VOTE | 692 fans

#108 : Mémoires d'outre-tombe

 Au milieu de la nuit, Beckett et Castle sont appelés dans un hôtel sordide où le corps d'une mère de famille est retrouvé noyé dans une baignoire remplie d'huile de moteur. Lorsque Esposito commence à enquêter, il découvre avec stupeur que la victime, Allison Goldman, trompait tout son entourage en ayant caché sa véritable identité. Après quelques recherches, l'équipe relie Allison à une écrivain spécialiste des histoires criminelles, Lee Wax, qui révèle de troubles informations tout en s'intéressant beaucoup à Castle...
Dans le même temps, Castle et Beckett disputent des parties de poker en compagnie de leur entourage, mais celles-ci ne se déroulent pas vraiment comme elles devraient.

*** Captures de l'épisode ***

Popularité


4.43 - 23 votes

Titre VO
Ghosts

Titre VF
Mémoires d'outre-tombe

Première diffusion
27.04.2009

Première diffusion en France
19.07.2010

Photos promo

Rick Castle (Nathan Fillion) et Martha (Susan Sullivan) lors d'une partie de poker au loft.

Rick Castle (Nathan Fillion) et Martha (Susan Sullivan) lors d'une partie de poker au loft.

Diffusions

Logo de la chaîne France 4

France (redif)
Jeudi 24.01.2019 à 21:00

Plus de détails

 

Réalisation : Bryan Spicer
Scénario : Moira Kirland

Distribution Principale : 

  • Nathan Fillion : Richard « Rick » Castle
  • Stana Katic : lieutenant Katherine « Kate » Beckett
  • Jon Huertas : inspecteur Javier Esposito
  • Seamus Dever  : inspecteur Kevin Ryan
  • Tamala Jones : Dr Lanie Parish
  • Ruben Santiago-Hudson  : capitaine Roy Montgomery
  • Molly Quinn : Alexis Castle, la fille de Castle
  • Susan Sullivan : Martha Rodgers, la mère de Castle

Distribution Secondaire: 

  • Jillian Armenante (Susan Mailer)
  • Alex Carter (Michael Goldman)
  • Dan Castellaneta (le juge Markway)
  • Keith Diamond (Jared Swanstrom)
  • Michael Edwin (employé de nuit)
  • Van Epperson (postier)
  • Jack Forbes (Sam Pike)
  • Joanne Kelly (Lee Wax)
  • Frederick Koehler (Adam Pike)
  • Joseph C. Phillips (Le maire)
  • Susan Ruttan (Mme Pike)

 

Toute l'équipe joue au poker chez Castle, en compagnie de Martha, qui ne peut s'empêcher de donner des indices à Beckett sur le bluff de Castle. Après plusieurs tentatives, Castle se couche et Beckett remporte la manche, avant d'être appelée pour un meurtre. Martha découvre avec surprise que Castle pouvait gagner avec sa main.

L'équipe rejoint Lanie, qui examine le corps d'une femme gisant dans une baignoire remplie d'huile de moteur.

Castle et Beckett interrogent le réceptionniste de l'hôtel, qui ne semble pas être très intéressé par ce qui se passe, et affirme qu'il n'a vu personne d'étrange entrer dans son établissement.

Lanie explique à Castle et Beckett que la victime était mariée mais qu'elle n'a pu l'identifier. Elle a trouvé un ticket de train venant de Westchester à Manhattan, et Castle suggère que la chambre a été louée si loin en raison d'une liaison. Lanie précise que le labo a également détecté des traces d'un somnifère puissant.

Esposito informe Beckett que Michael Goldman a déclaré la disparition de sa femme dont la descritpion correspond à la victime. Il lui donne son adresse.

Castle et Beckett sont avec le mari de la victime, qui ne comprend pas vraiment sa présence à l'hôtel. Il explique qu'il était heureux avec elle, malgré des problèmes financiers. Il précise qu'elle avait pris un travail à mi-temps dans une boutique de NY.

Esposito explique à l'équipe que le gérant de la boutique ne connaît pas d'Allison Goldman, et qu'elle n'a donc jamais travaillé là bas. Castle reparle de l'hypothèse d'une relation extra-conjugale, et se met à broder une histoire qui fatigue Beckett. Soudain, Michael Goldman débarque, son avocat a trouvé un avis de décès avec le nom de jeune fille d'Allison, décédée en 1963 à l'âge de 3 mois, mais avec un numéro de sécurité sociale identique à sa femme. Michael comprend que sa femme n'était pas celle qu'elle prétendait être.

Alors qu'Alexis est stupéfaite du comportement de la victime, Martha en profite pour avouer à Castle qu'elle sait qu'il a laissé gagner Beckett au poker. Castle tente de se justifier, mais les 2 filles se liguent contre lui. Ils sont interrompus par un appel sur le téléphone de Castle.

Ryan a trouvé un mail sur la boîte d'Allison provenant d'un écrivain, Lee Wax, spécialisé dans les meurtres réels.

Avant d'arriver chez Lee, Beckett rembourse Castle car elle sait qu'il l'a laissée gagner au poker. Elle exige une revanche, et il lui en promet une en compagnie du capitaine, du juge Markway et du maire. Une fois arrivés, ils découvrent de nombreuses photos d'Allison puis tombent sur Lee, qui est une femme. Elle affirme qu'elle travaillait avec elle sur ses mémoires, et que la victime est une fugitive.

Beckett fait le point avec Montgomery et lui explique qu'Allison (Cynthia de son vrai nom) a disparu après avoir posé une bombe il y a 20 ans sur un gros pétrolier. L'un a été tué, l'autre arrêté, mais Cynthia n'avait jamais refait surface.

Lee affirme que Cynthia l'a contactée afin de rendre l'opinion publique de son côté avant de se livrer à la police pour l'explosion du bateau, avant de préciser qu'elle avait décidé de tout arrêter le soir de l'attentat mais que ses collègues Susan et Jared ont poursuivi, ayant entraîné la mort de Susan. Elle explique qu'elle a parlé à d'autres sources pour confirmer les dires de Cynthia, et précise qu'elle compte sortir son livre quand même. Lorsque Beckett s'en va, Lee se met à draguer Castle.

Beckett, Castle et Montgomery se demandent qui pouvait en vouloir à Cynthia 20 ans après, et Beckett rappelle qu'elle a ruiné la vie de la famille du capitaine Pike paralysé lors de l'explosion.

Beckett et Castle discutent avec les Pike. La femme du capitaine confie que son mari peine à s'en remettre, et précise qu'elle a discuté avec Lee Wax sans savoir que Cynthia travaillait avec elle. Elle parle de son fils, devenu marin pour subvenir aux besoins financiers de la famille.

Dans le jardin, Beckett rencontre Adam, le fils. Celui-ci prétend qu'il se fiche de Cynthia, mais Beckett est sceptique, et remarque qu'il est bricoleur et qu'il a accès à de l'huile de moteur. Adam lui explique qu'il travaillait dans un bar au moment du meurtre.

Tandis que Castle confie à Beckett qu'il préfèrerait qu'Adam soit innocent, Esposito arrive et les informent que les dossiers du FBI indiquent que Jared a été arrêté suite à l'appel d'un informateur, et que la voix était féminine. Jared a ainsi pu croire qu'il s'agissait de Cynthia.

Castle et Beckett partent questionner Jared, qui affirme qu'il n'en voulait pas à Cynthia et qu'il ne l'a jamais revu. Il précise que la bombe qu'il avait fabriqué a explosé trop tôt, et qu'il est donc responsable de la mort de Susan.

Castle explique à Alexis qu'il trouve étrange la version de Jared, qui ne correspond pas avec celle de Cynthia ayant dit à Lee Wax que Susan avait amorcé seule la bombe. En réfléchissant, tous deux comprennent que Lee Wax va bénéficier de la mort de Cynthia en pouvant écrire une histoire criminelle et non une biographie.

Castle affirme à Beckett que Lee n'a jamais mentionné la version évoquée par Jared, et que l'éditeur n'était pas intéressé par l'histoire de Cynthia jusqu'à sa mort. Beckett comprend qu'elle devient suspecte, mais apprend soudain que l'alibi d'Adam Pike est faux.

Beckett interroge Adam, qui avoue avoir retrouvé Cynthia en suivant Lee Wax, mais n'avait pas de raison de la tuer car ils recevaient de l'argent tous les mois venant surement d'elle depuis l'explosion. Il affirme qu'il est allé à l'hôtel le soir du meurtre pour lui parler, mais qu'une femme est entrée avant qu'il ne puisse le faire et qu'elles se sont disputées. Castle pense que c'est Lee Wax et le clame haut et fort.

Lee nie fermement les accusations de Beckett et Castle, et affirme qu'elle n'était pas au courant de l'envoi de cet argent aux Pike. Elle donne un alibi pour le soir du meurtre.

Castle suggère à Beckett que l'écriture de ses mémoires comporte forcément les actes les plus généreux, et que Cynthia aurait donc eu tout intérêt à raconter l'envoi anonyme d'argent. Il pense qu'elle n'était pas la donatrice.

Castle et Beckett jouent au poker avec Montgomery, le maire et le juge Markway. Les hommes commencent à parler de l'affaire, au grand dam de Beckett au départ, mais qui finit par se laisser embarquer par la théorie selon laquelle Susan serait morte en essayant d'arrêter la bombe et non de l'amorcer, et que Cynthia aurait donc menti. Tous continuent le jeu jusqu'à un ultime face à face Castle/Beckett, mais Beckett se couche. Soudain, Castle a une illumination et suggère que l'argent aurait pu venir de Susan si elle n'était pas morte.

Castle fait part de sa théorie à Ryan et Esposito, qui semblent sceptiques tout comme Beckett.

Beckett et Castle sont chez les Pike, et remarquent que les dernières enveloppes viennent toutes de la même ville de Pennsylvanie.

Beckett et Castle sont au centre postal concerné, où l'employé ne reconnaît pas les photos de Cynthia et Susan. Mais lorsque Castle lui parle d'une femme ayant subi un accident, il évoque Mary Wright, qui envoie chaque mois un mandat à New York.

Susan Mailer est en salle d'interrogatoire. Emue, elle raconte à Beckett et Castle comment elle a vécu dans l'ombre pendant 20 ans, sans contact avec son ancienne vie. Elle explique qu'elle a été en contact avec Lee Wax et a compris que Cynthia allait mentir sur la nuit de l'attentat. Toutes deux se sont vues, mais selon Susan, Cynthia avait prévu de la tuer avec un somnifère et la baignoire remplie d'huile. Dans une bagarre, Cynthia est tombée, et Susan paniquée l'a mise dans l'huile.

Lee vient voir Castle pour avoir des détails sur la résolution de l'affaire, mais Castle l'envoie gentiment balader, insinuant que d'après lui, elle est responsable de cette morbide histoire. Alors que Lee s'en va furieuse, Beckett arrive et Castle en profite pour lui rendre ses billets, ayant compris qu'elle l'avait laissé gagner à son tour au poker. Il sort des cartes pour jouer une revanche, et Beckett accepte avec grand plaisir.  

[Appartement de Castle : Martha, Beckett, Ryan, Esposito, Montgomery et Castle jouent au poker]

Esposito : Attention messieurs dames, c'est la dernière main de la soirée !

Martha : Oh saperlipopette, il est à peine... oh il est même pas encore minuit !

Castle : Y a des personnes qui travaillent demain matin !

Martha : Oh mon fils... Un jour tu te tueras à la tâche. [Elle regarde ses cartes] Oh non, saperlipopette, je me couche !

Esposito : Mais, je comprends pas pourquoi vous vous couchez aussi souvent.

Martha : S'accrocher aux mauvaises mains vous fera perdre du temps et tout votre argent.

Castle : Ce n'est pas le Texas Hold' Em le jeu préféré de ma mère. C'est le strip poker, elle dit que ça rend les choses beaucoup plus piquantes.

Martha : Ce que j'adore dans le strip poker, c'est que même quand vous perdez, vous gagnez ! [Beckett, Ryan et Esposito sourient]

Ryan : Je relance de 20.

Montgomery : Payé.

Beckett : On va monter à 100.

Esposito : Quoi, 100 billets ?

Beckett : Ouais, petit joueur !

Esposito : Ah ouais ? Sans moi.

Ryan : J'ai rien du tout !

Beckett : Et vous Castle, vous avez déjà payé la relance de Ryan alors ça vous dit un peu d'action ? Enfin sauf si vous avez peur...

Castle : Action, c'est mon deuxième prénom.

Martha : Ne vous en faites pas chérie, c'est du bluff, il n'arrête pas de cligner des yeux, ce qui veut dire qu'il a une main pourrie.

Castle : Mère...

Martha : Ben quoi c'est vrai !

Esposito : C'est parti pour le flop ! [Il étale les cartes] Et voilà.

Martha : Oh oh...

Beckett : Quoi ?

Martha : Il a arrêté de cligner des yeux, et maintenant il tape ses cartes, ça veut dire qu'il est sûrement max.

Castle : Ne me dites pas que vous avez peur d'un peu d'action lieutenant ?! [Ils se regardent pendant plusieurs secondes]

Beckett : Tapis.

Montgomery : Je vous le laisse Beckett !

Esposito : Ouais, occupez vous de lui.

Ryan : Et bah alors, vous avez perdu votre plume Castle ? [Castle regarde son jeu puis pose ses cartes]

Esposito : Bien joué Beckett !

Beckett : Vous devriez peut-être changer de deuxième prénom, qu'est-ce que vous pensez de trouillard ?

Montgomery : Castle le trouillard.

Castle : C'était pas mon soir. [Il s'absente]

Martha : Vous voyez, je vous l'avait bien dit qu'il bluffait avec son tic là, hein !

Esposito : Il arrêtait pas de cligner des yeux, c'est vrai !

Beckett [son téléphone sonne, elle décroche] : Beckett ? [Pendant ce temps, Martha regarde le jeu de Castle et se rend compte qu'il allait gagner] Oui, on y sera dans 20 minutes. Homicide sur Henry Street.

Martha : Vous inquiétez pas pour ça, je m'en occupe.

Beckett : Merci.

Montgomery : Le bon côté, c'est que vous êtes déjà en ville !

Martha : Mais, on est au milieu de la nuit !

Ryan : Les meurtriers ne dorment pas, c'est connu.

Esposito : Nous non plus d'ailleurs.

Castle [revient] : Oula oula, quelqu'un a parlé de meurtrier ? Génial, je vais chercher ma veste !

Esposito : Vous avez vu comment il est excité ?

Beckett : Ouais, on dirait un gosse le matin de Noël !

Ryan : Avec un cadavre sous le sapin !

 

GÉNÉRIQUE

 

[Scène de crime : Beckett, Lanie, Ryan, Esposito et Castle]

Beckett [découvre un corps gisant dans une baignoire] : C'est de l'huile de moteur ?

Lanie : Oui, on dirait. Mais je vais devoir en prélever un peu et la tester pour en être sûre.

Esposito : Vous donnez pas cette peine, c'est bien de l'huile de moteur, il y a plein de bidons vides derrière.

Ryan : Quel taré irait noyer une femme dans de l'huile de moteur ?

Castle : Un taré qui veut envoyer un message !

 

[Hall de l'hôtel : Beckett, Castle et le réceptionniste]

Réceptionniste : Je l'ai déjà dit à vos collègues en uniforme, moi une fois qu'on m'a payé, ce qui se passe là haut c'est pas mon problème.

Beckett : Son sac a disparu, et elle n'avait aucune pièce d'identité sur elle, elle a peut-être payé la chambre avec une carte de crédit.

Réceptionniste : Tout ce que je peux vous dire, c'est que la personne qui a pris la chambre a payé en liquide pour 5 jours. Elle était censée partir ce soir, alors à minuit je suis monté voir si elle avait quitté la chambre, et c'est là que je l'ai trouvée dans la baignoire. Quel merdier pour nettoyer ça !

Castle : Alors si une personne était passée la voir...

Réceptionniste : Je tiens pas la liste des invités, je les annonce pas non plus. C'est pas un palace ici !

Castle : J'avais remarqué.

Beckett : Et ce soir, vous n'avez vu personne de bizarre entrer ou sortir ? [Une travestie entre]

Travestie : Salut Bill !

Réceptionniste : Salut Jasmine, ça roule ?

Castle : Je crois qu'on vient d'avoir un petit échantillon de la clientèle.

 

[Salle d'autopsie : Lanie, Beckett et Castle]

Lanie : Femme non identifiée d'une quarantaine d'années, en bonne santé, elle portait une alliance mais sans aucune inscription.

Beckett : Cause du décès ?

Lanie : Noyade. Et elle a aussi une vilaine blessure à l'arrière du crâne.

Beckett : Le meurtrier la frappe, elle perd connaissance, et il lui fait prendre un bain d'huile de moteur.

Lanie : Et j'ai trouvé ceci dans l'une de ses poches. C'est le talon d'un ticket pour une ligne de banlieue. Notre victime a pris un train au départ de Westchester hier matin.

Castle : Westchester à Manhattan ? Ca fait loin pour s'envoyer en l'air ! [Beckett le regarde] Quand une femme mariée loue une chambre dans un hôtel minable, c'est toujours une histoire de sexe.

Beckett : Ou alors de drogue.

Lanie : Le labo a trouvé des traces de barbital dans l'un des deux verres qui étaient posés sur la table.

Beckett : C'est un puissant somnifère...

Castle : Une chose est sûre, c'était pas un crime passionnel. La chambre a été louée pour 5 jours, il a fallu remplir une baignoire d'huile de moteur... C'était planifié.

Beckett : Une femme d'une banlieue tranquille qui prend le train pour aller en ville et qui ne rentre pas doit forcément manquer à quelqu'un.

 

[Commissariat : Beckett, Esposito et Castle]

Esposito : La police d'Irvington a reçu l'appel d'un certain Michael Goldman la nuit dernière, qui leur a signalé la disparition de sa femme Allison. Les vêtements et la description correspondent, elle est partie travailler en ville et n'est jamais rentrée. Il leur a dit qu'il était sûr qu'il y avait un problème.

Castle : Pauvre gars ! A moins que ce soit lui le tueur, et qu'il brouille les pistes en appelant la police peu de temps avant qu'on découvre le corps.

Beckett : Et si on allait l'interroger avant de le condamner ? [A Esposito] T'as sûrement une adresse ? [Il lui donne] Merci.

Castle : C'est parti !

 

[Maison des Goldman : Michael, Beckett et Castle]

Michael : J'y comprends rien du tout, vous pouvez me redire où vous avez trouvé son corps ?

Beckett : Dans un hôtel de transit, en ville. Le genre d'hôtel où on ne reste qu'une nuit, parfois même juste quelques heures.

Michael : Qu'est-ce qu'elle pouvait bien faire dans un tel endroit ?

Castle : Elle avait peut-être rendez-vous avec quelqu'un ?

Michael : Non, avec ma femme on était parfaitement heureux en ménage, on avait aucun secret !

Beckett : Hier soir, vous avez dit à la police que votre femme était partie en ville pour son travail.

Michael : Oui elle travaillait, enfin à mi-temps. On a des problèmes financiers depuis quelques années, je me suis fait renvoyer. On a même du quitter notre appartement.

Castle : Votre femme était contente de venir vivre en banlieue ?

Michael : Non, pas vraiment non. New York lui manquait, alors il y a deux mois elle a pris un boulot à temps partiel, 3 jours par semaine dans une boutique à Manhattan. Un petit magasin de fringues sur la 72ème, le Lehane's. Elle disait qu'être là bas, ça lui... Désolé, elle disait qu'être là bas, ça lui rappelait le temps où tout allait bien.

 

[Commissariat : Beckett, Esposito, Ryan et Castle]

Esposito : Bon, j'ai essayé de reconstituer l'emploi du temps des dernières heures d'Allison Goldman.

Castle [Ryan lui rapporte un café] : Merci.

Esposito : Alors j'ai appelé le gérant du Lehane's, le magasin où elle bossait, il décroche, je dis bonjour monsieur j'aurais des questions sur l'une de vos employées Allison Goldman.

Beckett : Et ?

Esposito : Et là, le gérant répond "qui ?"

Castle : Allison ne travaillait pas au Lehane's.

Esposito : Non, ils n'ont jamais entendu parler d'elle.

Beckett : Elle venait en ville 3 fois par semaine, alors si ce n'était pas pour son boulot, c'était pour quelle raison ?

Esposito : Et tous les vendredis soirs, elle rentrait avec 200 dollars en liquide pour les dépenses courantes.

Ryan : Caste avait peut-être raison, c'est peut-être une histoire de sexe.

Esposito : Mais non, c'était une mère de famille.

Castle : Venez devant l'école de ma fille après les cours, vous en aurez 2 pour le prix d'une.

Beckett : Elle avait peut-être un petit ami.

Castle : Oui, un petit ami, elle l'aurait rencontré en faisant la queue au cinéma, ou alors, ce fameux après-midi au musée, elle s'y était réfugiée parce que dehors il pleuvait averse. Peut-être même qu'elle l'avait rencontré quand elle vivait en ville, et il lui rappelait le bon vieux temps, l'époque où tout allait bien avant qu'elle soit obligée de quitter son joli petit appartement avec vue sur Central Park.

Esposito : Un petit ami qui la dépanait en liquide, pendant qu'elle elle le dépanait en petits câlins.

Castle : Oui, mais Allison n'était pas avec lui que pour le sexe, ce petit ami devait vraiment être important pour elle. Elle était bien avec lui, il veillait sur elle, il était attentionné, seulement à un moment il a dû lui en demander un peu plus, et il voulait quelque chose qu'elle ne pouvait pas lui donner.

Esposito : Du genre quitter son mari ?

Ryan : Et comme elle refuse, il devient violent.

Esposito : Ouais !

Beckett : Vous savez, je me sens vraiment stupide là. Pourquoi est-ce que je m'entête à chercher des indices alors qu'il suffit d'inventer une bonne petite histoire ? Alors vous allez sûrement pouvoir m'aider, ce petit ami imaginaire qui est aussi un assassin, il a peut-être une adresse imaginaire ?

Michael : Lieutenant Beckett ?

Beckett : Monsieur Goldman ? Je peux vous aider ?

 

[Bureau du commissariat : Beckett, Castle et Michael]

Michael : Mon avocat a téléphoné à la sécurité sociale ce matin pour leur annoncer qu'Allison était décédée. Il m'a faxé ça, il y a environ deux heures.

Beckett [regarde le fax] : Un certificat de décès ?

Michael : Oui, au nom d'Allison Porter. Et Porter, c'était le nom de jeune fille de ma femme.

Beckett : Mais il est écrit ici qu'Allison Porter est décédée en 1963.

Michael : Oui, à l'âge de 3 mois. Pourtant le numéro de sécurité sociale de cette petite fille est le même que celui de ma femme ! Ma femme n'était pas celle qu'elle prétendait être... Toute cette vie passée ensemble n'était qu'un mensonge.

 

[Appartement de Castle : Alexis, Martha et Castle]

Alexis : Alors pendant plus de 20 ans, cette femme a vécu sous une fausse identité ? C'est de la folie !

Castle : Oui, son mari était vraiment secoué.

Martha : Je vais t'apprendre un petit truc, trésor. Quand une femme cache sa véritable identité à son mari pendant plus de 20 ans, c'est une criminelle, une Mata Hari.

Castle : En d'autres termes, une très bonne comédienne.

Martha : Tiens d'ailleurs, en parlant de ça, il semblerait que tu aies hérité de mes talents d'actrice.

Castle : Ah oui, comment ça ?

Martha : Je parle du poker, tu as laissé Beckett gagner. [Castle blêmit]

Castle : Je ne vois pas du tout de quoi tu parles.

Martha : Oh oh oh, s'il te plaît, j'ai regardé tes cartes.

Castle : Bon d'accord, mais c'était parce que je ne voulais pas lui prendre son argent devant ses amis.

Martha : Kate Beckett n'est pas une petite poule de luxe qui aurait besoin d'un gros macho pour veiller sur elle, c'est une vraie femme, et une vraie femme ne veut pas être protégée !

Alexis : Là, elle a raison.

Martha : Ouais

Castle : J'essayais seulement d'être gentil. [Son téléphone sonne, il décroche] Castle ? Oui, j'arrive tout de suite ! [Il raccroche] Désolé les filles, je dois vous abandonner pour aller découvrir qui était vraiment notre mystérieuse Mata Hari.

 

[Commissariat : Beckett, Ryan, Esposito et Castle]

Ryan : C'est la boîte mail d'Allison Goldman, et voilà l'un de ses derniers messages : Lee, cette semaine est-ce que l'on peut se donner rendez-vous plutôt mardi ? Et Lee répond : pas de problème, même endroit que d'habitude.

Beckett : Mardi, c'est justement le jour où elle a été tuée.

Castle : Alors notre chère Allison avait un petit ami imaginaire qui avait une boîte mail bien réelle. [Beckett sourit]

Ryan : Ouais, et son pseudonyme c'est LWax220. Le mari dit que ça ne lui rappelle rien.

Esposito : On a pu remonter jusqu'à lui, vous allez adorer Castle ! C'est un écrivain.

Castle : Un véritable écrivain ? Ou un mec qui a publié son journal intime ?

Esposito : Notre gars s'appelle Lee Wax, spécialisé dans les récits de meurtres qui ont vraiment eu lieu.

Castle [lit l'accueil du site internet] : Bobby et les chaussettes pleines de sang, la véritable histoire d'une pom pom girl et d'un gentil petit scout, découvrez le meurtre qui a bouleversé l'Amérique... C'est très mauvais !

Beckett : Peut-être que notre auteur en a eu marre de raconter les meurtres des autres et qu'il a voulu apporter sa pierre à l'édifice.

 

[Ascenseur : Beckett et Castle]

Castle [alors que Beckett donne une liasse de billets à Castle] : Qu'est-ce que c'est ?

Beckett : Vos gains de la partie de l'autre soir. Je sais bien que vous avez fait exprès de jeter la dernière main.

Castle : Comment vous avez deviné ?

Beckett : Aucune importance.

Castle : C'est ma mère qui vous a appelé pour vous le dire ?

Beckett [s'approche soudain de son visage] : Vous me devez une revanche Castle ! [Ils sortent de l'ascenseur]

Castle : Très bien d'accord, vous voulez jouer, et bien on va jouer ! Pourquoi pas demain soir ?

Beckett : Avec vos potes les écrivains ?

Castle : Oh quoi, vous êtes sérieuse ? Non non non, ces types vous mangeraient tout cru ! Ce sera une petite réunion entre purs New-Yorkais, ma fine équipe de Gotham City. Des types que je bats presque tout le temps.

Beckett : Votre fine équipe de Gotham City...

Castle : Ouais, le capitaine, le maire et le juge Markway. Votre patron, le patron de votre patron, et celui qui signe vos mandats. Mais ça va peut-être vous rendre nerveuse et je ne voudrais pas vous humilier, mais je ne voudrais pas non plus jouer les protecteurs.

Beckett : Allez-y, organisez la partie, et préparez-vous à vous prendre une raclée ! [Elle frappe à la porte, mais celle-ci est déjà ouverte] Bonjour, y a quelqu'un ? [Elle découvre des photos de la victime]

Castle : On a décroché le gros lot.

Beckett : Restez ici. [Beckett part dans une autre pièce, une femme entre soudain]

Lee : Hey, je peux savoir qui vous êtes ?

Castle : Je vous retourne la question.

Lee : Lee Wax, dites-moi ce que vous faites dans mon appartement !

Castle : Vous êtes une femme...

Lee : Ecoutez, si vous ne me dites pas immédiatement qui vous êtes, je vous préviens j'appelle la police !

Beckett [arrive et montre sa plaque] : Je crois qu'on m'a demandé. Je suis le lieutenant Beckett, nous aurions des questions à vous poser à propos d'Allison Goldman.

Lee : Allison, oh... Une seconde, laissez-moi appeler mon avocat.

Beckett : Pourquoi vous avez besoin de lui ?

Lee : Je sais pas, à votre avis ?

Castle : Donc vous passez aux aveux ?

Lee : Non, je n'avoue rien du tout, d'accord ? Ecoutez, c'est mon éditeur qui m'a interdit de parler à un quelconque représentant de la loi sans la présence de mon avocat.

Beckett : Comment ça votre éditeur ?

Lee : La seule chose officielle que je peux vous dire, c'est que je n'ai jamais hébergé ni essayé de cacher une personne recherchée.

Beckett : Mais de quoi est-ce que vous parlez ?

Lee : Allison Goldman, oui je suppose que si vous êtes là, c'est que vous avez dû la retrouver ?

Beckett : Oui, assassinée.

Lee : Assassinée ? Qui a pu la tuer ?

Castle : Eh bien, vu l'obsession malsaine que vous avez pour elle, si on me demandait qui pourrait être le tueur, je dirais... vous.

Lee : Moi ? Non, je suis seulement son nègre, on bossait ensemble sur ses mémoires !

Beckett : Ses mémoires ? Pourquoi Allison Goldman publierait ses mémoires ?

Lee : Vous ne savez pas qui est vraiment Allison ?

Castle [trouve un avis de recherche] : Maintenant on le sait ! Apparemment, notre femme au foyer de Westchester est aussi une fugitive !

 

[Commissariat : Castle, Montgomery et Beckett]

Montgomery [regarde l'avis de recherche: C'est Allison Goldman !

Beckett : Alias Cynthia Dern. En 1989, elle et 2 de ses amis ont posé une bombe sur le pétrolier d'une grosse compagnie.

Montgomery : Ouais, je m'en souviens. Les écolos radicaux protestaient contre la plus grande marée noire de l'histoire du pays.

Beckett : Oui, l'un a été tué, l'autre arrêté, mais Cynthia Dern n'a jamais refait surface.

Montgomery : On dirait que son passé l'a quand même rattrapée.

 

[Salle d'interrogatoire : Beckett, Castle et Lee]

Lee : Jared Swanstrom a fabriqué la bombe, Cynthia et Susan Mailer sont montées discrètement à bord pour la poser, seulement voilà, y a eu un imprévu ! En fait le bateau était censé être vide, aucun équipage à bord, et pas de pétrole dans les cuves. Mais le capitaine Sam Pike était remonté sur le bateau, il est paralysé à cause de l'explosion.

Beckett : Qu'avez-vous fait pour retrouver Cynthia ?

Lee : Rien du tout, c'est elle qui est entrée en contact avec moi. Cynthia avait décidé d'aller se livrer à la police, mais avant de passer par la prison, elle voulait raconter son histoire au grand public et exprimer ses remords.

Castle : Et mettre l'opinion publique de son côté.

Lee : C'est un très bon moyen pour influencer un jury potentiel.

Beckett : Elle a participé à l'attentat, alors comment elle comptait faire pour influencer le public ?

Lee : Cynthia m'a raconté que la nuit où la bombe a explosé, elle voulait faire marche arrière. Quand elle a vu que le capitaine était à bord, elle s'est disputée avec Susan pour la convaincre de tout arrêter. Mais Susan a refusé, alors Susan est montée poser la bombe toute seule, et ironie du sort, elle est morte dans l'explosion ! Elle a été vaporisée !

Beckett : Je suis pas sûre de comprendre pourquoi elle se rendrait tout à coup ?

Lee : Pour l'argent, il lui fallait du liquide.

Castle : Vous l'avez payée ?

Lee : 200 dollars par semaine, mais si le livre avait du succès, vous savez très bien combien ça peut rapporter dans ces cas là.

Beckett : Quand l'avez-vous vue pour la dernière fois ?

Lee : Mardi après-midi.

Beckett : Elle vous a dit si elle comptait voir quelqu'un après vous, par exemple une personne de son passé ?

Lee : Non. Non, Cynthia était vraiment paranoïaque, elle avait peur d'être découverte avant la sortie du bouquin, elle m'a interdit de rencontrer qui que ce soit faisant partie de son ancienne vie.

Castle : Mais vous n'avez pas écouté ? N'importe quel auteur d'histoires vraies digne de ce nom aurait comparé sa version des faits avec d'autres sources.

Lee : D'accord, j'ai passé quelques coups de fil.

Beckett : Est-ce que l'une de ces sources avec lesquelles vous avez discuté aurait pu vouloir la tuer ?

Lee : Oui, peut-être, mais rappelez-vous que personne ne savait où la trouver, même moi je ne savais pas où elle vivait.

Beckett : Il va falloir que je vois les notes que vous avez prises, ainsi que votre manuscrit.

Lee [sort un paquet de feuilles] : Vous pouvez avoir tout ce que vous voulez, mais en échange, je voudrais pouvoir être informée de l'évolution de l'enquête.

Beckett : Pourquoi faire ?

Lee : Mon bouquin !

Castle : Quoi, vous comptez vraiment le terminer ? Mais Cynthia est morte !

Lee : Correction, Cynthia a été assassinée, ce qui veut dire que ses mémoires se sont transformées en faits criminels authentiques, ce qui est justement ma spécialité. Alors vous me rendriez un énorme service.

Beckett : Vous savez, j'adorerais pouvoir le faire, mais le truc c'est que j'ai toute une cour d'écrivains qui me suit partout et qui n'arrête pas de me demander des services ! Alors, je vous remercie encore pour votre coopération, et... j'ai été ravie de vous rencontrer [Elle quitte la pièce]

Lee [alors que Castle s'apprête à faire de même] : C'est une super petite place que vous vous êtes trouvée Monsieur Castle, vous suivez la jolie policière dans toutes ses enquêtes, vous prenez des tonnes de notes au passage, et vous en faites un best seller.

Castle : J'aime à penser que le talent y est pour quelque chose.

Lee : En tout cas, beaucoup d'écrivains seraient prêts à tuer pour obtenir ce genre de laissez passer.

Castle : Ne tournez pas autour du pot, et dites moi ce que vous voulez.

Lee [s'approche de lui] : Je me suis dit qu'un de ces 4, vous pourriez peut-être m'appeler, histoire de parler un peu boulot. Ca vous dit, où il vous faut l'autorisation de la patronne Castle ?

Castle : Vous n'avez qu'à me donner votre numéro, et je verrai ce que je peux faire. [Elle lui donne sa carte et s'en va]

 

[Commissariat : Beckett, Castle et Montgomery]

Castle : Une terroriste écolo reconvertie en femme au foyer modèle. Je devrais acheter les droits pour en faire un film !

Beckett : Apparemment c'était pas une opération très sophistiquée, c'était des amateurs. Susan Mailer a été tuée dans l'explosion, quant à Jared Swanstrom, il s'est fait arrêter par le FBI et a passé 15 ans en prison.

Castle : Allison Goldman, alias Cynthia Dern, a quand même réussi à rester incognito pendant plus de 20 ans.

Beckett : Un jour, elle décide enfin de sortir de sa cachette et 2 mois plus tard, elle est morte.

Montgomery : Qui pouvait encore lui en vouloir ?

Beckett : Elle a quand même bousillé la vie d'une famille entière.

 

[Maison des Pike : Beckett, Castle, Sam et Mme Pike]

Mme Pike : Vous dites qu'elle vivait à Irvington ?

Beckett : Oui

Mme Pike : Mais c'est à peine à quelques kilomètres d'ici !

Beckett : Dans les mois qui ont précédé son assassinat, Cynthia travaillait avec un écrivain.

Mme Pike : Oui, nous avons parlé à Lee Wax plusieurs fois ces dernières semaines, elle ne nous a jamais dit que Cynthia participait à ce projet.

Sam : Elle aurait dû nous le dire ! Désolé, je vous prie de bien vouloir m'excuser. [Il quitte la pièce]

Mme Pike : C'est encore très dur pour mon mari, il est toujours très en colère après ce qui s'est passé, comme nous tous.

Castle [remarque une photo encadrée] : C'est votre fils ?

Mme Pike : Adam.

Castle : C'est un marin, comme son père.

Mme Pike : Les dommages et intérêts ne couvraient pas tous les soins médicaux dont Sam avait besoin. Adam a abandonné l'école et travaillé pour nous aider depuis qu'il est adolescent.

 

[Jardin des Pike : Beckett, Castle et Adam Pike]

Beckett : Adam ? Je suis le lieutenant Kate Beckett.

Adam : Vous êtes là pour elle ? Cynthia, Allison, peu importe comment elle se faisait appeler.

Beckett : Vous étiez au courant qu'elle vivait si près de chez vous.

Adam : Non, et je m'en fichais.

Beckett : Vous vous fichiez de la femme qui a presque failli tuer votre père, excusez moi mais j'ai un peu de mal à vous croire.

Adam : Vous savez, ça faisait plus de 20 ans que ma famille attendait que la police trouve Cynthia Dern. Mon père avait espoir qu'un jour, on lui rendrait un peu justice. Maintenant on sait que ça n'arrivera jamais. Alors pourquoi vous venez nous voir ?

Beckett : J'ai pensé que vous voudriez savoir comment Cynthia a été tuée. Elle a été noyée Adam, dans de l'huile de moteur.

Adam : De l'huile de moteur ?

Castle : Comme si la personne qui avait fait ça était personnellement liée à l'explosion.

Beckett : Adam, si je regarde dans votre garage, je vais trouver de l'huile de moteur ?

Adam : Je possède un bateau et une voiture lieutenant !

Beckett : Et où étiez vous mardi dernier ?

Adam : Je suis barman au Foxtail Grill, sur Manchester, j'y suis tous les mardis. Vous avez fini ?

Beckett : Oui, pour l'instant. Merci.

 

[Commissariat : Beckett, Castle et Esposito]

Castle : Je vais vous dire une chose, j'espère que son alibi tiendra et que ce n'est pas lui le tueur.

Beckett : Ah oui ? Et moi qui pensait que vous diriez "ce serait vraiment une super histoire, si Adam Pike était le tueur, vous vous rendez compte, un fils qui venge son père" !

Castle : Oui c'est une bonne histoire, c'est une super histoire, mais je préfèrerais écrire une fin heureuse pour cette famille.

Esposito : Lieutenant Beckett, j'ai les dossiers du FBI sur l'attentat à la bombe de 89, je les ai épluchés.

Beckett : Et ?

Esposito : Trois jours après l'explosion, le FBI a arrêté Jared dans un môtel où il se planquait. Les fédéraux ont reçu le coup de fil d'un honnête citoyen qui leur a dit qu'il avait vu leur suspect au môtel, alors ils ont envoyé une équipe. Et en 2 minutes, c'était terminé !

Beckett : C'est plutôt classique jusqu'ici.

Esposito : Oui, sauf que l'informateur n'est jamais venu chercher sa récompense.

Beckett : Qui était l'informateur ?

Esposito : C'est justement le problème, le FBI l'a jamais su, parce que la fille n'a pas laissé son nom.

Beckett : La fille ?

Esposito : Hm hm. Dans les archives, il est écrit que la voix était celle d'une jeune femme.

Beckett : C'était peut-être Cynthia Dern. Est-ce que tu crois qu'elle aurait pu balancer son ami ?

Esposito : C'est pas important ce que je crois, c'est ce que Jared a cru qui est important, il a quand même passé 15 ans en cabane.

Castle : Ca lui laissait beaucoup de temps pour préparer sa revanche.

 

[Dans la rue : Beckett, Castle et Jared Swanstrom]

Beckett : Jared Swanstrom ?

Jared : Ouais.

Beckett : Police de New York, on aimerait vous poser quelques questions concernant Cynthia Dern.

Jared : Ben, je vois pas trop ce que je pourrais vous dire ! Je l'ai pas vue depuis plus de 20 ans.

Castle : Mais vous saviez qu'elle écrivait un livre, vous avez parlé à Lee Wax ?

Jared : Je lui ai parlé, oui. Je lui ai même dit de passer mes amitiés à Cynthia.

Beckett : Vous n'aviez pas gardé de vieilles rancunes ?

Jared : Contre Cynthia ? Pour quelle raison ?

Castle : Pour vous avoir balancé, c'est parce que Cynthia a appelé la police qu'on vous a arrêté.

Jared : Si c'est vrai, c'était seulement pour essayer de se protéger. Juste après l'attentat, elle voulait qu'on se sauve et qu'on passe au Canada, mais... j'ai perdu les pédales.

Castle : Pourquoi ?

Jared : Je me sentais coupable, c'est moi qui avait fabriqué la bombe, c'est moi qui ai foiré.

Beckett : En quoi vous avez foiré ?

Jared : Les filles devaient avoir 3 minutes pour dégager avant que la bombe explose, 3 minutes. Et quand Cynthia est revenue dans la voiture, elle a dit qu'il y avait eu un problème et que la bombe avait explosé trop tôt. C'est à cause de moi si Susan Mailer est morte.

 

[Appartement de Castle : Martha, Alexis et Castle]

Martha : Au moins, il y en a un qui assume ses responsabilités sur ce qu'il s'est passé cette nuit là !

Castle : Oui, d'ailleurs je trouve qu'il les assument un peu trop.

Alexis : Quoi, tu ne crois pas l'histoire de Jared Swanstrom ?

Castle : Justement, ce n'est pas son histoire, c'est celle de Cynthia.

Martha : Vous ne pouvez pas être plus clairs pour ceux qui ont déjà attaqué l'apéritif ?

Castle : Cynthia a dit à Lee Wax qu'elle s'était disputée avec Susan parce qu'elle ne voulait plus amorcer la bombe quand elle a vu que le capitaine était à bord. Cynthia a renoncé, Susan est allée amorcer la bombe toute seule, et puis là... boum !

Alexis : Mais aujourd'hui, Jared lui a dit que Cynthia lui avait seulement parlé d'un problème avec le minuteur ! Elle lui a jamais dit qu'elle s'était disputée avec Susan !

Martha : Oh ! Bon d'accord, là j'admets que c'est assez étrange comme cachotterie.

Castle : Ecrire un bouquin, c'est uniquement faire les bons choix, et c'est là toute la difficulté, parce qu'il faut savoir quand révéler une information, et quand la garder pour plus tard. Mais quand on écrit le bouquin d'un autre, on sait juste ce qu'il veut qu'on sache.

Alexis : Mais Lee Wax n'écrit plus le bouquin de Cynthia désormais, exact ? Et ce n'est plus une biographie, étant donné qu'elle est morte, c'est une histoire criminelle. L'histoire vraie du meurtre d'une fugitive, et c'est beaucoup plus intéressant que les mensonges de Cynthia.

 

[Commissariat : Beckett et Castle]

Beckett [alors que Castle regarde le dossier] : Bonjour.

Castle : Oh, salut ! Euh, allez-y, désolé je suis passé pour jeter un petit coup d'oeil sur les notes de Lee Wax. Quand elle a parlé à Jared, il lui a raconté exactement la même histoire qu'à nous, Cynthia a dit que la bombe a explosé trop tôt. Mais elle n'en parle pas dans le bouquin.

Beckett : C'est parce que ça contredit la dernière version qu'a racontée Cynthia, celle où elles se sont disputées en voyant que le capitaine était à bord et où c'est Susan qui a amorcé la bombe toute seule.

Castle : L'éditeur m'a affirmé une chose, Cynthia devait approuver absolument tout ce que Lee Wax écrivait, c'est elle qui devait avoir le dernier mot.

Beckett : L'éditeur a accepté de vous parler ?

Castle : Disons que je suis un peu... connu dans le monde de l'édition. Enfin bref, ils ont détesté. Ils s'attendaient à une histoire de criminels endurcis et on leur a servi à la place un tas de sanglots mélangés à des remords de mère au foyer, ils voulaient laisser tomber.

Beckett : Et maintenant ?

Castle : Maintenant que le meurtre de Cynthia est en première page c'est plus pareil, là c'est beaucoup plus intéressant pour eux. J'ai déjà leur titre, s'ils le veulent : "Badaboum, l'histoire vraie d'une écolo extrêmiste devenue femme au foyer dans une banlieue chic, le crime qui bouleverse l'Amérique entière".

Beckett : Génial !

Castle : Merci.

Beckett : Alors maintenant que Cynthia est hors jeu, Lee Wax tient peut-être un futur best seller.

Castle : Des gens tuent pour bien moins que ça ! [Le téléphone de Beckett sonne]

Beckett [décroche] : Beckett ? Amenez-le moi. [Elle raccroche]

Castle : Quoi ?

Beckett : L'alibi d'Adam Pike était bidon. Il a menti, il travaillait pas mardi soir.

 

[Salle d'interrogatoire : Beckett et Adam Pike]

Adam : Je vous dit que je l'ai pas tuée, je savais même pas où elle habitait !

Beckett : On arrivera à rien si vous continuez à me mentir. Je sais que vous avez été à Westchester, j'ai parlé au mari de Cynthia, il se rappelle avoir vu quelqu'un qui vous ressemble devant chez eux à peu près deux semaines avant qu'elle soit assassinée. Ne m'obligez pas à le faire venir.

Adam : Ecoutez, je voulais juste lui parler !

Beckett : Comment vous l'avez trouvée ?

Adam : Lee Wax. A force de l'entendre parler de ce qui était arrivé à mon père, j'ai réalisé qu'elle savait des choses que seules les personnes sur ce bateau pouvaient savoir. Alors, j'ai commencé à la suivre et c'est comme ça que j'ai retrouvé Cynthia Dern.

Beckett : Pourquoi ne pas avoir appelé la police ?

Adam : Parce que je voulais la voir les yeux dans les yeux, je voulais lui dire que tout ce qu'elle faisait ne servait à rien. C'était pas avec son pognon couvert de sang qu'elle allait acheter notre pardon !

Castle [depuis la salle d'observation] : Quel pognon ?!

Beckett : Son pognon couvert de sang, vous parlez de quoi ?

Adam : Après avoir découvert où vivait Cynthia, je suis allé tout raconter à ma mère. Je savais pas quoi faire, est-ce qu'on devait appeler les fédéraux ?! Et là elle s'est mise à pleurer, elle m'a dit qu'on recevait de l'argent tous les mois depuis l'explosion, des fois plus, des fois moins. En tout cas, c'était tous les mois.

Beckett : Si je comprends bien, elle pensait que l'argent venait de Cynthia Dern ?

Adam : Dans la première enveloppe, il y avait une note : "je vous en prie, pardonnez-moi". Susan Mailer était morte, Swanstrom était en prison, je vois pas qui ça pouvait être d'autre à part Cynthia.

Beckett : Vous saviez qu'avec ce genre de preuves, Cynthia aurait pu être arrêtée il y a des années.

Adam : Ma mère m'a dit qu'on s'en serait jamais sortis sans ce fric. Elle croyait que tant que Cynthia serait libre, on continuerait à recevoir de l'argent.

Beckett : Alors pourquoi vous m'avez donné un faux alibi pour mardi dernier ?

Adam : Ben, parce que j'y étais, j'étais à l'hôtel. Je l'avais suivie, je voulais seulement lui parler. J'ai passé une heure dans ce couloir à faire les 100 pas en essayant de trouver le courage qui me manquait pour aller frapper à sa porte. Et au moment où j'allais le faire justement, je me suis fait devancer par quelqu'un qui est sorti de l'ascenseur et qui est entré dans sa chambre.

Beckett : Vous avez vu l'assassin ?

Adam : Non, pas vraiment, ça a été très vite. Mais je les ai entendus parler, et il y a une chose que je peux vous dire.

Beckett : Je vous écoute.

Adam : C'était une femme.

Castle [depuis la salle d'observation: Lee Wax. [Il se met à frapper à la vitre et à hurler] Beckett, c'est Lee Wax ! Beckett, c'est Lee Wax ! Lee... [Beckett lui fait signe de se taire, et tente de garder son sérieux]

 

[Salle d'interrogatoire : Beckett, Castle et Lee Wax]

Lee : Un meurtre ? Vous avez pété les plombs ou quoi ?!

Beckett : Le jour du meurtre, un témoin vous a vue dans l'hôtel où on a découvert le corps de Cynthia.

Castle : Vous aviez le mobile, les moyens et l'opportunité.

Lee : Y a vraiment qu'un romancier pour trouver un rebondissement aussi absurde !

Castle : Pas aussi absurde que de tuer une femme dans le but de sauver un bouquin. En la noyant dans l'huile de moteur, vous aviez une fin à votre histoire.

Lee : Désolée, mais tous mes livres sont inspirés de faits réels, alors je n'ai pas votre talent pour la fiction.

Beckett : Nous savons que votre éditeur voulait rompre votre contrat.

Lee : Oui, mais c'était parce que je lui avais dit que je pensais que Cynthia mentait.

Beckett : Alors vous pensiez que ses remords n'étaient pas sincères ?

Lee : Elle était très douée pour les larmes de crocodiles, mais c'était seulement pour les droits d'auteur et pour éviter la prison, ça s'arrête là.

Beckett : Elle devait quand même se sentir un peu coupable, sinon je me demande pourquoi elle aurait pris la peine de leur envoyer tout cet argent !

Lee : Vous parlez de quoi ?

Castle : Une fois par mois, et ce depuis cette fameuse explosion, la famille Pike recevait de l'argent de la part de Cynthia Dern, sauf que ça n'apparaît nulle part dans vos notes.

Lee : Parce qu'elle ne m'en a jamais parlé, vous êtes sûrs ?

Beckett : Oui, certains.

Lee : Bon écoutez, le mardi soir où Cynthia a été tuée, j'ai diné avec mon éditeur pour parler boulot, et on s'est quittés après minuit. Alors je vois pas comment j'aurais fait.

 

[Commissariat : Beckett et Castle]

Castle : S'il me prenait l'envie d'écrire mes mémoires, je vous ordonne de m'en empêcher.

Beckett : D'accord. [Castle la regarde fixement] Pourquoi ?

Castle : Parce que, quand on écrit ses mémoires, il faut être sincère, et ça n'a jamais vraiment été mon truc. J'aurais tendance à me mettre sur un pied d'estale.

Beckett : Il vous faudra beaucoup d'imagination alors.

Castle : Peut-être bien. Mais je commencerai par raconter l'acte le plus généreux de toute ma vie.

Beckett : Comme le fait d'envoyer de l'argent anonymement à vos victimes parce que vous vous sentez coupable de ce que vous leur avez fait ?

Castle : Le seul objectif de Cynthia avec ce bouquin, c'était de s'attirer la sympathie. Et le meilleur moyen, c'était de raconter qu'elle envoyait de l'argent à la famille Pike depuis 20 ans.

Beckett : Oui, elle aurait dû s'en vanter et le dire à Lee Wax.

Castle : A moins que l'argent ne vienne pas de Cynthia.

 

[Appartement de Castle : Beckett, Castle, Montgomery, le maire et le juge Markway]

Montgomery : C'est forcément Cynthia ! Swanstrom était en prison et Susan Mailer a été tuée.

Markway : C'est payé. Et vous êtes sûrs que personne d'autre n'est impliqué ?

Castle : Non, ils n'étaient que 3, enfin si vous croyez le FBI. C'est payé.

Beckett : Vous savez, on n'est pas obligés de parler de cette enquête.

Markway : Du moment que monsieur le maire ne parle pas de répartition du budget, moi ça me va.

Maire : Faites attention, monsieur le juge, n'oubliez pas que c'est moi qui vous ai nommé.

Markway : C'est vrai. Quant au FBI, je ne pense pas qu'ils mentent, mais par contre, pourquoi je croirais Cynthia Dern quand elle raconte ce qui s'est passé cette nuit là alors que même sa biographe pense qu'elle mentait ?

Beckett : Ecoutez...

Maire : ... oui le juge a raison, c'est vrai. Que savons nous vraiment sur ce qui s'est passé cette fameuse nuit ?

Beckett : En fait pas grand chose. D'après les notes de la biographe, Lee Wax, le capitaine Pike a entendu deux femmes se disputer juste avant l'explosion de la bombe, et Cynthia prétend qu'elle a essayé de convaincre Susan de changer d'avis.

Montgomery : Je me couche. Et en imaginant que Cynthia mentait ?

Maire : Dans ce cas, peut-être que c'était Susan qui voulait sauver Pike, et qu'en fait c'était Cynthia qui voulait détaler. Je relance de 20.

Castle : Oui bien sûr ! Mais comme la bombe a déjà été amorcée, les 3 minutes ont commencé à s'écouler.

Markway : Les 2 femmes se disputent, elles perdent de précieuses secondes...

Maire : ... à ce moment là Susan se précipite vers la bombe pour essayer de la désamorcer...

Montgomery : ... pendant que Cynthia essaie de s'enfuir.

Castle : Susan arrive à la bombe, mais il est trop tard.

Maire : Boum !

Castle : Ca veut dire que Susan Mailer n'est pas morte en essayant d'armer la bombe.

Markway : Non, elle est morte en essayant de sauver la vie d'un innocent. Je me couche.

Beckett : Ca n'explique toujours pas d'où l'argent pouvait venir chaque mois.

Maire : Je me couche moi aussi. Qu'est-ce que vous en pensez Castle ? C'est vous le pro des rebondissements, d'où venait l'argent d'après vous ?

Castle : Laissez moi réfléchir.

Beckett : Il va aussi falloir penser à ajouter des jetons dans le pot Castle, parce qu'on dirait qu'il ne reste plus que vous et moi.

Castle : Très bien lieutenant Beckett, tapis. Oh, ne me dites pas que vous avez peur d'un petit peu d'action ?

Markway : Rendez-nous service lieutenant, mettez-lui une bonne déculotée !

Castle : Moi je suis partant, mais je sais qu'elle n'osera jamais.

Montgomery : Beckett, rendez-moi fier !

Markway : On s'en fout de la fierté, faites le pleurer comme une fillette !

Beckett : D'accord. [Elle regarde son jeu puis Castle] Désolée messieurs, je crois que c'est pas mon soir.

Castle : Oui ! [En ramassant les jetons] Allez les enfants, venez voir papa ! Oh oui venez voir papa ! Oh t'es mignon toi, et toi aussi t'es mignon, et toi t'es un grand...

Markway : ... vous n'en avez pas marre de gagner tout le temps ?

Castle : Ca vous ferait plaisir hein ? Mais non.

Maire : Bon, eh bien je crois que ça suffit pour moi. Lieutenant, ce fut un plaisir.

Beckett : Monsieur le maire.

Markway : Désolé de ne pas avoir pu résoudre votre affaire.

Beckett : Et désolée de ne pas avoir pu le faire pleurer comme une fillette.

Maire : Oh, ce n'est pas votre faute lieutenant, parfois on lui prend presque tout son tapis, mais il finit toujours par renaître de ses cendres.

Castle [semble avoir une illumination] : Le voilà le rebondissement.

Montgomery : Quoi ?

Castle : L'argent ne pouvait venir que de Cynthia parce que Jared était en taule et Susan Mailer a été tuée, c'est bien ça ?

Markway : Oui.

Castle : Mais si jamais Susan Mailer n'était pas morte dans l'explosion ? Si elle était toujours en vie ?

 

[Commissariat : Beckett, Castle, Ryan et Esposito]

Ryan : Susan Mailer serait toujours en vie ?

Castle : On n'a jamais retrouvé son corps.

Beckett : Oui, parce qu'elle a été vaporisée dans l'explosion.

Castle : Ou peut-être qu'elle a seulement été projetée.

Esposito : Alors elle aurait eu de graves brûlures qu'elle aurait dû faire soigner.

Ryan : Et tous les hôpitaux de la région étaient sous surveillance à l'époque.

Castle : Mais ce ne sont que des détails mon cher ami.

Beckett : Vous savez Castle, ici on appelle ça des faits.

Castle : Eh bien, allons chercher ce que vous appelez des faits.

 

[Maison des Pike : Beckett, Castle, Adam et Mme Pike]

Mme Pike : Je sais que je n'aurais pas dû accepter cet argent, mais j'ai fait ce que j'avais à faire pour survivre.

Beckett [regarde les enveloppes: Elles viennent d'un peu partout.

Adam : Non, les plus récentes viennent toutes de la même ville.

Beckett : Lititz, en Pennsylvanie.

Castle : Euh, si on doit prendre la route, je dois d'abord aller au petit coin.

 

[Centre postal : Beckett, Castle et un employé]

Employé : Désolé, je ne l'ai jamais vue.

Beckett : Vous en êtes sûr ?

Castle : Oh, je le crois sur parole.

Beckett : Castle. D'accord, et cette femme là ? Elle est plus âgée aujourd'hui.

Employé : Plus âgée de combien ?

Castle : 20 ans.

Employé : Non, ça me dit rien.

Beckett : Ca m'apprendra à écouter un écrivain qui se prend pour un flic.

Castle : Elle pourrait avoir des cicatrices ou peut-être même qu'elle boîte.

Employé : Comme après un accident ?

Castle : Oui.

Employé : Ca pourrait être Mary Wright.

Beckett [surprise] : Mary Wright ?

Employé : Elle vient à peu près une fois par mois, elle envoit des mandats à quelqu'un de sa famille qui vit à New York.

Beckett : Vous avez son adresse ?

 

[Salle d'interrogatoire : Beckett, Castle et Susan Mailer]

Susan : Je sais que ça peut paraître naïf aujourd'hui mais, à l'époque j'ai fait toutes ces choses parce que j'étais persuadée que c'était une bonne cause.

Beckett : Vous n'êtes pas ici à cause de la bombe Susan, vous êtes ici à cause de ce que vous avez fait à Cynthia Dern.

Castle : Son corps a été retrouvé dans une baignoire remplie d'huile de moteur, mais vous étiez déjà au courant.

Beckett : La police scientifique est en train de passer la chambre au peigne fin, et ils trouveront quelque chose vous pouvez me croire, quelque chose qui vous reliera à la mort de Cynthia.

Susan : Elle aurait dû laisser cette histoire derrière nous. Elle avait un mari et une belle vie, mais elle avait pas changé. Quand elle avait une idée en tête, il valait mieux ne pas se mettre en travers de son chemin.

Castle : Comme la nuit de l'attentat ?

Susan : J'ai aperçu le capitaine sur un pont inférieur, je ne sais pas comment il a pu remonter à bord sans qu'on le voit. Alors... alors j'ai essayé de... mais je suis arrivée trop tard. Quand la bombe a explosé, j'ai été projetée par-dessus bord. Aujourd'hui encore, je sens la chaleur sur ma peau, tous les jours.

Beckett : Comment avez-vous survécu sans avoir de soins médicaux ?

Susan [semble ailleurs] : Euh... J'avais un ami qui était étudiant en médecine, c'est lui qui m'a soigné. J'ai changé d'identité.

Castle : Et vous êtes devenue Mary Wright.

Susan : Ce n'est pas difficile de vivre comme un fantôme quand tous ceux que vous aimez pensent que vous êtes morte. Je n'ai jamais repris contact avec qui que ce soit de mon ancienne vie, même pas avec mes parents.

Beckett : Mais vous avez envoyé l'argent pendant 20 ans.

Susan : Ils avaient un fils, des factures médicales, je me sentais responsable. Et tout aurait pu continuer comme ça, ça ne me dérangeait pas, sauf que...

Castle : Sauf que Cynthia a voulu écrire un bouquin.

Susan : Cet écrivain a passé un message dans un forum écolo sur internet, elle cherchait des renseignements sur Cynthia. J'ai pris contact en prétendant être une ancienne activiste et j'ai très vite compris qu'elle avait réussi à trouver Cynthia et que Cynthia mentait à propos de ce qui s'était passé sur le bateau.

Beckett : Vous avez remonté la piste, vous l'avez contactée.

Susan : J'ai menacé de m'en mêler si elle n'abandonnait pas son projet de bouquin, j'étais prête à me livrer aux autorités, et à tout leur raconter. Elle a insisté pour qu'on se voit d'abord. Elle m'a supplié, elle voulait qu'on en discute.

Castle : Alors vous avez loué la chambre ?

Susan : Oh non, c'est elle qui l'a louée, c'est pas moi. Ca faisait partie de son plan.

Beckett : Quel plan ?

Susan : Son plan pour me tuer. Eh bien, à peine arrivée dans la chambre, Cynthia m'a offert un verre. Elle voulait porter un toast en l'honneur de nos retrouvailles. Seulement voilà, je ne bois pas. J'ai essayé de partir, mais elle m'en a empêché. Alors je suis allée me cacher dans la salle de bains. C'est à ce moment là que j'ai vu la baignoire remplie d'huile de moteur. Et tout à coup, j'ai compris.

Castle : Elle n'a jamais prévu de vous parler, elle avait prévu de vous tuer et de faire passer ça pour un suicide. Dans le verre de vin, elle avait mis un puissant somnifère. Vous étiez censée le boire et ensuite vous noyer dans l'huile.

Beckett : Et tout le monde aurait cru que rongée par la culpabilité de ce que vous aviez fait subir à la famille Pike, vous aviez décidé de mettre fin à vos jours.

Castle : Une fois votre corps découvert, le public aurait réclamé la véritable histoire. Enfin la version de Cynthia, avec Susan dans le rôle de la méchante.

Susan : On s'est battues, elle a perdu l'équilibre et elle est tombée en arrière, sur la tête. Je sais que j'aurais dû appeler les secours, mais je voulais que ça s'arrête une bonne fois pour toutes. Alors je l'ai traînée jusqu'à la baignoire et je... je l'ai mise dedans. J'étais morte depuis 20 ans, et je souhaitais seulement pouvoir le rester.

 

[Commissariat : Castle et Lee Wax]

Lee : On raconte que vous avez arrêté quelqu'un ?

Castle : J'en sais trop rien, il vous faudra peut-être le lire dans le journal.

Lee : Oh je vous en prie, après tout ce que j'ai fait pour vous aider dans cette affaire, vous pouvez quand même me donner une petite information.

Castle : Je pourrais, c'est vrai. Mais je reste persuadé qu'il n'y aurait jamais eu d'affaire si vous ne vous en étiez pas mêlée.

Lee : Ca veut dire quoi exactement ?

Castle : Les personnes que vous avez interrogées et qui faisaient partie du passé de Cynthia, comment vous êtes vous débrouillée pour qu'elles soient toutes au courant que vous étiez en contact avec elle ?

Lee : Qu'insinuez-vous par là ?

Castle : Vous vouliez qu'une de ces personnes découvre Cynthia et appelle la police, vous vouliez qu'elle aille en prison. Comme ça vous pouviez annuler le contrat que vous aviez avec elle et écrire l'histoire que vous vouliez, avec une fin qui aurait fait vendre beaucoup plus de livres. Vous ne pouviez pas appeler les autorités vous même, sinon c'était plus pareil !

Lee : Je reconnais que c'est une charmante théorie, mais même si elle était vraie, je n'ai pas tué Cynthia Dern, et je n'ai absolument rien fait d'illégal.

Castle : Oh, non non non, ce n'est pas illégal. C'est juste morbide ! Alors, j'ai une mauvaise nouvelle concernant votre laissez passer. Il vient d'être annulé. [Il lui rend sa carte, elle commence à s'en aller] Oh, une dernière petite chose. Un jour, et à mon avis ce sera dans pas longtemps, je mettrai tout ça dans un bouquin. [Elle s'en va furieuse, Beckett la croise en arrivant et semble ne rien comprendre]

Beckett : Susan Mailer est en garde à vue.

Castle : Pendant toutes ces années, elle ne cherchait qu'à faire amende honorable et c'est la cupidité de Cynthia Dern qui va l'envoyer en prison.

Beckett : Si vous cherchez une fin heureuse, malheureusement vous vous êtes trompé d'endroit.

Castle : La prochaine fois, j'irai plutôt au salon de massage sur la deuxième avenue. Je rigole. Et puis qui a besoin d'une fin heureuse quand il a une histoire avec des personnes qui se font passer pour mortes vivant toutes sous de fausses identités, planifiant de faux suicides et des meurtres pour se venger.

Beckett : Ravie de voir que ça vous divertit, moi ça m'amuse beaucoup moins de devoir appeler Michael Goldman pour lui apprendre que sa femme était une sociopathe.

Castle : Mais vous devez aussi appeler Jared Swanstrom pour lui apprendre qu'il n'est pas responsable de la mort de Susan Mailer, étant donné que Susan Mailer est toujours en vie.

Beckett : Et qu'en contre partie, Cynthia est morte.

Castle : Wow, vous voyez vraiment toujours tout en noir, vous. Vous êtes une pessismiste née. Alors justement, voilà qui devrait vous remonter un peu le moral. [Il sort des billets] Ce sont vos gains !

Beckett : Comment ça mes gains ?

Castle : Oh, je sais très bien que vous m'avez laissé gagner.

Beckett : En fait j'essayais seulement d'être gentille, je voulais pas vous humilier devant vos amis.

Castle : Maintenant on est quittes. [Il sort un jeu de cartes] Alors que diriez-vous de régler nos comptes ? Tête à tête, face à face. Le vainqueur garde tout ! D'homme à femme.

Beckett : Je suis pas sûre de comprendre.

Castle : Moi non plus, ça fait rien.

Beckett [s'approche du visage de Castle] : Je relève le défi.

Castle : Aucune pitié.

Beckett : Vous allez pleurer comme une fillette.

Castle : Oh non, c'est vous qui allez chialer !

Beckett : On joue pour gagner quoi ?

Castle : Pour l'honneur. Ou les vêtements.

Beckett : Je crois qu'il me reste des bonbons Castle.

Castle : Distribuez.

Beckett : D'accord. Ca vous va, du Texas Hold'Em.

Castle : Peu importe, du moment que je ne vous surprend pas à tricher.

Beckett : Et vous, y a quoi sous vos manches ?

Castle : Vous voulez dire à part les muscles saillants de mes bras ?

[Castle's apartment : Castle, Beckett, MArtha, Montgomery, Ryan and Esposito]

Esposito: All right, everybody, last hand for the night.

Martha: Phooey ! It's only... [She looks at his watch] It's not even midnight.

Castle: Some people have jobs to go to in the morning.

Martha: Oh, my son, the working stiff. All right. [She watches his game] Phooey. I fold.

Esposito: If you don't mind me saying, Mrs R., You fold a lot.

Martha: I just don't believe in stringing along a bad hand. Why waste time ?

Castle: Actually, Mother's game isn't really Texas Hold 'Em. It's strip poker. Keeps things humming along, if you know what I mean.

Martha: Well, franky, I prefer strip because even when you lose, you win.

[Beckett, Ryan, Esposito and Montgomery laugh]

Ryan: Raise 20.

Montgomery: Call.

Beckett: Make it 100.

Esposito: a hundred bucks ?

Beckett: Man up, bro.

Esposito: Really ? I'm out.

Ryan: This slop.

Beckett: What about you, Castle ? You're already in for the blind. Not scared of a little action, are you ?

Castle: "Action" is my middle name.

Martha: Don't worry, sweetheart, he's bluffing. Whenever he blinks too much, it means he's got a lousy hand.

Castle: Mother.

Martha: Well...

Esposito: All right, here we go. There it is.

Beckett: What ?

Martha: He's not blinking, but now he's tapping, wich means he might have the nuts.

Castle: What's the matter ? You're not afraid of a little action, are you ?

Beckett: All in.

Montgomery: Take him down, Beckett.

Esposito: Yeah, make him pay.

Ryan: Can't write your way out of this one, huh, Castle ?

[Castle looks at his game then goes down]

Esposito: Way to go, Beckett !

Beckett: Maybe someone should change their middle name to "Loser."

Motgomery: Loser.

Castle: What can I say ? This just wasn't my night.

Martha: See ? I told you he was bluffing. It's the...

[Beckett's phone rings.]

Esposito: It's that blinking thing. Yeah, you're right.

[She answered]

Beckett: Beckett. [Martha looks at the map of Castle and see that it would win. Yeah, we'll be there in 20. [Beckett hangs] Homicide on Henry Street.

Martha: I'll take care of this for you.

Beckett: Thank you.

Montgomery: Well, at least you guys are already downtown.

Martha: But it's after midnight !

Ryan: Murder never sleeps, Mrs R.

Esposito: Yeah, and neither do we.

Castle: Someone say "murder" ? Hold on ! I'll get my coat.

Esposito: Look at him, all excited.

Beckett: Yeah, like a kid at Christmas.

Ryan: With a dead body under the tree.

 

 

OPENING

 

 

 

[Crime scene: Beckett, Castle, Ryan, Esposito and Lanie]

Beckett: Is that motor oil ?

Lanie: Looks like it. But I'll have to pump out the tub and run some tests to be sure.

Esposito: It's motor oil, all right. 10W-40. Empties in the closet.

Ryan: What kind of freak drowns a woman in motor oil ?

Castle: Someone's trying to send a message.

 

 

[Hotel Lobby: Beckett, Castle and goalkeeper]

Goalkeeper: I already told the uniforms. Once the people check in, I don't want to know what they do up there.

Beckett: Her purse was missing, and she didn't have an ID on her. any chance she paid for the room with a credit card ?

Goalkeeper: All I can tell you is whoever rented the room on Friday paid cash for a five-day stay. They were supposed to be out tonight, so at midnight, I went up to checkif the place was empty, and found her in the tub. Gonna be a bitch to clean it.

Castle: So, if anybody was meeting her here...

Goalkeeper: It's not like the guests arrive and I ring them up. This ain't the Ritz.

Castle: Clearly.

Beckett: What about tonight ? Anyone strange coming in or going out ?

[A transvestite goes]

Transvestite: Hey, Bill.

Goalkeeper: Jasmine. How's it hanging ?

Castle: I think you just described half their clientele.

 

 

[Mortuary: Beckett, Castle, Lanie]

Lanie: Unidentified woman, early 40s. Good health. She's wearing a wedding ring, but there's no inscription.

Beckett: Cause of death ,

Lanie: Drowing. And there's a nasty contusion on the back of her head.

Beckett: So somebody hit her hard enough to knock her out, and then gave her a motor-oil bath.

Lanie: And I found this in one of her pockets. Ticket for the Metro-North. Our victim took the train in from Westchester yesterday morning.

Castle: Westcherster to lower Manhattan ? That's a long way to go for a lube job. [Beckett looks] See, when married ladies go to cheap hotels, it's always about sex.

Beckett: Or drugs.

Lanie: The sample in one of the wine glasses tested positive for Remian.

Beckett: The skeeping pill.

Castle: This was not a crime of passion. That room was rented for five days, and someone stocked the place up with motor oil. That takes planning.

Beckett: And nice suburban ladies don't just take the train into the city and not return without somebody noticing.

 

 

[Commissioner: Beckett, Castle and Esposito]

Esposito: Irvington PD logged a call last night from a Michal Goldman, wanting to report his wife, Allison, missing. Clothing and description match. Said she went into the city for work and never came back. Said he knew something was wrong.

Castle: Poor guy. Unless he's the killer, and he's covering his tracks by calling the police before the body is discovered.

Beckett: How about we question him before we convict him ?You got an address ? Thanks

[Goldman's house: Beckett, Castle and Micheal Goldman]

Micheal: I don't understand. Where did you say that she was found ?

Beckett: At an SRO in the city. It's a single-room occupancy. Its like a transient hotel.

Micheal :Why would she be in a place like that ?

Castle: Can you think of anyone she might have been meeting ?

Micheal: No. My wife and I were happily married, Detective. We had no secrets.

Beckett: You told police last night that your wife went into the city for her job ?

Michael: She was working part-time. We'd had some financial setbacks the last few years. I'd been laid off. Then we had to give up the apartment.

Castle: How did your wife handle the move to the suburbs ?

Micheal: Not... Not too well. Allison missed the city. So, a couple of months ago, she got a job, woeking three days a week at a clothing boutique in Manhattan. This little place on 78nd called Lehane's. She said that being there... I'm sorry. SHe said that being there reminded her of the good old days.

 

 

[Commissioner: Beckett, Castle, Ryan and Esposito]

Esposito: So ! I'm trying to put together a timeline of Allison Goldman's last hours. First call I make is to Lehane's, the store where she worked. I say to the oowner, "Good morning, sir. I'd like to talk to you about your employee, Allison Goldman."

Beckett: And ?

Esposito: And he says, "Who ?"

Castle: Allison didn't work there.

Esposito: Not yesterday, not ever.

Beckett: Well, if she wasn't going into the city three times a week for a job, then what was she doing there ?

Esposito: And how did she come home Friday night with four hundred bucks in cash for the family kitty ?

Ryan: Maybe Castle was right. Maybe this is about sex.

Esposito: The lady was a soccer mom.

Castle: Come by my daughter's school at about 3:30. The place is like happy hour.

Beckett: Maybe she had a boyfriend.

Castle: Yes, a Boyfriend. Someone she met in line at Zabar's, or one afternoon at the museum when she ducked in to escape a rainstorm. Maybe it was someone she already knew from the city. Someone who reminded her of when times were good, befor she had to give up that cute apartment with the partial river view.

Esposito: Someone who was slipping her a little cash while he was slippinng her something else.

Castle: Yeah. Allison Goldman wouldn't have some cheap affair. This person would have had to have meant something to her. Sommeone who cared for her. Someone who listened to her. Only now, he wanted a little more in return for his investment, something she wasn't willing to do.

Esposito: Like leave her husband.

Ryan: And when she wouldn't then he got violent.

Esposito: Yep.

Beckett: You know, I feel so stupid. Here I am, looking for evidence, and all I had to do was just make something up. So, this imaginary boyfriend-killer, do you think that he has an imaginary address ?

Michael Goldman: Detective Beckett.

Beckett: Mr Goldman. What is it ?

[A few minutes later]

Micheal: My lawyer called the Social Security office this morning to let them know that Allison had passed away. He faxed this to me two hours ago.

Beckett: A death certificate ?

Micheal: Yeah, for Allison Porter. Now, "Porter" was my wife's maiden name.

Beckett: But it says here that Allison Porter died in 1963.

Micheal: When she was three months old. But this child's Social Security Number is the same as my wife's. My wife wasn't the woman she said she was. Our whole life together was a lie.

 

 

[Castle's apartment: Castle, Alexis and Martha]

Alexis: So, for 20 years, this woman was living under a false name ? Taht's crazy.

Castle: Yeah. Her husband was pretty shaken up.

Martha: Trust me on this one, kiddo. When a woman marries a man and dosn't bother to tell him who she is for 20 years, she's a criminal. Mata Hari. A shady lady.

Castle: In other words, a very good actress.

Martha: Speaking of which, you seem to have inherited a bit of my talent.

Castle: Oh ? How so ?

Martha: The poker game. You let Beckett win.

Castle: I don't know what you're talking about.

Martha: Oh, come on. I checked your cards.

Castle: I didn't want to take her money in front of all her friends.

Martha: Kate Beckett is not some bimbo who needs big, strong you to look out for her. She's a real woman, and a real woman does not want to be patronised.

Alexis: She's right, Dad.

Martha: Yeah.

Castle: I was being nice ! [His phone rings. He picks] Castle. Yeah, I'm on my way. [He hangs] All right, I'm on my way to the precinct to find out who ths Mata Hari really was.

 

 

 

[Commissioner: Beckett, Castle, Ryan and Esposito]

Ryan: Allison Goldman's e-mail account. Allison writes, "Lee, can we meet on Tuesday instead this week ?" Lee writes back, "Sounds good. The usual place."

Beckett: Tuesday, the day that she was murdered.

Castle: So, Allison's imaginary boyfriend has a very real e-mail account.

Ryan: He goes by the screen name 'LWax220." The husband said it didn't sound familiar to him.

Esposito: Cyber tracked it down. Check this, Castle. The guy's a writer.

Castle: A real writer ? Or a "I took a course at the Learning Annex" writer ?

Esposito: Well, his name is Lee Wax. He writes true crime.

Castle: "Bobby Socks And Blood. The trus story of a cheerleader, an Eagle Scout, and the murder that shocked america." Give me a break.

Beckett: Well, maybe he got tired of writing about other people's murders and decided to commit one on his own.

 

 

[Commissioner's Elevator: Beckett and Castle]

[Beckett gave Castle a wad of cash]

Castle: What's this ?

Beckett: Your winnings from the other night. I'm not an idiot. I know you threw the last hand.

Castle: How did you figure it out ?

Beckett: That's not the point.

Castle: Oh, my mother called you, didn't she ?

Beckett: You owe me a rematch.

Castle: Fine. You want to play ? Let's play. How about tomorrow night ?

Beckett: With your mystery buddies ?

Castle: What, are you kidding ? No, no, no. Those guys would eat you alive. No. I was thinking something a little more local. My Gotham City crew. Guys I beat on a regular basis.

Beckett: Your "Gotham City crew" ?

Castle: Yeah. Captain, the mayor, and Judge Markway. You know, your boss, your boss' boss, and the guy that signs your warrants. Or would that make you nervoux ? I mean, I wouldn't want to throw your game, but I also don't want you to feel patronised.

Beckett: Just set it up. And prepare to get your ass kicked.

[She knocked on the door of Lee Wax but is open.]

Beckett: Hello ? [They enter] Hello ?

[There are lots of photo of Allison everywhere]

Castle: Look who's stalking.

Beckett: Stay here.

[Beckett share in another room. A woman comes to Castle.]

...: Hey, who the hell are you ?

Castle: Who the hell are you ?

...: Lee Wax ! What are you doing in my apartment ?

Castle: You're a woman.

Lee: You... Either you tell me who you are right now, or I am calling the cops.

Beckett: I am the cops. My name is Detective Kate Beckett. We would like to ask you some questions about allison Goldman.

Lee: Allison ? Just... Just let me get my lawyer.

Beckett: Why do you need a lawyer ?

Lee: Why do you think ?

Castle: So, you're confessing.

Lee: No, I'm not confessing to anything. It's just, my publisher instructed me not to talk to law enforcement until I had a lawyer present.

Beckett: Your publisher ?

Lee: You know, I would liike to state for the record that I never harboured, nor did i conceal, a fugitive.

Beckett: What are you talking about ?

Lee: Allison Goldman. If that's why you're here, then obviously you found her.

Beckett: Yes. Murdered.

Lee: Murdered ? Murdered by who ?

Castle: Well, given your unheatly obsession for her, I'm going to take a wild stab at you.

Lee: Me ? No, I am a ghostwriter. We were working on her memoir.

Beckett: Memoir ? Why would Allison Goldman need a memoir ?

Lee: Wait, so you don't know who she really is ?

[Castle grabs a search]

Castle: We do now. apparently, our Westchester housewife was also a fugitive.

 

 

 

[Commissioner: Beckett, Castle and Montgomery]

Montgomery: That's Allison Goldman ?

Beckett: A.K.A. Cynthia Dern. In 1989, she and two friends set off a bomb on a tanker owned by a big oil company.

Montgomery: I remember this. Some radical environmentalists protesting the Exxon Valdez spill.

Beckett: Yes. One was killed, one was caught, but Cynthia Dern was never found.

Montgomery: It looks like her past finally caught up with her.

 

 

[Interrogation room: Beckett, Castle and Lee Wax]

Lee: Jared Swanstrom built the bomb. Susan Mailer and Cynthia snuck on borad to set it, only something went wrong. You see, the ship was supposed to be empty of oil and people, but the captain, Sam Pike, had come back. He was paralysed in the explosion.

Beckett: How did you track down Cynthia ?

Lee: I didn't. She contacted me. Cynthia had decided to turn herself in, but before she surrendered, she wanted to get her story out to the public and express her remorse.

Castle: And get public opinion on her side.

Lee: It's a great way to influence a potential jury pool.

Beckett: But she did it, right ? So, how was she planning on influencing them ?

Lee: Cynthia told me that on the night of the bombing, she tried to back out. When she realised that the captain was aboard, she argued with Susan Mailer to callit off. But Susan refused. Susan went to set the bomb herself and, ironically, died in the explosion. She was vaporised.

Beckett: So, why would she come out of hiding now ?

Lee: Money. She needed the cash.

Castle: You were paying her ?

Lee: Couple hundred a week. If the book had sold well... I don't have to tell you how much money was at stake.

Beckett: When was the last time you saw Cynthia ?

Lee: Tuesday afternoon.

Beckett: Did she mention that she was going to see anyone else ? Maybe someine from her past ?

Lee: No, no. Cynthia was really paranoid about being discovered before the book came out. She didn't want me to get in touch with anyone from her old life.

Castle: But you did anyway. Any true crime writer worth their salt is gonna check her story with other sources.

Lee: Okay, so I made a few calls.

Beckett: These sources that you were talking to, did any of them want her dead ?

Lee: Maybe. But remember, nobody knew how to find her. I mean, I didn't even know where she lived.

Beckett: I'm gonna need to see your interview notes and your manuscript.

[Lee leaves the manuscript]

Lee: You can have whatever you want, but in return, I'd like to be kept in th loop as the investigation proceeds.

Beckett: What for ?

Lee: My book.

Castle: You're gonna go through with it ? But Cynthia's dead.

Lee: Correction. Cynthia was murdered wich means her memoir just became a true crime story, which is kind of my forte. You'd be doing me a huge favour.

Beckett: You know, I would love to, but I have a whole list of writers who are hanging around, looking for favours. So, thank you very much, though, for cooperanting. And catch you on the dark side.

[Beckett left the room leaving only Lee and Castle.]

Lee: It's a pretty sweet gig you've scorred for yourself, Mr Castle. Is this your secret to writting bestsellers ? Follow the pretty cop-lady around and take copious notes ?

Castle: I like to think talent played a small part.

Lee: Still, this is the kind of all-access pass most writers would kill for.

Castle: Let's get to the part where you tell me what you want.

Lee: Well, maybe you can give me a call sometime, one professional to another. Or do you need to check with your boss-lady ?

Castle: Why don't you give me your number, and I'll see what I can do.

 

 

 

[Commissioner: Beckett, Castle and Montgomery]

Castle: A domestic terroridt who clips coupons. I just might buy the movie rights myself.

Beckett: Well, the bombing obviously wasn't a very sophisticated operation. Susan Mailer was killed in the blast, and Jared Swanstrom was caught by the FBI and served 15 years.

Castle: Allison Goldman, A.K.A. Cynthia Dern, managed to stay a fugitive for nearly two decades.

Beckett: And then she poked her head out of hiding and a couple of months later, she's dead.

Montgomery: Now, who would hold a grudge for 20 years ?

Beckett: How about the people whose lives she's ruined ?

 

 

 

[Pike's house: Beckett, Castle, Mr Pike and Mrs Pike]

Mrs Pike: You say she was living in Irvington ? That's just a couple of miles away from here.

Beckett: In the months leading up to her death, Cynthia was working with a journalist.

Mrs Pike: We spoke with Lee Wax several times. She never told us Cynthia was involved.

Mr Pike: She should have. Excuse me. Will you excuse me, please ?

[Mr. Pike left the room]

Mrs Pike: This is hard for him. He's still angry about what happened. We all are.

Castle: This is your son ?

Mrs Pike: Adam.

Castle: He's a sailor, just like his dad.

Mrs Pike: The settlement wasn't enough to cover all of Sam's medical costs. Adam's been working and helping out since he was a teenager.

 

 

[Pike's garden: Beckett, Castle and Adam Pike]

Beckett: Adam ? I'm Detective Kate Beckett.

Adam: Is this about her ? Cynthia Dern, or Allison or whatever she called herself ?

Beckett: Did you have any idea that she lived so close ?

Adam: Didn't know, didn't care.

Beckett: You didn't care about the woman who almost killed your father ? I find that hard to believe.

Adam: You know, my family waited 20 years for the cops to find Cynthia Dern, so my dad could get just a little bit of justice. Well, it's too late for that now. So, what do you want from us ?

Beckett: Well, I thought you might want to know how Cynthia died. She was drowned, in motor oil.

Adam: Motor oil ?

Castle: It's almost as if whoever did it had a personal connection to the bombing.

Beckett: Adam, if I looked in your garage right now, would I find motor oil ?

Adam: I own a boat and a car, Detective.

Beckett: and where were you last Tuesday ?

Adam: I bartend at the Fowtail Grill on Manchester every Tuesday. Are we done ?

Beckett: Yes, for now. Thank you.

 

 

[Commissioner: Beckett, Castle and Esposito]

Castle: You know what ? I hope his alibi checks out. I hope he didn't do it.

Beckett: And here, I thought you would be saying, "What a great story it would make if Adam Pike did it. A son taking revenge for his father."

Castle: It is a good story. It's a great story. Personally, I would just write a happier ending for that family.

Esposito: Beckett. FBI files on the tanker bombing in '89. I've been going through them.

Beckett: And ?

Esposito: Three days after the bombing, they captured Jared Swanstrom at a hotel where he'd been hiding out. Feds had a tip line. Some helpful citizen calls, and said they'd seen Swanstrom at the motel. Feds go in, grab hiim up. Easy-peasy.

Beckett: It's pretty standard stuff.

Esposito: Yeah, until you get to the part where the tipster never collects on the reward.

Beckett: And who was the tipster ?

Esposito: That's just it. The FBI never know, because she didn't leave a name.

Beckett: "She" ?

Esposito: Records describe the voice as "Young and female."

Beckett: It could be Cynthia Dern. Do you think she would give up her friends to the cops ? Doesn't matter what I think. Only matters what Swanstrom thought. The guy did 15 years in prison.

Castle: That's a long time to think about who put you there.

 

 

 

[In a street: Beckett, Castle and Jared Swanstrom]

Beckett: Jared Swanstrom ?

Jared: Yeah.

Beckett: NYPD. We'd like to ask you some questions about Cynthia Dern.

Jared: I'm not sure what I can tell you. I handn't seen her in 20 years.

Castle: But you know she was writting a book right ? You spoke to Lee Wax ?

Jared: I spoke with her. I told her to give Cynthia me regards.

Beckett: So, you weren't bearing any old grudges ?

Jared: Against Cynthia ? What for ?

Castle: For turning you in. It was Cynthia who called the cops the night you were arrested.

Jared: Well, if that's true, she was just trying to save herself. Right after the bombing, Cynthia wanted to run. You know, try make it to Canada. But I fell apart.

Castle: Why ?

Jared: Guilt. I'm the one who built the bomb. I'm the one who messed it up.

Beckett: Messed it up, how ?

Jared: The girls were supposed to have three minutes to get off that ship before it went off. Three minutes. But when Cynthia got back in the car that night, she said that something had gone wrong, that the bomb had... Had blown early. I'm the reason that Susan Mailer is dead.

 

 

 

[Castle's apartment: Castle, Martha and Alexis]

Martha: At least one of them took responsibility for what happened that night.

Castle: Yeah. Maybe even a little too much responsibility.

Martha: You don't believe Jared Swanstromm's story ?

Castle: That's the thing. it's not his story, it's Cynthia's.

Martha: You want to break it down for those of us who've already had a glass of wine ?

Castle: Cynthia told Lee Wax that she and Susan Mailer had an argument as to whether or not to set off the bomb, once they knew the captain was on board. Cynthia backed out. Susan went on to set off the bomb by herself. And, "Boom."

Alexis: But today, Jared Swanstrom said that Cynthia told him there was something wrong with the timer. She never said anything about an argument.

Martha: Oh. Well, that is a rather glaring omission.

Castle: You know, when I'm writing, I find it's all about choices. What to put in, what to leave out. When to reveal some information, when to hold something back. But, as someone else's ghostwriter, you only know what they want you o know.

Alexis: But Lee Wax isn't Cynthia's ghostwriter any more, right ? Now that's she's dead, it's no longer a memoir. It's true crime story. And it sounds like the true story is a whole lot juicier than Cynthia's lies.

 

 

[Commissioner: Beckett and Castle]

Beckett: Good morning.

Castle: Hey. Sorry. I've just been going over Lee Wax's interview notes. When she spoke to Jared Swanstrom, he told her the same thing he told us. Cynthia said the bomb blew early. But she left that version out of her book.

Beckett: That's because it contradicted Cynthia's latest story, that the girrls argued when they discovered that Captain Pike was still on board, and that Susan set the bomb alone.

Castle: According to the publisher, Cynthia has full approval over everything Lee wax wrote. It was her way or the highway.

Beckett: YOu talked to the publisher ?

Castle: I am somewhat know in those circles. Anyway, they didn't like it. They were looking for a true crime tell-all, and what they were getting was some sanitised bunch of reemorseful boo-hooing. They were getting ready to pull the plug.

Beckett: And now ?

Castle: Well, now that Cynthia's murder's all over the media, they're back on board, so long as the book takes a more sensationalised angle. "Kaboom ! The True Story of a Domestic Terrorist Turned Suburban Housewife, and the Crime that Shocked America."

Beckett: Catchy.

Castle: Thanks.

Beckett: So, with Cynthia out of the way, Lee Wax is sitting on a potential bestseller.

Castle: People have killed forr a lot less.

[Beckett's phone rings. She picks]

Beckett: Beckett. All right, bring him in. [she hangs]

Castle: What ?

Beckett: Adam Pike's alibi fell apart. He was lying about being at work on Tuesday night.

 

 

[Interrogation Room: Beckett, Castle and Adam. Castle looks out the window]

Adam: I didn't kill her. I didn't even know where she was.

Beckett: We're not gonna get anywhere if you keep lying to me. I jnow you went to Westcherster. I spoke to Cynthia's husband. He remembers seeing a guy just like you outside their house a couple of weeks before she was murdered. Don't make me put you in a lineup.

Adam: I just wanted to talk to her.

Beckett: How'd you find her ?

Adam: That writer. The way she kept talking about what happened to my dad, she knew things that only someone on that ship could know. So, I started following her around. eventually, she led me to Cynthia Dern.

Beckett: And why didn't you call the police ?

Adam: Because I wanted to look her in the eye. I wanted to tell her none of it mattered. Her blood money wouldn't buy ouur forgiveness.

Castle: What money ?

Beckett: What do you mean by "Blood money" ?

Adam: After I found out where Cynthia lived, I went and told my mom. I didn't know if we should call the Feds or what. She started crying. She told me we'd been getting money every month since the bombing. Different amounts. Sometimes more, sometimes less. But every month.

Beckett: And she thought that the money was coming from Cynthia Dern ?

Adam: The first envelope, there was a note. "Please forgive me." Susan Mailer was dead. Swanstrom was in prison. There wasn't anybody else.

Beckett: You know, with this kind of evidence, Cynthia could have been caught years ago.

Adam: Mom said without that money, we wouldn't have made it. She figured as long as Cynthia was free, the money would keep coming.

Beckett: So, why did you lie to me about where you were last Tuesday ?

Adam : Because I was there, at the hotel. I followed her. I was just gonna talk to her. I spent an hour walking up and down that hallway, trying to get up the courage to go and knock on that door, you know ? I was gonna do it. But then someone got off the elevator and knocked on her door instead.

Beckett: You saw her killer ?

Adam: I didn't get a good look. But I did hear them talking, and I can tell you one thing.

Beckett: What ?

Adam: It was a woman.

Castle: Lee Wax. [He has hit the glass] Beckett ! It was Lee Wax ! Beckett ! Lee Wax. Lee...

 

 

 

[Interrogation Room: Beckett, Castle and Lee Wax]

Lee: Murder ? Are you people crazy ?

Beckett: I have an eyewitness who can place you at the SRO where Cynthia's body was found.

Castle: You had motive, means, and opportunity.

Lee: Please. Only a novelist could come up with a twist this absurd.

Castle: Not as absurd as killing a woman to salvage your story. Drowning her in motor oil gave you just the ending you needed.

Lee: I'm a true crime writer, so I don't have your talent for fiction.

Beckett: We know your publisher wanted to dump your contract.

Lee: Because I told them that I thought Cynthia was lying.

Beckett: So, you didn't believe her remorse was genuine ?

Lee: When Cynthia cried, it was for herself. She wanted to cash in and keep herself out of jail. That's it.

Beckett: Well, she must have felt some responsibility for what happened. After all, she sent the Pikes money year after year.

Lee: What money ?

Castle: Every month since the bombing, the Pikes have been receiving money, courtesy of Cynthia. Only, there's nothing about that in your notes.

Lee: Because she nevver told me. Are you sure ?

Beckett: We're sure.

Lee: Look, the Tuesday that Cynthia was killed, I was out to dinner with my publisher until after midnight. So, I couldn't have killed her.

 

 

[Commissioner: Beckett and Castle]

Castle: Remind me if I ever decide to write a memoir, to never write a memoir.

Beckett: Okay. Why not ?

Castle: Because memoirs are about truth, and I'm not a very truthful person. It'd be to easy to make myself look good.

Beckett: Might be harder than you think.

Castle: Maybe. But I would sure start woth the most generous thing I ever did.

Beckett: You mean, like how you anonymously sent money to your victims because you felt so guilty about what you'd done ?

Castle: The object of Cynthia's memoir was to gain sympathy. The object of Cynthia's memoir was to gain sympathy. What could be more sympathetic than sending the Pikes guilt money for 20 years ?

Beckett: It doesn't make sense that Cynthia didn't tell Lee Wax.

Castle: Unless the money didn't come from Cynthia.

 

 

[Castle's apartment:Castle, Beckett, Motgomery, the Mayor and Judge Markway.]

Motgomery: Swanstrom was in prison, and Susan Mailer was dead.

Markway: Call. And you're sure no onne else was involved ?

Castle: No, just the three of them, assuming you believe the FBI. Call.

Beckett: You know, we don't really have to talk about this.

Markway: Anything to stop His Honour here from talking about budget initiatives.

Mayor: Oh, okay, Judge. Who was it that appointed you again ?

Markway: Now, the FBI, I believe. But why take Cynthia Dern's word for anything that happened the night of the bombing, when her own ghostwriter didn't even trust her ?

Mayor: You know, the judge is right. What do we actually know about what happened ?

Beckett: Not much. According to Lee Wax's notes, Captain Pike heard two women arguing just before the explosion. Cynthia claims that she was trying to change Susan's mind.

Montgomery: Fold. But, if we assume Cynthia was lying...

Mayor: Maybe it was Susan that wanted to save Pike, and Cynthia that wanted to run. Raise 20.

Castle: Right. But the bomb was already set, so the three-minute timer is already ticking.

Markway: The girls argue, Wasting precious seconds.

Mayor: Susan runs towards the ticking bomb to try to shut it down...

Montgomery: While Cynthia runs for cover.

Castle: Rught. Susan gets to the bomb, but too late.

Mayor: Boom.

Castle: Which means Susan Mailer didn't die trying to set the bomb.

Markway: She died trying to save an innocent man's life. Fold.

Beckett: It still doesn't explain where the money came from.

Mayor: Fold. Well, what about itn Castle ? You're good with twists. Where'd the money come from ?

Castle: I'm thinking.

Beckett: Yeah, well, you might want to think up some chips for the pot, 'cause it looks like it's just you and me.

Castle: All right, Detective Beckett. I'm all in. Oh, what's the matter ? You afraid of a little action ?

Markway: Do us a favour, Detective. Beat his pants off.

Castle: Yes, please. Beat my pants off, if you dare.

Montgomery: Beckett, do me proud.

Markway: To hell with "proud." Make him cry like a little girl.

Beckett: All right. [She looks at her game and Castle] Sorry, fellas. It's just not my night.

Castle: Who's a good little boy ? Who's a good little boy ? You are, and you, and you are !

Markway: don't you ever get tired of winning, Castle ?

Castle: Yeah, you'd think so, right , But, no.

Mayor: Well, I think that's it for me. Detective, it was a pleasure.

Beckett: Mr Mayor.

Markway: Sorry we couldn't solve your case.

Beckett: And I'm sorry I couldn't make him cry like a little girl.

Mayor: Well, it's not your fault, Detective. No matter how down he geets, he always manages to rise from the dead.

Castle: Oh, now, that'd be a twist.

Montgomery: What ?

Castle: The money had to come from Cynthia, because Swanstrom was in jail and Susan Mailer was dead, right ?

Markway: Right.

Castle: But what if Susan Mailer didn(t die in that explosion ? What if she's still alive ?

 

 

[Commissioner: Beckett, Castle, Ryan and Esposito]

Ryan: Susan Mailer, alive ?

Castle: Her body was never found.

Beckett: Yeah, because she was vaporised in the explosion.

Castle: Well, maybe she was thrown clear.

Esposito: Well, then, she would've been badly burned and would've needed care.

Ryan: And no one matching her description ever hecked into area hospitals.

Castle: Mere details, my good man.

Beckett: Around here, we call them "facts."

Castle: Well, then, let's go get us some facts.

 

 

[Pike's house: Beckett, Castle, Mrs Pike and Adam]

Pike: Please don't think less of me. I did what I had to do to survive.

Beckett: These are from all over the place.

Adam: Not the recent ones. The recent ones are all the same.

Beckett: Lititz, Pennsylvania.

Castle: If we're gonna road-trip, I'm gonna have to pee first.

 

 

 

[Mail Centre: Beckett, Castle and an employee]

Employee: I've never seen her before.

Beckett: Are you positive ?

Castle: Didn't he sound positive ?

Beckett: Castle. Okay, how about her ? She'd be older now.

Employee: How much older ?

Castle: Twenty years.

Employee: I don't think so.

Beckett: That's what I get for listening to a mystery writer.

Castle: She might have scars, or walk with a limp.

Employee: Like she's been in an accident ? It could be Mary Wright.

Beckett: Mary Wright ?

Employee: She comes in once a month or so, buys a money order to send to her relatives in New York.

Beckett: Do you have her address ?

 

 

[Interrogation room: Beckett, Castle and Mary Wright, A.K.A Susan Mailer]

Susan: It sounds naive now, but everything I did back then, I did because I thought it would help.

Beckett: We're not here because of the bombing, Susan. We"re here because of what you did to Cynthia Dern.

Castle: Her body was found in a tub of motor oil. But you already know that.

Beckett: Forensics is going through that room as we speak. And believe me, they will find something, something that connects you to Cynthia's death.

Susan: She should have just left it all alone. She had a husband, a good life. Well, that wasn't Cynthia. Once she decide on something, well, you just better not be in her way.

Castle: Like that night on the tanker.

Susan: I saw the captain go below. I don't know how he got back on board without us seeing. I tried... I was, I was too late. When the bomb exploded, I was thrown overboard. I can still feel the heat on my skin, even today.

Beckett: How did you survive without medical attention ?

Susan: A friend took me in, a med student. Nursed me back to health. I got a new identity.

Castle: And Mary Wright was born.

Susan: It's not hard to live like a ghost when everyone you love thinks you're dead. I never contacted anyone from my former life, not even my parents.

Beckett: But you still sent money to the Pikes.

Susan: They had a son, medical bills. I was responsible. Everything could have stayed just the way it was, except...

Castle: Except Cynthia decided to write a book.

Susan: That reporter put a post on an environmental board, asking for info on Cynthia. I e-mailed, pretending to be an old friend of the group. It didn't take long for me to figure out that she had found Cynthia, and Cynthia was lying about what happened on the ship.

Beckett: You tracked her down0 You confronted her.

Susan: I threatened to turn myself in if she went through with the book. Give myself up, tell the authorities everything. She begged to meet with me first, somewhere we could talk.

Castle: That's when you rented the room ?

Susan: Oh, no. Cynthia rented the room, not me. It was all part of her plan.

Beckett: Her plan ?

Susan: Her plan to murder me. When I got there, she poured me a drink. "Letés toast to old friends," she said. Only, you see, I don't drink. I tried to leave. She wouldn't let me. I hid in the bathroom. That's when I saw it. A tub full of oil. Then, I understood.

Castle: She didn't plan to talk to you. She planned to kill you and make it look like suicide. That wine was laced with a sleeping pill. You were supposed to drink it, and then drown in the oil.

Beckett: And then the world would think that you were wracked with guilt over the Pikes all these years, and that you finally decided to commit suicide.

Castle: Once your body was discovered, the public would clamour for the true story. Cynthia's true story, with you, now casts as the villain.

Susan: We struggled. She lost her balance and fell against the sink, and hit her head. I should've called for help, but I just wanted it to be over. So, I dragged her to the tub, and I pushed her in. You see, I was already dead. I just wanted to keep it that way.

 

 

[Commissioner: Castle and Lee Wax]

Lee: I heard you made an arrest.

Castle: You can hear all about it in the morning news.

Lee: Oh, come on. After all the help I gave you on this case, you can't give me any more information than that ?

Castle: Well, I could. But I just keep thinking that, if it wasn't for you, there wouldn't be a case in the first place.

Lee: What does that mean ?

Castle: All the people from Cynthia's past that you interviewed, how did you manage to let every one of them know that you were in contact with her ?

Lee: What are you implying ?

Castle: You wanted someone to put two and two together and call the cops. You wanted Cynthia in prison. That way, you could tear up the contract you had with her and write the story you wanted to write. With an ending that would sell more books. I mean, you couldn't call the authorities yourself. what kind of story would that be ?

Lee: That's a lovely theory. But, even if it's true, I didn't kill Cynthia Dern. I didn't even do anything illegal.

Castle: Oh, no, no, no. It's not illegal, it's just slimy. So youur all-access pass has been revoked. Oh, and one more thing. One day, and one day not far from now, I'm gonna use this in a book.

[Lee leaves, furious. Beckett arrives]

Beckett: Susan Mailer's in booking.

Castle: All these years, trying to do the right thing, trying to make amends. Because of Cynthia's greed, she's gonna end up in jail.

Beckett: If you're looking for a happy ending, you've come to the wrong place.

Castle: Next time, I guess I'll just try that massage parlour on 2nd Avenue. Just kidding. Actually, who needs a happy ending, when you have a story withh people pretending to be dead, living under assumed names, plotting fake suicides, and murder for revenge ?

Beckett: You know, I'm glad to see tthat you're entertained. I, however, have to call Michael Goldman and let him know that his wife was a sociopath.

Castle: But, you also get to call Jared Swanstrom and tell him that' he's no longer responsible for Susan Mailer's death. Matter of fact, Susan Mailer's still alive.

Beckett: Which is why Cynthia's now dead.

Castle: Wow. You are all about the cloud, aren't you . Never the silver lining. Okay, maybe this might cheer you up a little bit. [He pulls out a wad of cash] Your winnings.

Beckett: My winnings ?

Castle: Oh, don't play coy with me. You threw your hand.

Beckett: All right, I was trying to be nice. I didn't want to embarrass you in front of your friends.

Castle: Now we're even. [He pulls out a deck of cards] So what do you say to a little showdown ? Head-to-head. Toe-to-toe. Winner take all, mano a mujer.

Beckett: "Hand to woman" ?

Castle: Whatever it takes.

Beckett: You're on.

Castle: No mercy.

Beckett: I'm gonna make you hurt.

Castle: Oh, you're gonna get hurt.

Beckett: What are we playing for ?

Castle: Pride. Or clothing.

Beckett: I think I got a bag of gummi bears.

Castle: Shufflle.

Beckett: Deal. Comfy with Tewas Hold 'Em ?

Castle: I'm comfy, so long as my cards come from the top of the deck.

Beckett: What you got up your sleeves ?

Castle: Aside from my muscular arms ?

Kikavu ?

Au total, 163 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Jamie08 
13.03.2019 vers 19h

rooknroll 
03.01.2019 vers 17h

Dawsey400 
29.12.2018 vers 17h

Emi82 
02.11.2018 vers 17h

JeNetflix 
12.05.2018 vers 12h

ginabella5 
28.02.2018 vers 08h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 5 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Nous recherchons des administrateurs pour construire puis gérer un quartier pour la série policière The Rookie.
Appel à candidatures | Plus d'infos

Hypnoweb recrute des administrateurs pour construire puis gérer un quartier dédié à la série Peaky Blinders.
Appel à candidatures | Plus d'infos

On recherche des administrateurs pour construire et gérer un nouveau quartier MacGyver (2016) avec Lucas Till !
Appel à candidatures | Plus d'infos

Venez découvrir le Trésor du cartel 2019
HypnoTrésor 2019 | Lancez-vous

Activité récente
Actualités
[Nathan Fillion] The Rookie arrive en France en juillet!

[Nathan Fillion] The Rookie arrive en France en juillet!
Un an après l'annonce de l'achat des droits de diffusion, c'est finalement en juillet que M6...

Calendrier | Juin 2019

Calendrier | Juin 2019
En ce premier juin, c'est l'heure de vous présenter un nouveau calendrier! Pour le 10e anniversaire...

Les 8 saisons de Castle bientôt sur Amazon Prime Video!

Les 8 saisons de Castle bientôt sur Amazon Prime Video!
Vous vous ennuyez de Castle, Beckett, Esposito, Ryan et tous les autres? Si vous êtes abonnés de...

[Stana Katic] Le première de Liberté: A Call to Spy en juin

[Stana Katic] Le première de Liberté: A Call to Spy en juin
En 2018, Stana Katic a participé au tournage du film Liberté: A Call To Spy dans lequel elle tient...

Concours de création n°3 : Découvrez les résultats

Concours de création n°3 : Découvrez les résultats
Cette année, Castle fête son 10e anniversaire et le quartier compte célébrer cela tout au long de...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Téléchargement
Partenaires premium

Nathan Fillion French Website

HypnoRooms

arween, Hier à 15:07

Un concours spécial couple est lancé sur The Night Shift ! Venez nombreux !!

cinto, Hier à 18:39

Je suis seule et abandonnée pour jouer au pendu chez The Tudors. Qui veut jouer avec moi? Et derrnier jour pour le sondage Fête des Pères. Eh oui!

cinto, Hier à 19:05

Merci à melanie91 qui a répondu si vite à mon appel pour le pendu des Tudors! quelle réactivité! je suis sûre que d'autres viendront aussi...

choup37, Hier à 19:48

Répondu

melanie91, Hier à 20:01

Avec plaisir, j'essayerais de passer de temps en temps ^^

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site