706 fans | Vote

#324 : La traque

 

Résumé : Lors de sa visite hebdomadaire à Hal Lockwood, Beckett apprend avec stupeur que celui-ci a été sorti du quartier d'isolement. Quelques secondes plus tard, elle découvre en compagnie des gardiens que Lockwood a assassiné McCallister. Beckett et Castle se rendent alors à une audience précipitée au tribunal, mais Lockwood parvient à s'échapper par l'intermédiaire de complices. Beckett est déterminée à le retrouver, mais toute l'équipe s'inquiète pour sa sécurité, à commencer par Montgomery, soucieux de préserver la vie de sa protégée...
Sous tension, Beckett et Castle voient leur collaboration battre de l'aile, et sont de plus en plus troublés par la nature de leur relation.

Popularité


4.67 - 18 votes

Titre VO
Knockout

Titre VF
La traque

Première diffusion
16.05.2011

Première diffusion en France
23.01.2012

Vidéos

Promo VF : Parodie "Bref"

Promo VF : Parodie "Bref"

  

Promo VO

Promo VO

  

Sneak Peek #1

Sneak Peek #1

  

Sneak Peek #3

Sneak Peek #3

  

Scène finale avec cliffhanger

Scène finale avec cliffhanger

  

Plus de détails

Réalisation : Rob Bowman
Scénario : Will Beall

Distribution principale : 

Distribution secondaire: 

  • Max Martini (Hal Lockwood)
  • Brian Goodman (Gary McCallister)
  • Scott Paulin (Jim Beckett)
  • Matt McTighe (Chuck Ryker)

324 La traque

 

[Au poste : Castle, Ryan, Esposito et Beckett]

Castle : [Arrivant avec 2 café] Salut ! Un coup de main ne serait pas de refus ! [Ryan et Esposito applaudissent] Oh merci oui, très drôle de coup de main. Pour la peine vous n’aurez pas d’exemplaire dédicacé de mon nouveau… roman graphique !

Ryan : Vous avez écrit un romain graphique ?

Castle : Pas au sens littérale, mais il s’inspire d’un des personnages les plus aboutis que j’ai créé. A côté de lui Volverine, Batman, Snoopy et notre bonne vielle copine Electra sont complètement dépasser. Un nouveau nom figure parmi les héros, laissez-moi vous présenter, Derrick Storm, servi par un dessin précurseur exceptionnel dans la dernière aube qui s’inspire de mon romain.

Ryan : La classe !

Esposito : C’est cool !

Castle : Oh non, c’est fantastiquement cool. Où est Beckett ? J’aimerais lui faire voir.

Ryan : En prison, pour interroger Lockwood.

Castle : Ah… [Tristement] je vois !

 

[A la prison : Beckett, Gardien et Officier Ryker]

[La bague de Beckett roule sur sa chaine en l’enlevant et elle s’avance vers la porte garder]

Beckett : Merci ! [En entrant]

Gardien : Je vous en prie !

Ryker : Bienvenue Lieutenant Beckett

Beckett : Surveillant Ryker !

Ryker : Au menu du jour, un pyromane en série, ça vous dit ?

Beckett : [Riant] Non merci !

Ryker : Dans ce cas, puis-je vous proposer un voleur à main armer tatouer de la tête au pied et bien sûr innocent.

Beckett : Je vais m’en tenir à ce que je prends d’habitude, Hal Lockwood !

Ryker : Excellent choix madame, je vais appeler pour qu’on le fasse venir.

Beckett : Merci !

Ryker : [Au téléphone] Ici Ryker, j’ai une visiteuse pour Lockwood… A l’isolement… 34617… Oui… Comment ça ? [Raccrochant] Lockwood n’est plus à l’isolement !

Beckett : Où est-il ?

Ryker : On l’a transférer avec les autres droit commun il y a à peu près 1 heure.

Beckett : [Surprise] Quoi ? [On voit Lockwood marchant dans un couloir entourer de prisonnier] Il n’était pas à l’isolement pour rien, faite le sortir de ce quartier et vite !

Ryker : Pourquoi ? Il y a un problème ?

[Lockwood s’avance vers les cellules]

Beckett : Il y a un prisonnier, dans ce quartier, Gary McCallister que Lockwood va tuer, si ce n’est pas déjà fait !

[Lockwood arrive à la cellule qu’il cherche]

 

[Dans la cellule : Gary McCallister, Hal Lockwood et Beckett]

Gary : Je me demandais quand il arriverait enfin à me coincer.

Lockwood : Je n’en ai que pour une minute.

[Beckett et l’unité d’urgence cour  toutes armes dehors vers la cellule de McCallister]

Gary : [S’allongeant] Fait moi ça vite fait, bien fait.

Lockwood : Comme toujours ! [Il dépose une serviette sur la tête de Gary et lui tranche la gorge]

[Beckett arrive trop tard et trouve Lockwood les mains ensanglantés et en l’air]

Beckett : [Au gardien] Allez-y ! [Elle et Lockwood se regarde intensément pendant qu’il se fait menotté]

 

[Au poste, salle de repos : Castle, Beckett, Ryan et Esposito]

Castle : Mais qui l’a sortie de l’isolement au départ ?

Beckett : Esposito est sur le coup mais il y a de forte chance pour que ce soit pas dû au hasard.

Castle : Je suis désolé !

Beckett : De quoi ?

Castle : Lockwood tue Raglan et ensuite c’est au tour de McCallister qui pouvait vous apporter des informations sur le meurtre de votre mère. Il vous enlève tout moyen d’en savoir plus.

Beckett : Au contraire, il vient de me lancer sur une nouvelle piste. Depuis 4 mois chaque semaine, je suis allée dans cette prison jouer une partie de bras de fer avec le diable et le diable vient juste de flancher. C’est exactement ce que je voulais.

Esposito : Selon l’administration pénitentiaire, la signature sur l’ordre de transfert de Lockwood a été contrefaite.

Ryan : Les seules personnes ayant accès à ses documents, sont soit des aumôniers, soit des surveillants.

Beckett : Ce qui implique la corruption et le chantage. Je veux que vous me passiez en revu les comptes de tous les employer de cette prison, surveillant, aumôniers ou travailleur social. Je veux savoir qui est en surendettement, qui vie à découvert. Si l’un d’eux a pris un énorme risque en falsifiant cet ordre de transfert, c’est peut-être parce qu’il est pris à la gorge !

Esposito : Ça roule.

Beckett : [A Castle] Vous voyez, voilà ma nouvelle piste!

Castle : On va où maintenant ?

Beckett : A l’audience ou Lockwood doit comparaitre, pour faire glisser les clés le long des barreaux de sa cage.

Castle : Ce n’est pas le genre d’homme qui se laisse intimider !

Beckett : Je ne parlais pas de lui, mais de celui qui le tient en laisse.

 

[Au tribunal : Beckett, Hal Lockwood, officier, Huissier et Castle]

[Beckett arrive comme une furie devant Lockwood enfermé dans une cage]

Beckett : D’abord Raglan, ensuite McCallister. Qu’est-ce que vous faite ? Vous sacrifié les pions ? Faut être drôlement courageux pour poignarder un vieil homme allongé sur sa couchette. Je ne sais pas quelle mission vous pensez avoir rempli, mais ça ne change rien, compris ? Je vais retrouver votre employeur.

Lockwood : Non ma belle, c’est lui qui va te retrouver et tu lui échapperas pas ! [Ils soutiennent leur regard noir]

Officier : Veuillez-vous assoir, madame !

Huissier : Veuillez-vous lever. Mesdames et messieurs la cour. Veuillez-vous assoir. [Lockwood sort de la cage et des officiers rentrent dans la salle] Affaire instruite sous le numéro 27 de la liste et enregistrer sous le nom, le peuple de l’état de New-York contre Hal Lockwood. Audience de comparution initiale. [Les officiers prennent place, Beckett est sur ses gardes en les voyant] Maitre veuillez citer vos nom et prénom et celui de la personne dont vous assurer la défense.

Zussman : Avery Zussman pour la défense d’Hal Lockwood votre honneur.

Huissier : Peuple de l’état de New-York dépose contre l’acte d’accusation…

Castle : [A Beckett] Qu’est-ce qu’il y a ?

Huissier : Numéro 2001460. Selon lequel le prévenu est accusé de meurtre avec préméditation…

Beckett : Je sais pas !

Huissier : Accompagniez de circonstance aggravante. Monsieur Lockwood souhaitez-vous une lecture exhaustive de l’acte d’accusation ?

Lockwood : Non votre honneur !

Beckett : Les boutons de col de leur uniforme. Les nôtres sont cuivrer pas gris.

Huissier : Plaidez-vous coupable ou non ?

Lockwood : [Aux officiers] Allez !

Beckett : [Hurlant à Castle] A terre ! [Le poussant au sol]

[Les officiers jettent des grenades lumineuses dans la salle et fond sortir Lockwood en tirant sur les gens]

Beckett : Castle, ça va ?

Castle : Oui !

[Beckett sort de la salle et tombe à terre sur les menottes de Lockwood]

Beckett : [A une policière] Où ils sont ?

Policière : Ils ont pris l’escalier !

[Beckett se lance à leurs poursuites]

Faux officier : [A Lockwood] Allez cour vite, t’arrête pas !

[Beckett les suit dans les escaliers et les vois décoller dans un hélicoptère juste à l'extérieur du palais de justice. Elle tire dessus pendant qu'il s'envole]

 

[Générique]

 

[Au poste : Castle, Montgomery, Beckett, Ryan et Esposito]

Castle : Comment va-t-elle ?

Montgomery : Lockwood s’est envolé, pas une seule piste concernant le meurtre de sa mère ne mène quelque part. Alors à votre avis ?

Beckett : Où on en est sur les complice de Lockwood ?

Esposito : Les hommes assurant la sécurité du tribunal n’ont pas pensé à regarder ses policiers de plus près

Castle : Ils n’ont pas craint d’apparaitre à visage découvert.

Beckett : La reconnaissance faciale du FBI a donné quelque chose ?

Esposito : Rien du tout. Ce sont des inconnus.

Beckett : Et pour l’hélicoptère ?

Esposito : Ils ont volés sous le seuil des milles pieds d’après l’aviation civile.

Montgomery : Il s’avait qu’on les pourchasserait avec nos propres hélico, ils ont du se débarrasser du leur dès qu’ils ont pu.

Esposito : On a des hommes qui contrôlent le moindre aérodrome de la région et j’ai rien d’autre.

Ryan : [Arrivant] Moi si, Beckett ouvrez votre messagerie.

[Ils se mettent tous devant l’ordi de Beckett]

Ryan : Les appels passés depuis la prison sont enregistrés et chaque prisonnier doit passer les siens en PCV. Toutes les semaines Lockwood a téléphoné à un même numéro, mais la personne au bout du fil refusait de prendre l’appel à son compte. Jusqu’à il y a quatre jour.

Beckett : D’accord écoutons ça.

Lockwood : Comment va la famille ?

Homme mystère : Comme d’habitude. Comment vont Charlie et Mike ?

Lockwood : Bien.

Castle : Ça donne quoi le numéro ?

Ryan : Rien, c’était un portable jetable.

Beckett : Lister tous ces complices nommé Charlie et Mike.

Esposito : Ce n’est pas des complices. C’est un alphabet phonétique qu’on utilise dans l’armé. Charlie et Mike. Continue la mission.

Castle : On sait maintenant que le meurtre de McCallister n’était qu’un moyen de s’évader de prison. Ils auraient pu payer n’importe qui chez les droits communs pour le tuer, mais il fallait que ce soit Lockwood pour le faire sortir.

Beckett : Donc Lockwood doit tuer une autre personne !

Ryan : Mais qui il reste ?

Beckett : Moi !

Montgomery : Lockwood aurait pu le faire au tribunal. Vous n’êtes pas une menace vous ne savez rien.

Castle : Je crois savoir qui il veut tuer. On sait que votre mère a été tué parce qu’elle voulait faire libérer un mafieux, injustement condamner pour le meurtre d’un agent fédéral. Bob Armen. On sait que les véritables meurtriers étaient des flics véreux qui appliquaient leur propre conception de la justice en enlevant des mafieux contre une rançon. Ces flics véreux travaillaient aussi pour cet homme très puissant, qui pour garder l’anonymat est prêt à tout.

Beckett : Ce qui veut dire que si on veut dénouer les écheveaux, il nous faut tirer sur ce fil.

Castle : Reste le 3ème flic, l’homme que Joe Pulgatti a vu dans la ruelle avec John Raglan et Gary McCallister le soir ou Bob Armen a été tué. Où qu’il soit et qu’elle que soit son identité, il sait qui se trouve au cœur de l’écheveau.

Beckett : Ce qui fait de lui la prochaine cible de Lockwood.

Esposito : Et on a relu les rapports, il ne mentionne ce flic nulle part.

Beckett : Ce n’est pas parce qu’on ne le mentionne pas qu’il n’était pas sur les lieux. Excusez-moi ! [Au téléphone] Beckett. [En s’éloignant]

Montgomery : On l’a met sous protection.

Ryan : Elle va pas être contente.

Montgomery : Inutile de lui dire. Lockwood est en chasse quelque part en ville et vous savez très bien jusqu’où peut aller cet homme. Si vous avez l’occasion de le descendre, n’hésitez pas. C’est pas la peine de lui donner l’occasion de se retrouver dans une salle d’audience. Vous m’avez compris ?

Esposito : Cinq sur cinq !

Beckett : C’était la police de l’état du New-Jersey, ils ont trouvés l’hélicoptère.

 

[A l’aérodrome : Castle, Beckett, Ryan et Esposito]

Castle : L’impact de vos balles ?

Beckett : Oui.

Castle : Cette odeur c’est pas…

Beckett : De l’eau de Javel dans le cockpit, pour effacer les traces d’ADN.

Ryan : Selon le mécanicien, l’hélico a été volé et rendu sans que personne ne s’en aperçoive.

Esposito : Il ne s’en serait jamais aperçu si le fuselage ne portait pas les traces de vos balles.

Castle : Qui est le propriétaire ?

Ryan : Le gestionnaire d’un fond de placement.

Beckett : Qui se trouve où ?

Ryan : En croisière dans les Caraïbes.

Beckett : Je veux un dossier complet sur lui, les mécaniciens et tous ceux qui travaillent ici.

Esposito : A vos ordres. [Lui et Ryan partent]

Beckett : Pourquoi maintenant ? Ca faisait des mois que Lockwood était en prison pourquoi il a attendu tout ce temps pour agir ?

Castle : Il devait le transférer et le faire évader lors de son passage au tribunal. Il leur a fallu beaucoup de temps pour s’organiser.

Beckett : Et si, il y avait une autre raison ? Pour expliquer cette longue attente.

Castle : Oui mais laquelle ?

Beckett : Je crois que j’ai… aperçu une caméra de surveillance à l’extérieur du hangar. Je vais voir si elle n’a pas filmer un véhicule, je pourrais lancer un avis de recherche.

Castle : [S’inquiétant] Ça va ?

Beckett : Oui !

[Il ne la croit pas du tout]

 

[Loft des Castle : Castle, Alexis et Jim]

[Castle regarde les photos de l’affaire]

Alexis : La mère de Beckett ?

Castle : Oui !

Alexis : J’arrive pas à imaginer à quel point ça doit être dur. Faire en sorte que justice soit faite pour de nombreuse famille et ne pas pouvoir le faire pour soit.

Castle : Dans mes livres, je fais en sorte que le juste soit récompensé et que le mauvais soit puni. Dans la vraie vie, ce n’est pas aussi simple.

[On sonne, Castle va ouvrir et est très surpris en voyant un homme devant sa porte]

Castle : Je peux vous aider ?

Jim : Je l’espère. Je suis Jim Beckett, le père de Kate !

[Assis en train de boire un verre]

Jim : J’ai l’impression que je vous connais déjà, Katie m’a raconter des tas de belle chose sur vous.

Castle : C’est vrai ?

Jim : Oui. Alors elle s’en sort ?

Castle : Difficile à dire. Vous savez qu’elle n’est pas du genre à flancher.

Jim : Je sais. Quand elle était petite, elle ne demandait jamais de lumière pour la nuit. Elle avait pourtant peur du noir, mais c’est comme si elle voulait que ce soit sa peur qui baisse les yeux la première. [Castle rie] Cet homme… sur lequel elle enquête… jusqu’où ira-t-il ?

Castle : C’est un tueur professionnel.

Jim : Que va-t-il se passé quand ils seront de nouveau face à face ? J’ai déjà perdu ma femme dans cette histoire. J’ai déjà perdu… enfin ça m’a pris des années, mais j’ai fini par faire le deuil de ma femme. Ma fille… ne m’écoutera jamais, elle ne laissera pas tomber sauf si on parvient à la convaincre que sa vie est plus importante que la mort de sa mère. Elle tient à Vous Richard et à moins d’être totalement stupide, vous devez également tenir à elle. Ne la laisser pas mettre sa vie en jeu !

[Castle réfléchit intensément]

 

[Au poste : Castle, Beckett, Ryan et Esposito]

[Beckett écrit à son bureau. Castle arrive avec deux cafés]

Castle : Vous avez bien dormi ?

Beckett : Pas du tout !

Castle : Nous sommes deux !

Beckett : [En prenant le café] Merci !

Castle : Au fait je me demandais si…

Ryan : [Interrompant Castle qui est dégouté] On a épluché les comptes de tous ceux qui ont un lien avec la prison, surveillant, travailleur sociaux, staff médical.

Esposito : Un des surveillant Ryker n’arrivait plus à rembourser son empreint logement et son appart allait être saisi.

Beckett : Surveillant Ryker ? Je … je le connais !

Ryan : Vous pensiez le connaitre. La veille du transfert de Lockwood, Ryker a reçu un virement de cinquante mille dollars et deviner qui n’est pas venu au boulot aujourd’hui ?

[Castle inquiet regarde Beckett qui est déterminée]

 

[Appartement de Ryker : Esposito, Ryan, Beckett, Lanie et Castle]

[Ils défoncent la porte et entre en hurlant]

Esposito : Police !

Ryan : Police !

Beckett : Police, pas un geste ! Montre-nous tes mains Ryker ! Monte-nous tes mains !

Ryan : Mains en l’air, tout de suite !

Beckett : [A Ryan et Esposito] Allez !

[Ils s’avancent et Beckett voit Ryker sur le fauteuil une balle en pleine tête]

[Les scientifiques prélèvent les indices]

Lanie : La balle est entrée par l’arrière du crâne et ressorti par le front et a atterri dans le placard. J’estime l’heure de la mort aux alentours de 21h hier soir.

Castle : Ryker a appelé quatre fois le même numéro de portable que Lockwood avait composé en prison.

Beckett : Il négociait son prix. Ryker n’avait aucune idée du pouvoir de celui avec lequel il traitait.

Ryan : C’était le département de la justice, le virement des cinquante mille dollars est passé par les émirats arabes avant d’arriver sur le compte de Ryker. Il provenait d’une agence d’une banque suisse à Dubaï.

Castle : A qui avons-nous affaire exactement ?

Beckett : Quelques soit son identité le cerveau de l’affaire, il nous a toujours pris de court.

Castle : On n’accumule pas les meurtres pour couvrir deux flics véreux qui se faisaient de l’argent en enlevant des mafieux dans une ruelle.

Beckett : Non il y a un enjeu plus important derrière tout ça. Si on veut coincer ces ordures on va être obligé de provoquer la bagarre. Prévenez les proches de Ryker, interroger ces voisins, ces collègues, tous ceux qui le connaissait de près ou de loin. Ces nouveaux amis ont surement un visage.

 

[Au poste : Officier Haskell, Beckett, Castle, Ryan et Esposito]

[Dans la salle des familles]

Beckett : Depuis combien de temps connaissez-vous Ryker ?

Haskell : Je dirais depuis son arrivé à la prison, ce qui fait presque 10ans je crois.

Castle : Est-ce qu’il avait des problèmes avec quelqu’un ?

Haskell : Il n’y avait aucun reproche à lui faire. Tous les autres surveillant l’adorait, même les pires criminels l’aimaient bien, parce qu’il les traitait avec respect.

Beckett : Y avait-il du nouveau dans sa vie ? Peut-être une petite amie ?

Haskell : Euh… non personne. En fait ça fait plusieurs semaines qu’il voulait vous demander de sortir avec lui.

Castle : Vous saviez que votre collègue avait des problèmes d’argent ?

Haskell : Euh… non. Il m’en a jamais parlé et je devais être la personne la plus proche de lui à la prison.

 

[Devant le tableau blanc]

Ryan : Tout le monde nous a fait la même réponse. Ryker était un mec réglo et même à ses amies, il n’avait pas parlé de ses problèmes.

Esposito : Il y a que son coup de fils au portable jetable qui nous indique qu’il avait fait de nouvelle connaissance.

Ryan : La sécurité de l’aéroport nous a appelés. Leur caméra a filmé une berline d’un modèle récent qui quittait le hangar, mais elle avait une plaque maquillée bien sûr.

Beckett : Donc pour résumé, on n’a toujours rien. Hormis des voies de garage je ne vois rien. Seulement des voies de garage.

Castle : Ceux qui ont fait évader Lockwood de prison devait savoir qu’ils auraient besoin de quelqu’un à l’intérieur. Si Ryker était réglo à ce point-là, comment on-t-il fait pour le corrompre ?

Esposito : C’était une cible facile avec ses problèmes d’argent.

Castle : Mais comment l’on-t-il su ?

Beckett : Il l’on apprit exactement comme nous, par ses relevés bancaires. Ils ont consultés tous ceux des employer de la prison.

Castle : Et il serrait par qui ?

Beckett : Un policier ou un … ancien policier. Le 3ème flic n’est pas la cible de Lockwood, c’est celui qui tire les ficelles. Celui qui tient Lockwood en laisse. C’est lui qui a monté toute l’affaire. Alors je veux que vous me déterriez tout ce qu’on peut avoir sur McCallister et son complice.

Ryan : On l’a déjà fait 

Esposito : Il y a plusieurs mois et on a rien.

Beckett : Je ne parle pas de leur rapport, je parle de leur dossier administratif, de leur évaluation…

Esposito : On les a déjà passé en revu tout ça, on a cherché le moindre flic qui aurait pu être leur complice. Il n’y en a pas un qui correspond.

Beckett : Repasser tout en vue et quand vous aurez fini, refaite le encore.

Ryan : Beckett, on veut l’attraper autant que vous !

Beckett : Non vous ne le voulez pas. Personne ne veut attraper ce mec autant que moi. Personne. Alors refaite le, encore une fois.

 

[Salle de réunion. La table est remplie de dossier]

Montgomery : Vous avez trouvé quelques choses ?

Ryan : Je pari qu’il y a même pas de 3ème flic. Mais réfléchissez ? Dubaï ? Une extraction par un militaire ? Mais comment un simple flic pourrait monter une opération telle que celle-là ?

Castle : Ces flics enlevait des mafieux depuis plusieurs mois, peut-être même plusieurs années avant qu’on découvre ce qu’il fabriquait. Ils ont très bien pu amasser des millions.

Montgomery : Ce qui veut dire qu’il aurait largement les moyens d’engager des professionnels comme, Dick Coonan et Hal Lockwood pour faire le ménage derrière lui. Lâcher pas l’affaire. [Castle Acquiesce]

Esposito : [Arrivant dans la salle avec un pack de bière caché derrière son dos] Monsieur, euh… je sais qu’on est toujours en service mais…

Montgomery : Exceptionnellement !

Ryan : [Prenant une bière] Santé !

Castle : Jolie coup ! Ouuu… elle est gelée. Elle sort du congélateur ou quoi ?

Ryan : On les gardes dans la salle réfrigérer des pièces à conviction.

Castle : [Dégouter il la repose] Ca ne vient quand même pas de la …

Esposito : Non pas de soucie ! Comment elle va ?

Castle : [Inquiet] Elle ne répond pas à mes appels. Elle a attrapée des dossiers et elle a filée.

Esposito : Elle est en train de dérailler. Elle est à deux doigts de craquer.

Castle : [Essayant la trace qu’a faite la bière sur une page d’un dossier] Non ça va aller. Comme toujours !

Ryan : Et si jamais on ne trouve rien ?

Castle : [Lisant le dossier] Qui est Napolitano ?

Ryan : Il a fait deux trois arrestation avec Raglan, mais il était au mariage de sa fille le soir ou Bob Armen a été tué. C’est pas celui qu’on cherche.

Castle : Et où est-il ?

Esposito : Sous terre. Crise cardiaque en 93. Pourquoi Napolitano vous intéresse ?

Castle : Ce rapport dit qu’il a assisté Raglan lors d’une arrestation, mais ça a été modifié.

Esposito : Quoi ?

Ryan : Qui vous l’a dit ?

Castle : La typographie de ce rapport. [Le mettant à la lumière] Les anciennes machines à écrire étaient pourvu de ruban encreur en tissus, regarder les stries dans la police de caractère. Les nouvelles machines sont équipées de ruban en papier carbone. Quelqu’un a mis du liquide correcteur sur le nom du policier adjoint de Raglan et il a tapé le nom de Napolitano par-dessus. C’est pratiquement invisible. [Finissant de photographier le papier et envoyant le fichier à tous]

Esposito : Pas croyable !

Ryan : Qu’est-ce que vous faite ?

Castle : Les documents ont tendance à disparaitre dans cette affaire. De cette manière on le conservera.

Esposito : Génial !

 

[Bureau de Montgomery : Montgomery, Ryan, Esposito et Castle]

Montgomery : Il a pris beaucoup de risque pour effacer ces traces.

Ryan : On a trouvé deux autres rapports falsifié.

Castle : On pense que ça s’est produit après le meurtre de Bob Armen.

Esposito : Avant qu’on passe au numérique.

Montgomery : Ce qui fait plus de 10ans. Soit des milliers d’agent de police.

Castle : Celui qui a fait ça c’est physiquement rendu dans la salle des rapports. Donc quelqu’un l’a obligatoirement aperçu.

Montgomery : Trouver le nom de la personne qui gérait le service à l’époque, peut-être qu’on l’a payé pour qu’il tourne la tête.

Ryan : A vos ordres ! [Partant avec Esposito]

Montgomery : Quoi ?

Castle : Continue la mission ! Si la mission de Lockwood n’est pas de tué ce 3èm flic, alors qui vise-t-elle ?

Montgomery : J’ai mis mes meilleurs hommes pour la protéger. Ces gars sont très forts.

Castle : Assez fort pour Lockwood ? Beckett ne s’arrêtera pas. Ils seront bientôt l’un en face de l’autre et cet homme l’a tuera. Retirer lui l’affaire !

Montgomery : Elle vous a dit comment on s’est rencontré ?

Castle : Non… je crois pas

Montgomery : Je travaillais tard un soir. Je suis descendu aux archives pour consulter de vieux dossier. Elle était là avec une lampe de poche, au milieu de plein de carton éparpillé, en train d’essayer de résoudre cette affaire. A l’époque elle ne faisait que des patrouilles, elle n’était même pas autoriser à entrer là. Quand je lui ai demandé ce qu’elle faisait là, elle m’a dit qu’elle étudiait l’affaire de sa mère, que certain élément ne cadrait pas. Vous savez pourquoi je ne lui ai pas mis un blâme ?

Castle : Pourquoi ?

Montgomery : Parce que ça ne l’aurait pas changer. C’était écrit, là dans ses yeux et je me suis dit avec cette ténacité et une solide formation elle serait un de nos meilleurs éléments, à la criminel.

Castle : C’est cette ténacité qui va la tuer !

Montgomery : Ecouter Castle, je ne peux pas arrêter le lieutenant Beckett. Je n’ai jamais pu. Il n’y a qu’une seule personne qui en est capable, c’est vous ! [Il part et laisse Castle réfléchir]

19.40

[Appartement de Beckett : Castle et Beckett]

[On frappe à la porte, Beckett ouvre surprise et sur la défensive]

Castle : Je peux ?

Beckett : Oui !

Castle : Alors voilà, on a réétudié les rapports d’arrestation de Raglan et de McCallister et vous aviez raison. Il y avait bien un 3ème flic lors de ces arrestations, mais quelqu’un a effacé son nom des rapports. Ryan et Esposito sont en train de chercher qui à l’époque s’occupait de ce service.

Beckett : Vous n’auriez pas pu me le dire au téléphone ?

Castle : Bien sûr, mais… je me suis dit que…

Beckett : Si vous avez quelque chose à me dire, allez-y, vider votre sac !

Castle : Beckett tous les gens associés à cette affaire sont mort. Absolument tous. D’abord votre mère, ensuite ces collègues, ensuite Raglan, McCallister et vous savez que vous être la prochaine sur la liste.

Beckett : Le capitaine Montgomery a envoyé des flics en civile pour me protéger. J’ai pas mis longtemps à les repérer.

Castle : Ils ne seront pas de taille face à Lockwood. Ce type est un tueur professionnel. Je travaille avec vous depuis 3 ans maintenant, vous me connaissez, ça ne me fait pas peur de déplacer des montagnes, mais on ne gagnera pas cette bataille.

Beckett : Castle ils ont tués ma mère. Qu’est-ce que vous voulez que je fasse ?

Castle : Abandonner !

Beckett : Quoi ?

Castle : Ils vont vous tuer. Si vous vous en fichier, penser au moins à la souffrance des personnes qui vous aime. Vous voulez vraiment infliger ça à votre père et à votre ami Josh.

Beckett : Et à vous aussi peut-être ?

[Le ton monte entre eux deux]

Castle : Bah évidement à moi. Je suis votre coéquipier… et je suis votre ami !

Beckett : C’est ce que nous sommes ?

Castle : D’accord, je ne sais pas ce que nous sommes. On s’est embrassé, on a même failli y passer en gelant dans les bras l’un de l’autre et pourtant on en a jamais parler. Alors non je ne sais pas ce que nous sommes. Tout ce que je sais, c’est que je refuse de vous voir mourir.

Beckett : [Enerver] Je vous rappelle qu’il s’agit de ma vie et pas de votre terrain de jeu privée. Je vais vous dire ce que nous sommes, un tandem mal assorti composer d’un flic, en l’occurrence moi et du gosse du plus drôle de l’école et c’est pas ce qui va nous aider.

Castle : [Montant le ton] Vous ne voulez plus seulement retrouver le meurtrier de votre mère. Vous cherchez aussi un endroit où vous caché. Parce que vous êtes sur cette affaire depuis tellement longtemps que vous ne savez pas qui vous êtes sans elle !

Beckett : [En colère] Vous ne me connaissez pas Castle. Vous croyez me connaitre mais en fait non !

Castle : [Exaspérer] Vous êtes comme dans un cocoon dans le meurtre de votre mère et vous n’en êtes jamais sortie. Vous vous cachez derrière cette affaire comme dans ces relations avec des hommes pour lesquels vous n’avez pas d’amour. [Se rapprochant et ils se regardent intensément] Vous pourriez être heureuse Kate. Vous méritez d’être heureuse. Mais vous avez peur !

Beckett : [Résolue] Il n’y aura jamais rien entre nous Castle. Je ne veux plus vous voir !

 

[Loft des Castle : Martha et Castle]

[Castle boit un verre et en voyant l’affiche géante de « Heat Rises », il lance son verre dessus avec colère]

Martha : [Arrivant] Chérie ça va ? Qu’est-ce qui se passe ?

Castle : Rien. Excuse-moi retourne te coucher.

Martha : Je ne connais qu’une seule personne capable de te mettre dans cet état.

Castle : [Assis tous les deux]  Elle va se faire tuer !

Martha : Arrête de l’infantiliser. C’est une grande fille, une policière aguerri. Elle connait son métier, c’est toute sa vie.

Castle : Et si il lui arrivait… quoi que ce soit…

Martha : Hum, hum…

Castle : Je … je serais…

Martha : Hum, hum… Dis-le !

Castle : Je serais…

Martha : Ohh, mon pauvre Richard pour un romancier plutôt braulique tu as du mal à trouver tes mots quand ça te concerne. Chérie, tu veux me faire plaisir en suivant un conseil, de la part de quelqu’un qui a déjà tourné plus de la moitié de son film, ne gâche pas une seule seconde de ta précieuse existence !

 

[Au poste, bureau de Montgomery : Beckett et Montgomery]

Beckett : [Enerver] Je ne plaisante pas, je n’en peux plus. Vraiment, je veux qu’il parte !

Montgomery : Bon d’accord !

Beckett : Quoi ?

Montgomery : Vous voulez qu’il s’en aille, c’est d’accord !

Beckett : Mais… qu’est-ce que… qu’est-ce que va dire le maire ?

Montgomery : Ici c’est mon terrain, pas celui du maire. Le patron c’est moi. Vous devriez le savoir depuis le temps. [Lui tendant une flasque d’alcool]

Beckett : Mais je croyais…

Montgomery : J’aurais pu virer Castle depuis un bon moment si je l’aurais voulu. Si je l’ai gardé aussi longtemps, c’est parce que j’ai vu que sa présence vous était profitable. [Elle lève les yeux au ciel et boit une gorgé de la flasque] Kate, vous êtes le meilleur lieutenant que j’ai formé, peut-être le meilleur que j’ai jamais eu, mais avant qu’il arrive, on vous voyait beaucoup moins sourire. [Elle le regarde, il lui reprend la flasque] Les victimes comptent sur nous, c’est ainsi, elles n’ont plus que nous pour faire entendre leurs voix. Ont leurs doit un engagement total, mais notre vie ne leurs appartient pas.

Beckett : Castle ne croit pas qu’on va réussir !

Montgomery : Il a raison. J’ai passé une partie de ma vie à faire ce métier et je peux vous dire avec certitude que ce qui compte au final, ce ne sont pas les victoires, mais de rester dans la bataille. Mon expérience m’a enseigniez que le mieux qu’on puisse espérer, c’est de trouver sa place. Si vous estimez que c’est le cas, je serais à vos côtés ! [Elle pleure et soupire]

 

[Dans la salle des archives : Ryan et Esposito]

Ryan : Je ne crois pas que l’un des notre soit derrière tout ça. Personne n’a autant de fric chez nous.

Esposito : S’il était là, à l’époque de McCallister et Raglan, ça doit faire un bail qu’il est à la retraite. Si ça se trouve, il a rempilé dans la surveillance, la politique, les affaires. Quand je pense que je vais devoir les appeler. Les anciens flics adorent bavacer, je vais devoir passer des heures au téléphone à écouter leurs histoires sur le bon vieux temps.

Ryan : Et… écoute ça. Sergent Mike Yanavich. Affecter au rapport de 2002 à 2005. Il a dirigé le service jusqu’à sa retraite et à l’académie il faisait partie de la même promotion que Gary McCallister et John Raglan.

Esposito : C’est peut-être lui notre 3èm flic. Il est où ?

[Ryan écrie le nom dans l’ordinateur]

Ryan : Apparemment il a déménagé en Floride.

Esposito : Contact la police de Miami pour qu’il vérifie son adresse. On ira le chopé là-bas s’il le faut !

 

[Maison de Montgomery : Lockwood, Montgomery et Evelyne]

[Montgomery allume la lumière et se sert un verre]

Lockwood : [Arrivant derrière lui avec un ours en peluche] Salut Roy ! [Montgomery veut bouger mais Hal lui fait voir son flingue] Tu n’es pas si rapide. En plus ta petite famille est saine et sauve. Tout le monde dors là-haut, elles sont pas prévu au menu, mais si tu les réveille faudra que je les rajoute au menu.

Montgomery : Qu’est-ce que vous voulez ?

Lockwood : Ton attitude l’a beaucoup déçu. Elle nous a tous déçu, il me semble que les termes du contrat étaient suffisamment clairs pourtant. Beckett restait en vie tant que tu la gardais en laisse. C’était ça ta part du contrat, mais tu ne l’as pas rempli et c’est bien dommage car c’est une jeune femme de valeur. Aujourd’hui on a atteint un seuil critique et faut que je mette le holà. Alors voilà ce qui va se passer. Demain soir tu vas relever les flics en civile charger de sa protection, ensuite tu vas lui dire de te retrouver dans le hangar ou on a laissé l’hélico. Tu te débrouille comme tu veux, mais il faut qu’elle y soit et le reste je m’en charge.

Montgomery : Allez-vous faire voir !

Lockwood : [S’approchant de lui] Tu as une décision à prendre. Ou tu choisi Beckett ou tu choisi ta famille ? Mais t’aura pas les deux. Il y a une logique dans tout ça. Si McCallister, Raglan et toi ne vous étiez pas illustrer de cette façon Dieu ne m’aurait pas choisi pour être l’instrument de sa fureur !

 

[Le lendemain matin dans l’entrée de Montgomery avec sa famille]

Evelyne : Dépêchez-vous sinon on va être en retard !

Montgomery : Alors les filles vous êtes prêtes ? Vient faire une bise à ton vieux père ! Tu es plus belle chaque jour toi [Mary sourie] [A Rebecca] Hey lâche moi ce téléphone pour me dire au revoir ! [Les regardant toutes les deux avec fierté] Je suis tellement fière de mes deux filles ! [Elles sourient gêner]

Rebecca : Arrête !

Montgomery : Je vous jure !

Evelyne : Allez les filles, dans la voiture vite, on y va !

Mary : Bonne journée papa ! [Elles partent]

Evelyne : On y va !

Montgomery : Bonne journée chérie ! [Evelyne l’embrasse vite fait, il la regarde amoureusement et l’embrasse plus doucement]

Evelyne : Pourquoi tu as cet air-là ?

Montgomery : Parce que je t’aime !

Evelyne : [En riant] Je sais ! [L’embrassant furtivement et il les regarde partir toutes les trois]

[Montgomery ouvre son coffre-fort, prend des dossiers, écrit une lettre et mets le tout dans une enveloppe cacheter. Il met des balles dans son révolver et aussi celui de secours]

 

[Au poste : Beckett, Ryan et Esposito]

[Beckett est entouré de dossier sur l’affaire de sa mère, mets des annotations partout. Son téléphone sonne, c’est Castle, elle ne répond pas, il a appelé 23 fois.]

Ryan : [Raccrochant] C’était la police de Miami. Apparemment Yanavich est resté seulement une année à se faire bronzé sur la plage. Il est retourné à Brookline où il a acheté un bar fréquenté surtout par des flics.

Esposito : Comment il a pu s’acheter un bar avec sa retraite de misère ?

Ryan : Allons lui demander !

Esposito : [Regardant Beckett de loin] Vaut mieux pas lui en parler. On sonde le type d’abord et on lui dit ensuite. [Ils se lèvent et partent]

[Beckett ne remarque rien et continue de chercher dans les dossiers. Son téléphone sonne de nouveau, c’est Montgomery, elle décroche]

Beckett : Monsieur !

Montgomery : Je crois qu’on tient une piste.

Beckett : Vous avez du nouveau ?

Montgomery : Venez me rejoindre au hangar où se trouve l’hélicoptère, je vous expliquerais une fois sur place.

Beckett : D’accord, je pars tout de suite !

 

[Bar de Yanavich : Ryan, Esposito et Mike Yanavich]

Mike : Peut-être qu’une partie de l’histoire. Qu’est-ce qu’on en sait ?

Ryan : Mike Yanavich ?

Mike : C’est moi !

Esposito : Lieutenant Esposito et voici le lieutenant Ryan, est-ce qu’on peut vous parler une minute ?

Mike : Allez-y ! Vous voulez un verre ?

Ryan : Il est à vous ce bar ?

Mike : Sans arriéré.

Esposito : Avec la retraite d’un flic, comment on fait pour s’acheter un bar ? Enfin si vous permettez !

Mike : On se fait tirer dessus. J’ai acheté ce bar avec ma pension d’invalidité.

Ryan : Vous bossiez au rapport dans la 12ème ?

Mike : Il y a 10 ans et alors ?

Esposito : Certain rapport sous votre surveillance, ont été modifié.

Mike : Ouai, bah ça m’étonne pas. A l’époque c’était pas comme aujourd’hui. On appelait pas le FBI pour tout et n’importe quoi.

Ryan : Vous avez fait vos classes à l’académie de police avec John Raglan et Gary McCallister.

Mike : Hum, hum et 40 autres élèves. Ecouter j’ai lu la presse comme tout le monde et je sais que Raglan et McCallister étaient de gros ripoux, mais j’ai rien à voir avec eux. Je les connaissais, mais c’était juste, bonjour, bonsoir. On causait baseball, des problèmes que posaient tous ces gogos qui défendaient les droits de l’homme. Ils venaient dans ce bar avant que je l’achète.

Esposito : Est-ce qu’il y avait des collègues qui étaient particulièrement proche d’eux ?

Mike : Oui. Un jeune black qui les suivait un peu partout. Un bleu. Je crois même que j’ai une photo de lui quelque part. [La décrochant] Ouai, c’est bien lui. C’était quoi son nom déjà… [On voit la photo] Ah Montgomery. McCallister et Raglan formait le gamin.

Ryan : Montgomery prétendait pas les connaitre !

[Esposito énervé déchire la photo en morceau et part]

Mike : Hey… ma photo. Vous êtes dingue, qu’est-ce qui vous prend ?

 [Dans la ruelle derrière le bar]

Ryan : [Rattrapant Espo] Arrête. Tu sais que c’est lui. Montgomery est le 3ème flic, celui qui a modifié les rapports.

Esposito : Comment tu peux dire ça du capitaine ? Comment tu peux l’imaginer ? C’est lui qui nous a fait rentrer à la criminel. On a quoi une photo ?

Ryan : Réfléchi une seconde. Pourquoi il voulait qu’on descende Lockwood ? Si c’était pour l’empêcher de nous informer. Le capitaine nous a menti. Depuis le début il nous a menti.

Esposito : Non !

Ryan : Attend ! [Voulant le retenir mais Espo lui met un coup de poing dans la figure. Ryan se défend et le pousse. Espo est si énervé qu’il veut à nouveau le frapper] Va y frappe ! [Esposito le lâche et ils se calment un peu] Beckett !

 

[Dans le hangar à hélicoptère : Beckett, Montgomery, Lockwood et Castle]

Beckett : [S’avançant dans le hangar] Capitaine ! Capitaine ?

Montgomery : Je suis là !

[Beckett reçoit un sms et l’ouvre. « Le 3ème flic c’est Montgomery. Elle le regarde et le voit sortir son révolver. Elle est terrifiée]

Beckett : [Mettant la main sur son arme] Posez votre arme capitaine !

Montgomery : Je n’irais pas en prison. Je ne veux pas infliger ça aux miens !

Beckett : Pourquoi ?

Montgomery : J’étais un bleu quand c’est arriver. McCallister et Raglan était des héros à mes yeux. Je croyais en ce qu’on faisait. On devait enlever Pulgatti ce soir-là. On n’avait pas prévu que Bob Armen serait là. Armen c’est saisi de mon arme et le coup est parti. J’avais même pas comprit d’où venait le coup de feu quand j’ai vu que Armen tombait. McCallister m’a poussé dans la camionnette. Il me répétait, « t’inquiète pas fiston, c’est pas ta faute, on voit ça tous les jours dans cette ville ». McCallister et Raglan on noyer ça dans l’alcool, mais pas moi. Je me suis engagé corps et âme dans mon boulot. Je suis devenu le meilleur flic que je pouvais devenir et quand tu es arrivé à la 12ème, j’ai cru que c’était Dieu qui t’envoyait. J’ai senti qu’il me donnait une seconde chance, la chance de te protéger comme j’aurais dû protéger ta mère.

Beckett : Avez-vous tué ma mère ?

Montgomery : Non, elle est morte des années après, mais c’était à cause de ce qu’on avait fait ce soir-là.

Beckett : Alors qui l’as tué ?

Montgomery : Je sais pas comment, mais il a appris ce qu’on avait fait. Il aurait pu tous nous dénoncer, au lieu de ça il a exigé l’argent de la rançon. C’est grâce à cet argent qu’il a tout ce pouvoir aujourd’hui. Que Dieu me pardonne mais c’est peut-être ma plus grande faute.

Beckett : Donnez-moi le nom de cet homme ? Vous me devez au moins ça !

Montgomery : Si je te donnais le nom de cet homme. Tu irais te jeter tout droit dans son piège, autant te tuer tout de suite.

Beckett : [Enerver] C’est pour ça que vous m’avez fait venir ici ? Vous voulez me tuer ?

Montgomery : Je t’ai amené ici dans le seul but de les piéger !

Beckett : Je vous sers d’appât ?

Montgomery : Et ça à marcher. [Une voiture arrive] Maintenant vas t’en, ils viennent pour te tuer, mais je les en empêcherais. Je vais mettre un terme à cette histoire !

Beckett : Il n’est pas question que je m’en aille !

Montgomery : Si tu t’en va ! Castle sortez de là !

Castle : [Venant d’apparaitre] Capitaine…

Montgomery : N’hésitez pas. Je vous ai demandé de l’emmener. Alors faite le et vite !

Beckett : Je vous en prie capitaine, écoutez-moi, vous n’êtes pas obliger de vous sacrifier…

Castle : Kate… [Voulant l’emmener]

Beckett : [Le repoussant] Non… Monsieur, je vous pardonne. Je vous pardonne !

Montgomery : C’est là qu’est ma place. C’est là que j’ai choisi d’être !

Beckett : [Pleurant] Non …

Montgomery : Castle !

Beckett : Non… Non, monsieur je vous en prie. Ecoutez-moi ne faite pas ça. [La voiture arrive] Vous n’êtes pas obliger !

Montgomery : Castle c’est maintenant ou jamais !

Beckett : Ne fait pas ça, Roy… [Castle la porte]

Castle : Kate !

Beckett : [Hurlant] Je vous en prie. Lâchez-moi Castle. Lâchez-moi. Non…

[Beckett pleure et se débat alors que Castle ne la lâche pas et continu de la porter hors du hangar]

Beckett : Je vous en prie… Nonnn… [Ils sortent] Je vous en prie Castle ! [Montgomery les regarde partir]

 [A l’extérieur du hangar]

Beckett : Rick. S’il vous plait ! [Castle la pose à terre mais continu de la maintenir fermement]

Castle : Chut !

[Dans le hangar une voiture s’arrête et plusieurs homme en sorte]

[A l’extérieur]

Castle : Chut, chut…

Beckett : [Pleurant] Nonnn…

Castle : Chut, chut, chut… [La maintenant dans ses bras, contre la voiture] Chut ne faîte pas de bruit [lui mettant une main sur la bouche] Ne faîte pas de bruit, doucement. Chuuut...

[A l’intérieur]

Lockwood : Où est Beckett ?

Montgomery : Vous ne l’aurez pas !

Lockwood : Je te l’ai dit pourtant c’est soit elle, soit ta famille. Ne soit pas stupide. Elle ne nous échappera pas. Pas à moi !

Montgomery : Je crois que tu n’as pas bien compris. C’est toi qui m’échappera pas !

[Montgomery tire sur Lockwood qui utilise un des hommes pour se protéger. Montgomery tire sur les 3 autres et les tues, mais il est touché à l’épaule. Lockwood se cache, Montgomery le cherche arme au poing, mais Lockwood se retrouve derrière lui et lui tire dessus, il tombe.]

Lockwood : [S’accroupissant] C’était quoi, ton baroude d’honneur ? C’est triste mon vieux, puisque de toute manière je l’aurais !

Montgomery : Non. Tu ne l’aura pas et lui non plus. J’ai fait ce qu’il fallait. C’est fini pour toi Lockwood et pour moi aussi ! [Lui tirant de dessus]

[A l’extérieur]

[Castle laisse Beckett s’échapper de son emprise et elle fonce vers l’intérieur du hangar en pleurant. Castle est sous le choc]

[Beckett s’agenouille à côté du capitaine Montgomery et pleure sur sa dépouille]

 

[Au cimetière, aux funérailles en grande pompe de Montgomery : Beckett, Castle, Ryan Et Esposito]

Beckett : [Chez elle, à Castle, Ryan et Esposito, quelque temps avant] Personne, personne en dehors de cette famille que nous formons, ne doit jamais apprendre ce qui c’est passer. Pour tout le monde Roy Montgomery est mort en héros. [Ryan pleure] On le lui doit. [Esposito et Castle son triste] Chacun de nous !

[Au cimetière, Beckett, Castle, Ryan et Esposito porte le cercueil de Montgomery entourer de dizaine de flic en habit d’apparat][Evelyne pleure entourer de ses filles. La famille Castle est là au complet, ainsi que Lanie et Jim]

Beckett : [Sur l’estrade] Roy Montgomery m’a appris ce que signifiait être flic. Il m’a appris que nous étions liés à nos choix, mais que nous étions plus qu’une somme d’erreur. [Castle l’écoute attentivement] Le capitaine m’a dit une fois que pour nous il y avait pas de victoire, seulement des batailles. Qu’au fond ce qu’on pouvait espérer de mieux, était simplement de trouver sa place. Et si on avait vraiment de la chance, de trouver aussi une personne qui soit à nos côtés. [Regardant Castle qui encre sont regard au sien] Notre capitaine aurait voulu que nous poursuivions la bataille [Castle voit un éclair de lumière derrière une pierre tombale] et même s’il y a des obstacles… [On voit le viseur du tireur d’élite et Castle se jette sur Beckett juste avant qu’il ne fasse feu, mais elle est touchée]

Castle : Kate !

Ryan : D’où est-ce que c’est partie ?

Esposito : Lanie, baisse-toi.

Policier 1 : Qu’est-ce qui se passe ?

Policier 2 : C’est un coup de feu !

Ryan : Beckett est touchée ! Beckett est touchée !

Castle : [réalisant qu’elle s’est fait tirer dessus] Kate ! Kate je t’en prie, reste avec moi, Kate ! Me laisse pas, je t’en supplie ! [Elle a du mal à respirer et une larme coule sur sa joue] Reste avec moi, tu entends, tu peux pas me laisser ! Je t’aime Kate ! Je t’aime Kate ! [Beckett s’évanouie]

[Castle est sous le choc et pleure]

In the precinct.

Castle: Hey, guys, I could use a hand.

Esposito and Ryan applaud.

Castle: Thank you. Yes, that's very funny. Just for that, you will not be getting an autographed copy of my new graphic novel.

Ryan: You wrote a graphic novel?

Castle: Not technically. But it is based on one of the greatest characters I ever created. You see, Wolverine, Batman, Betty and Veronica. Sure, they were find in their day, but there is a new sheriff on the spinner rack, and his name is Derek Storm. Advance art for A Deadly Storm, the new graphic novel.

Ryan: Wow.

Esposito: That's pretty cool.

Castle: It's epic cool, is what it is. Where's Beckett? I want to show her this.

Ryan: Making her weekly pilgrimage out to the prison to interview Lockwood.

Castle: Oh. Right.

In the prison.

Beckett: Thank you.

Guard: You're welcome.

Officer Ryker: Welcome back, Detective Beckett.

Beckett: Officer Ryker.

Officer Ryker: The Special today is Serial Arsonist.

Beckett: No thank you.

Officer Ryker: Perhaps I can interest you in an armed robber covered in gang tats and protesting his innocence?

Beckett: Uh, you know, I think I'll just take the usual. Hal Lockwood.

Officer Ryker: It's an excellent choice, Madame. I'll have someone bring him down.

Beckett: Thank you.

Officer Ryker: It's Ryker. I've got a visitor for Lockwood, Ad Seg 34617. Yeah. What do you mean? Lockwood's no longer in Administrative Segregation.

Beckett: Where is he?

Officer Ryker: He was transferred to General Population about an hour ago.

Beckett: What?! He was in Ad Seg for a reason. You've got to get him out of there now.

Officer Ryker: Why? What's the big deal?

Beckett: There is a prisoner in the General Population Gary McCallister. Lockwood is going to kill him the first chance he gets.

In McCallister's cell.

Gary McCallister: You know, I was wondering when he was going to get around to me.

Hal Lockwood: It's okay if you want a minute.

In prison.

Prison Officer: Move! Move! Move! Move! Get out of the way!

In McCallister's cell.

Gary McCallister: Don't make a mess of it, okay?

Hal Lockwood: I never do.

Beckett and the officers arrive too late.

Beckett: Go.

In the break room.

Castle: How did he even get into the General Population?

Beckett: Esposito's running it down now, but I'm guessing it wasn't an accident.

Castle: I'm sorry.

Beckett: For what?

Castle: Lockwood kills Raglan, then he shanks McCallister, both of them ex-cops who had something to do with your mother's murder. He's cutting off all avenues of your investigation.

Beckett: Castle, he's not cutting them off, he's giving me new ones. I've been going to that prison every week for the last four months to have a staring contest with the devil, and the devil just blinked. This is exactly what I've been looking for.

Esposito: Hey. Department of Corrections says the signature used on the transfer order was forged.

Ryan: And the only people with access to those documents at the prison are correctional officers and authorized clerical staff.

Beckett: Which means bribe or blackmail. I want a full financial workup of every employee in that prison, sworn and civilian. I want to know who was late on their mortgage, who was behind on their child support. Somebody took a hell of a risk cutting Lockwood this transfer, and they had to have been pretty desperate.

Esposito: You got it.

Beckett: See? Now we got a trail.

Castle: So, where're we going?

Beckett: To Lockwood's arraignment. I want to see if we can rattle his cage.

Castle: Lockwood doesn't seem like the rattling type.

Beckett: Not Lockwood. Whoever's holding his leash.

In courthouse.

Beckett: First Raglan and now McCallister? What are you doing, collecting the whole set? You're real badass, Lockwood, shanking an old man in his bunk. I don't know what you think you've accomplished, but this doesn't change a thing. You hear me? Whoever hired you, he can't hide from me.

Hal Lockwood: No, sweetheart, you got it ass-backwards. You can't hide from him.

Courthouse Officer: Please take a seat, Ma'am.

Bailiff: All rise. The court's in session. Be seated. Matter number 27 on the list, the People of the State of New York vs. John Doe, AKA Hal Lockwood. The matter is on for arraignment. Counsellors for the record, and who you represent, please.

Avery Zussman: Avery Zussman for Harold Lockwood, Your Honour.

Bailiff: On the matter of the People of the State of New York...

Castle: What is it?

Bailiff: ... Number 2011460, the charges premeditated murder...

Beckett: I don't know.

Bailiff: ... With special circumstances allegation. Mr. Lockwood, do you waive a formal reading of this indictment?

Hal Lockwood: I do.

Beckett: They're wearing chrome collar pins. NYPDs are brass.

Bailiff: And how do you plead?

Hal Lockwood: Now.

Beckett: Castle, down!

Flash grenade goes off and fake officers whisk Lockwood out of the courtroom.

Beckett: Are you okay?!

Castle: Yes! Yeah!

Beckett stumbles out of the courtroom to find Lockwood's hand and feet cuffs and everyone in the hallway sprawled on the floor.

Beckett: Where? Where?

Woman: Downstairs.

Fake Officer: Come on. Keep moving. Come on, let's go. Go.

Beckett follows them down the stairs and sees them take off in a helicopter just outside the courthouse. She shoots at it as it flies away.

Near the bullpen.

Castle: How's she doing?

Montgomery: Lockwood's in the wind and everything about in her mom's case just went to hell in a hand basket. How do you think?

Beckett: Where are we on Lockwood's known associates?

Esposito: Courthouse's security personnel were so used to seeing cops come and go, nobody gave them a second look.

Castle: They didn't care about anyone seeing their faces.

Beckett: Did FBI run them through facial recognition?

Esposito: No hits. Guys are ghosts.

Beckett: What about the chopper?

Esposito: FAA says that they flew below the 1,000 foot radar ceiling.

Montgomery: They had to know NYPD would have helicopters searching for them, so they'd want to ditch their chopper as soon as they could.

Esposito: We got locals on the ground checking every small airfield in the tri-state area. I got nothing so far.

Ryan: Hey Beckett! We got something. Check your inbox. So, phone calls to the prison are recorded and every inmate has to make collect calls. Apparently Lockwood made weekly calls to the same number, but week after week the person at the end of the call refused to accept the charges, until four days ago.

Beckett: Okay, here it is.

Hal Lockwood: How's the family?

Mystery Man: Same. How are Charlie and Mike?

Hal Lockwood: Good.

Castle: Anything on the phone number?

Ryan: Burner cell. Untraceable.

Beckett: Alright, check known associates named Charlie or Mike.

Esposito: They're not talking about people. That's the phonetic alphabet, military jargon. Charlie and Mike is Continue Mission.

Castle: Well, we know the mission wasn't McCallister. He was just a means to escape. They could've paid off anyone in the General Population to kill McCallister, but it had to be Lockwood, 'cause they had to get him out.

Beckett: Which means Lockwood was after somebody else.

Ryan: Who's left?

Beckett: Me.

Montgomery: Lockwood could've killed you in the courtroom. You're not a threat, you don't know anything.
Castle: I think I know who he's after. We know that your mom was killed because she was working to free a mobster who was wrongfully convicted of the murder of an undercover federal officer, Bob Armen. We know that the real killers were renegade cops who were practicing their own form of street justice by kidnapping mobsters for ransom. These guys were also working for somebody. Somebody big. Somebody who would stop at nothing to keep his identity a secret.

Beckett: Which means there's still one loose thread out there.

Castle: The third cop. The man that Joe Pulgatti saw in the alley with John Raglan and Gary McCallister the night that Bob Armen was killed. Whoever this guy is, if he's still around, he knows who's behind this whole thing.

Beckett: Which makes him Lockwood's next target.

Esposito: But we looked through the reports. There's no mention of any third cop.

Beckett: Just because he's not mentioned in it doesn't mean he wasn't there. Excuse me. Beckett.

Montgomery: Put a detail on her.

Ryan: She's not gonna like that.

Montgomery: You don't have to tell her. If Lockwood's going after this third cop, he's still in town. You both know what he's capable of. You get a chance to put him down, do not hesitate. That son of a bitch doesn't need to see the inside of another courtroom. You read me?

Esposito: Loud and clear.

Beckett: That was the Jersey state police. They found the chopper.

Castle fingers the bullet hole in the helicopter.

Castle: Yours?

Beckett: Yeah.

Castle: That smell, is that, uh...

Beckett: Bleach in the cabin. They're destroying DNA evidence.

Ryan: Mechanic says the chopper must've been stolen and returned before anyone knew it was missing.

Esposito: He says he wouldn't even have known anybody had used it if it weren't for the bullet holes.

Castle: Who does the helicopter belong to?

Ryan: Hedge fund manager from upstate.

Beckett: Where is he now?

Ryan: Sailing in the Caribbean with his family.

Beckett: Alright, check his background and the mechanic's and anybody else who works here.

Esposito: Right.

Beckett: Why now? Lockwood was in prison for months, why would he make a move now?

Castle: Well, they had him transferred, and then they broke him out of a courtroom, that takes time, planning, resources.

Beckett: What if it was something else? What if there's another reason?

Castle: Like what?

Beckett: You know, um, I think I saw a surveillance camera outside the building. I pull the surveillance, look for a vehicle, maybe get an APB.

Castle: You okay?

Beckett: Yeah.

Castle looks over photos from Joanna Beckett's murder.

Alexis: Beckett's mom?

Castle: Yeah.

Alexis: I can't imagine what it must be like for her, solving murders and bringing closure to all those families, but never to herself.

Castle: It's easier in my books. The just are rewarded, the wicked are punished. Unfortunately, real life isn't that easy.

The door buzzes. Castle answers.

Castle: Can I help you?

Jim Beckett: I hope so. I'm Jim Beckett, Kate's father.

 

Jim Beckett: I feel like I already know you, Rick. I've heard a lot of great things about you from Katie.

Castle: Really?

Jim Beckett: Really. So, how's she holding up?

Castle: Well, it's kind of tough to tell with her, you know? She doesn't flinch.

Jim Beckett: I know. She wouldn't accept a night light when she was a little girl. Not that she wasn't afraid of the dark, but I think she just felt it was a point of pride to stare it down.

Castle chuckles.

Jim Beckett: This...man she's chasing... How dangerous is he?

Castle: He's a trained killer.

Jim Beckett: What happens when she finds him? I've already lost my wife over this. I've already lost... Look, it took me years, but I've made my peace with that. But Katie, she won't listen to me, and she won't back down. Not unless someone can convince her that her life is worth more than her mother's death. Look, she cares about you, Rick. And, unless you're a lot dumber than you look, I know you care about her. Don't let her throw her life away.

Near the bullpen.

Castle: How'd you sleep?

Beckett: I didn't.

Castle: Yeah, me neither. Listen, I was wondering…

Ryan: So, I ran financials on everyone associated with the prison: guards, civilian employees, medical staff.

Esposito: I found a guard named Ryker. He's under water on his mortgage, he maxed out his credit cards, and he was about to lose his condo.

Beckett: Ryker? I know Ryker.

Ryan: You only thought you knew Ryker. The day before Lockwood was transferred to General Population, Ryker received a $50,000 wire transfer. And guess who didn't show up for work today?

At Ryker's apartment.

Esposito: NYPD!

Ryan: NYPD!

Beckett: NYPD! Do not move! Show us your hands, Ryker!

Esposito: Let me see your hands!

Ryan: Let's see those hands!

Beckett: Go.

They move to face Ryker in the chair. He has a bullet hole through his head.

At Ryker's apartment.

Lanie: The bullet entered through the back of the head, exited through the front, and landed in the cabinet. I'm making the time of death around nine o'clock last night.

Castle: Ryker made four phone calls to the same burner cell that Lockwood called from prison.

Beckett: He was negotiating prices. Ryker had no idea who he was dealing with.

Ryan: That was the DOJ. That $50,000 wire transfer bounced through the United Arab Emirates before it ended up in Ryker's account. It came from the Dubai branch of a Swiss bank.

Castle: Who the hell are these guys?

Beckett: Well, whoever they are, they've been two steps ahead of us this whole time.

Castle: You don't go through this kind of trouble to cover up a couple of road cops kidnapping mobsters in some back alley.

Beckett: No, this is about something else, something bigger. If we want to catch these sons of bitches, we're gonna have to bring the fight to them. Notify Ryker's next of kin. Let's talk to his neighbours again, anybody else that knew him at the prison. I want to see if he made any new friends lately.

In the interview lounge.

Beckett: How long did you know Ryker, Officer Haskell?

Officer Haskell: Since he came to the prison almost, uh... Almost ten years, I guess.

Castle: Was he having trouble with anyone at the prison?

Officer Haskell: Ryker was stainless. All the other corrections officers liked him. Even the worst cons respected him 'cause he treated them with respect.

Beckett: Was there anyone knew in his life? Maybe a girlfriend?

Officer Haskell: No one. In fact, he'd been working up the nerve for weeks to ask you out, Detective.

Castle: Uh, did you know Ryker was having financial problems?

Officer Haskell: No. He never said a word to me, and I was probably closer to him than anyone.

Ryan: We're getting the same thing from everyone we talk to. Ryker was a standup guy. None of his friends even knew he had financial trouble.

Esposito: And other than calls to that burner phone, there's nothing in his phone records that indicate any new contacts in his life.

Ryan: I just got word on the security footage from the airport, cameras did pick up a blue, late model Malibu leaving the area, but its license plate was blacked out.

Beckett: So, basically we've got nothing still, right? Just a bunch of dead ends everywhere I look, it's just a bunch of dead ends.

Castle: You know, whoever planned this escape for Lockwood knew they would need someone on the inside. If Ryker was such a straight arrow, why would they approach him?

Esposito: He was a soft target because of financial troubles.

Castle: How would they know that?

Beckett: They found him the same way we did, financial records. They ran financials on everybody in that prison.

Castle: Who would have that kind of authority?

Beckett: A cop. Or someone who was a cop. So, this third cop wasn't Lockwood's target. This third cop was the one who was holding Lockwood's leash. He's the one who's behind this whole thing. Okay, I want us to pull reports with Raglan and McCallister's name on it.

Ryan: We did all that already.

Esposito: Months ago. There's nothing there.

Beckett: No, no, no. I'm not talking about arrest reports, I'm talking about performance evaluations,

Esposito: We went through everything. We looked at every cop we could find who could've worked with them. None of them are our third guy.

Beckett: Well, then check it again. And when you're done with that, check it again.

Ryan: Beckett, we want him as bad as you.

Beckett: The hell you do. Nobody wants him as bad as I do, okay? Nobody. So, check it again!

In the conference room.

Montgomery: Find anything?

Ryan: Hell, I bet there wasn't even a third cop. I mean, seriously, Dubai? Para-military extraction? How does a cop even begin to mount an operation like this?

Castle: These guys were kidnapping mobsters for months, maybe even years before things went sideways. They could've made millions in ransom.

Montgomery: That would mean this third cop would have plenty of cash to hire professionals like Dick Coonan and Hal Lockwood to clean up his mess. Keep checking.

Esposito walks in with a case of beer behind his back.

Esposito: Sir. Uh, I know we're still officially on duty, but…

Montgomery: Authorized.

Ryan: Sláinte.

Castle: Nice work. Ooh, those are cold. These are really cold.

Ryan: Yeah, we keep them in evidence, refrigerated storage.

Castle: Isn't that where you keep the…

Esposito: Don't worry about it. How is she?

Castle: She hasn't returned my calls. She just grabbed those case files and ran out of here.

Esposito: She's getting lost. She's an inch away from the rabbit hole.

Castle: She'll be fine. She always is.

Ryan: What if we come up empty?

Castle: Who's Napolitano?

Ryan: Oh, he worked with Raglan on a couple drug busts, but he was at his daughter's wedding the night Bob Armen was shot, so he'd not our third cop.

Castle: Where is he now?

Esposito: He died. Heart failure back in 1993. Why are you asking about Napolitano?

Castle: Uh, he and Raglan are listed as the arresting officers on this report, but this has been altered.

Esposito: What?

Ryan: How can you tell?

Castle: Because I know typewriters. Older typewriters used cloth ribbon. If you look closely, you can see the striations in the typeface. Newer typewriters used film ribbon. Somebody whited-out the assisting officer's name on this report, photocopied it, and then typed in Napolitano's name. It's a cover-up. Literally.

Esposito: I'll be damned.

Ryan: What are you doing?

Castle: Well, documents have a way of disappearing in this case. This way, we all have it.

Castle takes a picture of the document with his phone and mails it to Ryan and Esposito's phones.

Esposito: Let's show Captain.

At Montgomery's office.

Montgomery: Son of a bitch went through a lot of trouble to cover his tracks.

Ryan: We found two other reports where Napolitano's name was added on.

Castle: We figure whoever did them had to have done so after Armen's murder.

Esposito: But before we went digital.

Montgomery: That's over ten years. You're talking about thousands of officers walking in and out of the records room.

Castle: Yeah, but whoever took their name off those reports would have had to go physically get them from the records room.

Montgomery: Find out who was manning the records sys. during that time. Maybe that someone remembers looking the other way.

Esposito: Right.

Ryan and Esposito leave. Castle lingers.

Montgomery: What?

Castle: Continue Mission? If Lockwood isn't going after the third cop, then who's the mission?

Montgomery: I put a protective detail on her, plainclothes. These guys are good.

Castle: Good enough to stop Lockwood? Look, she's not gonna stop, and the next time he sees her, one of them is gonna die. Take her off the case.

Montgomery: Castle, did Beckett ever tell you how we met?

Castle: No.

Montgomery: I was working late one night and went down to archives to locate some old reports, and there she was with a flashlight and a banker's box open on her lap, studying this Unsolved. She was a patrol cop then, she wasn't even authorized to be down there. When I asked her what the hell she was doing, she told me this was her mother's case. That she found some things that didn't add up. Now, I could've written her up, right then.

Castle: Why didn't you?

Montgomery: Because I knew it wouldn't stop her. It was there in her eyes, man, and I thought, "With this kid's tenacity and some training, I mean, she'd make a hell of a homicide."

Castle: That tenacity's gonna get her killed.

Montgomery: I cannot make Beckett stand down, Castle. I never could. And the way I figure, the only one who can... Is you.

At Beckett's apartment.

Castle: Can I come in?

Beckett: Yeah.

Castle: So, we went over all of Raglan and McCallister's old arrest records, and you were right, there was a third cop that was with them on a lot of those arrests. But, then someone went back into those reports and removed their name. So, Ryan and Esposito are right now looking into who was running the records room back then.

Beckett: Castle, you couldn't've just called me and told me this over the phone?

Castle: Well, yeah, I... I thought that...

Beckett: Castle, if you got something to say, just please say it.

Castle: Beckett, everyone associated with this case is dead. Everyone. First your mom and her colleagues, then Raglan, then McCallister. You know they're coming for you next.

Beckett: Captain Montgomery's got a protective detail on me. Wasn't that hard to spot.

Castle: That's not going to be enough to stop Lockwood; you know that. Think about what they're up against. Professional killers? I--I've been working with you for three years; you know me. I'm the guy who says we can move that rubber tree plant. But you know what, Beckett? I don't think we're gonna win this.

Beckett: Castle, they killed my mother. What do you want me to do here?

Castle: Walk away. They're gonna kill you, Kate. And if you don't care about that, at least think about how that's going to affect the people that love you. You really want to put your dad through that? And what about Josh?

Beckett: And what about you, Rick?

Castle: Well, of course I don't want anything to happen to you. I'm your partner. I'm your friend.

Beckett: Is that what we are?

Castle: Alright, you know what? I don't know what we are. We kiss, and then we never talk about it. We nearly die frozen in each other's arms, but we never talk about it. So, no, I got no clue what we are. I know I don't want to see you throw your life away.

Beckett: Yeah, well, last time I checked, it was my life, not your personal jungle gym. And for the past three years, I have been running around with the school's funniest kid, and it's not enough.

Castle: You know what? This isn't about your mother's case anymore. This is about you needing a place to hide. Because you've been chasing this thing so long, you're afraid to find out who you are without it.

Beckett: You don't know me, Castle. You think you do, but you don't.

Castle: I know you crawled inside your mother's murder and didn't come out. I know you hide there, the same way you hide in these nowhere relationships with men you don't love. You could be happy, Kate. You deserve to be happy. But you're afraid.

Beckett: You know what we are, Castle? We are over. Now get out.

Castle finishes his whiskey, looks over at the mock up for his latest Nikki Heat novel, Heat Rises, and chucks his empty glass at it.

Martha: Oh, my god! What the hell's going on here?

Castle: Nothing. I'm sorry. Go back to bed.

Martha: There's only one person on the planet that can get you this pissed off.

Martha and Castle sit across from each other.

Castle: She's going to get herself killed.

Martha: She's a grown woman. She's a homicide detective for godsakes. It's her job. It's her life.

Castle: I… If anything happens to her... It…

Martha: Go on.

Castle: I...

Martha: Oh, Richard, Richard. For a man who makes his living with words, you sure have a hell of a time finding them when it counts. Darling, let me give you a word of advice, alright? From someone who's better than halfway through the movie, don't waste another minute of it.

At Montgomery's office.

Beckett: Roy, I am over it. I mean it. I want him gone.

Montgomery: Okay, he's gone.

Beckett: What?

Montgomery: You want Castle gone? He's gone.

Beckett: Wha… I… What…What about the… Mayor?

Montgomery: This is my house, Kate. The mayor doesn't call the shots here, I do. You ought to know that by now.

Beckett: But I… I thought…

Montgomery: I could've kicked Castle to the curb years ago, anytime I wanted to. The only reason I kept him around this long is because I saw how good he was for you. Kate, you're the best that I've ever trained, maybe the best that I've ever seen. But you weren't having any fun before he came along. We speak for the dead. That's the job. We are all they've got once the wicked rob them of their voices. We owe them that. But we don't owe them our lives.

Beckett: He said that we can't win this.

Montgomery: He's right. I spent most of my life walking behind this badge, and I can tell you this for a fact, there are no victories. There's only the battle. And the best that you could hope for is that you find someplace where you could make your stand. If this is your spot, I will stand with you.

In records room.

Ryan: I really don't think a badge is behind all this. No one on the job has this kind of juice.

Esposito: If he worked with McCallister and Raglan, he's probably long retired by now. Or he could be in private security, politics, business. I can't believe I gotta call these guys. You know how pension guys love to talk. I bet I'm gonna be on the phone for hours listening to stories about the glory days.

Ryan: Hey, listen to this. Mike Yanavich, Seargeant. Assigned to the records room from '02 to '05 says he ran it right up until he retired, and Yanavich graduated from the Academy in the same class as Gary McCallister and John Raglan.

Esposito: Maybe he's our third cop. Where is he?

Ryan does a search on his laptop.

Ryan: Looks like Yanavich relocated to Miami Beach after he retired.

Esposito: Contact Miami Dade PD in the morning, see if they can verify his address. We'll fly down to Miami to get him if we have to.

At Montgomery's house.

Hal Lockwood: Hello, Roy. You're not that fast. Besides, they're all upstairs asleep, safe and sound. And they're not on tonight's menu. But if you wake them up, well, then I gotta order off the menu.

Montgomery: What do you want?

Hal Lockwood: He is very disappointed, Roy. We all are. I mean, di… Did you not understand the conditions of the agreement? Beckett stays alive as long as you keep her on a leash. That's the deal that you made with him. But you're not holding up your end. And that's unfortunate, because she really is a lovely girl. But now we've reached a critical stage and I have to cap the well. So, here's the news. tomorrow night you're gonna call off that protective detail that you have on her, and then you're gonna get her to meet you at the hangar where we stashed the bird. And I don't care how you do it. Just get her there, and we'll handle the rest.
Montgomery: Go to hell.

Hal Lockwood: Well, then you have a decision to make. You can have Beckett, or you can have your family. But you can't have both. Look at it this way, if you and Raglan and McCallister hadn't sinned so spectacularly, then God wouldn't have sent a punishment like me.

At Montgomery's house.

Mary Montgomery: We're gonna be late, come on.

Montgomery: Where are my girls? Come and give your old man a kiss. Muah. Look at you. Hey, get off that phone and give me a kiss. You know I'm so proud of both of you.

Rebecca Montgomery: Dad.

Evelyne Montgomery: Come on. In the car, you two. Come on.

Rebecca Montgomery: Let's go.

Mary Montgomery: Bye, Dad.

Montgomery: Buh-bye.

Evelyne Montgomery: Goodbye.

She kissed Roy and pulls back to leave. He pulls her in and kisses her again.

Evelyne Montgomery: What's that for?

Montgomery: I love you.

Evelyne Montgomery: I know.

She gives him a kiss goes to the girls at waiting at the car. Roy opens a hidden safe, seals some documents in an envelope, and loads a special revolver.

Beckett looks over her mom's case files and checks the caller ID as her cell rings. It's Castle's 24th call and she clicks the do not answer button. Ryan hangs up his phone.

Ryan: That was Miami Dade. Apparently Yanavich didn't care too much for the sun and sand. He was only there for a year and then he moved back to Brooklyn. Bought that cop bar out on Fulton.

Esposito: How does Yanavich afford a bar on a cop's pension?

Ryan: Why don't we ask him?

Esposito looks over at Beckett pouring over her mother's case files.

Esposito: We better handle this, bro. Let's see what we got before we bring her in on this.
Beckett's cell rings - it's Montgomery.

Beckett: Sir?

Montgomery: Beckett, I think we have a lead.

Beckett: What'd you find?

Montgomery: Meet me at the hangar where we found the stolen chopper and I'll explain everything there.

Beckett: Okay. I'm on my way.

In Yanavich's bar.

Patron: Maybe in the Hall of Fame, who knows?

Esposito: Mike Yanavich.

Mike Yanavich: That's me.

Esposito: Detective Esposito. This is Detective Ryan. can we talk to you for a minute?

Mike Yanavich: Sure. You want a drink?

Ryan: You own this place?

Mike Yanavich: Free and clear.

Esposito: How'd you manage that? On a cop's pension? If you don't mind me asking.

Mike Yanavich: You get shot on the job, start drawing a disability pension after you retire.

Ryan: You worked the records room of the 12th, right?

Mike Yanavich: Decade ago. So what?

Esposito: Some records went missing on your watch. And some got altered.

Mike Yanavich: Yeah, well, I don't doubt it. I mean, uh, it wasn't like it is today. We didn't make a federal case out of everything back then.

Ryan: You graduated from the police academy with John Raglan and Gary McCallister.

Mike Yanavich: Mm-hmm. And forty other guys. Listen, I read the papers. I know Raglan and McCallister rode dirty, but I didn't have any part of it. I mean, I knew them. Say hi. Talk some baseball. Maybe bitch about the ACLU. I used to drink here before I owned the place.

Esposito: Do you know if Raglan and McCallister were tight with anybody else?

Mike Yanavich: Yeah. Some black kid used to follow them around. A rookie. I got a picture of him somewhere up here. Yeah. That's him. The hell was his name? Ah, Montgomery. Yeah, McCallister and Raglan trained that kid.

Ryan: Montgomery said he didn't know either of these guys.

Esposito rips up the photo.

Mike Yanavich: Hey! The hell's the matter with you?

In an alley.

Ryan: Hey! You know it's him. Montgomery's our third cop. He's the one who altered those records.

Esposito: How can you even say that? How can you even think that?! Montgomery brought us on to Homicide! What do we got? A picture?

Ryan: Think about it. Why else did he want us to take Lockwood out? Because Lockwood leads us to him! He's been lying to us. He's been lying to us the whole time. Hey.

Esposito: Get off!

Esposito punches Ryan. They fight. Esposito pins Ryan to the wall.

Ryan: Go ahead! Go ahead!

Esposito lets Ryan go.

Ryan: Beckett.

In a hangar.

Beckett: Captain? Captain?

Montgomery: Over here.

Beckett checks her incoming message "3rd cop - It's Montgomery!"

Beckett: Put the gun away, Roy.

Montgomery: Kate, I'm not going to jail for this. I can't put my family through that.

Beckett: Why?

Montgomery: I was a rookie when it happened, Kate. McCallister and Raglan were heroes to me. I believed in what we were doing. We were just going to snatch Pulgatti that night. Bob Armen wasn't even supposed to be there. Armen reached for my gun. That's when I heard the shot. I didn't even know it was my gun that went off until Armen went down. Then McCallister pulled me into the van. I remember him saying, "It's okay, kid. It's not your fault. Happens in this town every day." McCallister and Raglan tried to drown it. But not me. I put it all into the job, Kate. I became the best cop I could be. And then, when you walked into the 12th, I felt the hand of God. I knew he was giving me another chance, and I thought, "If I could protect you the way I should've protected her."

Beckett: Did you kill my mother?

Montgomery: No, that was years later. But she died because of what we did that night.

Beckett: Then who killed her?

Montgomery: I don't know how, but somehow he figured out what we had done. But he could have turned us all in. Instead, he demanded the ransom money. He took that money to become what he is and, God forgive me, but that may be my greatest sin.

Beckett: Give me the name. You owe me that, Roy.

Montgomery: No, kid. I give you a name, I know you, you'll run straight at it. I might as well shoot you where you stand.

Beckett: That's why you brought me here, isn't it?

Montgomery: No. I brought you here to lure them.

Beckett: You baited them?

Montgomery: And now they're coming. I need you to leave. They are coming to kill you, and I'm not gonna let them. I'm gonna end this.

Beckett: I'm not going anywhere, sir.

Montgomery: Yes, you are. Castle! Get her out of here.

Castle: Captain, I don't…

Montgomery: Don't argue. That's why I called you. Get her out of here, now!

Beckett: Captain, please, just listen to me. You don't have to do this.

Castle: Kate.

Beckett: No. Please, no. Sir. I forgive you. I forgive you.

Montgomery: This is my spot, Kate. This is where I stand.

Beckett: No. No.

Montgomery: Castle.

Beckett: No, No. Sir, please. Listen to me. You don't have to do this.

Montgomery: Castle, get her out of here now!

Beckett: You don't have to. Please, sir.

Castle: Kate.

Beckett: Plea… No! God! Castle, let me go! No! Let go! PLEASE! NO!

Castle carries Beckett out a back door of the hangar. Lockwood and three other men arrive to meet Montgomery. Castle tries to keep Beckett quiet out back.

Castle: Shh! Shh! Please don't. Everything's okay. Everything's alright.

Lockwood approached Montgomery.

Hal Lockwood: Where is she, Roy?

Montgomery: You can't have her.

Hal Lockwood: I told you, it's her or your family. Don't be stupid. You can't hide her from us. From me.

Montgomery: You got that ass-backwards, boy. You can't hide from me.

Montgomery takes out the three other men. Lockwood dashes out of sight. Montgomery turns around and Lockwood shoots him twice. Montgomery falls and Lockwood crouches over him.

Hal Lockwood: And that was, what? Your last stand? That's just sad, Roy. I'm just gonna kill her anyway.

Montgomery: No. You're not. And he's not. I saw to that. We're done, Lockwood. We both are.

Montgomery shoots Lockwood at point blank range. Castle lets Beckett go and she runs back to the hangar and weeps over Montgomery's body.

Beckett sits with Castle, Ryan, and Esposito.

Beckett: No one outside of this immediate family ever needs to know about this. As far as the world is concerned, Roy Montgomery died a hero. We owe it to him. All of us.

At the cemetery, Beckett, Ryan, Esposito, are in full dress as they, Castle and two other officers are the pallbearer's for Montgomery's funeral.

Beckett: Roy Montgomery taught me what it meant to be a cop. He taught me that we are bound by our choices, but we are more than our mistakes. Captain Montgomery once said to me that, for us there is no victory. There are only battles. And in the end, the best you could hope for is to find a place to make your stand. And if you're very lucky, you find someone willing to stand with you. Our captain would want us to carry on the fight. And even if there is...

Castle sees a flash of light behind a gravestone in the distance. Through a sniper's scope we see Kate's silent next word "one..." Just before the sniper takes the shot, Castle moves toward Beckett.

Castle: Kate!

Castle tackle's Beckett too late and she takes the bullet, the crowd reacts a moment after the report.

Ryan: Where'd the shot come from?

Lanie instinctively gets up to go to her friend, but Esposito pulls her down between the chairs.

Esposito: Lanie, get down!

Man 1: The shooter's over there!

Man 2: Shot came from the northeast!

Ryan: Beckett's down! Beckett's down!

Castle realizes Kate's been shot.

Castle: Oh, Kate. Shh. Kate, please. Stay with me, Kate. Don't leave me, please. Stay with me, okay? Kate, I love you. I love you, Kate.

Kate passes out.

Kikavu ?

Au total, 169 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

whistled15 
30.04.2022 vers 12h

Novaish 
21.02.2022 vers 20h

marie82 
20.09.2021 vers 23h

carine79 
31.08.2021 vers 09h

renaud2811 
10.08.2021 vers 18h

Exarkun30 
28.12.2019 vers 15h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Supersympa  (20.11.2019 à 22:15)

Le jour où Kate va exploser, ça va faire mal !

Contributeurs

Merci aux 5 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

billy 
CastleBeck 
ellielove 
Emmalyne 
friends76 
Ne manque pas...

Participe au nouveau défi HypnoFanfics!
Défi HypnoFanfics 3 | Participer

Activité récente
Actualités
[Ruben Santiago Hudson]  East New York débute en octobre

[Ruben Santiago Hudson] East New York débute en octobre
C'est dès le 2 octobre prochain que vous pourrez retrouver Ruben Santiago Hudson dans un rôle...

PDM |De nouvelles photos à départager

PDM |De nouvelles photos à départager
Pour la dernière manche du jeu de «La photo du mois», nous cherchions à connaitre votre photo...

Stana Katic nouvellement maman !

Stana Katic nouvellement maman !
Des rumeurs couraient depuis hier que Stana Katic serait maman. C'est une publication sur Instagram,...

[Susan Sullivan] Une bande-annonce pour Diary of a Spy

[Susan Sullivan] Une bande-annonce pour Diary of a Spy
Alors que le film Diary of a Spy, annoncé en 2019 sous le titre Marzipan, arrive dans moins d'un...

Sondage | Ruben Santiago Hudson dans East New York

Sondage | Ruben Santiago Hudson dans East New York
Un nouveau sondage vient d'arriver sur le quartier Castle. Avant de vous le présenter, regardons de...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

bloom74, Avant-hier à 13:22

Il vous reste tout ce mardi pour venir participer à la SuperBattle sur le quartier The Boys. Venez nombreux. Merci.

mamynicky, Avant-hier à 17:00

'Jour les 'tits loups ! Monk vous attend avec un nouveau sondage. Venez nous parler de vos phobies sur le forum.

sossodu42, Hier à 11:48

Bonjour, Morgane sur le quartier HPI a besoin de votre aide pour retrouver le gâteau d'anniversaire des 1 an du quartier

Locksley, Hier à 14:27

Nouveau design, nouveau sondage... le quartier Marvel s'adapte à l'actu ! Bonne visite si vous passez par là et bonne journée !

ShanInXYZ, Hier à 17:50

Voyage au Centre du Tardis : Les ennemis du Docteur, lequel avez-vous adoré, vous a marqué ou foutu la trouille, on attend vos photos

Viens chatter !