matter what you found. I put that all behind me a long time ago. [to the journalist with a smile]We can get back to the interview now.

Esposito: No. You're going to have to reschedule. We just caught a body.

Beckett[to the journalist]So sorry to step out on you Amy.

Amy: Oh are you kidding ? It's perfect. A chance to see Castle in action. Our readers will love it.

Montgomery: Well we wouldn't want to disappoint your readers, now would we Detective ?

[He looks at Beckett with insistence. She restrains herself from talking.]

[Crime scene at night in a street. They all got out of the cars.]

Castle: Hey can we talk about this ?

Beckett: There's nothing to talk about.

Castle: Well just at least let me know what I can do to make it up to you

Beckett: You could leave me alone.

Castle: Yes well I tried that and it didn't work...Hey I could buy you a pony.

Beckett: Focus, Castle. Crime scene okay ?

[We see Lanie on a stage taking notes about the body which is in the tree]

Castle: It's raining men.

Lanie: Castle, what are you doing here ?

Beckett: Don't worry we're still mad at him.

Ryan: Guy in a tree. Mom and Dad bickering. Seems like old times

Esposito: Mm hum

Beckett: How's it going up there ?

Lanie: I got tree branches poking my boobs and spotlights shining up my body

Esposito: Could be worse ..You could be wearing a skirt.

[Ryan waves at her with a smile]

Lanie: When I come down, Imma smack you.

Esposito: I'll be looking forward to that

Lanie: Here [she throws a wallet at Esposito] Vic's a white male, late thirties. Judging from the cracked branches I'm guessing he did a superman off the top of that building.

Esposito: Vic's name is John Allen. I.D has him on the upper west side. Business card has him in insurance.

Castle: Mmm

Amy: Is it a suicide ?

Beckett and Castle: It's not a suicide !

Amy: How do you know ?

Beckett: Uh...the building is too short. He'd want to kill himself not cripple himself..

Castle: If you want to die you're going to aim for concrete. Not a tree. Judging from the angle of descent I'd say that guy was thrown of the building.

Beckett: Since it clearly wasn't a suicide, how did he die ?

Lanie: There are signs of strangulation. It looks like his windpipe was crushed.

Beckett: Any ligature marks ?

Lanie: Nope

Castle[to Amy]Ligature refers to anything that ties or binds..like a rope or a belt. Lack of any marks suggests he was strangled by hand.

Amy: Waw, you really know your stuff. No wonder they like having you around.

Beckett: You know what ? He's such an incredible resource. It seems like a shame to waste his talents here in the field. Would you mind going back to the morgue wit Dr Parish to see what else we can find about the vic ?

Castle: Don't you think I'd be more useful at the crime scene ?

Beckett: Oh no ! We're just gonna knock on doors and see what else we can stir up. You know, boring police stuff.

Castle: Fine. But I was serious about the pony. [to Amy] Come on I'll show you the, uh, morgue..mobile

[Castle and Amy walk away]

Beckett: Anything in the wallet ?

Ryan: Nope. Dry cleaning ticket, I.D, two credit cards. Cash was missing, though.

Beckett: That's a long way to go for a robbery.

[Castle and Amy arrive near the morgue van just as people are putting the body in it]

Amy: You mean we have to ride with the body ?

Lanie[smiling]You can take my seat up font ?

Amy: You sure ?

Lanie: Hum mm. I'm used to hanging out with stiffs

[Amy goes in the van. Lanie's smile disappears and she shots a death glare at Castle]

[In the van. Lanie and Castle are sitting. Castle looks at Lanie]

Castle: Hi.

Lanie: Uh uh. You do not get to say hi to me. I'm just doing my girl a favor.

Castle: Oh you too, uh ?

Lanie: Well, what did you expect ? Beckett spent the first three years of being a cop trying to solve her mother's murder. It took everything that she had to put it behind her. You couldn't respect that ?

Castle: What was I suppose to do ? Not tell her what I found ?

Lanie: What you found ?

Castle: Oh she didn't tell you, did she ? Three people were killed the same way her mother was right about the same time. One of them was a former law student of hers. Another one, a documents clerk. The third one, a lawyer for nonprofit.

Lanie: Wait, the M.E at the time didn't make the connection.

Castle: If e did, he buried it.

Lanie: Did you talk to him ?

Castle: He died four years ago..So you see why I had to tell her.

Lanie: What did she say ?

Castle: That we were done. And then she just walked...
[The van is banged up. A masked man opens the van and threatens Lanie and Castle with a gun]

Man: Don't move ! Don't move !

Castle: Whoa !

Another man: Take the body !

[They take the body and put it in the car's trunk]

Man: Don't move !

[All the men get in the car and they drive away. Lanie and Castle look shocked]

Castle: It is just me, or was that really really weird ?

Opening credit

[At the police station. Lanie is checking if Castle's fine]

Montgomery: Well ?

Lanie: He'll live

[She gives him a fillip]

Ryan: What , no brain damage ?

Lanie: If he has some, it happened way before tonight and it was probably self-inflicted.

Castle: Aaahh. Good times.

Montgomery: How's Lois Lane ?

Ryan: Who, reporter chick ? We took her statement and we sent her home. We got an A.P.B on the sedan, C.S.U's are combing the rooftop and we got units looking for surveillance footage of the crash site.

Esposito: You know what I don't get I who would steal a dead body ?

Castle: Oh plenty of people. Uh, organ harvesters cadaverless med students, satanists mad scientists looking to create their own monster.

Beckett: Or the guys who killed him might have left some evidence behind.

Castle: Boring. How about a spy having swallowed a top-secret microchip that the enemy forces murder him over before the C.I.A can get a hold of him.

Beckett: As much as we all appreciate your insightful and incredibly believable theories, Miss Cosmo is gone and so I believe you can go home now.

Castle: Home ? No, no, no. This..this case just got good and...and I'm..I'm a witness.
[Everybody looks at Beckett. Montgomery more expectantly]

Beckett: All right, I'll let you work this one case with me if you promise t leave me alone when it's over and not to weasel your way back in.

Castle: Deal. But fair warning, Detective, I will make you change your mind.

Beckett: I won't.

Castle: You will. So what's the next step, victim's family ?

[Ryan gives Esposito some cash]

Ryan: I didn't think she'd take him back.

[At the victim's building. Beckett knocks on the door. A blond woman answers it.]

Beckett: Mrs Allen ?

Mrs Allen: Yes ?

Beckett [showing her badge]: It's about your husband.

Mrs Allen: He was just right her just a couple of hours ago and now..he's dead.

Beckett: Do you know of any reason why he'd be in that part of town.

Mrs Allen: His office is, uh, in midtown, it's nowhere near ninth.

Beckett: What time did he leave the apartment ?

Mrs Allen: Around six. He had just gotten back from his trip and he says he needed to catch up on some paperwork. He said he'd only be gone for a couple of hours.

Castle: You said a trip ?

Mrs Allen: He was in Albuquerque on a training seminar. It was just two nights.

Beckett: Did you notice anything unusual recently ? Any strange behavior ?

Mrs Allen: He..he had to work late a little more often an usual. But, uh, in this economy who doesn't ? He had to la off half of his department last year.

Castle: And you're sure he was working late ?

Mrs Allen: What are you saying ? That he was cheating ?....Every night he would walk through that door and the kids would just race into his arms okay ? And now he's gone. So don't ask me if he was really working late. Tell me why he was killed.

Beckett: He didn't mean to imply...

Castle [cutting her]What about phone calls maybe late at night ?
Beckett [whispering]Castle !

Mrs Allen: Yeah..yeah, uh, one of the guy that John fired, Max Haverstock. He would called him up late at night and he would yell at him all sorts of thing. I guess he was hurting, he needed money. And I..I told John that he should just hang up on him. John said no, he..he couldn't do that.

Beckett: Did he ever give him money ?

Mrs Allen: My husband didn't believe in handouts. He believed that a man should make his way. Where is he ? I'd like to say goodbye.

[Beckett and Castle look embarrassed]

Beckett: About that. Um...

[Castle and Beckett are in the corridor. Mrs Allen shuts the door]

Castle: That was awkward.

Beckett: It just, it doesn't make any sense. The guy's got a stable, middle-class life. Good job, good family

Castle: Maybe his friend Max was jealous.

Beckett: Maybe enough to kill him, but to steal his body ? [on the phone] Hey, Esposito. I need you to look up a friend of the vic. Max Haverstock. Okay, find him and, uh, bring him in.

[Castle 's loft. Alexis, Martha, Castle]

Alexis: Dad ! Thank god you're home. Are you okay ?

[She gives him a hug]

Castle: Yeah I'm fine. Why ?

Alexis: Fine ? Masked gunmen, body snatchers ? I texted you like a thousand times.

Castle: Oh I'm sorry. My phone must have been off. How..how did you know ?

Alexis: Beckett called.

Castle [smiling]: Really ?

Martha: Se just wanted to let us know you were alright.

Castle: Mmm mm

Martha: So has she forgiven you ?

Castle: Uh not exactly mother. But I'm working on it. She has agreed to let me help on the case.

Martha: Well, that's a start I suppose.
Castle: It is more than a start..It is an opportunity. She may have built a wall between us but I am going to build a door in that door..or put up a ladder or dig a hole.

Martha: You have a strategy ?

Castle: Be my usual charming self.

Martha: Uh uh. What about plan B ?

Alexis: So was it awful ? Were you scared ?

Castle: Me ? Scared ? No way ! Come on..Now excuse me while I change my shorts.

Alexis: Dad !

Castle: No I was scared but all the were after was the body.

Alexis: Why ?

Castle: Why indeed ? [reading the text messages Alexis sent him] “Dad where are you ? Dad are you alright ? Dad call us right away ! Dad can I go see Fame with Owen on Friday ?” . Your concern is touching.

Alexis: Okay that one was after I knew you were alright.

Castle: But I thought we were gonna see that together ?

Alexis: We were ! And we still can but he invited me to see it with him next Friday.

Castle: You'd rather go with your boyfriend than your dad ? What is wrong with you ?

Alexis: If you really want me to go with you, I will.

Castle: No. No. You tell Owen he has won this round but I got dibs on “A Christmas Carol”.

Alexis: Thanks Dad. And I'm glad you weren't killed by body snatchers.

Caste: Me too.

Martha: Oh they remade “Fame” and “A Christmas Carol”. Has Hollywood totally run out of ideas ?

Castle: Well they just optioned uh “Asteroids” the video game. So my guess is yes. But Ryan Reynolds is playing the wee triangle and he's good.

[At the police station in the observation room. Beckett, Castle, Esposito]

Beckett: Are you sure this is the guy ?

Esposito: Maxwell Haverstock and he confirmed he knew the vic.

Castle: This guy couldn't throw a wet sponge off the roof let alone a body.
[Beckett and Castle go in the interrogation room]

Beckett: Mr. Haverstock.

Haverstock: Yes.

Beckett: Do you know why you're here?

Haverstock: No. Uh, they just told me I needed to come in.

Beckett: It's about John Allen. He was murdered last night.

Haverstock: Oh, that's terrible.

Beckett: You and he were friends?

Haverstock: Uh, we had adjoining cubicles.

Beckett: When was the last time you saw him?

Haverstock: Oh, uh, not since "D" day. That's, uh, that's what we called it. You know, "D" for downsizing.

Beckett: You were let go?

Havertock [sighing]: Yeah

Beckett: I bet that made you pretty angry.

Haverstock: Yeah, 15 years, we worked there together. You know, you'd think that would mean something. You'd think that loyalty would be worth something. You know what it's worth ? A kick in the teeth!

Beckett: Did you ever call and tell John that ?

Haverstock: Oh, yeah, all the time. Yeah, I told him we didn't deserve to be treated like that. But I promised him, one day, the worm would turn, 'Cause karma's a nasty little bitch.

Beckett: Is that why you killed him?

Haverstock: Who ?

Beckett: John.

Haverstock: Why would I want to kill John ?

Beckett: For firing you.

Haverstock: He didn't fire me. We were let go together on "D" day. Uh, fortunately, I was able to find another job.

Beckett: He didn't have a job?

Haverstock: I guess he, uh, doesn't have to look for one anymore.

[In the bullpen]

Esposito: Hey, yo, Beckett. Story checks. John Allen was laid off eight months ago when the A.I.G. crisis hit.

Beckett: What about Albuquerque?

Ryan: No record of a John Allen coming back from any flight in the tri-state area.

Castle: Well, it makes you wonder what else he lied to his wife about. 

Beckett: And how he paid all of his bills. [her phone rings she picks it up] Beckett. All right. Uh, thank you. [she hangs up] They found his body...Again.

[In a blind alley]

Beckett: What happened?

Lanie: Someone... operated on him.

Beckett: Operated?

Lanie: They cut him open and took all of his organs out.

Castle, Ryan, Esposito: Oh ! Ouch. Wow.

Castle: Somebody hated his guts.

 

[At the morgue. Lanie, Castle, Beckett]

Lanie: The guys who did this weren't surgeons. The cuts are sloppy: Box cutters and kitchen knives.

Beckett: Any idea what they were looking for?

Lanie: I ran a tox screen and found nothing in the blood stream but in the body cavity itself, there were trace amounts of powder cocaine.

Beckett: He was their drug mule.

Lanie: Guess they couldn't wait for him to pass the packets the old-fashioned way.

Castle: I don't buy it. How does a middle-aged insurance actuary with no history of substance, no criminal record, become a drug mule ? And this was not a bad guy. You don't just fill out an ad on Craigslist. You gotta, You gotta know people, bad people.

Lanie: As freaky as all this is, let's not forget it happened postmortem. The actual cause of death is up here. Bruise pattern indicates the assailant strangled him with both hands.

Castle: The bruising is a little lighter right there.

Beckett: What would account for that?

Lanie: Dislocated or broken finger maybe.

Castle: Maybe he's fancy. Strangled people with his pinky sticking out. Like tea.

 

[In the bullpen. Castle, Beckett, Esposito]

Esposito: I just got off with Homeland Security. Passport records indicate that John Allen was coming back from Mexico, not New Mexico.

Beckett: No criminal history, healthy, white, middle-class. They wouldn't have looked at him twice at customs.

Esposito: The guy had skills. Why would he do something so stupid ?

[Ryan arrives]

Ryan: Because he had to. I just went over financials with the wife.

Beckett: How bad ?

Ryan: They've been living on credit cards the last six months. And she had no idea. She thought everything was fine.

Beckett: Well, if he wasn't going to work every day, where was he going ?

Ryan: Applying for jobs. I found hundreds of cover letters and resumes on his computer.

Beckett: I don't understand. Why didn't they just sell the apartment ?

Ryan: Wasn't worth the mortgage.

Esposito: Man, that's harsh.

Castle: Life insurance?

[Ryan's phone starts ringing]

Ryan: Mm. Stopped making payments four months ago. Guy was basically worthless, alive or dead. [on the phone] Yeah, Ryan here.

Castle: You know, I get desperation, I get needing the money, I even get being a drug mule. What I don't get is, where did he get the job?

Ryan: [on the phone] Yeah, thanks, Bill.[to the team] That was C.S.U. Because our perps were wearing gloves, the only prints they grabbed off the car belonged to the owner, who reported it stolen last night. Looks like we're not gonna grab a break on this one.

Beckett: What about the glove we found at the scene?

Esposito: Dusted it, too. Nothing.

Beckett: Well, did you dust inside?

Esposito: Inside ?

Beckett: Yeah, inside the glove.

 

[At the morgue. Lanie is working on the glove. Castle appears in front of her]

Castle: You want me to put on some music ? Whenever they do this sort of thing on "CSI" They always do it to music in poorly lit rooms. Kinda reminds me of porn.

[Beckett appears beside Lanie]

Beckett: Zip it, Castle.

Castle: Ever consider becoming a mohel ?

Lanie: Keep talking, and I'll practice on you.

[Lanie gets a print on the glove]

Beckett: Got you, son of a bitch.

 

[In the bullpen]

Esposito : Boom. Got a hit. Ooh, Luther Whitehead. Busted twice for possession with intent.Once on conspiracy. Pled out on all three.Did a nickel upstate for a gun charge,And is currently on parole for conspiracy to distribute.

Beckett : Something tells me his parole's about to be revoked. You got an address ?

Esposito : Yeah.



[In a room]

Policemen : On the ground! Get on the ground! Hold it right there! Nobody move! Hands behind your back! Hands!

 

[Observation room]

Beckett : Counsellor, I have them Dead to rights on weapons possession, assault, desecration of a body and about a dozen other things I haven't even begun to think about yet. What is my incentive to cut a deal ?

Counsellor :You don't have them on the murder.

Beckett : Give me time.

Counsellor : You don't need time because they didn't do it. Ten years concurrent on all charges, eligible in five, and they'll tell you everything they know.

 

[Interrogation room]

Beckett : He was coming to see you. 

Whitehead :
 At a flophouse on ninth. He was supposed to be there by 7:00. But this guy, he got three-quarters of a mil worth Of our coke in his stomach, and he don't show.

Esposito : So what'd you do?

Man : We went to find him. That's when we heard the sirens. Lots of 'em.

Whitehead : We go downstairs, Walk up the block, and guess what we see. A bunch of cops was staring at a tree.

Man : A friggin' tree. The dude was in a tree.

Ryan : So you waited?

Man : Only way to get the body back. I mean we couldn't get the packets via the usual method.

Esposito : So you improvised?

Man : Doesn't matter. He was already dead. 

Esposito : So why'd he start muling?

Man : Same as anyone. Desperation.

Ryan : It's just...He doesn't seem the type.

Man : Anybody's the type you push 'em hard enough. I mean, the guy owed. He was, uh, fourth and long with the clock running out.

Beckett : Who was he into?

Whitehead : Didn't say, but he was scared. You want to know who killed him, you find out who he owed.

Beckett : No, no, no, no, no. I'm gonna need more. I'm gonna need to know who vouched.

Whitehead : Vouched?

Esposito : For John Allen, our vic, your mule.

Beckett : Somebody brought him to you, somebody you trusted.

Esposito : Or do you just do business with every desperate white boy with no history of criminal activity ?

Ryan : Hell, man. How'd you know he wasn't a cop?

 

[In the bullpen]

Esposito : Got the printout. Ron Bigby. He's a floor trader At Goldman. 

Ryan : 
Vic's wife never heard the name.

Castle : For a guy who assesses risk for a living, he sure does seem to take a lot of 'em.

Beckett : Yeah, well, look where it got him. Pick him up.

Esposito : You got it.

Beckett : Castle.

 

[Interrogation room]

Bigby : Dead?

Beckett : Yeah.

Bigby :Wait. Dead?

Beckett : Mr. Bigby, you can ask as often as you like. The answer is not gonna change.

Bigby : Oh. That is a damn shame. That is a damn, damn shame. I mean, do you know who John Allen is ? Huh ? He's the new Willy Loman. Okay ? Everyman victim of an apathetic world. God, I swear. Someone should write a play. Hey, do you write plays ?

Castle : Unproduced.

Beckett : Mr. Bigby, it's come to our attention that you recently obtained employment for Mr. Allen as a drug mule.

Bigby : You know about that?

Castle :Yeah. And bad news, Ron. You're gonna have to find a new dealer.

Bigby : What'd they tell you?

Beckett : That you got him an introduction and that you vouched for Mr. Allen.

Bigby : Okay, look. He...he came to me desperate, all right? He...he remembered a story I told one night at the table.

Beckett : The table?

Bigby : Yeah, poker table. We're in one of the floating games around town. You know, small stakes, right ? But good way to blow off steam. But then when he got laid off, it stopped being a game. He started betting to make up his paycheck, But the stakes were too low. So he went to Chinatown.

Castle : The mob-run games.

Bigby : Yeah, Triads. He did fine for a bit, you know? But..luck's a fickle bitch. He lost more than he had to the wrong guy. 

Beckett : He couldn't make enough to cover his losses.

Bigby : Yeah, that's when he remembered the night I told the story about my own fiscal emergency, about how I went to Mexico and made 50 grand in one day. That's when I figured, 'Hey, what the hell ? Just pay it forward.'

Beckett : All right, this guy that he owed, did he give you a description ? A name?

Bigby : No name. John thought He was Russian Mafia because of all his tattoos.

 

[In the bullpen]

Ryan : If some tatted-up Russian mobster was after me, I could see taking a job as a drug mule.

Esposito : A tattooed Russian in New York City? Well, that narrows it down.

Beckett : We conduct an investigation based on the information we have, Not the evidence we need.

Castle : Well, Bigby says that the Russian hangs out at the club at Chinatown. Why don't we just go there?

Esposito : The games are word of mouth, bro. They don't just share with cops.

Castle : Well, luckily, I'm not a cop.

Beckett : Castle.

Castle : What? It's perfect. I go in, scope the place out until I I.D. the Russian.

Esposito : Hey, you know, that's not a bad plan.

Beckett : We still have to find the game.

Castle : Leave that to me.

 

[Castle's loft]

Stephen Cannell : That's a pretty good story, Ricky. It's got a big opening, major twist.

Michael Connelly : Though I gotta say, I saw that whole drug mule thing coming.

Castle : Nice try, Connelly. You're not gonna goad me into raising. Stephen, you once wrote about an underground poker game in, uh, "King Con."

Cannell : Yeah ?

Castle : And you once had Harry Bosch investigate the murder of a poker player.

Connelly : Yeah, "One Dollar Jackpot." Why?

Castle : Well, Michael, this guy that we're looking for, he's a regular in the Triad-run games in Chinatown. I thought maybe one of you knew someone who could get me in.

Cannell: What, are you nuts? Those are crooks and killers down there.

Connelly : Look, Ricky, doing the research is one thing, but the Russian Mafia, the Triad? You tangle with those people, and all the best sellers in the world are not gonna protect you.

Castle : Oh, no. I don't plan on tangling. I'm just gonna be another rich, bored thrill seeker looking to try my luck down there.

Cannell : You must really like her.

Castle : Who?

Cannell : That police detective of yours. Look, Ricky, there's only one reason that you'd be dumb enough to go down there, and that's to impress a girl. Now why don't you cut yourself a little slack And just buy her some flowers?

Castle : Do you know the place or not? Well?

 

[Surveillance truck, Chinatown]

Beckett : Are you sure this is the place?

Castle : Cannell has never steered me wrong.

Esposito : Okay. button cam's in place, Ryan.

Ryan : Good for picture and... Ah, sound.

Esposito : All right, so remember, we can hear you, but you can't hear us. So once you leave this van, you're on your own, okay?

Beckett : All right, tell me the plan again.

Castle : I go in, I find the tattooed Russian, I get a clear picture of him, and I get the hell out of there.

Beckett : And you don't stay any longer than you need to.

Castle : I'll be fine. Besides, it's Chinatown. How many Russian poker players can there be?

[He goes out]

Beckett : Anybody else have a bad feeling about this?

[Esposito & Ryan raise their hand]

Esposito : Yeah.

Beckett : Yeah, that's what I thought.

 

 

[Inside the building]

Woman : Go ahead and deal.

Castle : I'm in. Tattooed Russian. Uh, there's another tattooed Russian. There's a whole table of tattooed Russians. Apparently there are a lot more Russians in Chinatown than I thought.

[Later]

Castle : So... the Russians are regulars here, but only a handful them at the no-limit table, which is where John Allen would've gone. The guy said they' recard bullies, pushing up pots, forcing their opponents to bet more just to stay in the game.

Ryan : You think he has any idea he's recapping a conversation that we just heard in its entirety?

Esposito : Give the guy a gadget, he thinks he's Bond.

Ryan : Let's just hope he remember he's wearing a camera before he goes and takes a leak.

Esposito : Why would you even...

Ryan : Trust me.

Castle : ...coming rough, but I gotta stir it up. I'm gonna go sit at the table, see if I can find anything out.

Beckett : What did he say?

Ryan : He just said he's taking a seat...

Beckett : That's not the plan. That's not the plan, Castle!

Castle : How's it going?

Russian man : This is no-limit table.

Castle : Which is perfect, because I am a no-limit kinda guy. Change for $20,000, please.

Beckett : No, no, no, no, no, no. What's he doing?

Ryan : Dropping half my yearly salary like it was pocket change.

Castle : Nice tats. Tat... no, tattoos. The tat, it's nice. What do they say?

Russian man : It says mind your own business and play cards.

Castle : Sorry. Don't mean to pry. I'm just, uh, I'm actually just a writer. I'm just doing a little bit of research.

Russian : Writer, huh? Anything, uh, we might have heard of?

Castle : Uh, "Storm Fall," "Storm's Last Stand."

Russian man : Derrick Storm.

Castle : Yeah.

Russian man : I love this guy. Why did you kill him?

Castle : It's a long story, but I'm working on a new one about, uh, underground poker. Vvery hush-hush, just kinda came down to get a feel for the world, you know?

Russian : And you're...you want to try for it o be authentic?

Castle : Exactly.

Russian man : No problem.

[The Russian men start talking]

 Castle : Yeah.

Esposito : Seems like he's making friends.

Beckett : They just said they're gonna take him for everything he's got.

Esposito : What, you speak Russian?

Beckett : Semester in Kiev between junior and senior year. Sometimes when I am bored, I go to Glechik cafe in Little Odessa and pretend to be Muscovite.

Esposito : Now that's kinda hot.

Russian man : Raise.

Russian man 2 : Call.

Russian man 3 : I call.

Beckett : Check the players' hands. See if there's anything that'll explain the bruise patterns on our vic's neck.

Castle : Call.

Russian man : Mr. Castle, tell me little bit more about this book.

Castle : Well, it's about a, uh, Russian mobster with a taste for cards. He, uh preys off of desperation, luring people in to bet ting more than they have.

Russian man : And why would he do this?

Castle : Because he's also a loan shark. see, he fronts his victims, and makes bank on the vig...

Beckett : What the hell's he doing?

Esposito : He's playing poker. He's trying to provoke one of these guys into giving up their hand.

Beckett : Or he's trying to tip off our killer.

Castle : But there's one guy. A family guy, he gets in a little too deep. He can't pay the loan back. So the mobster got no choice. Has to kill him, send a message to anyone else who owes him. So one night, he lures him into an abandoned building, strangles him to death and throws him off the roof.

Russian man : Sounds like lot of work. Why not just put bullet in his head ? It's much more simple. Bang !

Beckett : Oh, my...

Esposito : Hey, Ryan, check this out. What is he doing with his finger?

Beckett : Punch in on that. It's a prosthetic. That's why it didn't leave a mark on our Vic. That's our guy.

Esposito : Hey, if he thinks Castle's a threat, he's...

Beckett : We gotta get him outta there, now.

Esposito : Their security's pretty well armed. We go in there as cops, it might get messy.

Ryan : Oh, what are you doing?

Beckett : Uh, I'm gonna go in there, and if I'm not out in ten minutes, you guys call for backup. Can I have my purse, please?

Esposito : What are you gonna do, lip gloss them to death?

Beckett : Something like that.

[She goes out and changes her clothes. She goes to the same building as Castle]

Beckett : Oh, come on, boys. My boyfriend is waiting. He is player. If I don't go inside, he will lose. I'm his lucky charm, you know? No ? Well, maybe I can be a lucky charm for you. We win, and when I am in there,we always win, And then maybe I can share some of my boyfriend's luck with you.

Man : Hmm.

Russian man : All in. It's a big pot, Mr. Writer Man...All that money. But then, what is money to millionaire, huh ? You just can write it off on your taxes uh, as doing research.

Castle : All in.

Russian Man : You are like character in your book... In too deep. Three queens.

Castle : That's very impressive. Not a lot can beat three queens. Except an inside straight maybe. Sweetheart, this is for you. Would you change this into something a little smaller that I can carry  Now that is a big pile of money. But what's money to a mobster, right ?

[He gets up, one of the russian follows him and points a gun at him]

Russian man : Walk.

 

[In the back kitchen]

Russian man : Who are you?

Castle : I told you. I'm...I'm a novelist.

Russian man : The story, the dead man, the roof, who told you ? Who knows?

Castle : His family knows, his children know.

Russian man : If he paid what he owed, he'd be home with them now. But he crossed me. And now you have crossed me.

Castle : No, no, no, I'm just a writer.

Russian man : Do not lie. You're a cop.

Beckett : Him, a cop ? Don't make me laugh. He's barely even a man.

Castle : Beckett?

Beckett : But you are a man, aren't you? A very handsome man. Richard, are you bothering this handsome man?

Russian man : Go away.

Beckett : Okay, boys and their guns. Am I supposed to be impressed?

Russian man : It doesn't concern you.

Beckett : Actually... it does.

[She takes control of the man]

Castle : Is it just my imagination or did you change?

Beckett : Castle, could you get some backup, please?

Castle : Yeah.

Beckett : Shh, shh, shh. Quiet.

 

[At the police station]

Castle : So how is she?

Beckett : It's hard when everything you thought you knew turns out to be a lie.

Castle : Well, not everything was a lie. Not her husband's love. I mean, sometimes we do the wrong things for the right reasons.

Beckett : So our case is closed. I guess your "Cosmo" story gets a happy ending.

Castle : Speaking of happy endings, thanks for saving my life.

Beckett : I was just trying to avoid paperwork.

Castle : Ah. We make a pretty good team, you know? Like Starsky and Hutch, Tango and Cash, Turner and Hooch.

Beckett : You know, now that you mention it, you do remind me a little of Hooch.

Castle : It's because you're afraid, isn't it? You're afraid that if you look in to your mother's death, that you will go back down that rabbit hole and lose yourself again. But it's different this time. We have good leads. We have strong leads. And you won't have to do it alone. We can do it together.

Beckett : What if I don't want to know? Did you ever think of that ? What if I'm not ready ? What if the idea of catching my mom's murderer and then having to sit there and watch as he cuts some deal that puts him back out on the street in ten years makes me nauseous ? You dredged up my past for you, Castle, not for me. And you're too selfish to even see it. The case is closed, Castle. We made a deal, and I expect you to honor it.

 

[Castle's loft]

Alexis : You're writing.

Castle : It's time.

Alexis : And Beckett?

[He shooks his head]

Alexis : I'm sorry, Dad.

Castle : So how was the movie?

Alexis : We didn't go.

Castle : Why not?

Alexis : Owen.

Castle : What happened?

Alexis : He was playing video games and lost track of time. By the time he showed up, it was too late.

Castle : Sorry, sweetie.

Alexis : And then when he did show up, he tried to act like it's no big deal, like I'm overreacting. I mean, he didn't even call. Why do boys do that ? Why do they always have to justify everything ? Why can't they just say they're sorry?

Castle : Thank you.

Alexis : For what?

Castle : For just... Being you.

 

[At the police station]

Castle : I'm sorry. What I did was wrong. I violated your trust, I opened old wounds and I did not respect your wishes. And if we're not gonna see each other again, Then you deserve to know... I'm very, very sorry.

[He starts walking away]

Beckett : Castle. I'll see you tomorrow.

Ending credits

Retranscription effectuée par Chamallow4

Kikavu ?

Au total, 157 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

rooknroll 
03.01.2019 vers 17h

Emi82 
02.11.2018 vers 17h

ginabella5 
12.03.2018 vers 06h

Daisy2860 
10.02.2018 vers 17h

stephane25 
06.02.2018 vers 18h

324B21 
03.02.2018 vers 11h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

On recrute et on recherche des volontaires pour rédiger des news pour l'Accueil d'Hypnoweb !
On recrute ! | Plus d'infos

Activité récente
Prochaines diffusions
Logo de la chaîne France 4

105 : Calcul glacial (redif)
Jeudi 17 janvier à 21:00

106 : La piste du vaudou (redif) à 21:40

107 : Crimes dans la haute (redif) à 22:20

Logo de la chaîne France 4

108 : Mémoires d'outre-tombe (redif)
Jeudi 24 janvier à 21:00

109 : Où est Angela ? (redif) à 21:40

110 : Double face (redif) à 22:20

Logo de la chaîne France 4

201 : La mort à crédit (redif)
Jeudi 31 janvier à 21:00

202 : Quitte ou double (redif) à 21:40

203 : L'enfer de la mode (redif) à 22:20

Actualités
[Seamus Dever] Titans est disponible sur Netflix!

[Seamus Dever] Titans est disponible sur Netflix!
Depuis hier, le 11 janvier, la série Titans, dans laquelle joue Seamus Dever, est disponible sur...

[Stana Katic] Absentia sera diffusée sur RMC story

[Stana Katic] Absentia sera diffusée sur RMC story
Alors qu'Absentia a été diffusée en novembre 2017 sur la chaine Altice Studio, les Français ont...

Concours d'écriture n°10 : À vos votes!

Concours d'écriture n°10 : À vos votes!
Cet automne, le quartier Castle vous a proposé son 10e concours d'écriture! Le thème portait sur les...

Le quartier change de décor!

Le quartier change de décor!
Le quartier aborde de nouvelles couleurs en ce début d'année. Comme la série célèbre cette année son...

Premier calendrier de 2019!

Premier calendrier de 2019!
Pour bien commencer l'année, les acteurs de Castle se sont mis sur leur 31 pour poser pour ce...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
Partenaires premium

Nathan Fillion French Website

HypnoRooms

SeySey, Hier à 19:47

Bonsoir! Le quartier Suits fait peau neuve avec un tout nouveau design signé Locksley! Les avocats attendent vos avis

choup37, Hier à 21:15

Nouveau sondage sur Kaamelott

quimper, Aujourd'hui à 01:13

Le quartier Engrenages vous propose de découvrir son calendrier de janvier et de participer à sa PDM.

quimper, Aujourd'hui à 01:18

Vous pouvez aussi prendre connaissance de la date de diffusion de la saison 7 et commenter l'annonce de la saison 8.

quimper, Aujourd'hui à 01:20

Et commenter l'annonce de la saison 8. Avec tous les mots c'est mieux !!! [

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site