VOTE | 703 fans

#713 : Devant mes yeux

 

Résumé : Castle est recruté afin de découvrir si le mari d'une cliente est infidèle, mais l'affaire devient choquante lorsque Castle est témoin du meurtre de la cliente... par le mari!

Mais, aucune preuve n'est relevée, ce qui amène Castle et Beckett à résoudre l'enquête.

Popularité


3.69 - 13 votes

Titre VO
I, Witness

Titre VF
Devant mes yeux

Première diffusion
02.02.2015

Première diffusion en France
23.11.2015

Vidéos

Castle 7x13 Promo ABC vostfr

Castle 7x13 Promo ABC vostfr

  

Castle 7x13 Sneak Peek #1 (vostfr)

Castle 7x13 Sneak Peek #1 (vostfr)

  

Castle 7x13 'Devant mes yeux' Bande annonce France 2 #1

Castle 7x13 'Devant mes yeux' Bande annonce France 2 #1

  

Diffusions

Logo de la chaîne France 2

France (inédit)
Lundi 23.11.2015 à 21:00
4.89m / 18.1% (Part)

Logo de la chaîne ABC

Etats-Unis (inédit)
Lundi 02.02.2015 à 22:00
7.41m / 1.4% (18-49)

Plus de détails

Réalisation : Tom Wright 
Scénario : Terence Paul Winter et Amanda Jones

Distribution Principale : 

  • Nathan Fillion : Richard « Rick » Castle
  • Stana Katic : lieutenant Katherine « Kate » Beckett
  • Jon Huertas : inspecteur Javier Esposito
  • Seamus Dever  : inspecteur Kevin Ryan
  • Tamala Jones : Dr Lanie Parish
  • Penny Johnson Jerald : le capitaine Victoria Gates
  • Molly Quinn : Alexis Castle, la fille de Castle
  • Susan Sullivan : Martha Rodgers, la mère de Castle

Distribution Secondaire: 

  • Brianna Brown (Eva Whitfield)
  • Ivan Sergei (Cole Whitfield)
  • Gregory Zarian (Scott Galloway)
  • Audrey Marie Anderson (Aubrey Haskins)

Alors que Gates est en vacances, Kate en profite pour terminer des dossiers à la maison, en compagnie de Richard. Au même moment, Castle reçoit un appel d'un premier client. Kate est enthousiasmée par le premier client de Castle, mais ce dernier l'est moins, puisqu'il ne sera pas avec son épouse. Pour l'encourager et ne pas le tenter, Kate décide alors de terminer ses dossiers, au commissariat.

Castle rencontre, au Richard Castle investigations, sa cliente, madame Whitfield. Elle explique à Castle qu'elle est allée à la même école que lui. Castle la reconnaît comme étant Eva Hendricks. Elle lui dit que oui, mais que maintenant elle est mariée à Cole Whitfield. Elle demande à Castle d'enquêter sur son mari Cole, qu'elle soupçonne de la tromper avec une autre femme. Eva veut savoir si ces soupçons sont fondés. Alors qu'il est sur le point de refuser l'affaire, Castle accepte d'aider Eva. Castle découvre qu'effectivement Cole trompe Eva. Il montre les photos qu'il a prises à Kate, qui l'interroge sur ce qu'il va faire. Richard veut rendre les photos à Eva pour prouver ce qu'il avance. Il demande à Kate de lui rappeler de ne plus jamais prendre ce genre d'affaire. Arrivé chez Eva, à Westchester, pour lui remettre les photos, Castle entend le cri effrayant d'Eva. Il a le temps de contourner la maison et de voir par la fenêtre de la cuisine qu'un homme tire le corps inanimé et ensanglanté d'Eva. Castle en conclut que c'est Cole, le mari d'Eva. Il poursuit le meurtrier qui met le corps d'Eva dans une voiture qui ressemble à celle de Cole. Richard poursuit le meurtrier, avec sa voiture. Le meurtrier arrive à une forêt. Bien vite, Castle perd la trace du meurtrier, jusqu'à ce que ce dernier l'assomme. Au réveil de Castle, il s'aperçoit que le meurtrier a volé sa voiture. Richard téléphone à Kate et lui raconte ce qui est arrivé à Eva. Richard clame haut et fort que c'est Cole, le meurtrier. Avec l'inspecteur Neely, Kate et Richard entament une enquête sur la mort d'Eva. Ils rendent visite à Cole. Malheureusement pour eux, les indices qui prouvent qu'il y a eu meurtre dans la cuisine sont introuvables. L'inspecteur Neely et Kate commencent à douter de Richard. Kate, en l'absence de Gates, décide d'aider Richard. L'équipe va enquêter sur Cole Whitfield. L'équipe va découvrir que Cole Whitfield n'est pas celui qu'Eva et les gens de son entourage pensent qu'il est. L'enquête va prendre une tournure dramatique quand le corps d'Eva est repêché de la rivière Hudson. Cela permet à l'équipe de découvrir des faits nouveaux et ainsi remonter au vrai meurtrier et à la vraie raison du meurtre d'Eva.

À la fin de l'enquête, Castle avoue à Kate qu'il ne sait pas s'il doit continuer à exercer le métier de détective. Kate tente de le rassurer et de continuer sur cette voie.

Lanie et Esposito viennent de rompre pour la énième fois. Cela contrarie Ryan qui avait prévu de faire un voyage en ski, avec Jenny, Lanie et Esposito. Comme Esposito est de nouveau célibataire, Ryan en profite pour lui dire qu'il a rendez-vous avec une amie à lui, Stacy. Esposito est fâché après Ryan, mais se ravise quand il voit la photo de Stacy. Après le rendez-vous avec Stacy, Esposito est de nouveau en colère contre Ryan, car il a découvert que Stacy n'est pas une amie de Ryan et qu'il l'a inscrit sans son consentement sur un site de rencontres. Ryan lui avoue qu'avec Jenny, il a trié les candidates. Esposito, pour ennuyer Ryan, lui avoue avoir trouvé une fille du nom de Trixie, pour le voyage en ski. Trixie est l'une des candidates que Jenny et Ryan ont écartées.

INTRODUCTION - DANS les BOIS

Castle avance, lampe-torche à la main. Craquements, drôles bruits inquiétants... quand tout à coup, une ombre arrive derrière lui et l’assomme !

Castle : Aaahh…

 

12 HEURES PLUS TOT - Au LOFT de CASTLE

Castle guette à travers les rayonnages de livres et aperçoit Kate en train de s’installer à son bureau.

Castle : Qu’est-ce que tu fais dans mon bureau ?

Beckett : Ah ! Eh bien Gates est en vacances, alors je me suis dit « pourquoi ne pas aller faire ma paperasse à la maison avec mon cher époux ? » Enfin, si ça te dis de sécher les cours avec moi ?

Castle : Techniquement on ne sèche pas les cours puisqu’on va bosser ?

Beckett : On peut bosser un peu et après on peut se faire… une sieste ?

Castle : Ouh… crapuleuse la sieste ?

Beckett : Oui je les adore celles-là.

Le téléphone de CASTLE sonne.

Castle : Attends ! Ah ! C’est un appel transféré de mon Agence de Détective.

« Richard Castle Investigations, j’écoute ; Oui… Oui, bien sûr, je vous y rejoins dans 20minutes. Très bien ».

Castle : Pour une fois dans notre relation, c’est moi qui reçois l’appel du boulot. J’ai peut-être une cliente.

Beckett : Castle, c’est fantastique !

Castle : Non, pas du tout ; je devais passer la journée avec toi.

Beckett : ça ne fait rien ; t’as l’air d’oublier toutes les fois où c’est moi qui doit partir au pied levé.

Castle : Alors, peut-être que si je finis pas trop tard, je serai de retour à temps pour notre sieste… crapuleuse.

Beckett : Dans ce cas, tu la feras tout seul, parce que si tu vas à ton bureau, moi je vais au poste.

Castle : Oh

Beckett : Allez, hop ! Au boulot!

 

Au BUREAU de CASTLE INVESTIGATIONS

Sur le palier ; Castle sort de l’ascenseur et se présente à sa cliente.

Castle : Bonjour !

La cliente : Bonjour !

Castle : Vous devez être Madame Whitfield ? Je suis Richard Castle.

Au moment où il tend la main, la cliente refuse sa poignée de main ; elle lui montre sa paume de main, blessée.

Castle : Oup… Oh là là… qu’est-ce qui vous est arrivé ?

Mme Whitfield : Je me suis coupée. Richard ? Vraiment, je t’en prie ! Richard Rodgers tu ne te souviens pas de moi ? L’Académie Préparatoire Faircroft… je passais mon temps à copier sur toi en cours de chimie.

Castle : Oh Eva ! Eva Hendrix

Eva : Oui, Eva… Oui mais maintenant je suis Eva Whitfield.

Castle : Et moi je suis Richard Castle

Eva : Oui, je sais, j’ai lu tous tes romans ; j’ai suivi tes aventures avec la Police. Je sais que tu t’es mis à ton compte.

Castle : Oui

Eva : Alors… me voilà et…

Castle : Euh…On va parler de ça à l’intérieur.

Eva : Oui

Dans le bureau.

Castle : Je t’écoute Eva. Qu’est-ce que je peux faire pour toi ?

Eva : C’est à propos de mon mari, Cole ?

Castle : Dis m’en un peu plus.

Eva : Il est courtier ; il est brillant, charmant ; c’est un très bel homme. Quand on s’est marié la vie était magnifique. Mais depuis quelques années, la situation est devenue très difficile.

Castle : J’en suis navré.

Eva : Rick…  je crois qu’il me trompe.

Castle : Qu’est ce qui te fait penser ça ?

Eva : Sa façon d’agir. Ses heures supplémentaires ; pas étonnant qu’il ait insisté pour faire un contrat de mariage. Je dois savoir ; je dois découvrir la vérité. Tu peux m’aider ?

Castle : Euh… Je suis vraiment désolé, Eva, mais c’est pas le genre d’enquête dont je m’occupe en général.

Eva : S’il te plaît Rick, j’ai besoin que tu te renseignes pour me dire s’il reste quelque chose dans mon mariage qui vaille la peine d’être sauvé. Je t’en prie… S’il te plaît.

Castle : Ouais, bien sûr.

Eva : Ouais.

Castle : J’aurais seulement besoin d’info. sur Cole et d’une photo. récente.

Eva : D’accord… merci.

 

Au RESTAURANT

Castle, muni d’un poste d’écoute et d’une oreillette, le tout caché derrière un menu ; il s’est installé à côté de la table de Cole, le mari d’Eva et de ses collaborateurs ; écoute leur conversation.

Son mal réglé… on entend très mal le début de la conversation. Alors Castle rapproche le micro.

Cole : Ce que j’essaie de vous faire comprendre c’est qu’on soit conscient de ce qu’on a et en obtenir un bon tarif.

Scott, le convive à lunettes : D’accord, d’accord ! Mais tu te rends quand même compte que ça pourrait nous rapporter gros.

Cole : Je t’en prie Scott ; c’est de la menue monnaie.

L’autre convive : Non, ne prends pas ça à la légère Cole. Il soulève un point important.

Cole : Scottie ?

Scott : Quoi ?

Cole : t’as confiance en moi ?

Scott : Bien sûr que j’ai confiance en toi.

Cole s’adressant à l’autre convive en tapant dans ses mains, tandis que Castle sursaute au bruit que cela fait dans son oreille.

  • Robert ? Alors on ne vend pas notre boîte. En tout cas, on ne la vend pas maintenant et surtout pas à ce prix-là. On est d’accord.

Robert : On est d’accord !

Scott  : Oui

Cole serre la main des deux convives se levant de table, prêts à partir.

Cole : C’est ça. Merci Messieurs.

Scott : Cole, tu veux que je te dépose au bureau

Cole : Non, j’ai un rendez-vous chez le médecin.

Scott : OK. A tout à l’heure.

Cole : Robert.

Le mari, resté à table, téléphone :

  • Salut ; j’ai vraiment une méchante douleur et… je pourrais aller voir le docteur … ou je pourrais passer te voir ?
  • …… (bien sûr on n’entend pas l’interlocuteur)
  • Ouais ; ça c’est une très bonne idée ; j’en ai pas pour longtemps. A tout de suite.

Castle enlève son oreillette, paie et quitte le restaurant.

 

Au BUREAU de CASTLE INVESTIGATIONS

Castle téléphone à Beckett.

Beckett : Donc son mari a une liaison et tu l’as surpris en flagrant délit ?

Castle : J’ai des preuves qui n’ont pas la moindre ambiguïté.

Beckett : Oh la pauvre… et comment elle encaisse le choc ?

Castle : Pas très bien. J’ai passé une demi-heure avec elle au téléphone ; elle était en larmes, en train de préparer ses valises et elle m’a demandé si je pouvais passer lui déposer les photo.

Beckett : Quoi ? Ce soir ?

Castle : Oui, oui… elle veut constater par elle-même que son mariage est fini ; que pouvais-je lui dire ? Non ?

Beckett : Ne la laisse pas pleurer sur ton épaule trop longtemps.

Castle : Rappelle-moi de ne plus jamais accepter une affaire pareille

Beckett : C’est toi qui disais devoir faire tes preuves en tant que Privé.

Castle : Oui ? Mais c’était avant de savoir ce que ça impliquait.

Beckett : Ça te réconforterait si je te faisais à diner ce soir ?

Castle : T’imagines pas comment.

Beckett : A quelle heure tu seras à la maison ?

Castle : Westchester aller-retour, en comptant le temps des pleurs sur l’épaule, 20 heures 30 - 21 heures.

Beckett : Alors à tout à l’heure. Je t’aime.

 

 

Au COMMISSARIAT du 12ème

Salle de repos : Esposito et Ryan en grande discussion.

Espo : Ah c’est pas vrai

Ryan : On dirait que t’essaies même pas.

Espo : Est-ce que tu pourrais…. Salut

Beckett : Salut !

Espo : Qu’est-ce qui se passe avec l’affaire de Castle ?

Ryan : Non ! S’il te plaît ne change pas de sujet

Espo : J’ai plus envie de parler de ça ; c’est pas compliqué.

Beckett : De quoi tu veux plus parler ?

Espo : Ryan arrête pas de me prendre la tête parce que je ne suis plus en couple en ce moment.

Ryan ; Dis-lui pourquoi ?

Beckett : Ooh…

Espo : OK ! Eh ben en fait…

Ryan : Il y a quelques temps, on a décidé de se payer un petit week-end au ski en couple et c’est le mois prochain.

Beckett : Ah et le problème c’est que Esposito et Lanie ont encore rompu.

Ryan : Ouais.

Beckett : Ouais !  …………….  Ben quoi ? Vous avez bien rompu !

Espo : Ouais, mais c’est pas pour ça qu’ils doivent penser que je ne suis pas capable de me recaser. J’ai jamais eu aucun mal à me trouver une fille.

Ryan : Mais, t’as pas besoin d’en trouver une ; avec Jenny, on t’en a déjà trouvé une. On a une amie…

Espo : Attends une seconde ; tu parles d’un rendez-vous arrangé ? Jamais de la vie !

Beckett : Esposito, écoute-le au moins jusqu’au bout.

Ryan : Elle s’appelle Stacy ; c’est une fille incroyable ! Elle tient un magasin de musique…elle est sportive ; et on n’a pas arrêté de lui parler de toi. Elle veut te rencontrer. Tiens, regarde sa photo.

Ryan tend son téléphone à Espo, qui soupire…

Espo (prenant l’appareil) : Tu veux pas m’oublier. … Eeuuh… Ouais, elle est pas mal.

Beckett : Elle est pas mal ? C’est un canon ; et toi tu veux même pas la rencontrer !

Espo : OK ! Pourquoi pas ? Mais… seulement parce qu’elle a très envie de me rencontrer et parce que je déteste décevoir une demoiselle.

Beckett trinquant avec Ryan, à voix basse : Et voilà ! Bien joué !

Ryan sur le même ton : Merci

 

CASTLE STOPPE sa VOITURE DEVANT le DOMICILE d’EVA.

En descend ; s’approche du portail et, au moment où il allait sonner, un hurlement de femme se fait entendre dans la nuit, puis des cris :

  • Nan ! Pitié !

Castle panique ; court tout en faisant le tour du jardin, pour arriver à une porte vitrée, derrière la maison ; de là, il aperçoit du sang sur un meuble, sur le sol et le corps d’une femme inanimée qu’on traîne par les pieds.

Castle stupéfait : Oh Mon Dieu !

Il retourne devant la maison en courant et escalade le portail pour rentrer dans la propriété. Retour à la porte vitrée… Plus rien… Retour devant la maison, pour apercevoir un homme, traînant la femme toujours inanimée et la déposer sur la banquette arrière d’une voiture. Il escalade le portail dans l’autre sens, en criant :

  • Hé ! Hé ! Stop.

Mais la voiture disparait dans la nuit dans un crissement de pneus.

Castle monte dans sa voiture et la prend en chasse,  tout en téléphonant à Beckett ; après 2 sonneries elle répond.

Beckett : Castle, t’es là bientôt ?

Castle : Kate, il l’a tuée !

Beckett : Quoi ? Pardon ?

Castle : Kate, il l’a tuée !

Ligne brouillée puis coupée. Plus de réseau ;

Castle : Beckett ? Tu m’entends !.......... C’est pas vrai !

Castle retrouve la voiture du suspect, maintenant garée sur le côté de la route ; inspecte l’intérieur à l’aide de sa torche ; plus personne dedans, mais du sang sur la banquette arrière.  Quand il entend comme un bruit de pelle qui creuse la terre… s’enfonce dans le bois, en suivant un sentier et… finit assommé en poussant un « Aaahh ! »

Quelques instants plus tard : gémissements ; Castle reprend connaissance, se frotte l’arrière du crâne ; se relève, ramasse sa torche et refait le chemin en sens inverse en courant. Sa voiture a disparu.

Castle : Oh ! Il a pris ma voiture… et merde !

Il prend son téléphone en main ; celui-ci indique « no reseau »

Soupirs. Alors, dans la nuit, il marche sur la route en s’éclairant de sa torche ; puis son téléphone l’alerte. Il capte le réseau à nouveau. Il rappelle Beckett.

Cette dernière est au loft ; inquiète, elle se précipite sur le téléphone dès la première sonnerie.

Beckett : Castle, où es-tu ?

Castle : Beckett, elle est morte ! Elle est morte !

Beckett : Attends, calme-toi ! Qu’est-ce qui se passe ?

Castle : Eva a été assassinée par son mari. Il l’a tuée et j’ai pas pu… J’ai pas pu l’en empêcher. J’ai pas pu.

                                      JINGLE  CASTLE

 

RETOUR dans le BOIS où Castle a été assommé.

Sur les lieux : Castle, Beckett, un Lieutenant et quelques policiers.

Castle : Lieutenant Neely, comme je vous l’ai déjà dit ; j’ai suivi Cole Whitfield jusqu’ici et il a dû m’assommer parce que, quand j’ai repris connaissance, il avait disparu ainsi que ma voiture.

Lt Neely : Et pour quelles raisons étiez-vous allé chez lui ?

Castle : Pour donner les photo. à Eva. C’est là que je l’ai entendue crier et j’ai vu son mari traîner son corps au milieu de la cuisine. Mais avant que je puisse faire quoi que ce soit, il a filé en voiture avec elle.

Lt Neely : Monsieur Castle, je vois que vous n’avez votre licence de Privé que depuis 1 mois.

Castle : Oui… Et alors ?

Lt Neely : Et alors vous êtes vraiment sûr de ce que vous avez vu ?

Castle : Evidemment, que j’en suis vraiment sûr ! Enfin, je….

Beckett : Lieutenant, si Castle dit que c’est arrivé, vous pouvez le croire.

Un policier : Une partie de son histoire tient la route ; on a trouvé sa voiture garée sur un petit chemin adjacent, à environ 100 mètres d’ici.

Beckett : Whitfield a dû cacher le véhicule de Castle pour avoir le temps de s’enfuir.

Castle : Lieutenant, je n’invente rien. La maison des Whitfield est une scène de crime. Si nous allons dans cette cuisine, il y aura du sang sur place, appartenant à Eva.

 

RETOUR à la MAISON des WHITFIELD.

Le lieutenant Neely, accompagnée de Castle et Beckett, frappe ; Cole Whitfield leur ouvre la porte. .

Lt Neely montrant sa plaque : Police, Lieutenant Neely. On peut vous parler un instant.

Cole : Oui, je vous en prie. Entrez.

Tout le monde rentre.

Cole tout en refermant la porte d’entrée : Alors, de quoi s’agit-il ? Que puis-je faire pour vous ?

Lt Neely : Monsieur Whitfield, est-ce que votre femme Eva est ici ?

Cole : Non… Pourquoi ?

Lt Neely : Vous savez où elle est ?

Cole : Non. J’en sais rien ; je suis rentré à la maison, il y a 20 minutes.

Cole sort un papier de sa poche, le donne au Lieutenant Neely, en disant :

  • J’ai trouvé ça ! Un petit mot doux de la part d’Eva. Elle découvert que je la trompais et elle est partie.

Castle, en aparté à Beckett : « oh elle est partie. Il nous prend pour qui ? C’est lui qui a écrit cette lettre. »

Cole : J’arrive même pas à la joindre ; j’ai essayé de l’appeler des dizaines de fois, mais je tombe toujours sur son répondeur.

Beckett : Vous conduisez une « modèle S » noire ?

Cole : Non c.... Non ça c’est la voiture d’Eva. Pourquoi ? ……… Est-ce qu’il lui est arrivé quelque chose ?

Lt Neely : On en n’est pas encore sûr. Mais vous dites que vous n’êtes rentré que depuis 20 minutes ?

Cole : Oui, c’est ça, vers  21 h 30.

Beckett : Et où étiez-vous à 19 h 45 ?

Cole gêné : J’étais… j’étais encore en ville ; j’étais au bureau.  ………….Ecoutez, je crois qu’il faut que j’aille me resservir un verre. Excusez-moi.

Cole sort de la pièce.

Castle : Il nous ment ! Il nous ment sur toute la ligne !

Lt Neely : Si vous avez raison, on devrait trouver des traces de sang dans la cuisine.

Dans la cuisine.

Castle : C’était ici… ça s’est passé exactement ici. Il a tout nettoyé… obligatoirement. Sinon pourquoi il nous aurait laissés entrer aussi facilement.

Lt Neely : S’il a fait le ménage, c’est une vraie fée du logis. Le luminol n’indique aucune trace de sang.

Beckett : Castle…

Castle : Kate, je sais très bien ce que j’ai vu… Ici ! Là ! Je le savais ! Vous voyez !

Cole arrive dans la cuisine.

Cole : Vous saviez quoi ? Qu’est-ce qui se passe ?

Lt Neely : Il y a des traces de sang sur ce meuble.

Beckett : Monsieur Whitfield vous savez d’où ça peut venir ?

Cole : Oui ! Ma femme est très maladroite. Elle a brisé un pot de fleurs et s’est coupée à la main en nettoyant. Elle a saigné partout jusqu’à ce qu’elle mette un pansement… Attendez ; je peux savoir pourquoi vous cherchez des traces de sang ? ………………………..  Est-ce que vous insinuez que j’ai fait du mal à ma femme ?

Castle : Nous ne faisons pas que l’insinuer, Monsieur Whitfield.

Cole : Dehors ! Sortez de chez moi ! Sortez tout de suite !

Les trois, Castle, Beckett et le Lieutenant Neely, sortent sans rien dire.

 

Au LOFT de CASTLE

Tôt le matin. Castle tourmenté devant la fenêtre. Beckett arrive, s’approche de lui, saisissant son bras et posant sa tête sur son épaule.

Beckett : Salut. T’es debout depuis quand ?

Castle : Il est sûrement rentré chez lui ; il a vu qu’Eva était sur le point de le quitter et il l’a tuée dans un accès de rage. Je lui avais fait la promesse que tout allait bien se passer.

Beckett : Je suis désolée mon cœur.

Castle : Des nouvelles du Lieutenant Neely.

Beckett : Elle a dit que l’équipe de recherche n’avait rien trouvé dans les bois.

Castle et Beckett quittent la fenêtre pour aller s’assoir, chacun sur un fauteuil.

Castle : Ouais… c’est parce que Cole savait qu’il ne pouvait pas la laisser là étant donné que j’étais sur ses traces ; alors il la remise dans la voiture et il est allé s’en débarrasser ailleurs.

Beckett : La police locale a émis un avis de recherche pour la voiture d’Eva et ils surveillent ses cartes de crédit.

Castle : Ils ont localisé son portable ?

Beckett : Ils ont essayé mais soit il est éteint, soit il est foutu.

Castle : Ouais… ça veut dire qu’il est foutu. Et… pour son alibi ?

Beckett : Il était pas au bureau comme il l’a prétendu. Son associé dit qu’il est parti à 18 heures et non pas à 20 heures.

Castle : Donc il avait largement le temps de rentrer pour 19 h 45…

Beckett : Mais quand le Lieutenant Neely l’a mis devant le fait accompli, il a dit, qu’en fait, il était chez sa maîtresse, Taylor Mac Kinley, la femme avec qui tu l’as pris en photo et qu’il est resté là-bas, jusqu’à 20 heures.

Castle : Il faut qu’on parle à cette fille.

Beckett : Castle c’est pas dans ma juridiction et c’est pas mon enquête.

Castle : Oui, mais c’est la mienne. Eva m’a embauché. C’était mon amie et il l’a tuée sous mes yeux.

Beckett, prenant la main de Castle : D’accord, je vais interroger la maîtresse. Mais tu dois me laisser faire ; tu peux pas être présent. T’es trop impliqué.

Beckett se lève, embrasse Castle sur le front.

 

Au COMMISSARIAT du 12ème.

Beckett et la maîtresse de Cole, Taylor Mc Kinley.

Taylor : Et alors ? Sa femme a découvert notre liaison et elle est partie. Qu’est-ce que ça peut faire ce genre de choses arrive tous les jours.

Beckett : Sauf que les épouses ne disparaissent pas tous les jours.

Taylor : Il est un peu tôt pour dire qu’elle a disparu, vous ne trouvez pas ? Je suis sûre qu’elle va revenir.

Beckett : Mademoiselle Mac Kinley, quand avez-vous rencontré Monsieur Whitfield ?

Taylor : Il y 1 an à mon cours de yoga.

Beckett : Et quand la liaison a-t’elle commencé ?

Taylor : Une semaine après…. Quoi ? Il est canon… et riche.

Beckett : A quelle heure est-il venu chez vous hier soir ?

Taylor : Comme je l’ai dit à l’autre lieutenant de police, il a débarqué vers 18 h et il est reparti juste après 20 heures.

Beckett : Donc, vous n’avez pas bougé de l’appartement pendant tout ce temps ?

Taylor : C’est bien ça !

Taylor quitte le poste ; Beckett retourne à son bureau et discute avec les gars.

Ryan : Alors ? T’en penses quoi ?

Beckett : Elle cherche la confrontation. Et toutes ses réponses étaient un peu trop préparées.

Espo : Tu crois qu’elle ment ?

Beckett : Allez enquêter dans son immeuble, vérifier si quelqu’un a vu Cole hier soir ; et penchons-nous sur ce Monsieur Whitfield, histoire de voir s’il ne nous cache pas autre chose.

Ryan : Ouais.

 

DEVANT la MAISON de Cole WHITFIELD

Castle dans sa voiture, avec ses jumelles, espionne Cole en train de charger des sacs-poubelle dans son véhicule.

Castle parlant tout seul : Qui y-a-t-il sans ces sacs Cole ? Et où comptes-tu t’en débarrasser ?

Cole se retourne et aperçoit Castle ; ce dernier a beau se pencher vers le siège passager ; trop tard ! Cole arrive et tape à la vitre.

Cole : Qu’est-ce que vous fabriquez ?

Castle : Euh… J’ai… Je…

Cole : D’abord vous m’accusez de meurtre et, maintenant, vous m’espionnez devant chez moi ! Non, mais c’est quoi votre problème, bordel !

Castle : Comment çà, mon problème ?

Cole : Ouais !

Castle : C’est pas moi qui ai tué ma femme !

Cole : Vous délirez ! Vous êtes au courant ? Eva est en vie ; je l’ai eue en ligne ; elle m’a appelé il y a 20 minutes

Castle : Vous mentez.

Cole : J’aurais préféré parce qu’elle m’a dit d’aller me faire foutre ; et elle a aussi dit qu’elle a complètement vidé notre compte joint.

Castle : …..

Cole : Vous ne me croyez pas ! Vérifiez auprès de ma banque…  pendant que vous étiez en train de fouillez ma maison, cette petite salope m’a piqué 7 millions 4.

Le Lieutenant Neely arrive et stoppe sa voiture à côté d’eux. Baisse la vitre et s’interpose.

Lt Neely : Monsieur Whitfield ! Y a un problème ?

Cole s’adressant au Lt : Ouais…Cet homme me harcèle…et se tournant vers Castle : Hé, vous prouverez jamais rien.

Puis, Cole s’en va.

Castle sous le regard interrogatif du Lt Neely… bégaie : Hé… I… Il….

 

Au COMMISSARIAT du 12ème

Salle de pause ; Castle et Beckett assis à la table, avec leur café.

Beckett : T’es devenu fou ? Qu’est-ce qu’il t’a pris de faire ça ?

Castle : Tu l’as vu comme moi hier soir. Il est arrogant ! Et que font tous les hommes arrogants ?

Beckett d’un air malicieux : Ils commettent des erreurs.

Castle : Exactement… Mais… attends, tu parles de moi là ? C’est ça ?

Beckett : Tu es le seul témoin et tu es en train de détruire ta crédibilité alors que j’essaie de t’aider. Tu imagines si Gates apprend ça ?

Castle : Je m’efforce seulement de trouver des preuves.

Beckett : Pour l’instant les preuves sont du côté de Cole ; le relevé d’appels d’Eva confirme qu’elle lui a passé un coup de fil ce matin à 9 h 35. Il y a aussi le virement de 7 millions 4 effectué hier soir sur un compte suisse.

Castle : Bien sûr ; il s’arrange pour créer un doute raisonnable. Il fabrique une histoire où elle le vole et où elle prend la fuite. C’est pour ça qu’on ne trouve pas le corps. C’est son plan !

Espo : Bon ! On revient de l’immeuble où vit la maîtresse ; personne ne se rappelle avoir vu Whitfield hier soir.

Castle : ça prouve qu’il n’y ’était pas.

Beckett : ça prouve seulement que personne ne l’a vu. Si on n’a pas de corps, il va nous falloir quelque chose de plus solide que ça.

Ryan : Devinez quoi ? Il s’avère que Whitfield a déjà été marié une fois, à Los Angeles. Mallory Whitfield (Ryan donne la photo à Beckett) ; elle avait touché un héritage de plusieurs millions de dollars.

Espo : Avait ?

Ryan : Oui, elle est morte dans un accident de randonnée dans la forêt nationale d’Angeles ; elle est tombée d’une falaise. Devinez qui était l’unique témoin ?

Beckett : Son mari, Cole.

Ryan : Bingo. Les flics ont essayé d’en faire une affaire de meurtre, mais Cole avait réponse à tout. Ils n’ont jamais pu l’inculper. A la mort de sa femme, il a hérité de tous ses biens, dont il s’est servi pour monter sa boîte et bâtir sa fortune.

Castle : Donc, il s’en est sorti une fois et maintenant il retente le coup. C’était pas un crime passionnel. Il avait tout planifié.

DEVANT le TABLEAU BLANC

Tous les quatre sont là et Beckett affiche la photo de Mallory Whitfield.

Beckett : Alors la première femme de Cole meurt dans des circonstances mystérieuses et ensuite, la seconde disparaît.

Ryan : ça peut pas être une coïncidence. Ce type est une veuve noire… ou plutôt… un veuf noir…

Castle : Sauf que cette fois, il n’y a pas de corps. Il essaie de créer l’illusion qu’Eva est toujours en vie.

Espo : Oui et il se donne beaucoup de mal pour que cette illusion paraisse réelle. Castle, t’as bien dit que Cole Whitfield était chez lui, à Westchester, ce matin ?

Castle : Il n’a pas bougé de la matinée.

Espo : Je viens de recevoir les données du téléphone d’Eva ; l’appel pour Cole a transité par une antenne-relais de Manhattan.

Ryan : Il a sûrement demandé à quelqu’un d’utiliser le portable d’Eva pour passer cet appel.

Espo : Et qui que ce soit, cette personne se trouvait près de la 4ème et de la 31ème.

Castle : C’est là que j’ai pris ces photo. ! Sa maîtresse, Taylor, vit dans un immeuble du coin.

Beckett : Si elle a menti pour lui procurer un alibi, elle a pu passer cet appel. Les gars, ramenez là au poste.

Espo : Ah c’est trop bête, je vais devoir annuler ce déjeuner avec Stacy.

Ryan : Non, non, non. T’annules rien ; faut que tu fasses une bonne première impression.

Beckett : Rahh !… C’est pas vrai ; vas à ton rencard, Ryan et moi on s’occupe d’elle.

Espo : OK

 

Salle d’interrogatoire ; Beckett et la maîtresse.

Taylor : J’ai déjà répondu à toutes vos questions.

Beckett : Oui, mais on en a un peu plus parce que de nouveaux éléments ont été révélés.

Taylor : Ah ouais ! Et quels nouveaux éléments.

Beckett : Avant ça, j’aimerais revoir avec vous certains de vos propos lors de notre dernier entretien. Vous avez dit que Cole était chez vous entre 18 et 20 h, hier soir. Est-ce que vous maintenez votre déclaration.

Taylor : Oui… je la maintiens.

Beckett : Aucun de vos voisins ne l’a aperçu.

Taylor : C’est un homme très discret.

Beckett : Est-ce qu’il vous a demandé de dire qu’il était dans votre appartement ?

Taylor : Nan.

Beckett : Est-ce qu’il vous a demandé de l’appeler avec le portable de quelqu’un d’autre.

Une femme fait irruption dans la pièce :

  • Taylor, ne dites plus un mot.

Audrey Hastkins, l’avocate de Mademoiselle Mac Kinley.

Taylor : Attendez, vous êtes qui vous ?

Audrey : ça va aller. C’est Cole qui m’envoie. Je suis l’avocate de son entreprise. Laissez-moi régler ça.

Beckett : Taylor écoutez-moi ; si vous lui avez fourni un faux alibi, ça fait de vous sa complice et ça peut vous envoyer en prison.

Audrey : Une complice de quoi, au juste ?

Beckett : Du meurtre d’Eva Whitfield.

Taylor : Eva n’est pas morte. Cole lui a parlé ce matin.

Beckett : Ou il a parlé à quelqu’un qui utilisait le téléphone d’Eva et cet appel a transité par une antenne-relais près de votre immeuble à 9 h 35.

Audrey : Lieutenant, à moins que vous n’ayez des preuves…

Taylor : Attendez. Vous m’accusez d’avoir passé cet appel ? J’étais au boulot à 9 h 35 au studio de yoga.

Beckett : On a vérifié votre planning ; vous ne travaillez pas le matin.

Taylor : Non… mais j’ai dû remplacer une autre prof.  qui était malade. J’étais là-bas de 9 heures et demie à 11 heures du matin. Vous pouvez vérifier.

Audrey : Nous avons terminé Lieutenant.

Taylor et l’avocate sortent de la salle d’interrogatoire, tandis que Beckett se rend dans la salle voisine, d’où Ryan et Castle ont pu observer la scène derrière la vitre sans tain.

Castle : C’est très malin ; Cole a envoyé son avocat pour faire taire sa maîtresse. Il ne veut pas que cette histoire sorte de la famille.

Ryan : Oui. Et maintenant qu’elle a un avocat, comment on va la faire parler ?

Beckett : En vérifiant son histoire ; je vais appeler son boulot pour son alibi.

Beckett sort de la pièce, tandis qu’Espo pointe son nez.

Espo : Salut…

Ryan : Comment s’est passé le rencard ?

Espo : On peut se parler une seconde ?

Et ils s’éloignent dans un couloir désert.

Ryan : Qu’est-ce que tu penses de Stacy ?

Espo : Ah mon pote… elle était génial… jusqu’à ce qu’elle commence à me faire flipper.

Ryan : Quoi ?

Espo : Ouais. On était au milieu des entrées, et tout à coup, elle me dit que le short bleu que je portais pendant le triathlon me faisait les jambes super-sexy, ce qui est vrai…

Ryan : Ouais…

Espo : Seulement comment elle sait que j’y ai participé ? Et comment elle sait de quelle couleur était mon short ? Et c’est là qu’elle m’a dit qu’elle avait vu la photo que j’avais mise sur mon profil.

Ryan rit…

Espo : Oh ! Tu trouves ça marrant ?

Ryan : Hé…euh…

Espo : Tu m’as créé un profil sur un site de rencontres ?

Ryan : Et ben, techniquement, c’est Jenny qui te l’a créé, moi je n’ai fait que le gérer habilement.

Espo : Tu pensais que je n’allais pas le découvrir ! J’ai failli lui passer les menottes.

Ryan : En fait, on s’était dit que si tu craquais vraiment sur elle, t’allais oublier cette histoire.

Espo : Qu’est-ce qui ne va pas chez toi ? Je peux me trouver des filles tout seul !

Ryan : Je sais. Mais tu ne l’as pas fait et le week-end au ski arrive bientôt. Alors… euh… non, non, écoute, j’essaie seulement te t’aider.

Espo : J’ai pas besoin d’aide, mon pote. Cela va se payer.

Ryan : Ah… Ouais…

 

Près du BUREAU de BECKETT

Castle déambule puis s’approche de Beckett

Beckett : Le patron du studio de yoga confirme que Taylor était au boulot de 9 heures et demie à 11 heures.

Castle : Alors son patron nous ment.

Beckett : Castle, elle donnait un cours devant plus de 30 personnes, alors, elle a pas passé cet appel, mais qui que ce soit, il a fait exprès d’aller près de son appartement.

Castle : Ce qui veut dire que quelqu’un veut nous faire croire que c’était Taylor.

Beckett : Et ça aurait marché si elle n’avait pas remplacé une prof.

Castle : Un remplacement… Mais bien sûr… L’appel de son patron était la seule chose que ne pouvait pas prévoir la personne qui est derrière tout ça.

Beckett : La personne dont tu parles, c’est Cole.

Castle : Non !

Beckett : Non ?

Castle : Non ! Beckett, le meurtre a été mis en scène ; toute cette histoire n’est qu’une oeuvre de fiction ; un film d’Hitchcock, et c’est moi qui joue le rôle du témoin. Je suis James Stewart dans « Sueurs froides » et la raison pour laquelle on n’a pas trouvé de corps, c’est parce qu’il n’y en a pas ! Eva est toujours en vie.

Beckett : Eva est en vie ? C’est pas du tout ce que tu pensais il y a à peine deux minutes.

Castle : Parce que je viens de « percuter » ! Eva est la seule personne qui voudrait faire passer Cole pour un meurtrier et sa maîtresse pour une complice.

Beckett : Attends... Tu as dit avoir vu Cole tuer Eva ; c’est bien ça ? Tu l’as vu ou pas ?

Castle : J’ai vu ce qu’elle voulait que je voie. C’est pour ça qu’elle m’a demandé de lui apporter les photo. Eva a tout manigancé depuis le début. Et je suis le détective privé naïf qui est tombé dans le panneau.

Beckett : Ah… pourquoi elle se donnerait tout ce mal ?

Castle : Parce que ça ne lui suffisait pas de le quitter ; de mettre un terme à ce mariage ; elle voulait à tout prix le faire souffrir ; elle l’a piégé ! Il ne mentait pas quand il a juré qu’elle lui avait passé un coup de fil. C’est le cas ; elle l’a bien appelé et c’est elle qui a transféré sur ce compte suisse les 7 millions quatre cents mille dollars. C’est pour financer sa fuite. J’ai raison. J’en suis intimement persuadé.

Beckett répondant à son téléphone qui vient juste de sonner :

  • Beckett ! Quand ?... D’accord. Merci.

Puis elle raccroche et s’adresse de nouveau à Castle.

Beckett : Castle, je suis vraiment désolée…

Castle : Ooh… je sais bien que ça parait dingue mais…Eva est toujours en vie.

Beckett : Non, désolée ; on a trouvé son corps dans le fleuve. Eva est morte.

 

Dans le couloir qui conduit à la morgue.

Castle : Il n’y a aucune chance pour qu’Eva soit morte. Dans cette situation, un retournement à la Hitchcock, ce ne sera pas son corps. Crois-moi sur parole.

Beckett : Alors qui on vient de sortir du fleuve ?

Castle : Une femme qui lui ressemble.

Beckett : D’accord. Mais on va vérifier ses empreintes comme ça on n’aura plus aucun doute.

Castle : Sauf que ses empreintes seront altérées et que son visage sera méconnaissable. Cela fait partie du plan d’Eva pour commettre le crime parfait. Tu verras.

 

A la MORGUE

Lanie est en train d’examiner la blessure derrière la tête de la morte.

Castle : Woah… on dirait que c’est elle.

Lanie : C’est parce que c’est bien elle. Ses empreintes correspondent. C’est Eva.

Castle : C’est impossible.

Lanie : J’ai aussi vérifié son dossier dentaire, Castle, c’est elle ; j’aurais aimé te dire le contraire.

Beckett : On dirait que la cause de la mort est un traumatisme crânien.

Lanie : Oui elle présente une importante fracture dans la région pariétale. Mais on vient juste de me l’amener, alors je n’ai fait qu’un examen préliminaire. Je vous appelle dès que j’aurai terminé son autopsie.

Beckett : D’accord.

A la sortie de la morgue, dans le couloir.

Beckett : Je suis vraiment navrée pour ton amie.

Castle : Oui, moi aussi.

Beckett : Maintenant qu’on a un corps, ça va nous donner un moyen de pression.

 

Dans l’IMMEUBLE de TAYLOR – A sa SORTIE de l’ASCENSEUR

Ryan : Taylor ! Il faut qu’on discute.

Taylor : Mon avocate m’a dit de ne pas vous parler.

Espo : Très bien ! Alors, écoutez.

Ryan : Je ne sais pas ce que Cole vous a raconté, mais sa femme est morte. On a retrouvé son corps il y a 2 heures.

Taylor : Oh mon dieu…

Espo : Ecoutez Taylor, si vous voulez éviter la prison, c’est le moment de nous dire la vérité.

 

Au COMMISSARIAT du 12ème

Salle d’interrogatoire : Beckett face à Cole Whitfield et son avocate Audrey Hastkins.

Beckett : Ravie de vous revoir Maître Hastkins. Apparemment vous représentez tout le monde dans cette affaire…

Audrey : Avant de commencer, sachez que Monsieur Whitfield est ici uniquement parce que vous dites avoir des informations sur sa femme.

Beckett : Cole, vous affirmez avoir parlé à Eva ce matin ; qu’est-ce qu’elle vous a dit ?

Cole : Elle a dit que c’était terminé et qu’elle quittait la ville.

Audrey : Lieutenant, avez-vous trouvé Madame Whitfield, oui ou non ?

Beckett tendant la photo d’Eva morte : Oui on l’a trouvée… dans le fleuve, assassinée… par votre client.

Cole : C’est un mensonge.

Beckett : Taylor vous a lâché. Elle nous a avoué que vous n’étiez pas chez elle, hier soir.

Audrey : Vous avez parlé à ma cliente, sans ma présence ?

Beckett : Elle a renoncé à ses droits. Monsieur Whitfield, si vous n’étiez pas chez Taylor hier soir, où étiez-vous ?

Audrey : Ne lui répondez pas. Est-ce que vous l’inculpez ?

Beckett : Ce n’est plus qu’une question de temps.

Audrey : Cole, allons-nous-en.

Sortie de la salle d’interrogatoire. Dans le couloir, Castle suit Cole et l’attrape par le bras

Castle : Hé !

Cole : Hé !

Castle : Je sais que c’est vous. Vous l’avez tuée. Je vous ai vu.

Audrey : Ne vous adressez pas à mon client.

Beckett : Castle, Castle arrête

Audrey : Dites-moi dans quel genre de poste on est Lieutenant ?

Beckett : Ramenez votre client chez lui mais ne vous en faites pas, on viendra bientôt vous chercher.

Cole : Allons-y.

Beckett tenant toujours Castle par le bras.

Beckett : C’était quoi ça ?

Castle : Je sais, je sais, je suis désolé.

Beckett : Castle tu es stressé ; rentre à la maison et essaie de te calmer.

Castle : T’inquiète pas ; ça va aller.

Beckett : Je sais que ça va aller ; mais là, tu dois prendre un peu de recul.

Castle : Oui, oui… tu as raison.

Beckett : D’accord.

Puis, le téléphone de Beckett sonne ; elle décroche ; c’est Lanie.

Beckett : Je t’écoute Lanie

 

A la MORGUE

Lanie : Lors de l’autopsie, j’ai découvert que l’ongle de l’index gauche d’Eva était fendu au milieu et je me suis rendue compte qu’il y avait quelque chose dans la fissure. Ces trois cheveux.

Beckett : Ils ont sûrement atterri là pendant qu’elle se défendait.

Lanie : Il y a des chances, oui.

Beckett : A quelle vitesse, tu peux avoir les résultats ? L’ADN de Cole est dans les fichiers puisqu’il a été soupçonné du meurtre de sa première femme.

Lanie : Je les ai déjà comparés et ça correspond.

Beckett : Quoi ?

Lanie : Cole Withfield est ton meurtrier.

 

A WESTCHESTER – MAISON des WHITFIELD.

Sur la terrasse : un policier, accompagné de Beckett et du Lieutenant Neely, s’approche d’une porte vitrée, en criant :

  • Monsieur Whitfield ! Monsieur Withfield ! On a un mandat d’arrêt à votre nom !

Lt Neely : Aucune réponse de sa part.

Beckett : Pourtant son 4 X 4 est garée dans l’allée.

Le policier : On enfonce la porte.

Beckett ouvrant la porte : Pas la peine.

Ils rentrent et le Lieutenant Neely crie :

  • Monsieur Whitfield ! Montrez-vous tout de suite ; et ne rendez pas les choses encore plus difficiles. Silence total. Pas de réponse.

Puis, chacun parcourt les pièces du rez-de-chaussée, une à une, jusqu’à ce que Beckett aperçoive les pieds d’un pendu… C’est Cole.

 

Au LOFT de CASTLE

Soirée devant le feu ; Beckett et Castle, attablés, discutent autour d’un verre de vin.

Beckett : Est-ce que ça va ?

Castle : J’aurais jamais pensé que ça finirait comme ça.

Beckett : Je parie que Cole non plus.

Castle : Oui, mais un suicide. Qu’a dit le médecin-légiste ?

Beckett : Cole se serait mis la corde autour du cou et… il aurait sauté dans le vide. Je suis désolée. Je sais que c’est pas comme ça que tu souhaitais que ça finisse.

Plus tard, dans la chambre – Beckett couchée sur le côté, ayant l’air de dormir…

Castle s’installant sur le lit : Beckett… Beckett ! Est-ce que tu dors ?

Beckett : Nan.

Castle : Cool ; Y a un truc qui m’embête.

Beckett : Ah ouais… moi aussi y a un truc qui m’embête.

Caslte : Pourquoi un type comme Cole se suiciderait ?

Beckett se retournant : Parce qu’un type comme Cole ne pensait pas pouvoir tenir en prison.

Castle : Ah oui ; avec l’argent et les relations qu’il avait, il ne serait peut-être même pas allé en prison. Tout le dossier ne repose que sur des preuves indirectes. Il aurait pu s’en sortir lors du procès.

Beckett : Ben de toute évidence, il n’y croyait pas.

Castle : C’est trop net.

Beckett : Castle, n’écoute pas les petites voix dans ta tête.

Castle : Et si elles me menaient à la vérité.

Beckett : Dans ce cas, on s’occupera de ça demain.

Lendemain matin : Beckett se réveille, se retourne dans le lit, cherche Castle, mais la place est vide. Puis elle aperçoit sur la table de chevet, un mot coincé dans un joli bouquet de fleurs rouge « je me suis levé tôt ; je suis parti au bureau. Tu me rejoins ? »

 

Au BUREAU de CASTLE INVESTIGATIONS.

Beckett arrive 2 grands gobelets de café, en main.

Beckett : Castle ! Castle, t’es là ? Je t’ai apporté un café. Je me suis dit que…

Puis elle s’interrompt aussitôt, voyant le tableau que Castle est en train de terminer. Tableau rempli de fils de couleur, faisant des liaisons entre des dates, des jours, des photo.

Beckett : Waoh ! Finalement, c’était peut-être pas une bonne idée le café… C’est quoi ça ?

Castle : La chronologie des faits. Eva est en rouge, Cole est en vert et Taylor en bleu.

Beckett : Une chronologie pour une affaire qui est déjà résolue ?

Castle : Pas encore. Cole ne s’est pas suicidé.

Beckett : Tu te bases sur quoi ?

Castle : Je me base sur sa personnalité. Cole était arrogant, hautain et surtout bien trop narcissique pour mettre fin à ses jours. Donc s’il ne s’est pas suicidé, ça veut dire qu’on l’a tué.

Beckett : Castle, tu vas un peu loin en supposant ça.

Castle : Et ça change absolument tout parce que si Cole ne s’est pas suicidé, parce que ça veut dire que c’est pas lui mais quelqu’un d’autre qui a tué Eva. C’est pour ça qu’on a mis en scène son suicide ; pour que la Police arrive à la conclusion que c’était lui le coupable.

Beckett : Dans ce cas, la personne qui a tué Cole, a aussi tué Eva. Et ce serait qui d’après toi ?

Castle : L’homme que j’ai vu chez elle et qui m’a frappé dans les bois.

Beckett : Celui dont tu disais que c’était Cole.

Castle : Parce que c’est ce qu’il voulait me faire croire. Il a tout mis en scène pour que je pense que c’était Cole.

Beckett : D’accord Castle. Admettons une seconde qu’un homme ait pénétré dans la maison déguisé en Cole et qu’il ait attaqué Eva. Comment il pouvait savoir que tu allais arriver pour être témoin de tout ça.

Castle : Il était forcément de mèche avec Eva.

Beckett : Si Eva fait partie du coup monté, pourquoi elle est à la morgue.

Castle : Parce que… on en revient à un classique de Hitchcock. Elle s’est fait doubler par son complice.

Castle tend un dossier à Beckett qui le lit puis…

Beckett : Ce sont les statuts juridiques de Whitfield et Gallaway, l’Entreprise de Cole ?

Castle : ça m’a coûté 2 boîtes de « Cronuts » pour sortir ces documents du bureau du greffier. Cole et son partenaire Scott Gallaway étaient associés à parts égales dans la société, mais selon ce document, s’il arrivait quelque chose à l’un des deux, l’autre obtiendrait les pleins pouvoirs.

Beckett : Tu suggères que Scott Gallaway était le complice d’Eva dans le coup monté.

Castle : J’ai réécouté l’enregistrement que j’ai fait au restaurant. (On entend le début de l’enregistrement). Ils venaient de recevoir une offre importante pour vendre l’entreprise. Une offre que Cole refusait d’accepter. Donc, j’ai vérifié les comptes de Scott ; il était plus que dans le rouge à la banque. Sa porte de sortie, c’était ce rachat, mais pour que ce soit possible, il fallait qu’il ait le contrôle de la société ; et comme Eva voulait mettre un terme à son mariage et punir Cole, ils ont élaboré ce plan pour pouvoir se débarrasser de lui.

Beckett : On a aucun élément qui prouve cette théorie.

Castle : C’était Scott Gallaway. J’en suis persuadé. Il faut juste vérifier son alibi. Est-ce que tu accepterais de faire ça pour moi ?

Beckett : Très bien. Mais d’abord, je veux que tu m’écoutes. Eva était ton amie ; elle est venue ici pour te demander de l’aide. Et maintenant qu’elle est morte, tu te sens responsable et ça peut te faire chasser des fantômes

 

Au COMMISSARIAT du 12ème

Ryan : On enquête sur Scott Gallaway maintenant ? Pourquoi ?

Espo : Je pensais que tout accusait Cole Whitfield.

Beckett : C’est toujours le cas.

Ryan : Mais tu crois à la théorie de Castle ?

Beckett : Je pense qu’il a eu raison beaucoup trop souvent pour ne pas envisager sa théorie.

 

Au LOFT de CASTLE 

Castle dans son bureau, décroche son téléphone.

Beckett répondant : Salut, j’étais justement sur le point de t’appeler.

Castle : Ecoute, j’ai pris un peu de recul pour réfléchir à tout ça et… tu avais raison ; je crois que je me suis beaucoup trop impliqué là-dedans. Scott Gallaway n’a sûrement rien à voir avec ça.

Beckett : Non, en effet, j’ai vérifié ; son alibi tient la route, mais t’avais raison Castle. On a trouvé des preuves que Cole n’a pas tué Eva. Et je sais qui est l’assassin.

 

Au COMMISSARIAT du 12ème

Devant le tableau blanc : Beckett, Ryan, Esposito et Castle.

Beckett : Scott Gallaway est innocent. A 19 heures 45 quand Eva a été soi-disant attaquée, il assistait à un match de baskett de son fils.

Castle : Mais tu m’as dit avoir des preuves que Cole n’a pas tué Eva…

Esposito : La théorie sur Scott ne s’est pas confirmé mais on s’est penché très sérieusement sur les personnes de la vie de Cole… et du coup on a trouvé ça (Esposito fixe une photo sur le tableau blanc)

Castle : C’est le 4 X 4 de Cole ?

Beckett : Exact. Les caméras de circulation montrent que Cole était dans cette maison à Scarsdale de 18 heures à 20 heures.

Ryan : Ce qui prouve que Cole Whitfield ne pouvait pas être l’homme que tu as vu attaqué EVA.

Esposito : Et il y a un autre fait assez drôle ; Cole se rendait régulièrement dans cette maison entre 18 heures et 20 heures.

Castle : A qui appartient-elle ?

Beckett : A monsieur Robert James ; c’est l’un des autres cadres travaillant chez Whitfield et Gallaway.

Castle : Il était au déjeuner, mais que faisait Cole dans la maison de Robert.

Ryan : Il n’était pas là pour voir Robert puisque ce dernier travaille toujours tard au bureau. Mais… madame James était là.

Castle : Oh c’est une blague ; Cole avait une autre aventure et, cette fois, avec la femme de son collègue ?

Beckett : C’est sûrement pour ça qu’il a menti sur son alibi pour le soir en question.

Espo : La femme confirme leur liaison mais elle pensait que personne ne le savait.

Castle : Et peut-on placer Robert James près de la maison des Whitfield ce soir-là.

Espo : Et comment, qu’on peut.

 

SALLE d’INTERROGATOIRE

Robert James interrogé par Beckett.

Beckett : Monsieur James, merci beaucoup d’avoir pris la peine de passer.

Robert : C’est normal, même si je ne vois pas en quoi je peux vous aider.

Beckett : Et bien vous pouvez commencer par me dire où vous étiez il y a 2 jours à 20 heures ?

Robert : Je travaille tard, donc j’étais à mon bureau.

Beckett : Nan… C’est pas vrai. Si je le sais c’est parce que vous avez été pris en photo en passant le péage, à 19 heures 4 pour être précise, en direction de chez Cole, à Westchester.

Robert : Euh…

Beckett : N’essayez pas de mentir, ça ne servirait à rien. Quand Eva a découvert que Cole avait une liaison avec votre femme, elle est venue vous voir en vous proposant un plan.

Robert : Oui.

Beckett : Cet homme vous avait trahi tous les deux. Vous avez voulu vous venger.

Robert : Ce type passait ses journées à me sourire et ensuite il allait chez moi, pour coucher avec ma femme. Il méritait son sort.

Beckett : Donc Eva et vous, avez mis en scène le soi-disant meurtre d’Eva chez elle.

Robert : Oui, pour que le Privé puisse y assister et les indices auraient mené à Cole. Tout n’était qu’un écran de fumée ; Cole se faisait arrêter et Eva prenait son argent et disparaissait.

Beckett : Alors, comment se fait-il qu’elle soit morte ?

Robert : Je n’en ai aucune idée. Je lui ai parlé au téléphone le lendemain matin. Eva était très nerveuse ; elle regrettait. Elle a dit que ce plan n’était pas son idée à la base.

Beckett : C’était le plan de qui alors ?

Robert : Je n’en sais rien. Mais elle commençait à changer d’avis sur le fait que Cole soit condamné pour meurtre et elle était sur le point de tout avouer.

Beckett : Ce qui vous aurait détruit. Donc, vous l’avez tuée.

Robert : Non, non, non, non, non. Je n’ai fait que l’aider. Je n’ai rien à voir avec son meurtre.

Beckett : Ecoutez Monsieur James : quand est-ce que vous avez vu Eva pour la dernière fois, je veux dire face à face ?

Robert : C’était juste après notre retour des bois. On a nettoyé la maison. Ensuite, je lui ai donné la clé d’un des appartements de la société et elle est partie.

Beckett : Un appartement de la société ?

Robert : Elle avait besoin d’un endroit où se cacher jusqu’à ce qu’elle puisse quitter le pays.

Interrogatoire terminé ; Beckett retourne à son bureau où l’attendent les gars et Castle.

Beckett : Robert James ne se trouvait pas du tout près la maison des Whitfield, lorsque Cole a été tué.

Espo : ça prouverait qu’il n’a commis aucun des meurtres.

Castle : Ça pourrait aussi prouver qu’il dit la vérité ; que c’est quelqu’un d’autre qui a planifié ce coup monté.

Ryan : Oui et je crois savoir qui c’est ; la scientifique a terminé avec l’appartement. Ils ont trouvé les empreintes d’Eva, mais ils n’ont pas trouvé que cela.

Ryan remet une photo à Beckett qui en reste stupéfaite en apercevant le visage.

 

A la MAISON des WHITFIELD

Castle et Beckett entrent dans le bureau de Cole et trouvent l’avocate, Audrey Hastkins en train de ranger des dossiers.

Audrey : Je remets un peu d’ordre dans les affaires de Cole. Je suis occupée ; vous voulez quelque chose ?

Beckett : Mademoiselle Hastkins, je dois vous dire que les résultats des analyses sanguines de Cole Whitfield indiquent un taux élevé de sédatifs.

Castle : Tellement élevés qu’il n’aurait pas été capable de se prendre tout seul.

Beckett : Alors, on a vérifié ses relevés téléphoniques et on s’est aperçu que vous aviez appelé ici à de nombreuses occasions.

Audrey : ça n’a rien d’étonnant ; je suis l’avocate principale de la société de Cole.

Beckett : Oui, mais la plupart de ces appels ont été passés alors qu’il était à son bureau.

Audrey : Je représentais aussi sa femme, Eva.

Castle : C’est comme ça que vous appris les tromperies de son époux et la teneur du contrat de mariage. Alors, vous lui avez soufflé une idée ; vous lui avez dit qu’elle pourrait punir son mari et disparaître avec une coquette petite somme.

Audrey : Vraiment ? Et pourquoi aurais-je fait ça ?

Beckett : ça nous a vraiment surpris de découvrir que la première femme de Cole, Mallory, était l’une de vos sœurs de Sororité à la fac ; et il paraît que vous avez été effondrée par son décès.

Audrey : Nous l’étions toutes.

Beckett : Oui, mais vous êtes la seule à avoir dit à ces amies, que Cole aurait dû tomber pour meurtre. Alors, je me demande pourquoi après toutes ces années, vous êtes venue travailler pour Cole, alors que vous bossiez dans un grand cabinet ?

Audrey : …

Castle : Voilà ma théorie : vous avez pris ce poste pour pouvoir vous infiltrer dans la vie de Cole afin de trouver la meilleure façon et le bon moment pour venger votre amie Mallory ; et vous l’avez trouvé, avec Eva.

Audrey : C’est absurde.

Beckett : Vous croyez ? Eva appelait sur votre portable depuis la ligne fixe de l’appartement de la société, alors que tout le monde la croyait déjà morte.

Castle : Eva s’est dégonflée ; elle voulait tout avouer mais c’était hors de question ; pas après toutes ces années de préparation. Alors vous avez décidé que le faux meurtre d’Eva allait devenir vrai et tuer Cole, était pour vous, une façon de tourner la page définitivement.

Audrey : Waoh ! C’est une histoire incroyable Monsieur Castle ; ce serait parfait pour un roman, mais beaucoup moins pour une condamnation.

Beckett : Grâce à un mandat, on a trouvé du sang ainsi que des traces d’ADN d’Eva dans le coffre de votre voiture. C’est terminé, Mademoiselle Hastkins.

Audrey : J’en doute fort.

 

A l’extérieur de la maison : Le Lieutenant Neely, Castle, Beckett, Ryan et Esposito.

Lt Neely : On va prendre le relais ; en tout cas, merci pour tout.

Puis, l’avocate sort de la maison,  menottée, entre deux policiers.

Beckett : Elle voulait obtenir justice pour un meurtre, elle en a commis deux.

Castle : Elle avait raison à propos d’une chose ; il y a tous les ingrédients pour faire un très bon roman. Ouais… seulement, je n’ai pas envie de l’écrire.

Beckett : Tu viens ? On rentre.

Les Castle s’éloignent, tandis que Ryan et Esposito discutent près de leur voiture.

Ryan :  Hé… au fait Javier, écoute, à propos de ce faux profil sur le site, je suis vraiment désolé.

Espo : Ouais… je sais mon pote. Tiens, d’ailleurs, t’es tellement désolé que c’est toi qui va te taper toute la paperasse !

Ryan : Oh je l’ai bien mérité.

Espo : Cool, parce que j’ai rencard.

Ryan : Quoi ! quoi, quoi, quoi… avec Stacy ?

Espo : Nan, je ne la sentais pas, mais je me suis connecté sur mon compte et j’ai vu qu’il y avait une charmante fille, nommée Trixy, qui voulait me rencontrer.

Ryan : Trixy… euh… celle qui parle en faisant des rimes et qui est aussi danseuse exotique ?

Espo : Ouais… je pense qu’on va bien s’entendre.

Ryan : Une petite minute, Javier, le truc c’est qu’avec Jenny on a délibérément rejeté son profil, parce qu’en fait, pour être honnête, on se voyait pas trop au ski avec elle, pour notre week-end en couple.

Espo : Ouais… je vois ; ben, tant pis pour vous, parce qu’elle sera là.

 

Au BUREAU de CASTLE INVESTIGATIONS

Castle leur sert un whisky.

Beckett : Trinquons à cette affaire résolue. Comment tu te sens ?

Castle : On s’est joué de moi et deux personnes sont mortes.

Beckett : C’était pas ta faute et grâce à toi deux victimes ont obtenu justice.

Castle : Oui… pourtant… je sais pas… peut-être que dans le fait d’être Détective Privé, il y a un peu trop… comment dire… d’ambiguïté.

Beckett : Ecoute, tu as fait ce qu’on fait tous de temps en temps, tu as laissé l’enquête t’atteindre personnellement.

Castle : Peut-être que je ne suis pas fait pour ça ?

Beckett : Tu t’es donné beaucoup de mal pour devenir Détective Privé ; alors, ne prends pas de décision hâtive ; tu y verras plus clair demain.

Castle : Hum… tu as sûrement raison ; la nuit porte conseil… et les petites siestes aussi, il paraît ?

Beckett : Aaahh… il paraît, oui et… c’est même très recommandé.

Beckett se lève du bureau où elle s’était installée au cours de la conversation, et va s’assoir sur les genoux de Castle ; ce dernier, tout surpris, bégaie.

Castle : Oh… oh, oh… qu’est-ce q….

Aucune réponse possible… Beckett lui sautant sur ses lèvres pour un long et tendre baiser.

 

INTRODUCTION - INTO THE WOODS

Castle advance, flashlight in hand. Crunches, funny disturbing noises ... when suddenly, a shadow coming up behind him and knocks him out!

Castle  : Aaahh ...

 

12 HOURS EARLIER - At LOFT CASTLE 

Castle watches through the bookshelves and saw Kate in the process of moving to his office.

Castle  : What are you doing in my office?

Beckett  : Oh! Well Gates is on vacation, so I thought "why not go do my paperwork at home with my dear husband? "Finally, if you tell you to skip class with me?

Castle  : Technically the course since it does not dry will work?

Beckett  : We can work a bit and then we can take a nap ...?

Castle  : Ooh ... villainous siesta?

Beckett  : Yes I love these.

The CASTLE phone rings.

Castle  : Wait! Ah! This is a transferred call from my Detective Agency.

"Richard Castle Investigations, I listen; Yes ... Yes, of course I agree with you there in 20 minutes. Very good ". 

Castle  : For once in our relationship, it is I who receive the call from work. I may be a client.

Beckett  : Castle, it's fantastic!

Castle  : No, not at all; I had to spend the day with you.

Beckett  : it does not matter; you seem to forget all the times it's me who has to leave at short notice.

Castle  : So maybe if I finish not too late, I'll be back in time for our nap ... villainous.

Becke tt: In this case, you shall make it alone, because if you go to your office, I'm going to the station.

Castle  : Oh

Beckett  : Come on, hop! At work!

 

In CASTLE BUREAU INVESTIGATIONS

On the bearing; Castle out of the elevator and looks at his client.

Castle  : Hello!

The customer  : Hello!

Castle  : You must be Mrs. Whitfield? I'm Richard Castle.

By the time he reaches out, the customer refused his handshake; she shows him her palm, hurt.

Castle  : Oup ... Oh dear ... what happened to you?

Whitfield  : I got cut. Richard? Really, I beg you! Richard Rodgers do not you remember me? The Preparatory Academy Faircroft ... I spent my time on you copy in chemistry class.

Castle : Oh Eva ! Eva Hendrix

Eva  : Yes, Eva ... Yes but now I'm Eva Whitfield.

Castle  : And I'm Richard Castle

Eva  : Yes, I know, I read all your novels; I followed your adventures with the police. I know you're used to your account.

Castle  : Yes

Eva  : So ... here I am and ...

Castle  : Uh ... We'll talk about it inside.

Eva  : Yes

In the office.

Castle  : I'm listening Eva. What can I do for you?

Eva  : It's about my husband, Cole?

Castle  : Tell me a little more.

Eva  : It's broker; it is bright, charming; it's a very handsome man. When married life was beautiful. But in recent years the situation has become very difficult.

Castle  : I'm sorry.

Eva  : Rick ... I believe I wrong.

Castle  : What makes you think that?

Eva  : His way of acting. Overtime; no wonder he insisted on a prenup. I must know ; I have to find the truth. Can you help me ?

Castle  : Uh ... I'm really sorry, Eva, but that's not the kind of inquiry I deal in general.

Eva  : Please Rick, I need you informed you to tell me if there is something in my marriage that is worth to be saved. I beg you ... Please.

Castle  : Yeah, sure.

Eva  : Yeah.

Castle  : I only need info. on Cole and a photo. recent.

Eva  : Okay ... thank you.

 

At the restaurant

Castle, with a listening post and a headset, all hidden behind a menu; he moved off the table Cole, husband of Eva and his staff; listening to their conversation.

His set wrong ... very wrong means the beginning of the conversation. Then Castle approaching the microphone. 

Cole  : What I'm trying to get across is that we be aware of what we have and get a good rate.

Scott , the guest glasses  : Okay, okay! But even when you realize you that it could bring us big. 

Cole  : I pray thee Scott; this is the small change.

The other guest  : No, do not take this lightly Cole. This raises an important point.

Cole : Scottie ?

Scott  : What?

Cole  : you trust me?

Scott  : Of course I trust you.

Cole  addressing the other guest clapping her hands, while Castle startled at the sound it makes in her ear.

  • Robert? While we do not sell our box. In any case, we do not sell now, especially not at this price. We agree.

Robert  : We agree!

Scott   : Yes

Cole shakes hands with two guests rising from the table, ready to go.

Cole  : That's right. Thank you gentlemen.

Scott  Cole, you want me to drop you at the office

Cole  : No, I have an appointment with the doctor.

Scott  : OK. Right away.

Cole  Robert.

The husband remained at the table, phone:

  • Hello ; I really have a bad pain ... and I could go to the doctor ... or I could go to see you?
  • ...... (of course you can not hear the caller)
  • Yeah; that's a very good idea; I have not for long. See you soon.

Castle removes his headset, pays and leaves the restaurant.

 

In CASTLE BUREAU INVESTIGATIONS

Castle Beckett phone .

Beckett  : So her husband is having an affair and you have caught in the act?

Castle  : I have evidence that do not have the slightest ambiguity.

Beckett  : Oh the poor ... and how it collects the shock?

Castle  : Not very well. I spent half an hour with her on the phone; she was in tears, preparing her bags and she asked me if I could pass him file photo.

Beckett  : What? Tonight ?

Castle  : Yes, yes ... she wants to see for herself that her marriage is over; what could I say? No ?

Becket t: Do not let her cry on your shoulder too long.

Castle  : Remind me never to accept such a deal

Beckett  : It's you who said having to prove yourself as a Private.

Castle  : Yes? But that was before knowing what it meant.

Beckett  : It would comfort you if I was making dinner for you tonight?

Castle  : Can you imagine how.

Beckett  : What time you'll be home?

Castle  : Westchester return, counting the time crying on the shoulder, 8:30 p.m. to 9:00 p.m..

Beckett  : So in just now. I love you.

 

 

In the 12th COMMISSIONER

Rest room: Esposito and Ryan in discussion .

Espo  : Ah, that's not true

Ryan  : It seems that not even try you.

Espo  : Is what you could .... Hello

Beckett  : Hi!

Espo  : What happens with the Castle of case?

Ryan  : No! Please do not change the subject

Espo  : I want to talk about it; It's not complicated.

Beckett  : What you want to talk?

Espo  Ryan keeps taking my head because I'm no longer a couple now.

Ryan  ; Tell him why?

Beckett  : Ooh ...

Espo  : OK! Well actually ...

Ryan  : There are some time, we decided to pay a little weekend skiing a couple and it's next month.

Becket t: Oh, and the problem is that Lanie and Esposito have yet broken.

Ryan  : Yeah.

Beckett  : Yeah! ................ What ? You have broken!

Espo  : Yeah, but that's not why they should think that I am not able to resettle me. I never had any trouble finding me a girl.

Ryan  : But you got no need to find one; Jenny, you are in has already found one. It was a friend ...

Espo  : Wait one second; talk about a blind date? No way !

Beckett  : Esposito, hear it at least to the end.

Ryan  : It's called Stacy; it's an amazing girl! She runs a music store ... she's sports; and we have not stopped talking to him about you. She wants to meet you. Here, look at her picture.

Ryan offers her phone Espo, sighing ...

Espo  (taking the device): You want to forget me. ... Eeuuh ... Yeah, it's not bad.

Beckett  : It's not bad? It is a cannon; and thou not even want to meet her!

Espo  : OK! Why not ? But ... just because she really wants to meet me and because I hate to disappoint a lady.

Beckett  clinking glasses with Ryan  in a low voice: That's it! Good game !

Ryan  in the same tone  : Thank you

 

CASTLE its STOPS CAR IN FRONT HOME the EVA.

In descends; approaches the gate, and when he was about to strike, a woman's scream is heard in the night and cries:

  • Nope ! Pity!

Castle Panic; short while touring the garden, to arrive at a glass door behind the house; from there, he saw blood on the furniture, on the floor and the body of an unconscious woman being dragged by the feet. 

Castle  stunned  : Oh My God!

He returned to the house running and climbing the gate to enter the property. Back to the glass door ... Nothing ... Back at the house, to see a man dragging the woman still lifeless and lay it on the back seat of a car. He climbs the gate in the other direction, shouting:

  • Hey ! Hey ! Stop.

But the car disappears into the night in a squeal of tires .

Castle gets into his car and chases while calling Beckett; after 2 rings it responds.

Beckett:  Castle, you're there soon?

Castle  : Kate, he killed her!

Becket t: What? Sorry ?

Castle  : Kate, he killed her!

blurred and cut line. More Network; 

Castle  : Beckett? You hear me! .......... This is not true!

Castle found the suspect's car, now parked on the side of the road; inspect the inside using a torch; no one in it, but the blood on the back seat. When he hears a noise like shovel digging the earth ... sinks into the wood, following a path ... and eventually knocked out by pushing a "Aaahh! "

Moments later: groans; Castle regains consciousness, rubs the back of the skull; rises, picks up the torch and again the path in reverse current. His car was gone. 

Castle  : Oh! He took my car ... and shit!

He takes his phone in hand; it says "no network"

Sighs. Then, at night, he goes on the road lighting up his torch; then phone the alert. It picks up the network again. He recalls Beckett.

The latter is the loft; worried, she rushes to the phone on the first ring.

Becket t: Castle, where are you?

Castle  : Beckett, is dead! She is dead !

Beckett  : Wait, calm down! What is happening ?

Castle  : Eva was murdered by her husband. He killed her and I could not ... I could not stop him. I could not.

                                      JINGLE  CASTLE

 

BACK in the Wood where Castle was stunned.

At the scene Castle, Beckett, a lieutenant and a few policemen. 

Castle  : Lieutenant Neely, as I have already told you; I followed Cole Whitfield far and had to knock me out because when I came to, he was gone and my car.

Lt Neely  : And why did you go with him?

Castle  : To give the picture. Eva. That's when I heard screaming and saw her husband lying around his body in the middle of the kitchen. But before I could do anything, he spun car with her.

Lt Neely  : Mr. Castle, I see you have your Private license since 1 month.

Castle  : Yes ... And then?

Lt Neely  : And then you are really sure of what you saw?

Castle  : Obviously, I'm really sure! Finally, I….

Beckett  : Lieutenant, if Castle says it's happened, you can believe it.

A policeman  : Part of his story holds water; we found his car parked on a small road adjacent, about 100 meters from here.

Becket t Whitfield had to hide the Castle car to have time to flee.

Castle  : Lieutenant, I invent nothing. The Whitfield house is a crime scene. If we go into the kitchen, there will be blood on site, owned by Eva.

 

RETURN to WHITFIELD HOUSE of.

Lieutenant Neely, with Castle and Beckett strikes; Cole Whitfield opens the door. . 

Lt Neely  showing his plate  : Police Lieutenant Neely. Can we talk for a moment.

Cole  : Yes, please. Come in.

Everyone goes.

Cole  while closing the door  : So, what is it? What can I do for you ?

Lt Neely  : Mr. Whitfield, is that your wife Eva is here?

Cole  : No ... Why?

Lt Neely  : You know where she is?

Cole  : No. I know; I returned home, there are 20 minutes.

Cole pulls out a paper from his pocket, gave it to Lieutenant Neely, saying: 

  • I found that ! A sweet little word from Eva. She discovered that I was wrong and she left.

Castle, in an aside to Beckett, "Oh she's gone. He takes us to that? It was he who wrote this letter.  "

Cole  : I can not even reach her; I tried calling dozens of times, but I always fall on his answering machine.

Beckett  : You drive a "Model S" black?

Cole  : No c .... No it is the car of Eva. Why ? ......... Is it something happened to him?

Lt Neely  : We are not sure yet. But you say that you are back after 20 minutes?

Cole  : Yes, that's right, 30 to 21 h.

Beckett  : And where were you at 19 h 45?

Cole  embarrassed  : I was ... I was still in town; I was in the office. ............ .Ecoutez, I think I have to go refill a glass. Excuse me.

Cole leaves the room.

Castle  : It lies to us! He lies to us all the way!

Lt Neely  : If you are right, we should find traces of blood in the kitchen.

In the kitchen.

Castle  : It was here ... it happened right here. He cleaned everything ... necessarily. Why else would he let us in so easily.

Lt Neely  : If he does the cleaning, it is a true homemaker. Luminol shows no trace of blood.

Beckett  : Castle ...

Castle  : Kate, I know very well what I saw ... Here! The ! I knew it ! You see !

Cole arrives in the kitchen.

Cole  : You know what? What is happening ?

Lt Neely  : There are traces of blood on this furniture.

Beckett  : Mr. Whitfield you know where it may come?

Cole  : Yes! My wife is very awkward. She broke a flower pot and is cut by hand cleaner. She bled all over until she put a bandage ... Wait; I know why you are looking for traces of blood? ........................... .. Are you insinuating that I hurt my wife?

Castle  : We do not insinuate that Mr. Whitfield.

Cole  : Out! Get out of my house! Get out immediately!

The three, Castle, Beckett and Lieutenant Neely, leave without saying anything.

 

At LOFT CASTLE

Early in the morning. Castle tormented by the window. Beckett arrives, approaches him, grabbing his arm and resting her head on his shoulder.

Beckett  : Hi. You're standing since when?

Castle  : He's probably gone home; he saw that Eva was about to leave him and he killed her in a fit of rage. I promised her that everything would be okay.

Beckett  : I'm sorry my heart.

Castle  : New Lieutenant Neely.

Becket t: She said the research team had found nothing in the woods.

Castle and Beckett left the window to go sit, each on a chair.

Castle  : Yeah ... it's because Cole knew he could not leave it there because I was in his footsteps; then he returned to the car and went to get rid elsewhere.

Beckett  : The local police issued a wanted notice for the car of Eva and they monitor his credit cards.

Castle  : They located her mobile?

Becket t: They tried but either it is off or he's fucked.

Castle  : Yeah ... that means he's fucked. And ... for his alibi?

Beckett  : It was not in the office as he has claimed. His partner said he left for 18 hours and not 20 hours.

Castle  : So he had plenty of time to go to 19: 45 pm ...

Beckett  : But when Lieutenant Neely put it a fait accompli, he said, in fact, it was his mistress, Taylor McKinley, the woman with whom you have photographed it and remained there until 20 hours.

Castle  : We need to talk to this girl.

Beckett  : Castle is not in my jurisdiction, and it's not my investigation.

Castle  : Yes, but it's mine. Eva hired me. She was my friend and he killed her before my eyes.

Beckett , taking the hand of Castle  : Okay, I'll ask the teacher. But you have to let me; you can not be present. You're too involved. 

Beckett gets up, kisses Castle on the forehead.

 

In COMMISSIONER 12 th .

Beckett and the mistress of Cole Taylor McKinley.

Taylor  : So what? His wife discovered our affair and she left. What it can do this kind of thing happens every day.

Beckett  : Except that wives do not disappear every day.

Taylor  : It's a little early to say that she has gone, do not you think? I'm sure she will come back.

Beckett  : Miss McKinley, when did you meet Mr. Whitfield?

Taylor  : There are 1 year to my yoga class.

Beckett  : And when the connection did she start?

Taylor  : One week after .... What? It's hot ... and rich.

Beckett  : What time did he come home last night?

Taylor  : As I told police the other lieutenant, he landed at 18 pm and he left after just 20 hours.

Beckett  : So you have not moved from the apartment all this time?

Taylor  : That's right!

Taylor left the post; Beckett returns to his office and talk with the guys.

Ryan  : So? What do you think ?

Beckett  : It seeks confrontation. And all his answers were too prepared.

Espo  : You think she's lying?

Beckett  : Go investigate in her building, see if anyone saw Cole last night; and let us look at what Mr. Whitfield, just to see if he does not hide anything.

Ryan  : Yeah.

 

FRONT OF HOUSE Cole WHITFIELD

Castle in his car with his binoculars, spy Cole being charged for garbage bags in his vehicle. 

Castle  talking to himself  : Who are-there was no such bags Cole? And where are you going to get rid of you?

Cole turns and sees Castle; it was nice to lean toward the passenger seat; too late ! Cole arrives and knocks on the window. 

Cole  : What are you doing?

Castle  : Um ... I ... I ...

Cole  : First you accuse me of murder, and now you spying on me in front of my house! No, but what is your problem, damn it!

Castle  : How it my problem?

Cole  : Yeah!

Castle  : It's not me who killed my wife!

Cole  : You're raving! You are aware ? Eva is alive; I got it online; She called me 20 minutes ago

Castle  : You're lying.

Cole  : I would have preferred because it told me to go to hell; and she also said that she completely emptied our joint account.

Castle : …..

Cole  : You do not believe me! Check with my bank ... while you were trying to loot my house, this little slut stung me 7 million 4.

The Lieutenant Neely arrives and stops her car next to them.  Decrease the glass and is interposed.

Lt Neely  : Mr. Whitfield! There is a problem ?

Cole  speaking to Lt  : Yeah ... This man is harassing me ... and turning to  Castle  : Hey, you never will prove anything.

Then Cole leaves.

Castle  under questioning look Lt Neely ... stutters: Hey ... I ... It ....

 

In COMMISSIONER 12 th

Break room ; Castle and Beckett at the table with their coffee.

Beckett  : You're crazy now? What possessed you to do that?

Castle  : You saw me as last night. It is arrogant! And what do all the arrogant men?

Beckett  mischievously  : They make mistakes.

Castle  : Exactly ... But ... wait, you talk to me here? That's it ?

Beckett  : You're the only witness and you're destroying your credibility as I try to help. Can you imagine if Gates learns that?

Castle  : I'm just trying to find evidence.

Beckett  : Right now the evidence is Cole's side; Eva's call statement confirms that she passed him a call this morning at 9 am 35. There is also the transfer of 7,000,000 4 performed last night on a Swiss account.

Castle  : Of course; he manages to create a reasonable doubt. It manufactures a story where she steals and she flees. That's why we do not find the body. It is his plan!

Espo  : Good! We come back to the building where he saw the mistress; nobody remembers seeing Whitfield last night.

Castle  : it proves that there was not.

Beckett  : it only proves that no one has seen. If one has no body, we will have something more solid than that.

Ryan  : Guess what? It turns out that Whitfield had already been married once, in Los Angeles. Mallory Whitfield (Ryan gives the photo Beckett)  ; she had touched a legacy of several million dollars. 

Espo  : Had?

Ryan  : Yes, she died in a hiking accident in the Angeles National Forest; she fell off a cliff. Guess who was the only witness?

Beckett  : Her husband, Cole.

Ryan  : Bingo. The cops tried to make a murder case, but Cole had an answer for everything. They were never able to charge him. On the death of his wife, he inherited all his possessions, which he used to mount the box and make his fortune.

Castle  : So he escaped once and now it will retry the blow. It was not a crime of passion. He had it all planned.

TO TABLE WHITE

All four are there and Beckett shows the photo of Mallory Whitfield.

Beckett  : So the first wife of Cole dies in mysterious circumstances and then, the second disappears.

Ryan  : it can not be a coincidence. This type is a black widow ... or rather ... a black widow ...

Castle  : Only this time, there is no body. He tries to create the illusion that Eva is still alive.

Espo  Yes he works very hard for this illusion seem real. Castle did tell you that Cole Whitfield was at his home in Westchester this morning?

Castle  : It has not moved in the morning.

Espo  : I just received phone data Eva; Call for Cole passed through a cell tower in Manhattan.

Ryan  : He probably asked someone to use the laptop Eva to make this call.

Espo  And whoever this person was near the 4 th  and 31 th .

Castle  : This is where I took the picture. ! His mistress, Taylor lives in a building on the corner.

Beckett  : If she lied to get her alibi, she was able to make the call. Guys, bring out the position.

Espo  : Ah, that's too bad, I'll have to cancel the lunch with Stacy.

Ryan  : No, no, no. You canceled anything; need you to do a good first impression.

Beckett  !: Rahh ... It's not true; go to your date, Ryan and I are taking care of her.

Espo : OK

 

Interrogation room ; Beckett and mistress.

Taylor  : I've answered all your questions.

Beckett  : Yes, but you pay a little more because of new elements have been revealed.

Taylor  : Oh yeah! And what new elements.

Beckett  : Before that, I would like to review with you some of your comments on our last interview. You said that Cole was home between 18 and 20 pm last night. Do you maintain your statement.

Taylor  : Yes ... I stand.

Beckett  : None of your neighbors did outline.

Taylor  : It is a very quiet man.

Beckett  : Did he ask you to say he was in your apartment?

Taylor  : Nan.

Beckett  : Did he ask you to call with mobile someone else.

A woman burst into the room  :

  • Taylor, do not say a word.

Audrey Hastkins, counsel for Miss McKinley.

Taylor  : Wait, you are who you?

Audrey  : I'll be fine. That's Cole sent me. I am the lawyer of his business. Let me handle this.

Beckett  Taylor listen to me; if you gave him a false alibi, that makes you his accomplice and that can land you in jail.

Audrey  : An accomplice in what, exactly?

Beckett  : From murder of Eva Whitfield.

Taylor  : Eva is not dead. Cole spoke to him this morning.

Becket t: Or he talked to someone who was using the phone Eva and this call was channeled through a relay antenna near your building at 9 am 35.

Audrey  : Lieutenant, unless you have evidence ...

Taylor  : Wait. You accuse me of having made the call? I was at work at 9 am to 35 yoga studio.

Beckett  : We checked your schedule; you are not working in the morning.

Taylor  : No ... but I had to replace another teacher. who was sick. I was there from 9:30 to 11:00 am. You can verify.

Audrey  : We finished Lieutenant.

Taylor and the lawyer out of the interrogation room, while Beckett goes into the next room, where Ryan and Castle were able to observe the scene behind the two-way mirror. 

Castle  : It's very clever; Cole sent his lawyer to silence his mistress. He does not want this story kind of family.

Ryan  : Yes. And now she has a lawyer, how are we going to do about it?

Beckett  : By checking his story; I'll call his job for his alibi.

Beckett leaves the room while qu'Espo shows its face.

Espo  : Hi ...

Ryan  : How was the date?

Espo  : Can we talk for a second?

And they rebel in a deserted corridor.

Ryan  : What do you think of Stacy?

Espo  : Oh buddy ... it was great ... until it starts to make me freak out.

Ryan  : What?

Espo  : Yeah. It was the middle of the inputs, and suddenly, she told me that the blue shorts that I wore during the triathlon made me super sexy legs, what is true ...

Ryan  : Yeah ...

Espo  : Only she knows how I got involved? And how she knows what color my shorts? And that's when she told me she had seen the picture which I had put on my profile.

Ryan  laughed ...

Espo  : Oh! You think this is funny?

Ryan  : Hey ... uh ...

Espo  : You created me a profile on a dating site?

Ryan  : And well, technically it's Jenny who has created you, I have only just manage it skillfully.

Espo  : You thought I was not going to find out! I almost handcuff him.

Ryan  : Actually, we said that if you really cracking up over it, you were going to forget this story.

Espo  : What's wrong with you? I find myself alone girls!

Ryan  : I know. But you did not and weekend skiing is coming soon. So ... uh ... no, no, listen, I try only to you help you.

Espo  : I do not need help, buddy. This will afford.

Ryan  : Oh ... Yeah ...

 

Near OFFICE BECKETT

Castle then wanders approaches Beckett

Beckett  : The owner of the yoga studio confirms that Taylor was at work from 9:30 to 11:00.

Castle  : So his boss lying to us.

Beckett  : Castle, she gave a course to more than 30 people, so it has not made the call, but whether he did it on purpose to go near her apartment.

Castle  : This means that someone wants us to believe that it was Taylor.

Beckett  : And it would have worked if it had not replaced a teacher.

Castle  : A replacement ... But of course ... The call from his boss was the only thing that could not foresee the person who is behind this.

Beckett  : The person you're talking, it's Cole.

Castle  : No!

Beckett  : No?

Castle  : No! Beckett, the murder was staged; this story is only a work of fiction; a Hitchcock movie, and that's me playing the role of the witness. I'm James Stewart in "Vertigo" and why we found no body, it is because there are none! Eva is still alive.

Beckett  : Eva is alive? It is not at all what you thought it was just two minutes.

Castle  : Because I just "hit"! Eva is the only person who wants to get Cole to a murderer and his mistress for an accomplice.

Beckett  : Wait ... You said you saw Cole kill Eva; That's right ? You saw him or not?

Castle  : I saw what she wanted me to see. That's why she asked me to bring him the picture. Eva all engineered from the beginning. And I'm naive detective who fell into the trap.

Beckett  : Oh ... why she would give all this trouble?

Castle  : Because it does not suffice him to leave; to put an end to this marriage; She was desperate to make him suffer; she trapped! He was not lying when he swore that she had passed her a call. It's the case ; it was well known and she has transferred this Swiss account the 7.4 million dollars. This is to finance his flight. I am right. I am firmly convinced.

Beckett answering his phone just ringing: 

  • Beckett! When? ... Okay. Thank you.

Then she hangs up and again at Castle address. 

Beckett  : Castle, I'm so sorry ...

Castle  : Ooh ... I know it sounds crazy but ... Eva is still alive.

Becket t: No, sorry; we found his body in the river. Eva died.

 

In the corridor leading to the mortuary. 

Castle  : There is no chance that Eva died. In this situation, a reversal in Hitchcock, this will not be his body. Believe me on speech.

Beckett  : So who is just out of the river?

Castle  : A woman who looks like him.

Beckett  : Okay. But we'll check your fingerprints like that we will not have any doubt.

Castle  : Except that his fingerprints will be altered and his face is unrecognizable. This is part of the plan Eva to commit the perfect crime. You will see.

 

At the MORGUE 

Lanie is currently examining the wound behind the head of the dead.

Castle  : Woah ... looks like this is it.

Lanie  : It's because it's her. His fingerprints match. This is Eva.

Castle  : It's impossible.

Lanie  : I also checked dental records, Castle, she; I would have liked to tell you otherwise.

Becket t: It seems that the cause of death is head trauma.

Lanie  : Yes it has a significant fracture in the parietal region. But we just bring him to me, so I have made a preliminary examination. I'll call you as soon as I finish the autopsy.

Beckett  : Okay.

On leaving the mortuary in the corridor.

Becket t: I'm really sorry about your friend.

Castle  : Yes, me too.

Beckett  : Now that we have a body, it'll give us leverage.

 

In BUILDING TAYLOR - At its OUTPUT of LIFT 

Ryan  Taylor! We need to talk.

Taylor  : My lawyer told me not to talk to you.

Espo  : Very good! So listen.

Ryan  : I do not know what Cole told you, but his wife died. They found his body there 2 hours.

Taylor  : Oh my god ...

Espo  : Listen to Taylor, if you want to avoid prison, this is the time to tell us the truth.

 

In COMMISSIONER 12 th

Interrogation room: Beckett facing Cole Whitfield and his lawyer Audrey Hastkins.

Beckett  : Nice to see you again Master Hastkins. Apparently you represent everyone in this business ...

Audrey  : Before you start, know that Mr. Whitfield is here only because you say you have information about his wife.

Beckett  : Cole affirms that you have talked to Eva this morning; What did she tell you ?

Cole  : She said it was over and she was leaving town.

Audrey  : Lieutenant, did you find Mrs. Whitfield, yes or no?

Beckett  holding the photo of dead Eva:  Yes we have found ... in the river ... murdered by your client.

Cole  : It's a lie.

Beckett  Taylor dropped you. She told us that you were not home last night.

Audrey  : You talked to my client without my presence?

Beckett  : She waived her rights. Mr. Whitfield, if you were not at Taylor last night, where were you?

Audrey  : Do not answer him. Do you inculpez?

Beckett  : It's only a matter of time.

Audrey  Cole, let us go.

Out of the interrogation room. In the corridor Castle follows Cole and grabs the arm

Castle  : Hey!

Cole  : Hey!

Castle  : I know it's you. You killed her. I've seen you.

Audrey  : Do not speak to my client.

Beckett  : Castle, Castle stops

Audrey  : Tell me what kind of job it is Lieutenant?

Beckett  : Bring your customer home but do not worry, we will soon get you.

Cole  : Let's go.

Beckett Castle still holding his arm. 

Beckett  : What was that?

Castle  : I know, I know, I'm sorry.

Beckett  : Castle you are stressed; comes home and tries to calm down.

Castle  : Do not worry; it will be fine.

Beckett  : I know it will go; but then you have to take a step back.

Castle  : Yes, yes ... you're right.

Beckett  : Okay.

Then Beckett's phone rings; she landed; is Lanie.

Beckett  : I'm listening Lanie

 

At the MORGUE

Lanie  : During the autopsy, I discovered that the nail of the left index Eva was split in the middle and I realized that there was something in the crack. These three hair.

Beckett  : They surely landed there while she defended herself.

Lanie  : It's likely, yes.

Beckett  : How fast you can get the results? The DNA of Cole in the files as was suspected of murdering his first wife.

Lanie  : I have already compared and it fits.

Beckett  : What?

Lanie  : Cole Withfield is your murderer.

 

A WESTCHESTER - HOUSE of WHITFIELD.

On the terrace: a policeman, accompanied by Beckett and Lieutenant Neely, approaches a glass door, shouting:

  • Mr. Whitfield! Mr. Withfield! We have a warrant for your name!

Lt Neely  : No answer from him.

Beckett  : But his 4 X 4 is parked in the driveway.

Policeman  : It pushes the door.

Becke tt  opening the door  : No need.

They go and Lieutenant Neely shouts: 

  • Mr. Whitfield! Show yourself immediately; and do not make them even more difficult. Silence. No answer.

Then everyone goes through the rooms on the ground floor, one by one, until Beckett noticing the feet of a hanged ... It's Cole. 

 

At LOFT CASTLE

Evening before the fire; Beckett and Castle, seated, discuss around a glass of wine.

Beckett  : Are you okay?

Castle  : I never thought it would end like this.

Becket t: I bet Cole either.

Castle  : Yes, but a suicide. What did the coroner?

Becket t: Cole would put the rope around his neck ... and he would have jumped into the void. I'm sorry. I know it's not how you wanted it to end.

Later in the room - Beckett lying on its side, appearing to sleep ...

Castle  settling on the bed  : Beckett ... Beckett! Are you sleeping ?

Beckett  : Nah.

Castle  : Cool; There's something that bothers me.

Beckett  : Yeah ... me too there is something that bothers me.

Caslte  Why a guy like Cole would commit suicide?

Beckett  turning  : Because a guy like Cole did not think he could keep in prison.

Castle  : Oh yes; with money and relationships he had, he probably would not even go to prison. While the record is based only on circumstantial evidence. He could have come out at trial.

Beckett  : Well, obviously, it did not.

Castle  : It's too short.

Beckett  : Castle, do not listen to the little voices in your head.

Castle  : And if they led me to the truth.

Beckett  : In this case, we will take care of it tomorrow.

Morning: Beckett wakes up, turns in bed, looking Castle, but the place is empty. Then she sees on the bedside table, a word stuck in a nice bouquet of red flowers "I got up early; I left the office. Meet me ? "

 

In CASTLE BUREAU INVESTIGATIONS.

Beckett arrives 2 big coffee cups in hand.

Beckett  : Castle! Castle, are you here? I brought you a coffee. I told myself that…

Then she immediately stopped, seeing the picture Castle is just finishing. Table filled with colored son, making connections between dates, days, photo. 

Beckett  : Wow! Finally, it was perhaps not a good idea coffee ... What's that?

Castle  : The chronology of events. Eva is in red, green and Cole Taylor in blue.

Beckett  : A timeline for a case that is already solved?

Castle  : Not yet. Cole did not commit suicide.

Beckett  : Thou bases on?

Castle  : I base on his personality. Cole was arrogant, haughty and above all too narcissistic to end his days. So if he does not commit suicide, that means he was killed.

Beckett  : Castle, you're going too far in assuming that.

Castle  : And it changes absolutely everything because if Cole did not commit suicide, because it means that it's not him but someone else who killed Eva. That's why we staged his suicide; that the police concluded that he was the culprit.

Beckett  : In this case, the person who killed Cole, also killed Eva. And that would be that from you?

Castle  : The man I saw at her and struck me in the woods.

Beckett  : The one you said, it was Cole.

Castle  : Because that's what he wanted me to believe. He made every scene that I think it was Cole.

Beckett  : Castle On agreement. Let one second that a man had entered the house dressed as he attacked Cole and Eva. How could he know that you would get to witness it all.

Castle  : He was necessarily in league with Eva.

Beckett  : If Eva is part of the set-up, why it is in the morgue.

Castle  : Because ... it comes back to a classic Hitchcock. She was overtaken by his accomplice.

Castle tends folder to Beckett and the bed ...

Beckett:  It is the legal status of Whitfield and Gallaway, Cole's Company?

Castle:  it cost me 2 boxes of "Cronuts" to exit these documents the clerk's office. Cole and his partner Scott Gallaway were equal partners in society, but according to this document, if something happened to one of them, the other would get full powers.

Beckett:  You suggest that Scott Gallaway was the accomplice of Eva in the setup.

Castle:  I listened to the record that I made at the restaurant. ( We hear  the beginning of the recording ). They had just received an important offer to sell the company. Offer Cole refused to accept. So I checked the accounts of Scott; it was more than in the red at the bank. His exit was such redemption, but for this to be possible, he had to have control of the company; and as Eva wanted to end her marriage and punish Cole, they developed this plan in order to get rid of it.

Beckett:  We have no evidence that proves this theory.

Castle:  It was Scott Gallaway. I'm sure. You just check his alibi. Would you be willing to do that for me?

Beckett:  Okay. But first, I want you to hear me. Eva was your friend; she came here to ask you for help. And now she's dead, you feel responsible and it makes you chase ghosts

 

In COMMISSIONER 12 th

Ryan  : We investigate Scott Gallaway now? Why ?

Espo  : I thought all accused Cole Whitfield.

Beckett  : It's always the case.

Ryan  : But you believe in the theory of Castle?

Beckett  : I think he was right too often for not considering his theory.

 

At LOFT CASTLE 

Castle in his office, picks up the phone.

Beckett  meet  : Hi, I was just about to call you.

Castle  : Look, I took a step back and think about all this ... and you were right; I think I am too involved in that. Scott Gallaway has certainly nothing to do with it.

Beckett  : No, indeed, I checked; his alibi holds up, but you were right Castle. We found evidence that Cole did not kill Eva. And I know who the murderer.

 

In COMMISSIONER 12 th

In front of the whiteboard: Beckett, Ryan, Esposito and Castle.

Beckett  : Scott Gallaway is innocent. At 7:45 p.m. when Eva was allegedly attacked, he attended a baskett match of his son.

Castle  : But you told me to have evidence that Cole did not kill Eva ...

Esposito  : The theory of Scott has not confirmed but has looked very seriously on the lives of Cole ... and suddenly we found it (Esposito fixed a picture on the whiteboard) 

Castle:  This is the 4 X 4 Cole?

Beckett:  Right. Traffic cameras show that Cole was in the house in Scarsdale from 18 hours to 20 hours.

Ryan:  This proves that Cole Whitfield could not be the man you saw attacked EVA.

Esposito:  And there is another fact quite funny; Cole was a regular in the house between 18 hours and 20 hours.

Castle:  To whom does it belong?

Beckett:  A Mr. Robert James; this is one of the other managers working at Whitfield and Gallaway.

Castle:  It was at lunch, but Cole was in the house of Robert.

Ryan:  He was not there to see Robert as the latter still working late at the office. But ... Mrs. James was there.

Castle:  Oh, it's a joke; Cole had another adventure, this time with the wife of his colleague?

Beckett:  That's probably why he lied about his alibi for the night in question.

Espo:  The woman confirmed their relationship but she thought no one knew.

Castle:  And can we put Robert James near the Whitfield house that night.

Espo:  And how we can.

 

Interrogation room

Robert James questioned by Beckett.

Beckett  : Mr. James, thank you very much for taking the trouble to pass.

Robert  : This is normal, even if I do not see how I can help you.

Beckett  : Well you can start by telling me where you were there 2 days 20 o'clock?

Robert  : I'm working late, so I was in my office.

Beckett  : Nah ... It's not true. If I know it's because you were photographed passing the toll to 19 hours 4 to be precise in the direction of at Cole in Westchester.

Robert  : Uh ...

Beckett  : Do not try to lie, it would be useless. When Eva was discovered that Cole had an affair with your wife, she came to see you by offering you a plan.

Robert  : Yes.

Beckett  : This man you betrayed both. You wanted to revenge.

Robert  : That guy spent his days me smile and then he went home to sleep with my wife. He deserved his fate.

Beckett  : So Eva and you, have staged the alleged murder of Eva home.

Robert  : Yes, that Private can attend and indices have led to Cole. It was all a smokescreen; Cole was arrested and Eva took her money and disappeared.

Beckett  : So how is it that she died?

Robert  : I have no idea. I talked to him on the phone the next morning. Eva was very nervous; she regretted. She said that this plan was not his idea to base.

Beckett  : It was that plan then?

Robert  : I do not know. But she was beginning to change his mind on the fact that Cole was convicted of murder and she was about to confess everything.

Beckett  : What could have destroyed you. So you killed her.

Robert  : No, no, no, no, no. I did that help. I have nothing to do with his murder.

Beckett  : Listen Mr. James: When did you saw Eva last, I mean face to face?

Robert  : It was right after our return from wood. We cleaned the house. Then I gave him the key to the company's apartments and she left.

Beckett  : A company's apartment?

Robert  : She needed a place to hide until she could leave the country.

Examination completed; Beckett returns to his office where waiting guys and Castle.

Beckett  : Robert James was not at the nearby home of Whitfield, when Cole was killed.

Espo  : it would prove that he did not commit the murders.

Castle:  It could also prove he told the truth; it is someone else who planned this setup.

Ryan  : Yes, and I think I know who it is; Scientific finished with the apartment. They found the footprints of Eva, but they have not found it.

Ryan gives a picture Beckett is left stunned when he saw the face. 

 

At the House of WHITFIELD

Castle and Beckett go into the office and found Cole's lawyer, Audrey Hastkins putting away files.

Audrey  : I put some order in the affairs of Cole. I'm busy ; you want something ?

Beckett  : Miss Hastkins, I must say that the results of blood tests Cole Whitfield indicate high levels of sedatives.

Castle  : So high that it would not have been able to take alone.

Beckett  : So we checked her phone records and we noticed that you called here on numerous occasions.

Audrey  : it is not surprising; I am the Senior Counsel of the company Cole.

Beckett:  Yes, but most of these calls were made while he was in his office.

Audrey  : I also was representing his wife, Eva.

Castle  : That's how you learned the deception of her husband and the content of the marriage contract. So you blew him an idea; you told her she could punish her husband and go away with a tidy little sum.

Audrey  : Really? And why would I do that?

Beckett  : it really surprised us to discover that the first wife of Cole, Mallory, was one of your sorority sisters in college; and it seems that you have been collapsed by his death.

Audrey  : We all were.

Beckett:  Yes, but you're the only one who told these friends that Cole should have fallen for murder. So I wonder why after all these years, you came to work for Cole, while you bossiez a large firm?

Audrey  ...

Castle:  That's my theory: you took this position in order to infiltrate the Cole's life in order to find the best way and the right time to avenge your friend Mallory; and you found with Eva.

Audrey:  That's absurd.

Beckett:  You think so? Eva call on your mobile from the fixed line to the apartment of society, so that everyone already believed dead.

Castle:  Eva is deflated; she wanted to confess everything but it was out of the question; not after all these years of preparation. So you have decided that the fake murder of Eva became true and kill Cole, was for you, a way to turn the page definitively.

Audrey:  Wow! It's an incredible story Mr. Castle; would be perfect for a novel, but much less for a conviction.

Beckett:  With a mandate, we found blood as well as Eva DNA traces in the trunk of your car. It's over, Miss Hastkins.

Audrey:  I doubt it.

 

Outside the house, The Lieutenant Neely, Castle, Beckett, Ryan and Esposito. 

Lt Neely  : We will take over; in any case, thank you for everything.

Then the lawyer out of the house, handcuffed between two policemen.

Beckett  : She wanted to get justice for a murder she committed two.

Castle  : She was right about one thing; there are all the ingredients to make a great novel. Yeah ... only I did not want to write.

Beckett  : You come? We return.

The Castle recede, while Ryan and Esposito are discussing near their car. 

Ryan:   Hey ... the fact Javier, listen, about this fake profile on the site, I'm really sorry.

Espo:  Yeah ... I know buddy. Here, too, you're so sorry that it is you that will hit you all the paperwork!

Ryan:  Oh, I earned it.

Espo:  Cool, because I date.

Ryan:  What! what, what, what ... Stacy?

Espo:  Nah, I do not feel, but I logged into my account and saw that there was a charming girl named Trixy, who wanted to meet me.

Ryan:  Trixy ... uh ... one that speaks in rhyme and that is as exotic dancer?

Espo:  Yeah ... I think we'll get along.

Ryan:  Wait a minute, Javier, the thing is with Jenny profile was deliberately rejected because, in fact, to be honest, we not see too skiing with her, for our weekend couple.

Espo:  Yeah ... I see; Well, too bad for you, because it will be there.

 

In CASTLE BUREAU INVESTIGATIONS

Castle serves them whiskey .

Beckett  : A toast to this case solved. How are you feeling ?

Castle  : We cheated me and two people died.

Beckett  : It was not your fault and thanks to you two victims got justice.

Castle:  Yes ... But ... I do not know ... maybe in being Detective, there's a little too ... well ... ambiguous.

Beckett:  Look, you did what we all do from time to time, you let the investigation reach you personally.

Castle:  Maybe I'm not made for this?

Beckett:  You've worked hard to become Detective; then do not take a hasty decision; you will see clearer tomorrow.

Castle:  Um ... you're probably right; sleep on it ... and naps as it seems?

Beckett:  Aaahh ... apparently, yes ... and it is even highly recommended.

Beckett gets up from the desk where it was installed during the conversation, and will sit on the Castle's lap; the latter, surprised, stutters.

Castle:  Oh ... oh, oh ... what ... q.

No possible answer ... Beckett jumping him on his lips for a long, tender kiss. 

 

Kikavu ?

Au total, 139 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Exarkun30 
28.12.2019 vers 15h

rooknroll 
03.01.2019 vers 17h

Emi82 
02.11.2018 vers 17h

Daisy2860 
10.02.2018 vers 17h

stephane25 
07.02.2018 vers 16h

324B21 
03.02.2018 vers 11h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente

Suite de mots 2
Aujourd'hui à 20:37

PDM : Photo du mois
Aujourd'hui à 20:36

anniversaire
17.10.2020

Survivor n°2
19.09.2020

S02E24 Espion d'un jour
Aujourd'hui à 15:49

S02E23 Doublement mort
Aujourd'hui à 15:49

S02E22 La guerre des cuisines
Aujourd'hui à 15:49

S02E21 Le flic fantôme
Aujourd'hui à 15:48

Actualités
[Stana Katic] La saison 3 d'Absentia arrive en France

[Stana Katic] La saison 3 d'Absentia arrive en France
C'est aujourd'hui, le samedi 24 octobre, que la troisième saison de la série d'Absentia arrive sur...

Joyeux anniversaire, Jon!

Joyeux anniversaire, Jon!
Ce vendredi, Jon Huertas célèbre son 51e anniversaire. En effet, l'acteur connu pour son rôle de...

[Santiago-Hudson] Bande-annonce de Ma Rainey's Black Bottom

[Santiago-Hudson] Bande-annonce de Ma Rainey's Black Bottom
Dans deux mois arrive sur Netflix le long métrage Ma Rainey's Black Bottom, dont Ruben...

Alternative Awards | Une 3e nomination pour Castle

Alternative Awards | Une 3e nomination pour Castle
Après Kate et Rick, c'est au tour de Carly Rae Jepsen de représenter Castle aux Alternative...

Alternative Awards | Rick compte sur vos votes!

Alternative Awards | Rick compte sur vos votes!
Après Kate, c'est au tour de Castle d'attendre vos votes pour les Alternative Awards. En effet, le...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

mnoandco, Aujourd'hui à 12:03

Un pt'tit clic pour départager les finalistes du concours A Discovery of Witches? Vous pouvez en profiter pour aussi commenter le nouveau design

stella, Aujourd'hui à 12:07

Les forums du quartier OTH reprend vie. Un nouveau pendu et un nouveau survivor vous attend.

Aloha81, Aujourd'hui à 16:52

Aloha ! Nouveau Survivor et sondage toujours en cours sur le quartier Magnum P.I. ! Bon week-end à tous !

Luna25, Aujourd'hui à 19:01

Nouveaux duel, pdm et sondage sur le quartier Legends of Tomorrow !

Luna25, Aujourd'hui à 19:02

Deux flics joués par Shemar Moore (S.W.A.T./Esprits Criminels) s'affrontent dans le duel, venez les départager

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site