VOTE | 703 fans

#504 : Meurtre dans les Hamptons

Résumé : Les plans de Castle et Beckett pour un week-end romantique dans les Hamptons sont interrompus quand un homme mourant pénètre dans le jardin de Castle et tombe mort dans sa piscine. Incapable d’échapper à la tentation de l’enquête, ils se joignent au shérif bien intentionné mais sans expérience de la petite ville pour trouver le tueur.

Popularité


4.63 - 19 votes

Titre VO
Murder, He Wrote

Titre VF
Meurtre dans les Hamptons

Première diffusion
15.10.2012

Première diffusion en France
23.09.2013

Vidéos

Castle 5x04 Promo Canadienne

Castle 5x04 Promo Canadienne

  

Diffusions

Logo de la chaîne France 2

France (inédit)
Lundi 23.09.2013 à 20:50
5.52m / 20.2% (Part)

Logo de la chaîne ABC

Etats-Unis (inédit)
Lundi 15.10.2012 à 22:00
10.94m / 2.0% (18-49)

Plus de détails

Réalisation : Rob Bowman
Scénario : David Grae

Distribution Principale : 

  • Nathan Fillion : Richard « Rick » Castle
  • Stana Katic : lieutenant Katherine « Kate » Beckett
  • Jon Huertas : inspecteur Javier Esposito
  • Seamus Dever  : inspecteur Kevin Ryan
  • Tamala Jones : Dr Lanie Parish
  • Penny Johnson Jerald : le capitaine Victoria Gates
  • Molly Quinn : Alexis Castle, la fille de Castle
  • Susan Sullivan : Martha Rodgers, la mère de Castle

Distribution Secondaire: 

  • David Burke (le chef John Brady)
  • J.R. Nutt (Casius McMurray)
  • Shane Johnson (l'adjoint Adam Jones)
  • Brian Howe (Aaron Lerner)
  • Tamara Braun (Natalia Roosevelt)

 

Richard a décidé d'emmener Kate en week-end, dans sa maison dans les Hamptons. Au moment du départ, Alexis et la mère de Richard lui donnent les dernières recommandations pour ne pas décevoir Kate, alors qu'au poste de police, Esposito et Ryan complotent afin de trouver qui est le nouveau petit ami de Beckett.

Lors de leur arrivée et la visite de la maison, le couple se prépare à prendre un bain de minuit, quand un homme ensanglanté vient s'écrouler dans la piscine de Richard. La victime est Randall Franklin, un employé d'une banque. L'affaire se classe rapidement, avec l'arrestation d'un dealer de drogue, mais Richard a un doute. Kate supplie Richard de ne pas penser au meurtre de Franklin, car ils sont en vacances, mais il réussit à convaincre cette dernière d'enquêter sur le meurtre. Avec l'aide de Ryan et Esposito, qui sont à New York, Richard, Kate et le chef Brady (des Hamptons) réussissent à trouver le meurtrier.

En parallèle, après avoir vérifié les ex-petits amis de Kate, Ryan découvre, lors de l'enquête sur le meurtre de Franklin, qui est le nouvel amoureux de Kate. Il demande à Esposito de ne pas essayer de découvrir qui est le nouvel amoureux de Kate.

[Loft des Castle : Castle, Martha et Alexis]

[Ils sortent tous les trois du bureau de Castle et se dirigent dans le salon]

[Castle porte un sac de voyage]

Martha : Ce n’est pas excitant !

Castle : C’est juste un weekend, mère

Alexis : Papa, c’est ton premier weekend en amoureux avec Beckett, ce n’est pas rien

Castle : OK . Pas de pression et espérons seulement que tout se passera bien. Il est 16H30. Si elle n’a pas un meurtre avant 17H, on est sauvés.

[Castle, Martha et Alexis arrivent au comptoir de la cuisine. Castle se retourne et sursaute de les voir si près de lui]

Martha : Alors ? Qu’est-ce que tu as prévu ?

Castle : Quoi ? Qu’est-ce que tu veux dire ?

Alexis : T’as pas de projet ?

[Castle prend ses papiers et ses clefs sur le comptoir de la cuisine]

Castle : Je projette de ne rien faire, de nous détendre

Alexis : L’homme se doit d’avoir des projets. Je vais à la fac maintenant. Je vis dans le monde et je lis des magazines. Ne rien prévoir, c’est vraiment mauvais

Martha : Elle a raison. Un homme me dit « Qu’allons-nous faire pour diner ? » il est mort pour moi.

Castle : OK je vais faire des réservations

Alexis : dans un endroit romantique

Castle : oui

[Il prend la direction de la porte d’entrée en portant son sac de voyage ; Martha et Alexis le suivent]

Martha : Et chic, parce que Kate Beckett est une femmede grande classe

Castle : Oui

Alexis : A la belle étoile, ce serait génial

Martha : Et à la belle étoile, tu pourrais aussi ….

[Castle ouvre la porte et se bouche les oreilles]

 Castle (chantant en partant pour ne rien entendre) : la la la la la ....

 

[ le commissariat du 12ème, Beckett, Castle , Ryan et Esposito]

[Bureau de Beckett, sur l’écran du PC de Beckett, une horloge indique 17H moins une minute]

[Beckett voit s’égrener les secondes, inquiète. Castle fait rouler sa chaise et se place derrière Beckett]

Castle : H moins une minute, détective. [Beckett sursaute, surprise]

Beckett [se retournant pour lui faire face] : Castle, qu’est-ce que tu fais ici ? Tu devais m’attendre au coin de la rue pour que personne ne nous voie.

Castle : Oui je sais. J’ai pensé que ce serait sympa d’être prêt de toi quand l’horloge sonnera 17H.

C’est comme le nouvel an en somme mais sans le baiser pour les raisons que l’on sait.

( en chuchotant) mais on se rattrapera ce weekend !

Beckett (en lui faisant les gros yeux) : Mais veux-tu te taire !

Castle : Personne ne m’entend. Regarde autour de toi !

(Beckett se retourne et regarde dans la salle du commissariat)

Castle : Tu es entourée d’enquêteurs et personne ne soupçonne ce qu’il y a entre nous.

Beckett : Waouh Castle. Merci beaucoup de me rappeler que je mens à plein de personnes auxquelles je tiens pour ne pas être virée pour atteinte au règlement et parce que je sors avec toi.

Castle : Tu peux oublier tout ça dans 3,2,1 …

(Beckett regarde l’horloge qui indique 17H)

Castle : Pas de meurtre

Castle (souriant) : Ce n’est pas amusant ? (Beckett le regarde avec un regard explicite)

Castle : D’accord, j’y vais. Et personne ne saura que …

Ryan : Salut Castle ! (Castle très surpris, sursaute)

Espo : Qu’est-ce que tu fais là ?

(Beckett regarde Castle inquiète. Pendant ce temps, Castle se retourne et face à Ryan et Esposito)

Castle : Je partais pour les Hamptons pour un weekend d’écriture et je suis juste venu voir si on n’avait pas un petit meurtre.

Beckett : Waouh ! Prêt à tout pour ne pas écrire hein ?

Castle : exactement.

Ryan : Tu es au courant pour le weekend de Beckett ?

Castle (regardant Beckett) : Non. Des projets ?

Ryan : Elle part avec son petit ami

Castle : un petit ami, Beckett ? Vraiment ? Qui est ce veinard ?

Esposito : Elle refuse de le dire.

Beckett : Attendez sérieusement les gars ?

Castle : Je suis le premier offensé que vous ne partagiez pas ça avec nous.

Ryan : Après tout ce que l’on a vécu.

Esposito : On mérite mieux.

Beckett : J’ai quelques petites idées à propos de ce que vous méritez.

Ryan : Allez Beckett. Donnez-nous un indice. Est-il séduisant ?

Castle (faussement inquiet) : Oui est-il séduisant ?

Esposito : Ou est –il du genre rebelle ?

(Beckett roulent des yeux, prend ses affaires sur son bureau et s’en va)

Castle (se lève et fait mine de la suivre) : C’est ça Beckett ? C’est un rebelle ? genre James Dean ?

Castle (se retournant vers Ryan et Esposito) : Un desperado ? (Riant)

Castle : J’y vais (désignant la sortie)

Esposito (se retournant vers Ryan) : Viens, il faut qu’on discute.

(Esposito et Ryan vont dans la salle de pause vers la machine à café)

Esposito : Pourquoi Beckett nous le cacherait ?

Ryan : Ce gars est peut-être louche ; peut-être pas très clair.

Esposito (inquiet) : en tant que partenaire, on doit trouver qui est ce gars-là.

Ryan : Sinon quel genre de partenaires serions-nous ? Il y va de sa sécurité.

Exposito : exactement. Vu qu’on n’a pas d’enquête en cours, on devrait utiliser notre temps pour le trouver.

Ryan : Hum,hum (en faisant oui de la tête)

[Parcours de la voiture de Castle de New York jusqu’aux Hamptons]

 

[Les Hamptons, une Mercedes conduite par Castle se gare devant la maison]

[Beckett sourit en regardant par la glace de la portière la magnifique maison de Castle. Il arrête la voiture et fait le tour pour ouvrir la portière à Beckett]

Castle : Et nous y voilà.

Beckett : Oh mon Dieu, Castle ! Whoua !

[Elle sort de la voiture et fait quelques pas en regardant la maison]

Beckett : Tu es riche ou quoi ?

Castle : Pas autant que James Patterson , mais je n’ai pas à me plaindre. Viens, je te fais visiter.

[Castle monte quelques marches et rentre dans la maison]

Beckett : Oui

[Castle suivi de Beckett descendant les escaliers venant de l’étage]

Castle : Après avoir refait la cuisine, je pensais en avoir fini. Mais ma décoratrice m’a appelé en me disant que je devais rénover le salon. [en désignant la pièce]

Castle : Donc je l’ai fait aussi ; ça a conduit à refaire le 1er étage et enfin le sous-sol.

[Beckett s’arrête en bas des escaliers et regarde autour d’elle, pensive]

[Castle ouvre la porte donnant sur l’océan et voyant que Beckett n’a pas suivi, se penche pour voir où elle est]

Castle : Tu viens ?

Beckett : Oui

[Ils sortent sur le perron et descendant quelques marches. Ils se trouvent face à l’océan]

Castle : Voici l’endroit que je préfère ; le bruit de l’océan, un isolement total, la sérénité.

[Il va vers sa gauche en longeant la maison]

Castle : La piscine est de ce côté. Tout le monde la trouve merveilleuse …

[Castle se retourne voyant que Beckett n’a pas suivi]

Castle : Est-ce que tout va bien ?

Beckett : Oui. C’est spectaculaire, Castle.

[Il revient vers elle]

Castle : Et ça pose un problème ?

Beckett : Je ne peux pas m’empêcher de me demander combien d’autres filles ont eu droit à la même visite.

Castle : D’accord. Je ne nierai pas le fait que j’ai amené d’autres femmes ici. Mais ... [Il lui prend la main] elles n’étaient pas toi.

[Ils se regardent intensément]

Beckett (souriant) : Tu veux aller tâter l’eau de la piscine ? (elle rit)

[Ils se dirigent main dans la main vers la piscine]

 

[Les Hamptons, la nuit , Castle et Beckett, en peignoir vers l’enclos de la piscine]

Castle : Je suis sûr que la température va te convenir. ( Il ferme la porte de l’enclos suivi de Beckett)

Castle : Mais si tu préfères que l’eau soit plus chaude, je peux monter la température ou je pourrais …

( Beckett laisse tomber son peignoir à ses pieds)

Castle : …juste arrêter de parler !

Castle (avec un petit sourire) : Tu as oublié ton maillot !

Beckett (avec un petit sourire coquin) : Je sais !

(Soudainement son visage change et elle se jette pour récupérer son peignoir)

Beckett : Oh non !

Castle : Quoi ?

( Beckett essaie le plus vite possible de se couvrir avec son peignoir)

Beckett : Quelqu’un vient.

Castle( en se retournant) : Quoi ?

(un homme arrive de l’autre côté de la piscine, titubant, sa chemise couverte de sang et son poing droit laissant échapper du sable.

Castle : Oh !

(l’homme tombe la face la première dans la piscine)

Castle (se retournant vers Beckett) : Appelle les secours.

Beckett ( tenant son peignoir fermé) : tu crois

(le corps de l’homme remonte à la surface de la piscine et flotte)

[Générique]

[La nuit, vers la piscine, un des technicien de la police scientifique prend des photos du corps de l’homme qui est sur la civière]

Castle et Beckett sont interrogés par un membre de la police locale le chef Brady dans la cuisine de la maison de Castle. Beckett se tient légèrement à l’écart.

Castle : Il a fini dans la piscine. J’ai tenté de le ranimer mais …

Chef Brady (se tournant vers Beckett) : Vous étiez là vous aussi ?

Beckett : oui

Chef Brady : votre nom ?

Beckett : Katherine Beckett. Mais vous pensez qu’on pourrait éviter que ça figure dans le dossier ?

Chef Brady  (souriant) : Oui bien sûr

(Castle sourit soulagé)

Beckett : même si on ne faisait rien de mal, c’est juste…

Chef Brady : Oui

Beckett : Où voulez-vous en venir ?

Chef Brady : Ne vous en faites pas. On est dans les Hamptons. On sera discret. On ne s’intéresse pas à vos arrangements.

Beckett : Nos arrangements ?

Castle : Chef ! Chef ! Je ne suis pas … Elle n’est pas …

Beckett : Je ne suis pas une prostituée !

Chef Brady (d’un air condescendant): J’en suis sûr

(Castle, gêné, regarde Beckett)

Chef Brady : Auriez-vous quelque chose à rajouter à la déposition de Mr Castle ?

Beckett : On n’a pas entendu de coup de feu. Cela veut probablement dire que le tueur a utilisé un silencieux.

Chef Brady : On aime les séries policières, hein ?

(Castle interrompt la conversation avant que Beckett ne réponde pour faire diversion).

Castle : Sait-on qui est la victime ?

Chef Brady : Randall Francklin

(Castle sourit à Beckett qui le regarde, énervée secouant la tête).

Chef Brady : Il venait de Manhattan, chaque weekend. Nous avons appris qu’un peu plus tôt dans la soirée, il était à une fête sur la plage, chez Douglas Shapiro.

(Le chef Brady est interpellé par son adjoint Jones)

L’adjoint Jones : Chef, on l’a attrapé.

Chef Brady : Excusez-moi. (Il part à l’extérieur)

(Castle fait un sourire forcé à Beckett comme pour s’excuser qui elle en retour lui jette un regard énervé)(Le chef Brady rentre dans le salon par une porte fenêtre)

Chef Brady s’adressant à Castle : On le tient : il s’appelle Casius MacMurray. Un accro aux méthamphétamines du coin.

(Un policier tient Mc Murray à moitié endormi ; Castle et le chef Brady les regardent).

Adjoint Jones : Il dormait dans les herbes hautes dans une centaine de mètres avec le portefeuille de la victime.

(Beckett approche mais reste en retrait)

Adjoint Jones : Le gars est complétement dans les vapes.

Chef Brady : c’est incroyable

Castle : Quoi donc ?

Chef Brady : les méthamphétamines. Les gosses de riches prennent n’importe quoi ces temps-ci. Les arrestations pour drogue ont doublés ces six derniers mois.

Bon très bien. Merci de votre aide.

Castle, s’adressant à Jones : Et à propos des projections de sang ? Vous en avez trouvé sur la plage ou sur le suspect ?

Adjoint Jones : Non. Pourquoi chercher ? On a notre coupable.

Chef Brady : Je suis certain qu’on va en trouver. Il avait le portefeuille de Francklin.

(Il commence à partir quand il est intercepté par Castle)

Castle : Il aurait pu le trouver sur la plage

(Beckett sent que Castle est intéressé par l’enquête)

Chef Brady se retourne : Vous doutez de mes compétences ?

Castle : Je …

Chef Brady : On a le tueur

 

Castle : D’accord

Chef Brady : Bonne nuit

(Beckett exaspérée, roule des yeux)

Castle peu convaincu : Bonne nuit

(un policier pousse le suspect, l’adjoint Jones et le Chef Brady partent)

Adjoint Jones : Allez ! on y va. Avance !

(Beckett voit que Castle est contrarié, se retourne et va plus loin dans la maison)

 

[Chambre de Castle, la nuit, le feu de cheminée crépite et un ventilateur au plafond tourne, la pièce est dans la pénombre, Castle, Beckett]

 

(Castle et Beckett sont tous les deux allongés sur le dos sur le lit l’un à côté de l’autre)

Castle : Quel tuer implacable s’endormirait sur la plage après avoir tiré sur quelqu’un ?

Beckett : Castle, je suis en week end. Si j’avais voulu enquêter, je serais restée à New York.

Castle : Le gars est mort dans ma piscine

Beckett : Ce n’est pas notre enquête

Castle : Reconnais que les preuves sont plutôt minces

Beckett : Ce n’est toujours pas notre enquête ! Si tu restes obsédé par cette enquête, ça va nous gâcher le week end !

Castle : Bon alors, qu’est- ce qu’on fait ?

(Beckett se tourne vers la droite vers Castle et se rapproche de lui)

Beckett : On pourrait essayer de ne plus y penser (en l’embrassant)

Castle (l’embrasse à son tour et se décale légèrement) : Ils n’ont même pas trouvé d’arme sur lui.

Beckett : Castle, on ne le sort pas de notre esprit là !

Castle (en l’embrassant): Tu as raison, désolé ! Je fais une fixation, j’arrête d’être obsédé.

Tu l’as dit toi-même, on aurait dû entendre les coups de feu. Quel genre de camé, qui ne sait pas sur quelle planète il vit, porte un flingue avec un silencieux ? D’ailleurs, ça indique la préméditation !

(Beckett le regarde se tenant la tête avec le bras droit en s’accoudant sur son oreiller)

Beckett : Notre week end est fichu tant que tu n’auras pas tes réponses

Castle : Je vais faire du café

Beckett : Hum

(Castle sort du lit précipitamment ; Beckett attrape l’oreiller de Castle, le met devant elle et s’effondre dessus en soupirant)

 

[Le lendemain matin, Les Hamptons, dans le jardin face à l’océan, Castle, Beckett]

 

(Castle fait les cent pas en téléphonant)

Castle : Merci. Navré d’avoir raté ta fête, elle était mortelle, paraît-il Doggy . (il rit)Désolé

(Castle rejoint Beckett qui est assise sur une chaise longue de jardin avec un ordinateur portable sur les jambes)

(Castle s’assoit sur une chaise longue à côté de Beckett de l’autre côté d’une petite table)

Castle : OK, la dernière fois que Shapiro a vu Francklin en vie, c’était lors de sa fête à 20H15

Beckett : Deux heures avant le meurtre

(Castle repose le téléphone sur sa base)

Castle : Il était sur la plage et se disputait avec une femme en robe blanche ; mais comme il faisait déjà nuit, Shapiro n’a pas pu dire qui s’était. Ce n ‘était pas la femme de Franklin, qui était encore en ville. Tu as trouvé une raison pour quelqu’un de vouloir sa mort ?

Beckett regardant sur l’ordinateur : Il était banquier chez Lehman Brothers. Il a été impliqué dans un délit d’initié avant qu’ils fassent faillite. En échange de sa liberté, il a témoigné contre ses collègues.

(Beckett retourne l’ordinateur vers Castle et lui montre les photos des différentes personnes condamnées sur un article du New York Ledger)

Castle : Rachel Rosenberg, Jeff Forshim, Emily Monroe, Angela Colabro et Aaron Lerner. Ils ont tous fait de la prison. (Castle s’adressant à Beckett)Ils pourraient vouloir se venger, voire être la femme mystère. On doit parler à sa femme pour savoir s’il avait des ennemis.

(Beckett ferme le PC portable)

Beckett : Non. On vient d’arriver ici. Je ne retourne pas en ville.

Castle : Par chance, on n’aura pas à le faire. Je sais qui contacter.

 

[New York, La morgue, Lanie, Ryan et Esposito]

(Lanie rentre dans la salle d’autopsie suivie d’Esposito et de Ryan. Ils la suivent dans son parcours dans la pièce)

Lanie : Le petit ami de Beckett ? Vous n’avez rien de mieux à faire tous les deux ?

Esposito : En fait, non.

Ryan : Elle a dû le rencontrer pendant sa suspension.

Esposito : Une période plutôt pénible où elle a eu besoin d’un peu de réconfort.

Ryan : Un ex

Esposito : Dont elle serait gênée de parler, de peur d’avoir l’air faible.

Esposito : Le plus probable, c’est que ça soit son dernier petit ami : le Docteur Joshua Davitson. C’est lui, hein ?

Lanie : Je comprends que tu n’es pas de vie Javier. Mais toi (en regardant Ryan) tu es marié ! Quelle est ton excuse ?

Ryan : Je …

Lanie  (le coupant) : Qui que ce soit, son petit ami, ça ne vous regarde pas du tout.

Esposito : Je t’en prie Lanie, Tu dois savoir qui c’est. Elle est avec Josh, c’est bien ça.

Lanie : Tu interroges les suspects comme ça ? Parce qu’avec cette histoire, vous me tapez réellement sur les nerfs !

(Esposito et Ryan se regardent)

Lanie : Je ne sais pas qui c’est et je respecte la vie privée de Beckett.

Lanie (regardant Esposito) : Mais soit sûr d’une chose, ce n’est pas Josh. Parce qu’il bosse dans un dispensaire en Amazonie depuis un an.

Esposito : Tu en es vraiment sûr à propos de ça ?

(Lanie le regarde, le défiant du regard)

Ryan (s’adressant à Esposito) : Je crois qu’elle en est sûre.

Esposito : oui

(Le téléphone portable de Ryan sonne)

Ryan : Salut Castle. Je te mets sur haut-parleur, donne nous ton avis.

(Castle est Beckett sont assis dans le jardin devant la maison des Hamptons ; le téléphone est sur haut-parleur)

Castle : Donnez mon avis sur quoi ?

Ryan : On est à la morgue avec Lanie

Ryan : On cherche qui est le petit ami de Beckett.

(Beckett écoutant cela, se lève du dossier et regarde Castle surprise)

Lanie ( au téléphone) : Je n’ai absolument rien à voir ..

(Castle fait un geste à Beckett lui disant d’attendre)

Lanie(à la morgue) : …avec cette ineptie. (Lanie part plus loin en bousculant Esposito)

Castle (au téléphone) : Tu hériteras de leurs cadavres lorsque Beckett le saura !

(Beckett regarde Castle en souriant)

Esposito (à la morgue) : Comme si on avait peur de Beckett !

Ryan (au téléphone) : Et comment elle l’apprendrait ?

(Castle regarde Beckett et elle se précipite pour prendre le combiné mais Castle l’attrape avant. Il se lève et va parler plus loin)

Castle : Quoiqu’il en soit, j’ai besoin de votre aide les gars. Il y a eu un meurtre ici dans les Hamptons sur ma propriété.

Ryan (regardant Esposito) : T’es sérieux ? Tu es dans un épisode d’Arabesque ?

(Esposito rit)

Castle : Qui se passerait dans les Hamptons, pas dans le Maine. Hélas ici, contrairement à la grande Jessica Fletcher, le chef de la police locale, n’est pas un ami et il a peut-être arrêté un innocent. Donc j’ai besoin que vous alliez interroger la femme de la victime en ville pour découvrir ce qu’elle sait.

Ryan : Hum..

Esposito : Ce n’est pas un petit service, Castle. On veut quelque chose en retour

Castle : La Ferrari

Ryan : Une semaine

Esposito : chacun

Castle : Ce n’est pas sérieux les gars ! Les gars ?

 

[Commissariat du 12ème, salle d’interrogatoire, Esposito, Ryan et la femme de la victime, Mme Franklin]

 

Mme Franklin : Je ne comprends pas (en regardant Esposito)

(Esposito, Mme Franklin et Ryan vont de l’open- space vers une salle d’interrogatoire)

Mme Franklin : Ils ont déjà arrêté le tueur, n’est pas ? On m’a dit que c’était un toxicomane.

Ryan : Sans vouloir manquer de respect à la police locale, on aimerait s’en assurer.

Esposito : Votre mari a témoigné contre plusieurs de ses collègues à la Lehman. Etait-il encore en contact avec l’un d’eux ?

Mme Franklin : Pourquoi ?

(Esposito et Ryan se regardent)

Esposito : L’un d’eux aurait pu se venger.

Mme Franklin : Non. Il a quitté la banque après la faillite et ensuite il a changé de branche. Il s’est lancé dans l’immobilier. C’est de cette manière qu’on est resté à flots.

Ryan : Mme Franklin, on a vu votre mari se disputer avec une femme sur la plage quelques heures avant sa mort. Savez-vous qui s’était ?

Mme Franklin : Non. Je devine que c’était sûrement sa maîtresse.

Ryan : Sa maîtresse ?

 

[ Maison des Hamptons, Castle, Beckett]

(Beckett quitte la cuisine pour rejoindre Castle en mangeant des grains de raisin)

Beckett : Franklin avait une liaison ?

(Castle vient de raccrocher)

Castle : Avec Natalia Roosevelt. Elle habite le coin. La femme a eu vent de l’affaire et l’a envoyé ici pour rompre.

(Ils quittent la cuisine pour aller dans le salon)

Castle : C’est assez typique du style clinquant local. Un gars de la ville rencontre une beauté locale, le remède au stress de sa vie citadine. Il s’ensuit une liaison torride. Mais l’épouse l’apprend, exige la rupture. Et le remède devient poison…avec une arme. Il va falloir que je retravaille la fin.

Beckett : Non c’est une bonne histoire. Mais comment on prouve que c’est avec elle qu’il se disputait bien sur la plage ?

(Ils se sont assis dans le salon, dans un canapé face à un ordinateur portable posé sur une table basse)

Castle : Il faudrait savoir si elle était à la fête

(Castle cherche dans sa messagerie électronique l’invitation à la soirée de Shapiro)

Castle : Regardons ça tout de suite

(Castle ouvre l’invitation)

Castle : Et la voilà. Elle a bien indiqué qu’elle irait.

(Castle clique sur le nom de N. Roosevelt et une photo d’elle apparait)

Castle : Oh et elle a le profil de la femme fatale.

Beckett : Elle siège au conseil municipale et possède le « Hampton Sand Bar ».

Castle : C’est l’un des plus populaires. Je te paye un verre ?

(Beckett regarde Castle et sourit)

[Les Hamptons,Hampton Sand Bar, Castle et Beckett ]

(Castle et Beckett sont au comptoir. Le bar est plein de monde)

(Le barman pose deux verres devant Castle et Beckett ; et ils en le prennent chacun un)

(Castle se retourne vers la salle)

Castle : La voilà, notre femme en robe blanche.

(Natalia Roosevelt va de table en table pour discuter)

Castle : Seulement elle est éblouissante en rouge sang. Comment on l’approche ?

Beckett : Tout en finesse, Castle. On trouve une façon naturelle d’aborder le sujet et on voit sa réaction.

Castle : Je sais exactement quoi faire.

(Castle quitte le comptoir et va à la rencontre de N.Roosevelt)

Castle : Bonjour, je vous reconnais. Vous étiez à la fête de Douglas Shapiro hier soir ?

(Beckett rejoint Castle)

N.Roosevelt : Qui n’y était pas !

Castle : C’est vrai. Mais je vous ai vu sur la plage. Vous n’étiez pas en train de vous disputer avec Randall Francklin ?

(Beckett qui était en train de boire, a failli s’étouffer)

Beckett (murmurant) : En douceur Castle.

N.Roosevelt : Qu’est-ce que vous insinuez ? (le regardant en le défiant)

Castle : Rien. Mais ça doit vous faire bizarre. Vous êtes la dernière personne à l’avoir vu en vie.

(N.Roosevelt se retourne)

N.Roosevelt : Chef ?

(Le chef Brady se retourne ; il était caché par une autre personne)

Chef Brady : Oui, Natalia ?

N.Roosevelt : Venez !

Castle : Oups !

Beckett : oui !

N.Roosevelt : Vous les connaissez ? (Le chef Brady vient à côté de N.Roosevelt ) Parce qu’ils m’ont pratiquement accusé de meurtre.

Chef Brady : Castle, que faites-vous ici ?

Castle : On discute, c’est tout.

Chef Brady : Au sujet du meurtre de Franklin ? Vous avez un problème avec la façon que j’ai de faire mon job ?

Castle : Non je n’aurai jamais utilisé ces mots-là, sachez-le

Chef Brady : Et que dites-vous de ces mots-là ? Vous et votre soi-disant amie êtes en état d’arrestation pour entrave à l’enquête. Tournez-vous.

(Castle et Beckett se tournent pendant qu’on les menotte et ils profitent de leur main de libre pour finir leur verre)

Beckett : Merci pour le verre !

Castle : Santé !

Chef Brady : Désolé pour tout ça Natalia.

[Le commissariat des Hamptons, Castle et Beckett en cellule]

Beckett : J’en reviens pas que je t’ai laissé me convaincre de fourrer mon nez dans l’enquête d’une autre juridiction

Castle : Comme si j’avais eu besoin de te forcer. Au moins on sait qu’on avait raison à propos de ce type. Il a l’air coupable pour toi ?

(McMurray est couché sur un banc entre eux deux ; il dort en ronflant)

Castle : Il dort comme un bébé (Castle le secoue, se regarde la main et s’essuie la main sur son pantalon)

Beckett : Plutôt comme un bébé tronçonneuse

Adjoint Jones : Castle, Beckett, le chef Brady veut vous voir (l’adjoint Jones fait le tour de la cellule et vient leur ouvrir la porte)

(Beckett, qui a oubliée qu’elle était menottée au banc, se lève précipitamment et est arrêtée brusquement. Elle regarde Castle qui se pince les lèvres pour ne pas rire)

[Le coin pause du commissariat des Hamptons, Le chef Brady, Castle et Beckett]

(Le chef Brady est en train de se servir un café)

Adjoint Jones : Chef (Le chef Brady se retourne)

Chef Brady : Hey, merci Jones. Salut vous deux. Vous voulez un café ? Il est frais

Castle : oui, merci

Chef Brady : Alors, j’ai fait des recherches sur vous Mademoiselle Beckett.

(Beckett regarde Castle qui est apeuré)

Chef Brady : Je ne savais pas que vous bossiez à la Criminelle de New York, détective.

(Brady donne les tasses de café à Castle et Beckett)

Chef Brady : Je n’ai encore jamais enquêté sur un homicide auparavant. A part les affaires de drogues, je gère surtout des personnes qui se plaignent du chien du voisin. Je n’ai jamais dégainé mon arme.

Castle : Excusez-moi, pourquoi nous dire tout ça ?

Chef Brady : Parce que vous aviez raison pour le suspect que j’ai arrêté .Le labo n’a trouvé aucun résidu de poudre sur lui. Cela veut dire que le meurtrier est toujours dans la nature. Ecoutez, je subis une grosse pression de la part du maire. Un riche citadin assassiné, ce n’est pas bon pour les affaires.

Beckett : Je ne vois toujours pas pourquoi vous nous dites cela

Chef Brady : D’accord. Je vais laisser tomber les charges pour ingérences si vous me donnez un coup de main sur cette enquête.

Castle : Ca me parait bien

Beckett : Excusez-nous

(Beckett emmène Castle un peu plus loin)

Beckett (parlant mois fort) : Bien ? On vient de passer deux heures de notre week end dans cette cage à lapin ; ce n’est pas suffisant ?

Castle : Tu penses vraiment qu’on pourra se détendre sans avoir de réponse, sans …obtenir justice ?

(Ils se regardent)

Beckett : Bien (elle se retourne et ils vont tous les deux vers le chef Brady).Tant que cette info n’arrive pas jusqu’à mon poste, je suis prête à le faire.

Chef Brady : Ça me va. Qu’est- ce qu’on fait maintenant ?

Beckett : Vous avez le rapport de la balistique ?

 

Chef Brady : Oh oui. (Il va le chercher son un bureau) Les balles extraite du corps de la victime étaient de calibre 30.

Castle : Du calibre 30. C’est plutôt rare.

Beckett : Oui, on l’utilise pour le petit gibier. Je peux avoir le rapport du légiste sur Franklin ?

Chef Brady : On ne l’a pas encore reçu

Beckett : Alors je vous suggère de leur mettre la pression. En attendant, on devrait interroger Natalia Roosevelt.

Chef Brady : Je lui ai déjà parlé ; elle n’a aucun mobile pour tuer Franklin.

Beckett : Et vous l’avez interrogé sur le fait qu’elle était sa maîtresse ?

Chef Brady (surpris) : Non ! Elle ne l’a pas mentionné.

Castle (qui est dans son dos) : les suspects restent en général discrets sur ce sujet

(Chef Brady se tourne vers lui)

Castle (avalant une gorgée de café):Hum, une saveur authentique !

 

[Salle d’interrogatoire Commissariat des Hamptons, Chef Brady, Beckett et Castle]

 

(Ils rentrent tous les trois dans la pièce où les attend Natalia Roosevelt)

N.Roosevelt (sure d’elle) : Je croyais que tu les avais arrêtés John ?

Chef Brady : C’est ..

Beckett : C’est chef Brady pour vous Melle Roosevelt. Vous devriez plutôt vous inquiéter de lui avoir menti à propos de votre liaison avec Randall Franklin.

(Ils se sont assis face à elle)

N.Roosevelt (embarrassée) : Je n’ai pas menti. Le chef Brady ne m’a pas questionné là-dessus

Beckett : Randall n’a pas rompu avec vous sur la plage hier soir ?

N.Roosevelt : Et si c’était le cas ?

Beckett : Ça vous donne un mobile, Melle Roosevelt

N.Roosevelt : Ecoutez, ne nie pas que je me suis disputée avec Randall. Je l’ai accusé de s’être servi de moi pour mon vote au conseil municipal

Castle : un vote pour quoi ?

N.Roosevelt : son cher héliport. Il s’est fait construire une plate-forme dans son jardin il y a six mois mais il voulait faire une modification. On l’a accordée il y a une semaine et là d’un seul coup il ne veut plus de moi.

Castle : Il s’est fait tirer dessus deux heures plus tard

N.Roosevelt : Deux heures plus tard, j’étais dans mon bar. Ecoutez, la dernière fois que je l’ai vu, c’était sur cette plage. On était en train de se disputer, et il a reçu un texto et juste après il s’est sauvé.

Beckett : A quelle heure ?

N.Roosevelt : vers 20 h 30

(Beckett et Castle se regardent)

Castle : vers où est-il allé ?

N.Roosevelt : Il a remonté la plage

(Beckett, Castle et le chef Brady se regardent et d’un signe de tête décident qu’ils n’ont plus de question à poser)

Chef Brady : Très bien. Merci

 

[New York Commissariat du 12ème, Ryan et Esposito ]

 

(Ils parlent dans un couloir les menant jusqu’à leur bureau)

Ryan : J’ai tracé le texto de Franklin a reçu avant de quitter Melle Roosevelt sur la plage. Je ne sais pas ce qu’il disait mais il venait d’un téléphone prépayé .Celui qui l’a envoyé voulait rester anonyme.

Esposito : C’était peut-être à propos d’une mauvaise affaire .C’est ce qui lui a causé des problèmes dans le passé

Ryan : Le passé a une drôle de façon de se répéter

Esposito : En parlant de ça, (il regarde autour de lui pour voir si personne n’écoute) j’ai appelé mes sources aux vols et effractions pour essayer de relier Beckett et son ancien mec, détective Demming

[Le commissariat des Hamptons, Castle , Beckett, Chef Brady]

(Castle est au téléphone avec Ryan et Esposito)

Castle : Demming ? Arrête. Beckett peut trouver nettement mieux

(Beckett qui est en train de manger à côté de lui, le regarde énervé)

Castle : Merci pour l’info, je dois y aller (Castle raccroche)

Beckett : Je ne comprends même pas pourquoi tu les aides

Castle : Comme ça on sait qu’ils n’ont aucun doute à propos de nous

Beckett : oui et bien je ne vois pas pourquoi ça les intéresse

Castle : Pourquoi les gens s’intéressent à Brangelina

Beckett : On est Brangelina maintenant ?

Castle : Non on est Rick-ate, Non on est Kate-ick. (Beckett fait la moue) Caskett ? Génial ! (Beckett approuve ce nom) Une à la Sherlock pour nous deux.

(le chef Brady rentre dans la pièce)

Chef Brady : L’alibi de Natalia tient : trois habitués de son bar ont confirmé qu’elle y était à 21 heures

(Le chef Brady, Castle et Beckett se déplacent dans la pièce et vont dans un bureau)

Castle : bien avant que Franklin se fasse tiré dessus

Chef Brady : Mon adjoint Jones visite les maisons près de la plage dans la direction prise par Franklin

Beckett : Il est tout seul ?

Chef Brady : On est dans les Hamptons. On a peu d’effectif. Ah au fait, je sais que ça va vous intéresser : le médecin légiste a envoyé son rapport

(Beckett regarde le rapport avec Castle à son côté)

Beckett : Les poumons de Franklin étaient plein d’eau salée

Castle : Ce qui veut dire qu’il s’est presque noyé. C’est étrange

Chef Brady : L’examen de ses blessures par balle montre qu’il est resté dans l’eau au moins vingt minutes après s’être fait tirer dessus

Castle : Donc …vingt minutes dans l’eau, personne n’entend de coup de feu. C’est pour ça que personne n’a rien entendu

(Beckett lève les yeux du rapport et regarde Castle)

Castle : Il a été balancé d’un bateau, c’est très style « le Parrain »

Beckett : L’eau salée a ralenti le saignement et lui a laissé assez de temps pour nager jusqu’à la côte

(Beckett sourit. Castle, quant à lui, se déplace et va vers la cellule)

Chef Brady : Il faut donc chercher les bateaux dans le secteur à ce moment-là

Beckett : Oui (regardant le chef Brady), donc…

(elle se retourne et regarde Castle)

Beckett : Donc … Y avait-il un témoin présent sur la plage la nuit dernière ?

Castle : Tu veux dire quelqu’un comme …notre drogué préféré (en criant) MC MURRAY ?

(Mc Murray se réveille et se redresse en sursautant)

Chef Brady : Sérieusement ? Il était shooté

Beckett : Mais ça ne veut pas dire qu’il ne se souvient de rien

 

[Salle d’interrogatoire, Commissariat des Hamptons, Mc Murray, Beckett, Chef Brady et Castle]

 

Mc Murray : Oui, j’ai vu un bateau, à environ une centaine de mètres de la plage

(Beckett, Chef Brady et Castle sont assis de l’autre côté de la table)

Castle : Pouvez-vous le décrire ? Peut-être sa taille ?

Mc Murray : Non ; Tout ce dont je me rappelle, c’est qu’il se faisait attaqué

Beckett (se redressant sur sa chaise): Attaqué ?

Mc Murray : Oui par un requin. Un requin rouge avec des petits yeux rouges

(Beckett se penche vers le chef Brady)

Beckett (parlant doucement) : D’accord, vous aviez peut-être raison à propos de ce type

Chef Brady (parlant doucement) : Peut-être pas

(Castle le regarde)

 

[Marina dans les Hamptons, l’employé de la Marina, Beckett, Castle et chef Brady]

 

(ils quittent la capitainerie pour aller sur un ponton vers les bateaux amarrés)

L’employé de la marina : oui, je connais ce bateau. C’est celui d’Aaron Lerner

Castle : Aaron Lerner

Beckett : L’un des types que Franklin a envoyé en prison. Ce bateau est-il sorti hier soir ?

(Chef Brady est dubitatif. Ils se dirigent tous vers le bateau de Lerner)

Employé de la marina : Oui je l’ai vu partir vers 21H30

Chef Bady : Une heure après que Franklin ait quitté Natalia Roosevelt sur la plage

Beckett (marchant devant les autres): Il avait largement le temps de venir ici

Castle : Si le bateau est parti à 21H30, il pouvait être en face de chez moi à 21H45

Beckett (voyant le bateau d’A.Lerner amarré au ponton) : Un requin rouge

(Beckett part devant en courant et examine le bateau)

Castle : Attaque de requin (Il s’entrave avec un de ses pieds dans le nœud qui attache le bateau d’A.Lerner au ponton)

L’employé de la Marina : Faites attention où vous marchez !

Castle : Désolé

L’employé de la Marina : Plaisanciers du dimanche !

Beckett (se penchant au-dessus du pont du bateau vers l’extérieur de la coque) : Castle, des tâches de sang.

(Se retournant vers les 3 autres) : Franklin a été tué ici (Aaron Lerner sort sur le pont)

Castle : Salut Lerner, mortel votre yacht

 

[Le commissariat des Hamptons, salle d’interrogatoire, Beckett, Castle, Lerner et le chef Brady]

 

Beckett : C’est le rapport du labo à propos du sang que l’on a trouvé sur la coque, Mr Lerner, il correspond à Randall Franklin

Castle : Cela signifie qu’il a été abattu sur votre bateau

Lerner : Non, impossible, il n’était même pas à bord

Chef Brady : comment le sang est arrivé là ?

Lerner : Je n’en ai aucune idée

Beckett : Un témoin a vu votre bateau quitter la marina à 21H30 hier soir. Où êtes-vous allé ?

Lerner : Je ne suis pas sorti hier soir

Castle : Oh je vous en prie Lerner. Nous savons que Randall Franklin a bafoué les mêmes lois que vous mais il s’en est sorti en vous dénonçant. C’est compréhensif de vouloir lui faire payer

Lerner : D’accord, bien sûr que je lui en voulais, évidemment. Mais vous avez quoi ? Il y a plusieurs mois je l’ai rencontré sur la plage et on a enterré la hache de guerre. J’ai même diné chez lui plusieurs fois depuis

Beckett : Où étiez-vous hier entre 20H30 et 22H ?

Lerner : A  une réunion. Je fais partie d’un groupe pour perdre du poids. Ecoutez, si vous voulez coincer le type qui lui a fait la peau, allez voir son voisin.

Beckett : Une seconde, son voisin ?

Lerner : Oh oui, ce gars est un salaud de première. Je dinais chez Franklin la semaine dernière, le voisin de se pointe et tambourine à la porte. Franklin ne m’a pas dit de quoi il s’agissait mais ce type le menaçait avec une rare violence.

 

[Commissariat des Hamptons, Chef Brady, Beckett et Castle]

 

Chef Brady (au téléphone) : D’accord, merci

(Il regarde Beckett) OK, l’alibi de Lerner est confirmé. Il était bien à sa réunion de 20H30 à 22H, hier soir

(Beckett a l’air abasourdi)

Castle : Donc, quelqu’un d’autre a volé son bateau, a tué Franklin et l’a remis en place sans que Lerner le sache

Chef Brady : Jones va ratisser la Marina

Beckett : en attendant qui est donc ce voisin ?

Chef Brady : C’est une querelle de voisinage. C’est très courant dans le coin

Beckett : Mais vu comment Lerner en parle, ça avait l’air plutôt sérieux

Chef Brady : Son voisin est un peu véhément, mais je vous assure que ce n’est pas un mobile de meurtre

Castle : On pourrait au mois lui parler, non ?

(Chef Brady est embarrassé)

Chef Brady : OK, écoutez, ce type n’est pas un gars quelconque, c’est Vincent Cardano.

Castle : Vinnie dit la cicatrice du clan Cardano ? (Il se tourne vers Beckett) Ca expliquerait les coups de feu tirés sur le bateau de Lerner. Je suis un ami de son cousin Sal. Il aimerait qu’on se rencontre depuis des années.

Beckett : Quel meilleur moment que maintenant, on peut le faire venir et lui demander ce qu’il a fait hier soir

Chef Brady : Oh, Oh Oh, non ! Je ne vais pas voir Cardano sans preuve

(Chef Brady se dirige vers la porte pour sortir)

Chef Brady : Ecoutez, j’ai du boulot. Je dois aller faire la circulation à Bright Hamptons pour la demi-finale du championnat de polo. Et n’oubliez pas, on finira ça plus tard. Ici c’est moi qui décide.

(Chef Brady les désigne du doigt) Vous n’approchez pas de Vinnie la cicatrice

[Maison dans les Hamptons de Castle, dans la salle à manger, Castle, Beckett, Vincent Cardano]

(Tous les trois sont en train de diner)

V.Cardano : Ravi de pouvoir enfin te rencontrer, Rick. (Il lève son verre pour porter un toast)Santé !

Sal a dû te dire que je suis un de tes fans

(Ils trinquent tous les trois)

V.Cardano : A mes nouveaux amis !

Castle : Santé !

Beckett : Santé !

V.Cardano (s’adressant à Beckett) : Mon chou, cette petite sauce est à tomber

Beckett : Merci Vinnie

Castle : C’est vraiment excellent. Tu cuisines, je l’ignorais

Beckett : Tu devrais m’accorder un plus d’attention Castle

V.Cardano : C’est la différence entre Castle et moi ; vous avez toute mon attention depuis que je suis ici, ma chère

Castle : Oh là ! Doucement Vinnie, ne m’oblige pas à te faire ce qui est arrivé à ton voisin

V.Cardano : On t’en a parlé ?

Castle : Il a fini dans ma piscine

V.Cardano : Je dois admettre que je ne verserai pas de larmes pour ce gars

Beckett : Vous le connaissiez ?

V.Cardano : Oui, c’était un vrai connard. Il a aménagé une piste d’hélicoptère dans son jardin à côté de ma maison. Chaque mardi, vers minuit, il passe en rase motte au-dessus de ma chambre

Castle : Belle ordure, c’est clair !

V.Cardano : J’ai porté plainte mais le conseil municipal l’a quand même homologué. C’est évident que ce gars a graissé des pattes là-bas. Je voulais le tuer ce salopard.

Castle : J’imagine. Où tu étais quand tu l’as su ?

V.Cardano : Quelle importance ?

Castle : Le type que tu voulais la mort, se fait tuer. Combien de fois ça arrive ?

V.Cardano (regardant Castle avec insistance) : Je ne sais pas. Que veux-tu dire ?

(Castle est embarrassé) Tu crois que je l’ai tué ? (V.Cardano se lève de table)

Castle : Mais non, Vinnie. Qu’est-ce que tu dis ? Assieds-toi et reprend du vin !

V.Cardano : Non, on en a fini là. Franchement, je suis blessé que tu me crois coupable d’un meurtre aussi minable. Si j’avais buté ce mec, personne n’aurait retrouvé le corps. (Castle le regarde effrayé) Ne m’oblige pas à faire une démonstration (Il part)

Castle : Il marque un point (Il boit une gorgée de vin)

 

[La nuit, Maison des Hamptons, le salon, Castle et Beckett]

 

(Castle et Beckett sont dans la cuisine et se dirigent vers le salon)

Beckett : Des cadavres, des toxicos et des mafieux : c’était ça ton weekend romantique

Castle : Dois-je te rappeler que c’est un meurtre qui nous a fait nous rencontrer ?

(Le portable de Castle sonne)

Castle : Allo ?

Chef Brady (au téléphone) : Qu’est-ce que je vous avais dit ? C’était pourtant clair, je n’avais dit aucun contact avec Cardano

Castle : C’était juste un repas entre amis. En fait, il reste des linguine si ça vous dit de venir

Chef Brady (en colère) : Vous l’avez accusé de meurtre et il croit que c’est moi qui vous s’y ait poussé

Castle : Le bon côté, c’est qu’on peut l’enlever de nos suspects

Chef Brady : Il n’a jamais été suspect, je vous le rappelle

Castle : Par contre, le tueur court toujours

Chef Brady : Non, non. Après ce que vous venez de faire, je vais trouver ce type moi-même. Je ne veux plus de votre aide

Castle : Ecoutez, Chef …

Chef Brady : Si je vous vois en train de fouiner autour de cette enquête, je jure …que je vous dénonce tous les deux.

(Castle raccroche)

Beckett : Je suppose que c’est non pour les linguine

Castle : Non, il a déjà diné. On y va ?(en montrant le salon)

[Commissariat du 12ème, open space, Ryan, Esposito]

(Ryan se dirige vers Esposito qui est assis à son bureau)

Ryan : Hey, j’ai regardé de près les investissements immobiliers de Randall Franklin. Il achetait des bâtiments délabrés dans des quartiers à l’abandon et les transformait en appartements

(Ryan s’assoit en face d’Esposito)

Esposito : Ca a dû être de bons investissements

Ryan : Ouais, mais il n’en rénovait aucun. Il n’en louait aucun, pas un seul.

Esposito : Donc il avait des emprunts mais les bâtiments ne lui rapportaient rien ?

Ryan : Selon sa femme, la société les faisait vivre. C’est pas logique

Esposito : T’as raison. Il doit se passer un truc dans ces bâtiments

Ryan : Il n’y a qu’un seul moyen de le savoir

 

[New York, bâtiment de R.Franflin, Ryan, Esposito]

 

(Ryan et Esposito , munis d’une lampe torche, sont dans un grand couloir à peine éclairé avec contre le mur de grands tuyaux protégés par une balustrade . Esposito rentre dans le couloir et examine l’endroit avec sa lampe)

Esposito : Franklin n’a jamais mis un dollar dans la rénovation de ce taudis

(Ils progressent dans le couloir)

Ryan : L’endroit est désert

(Ils examinent les lieux avec leurs lampes torche)

Ryan : Il ne tirait aucun revenu de ce bâtiment

Esposito : Alors d’où venait son argent ?

Ryan : Je ne sais pas

(Esposito reçoit un SMS)

Ryan : Sérieux ? Tu vérifies tes textos ici ?

Esposito : C’est au sujet de Beckett, mec. Ah ! Elle n’est pas avec Demming. Morales affirme qu’il sort avec une fille de la Brigade des mœurs…

(Un objet en verre se casse)

Ryan : Chut !!

Esposito : … depuis 4 mois

Ryan : T’entends ça ?

Esposito : Oui

(Ils continuent d’avancer, se dirigeant vers une porte. Derrière un porte, un homme armé attend avec un fusil)

Esposito : Je n’aime pas ça, mon pote

Ryan : Moi non plus.

(Ils passent une porte anti feu et la referment. Ils se dirigent vers une autre porte. Derrière celle-ci, l’homme en arme écoute, il a le doigt sur la gachette. Esposito et Ryan prennent leurs armes en main)

Ryan : hors de question que l’on frappe à cette porte

Esposito : OK mon pote (Ils éclairent la serrure avec leurs lampes torche) Le propriétaire est mort et sa femme est d’accord pour qu’on mène l’enquête donc …

(Esposito donne un grand coup de pied dans la porte)

Esposito : Police !

(Il frappe l’homme armé et le désarme. Dans la pièce, des hommes avec des combinaisons bleues et des masques à gaz s’affairent dans un labo clandestin)

Ryan (pointant son arme sur eux): contre le mur ! Tout de suite ! On se bouge !

(Les hommes s’exécutent en levant les mains en l’air)

Ryan : Allez, on se bouge ! Plus vite ! Plus vite !

(Ryan arrête plusieurs becs de gaz en toussant à cause de l’odeur dégagée)

Ryan : Franklin avait trouvé comment rentabiliser son investissement. Il fabriquait du cristal.

Esposito (les tenant en joue) : oui, c’est bien un labo de méthamphétamine.

 

[La nuit, Maison des Hamptons, Castle,Beckett]

 

(Castle et Beckett sont dans le salon, les lumières sont tamisées. Beckett est assise dans un canapé et Castle arrive en portant deux verres et une bouteille de vin)

Beckett : Franklin était un baron de la méthamphétamine ?

Castle : Tous ses immeubles abritaient des labos de ce vaste trafic

(Castle remplit les deux verres de vin en venant rejoindre Beckett sur le canapé et lui donne un verre)

Castle : Ce qui est logique pour quelqu’un qui a trafiqué des comptes bancaires

Beckett : C’est pour ça qu’il a été tué. C’est dangereux ce business

Castle : Bon, la suite concerne New York maintenant. Esposito et Ryan vont prendre le relais et nous allons reprendre…

(Il se rapproche d’elle sur le canapé)

Castle : ... où on en était avant que toute cette histoire nous tombe dessus

Beckett : Mais pourquoi ça nous est tombé dessus ?

Castle : Euh l’univers a le sens de l’humour, je suppose

(il se rapproche encore plus d’elle et se penche pour l’embrasser)

Beckett : S’il s’agit de méthamphétamine, pourquoi ne pas l’avoir tué à New York ?

(Il se penche de nouveau pour l’embrasser mais juste avant, elle se lève du canapé)

Beckett : Je crois qu’il y a plus que ça, Castle. Ils connaissaient le bateau de Lerner.

(Castle pose son verre sur la table basse et suit Beckett)

Castle : Ne t’inquiètes pas. Je suis sûr que les gars vont élucider cette affaire.

Beckett : Il fallait une grande connaissance de la vie de Franklin. Une connaissance locale surtout.

(Castle la prend par les épaules et lui fait un massage)

Castle : Bon d’accord. L’assassin a bien fait ses devoirs.

(Beckett se dégage de Castle ; Castle est énervé)

Beckett : Oui mais pourquoi se donner tant de mal ? Si c’était un baron de la drogue à N.York, pourquoi il a choisi de le tuer ici ?

(Castle réfléchit à ce que Beckett vient de dire)

Castle : A moins qu’une partie de son trafic se fasse ici

Beckett : Ca explique son hélicoptère. Il lui fallait un hélicoptère pour transporter la drogue ici

(Elle fait face à Castle et avance vers lui)

Castle : Et pourquoi il a couché avec Natalia et distribué des pots de vin.

(Il avance vers elle)

Beckett : C’est ce qui lui a permis d’avoir son héliport

Castle : Oui, c’est bien risqué de déplacer la marchandise en hélicoptère qu’en bateau ou en voiture tu ne risques pas …

(Il la prend par la taille)

Castle : … de tomber sur les flics

(Ils sont très proche l’un de l’autre)

Beckett : Chef Brady a dit que les problèmes de drogue ont doublé en 6 mois

(Il la rapproche encore plus proche de lui)

Castle : Juste quand Franklin a commencé à prendre son hélicoptère

(Ils s’embrassent pratiquement mais quand leur lèvres vont se toucher)

Beckett : Désolé Castle, mais tu devrais probablement …

Castle : …appeler Ryan et Esposito

Beckett : Oui

(Castle sort de son étreinte et part plus loin pour téléphoner. Beckett, elle, est songeuse)

 

[New York, Commissariat du 12ème, open space, Ryan et Esposito]

 

(Ryan rejoint Esposito à son bureau)

Ryan : Castle avait raison : les plans de vol de son hélico coïncident avec toutes les expéditions des labos

(Esposito part avec Ryan et tous les papiers que Ryan avait apporté)

Esposito : Et ils coïncident aussi avec les atterrissages nocturnes dont se plaignaient le voisins. On sait comment Franklin déplaçait sa drogue mais toujours pas qui l’a tué.

(Ryan se met devant lui)

Ryan : Mais où est-ce que tu vas ?

Esposito : Je vais au FBI voir un mec que je connais, voir si Beckett n’est pas retournée avec Sorenson. Pourquoi ?

Ryan : Regarde, voilà le manifeste de vol pour mardi : il a un invité, une autre personne se trouvait à bord

Esposito : D’accord, je prends Sorenson. Tu t’occupes du passager.

(Chacun part de son côté)

 

[New York, Commissariat du 12ème, salle d’interrogation, Ryan, Aaron Lerner, son avocat]

 

Lerner : J’ai fait un tour dans son hélicoptère. Et après ?

L’avocat : Ca ne prouve pas que mon client faisait du trafic de drogue avec lui.

Ryan : Exact. Mais ça oui

(Ryan lui montre un document)

Ryan : les témoignages des ouvriers des labos déclarant que vous récupériez la marchandise

tous les mardis, Lerner. Après le monde de la banque, le monde de la drogue.

Lerner : Je n’ai pas tué Franklin. Et le chef Brady a déjà vérifié mon alibi dans les Hamptons.

Ryan : Vous avez pu engager un tueur. Je n’avais jamais pardonné à Franklin. Je crois que vous vous êtes associé avec lui et projeté de le tuer et de reprendre ses affaires

Ryan (commençant à hausser le ton) : Je me trompe ?

Lerner : Oui en quelque sorte mais là vous vous trompez de gars

Ryan : comment ça ?

Lerner : La semaine dernière, Franklin s’est plaint d’un mec du coin

Ryan : Qui ça, un dealer du coin ?

Lerner : Oui, il n’avait pas l’air d’apprécier qu’on empiète sur ses plates-bandes.

Ryan : Qui ? Je veux un nom

Lerner : Je ne l’ai pas, mais Franklin était semblé avoir très peur

Ryan : Il a dit quelque chose sur lui ?

Lerner : Je n’en sais pas plus. J’ai tout dit à Brady et à ses deux consultants

Ryan : Deux consultants ?

Lerner : Oui, l’écrivain Castle et sa copine

Ryan : Sa copine ? Comment ça, sa copine ?

Lerner : Quelle importance ?

Ryan (haussant le ton) : Hey, c’est moi qui pose les questions, mec. Vous prétendez que Richard Castle a amené sa copine lors de votre interrogatoire ?

(Lerner se tourne vers son avocat pour savoir s’il doit répondre et son avocat acquiesce d’un signe de tête)

Lerner : oui

Ryan : Comment elle s’appelle ?

Lerner : Je ne me rappelle pas.

Ryan (hurlant et donnant un grand coup de poing sur la table) : Décrivez-là. Décrivez-là moi tout de suite Lerner !

Lerner : Très bien. Grande, cheveux longs. Pourquoi cette question ?

Ryan : Les cheveux, les yeux, quelle couleur?

Lerner (fermant les yeux) : Marron. Yeux marron aussi, je crois. Vraiment belle

Ryan : Physiquement ?

Lerner : Oh à tomber. Je veux dire sublime, belle, grande, un corps de rêve, une fille sexy, vraiment très sexy. Kate, elle s’appelait Kate !

Ryan (stupéfait) : Fils de …

 

[New York , Commissariat du 12ème, open space, Ryan]

 

(Ryan avec les pieds sur son bureau, téléphone à Castle)

Ryan : Vous aviez raison Castle. Franklin utilisait son hélico pour apporter la drogue dans les Hamptons. Je dirais que vous avez résolu cette enquête de là-bas. Vous allez pouvoir vous remettre à écrire.

 

[Maison des Hamptons, chambre à coucher, Castle, Beckett, Ryan par téléphone]

 

Castle, en peignoir (assis au fond de son lit, avec son portable en mode main libre) : Il reste tout de même à découvrir qui est l’assassin

Ryan : oui, je crois que Brady sait ce qu’il a à faire. Je lui ai dit de chercher un dealer local qui n’aurait pas trop apprécié que Franklin empiété sur son business.

Castle : Oh c’est une bonne théorie. Beau boulot !

Ryan : Merci mais ce n’est pas ma théorie. C’est Aaron Lerner qui me l’a soufflée quand je l’ai interrogé ce matin.

(Kate, en peignoir, arrive en courant vers Castle, effrayée par ce qu’elle vient d’entendre. Castle se tourne vers elle)

Castle : Aaron Lerner ? Vous avez interrogé Aaron Lerner également ?

Ryan : Oui, il est revenu à New York. C’était l’associé de Franklin pour cette histoire de came.

Castle : Wouah ! Que savez-vous d’autre ?

Beckett (à Castle en chuchotant) : Castle, non !

Castle (en chuchotant) : Relax, arrête, du calme

Ryan : Comment ? Vous êtes toujours là ?

Castle : Oui, toujours là. Et qu’est-ce Aaron Lerner a dit d’autre ? A-t-il dit autre chose à propos de …d’autre chose ?

(Beckett est terrifiée à côté de lui)

Ryan : Vous savez, les classiques « vous vous trompez de gars, je n’ai pas fait ça ». Je suis sûr qu’il m’a absolument tout dit.

Beckett (en chuchotant) : Tout ?

Castle (stupéfait): Il vous a tout dit, hein ? C’est une bonne chose

Ryan (souriant) : Ouais ! Bonne chance pour l’écriture ! (Il raccroche)

Castle : Merci (Il raccroche)

(Castle et Beckett sont abasourdis par ce qu’ils viennent d’apprendre)

(On sonne à la porte d’entrée et Castle se lève pour aller ouvrir)

 

[Maison des Hamptons, porte d’entrée, Castle, Beckett, Chef Brady]

 

(Castle ouvre la porte et Beckett arrive derrière lui)

Castle : Chef Brady ! Qu’ai-je encore fait ?

Brady : Rien du tout. Je voulais juste que vous sachiez que j’ai parlé avec le lieutenant Ryan

Kate : Vraiment ? Alors qu’est-ce qu’il a dit ?

Brady : Il nous a suggéré l’idée d’un différend avec un dealer local

(Beckett se tourne vers Castle et se regardent)

Brady : On a parlé avec Mc Murray, le toxico de la plage. Il nous a donné le nom du revendeur local de métemphétamine, Marty Bentley.

Castle : l’opérateur de la marina ?

Beckett : Oui, ça explique tout. Il savait qui était Lerner et quand lui empreinter son bateau

Brady : Exact. On a un mandat pour fouiller chez lui et on a trouvé le muytérieux téléphone d’où est parti le texto reliant Franklin à la marina.µ

Castle : Génial ! Félicitations !

Brady : Merci

Beckett : Je n’y serais pas arrivé sans vous deux et vos ressources à New York. Je serais honoré si vous veniez pour l’arrestation

(Castle et Beckett sont embarrassés et voulaient rester seuls)

Castle : Et bien, comment refuser ?

(Brady sourit)

[Marina des Hamptons, vers le bateau de Mart Bentley, Chef Brady, Adjoint Jones, Castle, Beckett]

 

(Brady fracasse la porte du bateau suivi de ses adjoints)

Brady : Police ! A terre ! Couchez-vous ! Police ! Police !

(Castle et Beckett regardent la scène depuis le ponton vers le bateau de Bentley)

Castle (s’adressant à Beckett) : Et voilà le chef Brady sort son arme pour la première fois

Beckett : Je devrais peut-être aller avec eux

Castle : Tu n’as pas d’arme

Beckett : oui, mais ça ne t’a jamais arrêté

Castle : J’ai beaucoup de chance

(Brady sort du bateau, va vers le ponton en rengainant son arme pour rejoindre Castle et Beckett)

Brady : On le tient !

(Castle et Beckett sont souriants, soulagés)

Brady : Cabine sécurisée

Beckett : Joli coup Chef Brady !

(Castle souriant lui serre une poignée de main)

Brady : Merci Détective ! (Il sert la main à Castle et Beckett) Comme dans vos livres hein Castle ?

Castle : Oui. Un dealer, propriétaire d’une marina, tue un concurrent trop présent. J’appellerai cela Hamptons Heat. Si jamais je l’écris un jour, je ferai en sorte d’y inclure un courageux chef Brady.

(On entend en arrière-plan)

Marty Bentley : Ce n’est pas moi !

(Le visage de Beckett change et devient plus fermé)

Marty Bentley : Ecoutez, je vous dis que vous vous trompez de gars. J’ai rien fait.

(Marty Bentley sort du bateau menotté, suivi par l’adjoint Jones)

Jones : Chef, j’ai trouvé une dose de méth et un automatique d’un calibre 30

(Brady, Castle et Beckett arrête de parler et regardent, écoutent Marty Bentley)

Beckett : Ce qui correspond aux balles qui ont été extraite du corps de notre victime. C’est l’arme du crime.

Brady : Voilà qui clôt l’histoire. Excellent travail, Jones

Marty Bentley : C’est ridicule

(Un autre agent emmène Bentley sur le ponton)

Marty Bentley : J’ai tué personne. Vous vous trompez de gars

L’autre policier : Faites attention !(en enjambant le nœud retenant le bateau sur le ponton)

(Castle le regarde partir sur le ponton et remarque le nœud)

Castle : Officiers, attendez une seconde

(Les policiers s’arrêtent et se retournent)

Brady : Qu’y-a-t-il Castle ?

(Castle se dirige vers le nœud)

Castle : Ce nœud ou plutôt ces deux nœuds : des nœuds en huit parfait, très bien enroulés. C’est vous qui les avez fait, Bentley ?

Marty Bentley : Bien sûr, c’est mon bateau

Beckett : Et après Castle ?

Castle : Il est magnifique. Ce nœud est parfait. Il pourrait figurer dans un manuel de nœuds marins

Brady : Qu’est-ce que ça à avoir avec notre affaire ?

Castle : On sait que l’assassin est celui qui a pris le bateau de Lerner. Cette personne a dû amarrer le bateau. Mais ce nœud-là était mal fait et je me suis pris les pieds dedans. Celui qui a fait ces nœuds est une seconde nature et il serait incapable d’amarrer un bateau avec un nœud mal fait. Bentley n’est pas l’assassin.

(Castle a rejoint Brady et Beckett)

Brady : Mais on a trouvé le téléphone qui a envoyé le texto de Franklin dans l’appartement de Bentley. Comment vous expliquez ça ?

Castle : C’est très simple : il a été placé là, tout comme la drogue sur le bateau de Bentley, et l’arme qui d’après la balistique va être à coup sûr s’avérer être l’arme du crime.

Brady : Et selon vous qui a tout manigancé ?

Castle (en regardant Brady dans les yeux) : Et bien à vous de me le dire

Beckett : Chef Brady, à qui Mc Murray a-t-il parlé de Bentley ?

Brady : A l’adjoint Jones

(Au même moment, l’adjoint Jones donne un violent coup derrière le tête de l’autre policier qui tombe à terre et menace de son arme en prenant en otage Marty Bentley. Brady met Beckett et Castle derrière lui et sort son arme et vise l’adjoint Jones)

Jones : Pas un mot, n’avancez pas !

Brady : Doucement, Jones. Pas de bêtises !

Jones : Vous les riches vacanciers, vous vous croyez malins. En même temps, vous polluez non plages et vous claquez votre fric comme si vous étiez meilleurs que nous.

Castle (se redressant) : Je ne crois pas être meilleur que vous

Jones : La ferme !

(Castle se baisse pour être à la même hauteur que Brady et Beckett)

Jones : Je m’en fous de ça. Mais un jour Franklin a pensé qu’il pouvait vendre sa came ici. Il a déboulé et a piqué mon business alors j’ai fait ce que j’avais à faire.

(Bentley, pour se libérer, lui donne un coup dans l’estomac et part. L’adjoint Jones fait mine de tirer sur Brady qui est plus rapide que lui et tire en premier. Brady touche Jones qui tombe en avant sur le ponton. Beckett se précipite sur lui et le menotte.)

Beckett : Je l’ai

Castle : Joli ! (Brady est toujours en position de tir, sous le choc)

Castle : Voilà un rebondissement auquel je ne m’attendais pas.

Castle (s’adressant à Brady) : Désolé de vous avoir accusé de meurtre. Toujours pote ?

Brady : Oui !

 

[La nuit, dans la maison des Hamptons, Castle, Beckett et le Chef Brady]

 

(Ils sont tous les trois dans la cuisine en train de boire un verre. Castle et Beckett sont debout et Brady est assis de l’autre côté du comptoir de la cuisine)

Brady : Apparemment, Jones a donné 500 dollars à Mc Murray pour qu’il dénonce Bentley

(Beckett apporte les trois verres)

Beckett : 500 dollars pour ruiner la vie d’un homme

Brady : Ce n’est pas pour lancer des fleurs mais il s’en serait sans doute sorti sans votre intervention, Castle.

Castle : Je suis toujours ravi d’aider mes amis de la police

Beckett (donnant un verre à Castle) : En parlant de ça, je voudrais porter un toast

(Elle donne un verre à Brady)

Beckett : Chef Brady, il y a peu de gens qui aurait géré ça comme vous l’avez fait sur les quais aujourd’hui. Vous êtes un bon flic.

Castle (levant son verre) : Au chef Brady

Beckett : A la votre

Brady : Merci Détective Beckett

(Castle et Beckett boivent leur en une seule fois pour finir plus vite leur verre tandis que Brady ne boit qu’une gorgée)

Brady : Soyez certaine que votre secret est bien gardé avec moi

Castle et Beckett : Oh oui, merci, c’est gentil

(Ils sourient et se regardent)

Brady : J’ai tiré sur le méchant

Castle et Beckett : Oui, en effet

(Ils ont l’air très gêné car ils attendent avec impatience de se retrouver enfin seul)

Castle : C’était génial

Beckett : Oui

( « un ange passe » et Brady se rend compte de la situation et décide de partir)

Brady : Je vais y aller

Castle : Oui, bien sûr

Beckett : Oh non

Brady (se levant) : il me faut un nouvel adjoint

(Castle et Beckett sourient)

Castle : C’est sûr

Beckett : J’ai été ravi de vous rencontrer

Brady : De même (et il part)

Castle et Beckett : Au revoir !

(et à peine la porte fermée)

Beckett : Allons –y

Castle : S’il te plait !

(Beckett prend Castle par la main et l’emmène vers une autre pièce)

[New York,Commissariat du 12ème,le soir, Ryan et Esposito]

(Ryan est assis à son bureau et Esposito arrive vers lui et s’assoit)

Esposito : L’affaire des Hamptons est résolue mais celle du petit ami mystère reste ouverte. L’ex de Beckett du FBI est basé en Europe depuis six mois

(Ryan écoute Esposito et réfléchi en même temps s’il doit oui ou non révéler ce qu’il a découvert)

Ryan : oui

Esposito : Quoi ? Tu sais quelque chose ?

(Ryan se retourne et fait face à Esposito)

Ryan : Non. Je me disais peut-être qu’on devrait laisser tomber.

(Esposito est très étonné)

Ryan : Faire en sorte que la vie privée de Beckett reste privée.

Esposito : Comment ça laisser tomber. Un vrai enquêteur ne laisse jamais tomber une affaire

Ryan : Tu sais que ce n’est pas une vraie affaire, pas vrai ?

Esposito : Et c’est quoi une vraie affaire ?

Ryan : D’après ce que je sais, c’est quand il y a eu un meurtre

Esposito : Mouais, un truc a bien été tué : ton esprit

Ryan : Whoua !

Esposito (se levant et partant) : Et ta dignité

Ryan (se levant et prenant sa veste pour partir) : Rien que ça. Tu payes ta tournée !

Esposito : Mais bien sûr.

(ils partent tous les deux)

 

[Les Hamptons, la nuit, dans la chambre à coucher, Castle, Beckett]

 

(Beckett, en nuisette, allume des bougies avec une grande allumette vers la cheminée où crépite le feu. Castle est dans le lit, torse-nu, attendant Beckett)

Castle : Tu sais ce qui est drôle ? Ma couverture était que je venais ici pour écrire et grâce à cette affaire, j’ai eu une idée pour un bouquin ?

Beckett : Oh ! Hamptons Heat. Tu es vraiment sérieux ?

Castle : Et bien, j’ai déjà l’histoire. C’est le plus difficile.

Beckett : Oh et tu as aussi la fin ?

Castle : Oh euh, j’ai quelques petites idées, mais je suis ouvert à quelques suggestions

(Kate fait le tour du lit pour le rejoindre et Castle l’a suit du regard)

Beckett : Que dis-tu de celle-ci …

(Beckett rentre à genou dans le lit et se dirige vers lui)

Beckett (avec une voix sensuelle) : Le week end ne s’était pas déroulé comme le détective Heat l’avait imaginé mais rien maintenant (elle enjambe Castle et se retrouve au-dessus de lui), pas même un autre meurtre sur la plage (elle se touche les cheveux pour les mettre en place) ne pourrait l’empêcher d’obtenir la chose qu’elle désirait .. vraiment

(Beckett se penche sur lui et l’embrasse)

Castle : Hum, c’est bon

Beckett (se détachant de ses lèvres) : j’aurais des droits d’auteur

Castle : Faut voir (et il l’entraine vers lui pour un autre baiser)

(Dans le ciel étoilé au-dessus du toit de la maison des Hamptons, une étoile filante traverse le ciel)

Alexis and Martha follow Castle through the living room as he carries a travel bag.

Martha: Isn’t this exciting?

Castle: It’s just a weekend, Mother.

Alexis: Dad, it’s your first romantic weekend away with Beckett. It’s a big deal.

Castle: Okay, well, no pressure, and let’s just hope it happens. It’s 4:30 now. If she doesn’t catch a murder by five o’clock, we are in the clear.

Martha: So, what do you have planned?

Castle: I… What do you mean?

Alexis: You don’t have a plan?

Castle: The plan is to do nothing, to relax.

Martha: Richard.

Alexis: That’s not a plan. Women don’t like it when men don’t have a plan. Hey, I’m in college now. I’m living in the world. Plus, I read a lot of magazines. Not planning is really bad.

Martha: She’s right. A man says, “So what are we gonna do for dinner?” Pfft. He’s dead to me.

Castle: Okay. I will make reservations.

Castle grabs his travel bag.

Alexis: Somewhere romantic.

Castle: Right.

Martha and Alexis follow him to the door.

Martha: And classy, because Kate Beckett is a classy king of gal, you know?

Castle: Right.

Alexis: Under the stars would be nice.

Martha: Oh, and you know what else you can do under the stars…

Castle covers his ears as he exits backwards out the door.

Castle: Okay. La la la la la la la!

Beckett watches the seconds tick down on a giant clock on her computer screen. Her mouth opens in anticipation of the last minute. Castle slides behind her in a rolling chair.

Castle: T-minus one minute and counting.

Beckett snaps around in surprise.

Beckett: Castle, what are you doing here? You were supposed to wait around the corner so that nobody’d see us.

Castle: I know, but I thought it would be fun to be here with you when the clock strikes five. You know, just like New Year’ Eve, except without the kissing for obvious reasons… But there will be plenty of that this weekend.

Beckett: Can you just shush?

Castle: No one is going to hear me. Look around you. You are in a room full of detectives… And not one of them has a clue

Beckett: Wow, Castle. Thank you for reminding me that I’m lying to a bunch of people that I really care about so I don’t get fired on an ethics violation ‘cause I’m dating you.

Castle: Well, you can put all that out of your mind in three… Two… One…

The clock ticks to 5:00.

Castle: No murder. There. Wasn’t that fun?

Beckett gives him a look.

Castle: Okay, fine. I will go. And no one will even know I was…

Ryan and Esposito walk around the corner.

Ryan: Hey, Castle.

Esposito: What you doing here, bro?

Castle: I was just on my way to the Hamptons to write for the weekend, when I thought I’d drop by, see if we caught a murder.

Beckett: Wow. Anything to avoid writing, huh?

Castle: Exactly.

Esposito: Hey, did you hear about Beckett’s weekend?

Castle: No. Big plans?

Ryan: She’s going away with her boyfriend.

Castle: A boyfriend? Beckett! Really? Who is the lucky guy?

Esposito: For some reason, she’s not telling.

Beckett: Okay, seriously, guys?

Castle: Actually, I for one am offended that you’re not sharing with us.

Ryan: Mm-hmm. After all we’ve been through.

Esposito: Yeah, I think we deserve better.

Beckett: You know, I have a couple of ideas of what you guys deserve.

Ryan: Come on, Beckett. Just give us something. Is he handsome?

Castle: Yeah. I… Is he handsome?

Esposito: Or is he more of a badass?

Ryan: Mm.

Beckett walks out without comment. Castle follows excitedly.

Castle: Yeah, is that it, Beckett? Is he, like, a bad boy?

Castle turns to Ryan and Esposito.

Castle: James Dean, huh?

Castle shouts forward to Beckett around the corner.

Castle: Is he a desperado?

Castle turns back to Ryan and Esposito and laughs. They give him looks. Castle’s chuckling fades out with an awkward sigh.

Castle: I’m gonna…

Castle leaves. Esposito turns to Ryan pensively.

Esposito: Let me holla at you.

Ryan follows Esposito.

In the break room.

Esposito: Why would Beckett be holding out on us?

Ryan: Maybe there’s something wrong with the guy. Maybe he’s bad news.

Esposito: Well, then as her partners, it’s our obligation to find out who this guy is.

Ryan: And what kind of partners would we be if we didn’t? Her safety could be at stake.

Esposito: Exactly, and with no active murder case going on, I say we use this time to find him.

Ryan: Mm-hmm.

Castle and Beckett pull up to the house. Beckett gazes up at the mansion with an awed smile. Castle gets out of the driver’s seat and opens the door for her.

Castle: And here we are.

Beckett steps out and looks around.

Beckett: Oh, my goodness, Castle. Wow. So, um…are you rich or something?

Castle: Well, I’m not James Patterson rich, but I do okay.

Beckett: Mm.

Castle: Come on, I’ll show you around.

Beckett: Yeah.

Castle goes to the door. Beckett smiles at the house for a moment, then it fades and her eyebrows pull together before she follows him to the front door. Castle unlocks it and steps inside.

Beckett and Castle walk down the staircase back to the first floor on her grand tour.

Castle: After I finished remodeling the kitchen, I swore I was done, but then my designer called. She said I had to tie in the living room, so I did that, too. That led to the second floor, and then the basement…

Castle’s voice fades out as he walks into another room and Beckett stops at the bottom of the stares to stare at the huge hallways, clearly disturbed by something. Castle opens the back door leading to the porch and ocean when he finally notices that Beckett isn’t following.

Castle: You coming?

Beckett snaps out of her thoughts and turns around.

Beckett: Yeah.

They step out onto the porch.

Castle: This is actually my favourite part. The sound of the ocean, complete privacy. Oh, the serenity.

Beckett stops and stares at the ocean as Castle obliviously walks toward the side of the house.

Castle: The pool is right down here. Most people find it mag-i-cal...

Castle notices that Beckett isn’t following again and stops. He looks around for a moment, then back at her.

Castle: Everything okay?

Beckett: Yeah. It’s, um…

Beckett looks up at the house.

Beckett: It’s spectacular, Castle.

Castle tilts his head and walks back toward Beckett.

Castle: And is that a problem?

Beckett: It’s just, I can’t help wondering how many… Other girls have gotten this tour.

Castle: Right.

Castle exhales heavily.

Castle: Well, I’m not gonna deny that I’ve brought other women up here. But, um…

Castle takes Beckett’s hand.

Castle: … None of them were you.

Castle gives Beckett a small, comforting smile, and after a moment, she returns it.

Beckett: You want to, um, go and check out that pool?

Castle smiles and begins pulling her in that direction.

Beckett: Yeah?

Beckett chuckles and they walk toward the pool holding hands.

Beckett and Castle enter the pool area in robes.

Castle: I am sure you will find the temperature suitable…

Beckett: Mm-hmm.

Castle: But if you would like it any warmer, I can change the temperature…

Castle continues walking and Beckett undoes her robe.

Castle: Or I could just…

Castle turns around and sees Beckett disrobing.

Castle: … Stop talking.

Beckett drops the robe at her feet.

Castle: You forgot your suit.

Beckett smiles brightly.

Beckett: I know.

Beckett’s happy expression changes to surprise.

Beckett: Oh!

Beckett gasps and frantically grabs for her robe.

Castle: What?

Beckett: Somebody’s coming.

Castle looks behind him.

Castle: What?

A man staggers into the pool area covered in blood, sand falling from his closed fist.

Castle: Oh.

Beckett’s jaw drops. The man falls into the pool. Castle turns to Beckett.

Castle: Call 9-1-1.

Beckett: D’ya think?

The man floats face first in the pool.

CSU takes photos of the body on the gurney while Castle and Beckett are interviewed by local police in the house.

Castle: Yeah, he came stumbling up from the beach, uh, just after 10:15. Uh, collapsed into the pool. I tried to revive him, but…

Chief Brady: Were you here as well, ma’am?

Beckett: Yeah.

Chief Brady: Name, please.

Beckett: Um, Katherine Beckett, but do you think we could keep that out of the public record?

Brady smiles knowingly.

Chief Brady: Of course.

Beckett: Not that we’re going anything wrong. I j…

Chief Brady: Right.

Beckett: What’s that supposed to mean?

Castle’s mouth forms a troubled “oh” expression.

Chief Brady: Don’t worry. It’s the Hamptons. We’ll be discreet. We’re… We’re not interested in your arrangement.

Beckett: Arrangement?

Castle: Chief, chief, uh, I’m… I’m not… I don’t… She’s not a…

Beckett: I’m not a prostitute.

Brady doesn’t buy it. Beckett looks offended and Castle looks nervous.

Chief Brady: Oh, I’m sure. So is there anything you’d like to add to Mr. Castle’s statement, madam… Ma’am?

Beckett: Yes. Only that we didn’t hear any gunshots, so that probably means that the killer used a silencer.

Chief Brady: Watch a lot of cop shows, do we?

Beckett: Y…

Castle tries to salvage the situation.

Castle: Uh, do we know who the victim is yet?

Brady checks his notes.

Chief Brady: Uh, Randall Franklin. He’s a weekender, out here from Manhattan.

Castle’s lip twitches at his intentional interruption of Beckett. Beckett rolls her eyes, shifting in irritation.

Chief Brady: All we know is that he was at a party up the beach at Douglas Shapiro’s house earlier this evening.

Castle nods.

Deputy Jones: Hey, chief! We got him.

Chief Brady: Excuse me.

Castle puts on a little smile for Beckett. She rolls her eyes and looks at him, annoyed. Brady opens the back door and Jones comes to the door while another officer holds the cuffed suspect.

Deputy Jones: We got him. Name’s Casius McMurray, local meth user. Found him asleep in the tall grass couple hundred yards to the east with the victim’s wallet. The guy is out of it, high as a kite.

Chief Brady: That’s unbelievable.

Castle: What’s that?

Chief Brady: Meth. These rich kids, they’re into everything these days. Drug arrests have doubled in the last six months. Okay. Well…

Brady pats Castle’s arm as he’s about to leave.

Chief Brady: Thanks for your help.

Castle: Uh, what about blood spatter? Did you find any on the beach or on the suspect?

Deputy Jones: No. But w… Why would I even look? I mean, we got the guy.

Chief Brady: Yeah, I’m… I’m sure we will. He had the victim’s wallet.

Castle: Right.

Brady starts to leave.

Castle: Y… You know, he could’ve found that wallet on the beach.

Brady turns around slowly. Beckett turns to watch Castle’s OCD kick in.

Chief Brady: Are you questioning my judgment, Mr. Castle? I think we got the guy. Goodnight.

Castle: Goodnight.

The officers leave.

Deputy Jones: All right. Come on. Let’s go. Move.

Beckett turns back into the house. Castle nods, restless.

In Castle’s Mansion.

Castle: What kind of cold blooded killer takes a nap on the beach after shooting someone?
Beckett: Castle, I’m on vacation. If I wanted to investigate a murder, I would’ve stayed in the city.

Castle: The guy died in my backyard.

Beckett: It’s not our case.

Castle: Still, you have to admit, as cases go, it’s pretty weak.

Beckett: It’s still not our case, and if you keep obsessing over this, it’s gonna ruin the weekend.

Castle sighs.

Castle: So, what do we do?

Beckett sits up seductively and moves toward Castle.

Beckett: Maybe we just try putting it out of our minds, hmm?

Beckett goes in for a kiss. Castle pulls back.

Castle: Yeah, but what about the gun? They would’ve found the gun on him.

Beckett: Castle…

Beckett grabs his face and makes him look at her.

Beckett: … That’s not putting it out of your mind.

Castle: You’re right. I’m sorry.

Beckett kisses him.

Castle: I’m obsessing.

Beckett: Yeah.

Castle: I won’t obsess.

Beckett continues kissing Castle.

Beckett: Okay.

Castle: Except you said it yourself about not hearing the shots.

Beckett pulls back and props herself on her elbow.

Castle: What kind of meth head, who obviously doesn’t know what planet he’s on, carries a gun with a silencer? Which, by the way, indicates premeditation.

Beckett stares at him, still propped on her elbow.

Beckett: We’re not gonna get on with our weekend until you’ve gotten some answers, are we?

Castle: I’ll get the coffee.

Beckett: Mm.

Castle gets out of bed excitedly and Beckett flops onto more pillows.

Castle paces on the grass as he talks on his cell.

Castle: All right, thank you, Dougie. And I’m sorry I missed the party. I heard it was killer… Yeah, sorry. Gotcha.

Castle hangs up and joins Beckett at the two deck chairs and small breakfast table facing the ocean.

Castle: Okay, last time Shapiro saw Franklin alive was at his party at 8:15.

Beckett: That’s two hours before he was killed.

Castle: Right. He was on the beach having an argument with a woman in a white dress, but because it was already dark, Shapiro couldn’t tell who it was. He knew it wasn’t Franklin’s wife, because she was still back in the city. Any luck finding a reason why someone wanted Franklin dead?

Beckett: As a matter of fact, he was a banker at Lehman Brothers, and he was involved in an insider trading scandal before they went belly up. He cut a deal for his freedom by testifying against his colleagues.

Beckett pulls up the info on a laptop and Castle looks at their photos, reading off the name captions.

Castle: Rachel Rosenberg, Jeff Forshim, Emily Monroe, Angela Colabro, and Aaron Lerner. Well, they all did time, but now that they’re out, any one of ‘em could have wanted revenge.

Beckett: And three of them could’ve been our mystery woman.

Castle: We need to talk to Franklin’s wife, find out if he had any enemies.

Beckett: No.

Beckett closes the laptop.

Beckett: We just got here. I am not going back to the city.

Castle: Well, fortunately, we don’t have to. I know just who to call.

Ryan and Esposito follow Lanie around her lab.

Lanie: Beckett’s boyfriend? Don’t you two have something better to do?

Esposito: Actually, no.

Ryan: We figured Beckett must have started up with the guy during her suspension.

Esposito: A pretty emotional time for her. I bet she needed a shoulder to lean on.

Ryan: An ex.

Esposito: It would explain why she’s too embarrassed to tell us who it is. It makes her look weak.

Ryan: We’re thinking the most likely scenario is that it was the last guy that she was with.

Esposito: Dr. Joshua Davidson.

Ryan: Mm-hmm.

Esposito: It’s him, isn’t it?

Lanie: Okay, I get that you don’t have a life, Javi, but you’re married, Kevin, so what’s your excuse?

Ryan: I…

Lanie: Whoever Beckett’s boyfriend is, is none of your business.

Esposito: Come on, Lanie. You must know who it is. She went back to Josh, didn’t she?

Lanie: Is this how you interrogate people? ‘Cause you ain’t doing nothing but pissing me off.

Esposito reels his expression back in.

Lanie: Now I don’t know who it is, and I respect Beckett’s privacy, but I do know it’s not Josh, because he’s been in the Amazon setting up free clinics for the last year.

Esposito: Are you sure about that?

Lanie gives him an annoyed look.

Ryan: I think she’s sure.

Esposito: Yeah.

Ryan’s cell rings.

Ryan: Hey, Castle. Yeah, I’m gonna put you on speakerphone so you can weigh in on this.

At Castle’s mansion.

Castle: Weigh in on what?

Ryan: Well, we’re in the morgue with Lanie trying to figure out who Beckett’s boyfriend is.

Beckett straightens up in her chair in fear.

Lanie: I have nothing to do with this nonsense.

Lanie walks off and hits Esposito on her way out.

Castle: Yeah, until you’re bagging their mangled bodies when Beckett finds out.

Beckett smirks.

Esposito: Pfft. Like we’re afraid of Beckett.

Beckett purses her lips.

Ryan: Besides, how’s she gonna find out?

Beckett grabs for the phone angrily, but Castle snatches it off of the base first before she can blow their secret.

Castle: Anyway, I need your guys’ help. There has been a homicide out here in the Hamptons in my backyard.

Ryan: Seriously, Castle? What, are you in… In an episode of Murder She Wrote?

Ryan and Esposito laugh.

Castle: More like “Murder He Wrote,” but unlike Jessica Fletcher, the local police chief… Not a friend of mine, and I think he way have the wrong guy, so…

Beckett is still pursing her lips.

Castle: I need you guys to question the victim’s wife in the city, find out what she knows.

Esposito: Mm. That’s a pretty big favor to ask, Castle. We’re gonna need something in return.

Esposito lets it hang there, but Castle figures out the method of payment.

Castle: The Ferrari.

Ryan: For a week.

Esposito: Each.

Castle: Seriously? Guys.

Ryan: Mm.

Castle: Guys.

Ryan and Esposito escort the victim’s wife into the precinct.

Mrs. Franklin: I don’t understand. They already caught the guy, didn’t they? I’m told he was some kind of drug addict.

Ryan: Well, with all due respect to the Hamptons P.D., we would like to make absolutely sure.

Esposito: We know your husband testified against several colleagues at Lehman. Has he been in contact with any of ‘em?

Mrs. Franklin: Why are you asking?

Esposito: Maybe one of them came after him for revenge.

Mrs. Franklin: No. He left banking after the crash and never looked back. Got into commercial real estate. That’s how we managed to stay afloat.

Ryan: Mrs. Franklin, your husband was seen arguing with a woman on a beach a couple hours before he was killed. Do you have any idea who it could have been?

Mrs. Franklin: No. But if I were to guess, I’d say it was his girlfriend.

Ryan: Girlfriend?

At Castle’s mansion.

Beckett: He was having an affair?

Castle: With a Natalia Roosevelt. She’s a local. The wife got wind of it, sent him up here to break it off. It’s probably your typical tawdry Hamptons story. Weekender meets local beauty, the elixir to his stressful city life. Whirlwind romance ensues…

Castle snaps his fingers.

Castle: But then the wife gets wind of it, forces him to end it, and that’s when the elixir becomes a poison…with a gun. Only… I’m gonna have to work on that last part.

Beckett: No, it’s a great story, but how do we prove that it was her that he was arguing with on the beach?

They sit down with a laptop.

Castle: Well, the first step is to determine whether she was at the party. I’ll check the e-vite.

Castle checks the online guest list.

Castle: And there she is… Natalia Roosevelt. In the “Yes” column. And…

Castle clicks on Natalia’s name and a profile pops up with a large photo.

Castle: Ooh – looking every bit the femme fatale.

Beckett: Castle, she was a Hamptons town councilwoman and the owner of the Hamptons Sand Bar.

Castle: That is a popular local watering hole. Can I buy you a drink?

Beckett grins.

Beckett and Castle get drinks at the bar.

Castle: There she is, our lady in the white dress. Only now she’s looking dazzling in blood red. So, what’s our play?

Beckett: Just keep it light, Castle. Find a natural way of bringing up the murder. See how she reacts.

Castle: I know just what to do.

Castle smirks and walks straight to Natalia.

Castle: Hey, I recognize you. You were at Douglas Shapiro’s party last night.

Natalia Roosevelt: Ah, who wasn’t?

Castle: Right? But I saw you on the beach. Weren’t you arguing with Randall Franklin?

Beckett chokes on her drink.

Beckett: Light, Castle. I said light.

Natalia Roosevelt: What are you implying?

Castle: Nothing, no. Only it must be weird for you. You had to be the last person to see him alive.

Natalia Roosevelt: Hey, uh, chief?

Brady leans around someone to see her.

Chief Brady: Yeah, Natalia.

Natalia Roosevelt: Come here.

Castle: Oops.

Beckett: Yeah.

Brady walks over.

Natalia Roosevelt: Do you know these guys? Because they are practically accusing me of murder.

Chief Brady: Castle, what are you doing here?

Castle: Uh, just having a conversation.

Chief Brady: About Franklin’s murder? hey, you got a problem with the way I do my job?

Beckett: Uh…

Castle: Now I would never use those words exactly.

Chief Brady: Oh, well, how about these words? You and your hooker friend…

Beckett’s expression drops.

Chief Brady: … Are under arrest for interfering with my murder investigation.

Brady takes out his cuffs.

Chief Brady: Turn around.

They both turn around. Brady cuffs Castle first and it pinches him.

Castle: Ah.

Beckett: Thanks for the drink.

Castle: Cheers.

Castle uses his free hand to down his drink before he’s cuffed.

Beckett and Castle are cuffed to the lockup cage, the meth addict snoozing on the bench between them.

Beckett: I cannot believe I let you talk me into getting involved in another department’s murder investigation.

Castle: Oh, like I needed to twist your arm. And at least we know we were right about this guy. I mean, does he look like he has a guilty conscience to you? He’s sleeping like a little baby.

Castle shakes the snoring meth head, who doesn’t stir, then looks at his hand and wipes it on his pants.

Beckett: More like a baby chainsaw.

Deputy Jones: Castle, Beckett, Chief Brady wants to see you.

Beckett rushes to get to the door as the officer unlocks it, but grunts as she reaches the end of her cuffs hooked on the cage wall. Beckett looks at Castle, who presses his lips together to hold in a smile.

In the break room.

Deputy Jones: Chief.

Brady greets Castle and Beckett cheerfully as he pours himself a cup of coffee.

Chief Brady: Hey. Thanks, Jones.

Jones exits.

Chief Brady: Hi, guys. You want some coffee? It’s fresh.

Castle and Beckett are a bit stunned.

Castle: Yeah, thanks.

Chief Brady: So, I Googled you, Ms. Beckett. I didn’t realize you were a homicide detective.

He hands them some coffee.

Chief Brady: I’ve never actually worked a homicide before.

Beckett and Castle exchange a look.

Chief Brady: Other than drug arrests, I deal mostly with folks complaining about their neighbour’s dog pooping in their garden. I’ve never even pulled my gun.

Beckett has an awkward look on her face from Brady’s admission.

Castle: I’m sorry. Uh, why are you telling us this?

Chief Brady: Because you were right about the meth addict. The lab results came back negative for gunshot residue, which means that the killer is still at large.

Beckett’s expression changes from stunned to “Oh, great.”

Chief Brady: Look… I’m getting a lot of pressure from the mayor. Rich weekender getting murdered, not exactly good for business.

Beckett: Still not getting why you’re telling us this.

Chief Brady: Okay. I will drop the interference charge if you help out with the investigation.

Castle: Sounds good to me.

Beckett: Y… Excuse me for a second.

Beckett pulls Castle aside.

Beckett: “Sounds good”? We just spent two hours of our vacation in lockup. Isn’t that enough?

Castle: Well, do you really think we’ll be able to relax without getting any answers…

Beckett rolls her eyes.

Castle: Without… Getting justice?

Beckett’s expression changes from annoyed to hesitant.

Beckett: Fine.

Beckett and Castle turn back to Brady.

Beckett: As long as word doesn’t get back to my precinct that I’m doing this.

Chief Brady: Works for me. So, what do we do next?

Beckett: Did you get ballistics back?

Chief Brady: Oh, yes.

Brady goes quickly to his desk to fetch the report. Beckett raises her eyebrows at his enthusiasm.

Chief Brady: Uh… Let’s see. Bullets pulled from the victim were thirty caliber.

Castle: Thirty caliber. Those are pretty rare, aren’t they?

Beckett: Yeah, that’s usually used for hunting small game. Can I see the M.E.’s report on Franklin’s body?

Chief Brady: It has not come in yet.

Beckett: Then I suggest you pressure the M.E. to get it back.

Beckett goes into command mode.

Beckett: In the meantime, we should interrogate Natalia Roosevelt.

Chief Brady: Oh, I already spoke to her. She has no motive for killing Franklin.

Beckett: And did you ask her about being his mistress?

Brady is shocked.

Chief Brady: No. She didn’t mention that.

The corners of Beckett’s mouth turn up at Brady’s cluelessness.

Castle: Yeah. Suspects tend to hold back on stuff like that.

Castle slurps his coffee.

Castle: Mmm. Flavour country.

Brady enters followed by Beckett and Castle.

Natalia Roosevelt: I thought you arrested these guys, John.

Chief Brady: Um, that’s…

Beckett: That’s Chief Brady to you, Ms. Roosevelt, and shouldn’t you be more concerned about the fact that you lied to him about your affair with Randall Franklin?

Natalia shifts in her chair as Beckett, Brady, and Castle make themselves comfortable at the interrogation table.

Natalia Roosevelt: I didn’t lie to him. Chief Brady never asked me about it.

Beckett: Didn’t Randall break up with you on the beach last night?

Natalia Roosevelt: So what if he did?

Beckett: So that gives you motive, Ms. Roosevelt.

Natalia Roosevelt: Look… I am not denying that I was fighting with Randall. I accused him of… Using me to get my council vote.

Castle: Your vote on what?

Natalia Roosevelt: His beloved helipad. He put the thing in his backyard six months ago, but he needed a variance. We approved it last week. Next thing you know, he dumps me.

Castle: Then he was shot and killed two hours later.

Natalia Roosevelt: Two hours later, I was back at my bar. Look, the last time I saw him was no that beach. We were still arguing when he got a text and he suddenly ran off.

Beckett: And what time was that?

Natalia Roosevelt: About eight thirty.

Castle: Which way did he go?

Natalia Roosevelt: Up the beach.

Beckett raises her eyebrows at Brady to prompt him to take the next step.

Chief Brady: Okay, then.

That was not the response Beckett was trying to prompt.

Ryan catches Esposito in the hallway.

Ryan: Hey. So I tracked down that text that Franklin got before leaving Ms. Roosevelt on the beach. Couldn’t get the content, but it was sent from a burner phone. Whoever sent it wished to remain anonymous.

Esposito: Maybe it was about bad business deals. That’s what got him in trouble with his colleagues in the past.

Ryan: The past does have a funny way of repeating itself.

Esposito: Speaking of which, I have calls into my sources at Robbery to try to link Beckett to her old beau – Detective Demming.

Castle checks his reflection in one of the precinct windows.

Castle: Demming? Come on. Beckett could do so much better.

Beckett narrows her eyes at him.

Castle: Uh, thank you for the update. I gotta go.

Beckett: Why are you even helping them?

Castle: Well, come on. The good news is, they’re completely fooled about us.

Beckett: Yeah, well, I don’t understand why they even care.

Castle: Ah, why do people care about Brangelina?

Beckett: Oh, so we’re Brangelina now?

Castle: No. No, no. we’re… RicKate.

Beckett grimaces.

Castle: No, we’re… Kate-ick.

Beckett: Mm.

Castle: Cas-kett.

Beckett raises her eyebrows at the nice ring.

Castle: Ooh, that’s good ‘cause of the whole murder thing – Casket.

Beckett: Mm-hmm.

Brady enters.

Chief Brady: So, Natalia Roosevelt has a solid alibi. Three patrons of her bar confirmed she was there by nine o’clock last night.

Castle: Long before Franklin was shot.

Chief Brady: I got Deputy Jones canvassing the houses along the beach in the direction she said Franklin went.

Beckett: Just Deputy Jones?

Chief Brady: It’s the Hamptons. We don’t have a lot of resources. Oh, by the way. I know you wanted to see this. It’s the M.E. report.

Brady hands the file to Beckett.

Beckett: Uh, F… Franklin’s lungs were full of saltwater.

Castle: Meaning he almost drowned. That’s strange.

Chief Brady: And based on the condition of the gunshot wounds, he was in the ocean at least twenty minutes after being shot.

Castle: Okay, so… In the ocean for twenty minutes, no one heard the shots being… That’s why no one heard the shots.

Beckett looks up from the report.

Castle: He was shot off a boat, Godfather-style.

Beckett: And the saltwater slowed down his bleeding, giving him enough time to make it to shore.

Beckett and Castle grin at each other.

Chief Brady: So what, we should try and figure out which boats were in the vicinity at that time?

Beckett: Yeah. So… Do we have a witness who we know was on the beach last night?

Castle: You mean… Someone like… Our favourite meth addict. McMurray!

Castle shouts the name straight at the meth head in lockup. McMurray bolts awake with a gasp.

Chief Brady: Seriously? The guy was whacked out on meth.

Beckett: Yeah, but that doesn’t mean that he doesn’t remember what he saw.

In the interrogation room.

Mcmurray: Yeah, I saw a boat… About a hundred yards off the beach.

Castle: Okay, great. Can you describe it? Maybe its size.

Mcmurray: Nah. All I remember is, it was being attacked.

Beckett: Attacked?

Mcmurray: Yeah, by a shark. A red shark with red eyes.

Beckett and Castle are disappointed. McMurray groans from his withdrawal. Beckett turns to Brady.

Beckett: Okay, maybe you are right about him.

Chief Brady: Maybe not.

At the marina.

Marty Bentley: Yeah, I know that boat. It’s just this way. Owned by Aaron Lerner.

Castle: Aaron Lerner.

Beckett: That’s one of the guys Franklin sent to prison. Do you know if that boat went out last night?

Marty Bentley: Yeah, I saw it pull away around 9:30.

Beckett: Yeah.

Chief Brady: That’s an hour after Franklin left Natalia Roosevelt on the beach.

Beckett: That’s plenty of time for him to get here.

Castle: If the boat left here by 9:30, it could’ve easily made it to the water off my house by 9:45.

They approach the boat. It has a neon red shark in the window.

Beckett: Red shark.

Castle: Shark attack.

Marty Bentley: Oh, watch your step.

Castle: Ohh!

Castle trips over the lines tying the boat to the dock.

Castle: Sorry.

Marty Bentley: Damn weekend boaters.

Beckett leans over the side of the boat to take a look.

Beckett: Castle… Blood spatter. Franklin was shot right there.

Aaron Lerner steps out onto the boat deck.

Castle: Hey, Lerner. Killer boat.

Lerner looks confused.

Beckett slides a report across the table to Lerner.

Beckett: It’s the lab report on the blood spatter we found on the deck, Mr. Lerner. It’s a match to Randall Franklin.

Castle: Meaning he was shot on your boat.

Aaron Lerner: No, that’s not possible. He wasn’t even on it.

Chief Brady: How did it get there?

Aaron Lerner: I have no idea.

Castle: We have a witness who saw your boat leaving the marina at 9:30 last night. Where did you go?

Aaron Lerner: I didn’t take it out last night.

Castle: Lerner, come on. We know Randall Franklin was guilty of breaking all the same laws you broke, but he got off scot-free, because he ratted you out. It’s understandable you’d want a little payback.

Aaron Lerner: Wait. All right. Sure. Yeah, I held a grudge. Who wouldn’t? But you know something? I met him on the beach a few months ago, and we buried the hatchet. I’ve even had dinner at his house a couple times.

Beckett: And exactly where were you between 8:30 and 10:00 last night?

Aaron Lerner: Group.

Beckett and Castle are confused

Aaron Lerner: W… A weight-loss group at the rec. What? Look, you want to catch the guy who actually killed him, check out his neighbour.

Beckett: I’m sorry. His neighbour?

Aaron Lerner: Oh, yeah. This guy’s a scary bastard. I’m having dinner at Franklin’s a week ago, right? Neighbour comes over, starts banging on the front door. Now, Franklin wouldn’t tell me what it was about, but this guy was threatening him with all kinds of violence.

In the precinct.

Chief Brady: Okay, thanks. Well… Lerner’s alibi checks out. He was at the weight-loss group from 8:30 to 10:00 last night.

Beckett leans her head on her hand at the disappointing news.

Beckett: Meaning somebody else took out his boat, killed Franklin, and then brought it back without Lerner… Learning.

Chief Brady: I’ll have Jones canvass the marina.

Beckett: Meantime, do we know who this neighbour is?

Chief Brady: Yeah. It’s just a property dispute. They’re a dime a dozen around here.

Beckett: Yeah, but the way that Lerner describes it, it sounded like it was something pretty heated.

Chief Brady: Well, the neighbour’s a bit of a hothead, but, um, I’m telling you, it is not a motive for murder.

Castle: Shouldn’t we at least talk to this guy?

Brady hesitates and they look at him with furrowed brows.

Chief Brady: Okay, look, it’s not just any guy. It’s Vincent Cardano.

Castle: Vinnie “The Scar” of the Cardano crime family? That would explain the Godfather-style of the boat shooting. I’m friends with his cousin Sal. He’s been trying to get us together for years.

Beckett: And what better time than the present? We could bring him over and ask him what he did last night.

Chief Brady: Whoa. Okay. No. I am not going at Cardano without proof. Look, I gotta run. I gotta go reroute traffic for the Bridge Hamptons polo semifinals. But remember… We’ll finish this later. I call the shots. No contacting Vinnie the Scar.

 In Castle’s mansion.

Vinnie Cardano: I’m glad we could finally get together, Ricky. Salud.

Vinnie raises his wine glass.

Vinnie Cardano: I’m sure that Sal told you I’m a big fan of your work. So, to new friends.

Castle and Vinnie toast.

Beckett: Yes.

Castle: Hear, hear.

Beckett: Cheers.

Beckett and Vinnie toast.

Vinnie Cardano: Ah, sweetie. This meat sauce is to die for.

Beckett: Thank you, Vinnie.

Castle: Actually, it is excellent. I didn’t know you could cook.

Beckett: You should pay a little more attention, Castle.

Vinnie Cardano: Ooh, see, that’s the difference between Castle and me. You’ve had my complete attention since I’ve been here, sweetheart.

Castle: Whoa, whoa. Watch it, Vinnie. Don’t make me have to do to you what someone did to your neighbour.

Vinnie Cardano: Oh, you heard about that, huh?

Castle: Heard about it? The guy ended up in my pool.

Vinnie Cardano: Yeah. Well, you know, I gotta admit, I’m not gonna shed any tears over that guy.

Beckett: Oh, so you knew him, huh?

Vinnie Cardano: Ah, the guy was a real bastard. Uh, he builds a helicopter pad in his yard not fifty feet from my house. Every Tuesday around midnight, he buzzes right past my bedroom.

Castle: The balls on that guy.

Vinnie Cardano: Yeah. So… So I complain, but the town council, they approved it anyway. I know for a fact that guy greased palms. Oh-ho, I wanted to kill him.

Castle: I bet. So where were you when you found out about it?

Vinnie Cardano: I don’t know. What’s it matter?

Beckett looks at Castle in annoyance.

Castle: Well, it’s just, a guy you wanted killed ends up killed? How often does that happen?

Vinnie catches on to Castle’s implication and strikes a defensive pose.

Vinnie Cardano: I don’t know.

Castle pauses at Vinnie’s tone. Vinnie looks at the two of them.

Vinnie Cardano: What are you saying, Castle? Hmm?

Castle freezes. Vinnie stands up, offended.

Vinnie Cardano: You think I killed the guy?

Castle: Well, n… No. Vinnie, no. We’re just talking here. No, sit down. Have some more wine.

Vinnie Cardano: No, we’re finished. And frankly, I am offended that you think I would do such a bush-league hit. If I had whacked that guy, nobody’d ever find the body.

Castle stares at Vinnie, stunned and a little scared.

Vinnie Cardano: Don’t make me wanna do a demonstration.

Vinnie slaps his napkin down and leaves. Beckett takes a breath and glances sidelong at Castle.

Castle: Makes a valid point.

In Castle’s mansion.

Beckett: Dead bodies, meth heads, and mobsters… Wow. Is that what you meant by a romantic weekend?
Castle: May I remind you that it was murder that brought us together in the first place?

Castle’s cell rings.

Castle: Oh… Hello.

In Castle’s mansion / Hampton’s precinct.

Chief Brady: What did I tell you, Castle? I was crystal clear. I said no contacting Cardano!

Castle: What? Th… Oh, that was just a friendly meal. Actually, we have some linguine left if you’d like to come over.

Chief Brady: You accused him of murder! And now he thinks I put you up to it.

Castle: On the bright side, we can rule him out as a suspect.

Chief Brady: He was never a suspect in the first place.

Castle: Bottom line is, the killer’s still out there.

Chief Brady: No. No, no, no. The bottom line is that after what you just pulled, I will find him myself, without any more of your help.

Castle: Look, Chief…

Chief Brady: And if I catch you guys anywhere near this case again, I swear… I will out the two of you.

Brady hangs up and Castle looks at his phone.

Beckett: So I guess it’s a “no” on the linguine.

Castle: No. He, uh… Said he already ate. Shall we?

Beckett: Oh.

Near the bullpen;

Ryan: Hey. So I took a closer look at Randall Franklin’s real estate investments. The guy was buying up distressed properties in dying neighbourhoods and turning ‘em into condos.

Esposito: Sounds like smart investments.

Ryan: Yeah, but he wasn’t renovating ‘em. He wasn’t leasing ‘em out, nothing.

Esposito: W… So he was carrying the mortgage, but the buildings weren’t throwing off any income?

Ryan: And his wife said that the real estate investments were keeping them flush. It doesn’t add up.

Esposito: You’re right. Has to be something going on in those buildings.

Ryan: Only one way to find out.

Ryan and Esposito walk down dark, bare cement corridors with lots of piping.

Esposito: Ugh. Franklin definitely didn’t put any money into renovating this dump.

Ryan: Place is deserted. He’s definitely not making any money here.

Esposito: Yeah, so where’s it coming from?

Ryan: I don’t know.

Esposito’s cell chimes.

Esposito: Oh.

Ryan: Really? You’re checking text messages right now?

Esposito: It’s about Beckett, bro. Ah! She’s not with Demming. Morales in Robbery says that he’s been dating a Vice detective…

Something shatters.

Esposito: … For the last four months.

Ryan: Shh! You hear that?

Esposito: Yeah.

They move toward where the sound came from.

Esposito: I don’t like this, bro.

Ryan: No, me neither.

Esposito and Ryan approach a door. A guy with a machine gun stands on the other side of a door. R&E open a different door and continue forward. The machine gunman listens carefully as he waits. R&E find a door with a broken lock.

Ryan: No way we’re knocking on that door.

Esposito: Okay. Well, the building owner’s dead, and the wife is down with us investigating, so…

They kick in the door.

Esposito: NYPD!

Ryan: Up against the wall right now! Move! Move! Move! Move it! Move it! Move it!

Ryan and Esposito force men in blue protective suits away from the lab equipment. Ryan coughs as he turns off the levers for the meth making process while Esposito watches his back.

Ryan: Ah. Looks like Franklin found a way to monetize his investment after all, making crank.

Esposito: Yeah. This is definitely a meth lab.

In the living room.

Beckett: So, Franklin was a meth kingpin, huh?

Castle pours wine into glasses as he joins Beckett on the couch.

Castle: Turns out, all of his properties housed meth labs, which makes sense for someone who… Used to cook the books.

Beckett: That’s why he was killed. It’s a dangerous business.

Castle: Mm. Well, it’s all about New York now. The boys can take it from here…

Beckett: Yeah.

Castle and Beckett move closer.

Castle: And we can pick up right where we left off before this whole thing came to us.

Beckett leans in with a smile, then suddenly pulls back.

Beckett: Yeah, but… Why did it come to us?

Castle: Uh… The universe has a sense of humour, I suppose.

Castle moves closer and leans in again, but Beckett talks again.

Beckett: No, no, I mean, if this is about meth, then why wasn’t he killed in New York?

Castle: Maybe the killer likes the beach.

Castle leans closer, but Beckett stands up.

Beckett: No, I think there’s gotta be more to it, Castle.

Castle leans back with a frustrated look.

Beckett: I mean, they knew about Lerner’s boat.

Castle: You know what? I’m sure the boys will figure it out.

Castle stands up and walks toward Beckett, but she continues to walk around the room.

Beckett: And that requires an intimate knowledge about Franklin’s life.

Castle follows Beckett and tries massaging her shoulders to pull her back into the mood.

Castle: Right, right, right. Well, maybe the killer just did his homework.

Beckett pulls away from Castle’s massage and faces him.

Beckett: Yeah, but why would they go to all of that trouble? I mean, if he was a kingpin in New York City, why would they kill him out here?

Castle: Um…

Castle finally stops to think and suddenly enters her line of reasoning.

Castle: … Unless part of the drug business was out here.

Beckett: That explains the helicopter. He needed the helicopter to transfer the drugs out here.

Beckett steps closer to Castle.

Castle: And why he slept with Natalia and greased palms.

Castle steps closer to Beckett.

Beckett: He needed approval to get the helipad.

Castle: Yes, much less risky to move your product in a helicopter rather than boat or car.

Castle puts his arm around Beckett and draws her closer.

Castle: No cop is gonna pull you over.

Beckett: You know, Chief Brady said that the drug problems doubled over the past six months.

Castle pulls Beckett in tighter.

Castle: Exactly when Franklin started using his helicopter.

Castle and Beckett go in for a kiss. Beckett moans, but pulls back at the last moment. Castle’s expression becomes frustrated again.

Beckett: I’m sorry Castle, but I think you should probably...

Castle: Call Ryan and Esposito.

Beckett: Yeah.

Castle exits.

Near the bullpen.

Ryan: Looks like Castle was right. His helicopter’s flight plans coincide with when the shipments left the meth labs.

Esposito looks over the report.

Esposito: Huh. They also coincide with the late-night landings that his neighbour was complaining about. So now we know how Franklin was moving his product. But it still doesn’t tell us who killed him.

Ryan: Well, maybe it does, but where are you going?

Ryan stops Esposito in his tracks.

Esposito: To meet an FBI buddy of mine to see if Beckett’s back with her old flame Sorenson. Why?

Ryan: The flight manifest for Tuesday…

Ryan shows Esposito a page in a file.

Ryan: It includes a guest. Someone else was with him.

Esposito: All right, I’m on Sorenson. You go get helicopter boy.

Ryan and Esposito nod to each other and go opposite directions.

In the interrogation room.

Aaron Lerner: So I got a ride on Franklin’s helicopter. So what?

Attorney: That doesn’t prove my client was trafficking drugs with him.

Ryan: True. These do.

Ryan puts some files on the table.

Ryan: Signed affidavits from the meth lab workers that you picked up product every Tuesday, Lerner. You went from making bank to making crank.

Aaron Lerner: I didn’t kill Franklin. A… And Chief Brady already confirmed my alibi in the Hamptons.

Ryan: Well maybe you hired someone to kill him. See, I think you never got over your grudge against Franklin. I think that you partnered with him, but you always planned to knock him off and take over the business. Am I getting close?

Aaron Lerner: Yeah, yeah, you’re close, but you just got the wrong guy.

Ryan: What do you mean?

Aaron Lerner: Just last week, Franklin was complaining about a local.

Ryan: A local drug dealer?

Aaron Lerner: Yes. Seems he didn’t appreciate us moving in on his business.

Ryan: Who? Give me a name.

Aaron Lerner: I don’t know a name, but Franklin seemed really spooked.

Ryan: What else did he tell you about him?

Aaron Lerner: That’s all I know. Everything else I told to Brady and his two consultants.

Ryan: Two consultants?

Aaron Lerner: Yeah, yeah, the writer Castle and his girlfriend.

Ryan: Girlfriend? Wh… Wh… What do you mean, girlfriend?

Aaron Lerner: What does it matter?

Ryan: Hey! Hey! I’ll ask the questions here, pal. Are you telling me that Richard Castle brought his girlfriend in your interrogation?

Lerner looks at his lawyer in confusion. The attorney gives him a shrug to go ahead.

Aaron Lerner: Yeah.

Ryan: What was her name?

Aaron Lerner: I don’t remember.

Ryan: Well, then describe her.

Lerner hesitates. Ryan slams the table.

Ryan: Describe her Lerner! Now!

Aaron Lerner: Okay! Tall, uh, uh, medium length hair. What’s this about?

Ryan: Wh… What colour? G… Give me a hair colour.

Aaron Lerner: Uh, brown… Brown. Brown eyes, too. I think. Really pretty.

Ryan: Body type?

Aaron Lerner: Awesome. I mean, awesome. She was, like, thin, gorge… She was hot. She was really hot.

Lerner snaps his fingers.

Aaron Lerner: Kate!

Ryan’s stunned expression freezes.

Aaron Lerner: Name was Kate!

Ryan: Son of a…

Ryan talks on the phone with Castle, his feet propped up on his desk, all smug.

Ryan: You were right, Castle. Franklin was using his helicopter to move meth to the Hamptons. Looks like you blew this case wide open. Guess you can get back to your writing now, huh?

Castle: Well, there’s still the matter of finding out who the killer is.

Ryan: Yeah, well, I think Brady knows what he has to do. I already told him to look for a local drug dealer who had been feeling squeezed by Franklin’s expanding operation.

Castle: Well, that’s a great theory. Nice work.

Ryan: Oh, thanks, but, uh, it’s not my theory. Aaron Lerner gave it up when I interrogated him this morning.

Beckett dashes into the room to listen to the conversation.

Castle: Aaron Lerner? Aar… Uh…so you interrogated Aaron Lerner, too?

Beckett and Castle both look worried.

Ryan: Yeah, he’s back in the city. Turns out he was Franklin’s partner in crime.

Castle: Wow. What do you know?

Beckett waves at Castle frantically.

Beckett: Castle, not good.

Castle: I know. Relax.

Beckett: Relax? How can I relax?

Ryan: You still there, Castle?

Castle: Yeah, still here.

Beckett cups her hands over her mouth in fear.

Castle: Uh, what else did Aaron Lerner say? Did he say anything else about… Anything else?

Beckett gives Castle a look.

Ryan: Oh, you know, the usual. “I didn’t do it. You got the wrong guy.” I’m pretty sure he told me everything he knows.

Ryan smiles smugly.

Beckett: Everything?

Castle: Everything, huh? … That’s good.

Ryan continues to milk it.

Ryan: Yeah. Good luck with the writing.

Castle: Thanks.

Ryan hangs up. Beckett almost hyperventilates. The doorbell rings. Castle goes to answer the door and Beckett braces herself on the bed.

Beckett and Castle answer the door in their robes.

Castle: Chief Brady. What did I do now?

Chief Brady: Nothing. Uh, I just wanted to let you know, I talked to Detective Ryan.

Beckett: Really? So… What did he say?

Chief Brady: Well, he got us on to the idea of a local drug dealer. So we talked to McMurray, the meth addict from the beach, and he coughed up the name of the local supplier of meth. Marty Bentley.

Beckett: Oh.

Castle: The marina operator?

Beckett: Yeah, but that makes sense. I mean, he would know Aaron Lerner’s schedule and when he could take the boat out.

Chief Brady: Right. So we got a warrant to search his apartment and found the burner cell phone that sent the text summoning Franklin to the marina.

Beckett: Hmm. Good.

Castle: Well, that’s great. Congrats.

Beckett starts to turn back into the house.

Chief Brady: Thanks. Hey, I couldn’t have done it without the two of you and your resources in New York. Um… I’d be honoured if you came to the arrest.

Beckett and Castle freeze in surprise. Beckett turns surreptitiously to Castle.

Beckett: No.

Castle: Well… How can we say no?

Brady smiles with a relieved sigh.

Brady kicks in the boat door.

Chief Brady: Police! Down! Get down! Police! Police!

Brady and two officers enter the boat.

Castle: So, Chief Brady’s first time pulling his gun.

Beckett looks a little nervous, like a mother watching her kid go to school for the first time.

Beckett: Oh, Castle. Maybe I should go in there.

Castle: You don’t have a gun.

Beckett: Yeah, but that never stops you.

Castle: Well, I’m lucky.

Brady emerges from the boat and holsters his gun.

Chief Brady: We got him.

Beckett: Oh.

Beckett and Castle smile in relief.

Chief Brady: Cabin secured.

Beckett: Nice one, Chief Brady!

Chief Brady: Thank you, Detective.

Brady shakes their hands.

Beckett: Yeah.

Chief Brady: Just like out of one of your books, huh, Castle?

Castle: Yeah. Uh… Marina owner with side meth business kills competition. Call it Hamptons Heat, and if I ever write it, I’ll be sure to include a gutsy Chief Brady character.

Marty protests as the officers escort him off of his boat.

Marty Bentley: That’s not mine! Look, I’m telling you, I didn’t do anything. You got the wrong guy.

Deputy Jones: Chief, so far I found baggies of meth and an Automag iii .30 carbine.

Beckett: Which shoots 30-caliber bullets just like the ones that we pulled out of our victim. That’s our murder weapon.

Chief Brady: Well, I guess that seals it. Good… Good work, Deputy.

Marty Bentley: This is ridiculous. I didn’t kill anybody. You got the wrong guy.

Officer: Yeah, yeah, yeah. Watch your step.

The officer makes sure Marty doesn’t trip over the rope tying the boat to the dock, bringing Castle’s attention to it.

Castle: Officer, hold on a second there.

The officer and deputy stop and turn around.

Chief Brady: What is it, Castle?
Castle: This knot. Both of these knots. That’s a perfect figure eight with an underhand, neatly flemished. Did you tie these, Bentley?

Marty Bentley: Of course I did. It’s my boat.

Beckett: What about it, Castle?

Castle: Well, it’s beautiful. I mean, it’s perfect. That knot could be in a book of nautical knots.

Chief Brady: What does that have to do with anything?

Castle walks slowly toward Brady.

Castle: Everyone agrees that the killer is the same person who stole Aaron Lerner’s boat. That person had to tie the boat to the dock, but that knot was sloppy. I even tripped over it. Whoever tied these figure eights is an experienced boatman. Tying knots would be their second nature. They’d be incapable of tying a sloppy knot. Bentley can’t be the killer.

Chief Brady: But we found the burner phone that placed the call to Franklin in Bentley’s apartment. How do you explain that?

Castle: Well, that’s easy. It was planted. Just like Bentley’s boat here had the meth and the gun, which I’m sure forensics will show is the actual murder weapon.

Chief Brady: And just who do you think planted it?

Castle: Well, you tell me.

Castle steps up to Brady.

Beckett: Uh, Chief Brady, who got the information from McMurray on Bentley?

Chief Brady: Jones. It was Deputy Jones.

Castle and Beckett look at each other in surprise. Jones pulls his gun and knocks the other officer down with the butt of it, and then holds the cuffed Bentley hostage as a body shield.

Deputy Jones: Okay, okay, get back! Everybody stay back!

Chief Brady: Take it easy, Jones. We don’t want anybody to get hurt.

Deputy Jones: You rich weekenders, you think you’re so smart. Meantime, you… You pollute our beaches, you throw your money around like you’re better than us.

Castle pops up from behind Brady and Beckett.

Castle: I don’t think I’m better than you.

Castle pops back behind them.

Deputy Jones: Oh, shut up! I didn’t care about that. But then Franklin’s city money wasn’t good enough for him. He had to move in on my side business. So I did what I had to do…

Bentley manages to break free from Jones. Jones raises his gun, but Brady shoots him first, and he falls to the ground groaning. Beckett runs forward and cuffs him. Castle straightens back up and Beckett nods.

Beckett: Got it.

Castle: Nice!

Castle looks around Brady and Jones.

Castle: There’s a Hamptons Heat twist I did not see coming.

Brady pants, recovering from the action.

Castle: Sorry about the whole “accusing you of murder”… Still buddies?

Chief Brady: Yeah.

Castle pats Brady on the shoulder.

Brady sits at the counter to share a drink with Beckett and Castle.

Chief Brady: So it turns out that Jones paid McMurray five-hundred bucks to point a finger at Bentley.

Beckett: Wow. Five-hundred dollars to ruin a man’s life, huh?

Chief Brady: Not to sound all Scooby, but he might have gotten away with it if not for you, Castle.

Castle: Well, I’m always glad to help out my friends in law enforcement.

Beckett: Speaking of which, I would like to make a toast.

Beckett passes out the drinks.

Beckett: Chief Brady, not everyone could’ve handled themselves the way you did on the dock today. You’re a good cop.

Castle raises his glass.

Castle: Chief Brady.

Beckett: Here’s to you.

Chief Brady: Thank you, Detective Beckett.

They all drink. Beckett and Castle look a little awkward.

Beckett: Yeah.

Chief Brady: And you can rest assured, your secret is safe with me.

Beckett: Oh.

Castle: Thank you.

Beckett: Yeah, thank you.

Beckett and Castle smile at each other. Then there’s an awkward pause. Brady just sits there thinking.

Chief Brady: I shot the bad guy.

Castle: You did.

Beckett: Yeah, you did.

Castle: Nice.

Beckett: Yeah.

More awkward pausing. Brady finishes his drink with a big sigh.

Beckett: Whew.

More awkward pausing. Brady suddenly realizes they’re waiting for him to leave.

Chief Brady: I should go.

Beckett and Castle put on a show.

Castle: Oh, of course.

Beckett: Oh, no.

Chief Brady: Find a new deputy. I…

They chuckle.

Castle: Yeah, you do.

Beckett: It was so great to meet you.

Chief Brady: You too.

Beckett: Yeah.

Brady leaves.

Castle: Bye.

Beckett: Bye.

The door closes. Beckett takes Castle’s hand and leads him out.

Beckett: Let’s go.

Castle: Please.

Esposito enters while Ryan sits pensively at his desk.

Esposito: Well, the case in the Hamptons has been solved, but the case of the secret boyfriend remains open. Turns out Beckett’s FBI ex has been stationed in Europe for six months.

Ryan: Huh.

Esposito: What? You got anything?

Ryan turns around to face Esposito, and leans back in his chair, considering for a moment.

Ryan: Nah. No, I was just thinking, maybe we should drop it.

Esposito’s brow furrows in surprise.

Ryan: You know, let Beckett’s private life stay private.

Esposito: What, you mean give up? A real detective never gives up on a case, bro.

Ryan: You know it’s not a real case, right?

Esposito: You’re gonna tell me what a real case is?

Ryan: Uh, last time I checked, it’s when there was a murder.

Esposito: Oh, there’s been a murder all right. Your spirit.

Ryan: Wow.

They grab their coats and head out.

Esposito: Your dignity, too.

Ryan: Huh. Well, you know what, just for that, the first round’s on you.

Esposito: Yeah, good luck with that.

They greet a co-worker passing by.

Esposito: Bruce.

Ryan: Bruce.

Castle lays in bed as Beckett lights some candles in her lingerie.

Castle: You know what’s funny? My cover was that I was coming out here to write and I actually got an idea for a book.

Beckett: Oh. Hampton’s Heat? So you’re serious about that, huh?

Castle: Well, I already have the story. That’s the hardest part.

Beckett: So do you have an ending yet?

Beckett blows out the match.

Castle: Oh, well, I had some ideas, but, uh, I’m open to suggestions.

Beckett: How about this? The weekend hadn’t turned out exactly as Detective Heat had imagined…

Beckett climbs into bed.

Beckett: But now nothing…

Beckett climbs on top of Castle under the covers.

Beckett: … Not even another murder on the beach could stop her from getting exactly what she desired most.

Beckett leans forward and kisses Castle.

Castle: Oh, that’s good.

Beckett: Can I get a writer’s credit?

Castle: We’ll talk.

Beckett: Okay.

They kiss. Outside, a shooting star streaks across the sky.

Kikavu ?

Au total, 155 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

celola 
15.05.2020 vers 18h

Exarkun30 
28.12.2019 vers 15h

rooknroll 
03.01.2019 vers 17h

Emi82 
02.11.2018 vers 17h

Miaou 
12.03.2018 vers 16h

Daisy2860 
10.02.2018 vers 17h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Supersympa  (30.11.2019 à 15:26)

Pour le week-end romantique, on repassera... ^^

Miaou  (30.04.2016 à 16:21)

 Merci d'évoquer cette saison que j'aime beaucoup regroupant un tas d'épisodes plein d'intérêt .

Contributeurs

Merci aux 5 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente

Suite de mots 2
Aujourd'hui à 20:37

PDM : Photo du mois
Aujourd'hui à 20:36

anniversaire
17.10.2020

Survivor n°2
19.09.2020

S02E24 Espion d'un jour
Aujourd'hui à 15:49

S02E23 Doublement mort
Aujourd'hui à 15:49

S02E22 La guerre des cuisines
Aujourd'hui à 15:49

S02E21 Le flic fantôme
Aujourd'hui à 15:48

Actualités
[Stana Katic] La saison 3 d'Absentia arrive en France

[Stana Katic] La saison 3 d'Absentia arrive en France
C'est aujourd'hui, le samedi 24 octobre, que la troisième saison de la série d'Absentia arrive sur...

Joyeux anniversaire, Jon!

Joyeux anniversaire, Jon!
Ce vendredi, Jon Huertas célèbre son 51e anniversaire. En effet, l'acteur connu pour son rôle de...

[Santiago-Hudson] Bande-annonce de Ma Rainey's Black Bottom

[Santiago-Hudson] Bande-annonce de Ma Rainey's Black Bottom
Dans deux mois arrive sur Netflix le long métrage Ma Rainey's Black Bottom, dont Ruben...

Alternative Awards | Une 3e nomination pour Castle

Alternative Awards | Une 3e nomination pour Castle
Après Kate et Rick, c'est au tour de Carly Rae Jepsen de représenter Castle aux Alternative...

Alternative Awards | Rick compte sur vos votes!

Alternative Awards | Rick compte sur vos votes!
Après Kate, c'est au tour de Castle d'attendre vos votes pour les Alternative Awards. En effet, le...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

mnoandco, Aujourd'hui à 12:03

Un pt'tit clic pour départager les finalistes du concours A Discovery of Witches? Vous pouvez en profiter pour aussi commenter le nouveau design

stella, Aujourd'hui à 12:07

Les forums du quartier OTH reprend vie. Un nouveau pendu et un nouveau survivor vous attend.

Aloha81, Aujourd'hui à 16:52

Aloha ! Nouveau Survivor et sondage toujours en cours sur le quartier Magnum P.I. ! Bon week-end à tous !

Luna25, Aujourd'hui à 19:01

Nouveaux duel, pdm et sondage sur le quartier Legends of Tomorrow !

Luna25, Aujourd'hui à 19:02

Deux flics joués par Shemar Moore (S.W.A.T./Esprits Criminels) s'affrontent dans le duel, venez les départager

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site