VOTE | 703 fans

#503 : Œil pour œil

 

Résumé : Quand une jeune femme est mystérieusement assassinée, Beckett et Castle découvre que sa mort pourrait être liée à une unité de stockage mise aux enchères. Sa mort serait-elle connectée à cette unité ? Y aurait-il quelque chose dedans qui valait la peine de tuer ? L'enquête mène Castle et Beckett à une « guerre des unités de stockage » colorée comme les chasseurs de trésors et la société mondaine de Manhattan. Ils vont découvrir une vérité choquante.

Popularité


4.28 - 18 votes

Titre VO
Secret's Safe With Me

Titre VF
Œil pour œil

Première diffusion
08.10.2012

Première diffusion en France
16.09.2016

Vidéos

Sneak Peek #1

Sneak Peek #1

  

Sneak Peek #5

Sneak Peek #5

  

Sneak Peek #6

Sneak Peek #6

  

Diffusions

Logo de la chaîne France 2

France (inédit)
Lundi 16.09.2013 à 20:45
5.41m / 19.7% (Part)

Logo de la chaîne ABC

Etats-Unis (inédit)
Lundi 08.10.2012 à 22:00
10.61m / 2.2% (18-49)

Plus de détails

Réalisation : John Terlesky
Scénario : Terence Paul Winter

Distribution Principale : 

  • Nathan Fillion : Richard « Rick » Castle
  • Stana Katic : lieutenant Katherine « Kate » Beckett
  • Jon Huertas : inspecteur Javier Esposito
  • Seamus Dever  : inspecteur Kevin Ryan
  • Tamala Jones : Dr Lanie Parish
  • Penny Johnson Jerald : le capitaine Victoria Gates
  • Molly Quinn : Alexis Castle, la fille de Castle
  • Susan Sullivan : Martha Rodgers, la mère de Castle

Distribution Secondaire: 

  • Caroline Lagerfelt (Anjelica Henley)
  • Rob Nagle (Kirby)
  • Chad Lindberg (Marco Vinstrolli)
  • John Littlefield (Joel Pratt)
  • Dennis Cockrum (le commissaire-priseur)
  • Kevin Brown (Percy Jenkins)

 

C'est un grand jour pour Alexis, elle part vivre à l'université. Tout en faisant ses cartons, Martha annonce à Richard qu'elle est au courant pour lui et Kate. Elle lui demande de l'annoncer à Alexis avant qu'elle ne le découvre. Kate est affolée lorsque Richard lui annonce qu'il en a parlé à Alexis, car elle a peur que leur relation vienne aux oreilles de Gates.

L'équipe enquête sur la mort de Wendy Dupree, 25 ans, une serveuse de Philadelphie. Avant de mourir, elle avait écrit les lettres Lie avec son sang. Au cours de l'enquête, l'équipe de Beckett découvre que Wendy avait un frère jumeau du nom de Wendell Dupree. Ce dernier est mort dans un accident de métro. Cependant, la sœur suspectait que son frère ait été la victime d'un meurtre. L'équipe de Beckett apprend la raison pour laquelle Wendy était à New York, et soupçonne plusieurs personnes, dont la très riche Angelica Henley.

Richard et Kate trouvent très difficile de cacher leurs sentiments au travail. Pour ne rien ébruiter, ils se donnent la main en guise de câlin.

 

 

[Chambre d’hôtel de la victime]

[Une femme allongée par terre trace des lettres ensanglantées avec son propre sang, puis meurt]

 

[Appartement des Castle : Castle, Martha et Alexis]

[Des cartons sont entassés dans l’entrée]

Alexis [Soupirant] : Un dernier carton et je suis prête pour l’université ! [Posant un carton sur la pile]

Castle : Mon ange, c’est un peu exagéré ! Tu sais que tu n’es absolument pas obligée d’emporter toutes ces chose dans ta chambre. [Prenant une médaille dans un carton et lui montrant] Tiens, comme ce truc-là, c’est quoi ?

Alexis : Hum, tu te souviens ? [Prenant la médaille] Je voulais faire du vélo sans les petites roues, comme les grands, et j’ai réussi. Du coup, tu m’as offert cette grosse médaille !

Castle [Attendrie] Oh, alors ça c’est vraiment un adorable souvenir… [Lui prenant des mains alors qu’elle allait la mettre autour de son cou] mais ta chambre est loin d’être immense, tu ne vas jamais pouvoir tout prendre ! [Alexis étant sur le point de répondre est interrompue par Martha qui descend les escaliers]

Martha : Ne l’écoute pas chérie. On a tous besoin de nos affaires !

Alexis : Tu vois ! [Partant vers la cuisine. Castle rit]

Castle [Souriant] : Ma petite fille rentre à l’université !

Martha : J’ai l’impression que c’était hier que tu regardais sous son lit chaque soir pour lui dire que les monstres n’existent pas !

Castle : J’ai menti, les monstres existent, ce sont les garçons dans les chambres d’étudiant !

Martha : Oh bah, justement, tiens, en parlant de ça. Avant qu’Alexis s’en aille, tu ne crois pas que vous devriez avoir une petite discutions ?

Castle : Tu veux dire lui parler de sexe ? On l’a fait, il y a des années et j’en ai appris un rayon !

Martha : Je parle de toi et Beckett… de sexe entre vous !

Castle : Mère, Beckett et moi n’avons jamais…

Martha [L’interrompant] : Je t’en prie Richard, je l’ai su le matin où je suis entrée et que la pauvre était partie se cacher dans la… [Castle, surpris, bouscule un carton et la regarde désespéré] Chut…

Castle [Chuchotant] : Comment l'as-tu appris ?

Martha [Chuchotant] : Les mères savent ces choses-là, Richard. Je doute que tu veuilles qu’Alexis entre ici sans prévenir en vous trouvant toi et Beckett… sortant du placard et, par sortir du placard, j’entends…

Castle [L’interrompant] : Oui ,d’accord, d’accord je sais ce que tu veux dire par là !

Martha : Très bien. Bon, tu crois pas que tu devrais lui dire ?

Alexis [Se relevant d’un placard] : Me dire quoi ? [Martha est affolée]

 

[Dans la rue : Beckett et Castle]

Beckett : Tu l’as dit à Alexis ?

Castle : Je ne voulais pas, mais ma mère a fait son truc Jedi sur moi…

Beckett [Surprise] : Elle est aussi au courant. Castle, elles se rendent compte de ce qui est en jeu ici ? Parce que si Alexis le dit à Lanie...

Castle : Alexis ne va pas le dire à Lanie !

Beckett [Poursuivant] : Lanie va aller le dire à Esposito, tu sais qu’Esposito partage tout avec Ryan et Ryan va en faire tout un plat, alors Gates aussi le découvrira et on pourra plus bosser ensemble toi et moi !

Castle : Crois-moi, elle sait ce qui est en jeu et notre secret est bien gardé !

Beckett : Et comment elle prend ça ? Le fait qu’on soit ensemble ?

Castle : Elle était trop préoccupée par son déménagement pour faire un commentaire. C’est ridicule, elle a des cartons et des cartons de choses et apparemment tout est important !

Beckett : On a tous besoin de nos affaires, Castle. J’ai plein de cartons moi aussi. Tu vois, c’est réconfortant, ça me rappelle mon passé !

Castle : Ton passé de débauche ?

Beckett : J’en ai également un carton ! [Entrant dans l’immeuble. Castle se stoppe et réfléchit intrigué et entre à son tour]

 

[Chambre d’hôtel de la victime : Beckett, Castle, Lanie, Ryan et Esposito]

[Lanie, Beckett et Castle observent le corps de la victime. Les CSU et les gars recherchent des indices non loin]

Lanie : La femme de ménage l’a trouvée ce matin. Elle s’appelait Wendy Dupree et était âgée de 25ans. Un seul coup de feu dans la poitrine provenant d’un 9 millimètres. Malheureusement, elle est morte lentement !

Beckett : Assez lentement pour écrire avec son sang ! [On voit marqué «LIE» sur le sol] Donc, notre assassin n’était pas un pro, il ne l’aurait pas laissée en vie !

Castle : Un message posthume, mais qu’est-ce qu’il veut dire ?

Lanie : Et, ça c’est votre truc pas le mien ! [S’éloignant]

Castle : C’est vrai j’aime bien ce genre d’énigme. Peut-être que ce sont les initiales du tueur ?

Beckett : Hum, Hum !

Castle : Ou peut-être qu’elle n’a pas eu le temps de finir et qu’elle a voulu écrire «LIEN» ? [Beckett le regarde et lève les yeux au ciel]

Esposito [L’appelant] : Beckett ? Son portefeuille ! [Castle s’accroupit près de la victime. Beckett s’approche d’Esposito] Elle est venue de loin pour se faire tuer, elle est de Philadelphie !

Beckett : Elle était là depuis quand ?

Esposito : Elle est arrivée hier après-midi, toute seule !

Ryan : Elle n’était pas seule, [Montrant une liasse de billet] elle a apporté quatre mille de ses plus proches amis !

Esposito : Avec autant d’argent que faisait-elle dans un taudis pareil ?

Beckett : Très bien. Vérifiez ses comptes et voyez ce que vous pouvez trouver !

Esposito : Ouais !

Beckett [S’approchant de Castle] : Castle, qu’est-ce que vous en pensez ?

Castle : Hum, je pense que même si je raffole de mystère, elle aurait pu nous laisser un mot nettement plus utile !

Esposito [Venant vers eux] : Voilà un message qui n’a pas besoin d’interprétation, [Regardant un téléphone et lisant] «Tu penses t’en sortir comme ça ?» !

Castle [Se relevant] : Ah, pas très amical !

Esposito [Lisant un sms] : «Cours tant que tu veux, je te retrouve bientôt et je te ferais payer». L’indicatif c’est le 215, Philadelphie !

Beckett : Demande un mandat pour le téléphone, je veux savoir qui a envoyé ça !

 

[Salle d’interrogation : Beckett, Castle et Joel Pratt]

Joel : Ouai je l’ai envoyé, un peu que je l’ai fait !

Beckett : On dirait que vous aviez un gros problème avec elle ?

Joel : Ah ouai j’avais un problème. Wendy est serveuse dans mon restaurant «Les steaks de Joel», les meilleurs de la ville !

Castle : Les meilleurs de la ville ? C’est un rien présomptueux ! [Fermant la porte de la salle]

Joel : C’est la vérité. Donc hier matin, j’envoie cette fille à la banque pour déposer de l’argent mais est-ce qu’elle le fait ce dépôt ? Non, elle se tire et arrive ici avec quatre mille de mes dollars !

Castle [A Beckett] : Ça fait beaucoup de steak !

Beckett : Donc vous l’avez suivi jusqu’à New-York pour récupérer votre argent?

Joel : Normal, j’ai essayé d’être sympa. Finalement, elle m’appelle en me disant, [Prenant une voix de fille] Je suis désolé, c’était une urgence, je vous rembourse le double quand je reviens. [Reprenant sa voix] Ouai tu parles, elle m’a volé mon blé !

Beckett : Et pour ça elle m’héritait de mourir ?

Joel : Ouai ! [Castle le regarde étonné] Attendez quoi ? [Beckett met une photo de Wendy morte sur la table] Oh non… non ! [S’asseyant choqué] Non j’ai pas fait ça, non je l’ai même pas retrouver. Je suis descendu du train venant de Philadelphie environ 1h avant que vos gars viennent me chopper !

 

[Bureau de Beckett : Beckett et Castle] / [Morgue : Lanie]

Beckett [Accrochant la photo de Joel sur le tableau blanc] : La compagnie ferroviaire confirme que Pratt a acheté un billet hier mais ils peuvent pas dire dans quelle train il est monté donc on revérifie son alibi !

Castle : Il faut aussi vérifier cette histoire de steak. [Beckett se tourne vers lui] Ça ne peut pas être les meilleurs de la ville !

Beckett [Laissant couler] : Quoi qu’il en soit même s’il a tué Wendy ça explique pas, ça mystérieuse urgence, le vol d’argent et le voyage à l’improviste à New-York ?

Castle : Pourquoi elle a écrit c’est trois lettres ? On écrit pas un message avec son propre sang pour rien. Il y a certainement une raison ! [Beckett veut boire son café mais sa tasse est vide] Plus de café, tu en reveux ?

Beckett : Oui, attend je vais aller en chercher ! [Prenant aussi la tasse de Castle et s’éloignant]

Castle [Surprit] : Oh… merci ! [Lui souriant]

Beckett : Hum, hum ! [Allant dans la salle de repos]

Castle [Heureux] : Hum ! [Allant vers le tableau blanc et parlant tout seul] «Liste d’Idée à Exprimer» ? «Littérature Ironique par Excellence» ? «Liaison Idéal Eternelle» ? Oh, ai-je réellement dit ça ? [Le téléphone de Beckett sonne] Je déraille totalement ! [S’asseyant et décrochant] Bureau du lieutenant Beckett !

Lanie : Castle vous n’avez pas le droit de répondre au téléphone !

Castle : Si je l’ai !

Lanie : Oh et depuis quand ?

Castle : C’est très simple… est-ce que je peux faire quelque chose pour vous ?

Lanie : Oui prenez des notes, une empreinte partielle sur la douille, aucune correspondance dans le fichier ni avec monsieur Pratt. Mais j’ai trouvée des traces ADN. Vous notez ?

Castle [Réfléchissant] : Oui !

Lanie : Castle ?

Castle : Oui attendez ! [Fouillant dans les tiroirs et sortant en souriant un petit bonhomme en bois et perdant le sourire en voyant Beckett arriver furieuse avec les deux cafés]

Beckett : C’est mon téléphone !

Lanie : Ohhh… vous avez des problèmes !

Castle [A Lanie] : J’ai pas de problème ! [Raccrochant] Lanie a une empreinte partielle, elle ne correspond pas à Pratt, ce n’est donc pas notre homme !

Beckett [Enerver] : Qui t’a dit que tu pouvais répondre à mon téléphone ? [Posant les cafés] Et pourquoi est tu en train de fouiller dans mes tiroirs, hein ? [Lui prenant le bonhomme en bois des mains]

Castle : Je cherchais un bout de papier !

Beckett [Enerver] : Oui surement ! Touche pas à mes trucs Castle !

Castle : Sérieusement ? Dois-je te rappeler que j’ai déjà touché à … tes trucs !

Beckett : Oui bien certain de mes trucs, son encore privée !

Castle : Oh j’y suis… un ex-petit ami a fait ça pour toi ?

Beckett : Non !

Castle : Vraiment ? Parce que ça va hein, je ne serais pas jaloux ! [Beckett soutient son regard] Bon d’accord, peut-être bien légèrement jaloux. Pas un ex-petit ami ?

Beckett [Hochant négativement la tête] : Hum, hum !

Castle : Ça vient d’une enquête, c’est un souvenir du premier meurtrier que tu as pu arrêter ?

Beckett : Je te l’ai dit Castle, [Se penchant vers lui pour récupérer son café et lui disant à l’oreille] c’est privée !

Castle : Peut-être la victime d’un meurtre dans un congrès de bonhomme en bois ?

Beckett : Vraiment ? Quoi t’as rien de mieux à me proposer ?

Castle : Défi accepté !

Ryan [Arrivant] : Bon ! [Beckett et Castle se tourne vers lui mal à l’aise] Rien dans ses comptes n’explique pourquoi Wendy avait besoin de quatre mille dollars en liquide mais j’ai peut-être trouvé pourquoi elle était en ville. Elle a utilisé sa carte de crédit pour aller en taxi jusqu’au croisement de la 8ème et Market hier !

Castle : Le jour de sa mort !

Ryan : J’ai parlé au chauffeur, Wendy a pris sa carte disant qu’elle l’appellerait pour qu’il la ramène au même endroit aujourd’hui !

Castle : Je parie que c’est là-bas qu’on trouvera nos réponses !

 

[Bâtiment entre la 8ème et Market Street : Beckett et Castle]

Castle [Sortant tous deux de la voiture] : Un entrepôt de stockage ?

Beckett : Qu’est-ce qu’une fille de Philadelphie faisait dans un endroit pareil ?

 

[Dans l’entrepôt de stockage : Beckett, Castle, Directrice, commissaire-priseur, Peggy, Big-Percy]

[Beckett montre une photo de la victime à la directrice]

Directrice : Oh, oui, oui elle était là. Elle avait meilleur mine hier, elle s’est inscrite pour les enchères !

Beckett : Les enchères ?

Directrice : Chaque mois on récupère des box et on met leurs contenus aux enchères, ceux des parasites, qui payent pas leur facture. Il y a une vente en ce moment !

Castle [A Beckett] : C’était pour ça les quatre mille dollars. Elle voulait récupérer un box !

Beckett : Oui mais quel box ?

Directrice : Aucune idée ? Ça peut être n’importe lequel des quatorze qu’on met en vente !

Beckett : Donc il y a aucun moyen de savoir par quel box elle était intéressée ?

Castle : Ba en fait si, il y a un moyen. [Prenant la photo de la scène de crime] Nous avons mal interpréter son message. Ce ne sont pas des lettres, on regardait à l’envers, c’est 317. [Tournant la photo] Voilà ce qu’elle essaie de nous dire. [A la directrice] Le box 317 est mis aux enchères ?

Directrice : Ouai, tout à fait ! [Castle redonne la photo à Beckett en soupirant] Mais la vente est sans doute en cour au moment où on parle !

Castle : Wendy est morte en essayant d’acheter ce box, si on attend que la vente soit finie…

Beckett : On perd notre meilleure chance de savoir qui l’a assassiné ! [Partant]

 

[Générique]

 

[Un homme ouvre les portes du box 317]

Commissaire-priseur : Box 317, vous avez 60secondes pour regarder avant que commence les enchères ! [Beckett, Castle et la directrice arrive près du box]

Beckett [Au téléphone] : Oui Ryan, le propriétaire du box s’appelait Johan Fleming. Tu me fais une recherche ? Très bien merci ! [A la directrice] J’ai besoin que vous arrêtiez ces enchères !

Directrice : Même si j’aimerais vous aider, j’aime encore plus mon argent. Donc si vous n’avez pas de mandat, hors de question d’arrêter cette vente !

Commissaire-priseur : Encore 30secondes ! [Castle va vers le box et regarde à l’intérieur]

Beckett : Castle qu’est-ce que tu vois ?

Castle : Euh, en fait pas grand-chose, juste… [Souriant un homme baraqué qui lui bouche la vue et qui se pousse] un gros foutoir !

Beckett : La clé du meurtre de Wendy pourrait se trouver dans ce foutoir et on est sur le point de le perdre. J’arriverais jamais à obtenir un mandat à temps !

Castle : Tu n’as peut-être pas de mandat mais j’ai tellement mieux… un carnet de chèque ! [Le sortant de sa poche en même temps]

Directrice [Passant devant lui] : Ici on paye en espèce mon grand !

Castle : Oh non, comment va-t-on faire… est-ce que deux mille dollars ça suffira ? [Sortant les billets de sa poche]

Beckett [Chuchotant] : Qu’est-ce que tu fais avec tout ça dans ta poche ?

Castle : Je suis un auteur à succès, je peux avoir cet argent dans ma poche ! [Lui souriant]

Commissaire-priseur : Très bien ça vous intéresse ? On commence à cent dollars !

Castle [Levant la main] : Par ici !

Commissaire-priseur : On a cent dollars, qui en veut pour deux cent?

Peggy : Deux cent !

Commissaire-priseur : Deux cent pour Peggy, merci beaucoup ! Qui dit trois cent, qui dit trois cent, maintenant ?

Big-Percy : Moi je dis trois cent !

Commissaire-priseur : Big-Percy pour trois cent alors qui dit quatre cent ? Qui pour quatre cent ?

Castle : Quatre cent !

Commissaire-priseur : Le beau gosse par là en veut quatre cent ! [Une homme siffle et fait cinq avec ses doigts] Frankie pour cinq cent ! Qui a dit six cent ? Quelqu’un pour six cent ?

Peggy : Oui !

Commissaire-priseur : Peggy pour six cent dollars merci, qui monte à sept cent ?

Castle : Sept cent !

Commissaire-priseur : Sept cent, sept cent dollars merci ! Qui dit huit cent, qui dit huit cent dollars ?

Big-Percy : Huit cent dollars !

Commissaire-priseur : Big-Percy pour huit cent! Neuf cent ? [Sifflement de Frankie] Merci Frankie ! Maintenant qui est prêt à aller jusqu’à mille ? Qui veut faire une offre à mille dollars ? Quelqu’un en veut à mille dollars ? Qui dit mille dollars ?

Castle [Regardant Beckett qui lui sourit] : Mille cinq cent dollars !

Commissaire-priseur : Une offre à mille cinq cent dollars ici, qui dit mieux ? Personne ? Mille cinq cent une fois, mille cinq cent deux fois !

Homme [Arrivant] : Mille six cent dollars !

Commissaire-priseur : Mille six cent dollars juste à temps pour ce monsieur qui arrive là-bas. Maintenant qui dit mille sept cent ? Qui en veut pour mille sept cent dollars, aller un petit effort ?

Castle [Se tournant vers Beckett] : Je n’ai que deux mille dollars ! [Beckett prend le chéquier de Castle dans sa poche et l’ouvre]

Beckett : Bon, signe ! [Il s’exécute] Continu d’enchérir ! [Castle roule des yeux et lève le doigt pour enchérir] [Se tournant vers Big-Percy] Salut, salut ! Big-Percy c’est ça ? Qu’est-ce que ça me couterait pour avoir tout l’argent que vous avez sur vous ?

Big-Percy : Ca dépend de ce que vous offrez ?

Beckett : Que dite vous d’un chèque ?

Big-Percy [Déçu] : Hum, hum !

Beckett : Il est valable, je vous le jure. Il est signé par l’immense romancier millionnaire Richard Castle !

Big-Percy : Ouai c’est ça ?

Beckett [Etonner] : Vraiment, il est juste derrière moi !

Big-Percy : C’est vrai !

Beckett : Oui !

Big-Percy : Ma mère adore ces bouquins ! [Beckett l’observe en souriant] D’accord je vous donne mille six cent mais ça coutera deux mille cinq cent !

Beckett : Mille huit cent !

Big-Percy : Deux mille trois cent !

Beckett : Deux mille et dans on prochain romain, une femme aura le nom de votre mère !

Castle [Se retournant surprit] : Quoi ? [Beckett lui met un coup de coude dans les côtes]

Big-Percy : Vendu !

Beckett [Lui faisant le chèque] : Tenez, merci ! [A Castle] On a trois mille six cent dollars, fait ce qu’il faut !

Commissaire-priseur : Deux mille cinq cent, qui veut faire une offre à deux mille cinq cent, deux mille cinq cent ?

Castle [Chuchotant à Beckett] : Regarde bien !

Commissaire-priseur : Est-ce que j’entends deux mille cinq cent quelque part ? Personne ?

Castle : Trois mille !

Commissaire-priseur : Trois mille dollars !

Beckett [Chuchotant] : Qu’est-ce que tu fais ?

Castle [Chuchotant] : Fait-moi confiance, je gère !

Commissaire-priseur : Trois mille cent dollars pour quelqu’un ? Trois mille cent dollars ?

Homme : Trois mille… cinquante !

Commissaire-priseur : Trois mille cinquante, très bien ! [A Castle] Vous en voulez pour Trois mille cent ? Trois mille cent, vous montez jusqu’à trois mille cent dollars ?

Castle : Trois mille cinq cent dollars ! [Regardant l’autre enchérisseur dans les yeux]

Commissaire-priseur : Magnifique, trois mille cinq cent ! [Se tournant vers l’autre enchérisseur] Alors vous dites trois mille six cent ?

Beckett [Chuchotant] : Castle on a que trois mille six cent dollars !

Commissaire-priseur : Trois mille cinq cent cinquante ? Vous dites trois mille cinq cent cinquante ?

Castle : Je peux enchérir toute la journée et aussi sur moi-même, trois mille six cent ! [Beckett a peur]

Commissaire-priseur : Trois mille six cent dollars, qui dit mieux ? Personne, trois mille six cent une fois, trois mille six cent deux fois, c’est votre dernière chance d’enchérir ? Adjugé à se beau gosse pour trois mille six cent dollars, merci infiniment ! [Tout le monde s’éloigne, l’autre enchérisseur part]

Beckett : Comment a tu su que ça allait marcher ?

Castle : Et bien en champion émérite de poker, j’étudie le langage corporel de l’adversaire. J’ai vu très facilement que…

Beckett : T’en avais absolument aucune idée ?

Castle : Aucune !

Big-Percy [Mettant ses mains sur les épaules de Castle] : Félicitation, tous ces trucs sont à vous !

Castle [Mal à l’aise] : Oui merci !

Big-Percy : Ah euh, ma mère s’appelle … Eunice ! Excusez-moi ! [Partant]

Beckett : Oui !

Castle [Dégouter] : Eunice ! [Prenant un sommier dans le box]

 

[Commissariat : Beckett, Castle, Ryan, Esposito et Gates]

Esposito [Regardant Castle pousser un sommier avec l’aide d’un agent] : Quoi vous avez réellement acheté tout ça ?

Castle : Tout ça cher ami, va nous permettre de résoudre cette enquête ! [Déposant le sommier. A l’agent] Merci sergent ! [A Beckett] Vous me serrez tellement redevable pour ça ! [Esposito entre dans la salle de briefing pour fouiller dans les objets ramener]

Beckett : Castle, je sais pas si le département va être en mesure de vous rembourser ?

Castle [Chuchotant avec un œil lubrique] : Ce n’est pas le genre de dette dont je parle ! [Beckett lui sourit et s’arrête net, mal à l’aise, en entendant Ryan]

Ryan [Arrivant] : Au sujet du proprio du box 317 Johan Fleming, l’adresse est bidon, le nom est bidon, ce gars n’existe pas !

Beckett : Alors à qui appartienne ces trucs ?

Castle : La réponse est devant nous. [Entrant dans la salle de briefing] Ces trucs vont nous dire qui il est. Il y a une série de carte, un fan de géographie apparemment, il aime voyager !

Ryan [Entrant à son tour] : C’est peut-être un routier ?

Castle : Ah vous voyez on progresse !

Esposito : Oh regarder, un équipement d’escalade, un homme des grands espaces ?

Castle : Un homme des grands espaces au gout bizarre ! [Montrant une poupée de porcelaine]

Esposito : Hey, c’est du super matos Castle, je peux l’avoir ?

Castle : Non !

Esposito : Pourquoi ? Vous faite pas d’escalade !

Castle : Ca m’a couter beaucoup d’argent, vous voulez quelque chose faite moi une offre !

Gates [Arrivant. Enerver] : Qu’est-ce qui se passe ici ? [Castle est apeuré] A qui est tout ce bazar et qu’est-ce que ça vient faire dans mon poste ?

Esposito : C’est à Castle, chef ! [Castle le regarde dégouter]

Gates [S’énervant encore plus] : Monsieur Castle !

Beckett [Se levant] : Chef, en fait tous ces objets sont des éléments d’une enquête en cour !

Gates [Très Enerver] : Ca m’est égal, enlever moi ça et tout de suite. [Se retournant vers Castle et voyant ce qu’il a dans les mains se calme instantanément] Oh, est-ce que c’est… oh c’est, … oui c’est elle. Est-ce que vous savez ce que vous avez entre les mains ? A quel point cette pièce est rare ?

Beckett [Etonner] : Chef, vous les collectionner ?

Gates : Depuis que je suis toute petite et je l’ai cherchée pendant des années !

Castle [Heureux] : Et bien ne chercher plus ! [Lui tendant la poupée]

Gates [Surprise] : Non ?

Castle : Si, elle est à vous !

Gates : Vraiment et bien je ne sais quoi dire !

Castle : Dites que vous l’accepter !

Gates [La prenant en main précieusement] : Ohhhh ! Merci beaucoup ! Ohh… merci infiniment ! Continuer ! [Partant en admirant sa poupée] [Beckett la regarde partir surprise]

Esposito : Vous pouvez lui donner un truc mais vous ne pouvez rien me donner à moi ?

Castle : Vous, vous m’aimez déjà bien !

Ryan : J’ai du nouveau, [Montrant des feuilles] déclaration d’impôt. Il semblerait que Johan Fleming serait en fait Wendell Dupree !

Beckett : C’est le même nom que notre victime !

Castle : Ouai et la même date de naissance, c’est surement des jumeaux. Attendez des jumeaux ! [Claquant des doigts] Mais bien sûr, maintenant ça prend tout son sens, l’identité secrète de Wendell, Johan Fleming est la même identité secrète que celle de Zane. La moitié masculine des «Wonder Twins» ! [Tous le regardent sans comprendre] Les «Wonder Twins», les supers jumeaux. [Beckett fait une mou d’incompréhension] Sérieusement, vous ne regardez jamais la télé ?

Esposito : Si ce box appartenait à son frère, pourquoi Wendy voulait en acheter le contenu ?

Ryan : Pourquoi a-t-il arrêté de payer ? Et pourquoi avait-il un pseudo ?

Beckett : Pourquoi ne pas retrouver Wendell et lui demander ? [Sortant de la salle]

Castle [Chuchotant à Beckett en la suivant] : Si seulement tu avais une télé !

 

[Salle de repos : Ryan, Esposito et Gates]

Esposito [Regardant Gates dans son bureau avec la poupée] : Qui aurait cru que Gates avait un côté tendre ?

Gates [Heureuse. Parlant à sa poupée] : Tu es magnifique !

Esposito : C’est très …

Ryan : Flippant ! Vraiment très flippant !

Esposito : On en est ou pour le frère ?

Ryan : Oh il s’avère que les jumeaux ont eu des coups durs dans leurs vies. Leurs parents sont morts dans un accident de voiture quand ils étaient ados. [Ouvrant un dossier] On dirait que Wendell ne s’en ai jamais totalement remis, il est passé d’une ville à l’autre, a eu des ennuis avec la justice !

Esposito : Où est-ce que qu’on peut le trouver ?

Ryan : Dans une urne, [Esposito est étonné] il est mort, il y a six semaines, percuté par un métro !

Esposito : La vache, ça explique pourquoi son box n’était plus payer. Il s’agissait d’un accident ?

Ryan : Comme les caméras du métro étaient en panne on n’a absolument aucun moyen d’en être sûr. Si sa mort est liée à celle de Wendy, on pourrait  avoir un second meurtre sur les bras !

 

[Bureau de Beckett : Beckett, Ryan et Esposito]

Beckett [Raccrochant] : Bon c’est l’une des collègues de Wendy que je viens d’avoir en ligne. D’après ce que cette fille raconte, Wendy était convaincu que la mort de son frère n’était pas un accident. Apparemment il était impliqué dans un truc dangereux !

Ryan : Dangereux à quel point ?

Beckett : Wendy ne l’a pas dit mais d’après cette serveuse juste avant ce terrible accident Wendell a appelé sa sœur en disant que c’était terminer et que tous leurs problèmes étaient réglés !

Esposito : Et ensuite, il meurt et elle est désespérée au point de tout risqué, son job, la prison, juste pour avoir le box de son frère mais pourquoi ? Je veux dire on a passé en revu… [Voyant Castle dans la salle de briefing avec un casque bière sur la tête] toutes ces choses, il y a un peu tout et n’importe quoi là-dedans !

Beckett : Peut-être parce qu’on sait juste pas exactement ce qu’on doit retrouver. [Se levant et allant près du tableau blanc] Celui qui a tué Wendy vient très certainement de l’entourage de Wendell. Qu’est-ce qu’on sait sur lui ?

Ryan [Lisant un dossier] : C’est trois dernier mois, sous sa fausse identité, Wendell a travaillé comme chauffeur pour une certaine Angélica Henley, une riche mondaine !

Beckett [Regardant la photo donner par Ryan] : Très bien, allons lui causer !

 

[Penthouse d’Angélica Henley : Beckett, Castle, Kirby Smith et Angélica Henley]

[Une fête se déroule dans le Penthouse. Beckett et Castle entrent]

Kirby : Bonsoir ! Puis-je vous aider ?

Beckett : Euh en fait, on aimerait parler à madame Henley ! [Montrant sa plaque]

Kirby : Ah, il s’agit de la dame à la robe violette. Je vous conduis jusqu’à elle ?

Beckett : Ca va aller, on va se débrouiller ! [Allant vers Mme Henley]

Castle : Champagne ? [Prenant une coupe sur le plateau de Kirby]

Beckett : Je suis en service !

Castle : Ah alors obliger de boire seul !

Beckett : Angelica Hanley ? [Montrant sa plaque]

Angélica : «Anhélica» sachez que le «G» est muet !

Castle : Oh mais alors ne serait-ce pas «An-élica» ?

Angélica : «Anhélica» !

Beckett : Je suis le lieutenant Kate Beckett et voici monsieur Castle, est-ce qu’on peut vous parler ?

 

[Salon privée du Penthouse d’Angélica Henley : Beckett, Castle et Angélica Henley]

[Le major d’homme, Kirby, ferme la porte du salon privé et les bruits de la fête cesse. Castle fini sa coupe de champagne d’une traite]

Angélica : De quoi s’agit-il, j’ai des invités ?

Beckett : J’ai cru comprendre que vous avez eu un employé nommé Johan Fleming ?

Angélica : Oui et j’ai été très ému en apprenant sa mort !

Beckett : Etiez-vous au courant que son vrai nom était Wendell Dupree ?

Angélica : Non je l’ignorais !

Castle : Est-ce qu’il avait des ennemis ?

Angélica : Non, je ne crois pas. Vous voulez dire qu’il s’appelait Wendell ?

Beckett : Est-ce qu’il avait des problèmes ? Est-ce qu’il était impliqué dans certaine activité illégal ?

Angélica : Non la police l’a blanchi !

Beckett : De quoi ?

Angélica : Oh et bien deux jours avant sa mort, j’ai été cambriolé. On a pénétré ici et on a forcé mon coffre !

Castle : Qu’est-ce qui a été volé ?

Angélica : Mon bracelet serti de diamant rose d’une valeur de plus de quatre million de dollars !

Castle [A Beckett] : Wendell a volé ce bracelet !

Beckett : C’est ce qui est dans le box, c’est pour ça qu’on l’a tué !

 

[Appartement des Castle : Castle et Alexis]

[Castle entre dans le salon et voie toutes les boites empiler dans l’entrée]

Castle : Oh ! Oh-oh ! [Alexis le regarde en tournant une cuillère dans son bol sur le canapé] Op ! [Se cachant derrière les boites et faisant semblant de réapparaitre plus loin] Whoo !

Alexis [Triste] : Qu’est-ce qui te rend si euphorique ?

Castle : Un bracelet de quatre million de dollars traine au beau milieu des bien que j’ai raflé aux enchères. [S’asseyant à côté d’elle] Je suis riche, ou encore plus riche !

Alexis : Jusqu’à ce que Beckett te le reprenne pour le rendre à son véritable propriétaire !

Castle : Oui mais même ça ne pourrait gâcher ma journée, parce que ce soir c’est ma soirée spéciale veille de départ à l’université avec ma fille ! [Souriant]

Alexis : A propos de ça, est-ce qu’on peut annuler ?

Castle [Surprit] : Quoi, oh, quoi ? Mais pourquoi ? [Alexis lève les épaules et attrister] Ca fait des mois qu’on a prévu ça. Tu sais à quel point c’est difficile, même pour moi, d’avoir une réservation…

Alexis [En colère] : Si c’est ta réservation qui t’inquiète tellement, va diner là-bas avec ta petite copine ! [Mettant son bol dans les mains de son bol en se levant du canapé et partant]

Castle : Euh, Alexis… c’est pas… ce n’est pas… [Alexis claque sa porte] pas ce que je voulais dire !

 

[Commissariat : Beckett, Castle, Ryan et Esposito]

Beckett : Alors Alexis me déteste ? [Bougeant un objet dans la salle de briefing] C’est parce qu’on est ensemble ?

Castle : Je pense qu’elle a l’impression d’être remplacé. Ce qui est bizarre parce qu’elle n’avait jamais fait ça, ni avec Gina, ni avec les centaines de fille hyper sexy avec lequel j’ai fait plein…

Beckett [L’interrompant] : C’est bon j’ai aucune envie d’entendre ça ! [Sortant de la salle]

Castle [La suivant] : C’est vrai !

Beckett [Allumant les lumières au-dessus du tableau blanc] : Alors tu penses que je devrais aller lui parler ?

Castle : Non, non, non, elle pourrait te dévorer, c’est à moi de réglé ça !

Ryan [Arrivant avec Esposito] : Réglé quoi ?

Beckett et Castle [En même temps. Se retournant vers eux] : Rien du tout ! [Beckett est mal à l’aise]

Ryan : Bon des agents fouillent les affaires de Wendell à la recherche du bracelet. Mais on vient de recevoir le rapport sur l’effraction chez Angélica Henley regardé !

Castle [Regardant la photo du bracelet] : Oula une vraie beauté. Ça vaut certainement le coup de tuer pour ça. Je parle du bracelet si quelqu’un tient à le savoir ! [S’asseyant sur le bureau de Beckett]

Ryan : Faut être deux pour ce job. Plutôt sophistiquer d’ailleurs, un suspect pose une dérivation sur l’alarme au sous-sol…

Esposito : L’autre descend en rappel depuis le toit et passe par la fenêtre !

Castle : Ce qui explique cet équipement d’escalade que vous vouliez ! [Esposito le regarde méchamment]

Beckett : Bon Wendell est percuté par un métro dans des circonstances suspectes après avoir dérobé un bracelet. Et six semaines plus tard, sa sœur veut récupérer le contenu de son box et on la retrouve morte !

Castle : Et si le code d’honneur n’était plus en rigueur chez les voleurs. C’était un boulot pour deux, le complice de Wendell décide tout à coup qu’il veut le bracelet pour lui tout seul. Seulement il tue Wendell avant de savoir où il l’a caché !

Beckett : Donc il suit Wendy, elle le conduit jusqu’au box et il l’a tu !

Esposito : On trouve le complice et on a le tueur !

Beckett : On a peut-être déjà trouvé ce type !

Ryan : Comment ça ?

Beckett : Castle vous vous souvenez des enchères, toutes les personnes ont abandonnés à mille cinq cent dollars !

Castle : Toutes sauf une !

Beckett : Qui savait ce qu’il y avait à l’intérieur !

Castle : Sinon pourquoi renchérir autant ?

 

[Appartement de Felix Gozarian : Beckett, Esposito et Felix Gozarian]

Beckett [Frappant à la porte] : Felix Gozarian, police ! Ouvrez cette porte !

Felix [Etouffer] : Une seconde !

[Ils entendent des bruits suspects dans l’appartement, écoutant à la porte]

Esposito : Je crois bien qu’il essaye de s’enfuir !

Beckett : On entre !

[Esposito défonce la porte et ils entrent dans l’appartement arme au poing]

Esposito : Police !

Beckett : Police ! Ahhh… [Des cartons tombent sur eux et ils tombent à terre. Se relevant au plus vite en voyant un homme armé d’une batte de baseball] Ne gouger plus ! [Le mettant en joue]

Esposito : Lâcher-ça ! [Felix lâche la batte au sol]

 [Plus tard]

Felix [Assit dans son salon encombré] : J’ai cru que vous étiez des cambrioleurs. Je n’avais absolument aucune idée de ce qu’il y avait dans ce box !

Beckett : Pourtant contrairement aux autres vous avez fait grimper les enchères jusqu’à des sommets ?

Felix : Ecouter, c’est une stratégie, je fais des enchères sur tout, c’est comme ça que je gagne ma vie !

Esposito [Se levant] : Donc en réalité vous vendez ces trucs ? [Montrant le foutoir de l’appartement]

Felix : Pas encore. Je suis en train d’organisé, de catalogué. Il y a un ordre pour tout ça vous savez. Ce que j’ai collecté, ce que j’ai remporté aux enchères !

Beckett : Surtout quand vous avez des infos de l’intérieur. Vous saviez exactement ce qu’il y avait dans ce box ! [Esposito se met derrière Felix]

Felix : Non, j’en savais rien ! [Esposito joue avec la batte qu’il a dans les mains] Oui en fait je viens de penser qu’en m’inscrivant la dernière fois pour les enchères, il y avait un gars qui m’a offert cinq cent dollars pour être son mandataire et acheter le box 317. Il a bien précisé 317.

Esposito : Qu’avez-vous dit ?

Felix : J’ai dit non. Cinq cent dollars, je fais pas ça pour des clopinettes, il a éveillé ma curiosité, le 317, pourquoi ?

Beckett : Surement le complice de Wendel !

Esposito [Acquiesçant] : Hum, hum !

Beckett : Il était à la vente aux enchères ?

Felix : Non, non, non, non, non je l’ai jamais revu, ce mec !

Beckett : On a besoin que vous nous le décriviez de façon précise !

 

[Commissariat : Beckett, Castle, Ryan et Gates]

Beckett [Arrivant dans la salle de briefing ou de trouve Castle] : L’alibi de Felix tient la route mais… [Montrant un portrait-robot]

Castle [Regardant le portrait] : Qui est-ce ?

Beckett : Le complice de Wendell. Ryan et Esposito essaient de l’identifié. Et toi tu en es où ?

Castle : Euh, j’ai passé en revu chaque objet étain assez grand pour cacher un bracelet. Tu sais ce que j’ai trouvé ?

Beckett : Rien !

Castle : Même moins que rien. En revanche j’ai trouvé ce splendide Nunchaku, [Lui montrant] avec lequel j’ai pu ouvrir la machine à hot dog. [Beckett lève les yeux au ciel] Il y a aussi des livres remarquable, «La polka Slovaque», «Prothèse oculaire mode d’emploi» et mon préférer «L’histoire des voyageurs Irlandais » !

Beckett [Allant à son bureau] : Je comprends pas. Tous les éléments, le meurtre de Wendy, la moindre preuve indique que ce bracelet devait être là-dedans !

Castle : Oui et bien il n’y est pas. [S’asseyant sur sa chaise] Cela dit, j’ai réussi à bien progresser sur ma théorie du bonhomme en bois !

Beckett : Vraiment ?

Castle : Ouai, à l’époque où tu n’étais qu’un jeune officier, tu as risquée ta vie au milieu de la circulation pour sauver une vieille bohémienne !

Beckett : Un bohémienne ?

Castle : Non, non, non une vieille bohémienne. Alors pour te remercier elle t’a offert un talisman et elle t’a dit que tant que tu le garderais, aucun danger ne pourrait s’abattre sur toi !

Beckett : Aucun danger ne pourrait s’abattre sur moi ?

Castle : Tu as l’air d’aller bien ! [Lui souriant]

Gates : Bon… monsieur Castle ! [Il se lève] J’ai lu votre dernier roman, «Vague de froid» et je dois dire que c’est réellement un excellent bouquin !

Castle [Surprit] : Vous avez aimé ?

Gates : J’ai adoré. [Beckett est surprise] Oh ça ne vous gêne pas ? [Lui donnant le livre et un stylo pour qu’il le dédicace]

Castle : Non !

Gates : Oh et j’ai commandée le reste de la série Nikki Hard ! [Riant] [Castle signe le livre et lui rend] Et encore une fois merci pour ma Gemini, merci beaucoup. Maintenant grâce à vous, la paire est réunie ! [Partant]

Castle : T’as vu ça, ça y est, elle m’adore et ça c’est grâce à cette monstrueuse petite poupée ! [Beckett lui sourit]

Ryan [Les appelants de la porte de la salle de vidéo] : Hey, venez voir ça !

 

[Salle de vidéo : Beckett, Castle et Ryan]

Ryan : Une équipe à interroger un dénommé Marco Vinstrolli. [Cliquant sur l’écran pour mettre la photo en grand] Son van a pris une contravention au coin de la rue la nuit où le bracelet d’Angélica a été volé. On a pas de preuve pour le relier à ça mais… [Affichant sur l’écran le portrait-robot] Ça vous rappel quelqu’un ?

Beckett : C’est notre homme !

Ryan : Le gérant de l’entrepôt dit qu’il a loué un box à Marco au même niveau la veille de la vente aux enchères. J’ai donc étudié leurs vidéos de surveillance, [Mettant la vidéo en route] Ça c’était vers 6h hier matin, 5h avant la vente !

Castle [Se levant. Enerver] : Il pénètre dans mon box, regardé ! [Se rasseyant calmer] Bon c’était celui de Wendell à ce moment-là, mais maintenant c’est le mien. [Continuant de regarder la vidéo] C’est un coffre ? [Ryan met la vidéo en pause]

Beckett : C’est pour ça qu’on trouvait pas le bracelet, parce qu’il était dans un coffre !

Castle [Dégouter] : Dans mon coffre !

Beckett : On a une plaque pour ce van ?

 

[Ruelle : Beckett, Ryan et Esposito]

[Un van est garé dans une ruelle, une voiture arrive et se gare rapidement à proximité. Beckett, Ryan et Esposito en sortent en gilet par balle]

[Dans le van, quelqu’un essaie d’ouvrir le coffre avec une scie électrique]

[Beckett ouvre la porte arrière et les gars la porte latéral et mette Marco en joue]

Ryan [Hurlant] : Lâche ton arme !

Esposito [Hurlant] : Police, les mains en l’air !

Beckett : Enlève les mains de ton engin Marco ! [Marco lâche la scie. Les gars rient, moqueur] [Aux gars] La ferme !

 

[Salle d’interrogatoire : Beckett, Esposito et Marco Vinstrolli]

Beckett [Posant sa photo sur la table] : Marco on sait que tu étais le complice de Wendel l. Ton van a été verbalisé quand vous commettiez le vol !

Esposito : Ca n’a pas pu être prouvé avant mais avec ça tu vois… [Pointant du doigt la photo] t’es cuit !

Marco : Et bien d’après moi tout ce que vous avez à me reprocher c’est le vol d’un coffre. Qu’elle est la peine pour ça ? Trente jours ?

Beckett : Plutôt trente ans je dirais, après avoir rajouté à ça, les meurtres de Wendell et Wendy ! [Mettant les photos des victimes sur la table]

Marco : Meurtre ?

Beckett : Pourquoi ne pas nous dire précisément ce qui s’est passé et on ira te négocier un accord mais dépêche-toi parce qu’ils sont en train d’ouvrir ce coffre et quand ils mettront la main sur le bracelet se sera trop tard !

 

[Commissariat : Castle et Ryan]

[Un homme allume un chalumeau pour ouvrir le coffre. Castle et Ryan le regarde faire avec des lunettes de protections]

Castle [Heureux] : Hi, hi, hi ! Vous savez ce que j’aime dans cette affaire ?

Ryan : Non quoi ?

Castle : Trouver un magnifique petit bracelet dans ce qui m’appartient !

Ryan : Vous savez que vous devrez le rendre finalement ?

Castle [Criant] : Je le sais Ryan, je le sais ! [Reprenant son ton normal] Vous ne pouvez pas me laisser profiter de ce moment. Avoir ce moment, ile au trésor, Indiana Jones, rien que pour moi ?

Ryan : Désolé, allez-y !

Castle : Mais c’est trop tard, vous l’avez gâché ! [L’homme continu d’ouvrir le coffre]

 

[Salle d’interrogatoire : Beckett et Esposito]

Marco : Tout ce que j’ai fait, c’est l’aider à pénétrer dans cet appartement et je vous jure que je connaissais même pas ce mec. Johan ou Wendell, peu importe m’a filé cinq mille dollars pour déconnecter l’alarme, sans posé de question. On a fait le coup, il est ressorti content. Il a dit «Mission réussi» et après on s’est séparé !

Beckett : Sauf que tu voulais le bracelet. Tu l’as retrouvé et tu l’as tué !

Marco : J’étais même pas au courant qu’il avait embarqué ce bracelet jusqu’à ce que je l’apprenne en lisant la presse. Seulement à ce moment-là il était déjà mort alors je suis rentré chez Wendell mais tout ce que j’ai trouvé c’est une clé marqué, «entrepôt de stockage» !

Esposito : Et tu savais pas où se trouvait le box ?

Marco : Alors j’ai surveillé les enchères à venir jusqu’à ce que je voie qu’une vente au nom de Johan était programmée. Aussitôt que j’ai vu le coffre à l’intérieur, j’ai su que c’était là qu’il avait caché ce fameux bracelet !

 

[Commissariat : Castle et Ryan]

[L’homme fini d’ouvrir le coffre et le morceau coupé tombe à terre lourdement]

Castle [Mettant ses lunettes protectrices sur son front et s’approchent du coffre] : Oh j’adore cette partie, la montée d’adrénaline, l’accélération du cœur, ces dernières bride d’attente et d’anticipation ! [Ouvrant le coffre tout sourire]

 

[Bureau de Beckett : Beckett, Castle, Ryan et Esposito]

Beckett [Ouvrant le coffre sur son bureau] : Il est vide ! Alors où est le bracelet ?

Castle : Et bien où qu’il soit, il se moque de moi !

Esposito : Peut-être que Marco c’est trompé et que Wendell l’a vendu avant d’être tué ?

Ryan : Où est l’argent de la vente dans ce cas ? Sans argent il devrait y avoir un bracelet, sans bracelet il devrait y avoir de l’argent ! [Beckett acquiesce]

Castle : La question qu’on devrait se poser c’est comment Wendell a pu monter un casse comme celui-ci pour commencer. Anhélica a dit que le voleur avait forcé son coffre. Vous savez à quel point c’est difficile de forcer un coffre. En particulier vu que Wendell avait pas l’équipement approprier dans son box. Tout ça n’a…

Esposito [Continuant pour lui] : Vraiment aucun sens !

Castle : Merci !

Beckett : A moins que Anhélica ne nous est pas dit toute la vérité ! [Ils se regardent interrogatif]

 

[Salle de vidéo : Beckett et Castle]

[Castle rentre avec deux cafés dans les mains]

Beckett : Ecoute ça, Anhélica devait passer au tribunal de commence il y a une semaine. [Prenant sa tasse des mains de Castle] L’audience a été annulé parce qu’elle a fait un virement de deux million de dollars à ses créanciers !

Castle : Soit juste après que l’assurance l’est indemnisée pour le vol du bracelet. Et si toute cette histoire n’était rien de plus qu’une escroquerie à l’assurance ?

Beckett : Mission accomplit ! C’est ce que Wendel a dit après le cambriolage, mission accomplit !

Castle [Ce mettant face à elle avec enthousiasme] : Exact, il ne disait pas qu’il avait volé quelque chose, la mission était de faire croire à un cambriolage…

Beckett : Et le meilleur moyen de rendre ça réaliste pour berner la police et la compagnie d’assurance…

Castle [Se rapprochant d’un pas] : C’était d’aller réellement forcé le coffre mais sans rien volé, Anhélica a conçu ce stratagème…

Beckett [Se rapprochant d’un pas] : Et la seule autre personne au courant était Wendell…

Castle : Elle ne pouvait pas se permettre de le laisser lui ou sa sœur dévoilé son secret !

Beckett [Souriante] : Je vois là un mobil de meurtre et un motif valable pour obtenir un mandat !

[Ils se regardent intensément en se souriant. La tension sexuelle est palpable et quand ils se rendent compte qu’ils sont très proche l’un de l’autre et au commissariat, ils se retournent gêner]

Beckett : Oh !

Castle : Oh ! Beau boulot ! [Ils boivent chacun une gorgé de café]

Beckett : Merci ! [Frustrer]

 

[Penthouse d’Angélica Henley : Beckett, Castle, Ryan, Esposito, Kirby Smith et Angélica Henley]

[Ryan enlève le tableau qui cache le coffre dans le mur]

Kirby : Désolé madame Henley, ils ont fait irruption. J’ai essayé de les arrêter mais…

Angélica : Vous n’avez absolument aucun droit de fouiller ma résidence !

Esposito : A vrai dire… [Sortant un mandat de sa poche] on a le droit !

Angélica : C’est scandaleux !

Castle : Elle a raison, c’est scandaleux. Vous savez ce que vous devriez faire ? Ouvrir votre coffre et nous prouver que nous avons tort ! [Angélica ne bouge pas]

Ryan : Très bien, on va l’arracher du mur dans ce cas ! [Prenant le pied de biche des mains d’Esposito]

Angélica : Non, non, non, non, non, non, non, non ! [Allant vers le coffre et l’ouvrant. Beckett fait un signe de tête à Castle] [Beckett s’avance et ouvre le coffre]

Castle [Intriguer] : Alors il est là ? [Beckett sort le bracelet du coffre] Salut beauté !

 

[Salle d’interrogatoire : Beckett et Angélica Henley]

Beckett [Le bracelet en main] : Cette merveille a causé un tas de problème n’est-ce pas ?

Angélica : C’est ce que les belles choses font toujours ma chère. Du moins à moi !

Beckett : Et pourquoi ne l’avez-vous pas vendu pour résoudre tous vos problèmes d’argent au lieu d’engager Wendell pour feindre un cambriolage ?

Angélica : Je n’ai pas engagé Wendell. Je ne savais pas qu’il était mêlé à tout ça avant que vous m’en parliez !

Beckett : Donc le fait qu’il entre par effraction le même soir ou vous signalez que ce bracelet a été volé, c’est juste une coïncidence ?

Angélica : Lieutenant, quand je suis rentrée chez moi, j’ai vu que l’appartement avait été cambriolé et j’étais, j’étais paniqué, choqué. Jusqu’à ce que je voie qu’il ne manquait rien alors je me suis dit qu’il me suffirait de raconté que mon bracelet avait été volé… pour résoudre tous mes problèmes !

Beckett : Sauf que vous avez créez deux autres problèmes. Votre chauffeur et sa sœur, ils sont morts maintenant, l’un comme l’autre !

Angélica : Je crois qu’il est temps que j’appelle mon avocat !

 

[Bureau de Beckett : Beckett et Castle]

Beckett [Marchant au côté de Castle jusqu’à son bureau] : Donc elle a admis la fraude à l’assurance en espérant éviter une inculpation pour meurtre. Enfin je crois que c’est son plan !

Castle : Tu crois ?

Beckett : Oui ! Elle est désespéré et sur le point de perdre toute sa fortune. C’est la mort pour une femme comme elle. Elle est surement prête à tout, a absolument tout pour l’empêcher, mentir, voler, tricher et dans le cas présent tuer !

Castle : Mais ça résout toujours pas la question du box. Si Wendell n’a rien volé qu’a-t-il mi dedans que ça sœur voulait à tout prix récupérer ? Et si ça n’avait rien à voir avec son meurtre pourquoi écrire avec son sang le numéro du box ?

Beckett : Castle tu as passé le contenu de ce box au peigne fin, tu t’en souviens, et tu as dit qu’il y avait rien de valeur dans tout ça ?

Castle : Oui, rien de valeur pour nous mais… mais pourquoi pas quelque chose de valeur pour nos jumeaux ! [Allant devant le tableau blanc]

Beckett : Comme quoi ? [Le rejoignant]

Castle : J’en sais rien un héritage ? Un bibelot ? [Se tournant vers la salle de briefing] La réponse est forcément là quelque part. Enfin bref il se fait tard et je dois déposer Alexis à la première heure demain matin. On reprend ça demain ?

Beckett : Bien sûr !

Castle : On y va ?

Beckett : Euh, je vais rester encore un peu, je dois revoir certain alibi !

Castle : Très bien ! [Ils se regardent intensément] [Chuchotant] J’aimerais tellement t’embrasser là !

Beckett [Chuchotant] : Oui, je sais !

[Castle lui tend sa main. Elle s’interroge. Il lui fait signe de la prendre, ce qu’elle fait]

Castle [Chuchotant] : Là c’est moi, caressant doucement ton visage et puis t’attirant pour un long et tendre baiser !

Beckett [Souriante et chuchotant] : Et ça c’est moi te rendant ton baiser, [Lui caressant le dos de la main avec son pouce] en passant ma main dans tes cheveux !

Castle : La meilleure poignée de main de ma vie !

Beckett [Riant] : Oui ! [Continuant de se serrer la main en se regardant intensément]

Castle : Je crois que ma main commence à être moite !

Beckett : Oui c’est pas génial du tout !

Castle : Désolé ! [S’essuyant la main sur sa veste]

Beckett : Pas de soucie ! [Il part] [Elle se tourne vers le tableau sans le regarder et s’éloigne avec un petit sourire]

 

[Université de Colombia. Chambre d’Alexis : Castle, Martha et Alexis]

Martha [Tenant Alexis par les mains] : Oh Alexis, ma chérie. Adieu, Dieu sait quand nous nous reverrons ! Ça c’est du Shakespeare, tu vois ?

Alexis : Oui je sais !

Martha : Non, non pas d’adieu, ni d’au revoir ! Juste à un de ces quatre, jeune fille !

Alexis : A un de ces quatre, grand-mère !

Martha [A Castle] : Je t’attends dans le hall trésor ! [Partant]

Castle [A Martha] : D’accord ! [Alexis s’assoie sur le lit en soupirant] Alors c’est ta nouvelle maison, n’est-ce pas ? [Alexis acquiesce] [Se levant pour la rejoindre] Euh, écoute, j’ai compris je t’assure mais… [S’asseyant] quoi qu’il arrive entre Beckett et moi, je veux que tu sache… je veux dire que l’on rompe demain ou qu’on passe le restant de notre vie ensemble, elle ne pourra jamais prendre ta place dans mon cœur !

Alexis : Pourquoi je devrais avoir peur que le lieutenant Beckett prenne ma place ?

Castle : Euh et bien, et bien à ta façon d’agir, j’ai cru…

Alexis [L’interrompant] : Comment peux-tu être aussi brillant et aussi ignorant à la fois papa ?

Castle : Je m’entraine !

Alexis : Ca n’a rien à voir avec Beckett non, ni même avec le fait que ma mère ne soit pas là !

Castle : Désolé chérie mais ta mère n’a pas du ce…

Alexis : Non, non, ça va. Ça a toujours été à merveille parce que quoi qu’il en soit je me réveillais et toi tu étais là et je savais que tout allait bien !

Castle : Oh et quand tu vas te réveiller ici…

Alexis : Je serais là et toi là-bas, même si tu seras qu’à huit kilomètre. [Soupirant] Tu seras pas ici !

Castle : Et bien crois-moi chérie tout va bien se passer et tout ira bien pour toi et même si je suis là-bas, [Se levant] si tu as besoin de moi ici, c’est ici que je serais ! [L’embrassant sur le front. Alexis sourie, il s’éloigne vers la sortie]

Alexis [L’interpelant] : Papa ? Je sais que ça fait un bout de temps mais… tu pourrais le faire… une toute dernière fois ? [Castle s’avance dans la pièce, passe à côté d’elle qui lui sourit, se met à genoux et regarde sous le lit]

Castle [La regardant] : Pas de monstre !

Alexis : T’es sur ?

Castle : Oui et si, il y en a, je reviendrais en courant ! [Lui déposant un baiser sur la joue. Allant à la porte en prenant sa veste et la regardant du couloir. Ils se sourient. Il part et Alexis essuie une larme coulé le long de sa joue]

 

[Université de Colombia. Hall : Castle et Martha]

Martha [Regardant son fils] : Chérie tu pleur ?

Castle : Non c’est une allergie. Trop de Pollen dans l’air !

Martha : Je commence à y être allergique aussi !

Castle : Oh c’est vrai ! [La prenant dans ses bras]

Martha : Richard ! [Pleurant tous les deux]

Castle [Voyant une fille ouvrir un sac à dos peluche pour prendre son téléphone. Martha pleur sur l’épaule de son fils mais il l’a repousse] : Tu peux rentrer toute seule, n’est-ce pas ? [S’éloignant]

Martha [Surprise] : Et bien je…

Castle [Partant en courant] : Merci ! Je t’aime mère !

 

[Commissariat : Beckett, Castle et Gates]

[Castle sort de l’ascenseur en vérifiant qu’il est au bon étage, trouve Beckett dans le couloir et continue de marcher dans le commissariat]

Castle : Je sais où c’est !

Beckett [Le suivant] : Où est quoi ?

Castle : Je ne sais pas ce que c’est mais seulement où c’est. Ce que Wendell a volé n’avait de la valeur que pour lui et sa sœur jumelle, donc il le cacherait dans la seule planque où elle seule irait regarder. [Entrant dans le bureau de Gates] Wendy et Wendell, des jumeaux comme l’une des Gemini [Prenant la poupée] qui était dans le box, c’est là-dedans ! [La jetant à terre]

Beckett [Horrifier] : Castle ! [La poupée explose en mille morceaux]

Castle [Déçu] : C’est vide ? C’est pas possible !

Gates [Horrifier en entrant et en voyant sa poupée cassée] : Ohhhh …

Beckett : Chef respiré !

Gates : Mais pour l’amour du ciel, vous êtes devenu dingue !

Castle : J’ai cru…

Gates : Vous avez cru quoi, monsieur Castle ?

Castle : J’ai seulement cru que Wendell avait caché ce qu’il avait volé…

Gates [Hurlant] : Ce n’était pas celle de Wendell, c’était la mienne. Je l’ai apporté de chez moi ce matin !

Castle : Très bien autant pour moi ! [Gates le regarde sévèrement] Attendez ça veut dire que… [Se tournant dans le bureau pour prendre l’autre poupée] A la voilà ! [La jetant à terre]

Gates : Non, non, non, non, non, non !

Beckett : Ahh ! [La poupée se casse et quelque chose est dedans] Une clé USB et un œil de verre ! [Gates est très en colère]

Castle : Ca je m’y attendais pas ! [Beckett est surprise]

 

[Bureau de Beckett : Beckett, Castle, Ryan et Esposito]

[Gates ramasse les morceaux de poupée dans son bureau, Castle la regarde faire. Elle le voit l’observer et lui lance un regard assassin. Il se ravise et arrête]

Beckett : Les photos sur cette clé USB sont celle du lieu d’un crime !

Castle : A quel endroit ?

Beckett : Mercer Pennsylvanie, ça remonte à environ dix ans, c’était un délit de fuite !

Ryan : Quel est le rapport avec un œil de verre ?

Esposito : Les parents des jumeaux ne sont pas morts dans un accident de voiture, il y a dix ans ?

Ryan : Si, ils ont été percutés et leur voiture a fini dans le bas-côté. Le rapport indique qu’ils ont été coincés et qu’ils se sont vidés de leur sang et que si le responsable de l’accident avait appelé les secours, ils auraient pu s’en sortir !

Beckett : Les gars regarder cette photo, ça vient du lieu de l’accident et ça ressemble à un morceau d’œil de verre !

Esposito [Prenant la photo] : Quoi ?

Castle : Un œil de verre, une minute. Bien sûr maintenant ça prend tout son sens !

Ryan : Ah oui ?

Castle : Wendell et son obsession, ses déménagements permanent. Pourquoi il est venu à New-York, a utilisé une fausse identité et avait un bouquin sur les prothèses oculaire. Il était, il était en mission !

Esposito : Oui mais en mission pour quoi ?

Castle : Retrouver la personne responsable de la mort de ses parents. Pour en être sûr, Wendel devait voler à son suspect un œil de verre. C’était le but du cambriolage !

Beckett : Comme pour les empreintes, il avait cette photo pour comparer les yeux !

Castle : A la Richard Kimble mais au lieu de se lancer à la recherche d’un manchot…

Beckett : Wendell c’est lancé à la recherche d’un borgne. Ou dans notre affaire, à la recherche d’une borgne !

 

[Penthouse D’Angélica Henley : Beckett, Castle, Angélica Henley et Kirby Smith]

Angélica [Descendant les escaliers] : Je ne dirais pas un mot sans la présence de mon avocat !

Castle : Vous n’y êtes pas obliger mais vous pourriez vous écouter !

Beckett : On sait ce que Wendel a volé !

Angélica : J’en ai assez, j’appelle mon avocat !

Castle [A Beckett qui va parler] : Euh, puis-je ?

Beckett : Oui !

Castle : Merci !

Beckett : Hum, hum !

Castle : J’ai travaillé sur un tas d’homicide en attendant patiemment que vienne le jour où je pourrais formellement clamer… [Se tournant et le montrant du doigt] C’est le major d’homme!

Kirby : Quoi ?

Castle : Ca a dû être un choc, des années plus tard. Après avoir mis cette histoire derrière vous qu’une personne débarque dans votre vie et face tout remonter à la surface ?

Angélica : Kirby ? Mais de quoi est-ce qu’il parle ?

Beckett : Votre actuelle major d’homme a causé un accident de voiture et a fui aussitôt les lieux. Mais à cause de ça, deux personnes ont perdu la vie et il s’agissait des parents de Wendell !

Kirby : C’est impensable et totalement ridicule. Vous ne pouvez rien prouvez et toute façon ?

Beckett : Votre ADN était sur la prothèse oculaire que Wendell a volé et il correspond à l’ADN trouvé sur la douille dans la chambre d’hôtel de Wendy !

Castle : C’est terminer !

Kirby [Posant la fourchette qu’il nettoyait et s’asseyant] : J’ai travaillé tellement dur pour mettre cette nuit, cette horrible nuit derrière moi !

Castle : Et il y a eu l’effraction !

Kirby : De toutes les choses a volé, mon œil de verre de rechange rangé dans mon bureau. C’est là que j’ai compris qui le nouveau chauffeur était en réalité et ce qu’il essayait de prouver, mais vous devez comprendre. Je ne pouvais pas ramener ces parents de toutes manières, je ne pouvais pas alors pourquoi aurais-je du souffrir ?

Beckett [S’approchant de lui] : Kirby Smith, je vous arrête pour les meurtres de Wendell et Wendy Dupree. [Lui passant les menottes] Et je suis sûr que l’état de Pennsylvanie n’hésitera pas à ajouter à ça, vos deux autres homicide d’il y a dix ans !

 

[Commissariat, bureau de Beckett : Beckett, Castle et Gates]

Beckett : Kirby a fait des aveux complets. Il a lu un article sur une agression dans cette station de métro et a décidé de tuer Wendell là-bas, parce qu’il savait que les caméras ne fonctionnait pas !

Castle : Mais la preuve que Wendell avait volé était toujours quelque part. C’est du moins ce que pensait sa sœur Wendy quand elle a commencé à s’intéresser aux entrepôts. Kirby l’a suivi à son hôtel et l’a tué !

Gates [Regardant Castle] : Misérable pourriture !

Castle : Je vous demande pardon ?

Gates : Il a tué toutes leurs familles ! [Beckett et Castle sont soulagés] Beau boulot lieutenant !

Beckett : Merci ! [Castle sourit et Gates le fusille du regard et part dans son bureau] [Souriante]

Castle [Marchant vers le bureau de Beckett] : Etttt elle recommence à me détester !

Beckett : Ses poupées Gemini comptait visiblement beaucoup pour elle !

Castle : Je me demande qu’elle ait leur histoire ?

Beckett : Et l’histoire de ces trucs-là ? [Montrant les affaires de Wendell] Qu’est-ce que tu vas faire de tout ça Castle ?

Castle : Je vais donner l’équipement d’escalade à Javier et ensuite donner tout le reste je pense. Ça a atteint son objectif, apporter la justice à cette famille mais ça montre bien que chaque personne ou objet à une histoire, y compris ton petit bonhomme là-dedans ! [Tapant du doigt sur le bureau]

Beckett [Ouvrant son tiroir] : Alors… [Sortant le bonhomme en bois et le posant sur le bureau] tu veux retenter ta chance ?

Castle : En fait non ! [Beckett est étonnée] J’ai repensé à ce que tu as dit et tu as raison. Ce n’est parce que toi et moi, on se sert la main beaucoup, [Observant autour s’il n’y a personne] que ça me donne le droit de fouiner donc quand tu seras prête, raconte-moi ! [Ils se regardent]

Beckett [Souriante] : Coney Island ! [Castle pose son coude sur le bureau et son menton sur son poing et l’écoute attentivement] On a, on a donné une réception à la maison après l’enterrement de ma mère et… c’était triste… j’étais triste et mon père m’a prise par la main et il a dit «Allons-nous en d’ici Katie» ! On a pris le métro et on s’est retrouvé à Coney Island. On s’est baladé sur cette plage, on s’amusait, on portait encore nos habits d’enterrement et le meilleur moment c’est quand on a fait ça. Ce petit bonhomme en bois avec de la ficelle et des branches trouver sur la plage !

Castle : Est-ce que ça fait de cette journée, un bon où un mauvais souvenir ?

Beckett : Les deux ! Ils me rappellent que même dans les pires journées, on peut éprouver une grande joie !

Castle : Jolie ! [Se levant]

Beckett : Alors on se voie ce soir ? [Il se penche et lui tend la main qu’elle prend et il la serre]

Castle : J’ai vraiment hâte ! [Partant] [Elle sourit et remet son bonhomme en bois dans son tiroir]

 

[Appartement des Castle : Castle et Martha]

[Castle entre dans l’appartement et vois des cartons dans l’entrée marqué «Leave @ Home». Il s’en approche et prend la médaille d’Alexis en main]

Castle [Pour lui] : Ma petite fille !

Martha [Descendant les escaliers] : Le déménagement d’Alexis m’a fait réfléchir et après plusieurs heures de réflexion, j’ai pris une décision !

Castle : Ah vraiment ?

Martha : Oui ! J’ai décidé, avec toute la bonté que me caractérise, de continué à vivre ici !

Castle : Gratuitement !

Martha : Non je t’en prie ne m’interrompt pas, je vais continuer à vivre ici pour que toi Richard… tu ne sois jamais, jamais seul !

Castle : Oh, tu ferais ça pour moi mère ?

Martha : Et bien, une mère sait ce sacrifié ! [Mettant les mains sur les joues de son fils et souriant tous les deux, elle part vers la cuisine]

[Castle s’assois sur les marches de l’escalier et observe la médaille en souriant]

A woman writes something on the floor in her own blood, then dies.

At Castle’s loft, boxes are piled all over.

Alexis: Okay, one last box, and I'm ready for college.

Castle: Sweetheart, this is a lot of stuff. You do realize, you don't have to take all of this stuff with you to your dorm room? Like this. What is this?

Castle pulls out a gold medal on a blue ribbon.

Alexis: Remember? I wanted to ride my bike without training wheels, like the big kids, and I did. So you got me my very own gold medal.

Castle: Oh, well, honey, that is…

Castle stops Alexis from putting on the medal.

Castle: That's a very sweet memory, but your dorm room is only so big. You're gonna have to leave some of this stuff behind.

Martha comes down the stairs.

Martha: Don't listen to his, darling. Everybody needs their stuff.

Castle looks from Martha to Alexis.

Alexis: See?

Alexis goes to the kitchen. Castle smiles gleefully and turns to Martha.

Castle: My little girl is going to college.

Martha: Seems like just yesterday, you were checking under the bed every night, promising her that monsters aren't real.

Castle: Well, I lied. Monsters are real. They're the boys in her freshman dorm.

Martha: Oh, speaking of which, before Alexis leaves, don't you think you should have the, um... Talk with her?

Castle: You mean the sex talk? Mother, I covered that ages ago. I learned so much.

Martha: I mean the you-and-Beckett sex talk.

Castle: Mother, Beckett and I ar…

Martha puts up a hand.

Martha: Save it, Richard. I knew the morning I walked in here and the poor girl was hiding in the cl…

Castle: You knew that!

Castle freaks and knocks the box in front of him, almost knocking it over.

Martha: Shh.

Castle: How did you know that?

Martha: Shh, shh, shh. Mothers know these things. But I don't think you want Alexis to walk in unannounced and find you and Beckett... Out of the closet. And by "out of the closet," I…

Castle: I… I, no, I… I know what you mean by "out of the closet."

Martha: Okay, so...don't you think you should tell her?

Alexis stands up with in the kitchen with a spray bottle in her hand.

Alexis: Tell me what?

Castle and Martha turn in surprise, then look at each other.

In a street.

Beckett: You told Alexis?

Castle: I didn't want to. Mother used her Jedi mind tricks on me.

Beckett: She knows, too? Castle, do they realize what's at stake here? Because if Alexis tells Lanie...

Castle: Alexis won't tell Lanie.

Beckett: Lanie's gonna tell Esposito, Esposito can't keep his mouth shut with Ryan, and Ryan's gonna blow it out of proportion, and then Gates is gonna find out, and we won't be able to work together anymore.

Castle: Trust me. She knows what's at stake, and our secret is safe.

Beckett accepts his statement with a nod.

Beckett: So, how did she take it... Us being together?

Castle: She was too preoccupied with her move to even comment. I mean, it's ridiculous. She's got boxes and boxes of stuff, and apparently, all of it's important.

Beckett: Yeah, well, we all need our stuff, Castle. I've got boxes and boxes of it. It's comforting. It reminds me of my past.

Castle: Your kinky past?

Beckett: I've got that box, too.

Castle pauses for a moment to let his imagine takeover while Beckett enters the hotel, then he follows.

Beckett, Castle, and Lanie look at the body on the floor while CSU takes crime scene photos.

Lanie: Housekeeping found her this morning. Name's Wendy Dupree, twenty-five years of age, single gunshot to the chest from a nine millimeter.

Lanie holds up the evidence bag.

Lanie: Unfortunately, she died slowly.

Beckett: Yeah, long enough to write the word "Lie." So, our killer wasn't a pro. She wouldn't have been left breathing.

Castle: A dying declaration, but what does it mean?

Lanie: Hey, that's your department.

Lanie walks away.

Castle: Well, did someone lie to her? Perhaps it's the killer's initials.

Beckett: Mm.

Castle: Maybe a grammatical error. She should've written "Lay."

Beckett gives Castle a look.

Esposito: Yo, Beckett.

Beckett and Castle turn to look. Esposito holds up a green bag.

Esposito: Victim's wallet.

Beckett goes to Esposito and Castle crouches down by the body.

Esposito: She came a long way to get killed. She's a Philly girl.

Beckett: How long was she here for?

Esposito: Front desk says she checked in yesterday afternoon alone.

Ryan stands up with an envelope full of cash.

Ryan: She wasn't alone. She brought 4,000 of her closest friends.

Esposito: That kind of cash, what's she doing in a dump like this?

Beckett: All right, run financials. See what you guys can find.

Esposito: Yeah.

Beckett: Castle, what do you think?

Castle: I think, as much as I love a good mystery, she could've left a more helpful note.
Esposito: Here's a message that needs no interpretation.

Esposito reads a text message.

Esposito: "You think you can lie to me?"

Castle: Ah. Maybe that's the lie.

Esposito continues reading.

Esposito: "Run all you want. I'm gonna find you and make you pay." It's a 2-1-5 area code. That's Philly.

Beckett: Pull a warrant for the cell phone. I want to know who sent that text.

In the interrogation room.

Joel Pratt: Yeah, I sent it. You bet I did.

Beckett: Well, sounds like you had a big problem with her.

Joel Pratt: Hell, yeah, I had a problem. Wendy's a waitress at my place, Joel's Cheesesteaks - the best in Philly.

Castle goes to close the door.

Castle: "The best in Philly"? That's a tad presumptuous.

Joel Pratt: Well, it is.

Castle's expression freezes at being heard.

Joel Pratt: So yesterday I sent that fraul to the bank to make a deposit for the restaurant, right? But does she make the drop? No. She hightails it up here with four thousand of my dollars.

Castle: That’s a lot of cheesesteak.

Beckett: So you followed her to New York to get your money back.

Joel Pratt: Damn right.

Beckett and Castle exchange a look.

Joel Pratt: I tried to be nice. Finally, she calls me, and she’s like, “I’m sorry. It was an emergency. I… I’ll pay you back double when I get back.” Screw that. She stole from me.

Beckett: And for that, she deserved to die?

Joel Pratt: Yeah.

Castle raises his eyebrows and shock dawns on Joel’s face and he looks at Beckett.

Joel Pratt: Wait. What?

Beckett puts Wendy’s crime scene photo on the table.

Joel Pratt: Oh, no. No.

Joel sits down.

Joel Pratt: I didn’t do this. Nah. I couldn’t even find her. No, I… I just got off the train from Philly, a… An hour before yous guys picked me up.

Beckett places Joel’s photo on the murder board.

Beckett: So, Amtrak confirms that Pratt was ticketed yesterday, but they can’t be sure of what train he was on, so we’re double-checking his alibi.

Castle: Have them check on that cheesesteak, too. There’s no way that it’s the best in Philly.

Beckett smiles in amusement for a moment.

Beckett: Anyway, even if it was him, it doesn’t explain Wendy’s mysterious emergency, the stolen cash, the sudden trip to New York City.

Castle: Mm. Why she would write “lie.” You don’t write a dying message in blood just for kicks. There had to be a reason.

Beckett drinks her coffee and Castle looks at the cup.

Castle: Are you out, too? Want some more?

Beckett: Yeah. Uh, you know what? I’ll go get it.

Castle: Oh.

Beckett takes his mug and heads toward the break room.

Beckett: Okay.

Castle: Thank you.

Beckett: Mm-hmm.

Castle shrugs happily with a grin on his face at the change of being served. Then he turns toward the murder board.

Castle: Long Island Expressway. Literary Institute of Excellence. Love Is Everything. Oh, did I just say that? I’m getting soft.

Castle turns away from the murder board and Beckett’s phone rings. He picks it up.

Castle: Detective Beckett’s phone.

In the precinct, in the autopsy room ant near the bullpen.

Lanie: Castle? You’re not allowed to answer Beckett’s phone.

Castle: Yes, I am.

Lanie: Since when?

Castle: Since I… Can… Is there something I can do for you?

Lanie: Yeah. Write this down. I’ve got a partial off the shell casing. No matches in the system or from Mr. Pratt, but I did find some trace DNA.

Castle listens, intrigued.

Lanie: Are you writing this down?

He’s not.

Castle: Yes.

Lanie: Castle!

Castle: Okay, hang on.

Castle opens Beckett’s desk drawers looking for a pen and paper. He pulls a stick/rock figure in one drawer and chuckles. He turns around in the chair, holding the figure, and sees Beckett standing there with two cups of coffee and furrowed brows.

Beckett: What are you doing?

Lanie: Ohhhh, you are in trouble.

Castle: I’m not in trouble.

Castle hangs up.

Castle: Lanie got a partial print. It is not a match for Pratt. He is not a match for Pratt. He is not our guy.

Beckett: Who said that you could answer my phone? And why are you going through my drawers?

She takes the figurine from him.

Castle: I was just looking for a pad of paper.

Beckett: Sure you were. Stay out of my stuff, Castle.

Beckett puts the figurine away.

Castle: Your stuff? Need I remind you, I’ve already seen… Your stuff.

Beckett: Yeah, well, some of my stuff is still private.

Castle: Oh, I get it. And old boyfriend made that for you.

Beckett: No.

Castle: Really? ‘Cause it’s totally cool. I wouldn’t be jealous. Okay, maybe a little bit jealous. Not an old boyfriend?

Beckett: Mnh-mnh.

Castle: You got it from a crime scene. That is a keepsake from the first murderer you ever collared.

Beckett: I told you, Castle, it’s private.

Beckett leans over Castle and grabs her coffee cup.

Castle: Maybe it’s the actual murder victim from a stick man convention.

Beckett: Really? That’s the best that you can come up with?

Castle steps a large step closer to Beckett.

Castle: Challenge accepted.

Ryan: So…

Castle and Beckett pull quickly away from each other and Beckett eyes Castle and Ryan to see if Ryan picked up on their flirting.

Ryan: … Nothing in the financials to explain why Wendy needed four grand in cash, but I might have figured out what she was doing in town. She used her credit card for a cab ride to 8th and Market yesterday.

Castle: The day she was killed.

Ryan: I spoke with a cabbie. Wendy took his business card. Said she was going to call to have him take her back there today.

Castle: Bet we find our answers there.

Between 8th and market street.

Castle: A self-storage warehouse?

Beckett: What’s a girl from Philly doing in a place like this?

Storage Owner: Oh, yeah, yeah. She was here. A lot less bloody when I saw her, though. She signed up for the auction.

Beckett: Auction?

Storage Owner: Every month we auction off repossessed storage units. You know, from deadbeats that don’t pay their bills. One going on right now.

Castle: That’s what the four thousand dollars was for. She was gonna bid on a unit.

Beckett: Which unit?

Storage Owner: Beats me. Could be any one of the fourteen we got up for bid.

Beckett: So there’s no way of telling which one she was interested in?

Castle: Actually, there is a way.

Castle takes the crime scene photo from Beckett.

Castle: We misinterpreted Wendy’s message. It’s not “LIE.” We were looking at it upside down. It’s “3-1-7.” That’s what she was trying to tell us. Is unit 317 up for auction?

Storage Owner: Oh, as a matter of fact, it is. Probably auctioning it off as we speak.

Castle: Wendy was killed trying to buy that unit. If we let it get sold off…

Beckett: Then we’ll lose our best shot at finding out who the killer is.

An auctioneer opens unit 317 as Beckett and Castle approach.

Auctioneer: 317. You have 60 seconds to look, and then we start the bidding.

Beckett: Yeah, Ryan, so the owner of the unit was Johan Fleming. Can you run that? Okay, thanks… We need you to stop this auction.

Storage Owner: As much as I’d like to help, I’d like my money more. So, unless you got a warrant, I don’t have to stop jack.

Auctioneer: Okay, 30 seconds.

Beckett: Castle, what do you see?

Castle: Uh, not much. Just a…just a bunch of junk.

Beckett: Yeah, well, the key to Wendy’s murder might be in that junk, and we’re about to lose it. There’s no way I can get a warrant in time.

Castle: You may not have a warrant, but I got something better. Checkbook.

Castle holds his checkbook up.

Storage Owner: Auctions are cash only, hotshot.

Castle: Oh, no. What are we gonna do? Is two grand enough?

Castle pulls out a money clip.

Beckett: What are you doing with two grand in your pocket?

Castle: I’m a best-selling author. Why wouldn’t I have two grand in my pocket?

Auctioneer: All right. What do you want to give for it? Who’ll start us out? A hundred dollar bid. Who’s gonna go a hundred dollars one time?

Castle: Right here.

Auctioneer: One-hundred. Now who’ll go two? Two hundred. Two-hundred dollar bid now.

Woman: Yep-yep.

Auctioneer: Two-hundred, thank you. Thank you very much. Now who’s gonna go three? Looking for a three-hundred dollars…

Big Percy: I got it three on it.

Auctioneer: Big Percy’s in for three-hundred dollars. Now who wants to go four?

Castle: Right here.

Auctioneer: Who’s going four? Pretty boys back, and he’s in for four-hundred dollars.

Whistle.

Auctioneer: Frankie’s got five-hundred. Now who’s gonna go six? Looking for six-hundred dollars…

Woman: Yep, yep.

Auctioneer: Peggy’s in for six-hundred. Thank you very much. Now who’s gonna go seven? Seven-hundred…

Castle: Next hundred.

Auctioneer: Seven-hundred dollars, thank you very much. Who’s going to go eight? Eight-hundred one time…

Big Percy: I got eight on it.

Auctioneer: Big Percy’s got eight. Who’s gonna go nine?

Whistle.

Auctioneer: Frankie’s got nine. Now looking for a thousand dollar bid. Who’s going a thousand dollars one time? Do I hear a thousand dollars from anybody here? Go a thousand dollar bid one time.

Castle: Fifteen-hundred.
Auctioneer: Fifteen-hundred dollars. Anybody gonna top that? Anybody anywhere? Fifteen going once. Fifteen going twice.

Felix Gozarian: Sixteen-hundred dollars.

The other onlookers ooh at the bid. A man walks towards the storage unit and the onlookers make room.

Auctioneer: Sweet sixteen gets in just under the wire. Now who'll go seventeen? We got sixteen hundred. Now who'll go seventeen? Looking for a seventeen hundred dollar bid. Anybody for seventeen?

Castle turns to Beckett.

Castle: I've only got two thousand dollars.

Beckett pulls Castle's checkbook out of his pocket and opens it.

Beckett: Here. Sign it.

Castle signs it.

Beckett: Keep bidding.

Castle raises his eyebrows as he turns back towards the auctioneer. Beckett turns to "Big Percy".

Beckett: Hi. Hi. Big Percy, right? What would it take to get all the cash you have on you?

Big Percy: Depends on what you offering.

Beckett: How about a check?

Percy rolls his eyes.

Beckett: No, it's good. I swear. It's signed by the millionaire mystery novelist Richard Castle.

Big Percy: Yeah, right.

Beckett: No, really. He's right behind me.

Big Percy: For real?

Beckett: Yeah.

Big Percy: My moms loves his books.

Castle: Yes.

Big Percy: Okay. I'll give you sixteen hundred. But it'll cost twenty-five.

Beckett: Eighteen.

Big Percy: Twenty-three.

Beckett: Two grand and he'll name a character in his next novel after your mom.

Castle turns around.

Castle: What?

Beckett jabs her elbow into him.

Big Percy: Sold.

Beckett: Here you go.

She rips out the check.

Beckett: Thanks.

Beckett turns back to Castle with the cash.

Beckett: We got thirty-six hundred. Now make it work.

Auctioneer: Who'll go twenty four and a half? Give me twenty-four and a half one time.

Castle: Watch this.

Auctioneer:... Twenty-five. Do I hear twenty-five anywhere anyway.

Castle: Three-thousand.

Auctioneer: Three-thousand dollars.

Beckett: What are you doing?

Castle: Trust me, I got this.

Auctioneer: Go thirty-one hundred one time. I think he might buy it. Who'll go 3100.

Felix Gozarian: Three-thousand fifty.

Auctioneer: Thirty-fifty. Now you want to go thirty-one hundred. You go thirty-one hundred one time? What do you say?

Castle: Thirty five hundred.

Auctioneer: Thirty five hundred dollars. Now you want to go thirty-six?

Beckett: Castle we've only got thirty six hundred!

Auctioneer: Go thirty-five, go thirty-five and a half.

Castle: You know what? I can do this all day. I'll outbid myself. Thirty-six hundred.

The onlookers ooh, and Beckett looks sharply at the other bidder.

Auctioneer: Thirty-six hundred dollars. Anybody gonna top that? Anybody anywhere? Thirty-six going once. Thirty-six going twice. Bid now or forever hold your peace.

The other bidder looks between Castle and the auctioneer, uncertain.

Auctioneer: Sold right there to pretty boy for thirty-six hundred. Thank you very much.

Onlooker: Woo-hoo!

The bidders disperse.

Beckett: How did you even know that was gonna work?

Castle: Well, as a champion poker player, I am a student of body language. I could tell easily by looking at him…

Beckett: You had absolutely no idea.

Castle: Not a clue.

Big Percy slaps his hands on Castle's shoulders and gives a squeeze.

Big Percy: Congrats. All that junk is yours.

Castle: Yeah, thanks.

Big Percy: Oh, and, uh, my mother's name...

Big Percy fingers the check.

Big Percy:... Is Eunice.

Castle freezes.

Big Percy: Excuse me.

Big Percy walks between them and exits. Castle looks at Beckett.

Castle: Eunice.

Castle turns to his new property in the unit and begins pulling out a mattress box spring.

Castle and a uniform haul the mattress box spring down the hallway.

Esposito: Damn, bro. You actually bought all this crap?

Castle: All this crap is gonna crack this case wide open… Thank you LT.

Castle turns to Beckett.

Castle: You are so going to owe me for this.

Beckett: Castle, I don't know if the department's gonna be able to reimburse you for all of this.

Castle: That's not the owing I mean.

Beckett holds in a smile. Her expression drops as Ryan enters.

Ryan: Ran down the name on Unit 317, Johan Fleming. Address is bogus. Name is bogus. The guy doesn't exist.

Beckett: Then whose stuff is this?

Castle enters the conference room filled with the storage unit junk.

Castle: Well, the answer's right in front of us. His stuff will tell us who he is. Look, there's a box of maps. Um, he was a geography buff. He enjoyed travel.

Ryan enters.

Ryan: Maybe he was a trucker.

Castle: Ah. See? Progress.

Esposito pulls something out of the pile.

Esposito: Ooh. Yo, climbing gear. He's an outdoorsman.

Castle holds up an ugly doll.

Castle: A super creepy outdoorsman.

Esposito cringes at the ugly doll. He looks at the climbing gear as he puts it back down.

Esposito: Hey, this is high-end stuff, Castle. Can I have this?

Castle: No.

Esposito: Why not? You're not a climber.

Castle: I spent a lot of money on this stuff. You want something, make me an offer.

Gates arrives at the door.

Gates: What the hell is going on here? Whose junk is this, and what the hell is it doing in my precinct?

Esposito: It's Castle's, sir.

Esposito looks at Castle with spite.

Gates: Mr. Castle.

Gates steps toward him menacingly.

Beckett: Uh, sir, actually, it's a part of an ongoing investigation.

Gates: I don't care. I want it gone, all of it.

Gates turns back to Castle and sees the ugly doll in his hands.

Gates: Is that...?

She reaches toward the doll.

Gates: Oh, it is. Do you know what you have? How rare that piece is?

Beckett: Sir? Are you a collector?

Gates: Ever since I was a kid. I have searched… For years.

Castle: Well... Search no more.

Gates: No.

Castle: Yes. It's yours.

Gates: Really? Well, I… I don't know wh… I…

Castle: Say you'll accept.

Gates takes the doll.

Gates: Oh. Thank you.

Gates stares at the doll, about to leave with it. She turns back to Castle.

Gates: Thank you very much.

Gates turns her focus back to the doll and waves.

Gates: Uh... Carry on.

Gates exits, staring at the ugly doll like a precious treasure. Beckett stares at Gates as she leaves.

Esposito: Oh, you can give her something, but you can't give me something?

Castle: Yeah, you already like me.

Ryan: Hey, guys. Mother lode. Tax returns. Looks like Johan Fleming's actually Wendell Dupree.

Beckett: That's the same last name as our victim.

Castle: Yes, and the same date of birth, too. They must be twins. Wait. Twins.

Castle snaps his fingers.

Castle: Of course. It all makes sense now. Wendell's secret identity - Johan Fleming - is the same secret identity of Zan, the male half of the Wonder Twins.

Beckett raises her eyebrows, not getting the reference.

Castle: Wonder Twins.

Castle turns to Ryan and Esposito, but they stare at him like he's crazy. Castle turns back to Beckett.

Castle: The Super Friends?

Beckett shrugs her shoulders. Castle turns back to R&E.

Castle: Seriously, you guys, do you not watch TV?

Esposito ignores Castle's comment.

Esposito: If this unit belonged to her brother, then why was Wendy bidding on it?

Ryan: And why did he stop making payments? And why was he using an alias?

Beckett: Why don't we track down Wendell and ask him?

Beckett exits and Castle follows, muttering under his breath.

Castle: Why don't you buy a TV?

Esposito watches something through the window as Ryan joins him at the table.

Esposito: Who knew that Gates had a softer side?

Gates is baby talking to the ugly doll in her office.

Gates: Oh, god. Just beautiful.

Esposito: It's um...

Ryan: Creepy. Very, very... Creepy.

Ryan stares at Gates through the window.

Esposito: So where are we on the brother?

Ryan: Oh, turns out the twins had a hard knock life.

Ryan hands Esposito a file.

Ryan: Their parents died in a car crash when they were teens. It's like Wendell never really fully recovered. He moved from town to town, getting in scrapes with the law.

Esposito: So where can we find him?

Ryan: In an urn.

Esposito raises his eyebrows and stops sipping his coffee.

Ryan: He died six weeks ago. Hit by a subway train.

Esposito: Ouch. Explains why his storage bill wasn't paid. It says here it was an accident?

Ryan: Well, the subway cameras were broken, so there's really no way to know for sure. If his death is related to Wendy's, we could be looking at a second murder.

Beckett hangs up the phone with a sigh.

Beckett: Okay, so that was one of Wendy's fellow waitresses from Philly. According to her, Wendy was convinced that her brother's death wasn't an accident. Apparently, he was involved in something dangerous.

Ryan: What kind of dangerous?

Beckett: Wendy didn't say, but according to this waitress, just before the subway accident, Wendell called his sister and said it was over and all of their problems were solved.

Esposito: And yet, he ends up dead and she was desperate enough to risk everything - her job, jail - just to go after her brother's storage unit. Why? I mean, we've been through all this stuff.

Castle is still searching through the junk, a beer hat on his head.

Esposito: It just seems like a bunch of random junk.

Beckett: Well, maybe it's just that we don't know exactly what we're looking for. I mean, whoever killed Wendy most likely came from Wendell's world. So what do we know about him?

Ryan reads from a file.

Ryan: For the last three months, using his Wonder Twin alias, Wendell worked as a chauffeur for one Angelica Henley, a wealthy socialite.

Beckett looks at the file.

Beckett: Okay. Then let's start here.

A fancy party is going on as Beckett and Castle enter.

Kirby Smith: Good evening.

Beckett and Castle turn around to find the butler with a tray of champagne as he closes the door behind them.

Kirby Smith: May I help you?

Beckett: Uh, we were hoping to speak with Ms. Henley.

Beckett shows him her badge.

Kirby Smith: The lady in the purple cocktail dress. May I take you to her?

Beckett: Uh, you know what? I think we can manage.

Castle: Champagne?

Castle grabs a glass from the butler's tray as they walk toward Angelica.

Beckett: I'm on duty.

Castle: Ah, alas, I'm forced to drink alone.

Castle takes a sip as they approach Angelica.

Beckett: Angelica Henley.

Beckett shows her badge.

Angelica Henley: "Anhelica." The "g" is silent.

Castle: Wouldn't that make it An-elica?

Angelica Henley: "Anhelica."

Beckett: Well, I'm Detective Kate Beckett, and this is Mr. Castle. Could we have a word?

The butler closes the door to shut out the party noise for them.

Angelica Henley: What's all this about? I have guests.

Beckett: Now, I understand that you employed a man named Johan Fleming.

Angelica Henley: Yes, and I was so heartbroken when the poor boy died.

Beckett: Well, were you aware that his real name was Wendell Dupree?

Angelica Henley: No, I wasn't.

Castle: Did he have any enemies?

Angelica Henley: No, I… I don't think so. Wait. You mean, his… His name was Wendell?

Beckett: Was he in trouble? Was he involved in any illegal activities?

Angelica Henley: No, no, no. The police cleared him.

Beckett: Of what?

Angelica Henley: Oh, well, two days before he died, I was robbed. Somebody broke in here and cracked my wall safe.

Castle: What did they take?

Angelica Henley: My bracelet made out of pink diamonds that was worth over four million dollars.

Castle: Wendell stole the bracelet.

Beckett: That's what's in the storage unit. That's why he was killed.

Castle enters to find boxes piled up in the living room.

Castle: Oh. Whoa-ho.

Alexis looks up from her bowl.

Castle: Whoop.

Castle ducks behind the boxes playfully.

Castle: Whoo.

Castle pops back up. Alexis looks back at her bowl, stirring the spoon gloomily.

Alexis: What are you so happy about?

Castle: There is a four million dollar diamond bracelet buried in my auction winnings. I'm rich. Or richer.

Alexis: Till Detective Beckett takes it from you and returns it to its rightful owner.
Castle: Yes, but not even that can ruin my day because tonight is my very special last-night-before-college dinner with my daughter.

Castle smiles happily.

Alexis: About that. Can we cancel?

Castle: What? Whoa. What? Why? Alexis, we made these plans months ago. Do you know how hard it is, even for me, to get reservations…

Alexis: If it's the reservations you care so much about, why don't you just take your girlfriend?

Alexis shoves her bowl into her dad's hands and storms off.

Castle: Hold on, Alexis. That's not...

He turns around the other way to face her.

Castle: That's not...

Alexis's door slams.

Castle: That's not what I meant.

In the conference room.

Beckett: Alexis hates me?

Castle cringes with his back to Beckett.

Beckett: Is it because we're together?

Castle: I guess she feels like she's being replaced, which is weird because she's never done this before - not with Gina, not with the hundreds of super-hot girlfriends I've…

Beckett: Okay, I don't need to hear this.

Beckett exits.

Castle: Right.

Castle follows.

Beckett: So, do you think I should talk to her?

Castle: No, no, no, no. No, she'll eat you alive. Let me handle it.

Ryan and Esposito walk up behind them.

Esposito: Handle what?

They both turn around.

Beckett & Castle: Nothing.

Ryan and Esposito pause for a moment, then Beckett gives Castle a sideways look as Ryan talks.

Ryan: So... Uniforms are going through Wendell's belongings, looking for the bracelet, but Robbery finally sent over the report on the break-in on Angelica Henley's. Take a look at these.

Ryan hands them a file of photos with Angelica wearing the bracelet.

Castle: Wow. A real beauty. Certainly worth killing for. I am speaking of the bracelet in case anyone is wondering.

Ryan: It was a two-man job, pretty sophisticated, too. One suspect put a bypass on the alarm in the basement.

Esposito: The other rappelled from the roof and went in through the window.

Castle: Which explains the climbing equipment you had your eye on.

Esposito glares at Castle.

Beckett: So, Wendell was suspiciously hit by a train after stealing a diamond bracelet, and then six weeks later, his sister goes looking for his storage unit, and she ends up dead.

Castle: What if it's a "No honour among thieves" thing? You said it was a two-man job. What if Wendell's partner decided that he wanted the bracelet for himself, only he killed Wendell before he figured out where he'd stashed it?

Beckett: So he follows Wendy, she leads him to the storage unit, and then he kills her.

Esposito: Find the partner, find the killer.

Beckett: Well, maybe we already found him.

Ryan: What do you mean?

Beckett: Castle, do you remember at the auction, all of the bidders dropped out after fifteen-hundred.

Castle: Except one.

Beckett: He knew what was inside.

Castle: Why else would he bid so high?

Beckett and Esposito stand outside the apartment door wearing police vests.

Beckett: Felix Gozarian, NYPD. Open up.

Felix Gozarian: Just a second!

They hear some muffled clattering inside the apartment.

Esposito: He's making a run for it.

Beckett: Yeah. Go.

They stand back and Esposito kicks in the door.

Esposito: NYPD!

They go in, guns at the ready, and boxes topple down on them. They get to their feet, guns raised, in time to stop Felix in his tracks as he holds a baseball bat.

Beckett: Don't move.

Esposito: Drop it.

Felix drops the bat.

Esposito sits in a chair, a bat on his knees, looking around at the piles of stuff stacked around the room.

Felix Gozarian: I thought you were thieves trying to steal my stuff. I had absolutely no idea what was in the storage unit.

Beckett: Yet, unlike anyone else there, you bid us through the roof.

Felix Gozarian: Lady, that's strategy. I… I bid on a lot of things. That's how I make my money.

Esposito: So you actually...sell this stuff?

Felix Gozarian: Not yet. I'm still organizing, cataloging. There's a method to all of this-- you know, what I collect, what I bid on.

Beckett: Especially when you got inside information. You knew exactly what was in that unit.

Felix Gozarian: No, I didn't.

Esposito stands over Felix with one of the bats and swings it into his free hand menacingly.

Felix Gozarian: Yeah, you know, I was thinking, when I signed up for the auction, there was a guy. Yeah, offered me five-hundred dollars to be his proxy, get unit three-seventeen. Very specific. Three-seventeen.

Esposito: And what'd you say?

Felix Gozarian: I said no. Five-hundred dollars? I'm not in for the short money. It made me curious. Three-seventeen. Why?

Beckett: That was probably Wendell's partner.

Esposito: Mm-hmm.

Beckett: And was he at the auction?

Felix Gozarian: No. No, no, no, no. I never saw him again.

Beckett: We're gonna need you to sit with a sketch artist.

Castle reads through a book he found in his junk.

Beckett: So, Felix alibied out. But...

Beckett holds up a face sketch.

Castle: Who's that?

Beckett: Wendell's partner. Ryan and Esposito are trying to ID him now. How about you?

Castle: I have ripped through everything in this room big enough to hide a bracelet. You know what I found?

Beckett: Nothing?

Castle: Absolutely nothing. Save for these wicked nunchakus, which is how I broke the hot dog maker.

Castle points to the hot dog maker with the nunchakus and Beckett rolls her eyes.

Castle: Also some notable books - Slovakian polka music, prosthetic eye manufacturing, and my favourite, a History of Irish Travellers.

Beckett shakes her head as she walks away.

Beckett: I don't get it. All of the evidence, Wendy's murder - everything points to the fact that that bracelet should be in there.

Castle: Well, it's not. I did, however, make some headway on my little stick man theory.

Beckett: Really?

Castle sits in the chair by Beckett’s desk.

Castle: Yes. Whilst you were still an officer, you risked your life running into traffic to save an old gypsy woman.

Beckett: A gypsy woman?

Castle: An old gypsy woman. To reward your bravery, she gave you a talisman.

Beckett: Mm-hmm.

Castle: She said, as long as you keep it, no harm will ever befall you.

Beckett: “No harm will ever befall me”?

Castle: You look all right to me.

Gates: So, Mr. Castle…

Gates approaches and Castle gets out of the chair to face her.

Gates: I decided to give Frozen Heat a read, and you know what? It’s really a good book.

Castle: You liked it?

Gates: I loved it.

Beckett’s eyes widen in shock.

Gates: I, uh, do you mind?

Gates hands her copy of Frozen Heat to Castle for him to sign.

Castle: No.

Gates: I… I ordered the rest of the Nikki Heat series.

Gates and Castle chuckle and he hands the signed book back to her.

Gates: And, again, thank you for my Gemini collectable. I now have a complete set.

Gates walks off happily.

Castle: You see that? She loves me now, and I’ve got that scary little monstrosity to thank for it.

Ryan pops his head out of the media room.

Ryan: Hey, guys. You need to see this.

In the media room.

Ryan: So, Robbery interviewed a guy named Marco Vinstrolli.

Ryan pulls up Marco’s driver’s license photo on the screen.

Ryan: His van got a parking ticket around the corner the night that Angelica’s bracelet was stolen. Now, they found nothing to connect him, but…

Ryan pulls up the sketch on the screen and places it next to the license photo.

Ryan: Look familiar?

Beckett: That’s our guy.

Ryan: The storage manager said that he rented Marco a unit on the same floor the day before the auction. So I… I reviewed their surveillance tapes. This is from 6:00 AM yesterday morning. Five hours before the auction.

Ryan plays the surveillance footage showing Marco opening the 317 storage unit. Castle stands up in outrage.

Castle: He broke into my storage unit. Well, it’s… It was Wendell’s at the time, but now it’s mine.

Castle watches the video continue to play. Marco wheels something out of the storage unit.

Castle: Is that a safe?

Beckett: That’s why we couldn’t find your bracelet, because it was in the safe.

Castle: My safe.

Beckett: So, do we have a license on that van?

The fantastic four’s cars screech to a halt in an alleyway where Marco’s van is parked. They get out wearing their police vests. Marco is in the process of sawing through the safe.

Ryan: NYPD, put up your hands!

Marco stops sawing.

Beckett: Take your hand off your tool, Marco!

Marco drops the electric saw. Esposito and Ryan snicker.

Beckett: Shut up.

Beckett slaps a photo of the storage unit surveillance footage on the table.

Beckett: Marco, we know that you and Wendell were partners. Your van was ticketed when you guys pulled the job.

Esposito: Robbery couldn’t prove it before, but now with these, well, we got you.

Marco Vinstrolli: Well, it seems to me like all you’ve got me for is stealing a safe. What’s the punishment for that, thirty days?

Beckett: More like thirty years, after we add Wendell and Wendy’s murders to it.

Beckett pulls out Wendell’s photo and Wendy’s crime scene corpse photo.

Marco Vinstrolli: Murder?

Beckett: Why don’t you tell us exactly what happened and we’ll get the DA to cut you a deal? But you better hurry, because they’re cutting through that safe, and when they find that diamond bracelet, you’re on your own.

Castle chuckles excitedly as the police light a blow torch to open the safe.

Castle: You know what I love about this case?

Ryan: What’s that?

Castle: Finding a pretty pink bracelet in my belongings.

Ryan: You know you’re gonna have to return that…

Castle: I know, Ryan! I know that. Can’t you just let me have this moment, this one small Treasure Island, Indiana Jones moment?

Ryan: Sorry. You got it.

Castle: Well, it’s too late now. It’s ruined.

In the interrogation room.

Marco Vinstrolli: All I did was help him break in to that penthouse. I swear to god, I didn’t even know they guy. Johan or Wendell, whatever, paid me five grand to kill the alarms, no questions asked. We did the job, he came out happy, said “Mission accomplished,” we went separate ways.

Beckett: Except you still wanted the bracelet. So you went after him and you killed him.

Marco Vinstrolli: I didn’t even know that he took that damn bracelet until I read about it in the papers. And by that time, he was already dead. So I broke into Wendell’s, but all I found was a key, marked “Storage unit.”

Esposito: And you didn’t know where that storage unit was.

Marco Vinstrolli: So I kept a close eye on upcoming auctions until I found one with Johan’s name. As soon as I saw the safe inside, I knew… That’s where he had stashed that diamond bracelet.

The lock on the safe door clanks to the ground.

Castle: Oh, I love this part – the kick of adrenaline, the quickening of the heart, those last few drops of anticipation.

The safe cracker opens the door.

Beckett opens the safe door.

Beckett: It’s empty. So where is the bracelet?

Castle: Wherever it is, it’s laughing at me.

Esposito: Maybe Marco was wrong, and Wendell sold it before he was killed.

Ryan: Well, then where’s the money from the sale? No money means there should be a bracelet. No bracelet means there should be money.

Castle: I think the question we should be asking is, how did Wendell even pull off a heist like this to begin with? Angelica said that the thief cracked the wall safe. Do you know how hard it is to crack a wall safe? Especially since Wendell didn’t even have any of the proper equipment in his storage unit. It just…

Esposito: Doesn’t make any sense?

Castle: Thank you.

Beckett: Unless Angelica wasn’t telling us the truth.

Castle enters and hands Beckett a cup of coffee.

Beckett: Listen to this. Angelica was scheduled for a bankruptcy hearing a week ago, but it was cancelled because she made a two-million dollar payment to her creditors.

Castle: That’s right after the insurance company paid her claim on the bracelet. What if this whole thing was a ploy to commit insurance fraud?

Beckett: “Mission accomplished.” That’s what Wendell said after the break-in. “Mission accomplished.”

Beckett leans forward in her intensity.

Castle: Right. He didn’t say he actually stole anything. The mission was to make it look like a robbery.

Castle steps closer to Beckett in his enthusiasm.

Beckett: And the best way to make it look real, to fool the police and the insurance company…

Castle steps closer.

Castle: Is to actually break in, yet steal nothing. Angelica set this whole thing up.

Beckett steps closer.

Beckett: And the only other person that knew was Wendell.

Castle: She couldn’t afford to let him or his sister expose her secret.

Beckett: I call that motive for murder and probable cause for a search warrant.

Beckett and Castle are both smirk with success, now inches from one another. They hold each other’s intense gaze for a moment, building with sexual tension. Then they realize they’re at the precinct.

Beckett: Oh.

Castle: Oh.

Beckett and Castle turn away from each other.

Castle: Good work.

Beckett: Thank you.

Castle and Beckett sips their coffee.

At Angelica Henley’s penthouse.

Kirby Smith: I’m sorry, Ms. Henley. They just barged in. I tried to stop them…

Angelica Henley: You people have no grounds to search my residence.

Esposito: Actually…

Esposito pulls out the search warrant.

Esposito: … We do.

Angelica Henley: This is outrageous.

Castle: She’s right. This is outrageous. And you know what you should do? Open that wall safe and prove us wrong.

Angelica blanches.

Ryan: Fine. We can just tear it out of the wall if you’d like.

Angelica Henley: No, no, no, no, no, no. No, no.

Angelica goes to the safe and turns the dial. The latch clicks open and she steps away. Beckett steps forward and opens the safe. The others wait tensely.

Castle: Well, is it there?

Beckett pulls the pink diamond bracelet out of the safe.

Castle: Hello, gorgeous.

In the interrogation room.

Beckett: This little beauty has caused a lot of trouble, hasn’t it?

Angelica Henley: That’s what beautiful things do, my dear. At least to me.

Castle: So why didn’t you just sell it and solve all your money problems instead of hiring Wendell to stage a robbery?

Angelica Henley: I didn’t hire Wendell. I didn’t even know he was involved in all of this until you told me.

Beckett: So the fact that he broke in the same night that you called and reported this stolen, that’s just a coincidence?

Angelica Henley: Look, when I came home and saw that my apartment had been burglarized, I was… I was panicked, shocked. Until I saw that nothing had been taken. So I thought that if I simply pretended that my bracelet had been stolen… Hmph… It would solve all my problems.

Beckett: Except you created two new problems – your chauffeur and his sister – both of whom are now dead.

Angelica Henley: I think it’s time for me to call my attorney.

Near the bullpen.

Beckett: So she admitted to insurance fraud hoping to avoid murder charges. At least, I think that’s her play.

Castle: You think?

Beckett: Yeah, she’s a desperate woman on the verge of losing her wealth. That’s death to someone like her. She’s probably willing to do anything to avoid it – lie, steal, cheat, and in this case, kill.

Castle: Yeah, but that still doesn’t explain the storage locker. I mean, if Wendell didn’t steal anything, what did he put in there that his sister was so desperate to get? And if it didn’t have anything to do with her murder, why would she write the locker number in her blood?

Beckett: Castle, you went through that storage unit with a fine-tooth comb. You said that there’s nothing of value in there.

Castle: Well, yeah, nothing of value to us. But I mean, what about something of value to them?

Beckett: Like what?

Castle: I don’t know. Like a trinket, an heirloom. The answer’s in there somewhere. It has to be. Anyway. It’s getting late. I have to drop off Alexis first thing in the morning. Fresh start tomorrow?

Beckett: Sure.

Castle: Walk you out?

Beckett: Uh, you know what? I gotta stick around. I have to go over Angelica’s alibi.

Castle: All right.

Castle turns to look at Beckett and they’re struck by their goodbye restrictions.

Castle: I so wish I could kiss you right now.

Beckett: Yeah, I know.

Castle thinks for a moment, then holds out his hand.

Castle: This is me…

Beckett takes his hand.

Castle: … Softly touching your face, pulling you in for a long, slow kiss.

Beckett smiles.

Beckett: And this is me kissing you back…

Beckett rubs his hand with her thumb.

Beckett: … Running my hands through your hair.

Castle: Best handshake ever.

Beckett smiles.

Beckett: Yeah.

They keep holding hands.

Castle: I think my hand’s getting a little sweaty.

Beckett: I know. It’s kind of gross.

They let go.

Castle: Sorry.

Beckett: No worries.

Castle leaves and Beckett pretends to turn back to the murder board, but she’s not really looking at it. She walks away with a small smile.

In Alexis’s dorm room.

Martha: Oh, Alexis. My darling, farewell. God knows when we shall meet again. That’s Shakespeare, you know.

Alexis: I know.

Martha: All right. No farewells. No goodbyes. Just see ya later, kiddo.

Alexis: See you later, Gram.

Martha: I’ll be in the hall, darling.

Castle: All right.

Martha exits. Alexis sits down on her new bed.

Castle: So… This is your new home, huh?

Alexis nods, but doesn’t say anything. Castle sits down next to her.

Castle: Hey, look, I get it. I do. But whatever happens between Beckett and me, I want you to know – I mean, we could break up tomorrow, we could spend the rest of our lives together – but she will never take your place in my heart.

Alexis: Why would I be worried about Detective Beckett replacing me?

Castle is surprised.

Castle: Uh, well… You were act… I thought…

Alexis: How can you be so smart and so clueless at the same time?

Castle: Practice.

Alexis: This is no more about Beckett than it’s about the fact my mother isn’t here.

Castle: Sorry, honey, but your mom, she’s in…

Alexis: No. No, it’s fine. It’s always been fine, because no matter what, I’d wake up, and you’d be there, and I’d know that everything’s fine.

Castle: Oh, and when you wake up here…

Alexis: Then I’m here. And you’re there. Even though there is only five miles away… It’s not here.

Castle: Well, everything is going to be fine. And you are gonna be fine. And though I am there, if you need me here, here is where I’ll be.
Castle stands up and kisses Alexis on the forehead and walks toward the door.

Alexis: Hey, Dad.

Castle stops and turns around.

Alexis: I… I know it’s been a while, but, um… Could you do it… One last time?

Castle walks back toward the bed and Alexis moves out of his way. He stops at the bed, crouches down and looks under it as Alexis watches, then straightens up and looks at her.

Castle: No monsters.

Alexis: You sure?

Castle stands.

Castle: Yeah. And if there are, I’ll come running.

He kisses her on the cheek. Alexis watches him leave. He stops just outside the door and they smile bitter sweetly at each other. Castle walks off and Alexis sniffles.

At Columbia University.

Martha: Darling, are you crying.

Castle: No, it’s allergies. The pollen count is high.

Martha: The pollen count’s gotten to me, too.

They hug each other.

Castle: Right?

Martha: I know.

They hold each other for a moment. then Castle sees a student with a teddy bear backpack.

Castle: You can get home by yourself, right?

Martha: Well, I…

Castle dashes off.

Castle: Thanks! Love you, Mother!

Castle nearly bumps into the other man in the elevator as he steps out excitedly. He catches Beckett on her way to the bullpen.

Castle: I know where it is.

Beckett: Where what is?

Castle: I don’t know what it is, only where it is. Whatever Wendell stole was only of value to him and his twin sister. So he would hide it in the one place only she would look.

Castle pulls Beckett into Gates’s office.

Castle: Wendy, Wendell, twins – as in Gemini collectibles.

Castle picks up an ugly doll from Gates’s desk.

Castle: This is it.

Castle tips the doll upside down and drops it.

Beckett: Castle!

The doll shatters on the floor.

Castle: It’s empty. That’s can’t be right.

Gates enters.

Gates: What…

Beckett: Sir, just breathe.

Gates: What the hell have you done?!

Castle: I thought.

Gates: Y… You thought what, Mr. Castle?

Castle: I just thought that Wendell would’ve hidden what he stole inside the Gemini…

Gates: It wasn’t Wendell’s! It’s was mine! I brought it in from home this morning!

Castle: All right, that’s my bad. Wait. That means…

Castle turns around looking at the office.

Castle: Ah, here it is.

Castle picks up Wendell’s doll.

Gates: D… D… D…NO!

The doll shatters on the floor.

Beckett: A USB drive and a glass eye.

Gates glares at Castle.

Castle: I didn’t see that coming.

Castle leans to look through the window at Gates cleaning up the shattered dolls in her office. She looks up sharply and glares at him.

Beckett: Okay, so the photos from this USB drive are from a crime scene.

Castle: A crime scene where?

Beckett: Mercer, Pennsylvania. They’re about a decade old. It was a hit-and-run.

Esposito: What does any of this have to do with a glass eye? Weren’t the twins’ parents killed in a car crash ten years ago?

Ryan: Yeah, they were rear-ended, and their car went down an embankment.

Ryan pulls out a photo of the embankment.

Ryan: Report said that they were trapped inside and bled out, and that if the person who hit them would’ve stopped and called for help, they might have lived.

Beckett: Hey, guys. Look at this photo. It’s from the crime scene, and it’s of a broken glass eye.

Esposito: What?

Esposito takes the photo.

Castle: A glass eye? Wait a minute.

Castle looks at the photo of the glass eye at the crime scene.

Castle: Of course. It all makes sense now.

Ryan: It does?

Castle: Wendell’s obsession… Why he moved from place to place, why he came to New York, why he used a fake name, and had a book on prosthetic eyes. He was… He was on a mission.

Esposito: Yeah, but on a mission to do what?

Castle: Well, to find the person responsible for his parents’ death. In order to be sure, Wendell had to steal the suspect’s glass eye. That’s what the heist was about.

Beckett: And like fingerprints, he used that photo to compare the eyes.

Castle: A la Richard Kimble, but instead of looking for a one armed man.

Beckett: He was looking for a one-eyed man. Or in our case, a one-eyed woman.

At Angelica Henley’s penthouse.

Angelica Henley: I’m not saying a word without my lawyer.

Castle: You don’t have to, but you might want to listen.

Beckett: We know what Wendell stole

Angelica Henley: That’s it. I’m calling my attorney.

Castle: Uh… May I?

Beckett: Yes.

Castle: Thank you.

Beckett: Mm-hmm.

Castle: I’ve worked a lot of murder cases, waiting patiently for the day I could unequivocally exclaim, “The butler did it!”

Castle turns and points to the butler, who stops shining the silverware.

Kirby Smith: What?

Castle: Must’ve been a shock. All these years later, after you put all that behind you, to have someone walk into your life and stir it all back up again.

Angelica Henley: Kirby. What’s he talking about?

Beckett stops Angelica from approaching the butler.

Beckett: Your live-in butler caused a car accident and then fled the scene. Because he did, two people lost their lives. And those people were Wendell’s parents.

Kirby Smith: That is… Absolutely ridiculous. And you can’t prove any of it.

Beckett: Your DNA was on the prosthetic eye that Wendell stole. And it’s a match to the DNA found on the shell casing in Wendy’s hotel room.

Castle: It’s all over.

Kirby slowly puts down the fork he was shining.

Kirby Smith: I worked… So hard to put that night – that horrible night – behind me.

Castle: And then the break in.

Kirby Smith: Of all the things to steal, my spare eye from off my bureau. That’s when I put it all together – who the new chauffeur truly was and what he was trying to prove. But you… You have to understand… I couldn’t bring their parents back. I… I couldn’t. So why should I suffer?

Beckett: Kirby Smith, you’re under arrest for the murders of Wendell and Wendy Dupree.

Beckett cuffs the butler. And I am sure that the State of Pennsylvania will be adding two counts of vehicular manslaughter to that.

Near the bullpen?.

Beckett: Kirby name a full confession. He’d read an article about a recent mugging in the subway station, and decided to kill Wendell there because he knew that the cameras wouldn’t be working.

Castle: But the evidence that Wendell stole was still out there, so was his sister Wendy. When she started poking around storage spaces, Kirby tracked her to the hotel and shot her.

Gates looks straight at Castle.

Gates: Worthless bastard.

Castle: I’m sorry?

Gates: He took out their whole family. Good job, Detective.

Beckett: Thank you.

Castle turns to Gates with a smile, but she glares at him. His smile drops and Gates leaves. Beckett smiles at the exchange.

Castle: And… She hates me again.

Beckett: Yeah, well, those Gemini dolls obviously meant a lot to her.

Castle: Yeah, I wonder what that story is.

They walk past the conference room full of junk to Beckett’s desk.

Beckett: I wonder what those stories are. What are you gonna do with all of that stuff, Castle?

Castle: Well, I’ll give the climbing equipment to Javier, and then, uh, donate the rest, I guess. It served its purpose, brought justice to his family. But it just goes to show you that everyone and everything has a story, including your little stick man there.

Beckett opens her desk drawer.

Beckett: So…

She takes out the stick man.

Beckett: You want to take another shot?

Castle: Actually, no.

Beckett raises her eyebrows.

Castle: I thought about what you said. And you’re right. Just because we’ve been…shaking hands… A lot… Doesn’t mean that I have the right to pry. So… When you are ready, you’ll tell me.

Beckett smiles and Castle waits patiently for her response.

Beckett: Coney Island.

Castle leans his forward with his elbow on the desk and rests his face on his hand, waiting for a good story.

Beckett: We, uh, we had a reception at our place after my mom’s funeral and... It was miserable. I was miserable, and my dad… Took my hand and he said, uh, “Let’s get the hell outta here, Katie.” And we took the Q train, and we went up to Coney Island. And we walked up and down that beach, just enjoying ourselves. We were still in our funeral clothes. And the best part was that we made this little guy…

Beckett fingers the stick man.

Beckett: … Out of the twigs and twine that washed up on the shore.

Castle: Does that make that day a bad memory or a good one?

Beckett: Both. He’s a reminder that even on the worst days, there’s a possibility for joy.

Castle smiles warmly.

Castle: Nice.

Castle gets up from the chair.

Beckett: So, we’ll talk tonight?

Castle leans over Beckett’s desk and shakes her hand.

Castle: I can’t wait.

Castle leaves. Beckett smiles down at her stick man and puts it away.

Castle enters the quiet loft. He finds Alexis’s gold medal and smiles down at it affectionately.

Castle: My little girl.

Martha enters.

Martha: Alexis’ moving out got me to thinking. And after many hours of soul searching, I have made a decision.

Castle: Have you now?

Martha: Yes. I have decided, out of the goodness of my heart, that I will continue to live here…

Castle: Rent-free.

Martha: Please don’t interrupt. I will continue to live here so that you, Richard… Will never, ever be alone.

Castle presses his lips together, holding in his amusement.

Castle: You’d do that for me, Mother?

Martha: It’s a… Parent’s sacrifice.

Martha holds Castle’s face between her hands for a moment, then goes toward the living room. Castle sits down on the bottom step of the stairs, fingering Alexis’s gold medal with a smile.

Kikavu ?

Au total, 152 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Exarkun30 
28.12.2019 vers 15h

rooknroll 
03.01.2019 vers 17h

Emi82 
02.11.2018 vers 17h

Daisy2860 
10.02.2018 vers 17h

stephane25 
06.02.2018 vers 20h

324B21 
03.02.2018 vers 11h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Supersympa  (30.11.2019 à 15:24)

Il avait enfin réussi à se mettre de les petits papiers de Victoria. Dommage... ^^

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente

Suite de mots 2
Aujourd'hui à 15:10

PDM : Photo du mois
Aujourd'hui à 15:09

anniversaire
17.10.2020

Survivor n°2
19.09.2020

S02E24 Espion d'un jour
Aujourd'hui à 15:49

S02E23 Doublement mort
Aujourd'hui à 15:49

S02E22 La guerre des cuisines
Aujourd'hui à 15:49

S02E21 Le flic fantôme
Aujourd'hui à 15:48

Actualités
[Stana Katic] La saison 3 d'Absentia arrive en France

[Stana Katic] La saison 3 d'Absentia arrive en France
C'est aujourd'hui, le samedi 24 octobre, que la troisième saison de la série d'Absentia arrive sur...

Joyeux anniversaire, Jon!

Joyeux anniversaire, Jon!
Ce vendredi, Jon Huertas célèbre son 51e anniversaire. En effet, l'acteur connu pour son rôle de...

[Santiago-Hudson] Bande-annonce de Ma Rainey's Black Bottom

[Santiago-Hudson] Bande-annonce de Ma Rainey's Black Bottom
Dans deux mois arrive sur Netflix le long métrage Ma Rainey's Black Bottom, dont Ruben...

Alternative Awards | Une 3e nomination pour Castle

Alternative Awards | Une 3e nomination pour Castle
Après Kate et Rick, c'est au tour de Carly Rae Jepsen de représenter Castle aux Alternative...

Alternative Awards | Rick compte sur vos votes!

Alternative Awards | Rick compte sur vos votes!
Après Kate, c'est au tour de Castle d'attendre vos votes pour les Alternative Awards. En effet, le...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

mnoandco, Aujourd'hui à 12:03

Un pt'tit clic pour départager les finalistes du concours A Discovery of Witches? Vous pouvez en profiter pour aussi commenter le nouveau design

stella, Aujourd'hui à 12:07

Les forums du quartier OTH reprend vie. Un nouveau pendu et un nouveau survivor vous attend.

Aloha81, Aujourd'hui à 16:52

Aloha ! Nouveau Survivor et sondage toujours en cours sur le quartier Magnum P.I. ! Bon week-end à tous !

Luna25, Aujourd'hui à 19:01

Nouveaux duel, pdm et sondage sur le quartier Legends of Tomorrow !

Luna25, Aujourd'hui à 19:02

Deux flics joués par Shemar Moore (S.W.A.T./Esprits Criminels) s'affrontent dans le duel, venez les départager

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site