706 fans | Vote

So happy together

Histoire écrite par Minefuji

 

Beckett était lucide, c'était grave. Elle n'avait pas pu voir où Rick avait été touché, mais sa respiration erratique ne laissait rien présager de bon. Son état n'était guère plus brillant, elle avait tant bien que mal réussi à le rejoindre en rampant, mais tout ce qu'elle avait été capable de faire, avait été de lui prendre la main. Deux balles dans le ventre... Elle avait peu de chances de s'en sortir… 

Quelques années auparavant, c'était ainsi qu'elle imaginait sa fin: en se prenant une balle. Cette perspective ne l'ennuyait pas vraiment à cette époque. Mourir comme elle aurait vécu: en rendant justice aux victimes et à leurs familles. Mourir l'arme à la main après avoir lutté avec acharnement, une mort héroïque, en luttant pour ce en quoi elle croyait. Mourir comme sa mère l'avait fait, pour ses idées. A cette différence près, qu'elle ne laisserait pas son enfant derrière elle, ni de mari éploré. Elle y avait veillé en empêchant quiconque d'entrer dans son cœur, en ne se contentant que d'amourettes sans importance. Même Will, avait finalement compris que jamais il n'aurait son cœur et pourtant leur histoire était ce qui s'était le plus approché d'une véritable histoire d'amour. Il était parti, non sans lui avoir demandé de le suivre. C'était sans doute un test, un test pour savoir si elle était prête à s'engager véritablement, un test, qui lui avait enlevé toutes ses illusions avec elle. Elle ne voulait pas d'attache. Elle voulait défendre sa cause au prix de sa vie s'il le fallait, comme sa mère, mais sans laisser derrière elle des personnes qui souffriraient de son décès. 

Mais ça c'était avant. Avant Castle et ses gros sabots. Avant qu’il ne la ramène à la vie, avant qu’il ne lui fasse comprendre qu’elle avait droit au bonheur. Elle l'avait repoussé de toutes ses forces, elle avait tout fait pour le décourager, pour l'empêcher de l'aimer, car elle savait en son for intérieur qu'elle ne réussirait pas à vivre une histoire en demie mesure avec lui. Elle savait que si elle le laissait entrer dans son cœur, il y prendrait toute la place. 

Et finalement, Castle avait réussi à faire tomber la muraille, il lui avait redonné l'envie de vivre pleinement. Avec lui, elle s'était autorisée à imaginer une vie pleine d'amour, de rires, de joies et d'enfants. Avec lui, elle avait eu envie d'une vie normale, d'une vie où la vengeance, les combats et les sacrifices seraient derrière elle. Retrouver le bonheur qu'elle avait connu pendant dix-neuf ans et qu'on lui avait arraché. 

Mais le destin l'avait rattrapée, Locksat et Caleb Brown leur avaient tendu un piège et ils étaient tombés dedans. Leur belle histoire allait-elle prendre fin ainsi? Main dans la main dans une mare de sang? Sa plus grande peur allait-elle se réaliser ? 

Elle serra la main de Rick et sentit une légère pression lui répondre. Il se battait pour survivre, il ne baissait pas les bras. Elle tenta de lui parler, mais ne parvint qu'à murmurer son nom. Il serra de nouveau sa main, incapable de parler lui non plus. 

Il fallait qu'elle le sauve, il n'aurait jamais dû se retrouver dans cette situation. S'il ne l'avait pas rencontrée, il ne se trouverait pas dans cette situation. C'était sa guerre à elle, il n'avait pas à en payer le prix. Il n'était pas question que Martha et Alexis vécussent ce qu'elle avait vécu. 

Difficilement, elle posa ses lèvres sur la main de Rick pour la dernière fois, puis se traîna jusqu'au canapé dans l’espoir d’attraper le téléphone du salon. Chaque mouvement lui causait une douleur atroce, elle se mordit la lèvre inférieure et tenta de prendre appui sur l’accoudoir du canapé pour se redresser. Elle crut recevoir un coup de poignard tant son supplice fut insupportable dans la tentative. A bout de souffle, les larmes aux yeux, elle s’écroula de nouveau au sol. La mare de sang, qui se formait autour d’elle ne lui laissait guère d’espoir quant à son devenir. Les râles de Rick lui déchirèrent le cœur, elle n’avait rien pu faire pour lui… Etendue sur le parquet du loft, le regard perdu dans la contemplation du plafond, elle s’apprêtait à rejoindre sa chère mère avec pour seuls regrets, celui de ne pas avoir pu vivre plus d’années de bonheur avec lui et celui de l’emmener avec elle dans la mort… 

 

- C'est dingue tout de même cette histoire, dit Lanie en retirant son sachet de thé de sa tasse. 

- Tu peut-être dû prendre quelque chose de plus fort que du thé pour te remonter, fit remarquer Esposito. 

- Vous autres les flics, avec votre vie trépidante, vous êtes peut-être capables de siffler des bières à sept heures du matin, mais je suis légiste, moi monsieur ! C’est un boulot plutôt tranquille en général et moi, le matin, je bois du thé ! 

- Beckett et Castle auraient pu venir avec nous quand même, regretta Ryan, ils s’encroûtent un peu ces temps-ci. 

- Ils ont failli finir dans un incinérateur, rappela Esposito, ils ont bien mérité de prendre un peu de repos ! 

- L’incinérateur ! S’écria Lanie. 

- Quoi ? demandèrent les gars en se tournant vers elle surpris de son coup d’éclat. 

- C’est ça qui cloche ! Dit-elle surexcitée en prenant son téléphone. 

- Si tu nous expliquais, suggéra Esposito, parce que là, on se croirait face à Castle et Beckett dans une de leurs séances de communication codée ! 

- Pourquoi avoir brûlé Caleb dans le coffre d’une voiture, si Locksat avait un incinérateur sous la main pour le faire disparaître sans laisser de trace ? Allez, Kate, réponds ! 

- On file chez eux, lança Esposito en sortant les clés de sa voiture. 

Moins de vingt minutes plus tard, ils arrivaient au loft et découvraient le drame qui s’y été produit. Lanie se précipita vers Kate, pour lui administrer les gestes de premier secours, guidant Ryan, qui faisait de même avec Rick, tandis qu’Esposito appelait une ambulance. 

Quelques heures plus tard, Rick ouvrait difficilement les yeux dans une chambre d’hôpital, Alexis et Martha à son chevet. 

- Il se réveille grand-mère ! 

- Ne bouge pas Richard ! Tout va bien ! Tu es en sécurité ! assura Martha en lui caressant le front. 

Les paroles de sa mère ne suffirent pas à le rassurer. Avec son réveil, les souvenirs de la fusillade lui étaient revenus en mémoire. Kate, ses seules pensées étaient pour elle. Elle lui avait sauvé la vie en empêchant Caleb Brown de l'achever, mais avait été touchée. L'angoisse lui noua la gorge et son rythme cardiaque s'emballa. Kate, où était-elle? Comment allait-elle? S'il lui était arrivé malheur, il ne survivrait pas. 

- Calme-toi, Trésor, répétait Martha. Tu ne dois pas t'agiter! 

- ... K... Ka...murmura-t-il au prix d'un immense effort. 

- Shhh... Calme-toi, le supplia Alexis les yeux rivés sur la machine dont l'alarme venait de se mettre en marche. 

- ... Ka...te! Grogna-t-il agacé qu'elles lui demandent de se calmer alors que la seule chose qui pourrait réussir cet exploit était le sourire de sa femme. 

Les rouquines se regardèrent d'un air ennuyé, ce qui augmenta sa terreur. 

- Calmez-vous monsieur Castle, dit un médecin en arrivant dans la chambre. 

Celui-là, il avait de la chance qu'il soit cloué au lit, parce que s'il avait pu, il l'aurait plaqué contre le mur pour savoir où se trouvait sa femme. 

- Il veut savoir où est Beckett, intervint Alexis. 

- Votre femme est en vie, monsieur Castle, assura le médecin, cessez de vous agiter de la sorte. Votre blessure est tout de même sérieuse! 

 

Non loin de là, dans une salle de réanimation, Jim Beckett tenait la main de sa fille, qui venait de sortir du bloc opératoire. Lanie arriva près de lui. 

- J'ai parlé au chirurgien, annonca-t-elle. 

Il ne détourna pas son regard de sa fille, mais indiqua d'un léger mouvement de tête qu'il écoutait. 

- Elle ne devrait pas avoir de séquelles. Elle a perdu beaucoup de sang, mais ils ont réussi à stopper l'hémorragie. 

- Dieu merci, souffla-t-il soulagé. Et Richard? 

- Il est déjà dans une chambre. Son opération a duré moins longtemps. Il est tiré d'affaire également. 

- Merci... Murmura Jim. Vous leur avez sauvé la vie... 

Lanie se contenta de poser une main amicale sur son épaule tout en regardant son amie étendue sur ce lit et branchée à tout un tas de machines. Elle n'osait pas penser à ce qui se serait produit, si elle n'avait pas brusquement compris que la mort de Caleb Brown dans le coffre d'une voiture ne collait pas avec l'histoire de cette affaire. Finalement ces années, passées à côtoyer Castle et à l'entendre énoncer toutes sortes de théories pour que l'histoire soit crédible, avaient fini par lui servir! 

Lorsque Kate ouvrit les yeux quelques temps plus tard, elle s'agita autant que Rick. Les médecins et leurs proches eurent beau faire et dire, rien ne les calmait. Finalement, à bout d'arguments et d'idées, ils les transportèrent dans grande chambre, où ils purent installer leurs lits côte à côte. Dès lors que leurs regards se croisèrent, ils ne se quittèrent plus et leurs rythmes cardiaques respectifs se calmèrent. Ils demeurèrent un long moment les yeux dans les yeux, dans leur bulle, ignorant le monde autour d'eux, pris dans l'une de leurs communications silencieuses, heureux d'être encore là tous les deux avec devant eux un avenir brillant, heureux, sans aucune ombre au tableau... 

 

Sept ans plus tard... 

- Allez ! Allez ! Il faut se dépêcher ! Maman sera là dans moins d’une demi-heure ! Lança Rick en sortant de la salle de bain tout en terminant de boutonner sa chemise. 

- J’ai fini de mettre la table, Papa ! Annonça fièrement Lily. 

- Génial Trésor ! Tu es adorable ! 

- Moi, aussi j’ai fini ! Claironna Jake. 

- Ah oui ? Et qu’est-ce que tu as fait ? Demanda Rick. 

- Décoré la table ! 

- Oh ! Très joli Jake! 

- Non ! Reece ! 

- Ah… Euh, Reece… Excuse-moi bonhomme, dit Rick confus. 

- Nan, je suis Jake, rit Jake. 

- C’est pas drôle de te moquer de ton papa comme ça ! Bougonna Rick. 

- Si c’est drôle ! rétorqua Jake moqueur. 

- Tu ressembles trop à ta mère, quand tu te payes ma tête… Mais dis-moi, où as-tu trouvé ces jolies roses en tissu ? 

- Là-bas, répondit le garçonnet en désignant l’étage où se trouvait la chambre d’amis. 

- Oh bon sang ! Tu as découpé le plaid de tante Theresa ?! Blêmit Rick devant le sourire satisfait de son fils. … Bon, je regarderai sur internet, les sites de couture pullulent, ça ne devrait pas être compliqué de les recoudre. 

- Mon beau travail ! Gémit Jake alors que son père ramassait à la hâte les fleurs en tissu. 

- Désolé de ruiner ta création mon bonhomme, mais je doute que ta maman apprécie que tu aies recyclé le plaid de ta grand-tante pour la faire. 

- Mais c’était mon cadeau pour Maman ! Pleura le petit garçon en s’éloignant. 

- Trouve autre chose ! Lança Rick, ton frère par exemple ! Bon… Il faut que je trouve une bonne planque pour le plaid de tante Theresa en attendant que je rectifie le tir… 

Lorsqu’il entra dans la chambre d’amis, Rick trouva le fameux plaid étendu sur le lit. Mis à part les fleurs qui n’étaient plus dessus, il était intact. Au moins, Jake avait fait ça proprement, ce qui n’était pas évident pour un enfant de son âge. 

- Il est même mieux comme ça, constata l’écrivain avant de le plier pour le ranger dans le placard. 

Reece, à ce moment-là, passa en courant dans le couloir. 

- Hé ! Hé ! Hé ! Où cours-tu comme ça ? L’appela Rick. 

- Une surprise pour Maman ! Répondit l’enfant sans arrêter sa course. 

- Pourquoi ai-je l’impression que cette surprise va virer à la catastrophe ? Se demanda Rick avant de remarquer une odeur de brûlé provenant de la cuisine. ZUT ! Mon gratin ! 

Il se précipita dans la cuisine et sortit le plat du four, mais il était trop tard pour sauver quoique ce fut, le gratin était noirci et complètement sec. 

- C’est pas vrai ! Moi, qui voulais que tout soit parfait pour le retour de Kate ! 

- C’est pas grave papa, le consola Lily. 

- Pas grave ? Le repas est fichu ! Ta maman revient aujourd’hui après une semaine passée à Washington et j’ai réussi à brûler le dîner ! 

Lily se dirigea vers le réfrigérateur et en sortit plusieurs boîtes venant du traiteur préféré de Kate. 

- D’où tu sors ça, toi ? S’étonna-t-il. 

- J’ai passé une commande, le livreur est passé pendant que tu étais sous la douche. 

- Tu ressembles de plus en plus à ta maman, sourit Rick en l’embrassant. 

La fillette sourit et l’aida à dresser les plats. 

Peu après la porte d’entrée s’ouvrit Kate apparut tout sourire. 

- Maman ! S’écria Lily en lui sautant dans les bras. 

- Hey ! Chérie ! Qu’est-ce que tu m’as manqué ! 

- Toi aussi tu m’as manqué ! Tu sais, j’ai fait tous mes devoirs et j’ai bien aidé Papa ! 

- Je n’en doute pas, tu es extraordinaire ! 

- Et toi ? Tu as réussi à faire passer ta loi ? Demanda Lily. 

- Ça n’a pas été facile, mais oui ! Une loi pour mieux protéger les gens qui veulent faire triompher la vérité ! 

- Comme grand-mère Johanna ? 

- Oui, des gens comme ta grand-mère, répondit Kate en embrassant sa fille. 

Elle se tourna vers Rick, ils se sourirent, puis s’embrassèrent tendrement. 

- Que ça fait du bien de rentrer chez soi, se réjouit Kate. Où sont les garçons ? Ils dorment déjà ? 

- Je crains que non, grimaça Rick. Ils voulaient te faire une surprise… 

Un miaulement strident retentit et une chose poilue ressemblant plus à une vieille serpillère mouillée traversa le salon à la vitesse de l’éclair. 

- Les garçons ? Qu’est-ce que vous avez fait à ce pauvre chat ? S’écria Rick en se précipitant vers la salle de bain de la chambre parentale, Kate sur ses talons. 

Lorsqu’ils arrivèrent dans la salle de bain, ils furent sidérés une fois de plus par la capacité de leurs fils à semer le désordre. 

- On a fait couler un bain pour maman ! annoncèrent fièrement les petits garçons en désignant la baignoire. 

- Vous savez que c’est mieux quand toute l’eau est dans la baignoire ? demanda Rick. 

- On a du vider un peu, expliqua Jake. 

- Sherlock le trouvait trop chaud ! Ajouta Reece. 

- Eh bien au moins, on sait pourquoi le chat est dans cet état soupira Rick. Je suis désolé, chérie, je ne les ai quitté des yeux que quelques minutes… 

- Ce n’est pas grave, sourit Kate en embrassant ses fils. C’est l’intention qui compte et puis Sherlock s’en remettra. 

- J’espère que le voisin du dessous sera aussi compréhensif, soupira Rick en étalant des serviettes éponges sur le sol pour ramasser l’eau. 

- Ne t’en fais pas Castle, rigola Kate, lui aussi, il a l’habitude ! Tout comme moi, ça fait des années qu’il te côtoie ! 

Tout en terminant d’éponger le sol, Rick réfléchissait à ce que Kate venait de dire. Si comme il le craignait ses fils avaient son caractère, ça promettait d’être épique ! D’autant plus qu’ils étaient deux ! Quand il repensait à toutes les bêtises qu’il avait faites durant son enfance et son adolescence, il n’avait pas fini d’en voir de toutes les couleurs ! Heureusement que Lily était sage ! Quoique… Etant donné qu’elle ressemblait énormément à Kate, elle aussi lui en ferait voir de toutes les couleurs à l’adolescence… 

- Tu t’y feras, dit la voix de Kate derrière lui. 

Il se retourna et l’observa d’un air interrogateur. 

- Tu t’y feras, répéta-t-elle tout sourire. Je m’y suis bien faite, moi ! 

- Tu parles des enfants ou de moi ? 

- Je parle du gamin que tu n’as jamais cessé d’être et auquel nos enfants ressemblent beaucoup ! Expliqua-t-elle en enroulant ses bras autour de son cou pour un moment câlin. 

- Oh ! Heureusement pour moi, sourit-il. Et toi aussi, tu t’habitueras à avoir une tête de mule dans ta vie ! Lily te ressemble un peu plus chaque jour… 

- Je ne suis pas une tête de mule ! Marmonna-t-elle d’un air boudeur. 

- Oh si ! Crois-moi, tu es la plus jolie et la plus frustrante des têtes de mules ! Sourit-il en l’embrassant aussitôt pour l’empêcher de le contredire. 

- Maman ! Papa ! Reece a versé du piment dans l’écuelle de Sherlock ! 

- C’est pas moi ! C’est Jake ! 

- Sénateur Beckett, il va falloir mener l’enquête, soupira Rick en mettant fin à leur baiser. 

- Mhm… C’est une enquête difficile, sourit-elle. Je crois que je vais avoir besoin d’un consultant… 

- Tu pourras toujours compter sur ton partenaire, répliqua-t-il en lui prenant la main pour se rendre avec elle sur la scène de crime. 

Fin 

 

Ecrit par billy 
Activité récente
Actualités
Seamus Dever et Susan Sullivan réunis pour un projet du L.A. Theatre Works

Seamus Dever et Susan Sullivan réunis pour un projet du L.A. Theatre Works
Le L.A. Theatre Works, compagnie spécialisée dans le radiothéâtre, ajoutera bientôt Rosencrantz and...

Toks Olagundoye se joint à la distribution de Fatal Attraction

Toks Olagundoye se joint à la distribution de Fatal Attraction
Paramount+ prépare une adaptation du célèbre long métrage Liaison fatale. Cette série inclura des...

Calendrier | Août 2022

Calendrier | Août 2022
Alors que le mois d'aout arrive à grands pas, un nouveau calendrier vous est proposé. L'été dernier,...

[Tamala Jones]  Uncoupled est arrivé sur Netflix

[Tamala Jones] Uncoupled est arrivé sur Netflix
Depuis hier, le vendredi 29 juillet, les abonnés Netflix peuvent découvrir la comédie Uncoupled....

Toks Olagundoye dans une pièce de théâtre disponible en ligne

Toks Olagundoye dans une pièce de théâtre disponible en ligne
Toks Olagundoye participe à la 30e édition du Young Playwrights Festival organisé par le Blank...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

ShanInXYZ, Avant-hier à 17:26

Voyage au centre du Tardis : Les Enfants du Temps, c'est quoi pour vous ? On attend vos photos, passez voir le Docteur

choup37, Avant-hier à 18:44

Les enfants du temps? j'arrive!

Locksley, Hier à 13:55

Le quartier MARVEL vous invite à découvrir son nouveau sondage. Merci d'avance pour vos clics et bonne journée !

quimper, Aujourd'hui à 14:00

Sur le quartier Sherlock, les votes pour le concours Quel adversaire pour Sherlock ? sont toujours en cours.

quimper, Aujourd'hui à 14:02

Vous pouvez départager 8 personnages dans le sondage jusqu'à dimanche soir. On vous attend nombreux

Viens chatter !